Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Chapitre II. L’un – le moi. Trouer la représentation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Vu de dos. Tête inclinée. Occiput au zénith sous chapeau. Vu de dos seul bord noir retroussé. Vu de dos long pardessus noir coupé à mi-cuisse. Agenouillé. Mieux agenouillé. Capable de se relever seulement jusqu’à genoux. […] Ombre sombre sur genoux invisibles. Sans bouger.

Telle est, dans Wortsward Ho, l’esquisse initiale que Beckett nous livre de « l’un », la première des « ombres-nombres » à amoindrir. Ce dos voûté est celui d’une vieille femme – « rien qui prouve que celui d’une femme et pourtant d’une femme » –, silhouette immobile, agenouillée dans un cimetière, « inclinée muette sur les tombes de nuls êtres1 ». Contrairement aux deux membres qui composent la paire – des hommes –, l’un chiffre donc une figure féminine, à l’extrémité finale de l’existence. Uniquement perçue de derrière, cette première image du vivant offre à l’œil son insondable opacité, muette, enveloppée dans un long vêtement noir qui paraît se substituer au corps humain ; dos courbé, tête penchée, ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search