Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Chapitre III. La justification habermassienne de l’interdiction de la torture et ses problèmes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Le respect de l’intégrité individuelle dans l’éthique de la discussion

Karl-Otto Apel et Jürgen Habermas sont aujourd’hui considérés comme les deux principaux représentants de l’éthique de la discussion. Mais en ce qui concerne notre propos, celui de la justification des normes, il semble qu’Apel recourt en définitive à une démarche davantage transcendantale, déduisant tout à fait a priori, à partir des présuppositions transcendantales de toute discussion, les conditions ou les critères de fondation, de justification ou encore de validité de tout énoncé, de toute norme. Ainsi contre le rationalisme critique qui affirme l’impossibilité principielle de toute « fondation ultime » en philosophie, il opposera la formule de fondation ultime suivante : « Si je ne peux pas contester quelque chose sans une auto-contradiction actuelle (c’est-à-dire performative), et si, dans le même temps, je ne peux pas le fonder déductivement sans une pétition de principe logico-formelle, c’est que cela f...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search