Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’autorité

 | 
Bernard Van Meenen

Introduction

Bernard Van Meenen

Texte intégral

  • 1 Conversations chrétiennes, Avertissement, coll. « Folio-essais », no 260, Paris, Éd. Gallimard, 19 (...)

1« Ce n’est pas assez craindre l’erreur que de se rendre à l’autorité des hommes qui y sont sujets ». Ce propos de Malebranche1 vaut certainement pour la vie quotidienne : finalement, et en vérité, à qui et à quoi obéissons-nous ? Mais le propos paraît convenir aussi à l’époque actuelle, paradoxalement marquée par les « crises » de l’autorité, au moment même où l’on réclame des autorités qu’elles s’entourent de précautions telles, qu’on y discerne presque le vœu qu’elles soient infaillibles. Elles ne pourraient ni tromper, ni se tromper. S’il en ressort incontestablement un gain d’autorité du côté des assurances, il n’est pas sûr que cela suffise à s’assurer d’un rapport bien ajusté à l’autorité, elle-même soumise aux déplacements et aux transformations affectant aussi bien la vie individuelle que les rapports sociaux.

2Nous savons en effet qu’aucune forme d’autorité ne répond à un modèle immuable de dévolution, d’exercice et de transmission. Affirmer qu’aujourd’hui l’autorité est disqualifiée, qu’elle se délite, voire se dissout, cela ne peut servir d’alibi au manque d’attention envers les mutations qu’elle connaît. Si celles-ci en appellent à la vigilance à l’égard de nouveaux dispositifs de contrôle et de sécurité, elles n’en renvoient pas moins aux capacités d’invention plutôt qu’au vœu de reproduire des modes d’autorité devenus inopérants. Nous retrouvons ici le problème du lien entre autorité et pouvoir, dont on a souvent souligné le caractère de légitimation réciproque.

3Car que représenterait une autorité ne pouvant rien, ou un pouvoir à l’autorité défaillante ? La dissociation par trop commode entre autorité et pouvoir, si elle s’avère dommageable pour l’autorité, court surtout le risque de laisser le pouvoir à lui-même, souvent plus prompt à imposer ce qu’il juge nécessaire pour se maintenir, qu’à discerner le possible qui pourrait advenir, à condition que l’autorité ne lui fasse pas défaut.

  • 2 Deux références majeures, de composition et de provenance différentes : le récit dit du « lavement (...)
  • 3 Voir, p. ex., l’Évangile selon Marc 10, 35-45, ou le chapitre 9 de la 1ère Épître aux Corinthiens.

4Dans la tradition chrétienne, la réflexion sur l’articulation entre autorité et pouvoir remonte à ses sources, comme maints textes du Nouveau Testament en témoignent. Le point focal, ici, peut être situé dans la kénose du Christ, à la fois paradigme et source de toute autorité configurée par le nom et la place du Serviteur2, mort sur une croix. Mais ces mêmes textes fondateurs ne sont pas muets non plus sur les écarts, les dérives, les abus et les distorsions toujours susceptibles de s’inscrire dans les pratiques de l’autorité, telles que les églises naissantes en font l’expérience, par exemple lorsque le « service » de l’autorité s’affiche comme l’envers d’une ambition ou d’une domination qui ne disent pas leur nom3. Pour l’autorité, et pour les rapports à entretenir avec elle, les textes exercent donc une double fonction d’appel et d’avertissement, et leur teneur propre, clairement marquée par les conflits d’autorité, montre l’impasse où s’engagerait une autorité conçue comme univoque et fondée sur elle-même. Dans la tradition chrétienne, cette double fonction se déclinera suivant les références au Christ, à la Parole de Dieu dans les Écritures, à l’interprétation de celles-ci, ainsi qu’à la régulation et à la transmission apostoliques présidant à la vie et à l’organisation des Églises. Cette « architecture », l’histoire le montre, est tout sauf immobile. Ses mouvements et ses changements de configuration, jusqu’à nos jours, portent l’empreinte aussi bien de capacités d’innovation et d’intelligence de l’autorité, que d’arbitraire et d’abus de pouvoir.

5La question est indéniablement d’actualité, à divers titres. D’abord parce que, dans les rapports qui se jouent ici entre autorité et pouvoir, si l’on évoque souvent la crise de l’autorité des institutions, il semble actuellement plus difficile de rendre compte de l’institution de l’autorité. Ce débat entre « institué » et « instituant » n’est pas neuf en soi dans les traditions chrétiennes, mais il requiert une reprise du problème des sources de l’autorité, à replacer dans le contexte plus large des rapports entre hétéronomie et autonomie. La rupture moderne entre « autorité » et « principe » se présente comme l’accès à l’âge adulte d’une raison autonome et éclairée :

  • 4 « L’autorité du texte et le lien communautaire », in Esprit, mars-avril 2005, p. 189.

« Le procès, écrivait Paul Ricœur, déborde le sort du mince canon néotestamentaire, pour s’étendre à tout contenu réputé dogmatique ; il atteint de proche en proche tout ce qui ressortit à la dimension trans-générationnelle. A cet égard le parallélisme avec les problèmes liés à la filiation est frappant : on n’a jamais manqué de souligner l’état de dépendance résultant du simple fait d’être né et de ne pas pouvoir choisir son héritage génétique et son environnement familial ; on y a aisément ajouté les traits de dépendance attachés à la condition d’enfance : n’a-t-on pas identifié hétéronomie et minorité et appelé à l’autonomie sous le signe de la majorité conquise et proclamée ? Une pédagogie de la raison en résulte qui conduit tour à tour à marquer la sortie de l’enfance et la valeur propre de l’âge d’enfance ; la comparaison avec l’âge adulte confère dès lors à chacun des âges sa dignité propre. Celui de l’âge adulte est celui de l’autonomie.
« Je tiens tout cela pour acquis, hors du christianisme, mais aussi dans son enceinte, si on peut encore employer ce terme qui connote trop l’état d’esprit de fermeture4. »

6Effectivement, « l’enceinte » n’est plus ce qu’elle était ; quant à l’ouverture, on notera surtout son allure de chantier en cours, et en évolution tantôt heureuse, tantôt laborieuse. C’est pourquoi il convient en second lieu de souligner que dans la situation actuelle du christianisme, les enjeux relatifs à l’autorité sont d’emblée de nature œcuménique. Les relations entre confessions chrétiennes, de par leur histoire et leur portée herméneutique – par la référence aux Écritures et aux traditions –, constituent en elles-mêmes un exercice dialogique : les différentes conceptions de ce qui est régulateur et normatif pour la foi et la pratique chrétiennes demandent que les parties en présence mettent chacune leur autorité en dialogue, sans que chacune puisse préjuger de ce que cela pourra faire pour les uns et les autres. Et ces requêtes valant dans le champ œcuménique se montrent plus pressantes encore lorsque l’ouverture se fait en direction de la rencontre interreligieuse.

7Compte tenu des déplacements que connaît le christianisme dans notre culture, on ne peut dès lors cantonner la question de l’autorité au domaine de ses institutions propres et de leur fonctionnement. La signification, l’exercice et les effets d’une autorité religieuse doivent être réinterprétés en fonction de leur pertinence sociale, des conflits réels ou potentiels qui en découlent, ainsi que des moyens qui rendent le débat possible en contexte démocratique. Les modes d’expression et d’action du magistère catholique en fournissent des exemples souvent invoqués, à temps ou à contre-temps. Or le problème posé ici ne relève pas seulement des « prises de position » émises par des autorités instituées, admises ou contestées, mais renvoie aussi à la responsabilité singulière de ceux et celles qui se réfèrent à une foi, une tradition, une pratique. De ce point de vue, il n’y a pas lieu de se décharger sur d’autres de la question : « Qui est auteur-e de quoi, comment et pour quoi faire ? », et elle ne reçoit pas non plus de réponse a priori, « d’en haut » ou de l’extérieur, sans la vérification vécue de ce que peut la foi là où elle entre en rapports réels avec d’autres manières de croire, de faire et de vivre. Cette question, la théologie s’en autorise aussi, lorsqu’elle ouvre le débat sur sa propre autorité, c’est-à-dire sur ce dont elle est auteure dans sa tradition particulière, en lien avec ce qu’elle peut apporter et recevoir en tant qu’interlocutrice reconnue dans le champ théorique et pratique des savoirs contemporains.

8Voilà donc tracées quelques directions ou orientations dans lesquelles s’inscrivent les études réunies dans ce volume, reprenant les contributions apportées lors de la session théologique de l’École des sciences philosophiques et religieuses qui s’est tenue aux Facultés universitaires Saint-Louis en février 2006. On n’y trouvera pas une « théologie de l’autorité », mais une diversité de points de vue et de méthodes s’appliquant à questionner les langages croyants, et les pratiques qui leur sont associées, en tant que rapports à une ou plusieurs autorités. Transversalement, trois axes principaux s’en dégagent :

  • la question des sources et fondements de l’autorité, nourrie par le dynamisme de la controverse ;
  • l’autorité comme relation et communication dialogiques, instruites des limites de l’autorité et de la fécondité de la transgression ;
  • la capacité qu’a l’histoire d’ouvrir à l’autorité le champ de possibilités non encore advenues, à travers ce qu’enseignent les gestes de rupture et les figures d’innovation.

9A la lecture de ces pages, l’on constatera que l’autorité y apparaît moins comme une problématique à considérer sous un regard extérieur, soi-disant « neutre », mais plutôt comme un défi à relever et à renouveler en œuvrant à l’intelligence historique, philosophique et théologique de la foi ; œuvre jamais achevée, toujours en quête d’auteur-e-s, et dont l’autorité propre consiste précisément à soutenir l’interrogation et le débat. Autrement dit, à ce que la question de l’autorité ne soit jamais refermée.

Notes

1 Conversations chrétiennes, Avertissement, coll. « Folio-essais », no 260, Paris, Éd. Gallimard, 1994, p. 11.

2 Deux références majeures, de composition et de provenance différentes : le récit dit du « lavement des pieds », dans l’Évangile selon Jean (13, 1-16), et l’hymne repris par saint Paul dans son Épître aux Philippiens (2, 5-11).

3 Voir, p. ex., l’Évangile selon Marc 10, 35-45, ou le chapitre 9 de la 1ère Épître aux Corinthiens.

4 « L’autorité du texte et le lien communautaire », in Esprit, mars-avril 2005, p. 189.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site