Version classiqueVersion mobile

La dignité aujourd’hui

 | 
Anne-Marie Dillens
, 
Bernard Van Meenen

II. Dignité humaine, dignité de Dieu

Dignité, travail et grande pauvreté

Xavier Godinot

Texte intégral

Introduction

1La notion de dignité n’est pas facile à cerner avec précision. Mais l’invitation qui m’a été faite de l’approfondir devait être honorée, car la dignité humaine est au centre du projet du Mouvement ATD Quart Monde dans lequel je suis engagé comme volontaire permanent depuis plusieurs décennies. Les « options de base » de ce Mouvement, formulées en 1965 et révisées en 1974, commençaient ainsi :

« Tout homme porte en lui une valeur fondamentale inaliénable qui fait sa dignité d’homme. Quels que soient son mode de vie et sa pensée, sa situation sociale ou ses moyens économiques, son origine ethnique ou raciale, tout homme garde intacte cette valeur essentielle qui le situe d’emblée au rang de tous les hommes. Elle donne à chacun le même droit d’agir librement pour son propre bien et pour celui des autres. »

2En 2003 et 2004, alors que ce Mouvement s’est répandu sur cinq continents et ouvert à des personnes de cultures, philosophies ou confessions différentes, ses membres ont ressenti le besoin de définir à nouveau ce qui les unit dans leur diversité. Après un long travail préparatoire, 80 délégués de 30 pays différents se sont rassemblés en région parisienne et ont adopté le « Texte des assises du Mouvement international ATD Quart Monde » qui commence ainsi :

« Toute personne, quelle que soit sa position dans la société, a une dignité égale à celle de toute autre personne. Nul ne peut offenser cette dignité sous aucun prétexte. Pour que chacun puisse mener une vie digne, le respect de l’ensemble des droits par tous et pour tous est essentiel… La lutte que les pauvres mènent chaque jour pour résister est au cœur de l’engagement commun… »

  • 1 Soutenue à l’université de Paris 1 en 1980, cette thèse a été publiée en version abrégée quelques (...)

3La notion de dignité humaine sera reliée aux thèmes du travail et de la grande pauvreté que je n’ai cessé d’approfondir, en soutenant une thèse de doctorat en économie du travail sur « les travailleurs sous-prolétaires en France1 », en menant des actions de terrain et des travaux de recherche en France dans les années 1970-1980, puis au niveau européen dans les années 1990, et en prenant en compte la situation des pays du Sud dans les années 2000. Les pages qui suivent cherchent à dégager quelques enseignements de cette expérience et seront organisées en trois parties :

  • Réflexions sur les notions de dignité et de grande pauvreté (1) ;
  • L’emploi décent, aspiration des plus défavorisés, au Nord comme au Sud (2) ;
  • Chances et risques de la mondialisation pour le droit au travail décent pour tous (3).

4La conclusion reviendra brièvement sur le lien entre dignité des personnes en situation de grande pauvreté et dignité de Dieu.

I. Réflexions sur les notions de dignité et de grande pauvreté

5La notion de dignité, quand elle est incarnée, parle beaucoup aux populations les plus défavorisées. En voici une illustration. Dans les années 1980, Simone Viguié arrive comme infirmière au camp pénal de Bouaké, en Côte d’ivoire, qui rassemble dans des conditions terribles environ deux mille personnes appartenant à quatre-vingt ethnies.

  • 2 Le récit de cette aventure est raconté dans le livre D’une terre que l’on disait morte... coordonn (...)

6Qu’une femme blanche décide volontairement de venir dans ce lieu de réclusion maudit est reçu comme un signe fort et d’emblée certains détenus la prennent sous leur protection. Elle ne soigne pas seulement les corps, meurtris et très souvent affamés. Sur cette terre dont on n’attend plus rien, elle conçoit avec ses occupants le projet de démarrer des plantations de fleurs et de légumes. En même temps, elle propose de faire écrire sur le mur de l’infirmerie cette phrase extraite des options de base d’ATD Quart Monde : « Tout homme porte en lui une valeur fondamentale qui fait sa dignité d’homme ». Cette phrase rallie tout le monde, surveillants et détenus. Certains viennent la recopier sur un morceau de papier pour l’avoir toujours sur eux, car disent-ils, « c’est une phrase remplie de chair et de sang ». La suite de cette histoire a fait l’objet d’un livre2.

§ 1. L’égale dignité de tous les êtres humains, fondement éthique des droits de l’homme

7Le mot dignité possède un fort pouvoir d’évocation. Mais quel est son sens précis ? L’encyclopédie Wikipedia en donne la définition suivante : « La notion de dignité humaine fait référence à une qualité inséparablement liée à l’être même de l’homme, ce qui explique qu’elle soit la même pour tous et n’admette pas de degrés. Cette notion renvoie à l’idée que « quelque chose est dû à l’humain du seul fait qu’il est humain » (Paul Ricœur). Cela signifie que tout homme mérite un respect inconditionnel, quel que soit l’âge, le sexe, la santé physique ou mentale, la religion, la condition sociale ou l’origine ethnique de l’individu… » En toute rigueur de termes, si la dignité est un attribut inaliénable de toute personne humaine, on ne peut l’enlever ou la rendre à quelqu’un. Mais on peut reconnaître, respecter, restaurer cette dignité, ou au contraire l’ignorer et la bafouer.

  • 3 Ce paragraphe et le suivant s’inspirent très largement de l’article de Paul Bouchet, « Implication (...)
  • 4 Giovanni Pico Della Mirandola, De la dignité de l’homme, éditions de l’Éclat, 1993.

8D’où vient cette notion de dignité humaine ? Avant même que les lois soient écrites, nous disent ceux qui ont étudié la question3, il y avait au cœur de l’être humain l’idée d’un droit naturel, l’idée que l’homme est porteur de quelque chose qu’aucun pouvoir ne peut dominer ou abolir, mais qu’au contraire les pouvoirs doivent servir. Au cours des siècles, dans toutes les grandes traditions religieuses ou philosophiques, on trouve sous des formes diverses cette reconnaissance d’une valeur fondamentale de la nature humaine, qui fait partie des lois non écrites supérieures à tout pouvoir. Dans l’un des plus vastes efforts encyclopédiques réalisé à l’époque de la Renaissance, Jean Pic de la Mirandole (1463-1494) a essayé d’expliquer ce qu’il y avait de commun dans toutes les grandes traditions philosophiques et religieuses rencontrées le long de la route de la soie, reliant l’Asie à l’Europe. Il avait trouvé ce mot de dignité dont il a fait le titre de son traité, De la dignité de l’homme4. Cinq siècles plus tard, cette notion sera reprise dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui dispose en son article premier que « tous les hommes nais sent et demeurent libres et égaux en droit et en dignité ».

  • 5 Cette citation comme la suivante est extraite de l’article de Daniel Fayard, « Quand le plus pauvr (...)

9Il est très important que soit affirmée l’égale dignité de tous les êtres humains et pas la dignité toute seule. Car l’humanité a expérimenté les terribles perversions de l’eugénisme et du nazisme, décrétant qu’il y avait des races supérieures et donc des races inférieures, indignes de vivre, à éliminer par tous les moyens. Il n’est pas inutile de rappeler comment ce concept d’égale dignité a été introduit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Quatre nations ont contribué à son élaboration : la France, les États-Unis, l’Angleterre et la Chine. René Cassin a regroupé les quatre contributions et rédigé le Préambule en essayant de faire une synthèse. Après avoir dans un premier texte parlé de l’égalité des droits de l’homme, notion qui posait de difficiles problèmes de traduction, il a dans un autre texte introduit la notion « d’égale dignité ». Elle ne figurait pas dans la déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui disait simplement « Libres et égaux en droits ». L’égale dignité des êtres humains apparaît ainsi comme le fondement moral et éthique des droits de l’homme. Il y a une véritable dynamique spirituelle dans la déclaration universelle des droits de l’homme ; René Cassin disait qu’elle « un document qui vise à nous tourner vers le service d’autrui. Chacun doit se sentir débiteur et garant des droits des autres individus5 ». Il disait encore qu’étudier les droits de l’homme, c’est « étudier les rapports entre les hommes en fonction de la dignité humaine, en déterminant les droits et les facultés dont l’ensemble est nécessaire à l’épanouissement de la personnalité de chaque être humain. »

10La dignité constitue la première partie de la Charte européenne des droits fondamentaux de l’Union européenne, intégrée dans le traité de Rome de 2004. On peut y lire en préambule que « l’Union se fonde sur les valeur indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité » qui constituent les quatre chapitres de la Charte. Le chapitre 1 sur la dignité affirme en son article premier que « la dignité humaine est inviolable. Elle doit être respectée et protégée ».

§ 2. La misère, déni des droits de l’homme et de la dignité humaine

11Le préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que « l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme. »

12Comment définir la misère ou la grande pauvreté ? Le père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, a proposé une définition que le Conseil économique et social français a adopté en février 1987 dans le rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale ». En voici le texte complet :

  • 6 Joseph Wresinski, « Grande pauvreté et précarité économique et sociale », rapport du Conseil écono (...)

« La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant aux personnes cl familles d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales, et de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives. Elle conduit à la grande pauvreté, quand elle affecte plusieurs domaines de l’existence, qu’elle devient persistante, qu’elle compromet les chances de ré-assumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même, dans un avenir prévisible6. »

  • 7 Rapport soumis par le Rapporteur spécial, Leandro Despouy (E/CN.4/Sub.2/1996/13) Appendice III. Il (...)

13La Commission des droits de l’homme des Nations unies a adopté cette définition en 1996, dans le rapport de Leandro Despouy, « Extrême Pauvreté et droits de l’homme » qui considère que la définition proposée par Wresinski présente « un double intérêt novateur : de saisir la pauvreté en termes de droits et de responsabilités ; d’avoir été rédigée en association avec l’ensemble des partenaires sociaux d’un pays et en consultation avec des familles et des personnes très pauvres7. » Des experts de tous les continents l’ont donc jugée pertinente pour les pays en développement comme pour les pays riches.

  • 8 Pour des commentaires plus approfondis de cette définition, voir par exemple : Quentin Wodon, « At (...)

14Cette définition complexe comporte cinq affirmations principales. Tout d’abord, elle insiste sur la continuité qui existe entre pauvreté et grande pauvreté. Elle insiste sur le caractère multidimensionnel de la grande pauvreté caractérisée par un cumul des précarités dans plusieurs domaines de la vie et par la persistance de ce cumul dans le temps. En outre, elle établit un lien clair entre responsabilités et droits fondamentaux ; sans possibilité d’accéder à ses droits fondamentaux, il est impossible d’assumer ses responsabilités, mais l’accès à leurs droits est souvent refusé aux plus défavorisés, au motif justement qu’ils n’assument pas leurs responsabilités. C’est pourquoi elle souligne enfin que la grande pauvreté diminue la capacité d’autonomie des personnes qui la subissent ; celles-ci deviennent davantage dépendantes d’un soutien extérieur pour pouvoir accéder à leurs droits fondamentaux et assumer leurs responsabilités8.

  • 9 Vincent de Gaulejac, Les sources de la honte, Desclée de Brouwer, 1996, p. 137.

15Cette définition permet d’esquisser différentes frontières immatérielles entre la pauvreté et la misère : celles de l’assistance, de la honte et de l’humiliation. Parce qu’elle empêche d’assumer ses responsabilités, la misère engendre la honte et porte gravement atteinte à l’estime de soi ; l’impossibilité d’accéder à ses droits fondamentaux résulte du manque d’estime des autres qui engendre l’humiliation. La misère est donc un déni permanent de la dignité humaine telle que la définit par exemple le sociologue Vincent de Gaulejac : « La dignité est le sentiment qu’un individu ressent, et qu’on lui donne, de faire partie de la communauté des hommes et d’être traité avec le respect dû à la personne humaine. Elle s’étaie sur ces deux composantes de l’identité : le respect de soi et le respect que les autres vous portent […] [Elle] évoque l’idée de réciprocité9. »

  • 10 Joseph Wresinski, Heureux, vous les pauvres, éditions Cana, 1984, p. 27.
  • 11 Joseph Wresinski, Les pauvres, rencontre du vrai Dieu, éditions du Cerf, 1986, p. 137.

16Dans d’autres textes antérieurs au rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale », Wresinski situe très clairement la différence entre pauvreté et misère au niveau du mépris et de l’atteinte à la dignité humaine. Se rappelant sa propre expérience de la misère, il écrit : « L’homme misérable est dans une situation insupportable, tenu pour quantité négligeable ou même pis : pour un être néfaste qui n’aurait jamais dû naître, alors qu’au plus profond de lui, il sait qu’il est pourtant un homme. Vouloir la dignité, rêver d’être quelqu’un et se le voir refuser même par ceux qui ne sont pas beaucoup plus riches que soi, tels le voisin, l’épicier, le facteur… c’est cela la misère. Et c’est ce qui marque la frontière entre pauvreté et exclusion10.» Et encore : « La misère est l’état de l’homme à qui ses frères n’ont pas laissé les moyens élémentaires de se sentir et de se montrer un homme, et par conséquent, un fils de Dieu11. »

  • 12 Amartya Sen, Developement as Freedom, Oxford University Press, 1999, 366 p.

17La définition que Wresinski donne de la pauvreté et de l’extrême pauvreté insiste sur les caractéristiques d’une situation de non-droit. Il a clairement affirmé que l’extrême pauvreté et la misère doivent être considérées comme des violations des droits humains, affirmation largement reprise et développée dans le rapport de Leandro Despouy sur droits de l’homme et extrême pauvreté. Tout en utilisant des concepts différents, cette approche présente de nombreuses convergences avec celle d’Amartya Sen, prix Nobel d’économie en 1998, qui affirme que « la pauvreté doit être considérée comme une privation des capacités élémentaires » et définit le développement comme « le processus d’expansion des libertés réelles dont jouissent les individus12 ».

§ 3. Le refus de l’indignité, origine et fondement du combat pour la dignité

  • 13 Vincent Degaulejac, op. cit., p. 136.

18« On n’est tout de même pas des chiens » ne cessent de redire des personnes en situation de grande pauvreté pour protester contre les traitements indignes dont elles sont l’objet. De tous temps, c’est le refus de l’humiliation, de l’injustice et de l’indignité qui ont été l’origine et le fondement des combats de libération, bien plus que les discours élaborés sur la dignité ou la justice. La dignité n’est pas seulement un sentiment que l’on ressent, mais aussi une réaction de tout l’être qui se sent offensé, comme l’atteste l’expression « dans un sursaut de dignité ». La dignité est alors la force de « mobilisation du sujet pour ne pas sombrer, résister à la souffrance et sauvegarder sa subjectivité malgré les difficultés qui le submergent13 ».

19Albert Camus, élevé dans un quartier très populaire d’Alger où il a connu la misère, s’est construit comme adulte en affirmant une révolte constructive contre toutes les formes d’injustice, de domination et d’humiliation qui l’oppressaient. « Je me révolte, donc nous sommes », écrit-il dans L’homme révolté (1951).

  • 14 Joseph Wresinski, Appel à la solidarité, prononcé le 17 novembre 1977 au palais de la Mutualité à (...)

20Joseph Wresinski, qui a connu la misère, la violence et la faim, proclamait à des adultes du même monde à qui il s’adressait au cours d’une réunion publique : « C’est votre refus d’une vie sans espoir, votre refus d’être considérés comme responsables de votre souffrance, votre refus d’être considérés comme inexistants et inutiles que le Mouvement ATD Quart Monde a repris. En effet, qu’est-ce donc que ce Mouvement, sinon le cri de votre révolte, mais aussi celui de votre appel14 ? » Nombreux sont les militants de la lutte contre la misère qui ont un jour été bouleversés par une rencontre avec une ou des personnes marquées par la grande pauvreté, dont ils ont perçu la révolte et l’appel. C’est sur cette révolte contre le gâchis humain scandaleux produit par la misère et sur l’appel de ceux qui en souffrent que s’est construit leur engagement de vie. Une rencontre, ce n’est pas une démarche intellectuelle, c’est une expérience partagée qui mobilise tout l’être. La parole des plus défavorisés eux-mêmes joue un grand rôle pour provoquer ces engagements Dans les années 1960-1970, alors même que l’Europe vivait l’époque dite des trente glorieuses, ces trente années de croissance économique ininterrompue au cours desquelles les entreprises allaient chercher dans les pays du sud des millions de travailleurs pour répondre à leurs besoins de main d’œuvre, le Mouvement ATD Quart Monde constatait déjà l’humiliation des travailleurs les plus pauvres refoulés du monde du travail. Durant toutes ces années, il n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics et les partenaires sociaux sur la réalité de ces travailleurs exclus du monde du travail. Mais ce n’est qu’à partir des années 1980, quand le chômage s’est beaucoup accru en Europe, atteignant tous les milieux sociaux, que ce discours a commencé à être entendu.

II. L’emploi décent, aspiration des plus défavorisés au Nord comme au Sud

21La situation de travail des plus défavorisés respecte-t-elle ou non leur dignité ? Cette question semble féconde, beaucoup plus féconde en tous cas que de chercher à savoir combien de personnes pauvres à travers le monde vivent avec plus ou moins d’un ou deux dollars par jour, ce qui présente le double inconvénient de réduire la pauvreté et la misère à une question de dollars, et de laisser croire qu’une mesure monétaire standardisée est pertinente pour appréhender les phénomènes complexes de pauvreté et d’exclusion dans des contextes géographiques, économiques et culturels extraordinairement divers. Le concept de dignité, parce qu’il appréhende non pas la mesure d’un bien matériel, mais la qualité d’une relation à soi et aux autres, semble beaucoup plus pertinent.

22On peut définir le travail comme l’ensemble des activités économiques des êtres humains en vue de produire quelques chose d’utile pour soi et pour la communauté. Le travail peut être rémunéré ou non, on sait que l’essentiel du travail domestique dans le monde ne l’est pas. Selon les conditions dans lesquelles il s’exerce, le travail peut être la meilleure ou la pire des choses : il peut être facteur de libération, d’épanouissement et d’enrichissement, ou bien d’aliénation, d’enfermement et de paupérisation. Le fondateur de la sociologie des entreprises, Renaud Sainsaulieu, soulignait que le travail est une formidable machine à créer de l’identité sociale. Mais ce n’est pas le travail en soi qui est libérateur, c’est l’identité et la dignité qu’il peut conférer, ou non.

§ 1. En Europe, une population reléguée dans les emplois précaires et l’inactivité forcée

  • 15 Institut de recherche et de formation du Mouvement ATD Quart Monde, « Écouter donne la parole, enq (...)

23En 2005, le Mouvement ATD Quart Monde – France a organisé une enquête auprès de 261 personnes en situation de pauvreté dans 30 départements différents, afin de nourrir son effort de connaissance et d’action15. Voici quelques résultats chiffrés de cette enquête dans les domaine de l’éducation et de l’emploi. L’échantillon est composé aux deux tiers de femmes, l’âge moyen est de 49 ans, les jeunes sont sous-représentés par rapport à la moyenne nationale. 93 % des personnes rencontrées sont de nationalité française, les autres sont de 13 nationalités étrangères.

  • 16 Institut de recherche et de formation du Mouvement ATD Quart Monde, « Écouter donne la parole, enq (...)

24Les enquêtes de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) révèlent que dans l’ensemble de la population française, plus les adultes sont jeunes, plus ils ont de chances d’avoir un diplôme. Alors que dans la tranche des 45-54 ans, 29,5 % des adultes n’ont aucun diplôme ou uniquement le certificat d’études primaires (CEP), ils ne sont plus que 13,2 % dans la tranche des 25-34 ans, soit une diminution de plus de la moitié. Cette tendance générale à la démocratisation de l’enseignement n’a pas atteint les adultes rencontrés dans notre échantillon, puisque la proportion des adultes sans diplôme est de 56, 2 % dans la tranche 45-54 ans, et de 54,2 % dans la tranche 25-34 ans16. L’illettrisme reste une triste réalité, puisqu’un cinquième des personnes rencontrées éprouve des difficultés à lire le journal, à écrire une lettre ou à compter. La sous-qualification de la population en situation de pauvreté est donc massive. L’écart s’accroît entre son niveau de formation et celui de la population française, ce qui veut dire qu’elle est de plus en plus marginalisée dans le domaine économique et culturel.

25Face à l’emploi, la population adulte rencontrée se caractérise par une proportion très importante d’inactifs (50,8 %). Le niveau d’activité des femmes reste faible. Alors que l’entrée des femmes dans le monde du travail s’est progressivement affirmée depuis trente ans, la sous-qualification des femmes de milieu défavorisé les empêche de suivre ce mouvement. Un phénomène frappant est le nombre de personnes reconnues handicapées, soit près d’une personne rencontrée sur cinq, ce qui semble indiquer une forte augmentation par rapport à des enquêtes antérieures. C’est certainement l’une des tendances lourdes qui se dégage de cette enquête et d’autres : le risque grandissant d’une assimilation de la grande pauvreté au handicap.

26Le taux de chômage de la population enquêtée est 51,1 %, soit plus de 5 fois supérieur à la moyenne nationale. 60,9 % des demandeurs d’emploi cherchent un travail depuis plus de 2 ans, ce qui indique la forte prégnance du chômage de longue durée. Un quart de la population est sans emploi, dont une grosse majorité ne touche aucune allocation de chômage. Un couple sur deux est composé de deux personnes sans emploi, contre un sur dix dans l’ensemble de la population française, ce qui oblige les parents à recourir aux organismes d’assistance avec le sentiment fréquent d’être « pris pour des mendiants ».

2765 % des actifs occupés n’ont accès qu’à des formes particulières d’emploi telles que l’intérim, les contrats subsidiés par l’État, les contrats à durée indéterminée à temps partiel ou les contrats à durée déterminée, les stages divers. « Parfois mon conjoint se dit : je ne suis qu’un intérimaire. Ce n’est pas bon pour son moral ni pour celui de son entourage. » Ils occupent les emplois souvent très précaires de vendeur de snacks, nettoyeurs, balayeurs dans les grands magasins, femmes de ménage, distributeurs de publicités dans les boîtes aux lettres, manœuvres dans le bâtiment et les travaux publics, gardiens de parking, livreurs… Ces travailleuses et ces travailleurs ne sont pas vraiment intégrés dans un collectif de travail et en cas de mise à pied, personne ne va protester ni demander leur réintégration, d’où leur sentiment maintes fois exprimé d’être « mis dehors comme un chien ». L’image que donne cette enquête est celle d’une population disqualifiée, exclue des circuits habituels de l’instruction, de l’entreprise, des luttes ouvrières, contrainte de dépendre des administrations et des organismes d’entraide pour survivre.

28Mais cette population n’accepte pas la situation qui lui est faite et refuse d’être réduite à l’assistance, comme en témoignait Hervé Bischerour lors d’une intervention au Conseil économique et social régional de la région Rhône-Alpes en juin 1996 :

« Je voudrais dire une première chose ; on demande à être reconnus comme des travailleurs. On vit la pauvreté, mais ce n’est pas le pire. Le pire, c’est de se sentir mis en marge, on est classé instable, inemployable, on nous colle des étiquettes sur le dos. Cela, c’est inacceptable parce que ça bloque tout. Nous-mêmes on se sent diminué, d’où une perte de confiance en nous. Cela bloque aussi les employeurs qui n’osent pas faire confiance. Le malaise, il est là. Il est dans le regard qu’on met sur les marginaux qu’on veut réinsérer alors qu’on a toujours été insérés puisque cela fait des années qu’on travaille pour la société sans être reconnus. On ne nous donne que des faux statuts : contrats emploi solidarité, stages, etc. Tant qu’on ne sera pas reconnus comme de vrais travailleurs, comme des êtres humains, cela n’ira pas… Moi, cela fait depuis 1979 que je n’ai pas eu de vrai contrat de travail ! Qui peut élever une famille avec un demi-SMIG (salaire minimum) ?…
Ma seconde réflexion : nous, les marginaux, nous permettons à la société d’innover, d’inventer sur notre dos. On nous exploite, on se sert de nous… Pour moi, « AMI » (agent d’ambiance dans les bus de l’agglomération lyonnaise) – j’en suis un – c’est un vrai métier. On est à la fois assistante sociale, garde du corps, agent d’ambiance, agent d’accueil. On se sert de notre compétence, celle de connaître le monde de la pauvreté, pour faire avancer la société. Mais nous reconnaît-on vraiment cette compétence ? Sinon, le risque, c’est qu’une fois reconnu l’intérêt de ce boulot, on le donne aux enfants de la société et que pour nous, les portes se referment. Pour les emplois de proximité comme les AMI, il faut leur donner un vrai statut, une vraie reconnaissance. Il faut pour ces emplois de vrais droits, une vraie formation, et que cela soit reconnu comme profession. En conclusion je m’adresserai aux partenaires sociaux pour qu’ils changent ces faux statuts et que dans leurs négociations, ils ne nous oublient pas. »

29Ainsi, pour les personnes en situation de pauvreté, le combat pour la dignité passe par leur reconnaissance en tant qu’êtres humains à part entière, mais aussi par leur reconnaissance en tant que travailleurs et par conséquent par l’octroi des moyens qui permettent d’accéder au statut de travailleur : une vraie formation professionnelle, des droits sociaux, une reconnaissances des compétences acquises. Le droit du travail doit être modifié par les partenaires sociaux pour donner aux plus défavorisés les moyens de la dignité dont ils sont privés.

  • 17 Groupe d’étude franco-belge sur le travail et le chômage avec la contribution de Lutte-Solidarité- (...)

30Bien entendu, cette situation générale a des variantes particulières dans les différents pays d’Europe, dont les politiques d’emploi et les systèmes de protection sociale spécifiques conduisent à des résultats différents. La spécificité des situations des travailleurs les plus défavorisés dans différents pays d’Europe du Nord, de l’Ouest et du Sud a été appréhendée dans une étude intitulée « Sortir de l’inactivité forcée17 ». Globalement, les pays du Nord ont une meilleure protection sociale que les pays du Sud, mais aussi un plus grand contrôle social qui restreint considérablement l’initiative économique des plus défavorisés. L’économie informelle demeure un lieu d’activité important des plus défavorisés dans les pays d’Europe du Sud et de l’Est. Bruno Couder décrit ainsi la situation des familles très défavorisées d’un bidonville de la périphérie de Madrid dans les années 1992 à 1999 :

  • 18 Intervention de Bruno Couder, délégué général adjoint du Mouvement international ATD Quart Monde, (...)

« De la cinquantaine de familles qui nous connaissions […] toutes sauf deux tiraient leurs revenus, souvent très faibles et aléatoires, de travaux de récupération, ferraille, cartons, brocante, et de commerces ambulants, vendeurs de fruits ou de vêtements sur les marchés ou à la sauvette, ou de briquets à la sortie du métro au centre-ville. Certains étaient à leur compte, d’autres travaillaient pour un autre qui les payait de la main à la main en fin de journée. Les plus dynamiques vivaient bien, avec des revenus visiblement suffisants, les plus pauvres avaient des très maigres revenus au jour le jour. Je me souviens d’un père de famille qui, faute de véhicule, fouillait dans la décharge pour y trouver les métaux les plus valorisés qu’il ramassait dans un grand sac d’engrais. La majeure partie était dans l’économie informelle, sans contrat de travail, sans patente, sans assurance. Toutes disposaient de l’accès au système de santé du simple fait d’être espagnoles. Dans ce contexte si difficile, je sentais les chefs de famille de ce bidonville bien plus fiers, bien plus debout que la plupart de ceux des familles très pauvres que j’avais connus en France. La différence évidente était qu’ils étaient fiers de subvenir autant qu’ils le pouvaient aux besoins des leurs, ils étaient inscrits dans le monde du travail, même si c’était à sa marge, ils ne dépendaient pas des services sociaux. En sept ans je n’ai jamais vu un travailleur social venir dans le bidonville18. »

§ 2. Dans les pays du Sud, une population qui survit sans protection sociale dans les emplois du secteur informel

  • 19 ILO, Decent Work and the Informal Economy, Geneva, 2002.

31Dans les pays du tiers monde, les activités des familles pauvres sont exercées massivement dans le secteur agricole, qui occupe encore deux milliards huit cent millions de paysans pauvrement dotés d’outils manuels dans des exploitations à caractère familial où la productivité du travail est très faible. La plupart des travailleurs qui ont fui la campagne, où ils n’arrivaient plus à survivre, pour rejoindre les grands bidonvilles urbains, exercent leur activité dans l’économie informelle. Pour l’Organisation internationale du travail (OIT), l’emploi informel comprend tout travail rémunéré effectué par des travailleurs pour leur propre compte ou par des travailleurs salariés quand ce travail n’est ni reconnu, ni protégé par les lois ou réglementations existantes. La plupart des travailleurs de l’économie informelle n’ont ni emploi fixe, ni protection sociale, ni avantages liés au travail (jours de repos, etc.) ni représentation, ni aucun pouvoir de négociation vis-à-vis de leur employeur. L’OIT estimait qu’en 2000, la part de l’emploi informel dans l’emploi hors agriculture était en moyenne de 72 % en Afrique subsaharienne, de 51 % en Amérique latine et de 65 % en Asie19. 29 % des enfants étaient au travail en Afrique subsaharienne et 16 % en Amérique latine, occupant des emplois de vendeurs ambulants, ouvriers agricoles, travailleurs du textile etc. L’OIT affirme que l’emploi informel n’a pas diminué mais augmenté au cours de la dernière décennie en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud.

32Pour approfondir sa connaissance de la vie des familles les plus marquées par la misère au Sud et pour faire connaître leurs aspirations et leur résistance quotidienne, le Mouvement ATD Quart Monde a demandé à des volontaires permanents originaires de ces pays, ou y ayant vécu au moins dix ans, de rédiger des monographies familiales, des histoires de la vie de familles très défavorisées dans leur communauté. Ils l’ont fait avec des personnes avec qui ils étaient engagés depuis 6 à 12 ans, qui leur semblaient incarner les aspirations et les combats vécus par bien d’autres familles, et qui étaient désireuses de participer à cette démarche. Ce travail a été effectué en partie dans le cadre d’un contrat de recherche avec la Banque mondiale sur le thème « Sortir de la pauvreté ».

33C’est ainsi qu’a été écrite l’histoire de Paul, jeune Burkinabé rencontré par l’équipe d’ATD Quart Monde alors qu’il vivait depuis plusieurs années dans les rues de Ouagadougou. Cette rencontre l’a amené au fil des ans à renouer avec sa famille et son village, et finalement à trouver un travail stable dans un petit restaurant.

34C’est ainsi également qu’a été écrit un récit de leur existence avec les parents et les enfants de la famille Rojas Paucar, originaire de la région de Cuzco, au Pérou, Cette famille a construit sa vie en ville en affrontant de nombreuses difficultés pour trouver une habitation stable : elle a déménagé douze fois en quinze ans, souvent logée dans des baraques ou maisons extrêmement vétustes. Le travail et les revenus irréguliers de ses membres plonge toujours la famille dans une insécurité constante et une survie au jour le jour.

35L’histoire de Mercedita, qui a vécu pendant des années avec ses enfants sous un pont à Manille, capitale des Philippines, a également été mise par écrit. Mercedita est morte récemment de la tuberculose, maladie des pauvres par excellence, quelques jours après que le livre de sa vie Gold Under a Bridge ait été publié et présenté à l’université des Philippines.

36Dans des contextes largement différents, il apparaît que les aspirations des personnes et les difficultés auxquelles elles sont confrontées sont très semblables. La misère pousse constamment à la dissociation des familles. Elle place sans arrêt les parents devant des choix impossibles ; se nourrir ou payer l’école de ses enfants ; garder ses enfants avec soi sans pouvoir payer leur scolarité, ou les envoyer en orphelinat pour qu’ils soient scolarisés, etc.

37Dans le domaine de l’emploi, voici quelques observations relatives à la famille Rojas Paucar du Pérou, qui correspondent à ce que nous avons observé pour les autres.

  • 20 Contribution à l’étude « Sortir de la pauvreté », monographie de familles du Burkina Faso et du Pé (...)

« L’itinéraire professionnel de M. Rojas confirme un constat valable sur le marché du travail dans de nombreux pays au Nord comme au Sud, celui de l’appauvrissement des petits salariés au cours de leur vie active par suite de l’usure progressive de leur force de travail. A la différence des salariés plus qualifiés qui évoluent sur un marché du travail mieux protégé, peuvent « faire carrière » et s’enrichir par leur travail, de nombreux salariés non qualifiés s’appauvrissent au cours de leur vie active. En effet leur santé se détériore inexorablement autant à cause des conditions pénibles et dangereuses des emplois précaires qu’ils obtiennent qu’à cause des longues périodes de chômage qui minent le moral20. »

38Pour conclure cette monographie, Alicia Paucar et Benigno Rojas ont exprimé ce qu’ils souhaitent pour l’avenir :

  • Benigno : « Avoir toujours du travail pour garantir à ma famille une bonne nourriture et pouvoir être ensemble avec eux à la maison ; construire un meilleur environnement pour que la scolarité de mes enfants se passe bien. Ce qui fait le plus mal c’est la pauvreté, qui nous affecte énormément en tant que famille. Elle nous étouffe et je cherche vraiment des moyens d’en sortir et que mes enfants s’en sortent aussi. C’est mon combat. » (septembre 2004)
  • Alicia « Je veux que mes enfants aient un travail stable et qu’ils deviennent quelqu’un dans la vie. Je veux pouvoir les aider autant que je peux. Je suis très fière que mes enfants étudient. J’ai toujours eu cette rage de les voir progresser à cause de ma propre expérience. Si seulement ils pouvaient continuer et terminer leurs études, et devenir quelqu’un. » (juin 2004)

39Une des conclusions principales de nos travaux monographiques est la suivante ; si les personnes ne sont plus intégrées à un groupe d’appartenance, si elles en sont rejetées, elles ne peuvent accéder à leurs droits fondamentaux, y compris le droit au travail. Renforcer les liens sociaux des personnes les plus démunies est indispensable pour leur permettre de faire reconnaître leur dignité et de faire valoir leurs droits.

§ 3. Dans le domaine de l’emploi, les populations les plus défavorisées sont gravement affectées par quatre formes de violence destructrice

  • 21 Dominique Schnapper, La relation à l’Autre, NRF Essais, Gallimard, 1998, p. 496.

40Avoir un travail décent qui permet de subvenir aux besoins de sa famille, de contribuer au développement de sa communauté et de son pays semble être une aspiration universelle. Dans les sociétés organisées autour de la production des richesses, celui qui n’est pas producteur doit avoir de bonnes raisons pour ne pas contribuer à l’activité économique : c’est le cas de l’enfant, du vieillard, du malade, éventuellement de la mère au foyer. Celui qui n’est pas dans la norme commune risque fort de voir contester sa dignité et même son humanité. « Dans les sociétés modernes, on risque toujours de qualifier de sous-humains […] ceux qui semblent, par leur destin social, remettre en question la double norme du citoyen et du travailleur, on risque toujours de justifier par une prétendue sous-humanité les processus d’altérisation que connaissent toutes les sociétés » affirme Dominique Schnapper21. Ainsi, le risque de voir sa dignité et même son humanité déniée au motif de non-respect des normes du travail n’est pas mince dans les sociétés contemporaines. Plus précisément, dans le domaine de l’emploi, les populations les plus défavorisées sont exposées à quatre formes de violence qui portent atteinte à leur intégrité physique et à leur dignité.

1. La relégation dans des travaux sans sécurité et sans avenir

41La première violence est celle de la relégation dans des travaux qui maintiennent ou enfoncent les personnes dans la pauvreté. La relégation des plus défavorisés sur un marché du travail spécifique est depuis des siècles constitutive de leur pauvreté.

42Dans les pays industrialisés, il s’agit d’abord des emplois non qualifiés, précaires, souvent dangereux et sans protection syndicale, sur le marché du travail formel (manœuvre, gardien de parking, distributeur de publicités dans les boîtes aux lettres, nettoyeur…). Les plus défavorisés doivent résister au mépris souvent lié à ces emplois de « bonnes à tout faire », de « bouche-trous » ou de « larbins ». Il sont aussi assignés aux multiples activités organisées au cours des deux dernières décennies dans le cadre des « politiques d’insertion professionnelle », qui ne donnent droit ni à une rémunération équitable, ni à une protection sociale de qualité, ni à une véritable formation, et ne permettent souvent aucune promotion professionnelle ou sociale. Les publics particulièrement fragilisés sont parfois orientés vers des dispositifs quasi occupationnels, définis comme activités d’insertion. Enfin, ils sont refoulés dans les zones précaires du marché du travail informel (vente à la sauvette, récupération, petits services domestiques…).

43Dans les pays en développement, les travailleurs les plus défavorisés ont parfois accès aux emplois les plus précaires et les plus dangereux du marché du travail salarié. Mais la plupart vivent des activités diverses de l’économie informelle : en zone urbaine, il s’agit du petit commerce ou des services divers, de récupération, de mendicité. Dans bien des pays en développement, beaucoup d’enfants et de jeunes travaillent dans des activités qui leur rapportent à peine de quoi survivre.

2. La violence de l’inactivité forcée imposée aux travailleurs sans emploi

44« On dirait que le système du travail n’est pas fait pour nous… On te demande toujours si tu as des diplômes, et tu es obligée de dire non. On ne voit pas notre avenir », témoignait une déléguée du Mouvement Jeunesse Quart Monde au Comité économique et social européen. Dans les pays industrialisés, une partie de la population adulte a de sérieuses difficultés de lecture et d’écriture, ce qui rend très problématique son accès à l’emploi. Trop souvent, particulièrement en Europe, les plus défavorisés sont réputés « inemployables », et l’on n’attend plus rien d’eux, sinon d’obéir, de se taire, et de laisser la place aux autres. Ils sont refoulés dans des statuts de chômeurs, d’invalides ou d’handicapés. L’allocation de survie qui leur est octroyée devient un salaire de l’exclusion : elle justifie un contrôle social parfois effrayant, attentatoire aux droits civils et politiques lorsque même les activités bénévoles sont soumises à un contrôle très strict, y compris l’aide qu’on peut apporter à ses voisins ou la participation à des réunions d’associations. Les plus défavorisés revendiquent simplement de pouvoir être des hommes et des femmes libres.

3. La violence séculaire du travail forcé

  • 22 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, éditi (...)

45Pendant des siècles, on a considéré normal en Europe d’envoyer aux galères les « sans-feu-ni-lieu », les mendiants, les errants et les vagabonds, de les condamner aux travaux forcés, de les enfermer dans des workhouses ou même de les pendre parce qu’ils étaient considérés « inutiles au monde22 ». On sait que subsistent aujourd’hui des formes d’esclavage sur tous les continents, affectant des milliers d’enfants et d’adultes. C’est un sujet en soi, à approfondir en d’autres circonstances. Dans les pays occidentaux, de nouvelles formes de travail forcé, plus subtiles et plus douces que jadis, peuvent être imposées dans les programmes d’activation des allocations sociales. Voici ce qu’en a dit Moraene Roberts, déléguée des familles du Quart Monde, lors d’une audition nationale sur la pauvreté organisée à Londres en décembre 2006 :

« L’activation des allocations sociales a poussé de force des personnes très vulnérables dans des emplois mal payés, de piètre qualité, qui souvent nuisent à la fois à la santé et à l’estime de soi. Il en résulte pour les gens de faible niveau d’éducation une plus grande insécurité d’emploi sans possibilité d’améliorer leurs compétences ou leur statut. Ils peuvent passer toute leur vie à travailler au salaire minimum… Cela ne provient pas d’une intention d’opprimer, mais de bonnes intentions qui se transforment en action punitive et en mauvaises prestations de services » faute d’être pensées avec les intéressés.

4. L’exclusion des travailleurs affectés aux travaux dit « impurs » ou « ignobles »

  • 23 Cité par Serge Paugam, Les formes élémentaires de la pauvreté, PUF, 2005, p. 147.

46Cette distinction a contribué et contribue encore à marginaliser des populations entières en Asie, comme les Burakumin au Japon et les Intouchables en Inde. La discrimination des Burakumin au Japon, qui seraient aujourd’hui plus d’un million vivant dans des quartiers dits « spéciaux », n’a jamais cessé. Cette population descend de deux catégories : les hinins ou « non-humains » et les eta ou « êtres souillés ». Ces derniers, travaillant comme tanneurs, équarisseurs, étaient en contact avec la mort, le sang, la viande et la maladie. Ils étaient considérés comme « impurs » et il leur était interdit de se marier aux japonais ordinaires23.

47Entre ces quatre formes de violence, il faut inventer le chemin étroit de la mise en œuvre des droits de l’homme pour tous : droit au travail convenable et librement choisi, droit aux revenus et à la sécurité sociale, droit de créer son entreprise, droit à la formation et à la culture. Ce chemin, les plus défavorisés ne cessent de le chercher chaque jour pour eux-mêmes et pour leurs enfants. Ils ne peuvent le trouver si nos société n’inventent pas avec eux des réponses nouvelles. Dans toutes ces situations, disait Joseph Wresinski,

  • 24 Joseph Wresinski, « Les plus pauvres, révélateurs de l’indivisibilité des droits de l’homme », con (...)

« Le pire des malheurs est de vous savoir compté pour nul, au point que même vos souffrances sont ignorées. Le pire est le mépris de vos concitoyens. Car c’est le mépris qui vous tient à l’écart de tout droit, qui fait que le monde dédaigne ce que vous vivez et qui vous empêche d’être reconnu digne et capable de responsabilité. Le plus grand malheur de la pauvreté extrême est d’être comme un mort-vivant tout au long de son existence24 ».

  • 25 Didier Sicard, L’alibi éthique, Plon, septembre 2006, p. 20.

48En contrepoint, on peut affirmer que « l’humain bafoué, meurtri, assiégé, désespéré, misérable, humilié, affaibli par un handicap, ne demande qu’une seule chose : son intégration ou sa réintégration dans la communauté humaine. Non pas un regard compassionnel plein de larmes, des euros, des dollars ou des yens, mais simplement l’acceptation généreuse du fait d’être pareil et non différent25 ».

III. Chances et risques de la mondialisation pour le droit au travail décent pour tous

49Si l’aspiration au travail décent semble quasiment universelle, parce qu’elle permet aux personnes de faire valoir leur dignité dans les sociétés contemporaines, il importe d’examiner quels risques et quelles chances la mondialisation offre à sa concrétisation. L’apparition des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le développement des moyens de transport, des échanges commerciaux et financiers entre pays et continents, les migrations de populations d’un continent à l’autres constituent quelques unes des caractéristiques de la mondialisation actuelle. Il n’est pas douteux qu’elle offre des opportunités nouvelles de développement à des millions de personnes qui vivaient dans la pauvreté, en Chine, en Inde et dans bien d’autres pays émergents. Il n’est pas douteux non plus que dans sa forme actuelle, la mondialisation accroît les inégalités entre pays et au sein même des pays, qu’elle crée simultanément de la richesse pour les uns, de la pauvreté et de l’exclusion pour d’autres. Après avoir examiné les chances que présente l’émergence de nouveaux acteurs collectifs agissant avec les plus défavorisés et la prise de conscience dans les instances internationales de l’importance du travail décent, on évoquera très brièvement quelques risques majeurs de la mondialisation.

§ 1. L’émergence de nouveaux acteurs collectifs agissant avec les plus défavorisés

50On parle beaucoup de l’émergence de la société civile. Depuis 50 à 60 ans, de nouveaux acteurs collectifs se sont créés, dont certains ont pour objectif la lutte contre la misère et s’efforcent de mener leur combat en associant étroitement les populations les plus défavorisées. Les Américains ont créé un nouveau sigle, celui de MBOP (Membership Based Organizations of the Poor) pour désigner ces organisations dont les personnes en situation de pauvreté sont membres et y exercent un pouvoir et une influence réelle. En Belgique, on les appelait « associations où les pauvres prennent la parole » dans les années 1990. Un grand nombre d’organisations de ce type sont nées en Europe et sont devenues internationales, par exemple Emmaus International, ATD Quart Monde, Oxfam etc. Beaucoup d’autres agissent uniquement au niveau local ou national. De nombreuses organisations semblables sont nées dans les pays du Sud.

51Ces organisations mettent en place des actions de tous ordres qui permettent à des militants issus des milieux les plus défavorisés de se former et d’apprendre à parler en public. En exprimant leurs revendications dans des enceintes privées ou publiques, locales, nationales ou internationales, ces militants témoignent qu’un nouvel acteur collectif est né, s’asseyant à la table de ceux qui jouaient entre eux et demandant qu’on change les règles du jeu pour leur faire une place. Ainsi, au sein d’ATD Quart Monde, les militants qui s’expriment ainsi publiquement ont pu se libérer de la honte d’être dans la misère et se for mer à la prise de parole en participant pendant des années aux universités populaires du quart monde et à différents combats pour les droits fondamentaux. Ils ont découvert avec d’autres que la misère n’est pas leur responsabilité propre, mais le résultat du fonctionnement défaillant d’une société. Rencontrés sur leurs lieux de vie par des personnes qui leur ont fait confiance, ils ont pu bénéficier d’un effort de formation, d’action et de recherche entrepris avec tous ceux et celles qui ont accepté de s’engager avec les personnes emprisonnées dans la grande pauvreté. Beaucoup ont acquis la fierté de devenir des acteurs reconnus d’un combat pour la dignité et la justice. Les difficultés ont été et restent nombreuses, parce que la misère stigmatise ceux qui la subissent. En Belgique, il aura fallu 30 ans d’efforts pour que le Mouvement ATD Quart Monde se construise, puis soit sollicité par le gouvernement fédéral comme porte-parole des plus défavorisés, pour les associer dans l’écriture, avec d’autres « associations où les pauvres prennent la parole », du Rapport général sur la pauvreté en Belgique en 1995.

  • 26 Le Mouvement ATD Quart Monde a évalué 30 ans d’action pour permettre aux plus défavorisés d’accéde (...)

52Ces organisations ont souvent été en pointe dans le combat pour permettre aux plus défavorisés d’être reconnus comme travailleurs, envers et contre tout. Dans les années 1970-1980, elles ont été parmi les premières à lancer des entreprises d’insertion, des entreprises de formation par le travail, des coopératives26 etc.

53Ces nouveaux acteurs ont obtenu aussi des changements institutionnels significatifs, par exemple l’accord de coopération pour la lutte contre la pauvreté en Belgique en 1997. En France, à la suite du rapport Wresinki de 1987, qui demandait une loi d’orientation pour permettre un traitement global et permanent de la pauvreté et de la précarité économique et sociale, une cinquantaine d’associations se sont rassemblées dans le collectif Alerte. Après des campagnes de sensibilisation auprès des canditats aux élections présidentielles, puis auprès des élus, elles ont obtenu que soit votée puis promulguée le 29 juillet 1998 une « loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions » qui affirme en son article premier : « La lutte contre les exclusions est un impératif national fondé sur le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains et une priorité de l’ensemble des politiques de la nation. La présente loi tend à garantir sur l’ensemble du territoire l’accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l’emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l’éducation, de la formation et de la culture, de la protection de la familles et de l’enfance. »

54Dans le sillage des différents forums sociaux mondiaux, des synergies se développent au niveau national et international entre ces organisations non gouvernementales et les organisations syndicales de travailleurs. La plate-forme de l’Action mondiale contre la pauvreté créée en 2005 contribue a renforcer le dialogue et la collaboration entre les ONG, les partenaires sociaux, tant sur le terrain local qu’aux plans national et international.

§ 2. Une prise de conscience dans les instances internationales de l’importance du travail décent. Pour tous ?

  • 27 Social Alert, L’économie informelle, p. 31.

55La Confédération mondiale du travail a pu déplorer à juste titre que la promotion du travail décent soit presque totalement absente des objectifs des documents stratégiques de réduction de la pauvreté négociés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international avec les gouvernements de 60 à 80 pays en développement27. L’OIT rappelle que « le travail décent devrait être au cœur des stratégies mondiales, nationales et locales relatives au progrès économique et social. Il joue un rôle fondamental dans les efforts tendant à lutter contre la pauvreté et constitue un moyen de réaliser un développement durable fondé sur l’équité et l’inclusion. » Pour cet organe de l’ONU, la promotion du travail décent comporte quatre composantes : le droit à un emploi, qui suppose des politiques de soutien à la micro-finance et au micro-crédit pour les travailleurs et les entreprises de l’économie informelle ; la protection sociale, par le soutien aux initiatives pour créer des coopératives de santé et plus généralement pour structurer et renforcer la protection contre les tous les risques du travail informel ; l’application des nonnes fondamentales du travail, telles qu’elles figurent dans les conventions internationales du travail (liberté syndicale et protection du droit de s’organiser et de négocier collectivement, interdiction du travail forcé et des pires formes du travail des enfants etc. ; la promotion du dialogue social et la participation des organisations syndicales et associatives aux stratégies de réduction de la pauvreté.

56Des étapes importantes ont été franchies ces dernières années dans la reconnaissance du travail décent comme outil privilégié de lutte contre la pauvreté dans les politiques nationales et internationales. Lors du sommet mondial de l’ONU en septembre 2005, le travail décent a été placé parmi les objectifs fondamentaux des politiques nationales et internationales en matière d’emploi et de développement, notamment dans le cadre de la réalisation des objectifs du millénaire pour l’élimination de la pauvreté. L’objectif de plein emploi productif et de travail décent doit être intégré aux objectifs de développement du millénaire en 2007, par lesquels l’ensemble des chefs d’État et de gouvernement de 180 pays s’engagent à contribuer à la lutte contre la misère.

57La question demeure de savoir si l’intégration de populations les plus exclues dans ces politiques est à l’ordre du jour, ou non. Une des mesures des objectifs du Millénaire est la diminution de moitié du nombre des personnes en dessous d’un certain seuil de pauvreté. Cette manière d’évaluer n’est pas mise en relation avec une autre question : « Est-ce que les plus faibles vont être les bénéficiaires prioritaires de ces mesures ? ».

§ 3. Les risques majeurs de la mondialisation

  • 28 Social Alert, l’Économie informelle, 2004, p. 17 à 22. Social Alert est une coalition de défense e (...)

58Contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, dans de nombreux pays du Sud, l’économie informelle a connu une croissance plus rapide que le secteur formel. Quelles en sont les raisons ? Elles sont nombreuses et complexes, et les seules ici évoquées seront celles qu’énonce l’association Social Alert, coalition d’organisations syndicales internationales et de mouvements de jeunes travailleurs28. Une première raison est l’absence d’une croissance économique équilibrée ainsi que les catastrophes climatologiques qui ont affecté l’agriculture dans de nombreux pays. Le passage trop rapide à l’économie globale de marché a provoqué une forte augmentation du chômage dans les pays peu compétitifs ; la pauvreté rurale provoque une migration massive des populations vers les villes qui contribue énormément à l’expansion de l’économie informelle ; cette pauvreté rurale est causée par la négligence, par l’effondrement des prix agricoles liés aux subventions trop élevées accordées à leur propre agriculture par les pays riches et par les difficultés d’exportation vers les pays riches en raison de leur protectionnisme agricole ; les programmes d’ajustement structurel mis en œuvre dans les années 1980-1990 ont donné lieu à des licenciements massifs et ont affaibli les capacités de régulation des États dans les pays les plus pauvres ; les salaires trop faibles dans l’économie formelle conduisent les travailleurs à chercher des revenus d’appoint etc.

59Plus généralement, le risque majeur demeure que les mesures d’ouverture des marchés et les considérations économiques et financières prédominent sur les considérations sociales, que l’être humain soit soumis à l’économie et non l’inverse. Il est évident que nous vivons dans un système de gouvernance globale largement structuré par les pays et les acteurs les plus puissants. Les pays en développement ont une influence très limitée, les travailleurs et les populations pauvres ont peu ou pas du tout la parole dans ce processus de gouvernance.

60Les agricultures des pays les plus pauvres sont dans un rapport de productivité de 1 à 1000 ou à 2000 avec les pays les plus riches. Si cette mise en concurrence est généralisée dans de nouveaux accords commerciaux, elle est porteuse d’un risque de paupérisation massif de centaines de millions de petits paysans qui seraient amenés à rejoindre les bidonvilles des grandes cités, provoquant une situation qui serait totalement ingérable. Les migrations internationales en provenance des zones de misère vers les zones plus riches, ont lieu avec un coût humain souvent énorme. La force économique, comme toutes les forces, ne peut être légitime que si elle s’exerce dans un état de droit. La faiblesse économique doit pouvoir invoquer le bouclier du droit pour se protéger des attaques des puissants.

Conclusion

61Ce long détour sur la situation de travail et la dignité des populations en grande pauvreté nous apprend-il quelque chose sur Dieu et sur la dignité de Dieu ?

  • 29 Jean Lecuit, s.j., Jésus Misérable, Mame-Desclée, Paris, 2006, 140 pages.
  • 30 Isaïe, 52-53

62Jésus-Christ s’est fait pauvre et s’est identifié aux pauvres, cela n’est pas contestable. Le père Joseph Wresinski a affirmé et tenté de faire reconnaître que Jésus-Christ ne s’est pas seulement fait pauvre ; Fils de Dieu, il s’est fait homme de la misère, pour que les misérables eux aussi soient sauvés. Jean Lecuit a publié en 2006 un livre sur ce sujet, intitulé Jésus misérable. La christologie du père Joseph Wresinski29. Le Christ en effet s’est identifié au Serviteur souffrant, dont Isaïe écrit : « Les multitudes étaient saisies d’épouvante à sa vue, car il n’avait plus figure humaine, et son apparence n’était plus celle d’un homme… Homme de douleur, familier de la souffrance, comme quel qu’un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n’en faisions aucun cas30.» Dans sa présentation de la session qui nous rassemble, Bernard Van Meenen dit la même chose avec d’autres mots ; l’événement du salut se présente comme kénose, c’est à dire comme voie de désappropriation et de dépouillement suivie par le Christ, jusqu’à la croix. Prenant sur lui la condition humaine la plus humiliée, Jésus affirme, par sa naissance dans une étable et par sa mort de supplicié, sa proximité avec tout humain qui voit sa dignité niée au point de ne plus être reconnu comme humain. Par sa résurrection, il révèle que le salut, à savoir la dignité retrouvée et renouvelée, est à portée de tout humain, aussi profonde qu’ait été l’indignité subie.

  • 31 Joseph Wresinski, Les pauvres, rencontre du vrai Dieu, éditions du Cerf, 1986.
  • 32 « Quand la parole des pauvres ouvre à l’Évangile », contribution d’Etienne Grieu, s.j., au colloqu (...)

63Si le Christ nous révèle ainsi l’éminente dignité de tout être humain, y compris des plus pauvres parmi les pauvres, ceux-ci à leur tour nous aident à découvrir qui est Dieu. En effet, leur condition d’humains méprisés, hommes de douleur, familiers de la souffrance, devant qui on se voile la face, les rend particulièrement proches de Jésus, Serviteur souffrant. Leur expérience de vie nous ouvre à une compréhension renouvelée de l’expérience et de l’être même de Jésus. « Les pauvres, rencontre du vrai Dieu », témoigne Joseph Wresinski dans un livre auquel il a donné ce titre31. Si les paroles des plus défigurés ne sauraient être identifiées à la parole de Dieu, il ne fait pas de doute que les prendre en compte avec discernement ouvre à la Parole de Dieu. « Les pauvres m’ont évangélisé », affirment de nombreux croyants ayant choisi de cheminer durablement avec les plus défavorisés. « La parole des pauvres ouvre à l’Évangile » expliquait récemment Etienne Grieu, professeur de théologie pratique, dans une très belle intervention donnée à Lourdes32. En ce sens, il n’est pas abusif d’affirmer que chaque fois que nous prenons en compte leurs paroles, s’accomplit cette belle prophétie d’Isaïe :

  • 33 Isaïe, 56, 10-11.

« Comme la pluie et la neige descendent des deux et n’y remontent pas sans voir arrosé la terre, l’avoir fécondée et fait germer, pour qu’elle donne la semence au semeur et le pain comestible, de même la parole qui sort de ma bouche ne me revient pas sans résultat, sans avoir fait ce que je voulais et réussi sa mission.
« Oui, vous partirez avec joie et serez ramenés en sécurité. Montagnes et collines éclateront devant vous en cris de joie et tous les arbres de la campagne applaudiront.
« Ce sera pour Yahvé une renommée, un signe éternel, infrangibles33. ».

Notes

1 Soutenue à l’université de Paris 1 en 1980, cette thèse a été publiée en version abrégée quelques années plus tard sous le titre : Les travailleurs sous-prolétaires face aux mutations de l’emploi, Xavier Godinot, éditions Quart Monde, 1985.

2 Le récit de cette aventure est raconté dans le livre D’une terre que l’on disait morte... coordonné par Philippe Hamel, éditions Quart Monde, 2001.

3 Ce paragraphe et le suivant s’inspirent très largement de l’article de Paul Bouchet, « Implications juridiques de l’égale dignité », revue Quart Monde, no 158, juin 1996, pages 6 à 11.

4 Giovanni Pico Della Mirandola, De la dignité de l’homme, éditions de l’Éclat, 1993.

5 Cette citation comme la suivante est extraite de l’article de Daniel Fayard, « Quand le plus pauvre donne l’intelligence du combat », revue Quart Monde, no 168, décembre 1998, p. 23.

6 Joseph Wresinski, « Grande pauvreté et précarité économique et sociale », rapport du Conseil économique et social, Journal officiel de la République française, février 1987, p. 6.

7 Rapport soumis par le Rapporteur spécial, Leandro Despouy (E/CN.4/Sub.2/1996/13) Appendice III. Il fut adopté par la Résolution de l’Assemblée générale des Nations unies no 53/146, paragraphes 48 à 74.

8 Pour des commentaires plus approfondis de cette définition, voir par exemple : Quentin Wodon, « Attacking extreme poverty. Learning from the experience of the International Movement ATD Fourth World », World Bank technical paper, no 502, May 2001, p. 15 à 22.

9 Vincent de Gaulejac, Les sources de la honte, Desclée de Brouwer, 1996, p. 137.

10 Joseph Wresinski, Heureux, vous les pauvres, éditions Cana, 1984, p. 27.

11 Joseph Wresinski, Les pauvres, rencontre du vrai Dieu, éditions du Cerf, 1986, p. 137.

12 Amartya Sen, Developement as Freedom, Oxford University Press, 1999, 366 p.

13 Vincent Degaulejac, op. cit., p. 136.

14 Joseph Wresinski, Appel à la solidarité, prononcé le 17 novembre 1977 au palais de la Mutualité à Paris.

15 Institut de recherche et de formation du Mouvement ATD Quart Monde, « Écouter donne la parole, enquête 2005 », 138 pages.

16 Institut de recherche et de formation du Mouvement ATD Quart Monde, « Écouter donne la parole, enquête 2005 », p. 45.

17 Groupe d’étude franco-belge sur le travail et le chômage avec la contribution de Lutte-Solidarité-Travail, « Sortir de l’inactivité forcée », dossiers et documents de la revue Quart Monde, no 8, septembre 1998.

18 Intervention de Bruno Couder, délégué général adjoint du Mouvement international ATD Quart Monde, au collogue « Extrême pauvreté et travail décent » organisé au Conseil économique et social, Paris, 11 décembre 2006.

19 ILO, Decent Work and the Informal Economy, Geneva, 2002.

20 Contribution à l’étude « Sortir de la pauvreté », monographie de familles du Burkina Faso et du Pérou, Institut de recherche et de formation aux relations humaines, Mouvement international ATD Quart Monde, mai 2005.

21 Dominique Schnapper, La relation à l’Autre, NRF Essais, Gallimard, 1998, p. 496.

22 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, éditions Gallimard, 1987.

23 Cité par Serge Paugam, Les formes élémentaires de la pauvreté, PUF, 2005, p. 147.

24 Joseph Wresinski, « Les plus pauvres, révélateurs de l’indivisibilité des droits de l’homme », contribution à la réflexions de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (France), Cahiers de Baillet, 1989.

25 Didier Sicard, L’alibi éthique, Plon, septembre 2006, p. 20.

26 Le Mouvement ATD Quart Monde a évalué 30 ans d’action pour permettre aux plus défavorisés d’accéder à la formation et à l’emploi dans un livre, On voudrait connaître le secret du travail. Dialogue insolite entre militants du quart monde, chercheurs et acteurs de l’économie, sous la direction de Xavier Godinot, éditions de l’Atelier et éditions Quart Monde, 1995.

27 Social Alert, L’économie informelle, p. 31.

28 Social Alert, l’Économie informelle, 2004, p. 17 à 22. Social Alert est une coalition de défense et promotion des droits économiques, sociaux et culturels qui regroupe cinq organisations internationales : Confédération mondiale du travail. Jeunesse ouvrière chrétienne internationale, Mouvement mondial des travailleurs chrétiens, Pax Christi International et Wereldsolidariteit-Solidarité mondiale.

29 Jean Lecuit, s.j., Jésus Misérable, Mame-Desclée, Paris, 2006, 140 pages.

30 Isaïe, 52-53

31 Joseph Wresinski, Les pauvres, rencontre du vrai Dieu, éditions du Cerf, 1986.

32 « Quand la parole des pauvres ouvre à l’Évangile », contribution d’Etienne Grieu, s.j., au colloque de la Fondation Jean Rodhain, « La parole des pauvres », Lourdes, 27 avril 2007.

33 Isaïe, 56, 10-11.

Auteur

Économiste, directeur de l’Institut de recherche du Mouvement international ATD Quart Monde, Paris

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search