Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Chapitre IV. La justification rawlsienne de l’interdiction de la torture et sa critique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. L’inviolabilité de la personne humaine dans la Théorie de la justice de Rawls

Quelle place et quel statut occupe le principe d’inviolabilité de la personne humaine dans la théorie de Rawls ? Telle est la question principale que nous nous proposons ici d’examiner, étant entendu qu’à travers celle-ci, c’est bien la question particulière de la torture qui est visée, dans la mesure où elle constitue une des atteintes les plus graves à l’intégrité physique et mentale de la personne humaine.

De toutes les théories de la justice développées dans la tradition philosophique, c’est l’utilitarisme qui est désigné par Rawls comme étant son principal adversaire. Bien qu’il s’attaque directement ou indirectement à toutes les théories de la justice auxquelles il reproche de ne fournir qu’une analyse déficiente des droits et libertés, c’est l’utilitarisme qui donne à son entreprise sa principale justification, d’abord à cause de son importance dans la philosophie contemporaine en tant que fondemen...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search