Version classiqueVersion mobile

L’interdit de la torture en procès ?

 | 
Emmanuel Babissagana

Chapitre II. La « justification » kantienne de l’interdiction de la torture et ses limites

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans quelle mesure la philosophie kantienne conduit-elle à un rejet absolu de la torture ou, en d’autres termes, à une justification inconditionnelle de son interdiction ? Quelles sont la portée et les limites de cette justification ? Telles sont ici les deux questions directrices de notre propos. Dans un premier temps, nous montrerons que la justification kantienne de l’interdiction absolue de la torture s’appuie essentiellement sur sa conception de la dignité humaine, conception à partir de laquelle il dégage le fameux Impératif catégorique, celui de ne jamais traiter autrui simplement comme un moyen, mais toujours en même temps comme une fin. Dans un deuxième temps, nous essayerons de mettre en lumière la relativité de la conception kantienne de la dignité humaine et, en conséquence, celle des impératifs qui en résultent, et notamment l’Impératif catégorique qui, nous le verrons, est un impératif éminemment anti-tortionnaire. Puis enfin, nous nous livrerons à une analyse critique...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search