Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Chapitre I. Le vide. Épuiser jusqu’au rien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

« Comment entrer dans l’œuvre de Kafka ? », se demandaient Deleuze et Guattari. « C’est un rhizome, un terrier. […] On entrera par n’importe quel bout, aucun ne vaut mieux que l’autre, aucune entrée n’a de privilège, même si c’est presque une impasse, un étroit boyau, un siphon, etc. On cherchera seulement avec quels autres points se connecte celui par lequel on entre […]1 ». Face à l’œuvre de Samuel Beckett, le lecteur est confronté à un problème, mais peut-être aussi à une solution, similaires : découvrir une voie d’accès, parmi tant d’autres, qui pourrait mener au point névralgique, au rouage moteur de la machine beckettienne – le vide. Cette voie d’accès, petit pertuis par lequel on se faufilera pour commencer, ce sont les courts textes que Beckett a rédigé dans sa jeunesse pour des revues d’art, consacrés à la peinture, principalement celle de ses amis les frères van Velde. Textes que l’auteur, selon sa rhétorique coutumière, non dépourvue d’humour, dénigre à l’envi...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search