Version classiqueVersion mobile

La dignité aujourd’hui

 | 
Anne-Marie Dillens
, 
Bernard Van Meenen

II. Dignité humaine, dignité de Dieu

« Rien n’est aussi digne de Dieu que le salut de l’homme » (Tertullien, Adu. Marc. II, 27,1)

Isabelle Bochet

Texte intégral

  • 1 Fondements de la métaphysique des mœurs, 2e section, « Bibliothèque de la Pléiade », II, p. 301-30 (...)

1Dans une perspective philosophique, nous lions spontanément aujourd’hui la dignité de l’homme à son statut de personne, c’est-à-dire d’être raisonnable et libre. Selon Kant, par exemple, « l’autonomie est le principe de la dignité de la nature humaine et de toute nature raisonnable » : ce qui le conduit à affirmer que « la moralité, ainsi que l’humanité, en tant qu’elle est capable de moralité, sont les seules choses qui aient de la dignité1 ». La perspective des Pères de l’Église est différente : ils pensent d’abord la dignité de l’homme dans sa relation à Dieu qui l’a créé et qui le sauve ; ils se soucient en outre de défendre la dignité du Dieu chrétien face aux critiques des païens ou des hérétiques qui jugent la création ou l’incarnation indignes de Dieu. Leur manière de lier dignité de l’homme et dignité de Dieu nous oblige à transformer notre manière d’envisager la question de la dignité humaine : c’est à ce déplacement que je vous invite, en espérant vous montrer combien il peut être fécond.

2A la charnière du iie et du iiie siècles, Tertullien a été très directement confronté à cette question dans son combat contre Marcion. La place importante que tient le thème de la dignité de Dieu et de la dignité humaine dans sa polémique contre Marcion et, plus encore, la manière dont il articule l’une à l’autre, m’ont incitée à le choisir pour aborder la question centrale de notre colloque. Ses formules paradoxales, voire provocantes, ne peuvent nous laisser indifférents ; son anthropologie a de quoi nous séduire : autant de raisons pour retenir ici son approche.

  • 2 Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris. Les Belles (...)
  • 3 Ibidem, p. 390-391.
  • 4 Ibid., p. 392-393.

3Dans le vocabulaire latin des relations politiques, dignitas est « le terme qui marque le plus fortement la position exceptionnelle du noble dans l’État » : c’est, comme l’a montré J. Hellegouarc’h2, « la notion aristocratique par excellence », qui « appartient en propre à l’ordre sénatorial » ; la dignitas exprime à la fois les droits et les devoirs de celui qui la possède. De façon plus générale, dignitas implique toujours une « convenance » ; dans le vocabulaire de la rhétorique, dignitas s’applique par exemple au style et en exprime la convenance aux paroles prononcées ; dans le domaine du comportement social, dignitas désigne « l’attitude et les sentiments qui conviennent à un homme en fonction de sa situation », « l’attitude que l’on peut attendre de lui3 ». Cette convenance n’est pas seulement accidentelle, mais nécessaire4.

  • 5 Adu. Marc 1, 3, 1, SC 365, p. 110-111.
  • 6 Adu. Marc.1, 3, 2-3, SC 365, p. 112-1 13 ; cf. R. Braun, « Définition philosophique de Dieu comme (...)
  • 7 Adu. Marc. II, 2. 6. SC 368, p. 28-29.

4Rien d’étonnant alors à ce que Tertullien, utilisant ce terme, écrive : « pour nous, il est plus digne de croire qu’une chose, quelle qu’elle soit, n’est pas, si elle n’est pas telle qu’elle doit être5.» L’application du terme à Dieu suppose donc, sans aucun doute, une réflexion sur la nature de Dieu : si Dieu est « la suprême grandeur » (summum magnum6), comme le définit Tertullien, il faut s’interroger sur ce qui convient à une telle grandeur. Doit-on la penser, à la manière de Marcion, comme une transcendance telle qu’on ne peut la connaître et qui exclut par principe tout contact réel avec le monde, a fortiori avec la chair ? Doit-on au contraire affirmer, avec Tertullien, que « c’est lorsque Dieu est tout petit au regard de l’homme qu’il est, au plus haut degré, grand7 » et qu’il est donc au plus haut point digne de Dieu de s’abaisser pour entrer en contact avec l’homme et pour le sauver ? Ces affirmations opposées sur ce qui convient à Dieu ont pour corollaires des positions divergentes à propos de l’homme : est-il une œuvre misérable et faible du Créateur, dont celui-ci n’a pu que se repentir, comme le pense Marcion ? ou bien est-il digne de Dieu, jusque dans sa chair, comme le proclame Tertullien ?

5Il faudra examiner tout d’abord la cohérence de la position de Marcion et voir la radicalité de sa contestation ; la vigueur de la réponse de Tertullien n’en apparaîtra que davantage, qu’il s’agisse de la dignité de Dieu ou de celle de l’homme.

I. Le « Dieu étranger » de Marcion

  • 8 Cf. Irénée, Adu. haer. I. 27, 2-4, Éd. du Cerf, p. 118-120 ; III, 12, 12, p. 330-331 ; Tertullien,(...)
  • 9 A. Von Harnack, Marcion. Das Evangelium vom fremden Gott, Leipzig, J. C. Hinrich’sche Buchhandlung (...)

6Il ne reste rien de Marcion ; l’essentiel de notre information sur sa vie et sa doctrine vient de trois auteurs de la fin du iie et du début du iie siècle, Irénée, Tertullien et Hippolyte8. Irénée présente Marcion à la suite des gnostiques et laisse ainsi supposer que sa doctrine est une forme de gnosticisme. Cette présentation a été contestée par Harnack, qui ne voit, dans la prédication du christianisme par Marcion, « rien d’autre que de la théologie biblique, c’est-à-dire une doctrine de la religion qui se fonde de façon positive et exclusive sur le livre qui comprend l’Évangile et les lettres de Paul et, de façon négative, sur l’autre livre, qui est effectivement véridique aussi, l’Ancien Testament9 ». La thèse de Harnack a suscité et suscite encore de nombreuses réactions critiques. Si, de fait, Marcion se distingue du gnosticisme sur de nombreux points, il reste que l’opposition entre Loi et Évangile est liée, dans sa pensée, à l’opposition des deux dieux, le Dieu bon. Père de Jésus-Christ, et le Dieu de l’Ancien Testament, créateur et seigneur de ce monde. Une telle opposition ne s’accorde en rien avec la théologie de Paul !

  • 10 Comme le suggère R. Braun, dans son « Introduction » au Contre Marcion, livre I. SC 365, p. 46. Su (...)

7Il ne peut être question ici de discuter ce qu’il en est exactement de la doctrine de Marcion ; je me contenterai de l’exposer à travers ce que nous en dit Tertullien, tout en étant bien consciente qu’il faut faire la part de la polémique dans ses propos. L’insistance de Tertullien sur ce qui est ou non digne de Dieu s’explique probablement par l’importance que Marcion accordait lui-même à cet argument dans sa critique du Dieu de l’Ancien Testament10. Nous verrons tout d’abord ce qui est indigne de Dieu selon Marcion, autrement dit sa critique du Dieu de l’Ancien Testament, avant d’examiner sa propre conception de Dieu et son anthropologie.

A. Ce qui est indigne de Dieu selon Marcion : la critique du Dieu créateur

8Aux dires de Tertullien, ce qui est indigne de Dieu, selon Marcion, c’est en tout premier lieu la création :

  • 11 Adu. Marc. 1. 13, 12, SC 365, p. 156-157. Pour comprendre le sens exact de I, 14, qui, dans la tra (...)

« […] ces très impudents marcionites froncent les narines et se tournent vers la destruction des œuvres du créateur. “Ouvrage admirable en vérité, disent-ils, et bien digne de Dieu que l’univers11 !” »

9La critique de l’univers va donc de pair pour Marcion avec le mépris du créateur. La création de l’homme ne fait pas exception, comme le montrent les objections des marcionites que Tertullien rapporte dans le livre II :

  • 12 Adu. Marc. II. 5, I. SC 368, p. 42-43.

« Si Dieu possède la bonté, la prescience de l’avenir et la puissance d’écarter le mal, pourquoi a-t-il souffert que l’homme, son image et sa ressemblance, bien mieux même sa substance par l’origine de l’âme, tombe de la désobéissance à sa loi dans la mort en se laissant circonvenir par le diable12 ? »

  • 13 Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 128.

10Autrement dit, la chute de l’homme atteste, selon Marcion, que le créateur n’est ni bon, ni prescient, ni puissant, car, s’il avait été tel, il n’aurait pas permis que cette chute se produise. Comme le dit Harnack, selon Marcion, « la création de l’homme est une lamentable tragédie dont le créateur seul est coupable13 » !

  • 14 Adu. Marc. II. II. I, SC 368, p. 78-81 ; 13, 2, p. 86-87.
  • 15 Cf. Adu. Marc. II, 16, SC 368, p. 100-107 ; I, 25, 2, SC 365, p. 222-223.
  • 16 Cf. Adu. Marc. I. 2, 2, SC 365, p. 108-109 : I. 16, 4. p. 176-177 : 11. 14, 1, SC 368, p. 92-93 : (...)
  • 17 Adu. Marc. II. 14, 1. SC 368, p. 92-93.

11La critique de Marcion porte également sur la justice du créateur : en châtiant l’homme, il se montre un juge non seulement sévère, mais cruel14. Les sentiments qui accompagnent l’exercice de la justice sont indignes de Dieu : la colère, l’indignation, l’hostilité15. Les marcionites estiment en outre que le créateur se contredit en châtiant. Ils exploitent en ce sens Dt 32, 39 (selon LXX) : « Je frapperai et je guérirai ; je tuerai et je vivifierai », et Is 45, 7 : « C’est moi qui crée les maux16 ». « Voyez, disent-ils, il fait profession lui-même d’être le créateur des maux quand il dit : “C’est moi qui crée les maux17.” »

  • 18 Adu. Marc. IV, 1, 10, SC 456. p. 64-65.
  • 19 Cf. Adu. Marc. II, 20, I – 22. 4. SC 368, p. 124-137.
  • 20 Cf. Adu. Marc. II. 23, I – 24, 2, SC 368, p. 136-143.
  • 21 Cf. Adu. Marc. II, 25, I – 26, 4. SC 368, p. 148-159.

12La critique de la justice du créateur s’accompagne donc de celle de sa versatilité et de son inconstance : « Il défend ce qu’il ordonne, il ordonne ce qu’il défend18 ». Les marcionites en donnaient des exemples divers : le vol des Egyptiens par les Hébreux lors de la sortie d’Égypte, qui contredit l’interdiction du vol dans le Décalogue ; l’ordre de promener l’arche durant huit jours autour de Jéricho, qui enfreint le précepte du sabbat ; l’ordre d’élever un serpent d’airain, qui contredit l’interdiction de toute représentation figurée dans le Décalogue19, etc. Les marcionites dénonçaient également les repentirs du créateur, qui réprouve ceux qu’il a autrefois approuvés (Saül ou Salomon par exemple20). De façon plus générale, ils dénonçaient comme indignes de Dieu toutes les faiblesses ou petitesses attribuées au créateur dans l’Ancien Testament : ses ignorances (à propos d’Adam ou encore de Sodome et Gomorrhe), sa manière de jurer par lui-même (en Is45, 23, par exemple), son infériorité par rapport à Moïse qui, après l’épisode du veau d’or, intercède pour le peuple et « interdit » à son Dieu la colère21.

B. Ce qui est digne de Dieu selon Marcion : le « Dieu étranger »

13Tous ces traits indignes de Dieu, Marcion les attribue donc au créateur, c’est-à-dire au Dieu de l’Ancien Testament ; il en exempte au contraire le Dieu bon révélé par Jésus-Christ. Les traits qu’il attribue à ce « dieu autre » font saisir ce qu’il estime digne de Dieu.

  • 22 Adu. Marc. I, 8, 1, SC 365, p. 134-135.
  • 23 Adu. Marc. I, 11, I, SC 365, p. 146-147.
  • 24 De carne Christi 4, 3, SC 216, p. 222-223. A. Harnack (Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 1 (...)
  • 25 Adu. haer. I, 27, 2, Éd. du Cerf, p. 118.
  • 26 Adu. Marc. I, 9, 4, SC 365, p. 138-139.

14Les marcionites parlent « d’un dieu nouveau, ignoré et inconnu dans le monde ancien et sous l’ancien dieu, qui […] fut révélé par un certain Jésus-Christ, lui aussi nouveau sous des noms anciens, et ne fut révélé par personne d’autre avant22 ». Pour justifier la nouveauté de leur dieu, ils disent : « Qui donc est moins connu des siens que des étrangers ? Personne23 !» Autrement dit, selon Marcion, ce dieu nouveau est non seulement inconnu, mais aussi étranger, car l’homme, tout autant que l’univers, n’est pas sa création : le Christ, en venant le racheter, « l’a d’autant plus aimé qu’il a racheté en lui un étranger24 ». Ce dieu est enfin supérieur au créateur, comme l’atteste Irénée25, tout autant que Tertullien26.

  • 27 Adu. Marc. I. 17, I, SC 365, p. 176-177.
  • 28 M. Tardieu, « Marcion depuis Harnack », Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 423-424.
  • 29 Adu. Marc. I, 24, 7, SC 365, p. 220-221.
  • 30 Adu. Marc. IV, 36, 2, SC 456, p. 444-445.
  • 31 Adu. Marc. I. 2, 3, SC 365, p. 108-109.
  • 32 Adu. Marc. I, 26, 1, SC 365, p. 226-227.
  • 33 Adu. Marc. 1.6. 1, SC 365, p. 124-125.
  • 34 Adu. Marc. 1, 26, 1, SC 365, p. 226-227.
  • 35 Adu. Marc. 1. 27, 2-3, SC 365. p. 232-233.

15L’œuvre de ce dieu n’est donc pas la création, mais seulement la rédemption. Tertullien prête aux marcionites les mots suivants : « Un seul ouvrage suffit à notre dieu : il a délivré l’homme par un effet de sa suprême et essentielle bonté (summa et praecipua bonitate sua), préférable à toutes les sauterelles27 !» La mention des sauterelles est une ironie du polémiste, qui fait « semblant d’admirer ce qu’il croit (ou feint de passer pour) être détesté par son adversaire ». Mais le plus important est ici l’opposition de deux conceptions de Dieu : « La conception marcionite d’un dieu dont l’œuvre unique est la rédemption » et « la conception commune du dieu cosmique stoïcien, reconnaissable à son œuvre parfaite dans les grandes comme dans les petites choses28 ». A l’essentiel qu’est la rédemption, Marcion oppose le superfétatoire et l’inutile, qui est l’œuvre du dieu créateur ou du dieu des philosophes. Il souligne ainsi à nouveau la supériorité de son dieu : « sa suprême et essentielle bonté ». Tertullien revient, de façon récurrente, à cette caractéristique du dieu de Marcion : il est « un dieu exclusivement bon » (tantummodo bonum deum29), « un dieu tout bon et spontanément bon » (deus optimus et ultro bonus30) « seule et pure bonté » (solius et purae benignitatis31), « bonté seule32 », etc. Ce qui revient à exclure par principe de ce dieu tout trait négatif ou du moins ressenti comme tel : il est « doux, pacifique33 », il ne s’irrite pas, ne juge pas, ne punit pas, ne condamne pas34 ; il ne veut pas être craint35.

  • 36 Adu. Marc. 1, 19, 2, SC 365, p. 186-187.
  • 37 Cf. Adu. Marc. III, 8-9, SC 399, p. 95-107.
  • 38 Cf. Adu. Marc. V. 20, 3. SC 483. p. 364-365.
  • 39 Cf. Adu. Marc. III. 11, 6-7, SC 399, p. 114-117 ; IV, 20, 10-11, SC 456, p. 272-273 ; De carne Chr (...)

16Il reste à préciser comment Marcion conçoit la rédemption : le Christ est, selon lui, « esprit de salut » (salutaris spiritus36) ; il a pris seulement l’apparence d’un homme, l’apparence de la chair et non sa réalité37. Marcion prenait appui sur Ph2. 6-7 (« ayant pris la forme d’esclave », « dans la ressemblance de l’homme ») pour justifier son docétisme38. Un tel docétisme s’imposait en raison de son mépris de la chair : comment ne serait-il pas « indigne de Dieu » de naître, si la chair est indigne et si la naissance est hideuse39 ?

C. L’indignité de l’homme : l’anthropologie de Marcion

17L’anthropologie de Marcion explique, sans aucun doute, son refus de l’incarnation. Son mépris de la chair devait être radical, si on en croit la violence – pour une part, rhétorique, il est vrai – des propos de Tertullien :

  • 40 De carne Christi 4, 1-2, SC 216, p. 220-223.

« Si tu ne refuses à Dieu l’incarnation, ni parce que tu l’estimerais impossible, ni parce que tu l’estimerais périlleuse pour lui, il reste que tu la rejettes et que tu la dénonces comme indigne de lui. Exposant dès l’exorde ta haine de la naissance, allons, pérore maintenant sur cette ordure qu’ont mise dans le ventre les éléments génitaux, sur ces hi deux caillots de sang et d’eau, sur cette chair qui doit, pendant neuf mois, tirer sa nourriture de ce fumier. Décris-nous donc ce ventre, plus monstrueux de jour en jour, alourdi, tourmenté et jamais en repos, même dans le sommeil, sollicité de part et d’autre par les caprices de l’appétit et du dégoût. Déchaîne-toi, maintenant, contre les organes indécents de la femme en travail qui l’honorent pourtant par le danger qu’elle court et qui sont naturellement sacrés. Apparemment qu’il te fait peur cet enfant rejeté avec armes et bagages et que tu le dédaignes encore une fois débarbouillé, parce qu’il faut le maintenir dans les langes, le pétrir de pommades et le faire rire par des caresses ! Tu méprises. Marcion, cet objet naturel de vénération : et comment es-tu né ? Tu hais la naissance de l’homme : et comment peux-tu donc aimer quelqu’un40 ? »

  • 41 Cf. Adu. Marc. I, 28, 4-29, 8, SC 365, p. 238-247.
  • 42 Cf. Adu. Marc. I, 24, I, SC 365, p. 216-217 : Irénée, Adu. haer. I, 27, 3, Éd. du Cerf, p. 119.
  • 43 Cf. Adu. Marc. I, 27, 6 – 28, I, SC 365, p. 234-237.

18L’ascèse rigoureuse prônée par Marcion est cohérente avec une telle condamnation de la chair ; il faut selon lui renoncer au mariage et à la procréation41, pour éviter que se perpétue l’œuvre du créateur. Rien d’étonnant, non plus, à ce que Marcion nie la résurrection de la chair : seule, l’âme est sauvée42. On pourrait penser du moins que le dieu exclusivement bon de Marcion sauvera tous les hommes ; il n’en est rien de fait, puisque le pécheur sera « rejeté pour ainsi dire loin des yeux » de son dieu et finalement « saisi par le feu du créateur43 ».

19La transcendance du dieu de Marcion est telle qu’il ne peut avoir de contact véritable ni avec le monde, ni avec la chair : ce serait indigne de lui ! Sa bonté exclusive de toute punition ou de toute condamnation paraît au premier abord séduisante, mais elle suppose en fait la destruction des œuvres du créateur jugées indignes, en particulier celle de la chair. On comprend alors la réaction vigoureuse d’un Irénée ou d’un Tertullien face à une doctrine qui met aussi radicalement en cause l’essentiel du christianisme.

II. Ce qui est digne de Dieu selon Tertullien

A. La critique du dieu de Marcion

  • 44 Adu. Marc. I, 3, 1. SC 365. p. 110-111.

20Tertullien s’efforce en premier lieu de démontrer que l’indignité dénoncée par Marcion s’applique en réalité à son dieu, et non au Dieu chrétien. En vertu du principe énoncé dès le début du Contre Marcion : « Pour nous, il est plus digne de croire qu’une chose, quelle qu’elle soit, n’est pas, si elle n’est pas telle qu’elle doit être44 », il pourra alors conclure que le dieu de Marcion n’existe pas !

  • 45 Adu. Marc. I, 9, 4. SC 365. p. 138-139 ; cf. 1, 17, 3, p. 178-179.

21Après avoir mis en cause l’existence même de deux dieux comme contraire aux exigences de la raison, Tertullien établit qu’il n’est pas digne de Dieu de ne pas se faire connaître dès l’origine : « […] je fais cette objection de principe qu’un dieu n’aurait pas pu être ignoré au titre de la grandeur et n’aurait pas dû être ignoré au titre de la bonté45… ». Le témoignage naturel de l’âme et l’existence de l’univers devraient le faire connaître :

  • 46 Adu. Marc. I. 10. 4. SC 365, p. 146-147.

« Jamais Dieu ne restera caché, jamais Dieu ne fera défection. Toujours il se fera comprendre, toujours il se fera entendre, et même il se fera voir de la manière qu’il voudra. Dieu a pour témoignage ce tout que nous sommes et où nous sommes46. »

  • 47 Cf. Adu. Marc. I, 11, 7-9, SC 365, p. 150-155.
  • 48 Adu. Marc. I, 12, I, SC 365, p. 154-155.
  • 49 Adu. Marc. I, 13, 3-14, 2, SC 365, p. 158-165.

22Comment trouver une raison digne de Dieu pour justifier qu’il n’ait rien créé ? S’il ne l’a pas pu, cela est indigne de Dieu ; s’il ne l’a pas voulu, cela est tout aussi indigne de lui47 ? Comment pourrait-il être digne de lui de ne pas agir : « Dieu ne doit pas être sans cause, c’est-à-dire sans action48.» Contrairement à ce qu’affirment les marcionites, l’univers est digne de Dieu ; il serait en tout cas plus indigne de Dieu de n’avoir rien fait. Que l’on examine les corps célestes, les éléments qui constituent l’univers, les réalités les plus infimes et a fortiori l’homme49, tout proclame la grandeur du créateur !

  • 50 Cf. Adu. Marc. I, 22, 3-8, SC 365, p. 200-207.
  • 51 Cf. Adu. Marc. I, 23, 1-9, SC 365, p. 206-215 ; 26, 1-5, p. 226-231.
  • 52 Cf. Adu. Marc. IV, 34, 11, SC 456, p. 422-423 : Irénée, Adu. haer. I, 27, 3, Éd. du Cerf, p. 119.
  • 53 Cf. Adu. Marc. I. 24, 1-6, SC 365, p. 214-221. Ce salut n’est pas un pardon donné à des coupables  (...)
  • 54 Adu. Marc. I, 25, 1, SC 365, p. 220-221.

23La bonté du dieu de Marcion n’est pas non plus digne de Dieu, car elle ne répond pas aux règles du divin : celte bonté n’est en effet, ni naturelle, ni rationnelle, ni parfaite. Elle n’est pas naturelle, car, si elle était telle, elle se serait manifestée dès le commencement50. Elle n’est pas rationnelle, car le dieu de Marcion vient sauver un homme qui lui était étranger ; sa bonté ne respecte donc pas l’ordre : la bonté a en effet pour fondement la justice, que le dieu de Marcion méprise51. Sa bonté enfin n’est pas parfaite, car elle ne s’exerce pas sur tous les hommes – elle exclut les juifs et les chrétiens qui appartiennent au créateur52 – et elle ne sauve pas tout l’homme, puisque seule l’âme sera sauvée, à l’exclusion de la chair qui sera perdue à jamais53. Il faut donc conclure que cette bonté « ne cadre pas du tout avec la divinité, n’étant ni innée, ni rationnelle, ni parfaite, mais malhonnête, injuste, indigne du nom même de bonté54 » !

24Plus radicalement, enfin, comment estimer digne de Dieu d’interdire à l’homme de naître ?

  • 55 Adu. Marc. I, 29, 7, SC 365, p. 244-245. A comparer à Irénée, Adu. haer. III, 22, 3, Éd. du Cerf, (...)

« Réprimer totalement la reproduction du genre humain, je me demande si cette attitude convient à un dieu très bon. Comment voudra-t-il sauver l’homme, s’il lui interdit de naître en lui enlevant le moyen de naître ? Comment aura-t-il quelqu’un en qui mettre le sceau de sa bonté, s’il ne lui permet pas d’exister55 ?»

  • 56 Cf. Adu. Marc. III. 10, 1-5, SC 399, p. 106-11 1 ; De carne Christi 3, 3, SC 216. p. 216-217.
  • 57 Cf. Adu. Marc. III, 11, 7-8, SC 399, p. 116-117 ; De carne Christi 5, 1, SC 216. p. 226-227.

25Si vraiment ce dieu a un tel mépris de la chair, comment admettre qu’il soit plus digne de lui de prendre une chair illusoire ? S’il dédaigne la chair, ne devrait-il pas plus encore en dédaigner le simulacre ? La loyauté est plus digne de Dieu que l’artifice56 ! On ne voit guère enfin pourquoi il serait plus indigne de Dieu de naître que de mourir57

26En bref, le dieu de Marcion est un dieu qui ne se fait pas connaître, qui n’agit pas ; un dieu dont la bonté est gratuite au point d’être injuste, arbitraire et imparfaite ; un dieu enfin qui préfère l’illusion de la chair à sa vérité et qui prétend sauver ce dont il ne veut pas l’existence ! Ces attributs sont tellement incompatibles avec ce qui est digne de la divinité que l’on a de sérieuses raisons de mettre en doute son existence et d’y voir seulement l’invention d’un homme.

B. Le Créateur est digne d’être Dieu

  • 58 Cf. Adu. Marc. II. 1, 1, SC 368, p. 20-21.
  • 59 Adu. Marc. II, 2, 4. SC 368. p. 26-27.

27Bien différent est le Dieu chrétien, dont Tertullien prend la défense contre les attaques de Marcion : il existe et il est digne d’être Dieu58. Mais il importe au préalable de déterminer quelle est l’attitude requise face à la grandeur de Dieu. Reconnaître cette grandeur comme divine, c’est admettre qu’elle n’est pas à la mesure de l’homme. Comment se faire alors « censeur de la divinité » et oser dire : « Dieu n’aurait pas dû agir ainsi » et « Il aurait dû agir plutôt ainsi59 »? Le recours aux épîtres pauliniennes, qui étaient admises par Marcion, permet à Tertullien de fonder cette affirmation en citant Rm II, 33-35 – « Ô profondeur des richesses et de la sagesse de Dieu ! Impénétrables sont ses jugements… » – et même de la radicaliser en prenant appui sur ce que Paul dit de la sagesse de Dieu en 1 Co 1-2. Le langage paradoxal de Paul en I Co I, 25 : « La folie de Dieu est plus sage que les hommes et la faiblesse de Dieu plus forte que les hommes » conduit Tertullien à privilégier à son tour le paradoxe pour énoncer ce qui est le propre de la divinité :

  • 60 Adu. Marc. II, 2, 6, SC 368, p. 28-29.

« Ainsi, c’est lorsque Dieu est tout petit au regard de l’homme qu’il est, au plus haut degré, grand ; c’est lorsqu’il n’est pas bon au regard de l’homme qu’il est, au plus haut degré, tout bon ; c’est lorsqu’il est deux ou plusieurs au regard de l’homme qu’il est, au plus haut degré, unique60. »

  • 61 Adu. Marc. II. 16, 4, SC 368, p. 102-103.

28Les abaissements de Dieu, sa justice déconcertante pour l’homme ou même ses apparentes contradictions sont de la sorte justifiés par avance : non seulement, on ne peut en exclure la possibilité en Dieu, mais même on doit supposer que cela est d’autant plus digne de foi ; ce serait en effet « suprême déraison de préjuger des choses divines d’après les choses humaines61 ».

29La création manifeste d’emblée, selon Tertullien, que la bonté du créateur est une bonté digne de Dieu. Dieu en effet s’y révèle comme bonté :

  • 62 Adu. Marc. II. 3, 3-5, SC 368, p. 30-33.

« La première marque de la bonté du créateur a été de ne pas vouloir, étant Dieu, demeurer éternellement caché, c’est-à-dire sans l’existence de quelque chose de qui Dieu fût connu. Est-il en effet rien d’aussi bon que la connaissance et la fruition de Dieu62 ? »

  • 63 Cf. Adu. Marc. II, 3, 2-3, SC 368, p. 30-31.

30Dans la création, la bonté de Dieu se révèle en outre « éternelle, innée en Dieu, perpétuelle, et par là digne de Dieu », puisqu’elle a créé le commencement, sans avoir elle-même de commencement63. La chute de l’homme ne met nullement en cause la réalité de cette bonté. Un être « digne de connaître Dieu » ne pouvait être, en effet, qu’un être libre. Or, s’il était bien digne de Dieu de permettre à l’homme l’autonomie et la liberté de choix, il était tout aussi digne de lui de demeurer fidèle à son œuvre créatrice et, par conséquent, de ne pas intervenir pour empêcher le mauvais usage de cette liberté. Il n’y a donc pas à accuser le créateur d’imprévoyance ou d’impuissance :

  • 64 Adu. Marc. II, 7, 24, SC 368, p. 56-59.

« Même s’il avait prévu que l’homme userait mal de la façon dont il l’avait créé, est-il chose aussi digne de Dieu que la gravité, que la fidélité dans ses œuvres créatrices, quelles qu’elles soient64 ? »

  • 65 Adu. Marc. II, 11. 4, SC 368, p. 84-85.
  • 66 Adu. Marc. II, 12, 2-3. SC 368, p. 84-87.
  • 67 Adu. Marc. II, 14, 3, SC 368, p. 92-95.
  • 68 Adu. Marc. II, 16, 2 et 7, SC 368. p. 100-107.

31Là où Marcion estime que la justice est indigne d’un Dieu qui n’est que pure bonté, Tertullien montre au contraire qu’il ne saurait y avoir de bonté sans justice : « Rien en effet n’est bon qui soit injuste, mais est bon tout ce qui est juste65 ». La justice, tout comme la bonté, est « innée et naturelle en Dieu » ; elle se manifeste, avant même le péché, dans la séparation entre lumière et ténèbres, entre jour et nuit, entre ciel et terre, entre l’arbre de la connaissance et l’arbre de la vie, etc. En bref, « tout l’univers a été disposé et ordonné par jugement66 ». Les châtiments eux-mêmes, s’ils sont justes, sont des biens, car ils sont ordonnés à la défense du bien : à ce titre, ils sont dignes de Dieu67. Même des sentiments comme la colère, que l’Ancien Testament attribue à Dieu en lien avec l’exercice de la justice, ne sont pas indignes de Dieu, si du moins on comprend qu’il « les éprouve à sa manière, telle qu’il lui convient de les éprouver », et non à la manière des hommes ! Les prophètes et le Christ nous instruisent en effet sur Dieu autrement que les philosophes68.

C. L’incarnation est digne de Dieu

32Comment justifier enfin les anthropomorphismes bibliques : tout ce qui paraît petitesse, faiblesse, et que les marcionites jugent indigne de Dieu ? Tertullien recourt à « un argument simple et certain », à la fin du livre II de son Contre Marcion :

  • 69 Adu. Marc. II, 27, I, SC 368, p. 158-161 (je souligne).

« Dieu ne pouvait entrer en contact avec les hommes sans prendre des sentiments et des affections d’homme, qui lui permettaient d’atténuer la force de sa majesté – insoutenable au demeurant pour la faiblesse humaine-par un abaissement indigne de lui certes, mais nécessaire pour l’homme, et par là même digne de Dieu : car rien n’est aussi digne de Dieu que le salut de l’homme69. »

33Tertullien commence par concéder à Marcion qu’un tel abaissement est effectivement indigne de Dieu, mais c’est afin de mieux renverser sa proposition : c’est précisément ce que l’homme juge indigne de Dieu qui s’avère le plus digne de lui, à partir du moment où l’on considère la raison d’être d’un tel abaissement, c’est-à-dire le salut de l’homme.

34Marcion lui-même ne pouvait que souscrire à l’idée que « rien n’est aussi digne de Dieu que le salut de l’homme », puisque son dieu est précisément sauveur et même exclusivement sauveur. Mais il n’en tirait pas du tout les mêmes conséquences et Tertullien taxe, sur ce point, les marcionites d’incohérence :

  • 70 Adu. Marc. II, 27, 8, SC 368, p. 166-167.

« Vous exigez un dieu très bon, et cette mansuétude, en accord avec sa bonté, quand elle se rend plus bassement familière pour s’adapter à la faiblesse humaine, vous la dénigrez sous le nom de petitesse70 »

35Mais ce que les marcionites refusent, c’est précisément la réalité de ce « contact » de Dieu avec les hommes : leur dieu est un dieu « étranger », qui n’a rien à voir avec ce monde !

  • 71 Dial, avec Tryphon 60, trad. G. Archambault, t. I, p. 278-283.
  • 72 Adu. huer. IV, 7, 4, Éd. du Cerf, p. 425.

36Pour justifier, contre Marcion, cet abaissement indigne de Dieu, Tertullien répond en deux temps : il commence par distinguer le Fils du Père, afin de reporter sur le Fils seul ce que les marcionites jugent indigne de Dieu : il montre ensuite comment ce « déshonneur » est en réalité « mystère sacré du salut de l’homme ». De fait, comme Justin71 ou Irénée72 par exemple, Tertullien interprète les théophanies de Dieu dans l’Ancien Testament comme des manifestations du Fils, et non du Père :

  • 73 Adu. Marc II, 27, 3-4. SC 368, p. 160-163. A comparer à Irénee, Adu. haer. IV. 12, 4, Éd. du Cerf, (...)

« Nous le professons, c’est le Christ qui a toujours agi au nom de Dieu le Père, c’est lui qui a eu une activité familière dès le commencement du monde, qui a approché les patriarches et les prophètes, lui, le Fils du Créateur, son Verbe, qu’il a fait son Fils en le proférant de lui-même, comme il l’a préposé ensuite à toute l’œuvre de son économie et de sa volonté, en l’abaissant un peu au-dessous des anges […]. En vertu de cet abaissement, il a été mis par le Père dans ces situations que vous lui reprochez comme trop humaines : il faisait l’apprentissage, déjà dès l’origine, déjà avant son humanité, de ce qui devait être à la fin73 ».

  • 74 Αdu. Marc. II. 27, 6, SC 368, p. 164-165.
  • 75 Cf. R. Cantalamessa, La Cristologia di Tertulliano, Fribourg, Éditions Universitaires, 1962, p. 41 (...)
  • 76 Sur cette formulation, voir R. Cantalamessa, La Cristologia di Tertulliano, p. 141-142.

37S’il en est ainsi, les anthropomorphismes, dénoncés par Marcion comme indignes de Dieu, ne touchent nullement « le Père invisible, inapprochable, pacifique et, pour m’exprimer ainsi, dieu des philosophes », mais seulement « le Fils qui a été vu, entendu, approché, lui l’agent et le serviteur du Père, mêlant en lui l’humanité et la divinité74 ». Les termes d’arbiter et de minister, utilisés ici, sont empruntés à la philosophie75 et laissent supposer que le Fils est un intermédiaire ; mais les termes placidus et philosophorum deus correspondent aux définitions du dieu suprême de Marcion. Dans ces formulations pour nous inadéquates, parce qu’elle connotent le subordinatianisme, il faut donc faire la part de la polémique : Tertullien utilise la terminologie des philosophes païens et concède à Marcion que les anthropomorphismes ne sont pas dignes de Dieu, afin de mieux triompher de l’hérétique. Par cette argumentation, en effet, il établit la continuité des deux Testaments : le Fils a toujours agi au nom du Père et ses manifestations dans l’Ancien Testament sont à comprendre comme des préparations de l’incarnation. Le transfert du Père sur le Fils des attributs indignes de Dieu ne se justifie en fait que par l’incarnation, dans laquelle le Fils « mêle en lui-même l’humanité et la divinité76, dieu dans ses miracles, homme dans ses petitesses, pour donner à l’homme tout ce qu’il retire au dieu ».

38Or, dans l’incarnation, tout ce qui est, selon les marcionites, « déshonneur de Dieu » se révèle « mystère sacré du salut de l’homme » (sacramentum humanae salutis) :

  • 77 Adu. Marc. II, 27, 7, SC 368, p. 164-167. A comparer à Irénée, Adu. haer. III, 10, 2, Éd. du Cerf, (...)

« Dieu avait une activité familière, pour que l’homme fût instruit à agir en dieu. Dieu agissait à égalité avec l’homme, pour que l’homme pût agir à égalité avec Dieu. Dieu s’est laissé voir petit, pour que l’homme devînt très grand77. »

39Cet échange entre l’homme et Dieu est toute la raison d’être de l’incarnation : une telle finalité fait de l’indignité de la kénose ce qui est au plus haut point digne de Dieu.

  • 78 De carne Christi 3, SC 216, p. 216-221.
  • 79 De carne Christi 4, 5-6, SC 216, p. 224-227.
  • 80 De carne Christi 5, 1, SC 216, p. 226-227.

40Dans le De carne Christi, la réflexion de Tertullien est directement centrée sur l’incarnation qu’il cherche à défendre contre les hérétiques et, en tout premier lieu, contre Marcion. Après avoir montré que celle-ci n’est ni impossible, ni dangereuse pour Dieu-Dieu peut tout ce qu’il veut ; il peut devenir autre chose, tout en restant ce qu’il est78–, Tertullien en vient à l’objection d’indignité. Il admet certes que l’incarnation paraisse une folie indigne de Dieu, mais c’est pour établir que ce « déshonneur » est « nécessaire à la foi ». Pour opérer ce retournement, Tertullien prend ici encore appui sur ce que Paul dit de la folie et de la sagesse de Dieu en 1 Co 1-2. Le langage paradoxal de Paul en 1 Col, 27 : « Dieu a choisi ce qui était folie aux yeux du monde pour emplir de confusion sa sagesse » s’applique directement à l’incarnation : « Est-il rien d’aussi fou que de croire en un Dieu qui est né, – et encore d’une vierge, et encore dans la chair –, qui s’est vautré dans tous ces outrages de la nature79 ?». Mais la vérité de l’incarnation est la condition de la rédemption : « Qu’y a-t-il de plus indigne d’un Dieu et dont il doive plus rougir ? Est-ce de naître ou de mourir ? De porter la chair ou la croix80 ?» Marcion admettait la croix du Christ, mais, selon Tertullien, nier la réalité de la chair du Christ conduit nécessairement à nier la réalité de la passion et de la résurrection et donc à mettre en cause la vérité du salut. De là, sa célèbre apostrophe à Marcion :

  • 81 De carne Christi 5, 3-4, SC 216, p. 228-229.

« De grâce, épargne l’unique espérance de l’univers ! Pourquoi détruire ce déshonneur nécessaire à la foi ? Tout ce qui est indigne de Dieu tourne à mon avantage. Je suis sauvé si je ne rougis point de mon Seigneur. […] Le Fils de Dieu a été crucifié ? Je n’ai pas honte puisqu’il faut avoir honte. Le Fils de Dieu est mort ? Il faut y croire parce que c’est insensé. Il a été enseveli, il est ressuscité : cela est certain puisque c’est impossible81. »

  • 82 Aristote, Rhet. B (23), 1400a 6-10, cité par J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion de la c (...)

41Credibile est quia ineptum est : ce langage paradoxal n’est ni de l’antirationalisme, ni du cynisme. Il s’agit d’abord d’un argument rhétorique énoncé par Aristote : un fait qui tombe sous nos sens, mais « qui n’est ni croyable, ni vraisemblable, a des chances d’être vrai, car ce n’est pas par son caractère vraisemblable ou croyable qu’il paraît tel82 ». Il s’agit surtout de montrer que le mystère de la foi ne peut être enserré dans les limites étroites de ce qui nous paraît rationnel ou raisonnable : la transcendance de Dieu se manifeste précisément, non dans l’exclusion de toute forme d’indignité en Dieu comme le veut Marcion, mais dans le mystère pascal qui fait de cette indignité le moyen même du salut et la transforme par là en ce qu’il y a de plus digne de Dieu.

42Deux conceptions du salut s’opposent ici. Le dieu de Marcion vient libérer l’homme en l’arrachant au pouvoir du créateur et en le délivrant de ce monde mauvais ; son Fils, c’est-à-dire le Christ, se manifeste soudainement dans un monde qui lui est étranger, puisqu’il est celui du créateur, et il y apparaît avec un corps fictif. Pour Tertullien, au contraire, la venue du Christ est préparée dès la création et dans toute l’histoire du peuple juif ; son corps est bien réel et le salut qu’il apporte vient transfigurer la chair, non l’abolir.

  • 83 B. Lauret, « L’idée d’un christianisme pur », Marcion. L’évangile du Dieu étranger…. p. 334.

43Dans la doctrine de Marcion, Dieu est séparé du monde, le Nouveau Testament contredit l’Ancien, et le Christ n’a pas de chair véritable : toutes ces thèses sont étroitement liées et visent à sauvegarder la pureté de la transcendance divine qui serait compromise par un contact avec la chair et avec l’histoire. Dans la théologie chrétienne, au contraire, la transcendance divine se manifeste dans l’incarnation elle-même : « C’est le Christ qui fait le rapport entre l’Ancien et le Nouveau Testament, entre Dieu et le monde, entre l’homme et Dieu, "sans confusion ni séparation", dira le dogme de Chalcédoine. Et ce logos s’inscrit dans la chair […], là où se joue le salut selon Tertullien83 ».

III. La dignité de l’homme selon Tertullien

A. Le fondement de la dignité de l’homme

44S’il est digne de Dieu d’avoir créé l’homme, s’il est encore digne de lui de s’être incarné pour le sauver, l’homme lui-même ne saurait être objet de mépris. Tertullien lire explicitement cette conséquence de sa défense du Dieu créateur et de l’incarnation.

45A la critique marcionite de l’univers, Tertullien rétorque en disant :

  • 84 Adu. Marc. I, 13, 2, SC 365, p. 158-159.

« L’univers n’est pas indigne de Dieu, car Dieu n’aurait rien fait qui fût indigne de lui, même s’il est vrai qu’il a fait l’univers pour l’homme et non pour lui même s’il est vrai que tout ouvrage est intérieur à son ouvrier84. »

46C’est là une première raison d’affirmer la grandeur de l’homme : il est impossible que ce que Dieu a créé soit indigne de lui. Dans le cas de l’homme, cette dignité se trouve renforcée par le fait qu’il a été créé comme l’image et la ressemblance de Dieu.

  • 85 Adu. Marc. II, 6, 2-3, SC 368, p. 48-49.

« Il fallait que Dieu lût connu : chose évidemment bonne et raisonnable. Il fallait qu’un être fût digne de connaître Dieu. Était-il possible d’en prévoir un aussi digne que l’image et la ressemblance de Dieu ? Voilà aussi, sans aucun doute, qui est bon et raisonnable85. »

  • 86 Adu. Marc. II, 4, 3 et 5, SC 368, p. 36-39.
  • 87 Adu. Marc. II, 10, 6. SC 368, p. 78-79.

47L’argumentation de Tertullien est ici notable : son point de départ n’est pas l’homme, mais la nécessité que Dieu soit connu et qu’il crée en conséquence un être digne de le connaître. L’affirmation du libre arbitre et de l’autonomie de l’homme en découle. Étant l’image et la ressemblance de Dieu, il est aussi celui qui était le plus « digne d’habiter les œuvres de Dieu » ; en tant qu’être vivant raisonnable, doué de liberté, il est encore « seul à se glorifier d’avoir été, seul, digne de prendre sa loi en Dieu86 ». Il lui revient enfin, après la chute, de « regagner dignement son salut par la victoire » en triomphant du diable par son libre arbitre87.

  • 88 Adu. Marc. III, 10, 4-5, SC 399, p. 110-111.
  • 89 De carne Christi 4, 4, SC 2 16, p. 224-225.
  • 90 De resurrectione 6, 3, CC 2, p. 928 ; trad. M. Moreau, coll. « Pères dans la foi », p. 50.
  • 91 Une chair pour la gloire. L’anthropologie réaliste et mystique de Tertullien, Paris, Éd. Beauchesn (...)

48L’incarnation fait apparaître plus encore la dignité de l’homme. Certes, « à regarder le fond des choses, aucune substance n’est digne que Dieu la revête » ; mais, « quelque matière qu’il revête, il la rend digne de lui88 ». De plus, comment pourrait-on considérer comme « indigne de lui ce qu’il n’aurait pas racheté, s’il ne l’avait pas aimé89 »? Dans la pensée de Tertullien, création et incarnation ne sont d’ailleurs pas à juxtaposer comme deux étapes successives du dessein de Dieu, car, dès l’origine, l’homme a été créé « en référence au Christ, qui serait homme […], et au Verbe, qui serait chair90 ». Comme le remarque à juste titre J. Alexandre, « pour Tertullien, sans un Christ pleinement incarné, assumant toute la consistance de la chair plus encore que sa condition, non seulement l’homme ne serait pas sauvé, mais il ne serait pas même créé91 ».

B. La dignité de la chair

  • 92 De resurrectione 8, 2, CC 2, p. 931 ; trad. M. Moreau, p. 54.

49C’est, de fait, en faisant l’éloge de la chair dans le De resurrectione mortuorum que Tertullien énonce le plus fortement ce qui fait la dignité de l’homme : comme si le mépris de Marcion pour la chair l’avait obligé à prendre une conscience plus vive de la dignité de la chair et de son rôle-charnière pour le salut : caro salutis est cardo92. Affirmer que la dignité de l’homme réside dans son libre arbitre n’a rien de surprenant ; souligner, comme le fait Tertullien, qu’elle réside aussi dans sa chair est plus inhabituel, surtout au iie ou au iiie siècle. Les arguments du De resurrectione sont similaires à ceux qu’on trouve dans le Contre Marcion, mais, en les appliquant à la défense de la chair, Tertullien leur confère un relief saisissant.

50Selon Tertullien, l’homme est à la fois âme et chair, comme il l’indique expressément dans le paragraphe 40 du De resurrectione :

  • 93 De resurrectione 40, 3, CC 2, p. 973 ; trad. M. Moreau, p. 102.

« En fait, ni l’âme n’est à elle seule l’homme, puisqu’elle a été introduite après coup dans un moulage d’argile déjà appelé homme, ni la chair n’est homme sans l’âme, cette chair qui, lorsque l’âme s’en est allée reçoit le nom de cadavre. Ainsi le mol "homme” est-il comme une sorte d’agrafe qui tient liées ensemble les deux substances, puisqu’elles ne peuvent exister sous ce nom que dans leur assemblage93. »

  • 94 De resurrectione 5, 8-9, CC 2, p. 927 ; trad. M. Moreau, p. 49.
  • 95 Cette interprétation est celle des gnostiques : cf. Adu. Val. 24, 3, SC 280, p. 130-131. Tertullie (...)

51Toutefois, au début du même traité, Tertullien n’hésite pas à dire, en s’appuyant sur Gn 2, 7-8, que « l’homme est proprement appelé chair, terme qui a le premier exprimé le nom d’homme », avant même l’insufflation de l’âme : « Ainsi l’homme fut d’abord une argile façonnée, puis l’homme tout entier94 ». Souligner de la sorte la priorité de la chair est, d’emblée, une manière de récuser l’interprétation selon laquelle la chair ne serait apparue qu’après le péché, lorsque Dieu revêtit Adam et Ève des tuniques de peaux (Gn 3, 21) : une telle interprétation ne pouvait en effet que conforter la réprobation de la chair95.

  • 96 De resurrectione 5, 3, CC 2, p. 926 ; trad. M. Moreau, p. 48.

52La dignité de la chair tient d’abord à ce qu’elle est l’œuvre de Dieu96 et même, l’œuvre des mains de Dieu et de son amour :

  • 97 De resurrectione 6, 2-3, CC 2, p. 928 ; trad. M. Moreau, p. 50.

« [La chair] est honorée, chaque fois qu’elle subit l’action des mains de Dieu, qu’il la touche, la saisisse, la mette à part, la façonne. Représente-toi Dieu tout entier occupé d’elle, à elle consacré tout entier, mains, pensée, action, réflexion, sagesse, prévoyance, et surtout avec cet amour qui lui en inspirait le dessin97 ! »

  • 98 De resurrectione 6, 3, CC 2, p. 928 (trad. corrigée).
  • 99 De resurrectione 7, 9 et 13, CC 2, p. 930 ; trad. M. Moreau, p. 53.

53La dignité de la chair tient aussi à ce qu’elle a été, dès l’origine, le « gage » du Christ qui devait venir dans la chair : « Tout ce qui était exprimé dans cette boue, c’était la pensée du Christ, l’homme à venir…98 ». Un tel dessein a totalement transfiguré la boue originelle et ne permet plus de prendre prétexte de l’origine de la chair pour la mépriser. Pour exalter la chair, Tertullien souligne encore son union étroite avec l’âme : Dieu a « introduit l’âme dans la chair », il l’a « mêlée à elle en un alliage si compact, qu’on ne peut guère juger si c’est la chair qui est le support de l’âme, ou l’âme celui de la chair, si c’est la chair qui est au service de l’âme, ou l’âme au service de la chair » ; la chair est ainsi « l’associée et la cohéritière » de l’âme99.

54Si l’ordre de la nature fait déjà apparaître la dignité de la chair, la condition chrétienne la manifeste tout autant, car « la chair est l’axe du salut ». Tertullien le justifie en évoquant les luttes de la chair en vue du salut – les jeûnes, la virginité, la continence, le martyre – et en mettant en lumière le rôle de la chair dans les sacrements :

  • 100 De resurrectione 8, CC 2, p. 931-932 ; trad. M. Moreau, p. 54-55.

« La chair est lavée pour que l’âme soit purifiée, la chair reçoit Fonction pour que l’âme soit consacrée ; la chair est marquée d’un signe, pour que l’âme soit protégée ; la chair est couverte de l’ombre de l’imposition des mains pour que l’âme soit illuminée par l’esprit, la chair se nourrit du corps et du sang du Christ pour que l’âme se repaisse de la force de Dieu100. »

55Toute cette argumentation permet de conclure que la chair doit être promise à la résurrection :

  • 101 De resurrectione 9, 2, CC 2, p. 932 ; trad. M. Moreau, p. 55.

« Il est exclu, absolument exclu, que l’ouvrage de ses mains, l’objet de sa sollicitude, le réceptacle de son souffle, la reine de sa création, l’héritière de sa libéralité, le prêtre de son culte, le soldat qui combat pour la défense de sa parole, la sœur du Christ, Dieu l’abandonne à la mort éternelle101 ! »

  • 102 De resurrectione 9, 3-5, CC 2, p. 932 ; trad. M. Moreau, p. 55-56.

56Comment dire plus fortement la dignité de la chair ? Cette dignité n’exclut certes pas sa faiblesse, son infirmité, ni même sa condition pécheresse, que Tertullien rappelle dans les lignes suivantes. Mais cette fragilité est promesse de salut, car le Christ « aime la chair qui lui est si proche de tant de façons » et lui réserve sa grâce et sa miséricorde, car il est venu « pour sauver ce qui était perdu102 ».

Conclusion

  • 103 Adu. Marc. II, 2, 6, SC 368, p. 28-29.
  • 104 Adu. Marc. II, 27, 1 et 7, SC 368, p. 160-161 et p. 166-167.

57Le souci premier de Tertullien a été de défendre la dignité de Dieu. Mais cette dignité n’est pas telle que l’homme la conçoit d’emblée. Nous l’associons spontanément à un rang éminent et, comme telle, nous la jugeons incompatible avec un abaissement. Or, si la dignité de Dieu ne fait qu’un avec son éminente transcendance, elle n’est pas pour autant incompatible avec son abaissement ; bien plus, elle se manifeste dans cet abaissement : « C’est lorsque Dieu est tout petit au regard de l’homme, écrit Tertullien, qu’il est, au plus haut degré, grand103 ». En effet, si « Dieu s’est laissé voir petit », c’est « pour que l’homme devînt très grand » ; or « rien n’est aussi digne de Dieu que le salut de l’homme104 ».

58Dignité humaine et dignité de Dieu sont alors étroitement liées selon Tertullien, car Dieu a partie liée avec l’homme depuis l’origine. Le mépris de l’homme conduit nécessairement à une image faussée de Dieu : la réprobation de la chair a ainsi amené Marcion à juger la création et l’incarnation indignes de Dieu et à imaginer un « dieu autre », qui n’aurait pas de contact avec la chair et qui sauverait gratuitement un homme qui lui serait « étranger ». A l’inverse, prendre au sérieux le Dieu que la Bible nous révèle, c’est-à-dire un Dieu qui crée l’homme, qui entre en contact avec lui et qui va jusqu’à s’incarner, oblige à reconnaître la dignité de l’homme : de tout l’homme, chair et âme, et de tous les hommes.

Notes

1 Fondements de la métaphysique des mœurs, 2e section, « Bibliothèque de la Pléiade », II, p. 301-303 ; cf. R. Elsler, Kant-Lexikon, Paris, Gallimard, 1994, p. 280-281.

2 Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris. Les Belles Lettres, 1963, p. 408.

3 Ibidem, p. 390-391.

4 Ibid., p. 392-393.

5 Adu. Marc 1, 3, 1, SC 365, p. 110-111.

6 Adu. Marc.1, 3, 2-3, SC 365, p. 112-1 13 ; cf. R. Braun, « Définition philosophique de Dieu comme grandeur suprême », SC 365, p. 287-289.

7 Adu. Marc. II, 2. 6. SC 368, p. 28-29.

8 Cf. Irénée, Adu. haer. I. 27, 2-4, Éd. du Cerf, p. 118-120 ; III, 12, 12, p. 330-331 ; Tertullien, De praescr. 7, 3, SC 46, p. 96 ; 30, 1-2, p. 126-127 ; De came Christi 1-5, SC 216, p. 210-233 ; Adu. Marc. I-V ; De resurrectione 2, CC 2, p. 922-923 ; 4, p. 924-925 ; 14, p. 936-937 ; Hippolyte, Refutatio omnium haeresium VII, 29-31, GCS 26, p. 210-217 ; X, 19, p. 279-280. Pour une présentation brève de Marcion, voir, par exemple, G. Pelland, « Marcion », DS 10, 1986, col. 311-321 ou B. Aland, « Marcion », DECA 2, 1990, p. 1541-1543.

9 A. Von Harnack, Marcion. Das Evangelium vom fremden Gott, Leipzig, J. C. Hinrich’sche Buchhandlung, 1924, p. 93 ; Marcion. L’évangile du Dieu étranger. Une monographie sur l’histoire de la fondation de l’Église catholique, trad. par B. Lauret, Paris, Éd. du Cerf, 2003, p. 117. Les contributions qui suivent cette traduction sont très utiles pour comprendre le propos de Harnack et pour connaître le point actuel de la recherche sur Marcion. Voir également G. May, K. Greshat, M. Meiser, Marcion und seine kirchengeschichtliche Wirkung. Marcion and His Impact on Church History. Vortrage der Internationalen Fachkonferenz zu Marcion, gehalten vom 15.-18. August 2001 in Mainz, TU 150, Berlin, Walter de Gruyter, 2002.

10 Comme le suggère R. Braun, dans son « Introduction » au Contre Marcion, livre I. SC 365, p. 46. Sur l’importance de cet argument dans l’Antiquité, voir O. Dreyer, Untersuchungen zum Begriff des Gottgeziemenden in der Antike, Hildesheim New York, 1970.

11 Adu. Marc. 1. 13, 12, SC 365, p. 156-157. Pour comprendre le sens exact de I, 14, qui, dans la traduction de R. Braun (p. 165), paraît être une critique de l’univers (« cette pauvre planète », « ce petit réduit du créateur »), il faut lire les remarques de M. Tardieu, dans « Marcion depuis Harnack » (Marcion. L’évangile du Dieu étranger…. p. 470-477) : la cellula creatoris est « un terme de mépris pour situer toponymiquement le judaïsme contemporain de Jésus, soit par son centre d’activités (le Temple), soit par sa capitale (Jérusalem), soit encore par sa région (Judée, Palestine) ».

12 Adu. Marc. II. 5, I. SC 368, p. 42-43.

13 Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 128.

14 Adu. Marc. II. II. I, SC 368, p. 78-81 ; 13, 2, p. 86-87.

15 Cf. Adu. Marc. II, 16, SC 368, p. 100-107 ; I, 25, 2, SC 365, p. 222-223.

16 Cf. Adu. Marc. I. 2, 2, SC 365, p. 108-109 : I. 16, 4. p. 176-177 : 11. 14, 1, SC 368, p. 92-93 : II, 24, 4, p. 144-145 ; IV. I. 10. SC 456, p. 64-65.

17 Adu. Marc. II. 14, 1. SC 368, p. 92-93.

18 Adu. Marc. IV, 1, 10, SC 456. p. 64-65.

19 Cf. Adu. Marc. II, 20, I – 22. 4. SC 368, p. 124-137.

20 Cf. Adu. Marc. II. 23, I – 24, 2, SC 368, p. 136-143.

21 Cf. Adu. Marc. II, 25, I – 26, 4. SC 368, p. 148-159.

22 Adu. Marc. I, 8, 1, SC 365, p. 134-135.

23 Adu. Marc. I, 11, I, SC 365, p. 146-147.

24 De carne Christi 4, 3, SC 216, p. 222-223. A. Harnack (Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 155) explique pourquoi la représentation d’un « rachat » convenait à Marcion : « On n’achète pas ce qu’on possède ; les hommes étaient donc étrangers au Dieu bon et celui-ci devait les acquérir ; mais en même temps, dans cette acquisition des étrangers, se montre son amour qui surpasse toute raison. »

25 Adu. haer. I, 27, 2, Éd. du Cerf, p. 118.

26 Adu. Marc. I, 9, 4, SC 365, p. 138-139.

27 Adu. Marc. I. 17, I, SC 365, p. 176-177.

28 M. Tardieu, « Marcion depuis Harnack », Marcion. L’évangile du Dieu étranger…, p. 423-424.

29 Adu. Marc. I, 24, 7, SC 365, p. 220-221.

30 Adu. Marc. IV, 36, 2, SC 456, p. 444-445.

31 Adu. Marc. I. 2, 3, SC 365, p. 108-109.

32 Adu. Marc. I, 26, 1, SC 365, p. 226-227.

33 Adu. Marc. 1.6. 1, SC 365, p. 124-125.

34 Adu. Marc. 1, 26, 1, SC 365, p. 226-227.

35 Adu. Marc. 1. 27, 2-3, SC 365. p. 232-233.

36 Adu. Marc. 1, 19, 2, SC 365, p. 186-187.

37 Cf. Adu. Marc. III, 8-9, SC 399, p. 95-107.

38 Cf. Adu. Marc. V. 20, 3. SC 483. p. 364-365.

39 Cf. Adu. Marc. III. 11, 6-7, SC 399, p. 114-117 ; IV, 20, 10-11, SC 456, p. 272-273 ; De carne Christi 4, 1-4, SC 216, p. 220-225 ; 5, 1, p. 226-227.

40 De carne Christi 4, 1-2, SC 216, p. 220-223.

41 Cf. Adu. Marc. I, 28, 4-29, 8, SC 365, p. 238-247.

42 Cf. Adu. Marc. I, 24, I, SC 365, p. 216-217 : Irénée, Adu. haer. I, 27, 3, Éd. du Cerf, p. 119.

43 Cf. Adu. Marc. I, 27, 6 – 28, I, SC 365, p. 234-237.

44 Adu. Marc. I, 3, 1. SC 365. p. 110-111.

45 Adu. Marc. I, 9, 4. SC 365. p. 138-139 ; cf. 1, 17, 3, p. 178-179.

46 Adu. Marc. I. 10. 4. SC 365, p. 146-147.

47 Cf. Adu. Marc. I, 11, 7-9, SC 365, p. 150-155.

48 Adu. Marc. I, 12, I, SC 365, p. 154-155.

49 Adu. Marc. I, 13, 3-14, 2, SC 365, p. 158-165.

50 Cf. Adu. Marc. I, 22, 3-8, SC 365, p. 200-207.

51 Cf. Adu. Marc. I, 23, 1-9, SC 365, p. 206-215 ; 26, 1-5, p. 226-231.

52 Cf. Adu. Marc. IV, 34, 11, SC 456, p. 422-423 : Irénée, Adu. haer. I, 27, 3, Éd. du Cerf, p. 119.

53 Cf. Adu. Marc. I. 24, 1-6, SC 365, p. 214-221. Ce salut n’est pas un pardon donné à des coupables ; il est plutôt la libération d’une servitude de nature (cf. G. Pelland, « Marcion », DS 10, 1986, col. 318). Comme le note encore M. Tardieu (« Marcion depuis Harnack », p. 448), « c’est en tant que propriété du Créateur que les âmes des hommes se trouvent souillées (pas de notion de culpabilité personnelle chez Marcion) ».

54 Adu. Marc. I, 25, 1, SC 365, p. 220-221.

55 Adu. Marc. I, 29, 7, SC 365, p. 244-245. A comparer à Irénée, Adu. haer. III, 22, 3, Éd. du Cerf, p. 385 : « Puisqu’existait déjà Celui qui sauverait, il fallait que ce qui serait sauvé vînt aussi à l’existence, afin que le Sauveur ne fût point sans raison d’être. »

56 Cf. Adu. Marc. III. 10, 1-5, SC 399, p. 106-11 1 ; De carne Christi 3, 3, SC 216. p. 216-217.

57 Cf. Adu. Marc. III, 11, 7-8, SC 399, p. 116-117 ; De carne Christi 5, 1, SC 216. p. 226-227.

58 Cf. Adu. Marc. II. 1, 1, SC 368, p. 20-21.

59 Adu. Marc. II, 2, 4. SC 368. p. 26-27.

60 Adu. Marc. II, 2, 6, SC 368, p. 28-29.

61 Adu. Marc. II. 16, 4, SC 368, p. 102-103.

62 Adu. Marc. II. 3, 3-5, SC 368, p. 30-33.

63 Cf. Adu. Marc. II, 3, 2-3, SC 368, p. 30-31.

64 Adu. Marc. II, 7, 24, SC 368, p. 56-59.

65 Adu. Marc. II, 11. 4, SC 368, p. 84-85.

66 Adu. Marc. II, 12, 2-3. SC 368, p. 84-87.

67 Adu. Marc. II, 14, 3, SC 368, p. 92-95.

68 Adu. Marc. II, 16, 2 et 7, SC 368. p. 100-107.

69 Adu. Marc. II, 27, I, SC 368, p. 158-161 (je souligne).

70 Adu. Marc. II, 27, 8, SC 368, p. 166-167.

71 Dial, avec Tryphon 60, trad. G. Archambault, t. I, p. 278-283.

72 Adu. huer. IV, 7, 4, Éd. du Cerf, p. 425.

73 Adu. Marc II, 27, 3-4. SC 368, p. 160-163. A comparer à Irénee, Adu. haer. IV. 12, 4, Éd. du Cerf, p. 440-441 : « Dès le principe, en effet, le Verbe de Dieu s’était accoutumé à monter cl à descendre pour le salut de ceux qui étaient molestés. »

74 Αdu. Marc. II. 27, 6, SC 368, p. 164-165.

75 Cf. R. Cantalamessa, La Cristologia di Tertulliano, Fribourg, Éditions Universitaires, 1962, p. 41, no 2 et p. 46, no 3 ; voir plus largement, p. 38-48.

76 Sur cette formulation, voir R. Cantalamessa, La Cristologia di Tertulliano, p. 141-142.

77 Adu. Marc. II, 27, 7, SC 368, p. 164-167. A comparer à Irénée, Adu. haer. III, 10, 2, Éd. du Cerf, p. 302 et III. 19, 2, p. 368.

78 De carne Christi 3, SC 216, p. 216-221.

79 De carne Christi 4, 5-6, SC 216, p. 224-227.

80 De carne Christi 5, 1, SC 216, p. 226-227.

81 De carne Christi 5, 3-4, SC 216, p. 228-229.

82 Aristote, Rhet. B (23), 1400a 6-10, cité par J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion de la culture antique, Paris, IEA, 1972, p. 335 ; voir plus largement p. 326-337.

83 B. Lauret, « L’idée d’un christianisme pur », Marcion. L’évangile du Dieu étranger…. p. 334.

84 Adu. Marc. I, 13, 2, SC 365, p. 158-159.

85 Adu. Marc. II, 6, 2-3, SC 368, p. 48-49.

86 Adu. Marc. II, 4, 3 et 5, SC 368, p. 36-39.

87 Adu. Marc. II, 10, 6. SC 368, p. 78-79.

88 Adu. Marc. III, 10, 4-5, SC 399, p. 110-111.

89 De carne Christi 4, 4, SC 2 16, p. 224-225.

90 De resurrectione 6, 3, CC 2, p. 928 ; trad. M. Moreau, coll. « Pères dans la foi », p. 50.

91 Une chair pour la gloire. L’anthropologie réaliste et mystique de Tertullien, Paris, Éd. Beauchesne, 2001, p. 192.

92 De resurrectione 8, 2, CC 2, p. 931 ; trad. M. Moreau, p. 54.

93 De resurrectione 40, 3, CC 2, p. 973 ; trad. M. Moreau, p. 102.

94 De resurrectione 5, 8-9, CC 2, p. 927 ; trad. M. Moreau, p. 49.

95 Cette interprétation est celle des gnostiques : cf. Adu. Val. 24, 3, SC 280, p. 130-131. Tertullien la récuse explicitement en De resurrectione 7, 3-6, CC 2, p. 928 ; trad. M. Moreau, p. 52. Cf. J. Alexandre, Une chair pour la gloire, p. 136-138.

96 De resurrectione 5, 3, CC 2, p. 926 ; trad. M. Moreau, p. 48.

97 De resurrectione 6, 2-3, CC 2, p. 928 ; trad. M. Moreau, p. 50.

98 De resurrectione 6, 3, CC 2, p. 928 (trad. corrigée).

99 De resurrectione 7, 9 et 13, CC 2, p. 930 ; trad. M. Moreau, p. 53.

100 De resurrectione 8, CC 2, p. 931-932 ; trad. M. Moreau, p. 54-55.

101 De resurrectione 9, 2, CC 2, p. 932 ; trad. M. Moreau, p. 55.

102 De resurrectione 9, 3-5, CC 2, p. 932 ; trad. M. Moreau, p. 55-56.

103 Adu. Marc. II, 2, 6, SC 368, p. 28-29.

104 Adu. Marc. II, 27, 1 et 7, SC 368, p. 160-161 et p. 166-167.

Auteur

Philosophe, Membre de la Communauté apostolique Saint François-Xavier
Professeur de philosophie au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris
Membre de l’Institut d’études augustiennnes (IEA)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search