Version classiqueVersion mobile

Les droits de l’homme, bouclier ou épée du droit pénal ?

 | 
Yves Cartuyvels
, 
Hugues Dumont
, 
François Ost
, 
et al.

Postface : d’un paradoxe l’autre

Mireille Delmas-Marty

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La contribution de Paul Martens est déjà la plus belle des conclusions. Je vais donc me limiter à une sorte de postface qui pourrait s’intituler « D’un paradoxe l’autre », car elle portera sur la fécondité de la métaphore qui nous a été proposée par Michel van de Kerchove. De façon un peu provocatrice, je dirai que cette métaphore était féconde parce qu’elle était, sinon obscure, du moins réversible – comme il l’a souligné lui-même dès le début –, donc source de malentendus : les droits de l’homme sont-ils le bouclier ou l’épée du droit pénal ; à l’inverse le droit pénal peut-il apparaître comme bouclier ou épée des droits de l’homme ?

Dans les pratiques, comme dans les différentes contributions réunies dans cet ouvrage, les deux questions se croisent et s’entrecroisent, d’autant que les deux expressions ne sont pas univoques mais sont, l’une et l’autre, comme le miroir de nos contradictions.

Que faut-il entendre par « droits de l’homme » : les droits de l’accusé, ou ceux de la victim...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search