Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Chapitre VII. Perspectives d’une réinterprétation anthropologique de l’interdiction de la torture, à la lumière de l’interdit de l’inceste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’on se propose ici de partir des réflexions de Claude Lévi-Strauss sur l’interdit de l’inceste, afin d’en dégager des éléments comparatifs susceptibles d’éclairer le problème d’une justification de l’interdit de la torture. En effet, c’est à partir de ses réflexions sur l’existence biologique et sociale de l’homme ou, en d’autres termes, sur l’existence naturelle et culturelle de l’homme que Lévi-Strauss est amené à examiner le problème de l’inceste. A défaut de pouvoir en dégager une signification historique acceptable, il entreprend de mettre en exergue la valeur logique et méthodologique de la distinction « nature-culture ». Il reconnaît d’emblée que « s’il est relativement aisé d’établir la distinction de principe, la difficulté commence quand on veut opérer l’analyse. [...] Où finit la nature ? Où commence la culture ?510 » Pour Lévi-Strauss, toutes les tentatives de réponse à ces questions se sont révélées décevantes. Toutefois, si aucune analyse n’est susceptible de déceler ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search