Version classiqueVersion mobile

La peur

 | 
Anne-Marie Dillens

Introduction

Anne-Marie Dillens

Texte intégral

1Depuis la fin de la guerre froide, les politiques de la peur n’ont pas disparu. Au contraire. Leurs sources n’ont cessé de se multiplier, au point d’en faire un des adversaires les plus redoutables des démocraties libérales contemporaines.

2Certes, comme le rappelle Jean Delumeau, la peur est de tout temps. Si l’affect qu’elle représente connaît son déploiement le plus varié dans le cœur et l’esprit de l’homme, ses formes et ses défis se renouvellent de génération en génération. Aujourd’hui, ses objets et moyens de propagande sont d’une complexité et d’une ampleur inédites. Quant à sa gestion, elle est des plus problématiques : la confiance moderne dans la gestion scientifique des risques et des menaces est fortement ébranlée depuis le milieu du siècle dernier. En sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu'un des enjeux majeurs de nos sociétés est d’assurer en même temps la gestion éclairée des peurs et le contrôle social de ce qui est censé y remédier : les compétences.

3D’où les deux grands axes d’interrogation pris en charge par les leçons publiques organisées par l’École des sciences philosophiques et religieuses les années académiques 2003-2004 et 2004-2005. Le premier, De quoi avons-nous peur ?, concerne l’investigation de la spécificité des peurs contemporaines ; le second, La peur bonne ou mauvaise conseillère ?, a trait aux modes de gestion qui en sont proposés aujourd’hui.

4Avant de développer ces interrogations, un travail préliminaire s’est imposé. Entrepris par le Docteur Alain Vanier, ce travail est le repérage du commun dénominateur des différentes peurs profanes et sacrées, individuelles et collectives. A la lumière de Freud et de Lacan, on peut dire que, par-delà ses changements permanents, l’émotion existentielle fondamentale que représente la peur est le marqueur de la relation à l’autre, à l’autre en soi et à l’autre en dehors de soi.

5A ce premier travail préliminaire, s’en est ajouté un second : celui de la mémoire ou de l’histoire. Si l’historiographie ne s’intéresse que depuis peu au rôle de la peur, dans l’histoire des sociétés humaines, son apport n’en est pas moins capital pour qui veut entreprendre une réflexion vraiment critique sur la peur, et principalement sur les peurs collectives contemporaines. Ainsi, comme le rappellent les contributions de Jean Delumeau et Dominique de Courcelles, si les menaces de mort qui ont pesé sur la culture européenne du xiiie au xviiie siècle, de la peste noire aux guerres de religion, ont engendré une surculpabilisation du moi exploitée par les hommes d’Église et une défiance à l’égard du monde de l’autre en soi, des parts d’ombre qui nous habitent, force est de nous interroger aujourd’hui sur la maîtrise inédite que nous avons acquise dans la culpabilisation d’autrui. Nous qui nous disons post-modernes, qui ne cessons de parler de déculpabilisation, nous commençons à peine à entrevoir que jamais dans l’histoire, la culpabilisation de l’autre n’a été aussi amplement instituée qu’aujourd’hui.

6De cette culpabilisation et de son instrumentalisation politique contemporaine témoigne, de manière paroxystique, le phénomène du terrorisme auquel est consacré le texte d’Isabelle Sommier.

7Déjouant la définition classique de la guerre et commandant une nouvelle définition de l’adversaire, comme le montre la contribution de Jean-Jacques Roche, la menace terroriste a conféré depuis le 11 septembre 2001 une dimension belliqueuse à ce que François Ewald appelle l’évidence sécuritaire. Au nombre des facteurs qui l’ont renforcée dans nos sociétés assurantielles s’inscrit non seulement la menace terroriste « entre logiques expertes et mobilisation des passions politiques », pour reprendre le titre de la communication d’Isabelle Sommier, mais la méfiance à l’égard des pouvoirs conquis par notre agir et des menaces qu’ils recèlent.

8Si cette méfiance nous oblige à établir une distinction claire entre les notions de danger, de risque et de menace, ainsi que le propose François Ewald, elle ne nie nullement les progrès décisifs des sciences et des techniques dans la voie de la maîtrise du monde et du vivant. Sa vigilance concerne initialement les effets nocifs avérés ou simplement potentiels de certaines pratiques et découvertes, ainsi que l’utilisation qui peut en être faite par les passions et idéologies de tout bord.

9Dans le domaine de la science que les leçons publiques ont privilégié, la génétique et le génie génétique, cette crainte n’est historiquement pas sans fondements. Nul n’ignore les compromissions initiales de la génétique avec l’eugénisme et les idéologies aussi barbares qu’inhumaines qu’elle a cautionnées au siècle dernier. Ce passé justifie aujourd’hui plus qu’une énorme prudence à l’égard de la transformation du vivant que permet le génie génétique, d’autant plus qu’appliquées aux espèces végétales et animales, ces transformations représentent des marchés économiques et financiers faramineux. Mais si l’on peut craindre l'utilisation du génie génétique à des fins exclusives de profit économique, il n’en demeure pas moins que les possibilités qu’il ouvre aux biologistes dans les domaines de la médecine et de la recherche fondamentale charrient des espoirs incommensurables. Représentant des enjeux nouveaux aux risques la plupart du temps non établis, ces espoirs obligent à des choix éthiques et d’éthique politique généralement très complexes et délicats.

10De ces choix, de l’élargissement de notre responsabilité qu’ils impliquent et des modalités de leur élaboration nous entretiennent de façon pénétrante et souvent polémique les textes de Jean Greisch, François Guéry, Claude Debru, Axel Kahn, Jean-Pierre Dupuy et François Ewald. Leurs considérations sur l’heuristique de la peur et l’anthropologie qui la sous-tend sont autant d’invitations à l’exercice de la controverse, propédeutique indispensable à la prise en charge d’un des grands défis politiques de nos sociétés : la gestion démocratique éclairée des peurs.

11A première vue on pourrait croire que cette gestion est quasiment utopique. Tout le monde sait qu’une large partie de la population n’a qu’un accès limité à la culture scientifique et technologique qui façonne notre monde. Quant à son appropriation économique, elle est loin d’être rattrapée par le politique. Dès lors, il semble que les décisions de préventions et de précautions à prendre face aux risques climatiques, biologiques, sanitaires, alimentaires, nucléaires et autres qui nous menacent ne peuvent que relever de comités d’experts inféodés au pouvoir politique, à des groupes de pression économiques et scientifiques.

12Le problème de la participation démocratique aux processus de décision ne procède pas seulement de l’accumulation du savoir dans nos sociétés. Il est aussi ancien que l’avènement même de la démocratie. Dans Le Politique déjà, Platon pose la question de savoir qui, dans les assemblées, doit légiférer en matière de navigation. S’il est reconnu qu’il y a des pilotes qui sont des pirates et que, par conséquent, il est nécessaire de légiférer en la matière, qui pourra le faire de manière éclairée ? Ceux qui n’ont jamais pris le large ?

  • 1 Paris, Gallimard, 2002. Voir aussi du même auteur Les tâches de la philosophie politique, dans Rev (...)

13A lire bon nombre d’ouvrages politiques contemporains, tel La démocratie contre elle-même de Marcel Gauchet1, le problème de la participation à la délibération démocratique est toujours d’actualité. Si la connaissance peut tempérer la peur dont procède en bonne part le développement de nos savoirs et de nos techniques, il n’est pas inutile de rappeler tout d’abord que tous les pilotes ne sont pas des pirates. Comme le signale Claude Debru dans Quelles raisons pour la peur dans les sciences et les techniques de la vie, c’est l’un des initiateurs même de l’ingénierie génétique, Paul Berg, qui a décidé de surseoir à la poursuite de son programme de recherche et a initié le processus d’Asilomar destiné à contrôler les expérimentations dans le domaine des recombinaisons génétiques. La peur à l’origine de cette démarche qui, loin de paralyser la recherche, lui a ouvert des voies nouvelles n’était pas celle de l’inconnu qu’explore sans cesse la science. La peur en cause était celle des conséquences incontrôlables voire irréversibles et catastrophiques de certaines pratiques. « La peur de déclencher un incendie impossible à éteindre » (p. 155).

14Ce genre de peur ne nous oblige pas seulement à préciser ce qui nous tient vraiment à cœur, comme le souligne Jean Greisch en évoquant l’éthique du futur préconisée par H. Jonas, et à choisir notre destin, comme y insiste Jean-Pierre Dupuy dans son Introduction au catastrophisme éclairé. Elle nous contraint aussi à remettre l’autorité magistérielle de la science à sa place. Si elle est précieuse pour estimer et calculer les risques liés à la réalisation des enjeux qu’elle dessert, la détermination de leur valeur ne lui appartient pas. S’il y a science des moyens, il n’y en a pas des fins. Dès lors, se défier systématiquement de la science ou s’en remettre aveuglement à son jugement pour gérer nos peurs est aussi déplacé que de croire à l’exclusivité des offres sécuritaires de quelqu’ordre qu’elles soient : religieuses, politiques ou assurantielles.

15Pour que dans la gestion des peurs collectives – qu’elles aient trait à la violence, aux pouvoirs de notre agir ou aux risques économiques et sociaux, tel le chômage dont nous parle Jean-Baptiste de Foucauld – la logique démocratique ait des chances de l’emporter sur les logiques expertes, nous ne pouvons que nous tourner vers l’appropriation sociale de la pratique par essence aventureuse de la délibération. Seule cette pratique peut nous apprendre à ne pas démissionner devant nos peurs, à aller de l’avant et répondre à l’éveil de la raison théorique et pratique qu’elles suscitent. Comme le rappelle H. Arendt dans Eichmann à Jérusalem, ainsi que de nombreux textes de ce recueil, le contraire de la raison n’est pas l’émotion. Le contraire de la raison est l’incapacité d’être ému, et notamment d’avoir peur !

Notes

1 Paris, Gallimard, 2002. Voir aussi du même auteur Les tâches de la philosophie politique, dans Revue du MAUSS, 19, pp. 275-303 et tous les ouvrages des tenants du néo-pragmatisme américain.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search