Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Chapitre III. Le deux – le sujet. Démultiplier les voix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

« Une voix parvient à quelqu’un dans le noir. Imaginer » : voilà le dispositif de Compagnie installé. Sont posés « une voix » et « quelqu’un », une voix qui pour s’adresser à ce « quelqu’un » utilisera la deuxième personne. Quant à la première personne, quoiqu’elle existe en théorie, elle demeurera, en pratique, inutilisable : car si la troisième personne, celle dont se sert l’autre, « pouvait parler à qui et de qui parle la voix il y aurait une première. Mais il ne le peut pas. Il ne le fera pas1 ». Autrement dit, la première personne est frappée d’un tabou inviolable, le « je », forclos ; le point d’énonciation, un point aveugle, innommable. Comment donc cet imprononçable « je » peut-il « se tenir compagnie », allongé sur le dos, seul dans le noir – position propice à l’imagination ? Ou, de façon plus adéquate, qui est une « compagnie », qui peut me tenir compagnie ? En réalité, une compagnie est n’importe qui – c’est-à-dire tout sujet. Tout sujet forme avec lui-même u...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search