Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Conclusion générale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous sommes parti d’un fait problématique. Absolument et « indérogeablement » interdite, la torture reste pourtant largement pratiquée. Comment expliquer ce déphasage ? Nous avons à ce propos formulé l’hypothèse selon laquelle la récurrence de la torture s’expliquait plus profondément (par-delà les facteurs culturels, structurels, sociaux et politiques qui en favorisent la pérennité) par la dévalorisation progressive des schèmes justificateurs qui, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, avaient soutenu la promotion de normes absolues et non susceptibles de dérogation. Ainsi avons-nous montré qu’en raison des tensions et incertitudes qui habitent le concept de dignité humaine, la simple invocation du respect qui lui est dû ne suffisait plus pour motiver le refus inconditionnelle de la torture. L’exigence voire l’urgence s’est alors fait jour, au plan philosophique, de doter l’interdiction absolue et non susceptible de dérogation de la torture d’une authentique justification, à ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search