Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Chapitre V. La justification utilitariste de l’interdiction de la torture248

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut d’emblée paraître surprenant que l’utilitarisme justifie l’interdiction de la torture, tant cette doctrine est réputée ne pas « prendre les droits au sérieux249. » Mais nous nous proposons ici de montrer dans un premier temps comment, pour des raisons d’utilité générale, l’utilitarisme approuve, en partie tout au moins, le principe d’inviolabilité de la personne humaine. Puis dans un deuxième temps, nous essayerons de montrer qu’en subsumant la dignité sous l’utilité, en faisant du principe d’utilité le premier principe de la morale, celui à partir duquel tous les autres sont appréciés, l’utilitarisme se condamne à ne pouvoir fournir une justification satisfaisante de l’interdiction absolue de la torture, telle qu’elle est aujourd’hui en vigueur. Nous montrerons en fin de compte qu’au mieux, l’utilitarisme présuppose ou postule la validité relative de cette interdiction, à partir de la validité elle-même postulée du principe d’utilité. Mais au préalable, il nous faudra préci...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search