Version classiqueVersion mobile

Mythe et création

 | 
Éléonore Faivre d'Arcier
, 
Jean-Pol Madou
, 
Laurent Van Eynde

Figures

Thème gémellaire et mythe de fondation, à Rome et ailleurs

Alain Meurant

Texte intégral

1De tous les mythes qu’ont tissés les cultures qui habitent l’humanité, ceux qui ont été taillés autour du thème de la gémellité sont particulièrement remarquables : par leur vaste aire de dispersion d’abord, par un taux élevé de fréquence ensuite. Si le réseau qu’ils forment se caractérise par sa densité et ses amples ramifications, c’est qu’en l’espèce l’imagination ne s’est pas emparée d’un sujet pour le coder en fonction de ses besoins ou de ses attentes, elle s’est au contraire cristallisée autour d’une donnée matérielle engendrée par le processus qui est à la base même de la survie de toute espèce : la procréation. La gémellité est en effet un phénomène physique, biologique, cellulaire auquel ont nécessairement dû être confrontées, à un moment ou à un autre de leur existence, toutes les civilisations qu’a connues notre planète. La fascination qu’il a exercée sur elles se mesure à l’aune du malaise que la rencontre de jumeaux, et plus encore de jumeaux univitellins (ou « vrais » jumeaux), inspire à l’homme d’aujourd’hui alors que sont bien connus les mécanismes cellulaires régissant le phénomène.

2Pour estimer la force, permanente et profonde, qui enracine solidement ces rêveries gémellaires à l’esprit des hommes, il suffit par exemple de mesurer la place que leur réservent, toutes époques et tous courants confondus, des rayons d’œuvres littéraires, même quand celles-ci ne les activent que sous la forme affadie des doubles. Ce n’est évidemment pas ici le lieu de livrer un décompte intégral de ces projections mentales. Mais s’il fallait à tout prix se convaincre du large essaimage d’un thème dont le succès a fait un classique, nous dirions – en admettant volontiers l’arbitraire d’un tel choix que son exploitation s’échelonne de Plaute à Shakespeare, de Molière à Thomas Mann, de Georges Sand à Michel Tournier et d’Alexandre Dumas à Maude Frère. Par ailleurs, au niveau des productions mythologiques, folkloriques et cultu(r)elles, nombre d’attestations récoltées chez les peuples les plus variés et les plus éloignés dans le temps et dans l’espace témoignent de la vitalité des images dérivées du motif gémellaire. On peut suivre leurs traces du Proche-Orient à l’ouest du continent américain, de la savane africaine aux puissants contreforts des canyons américains, sans parler de celles qui s’éloignent jusqu’au Japon ou chez les Inuits. Parce qu’elle confine au surnaturel, cette part de l’investigation gémellaire offre assez de prise à la puissante alchimie du symbole, ce voltigeur rompu à l’habile stratégie du mythe.

3Pour ce qui nous concerne, c’est par une de ses manifestations les plus célèbres, sinon peut-être la plus fameuse, qu’a été abordée l’étude de cette thématique, à savoir la légende de Romulus et Rémus, les fabuleux fondateurs de Rome. Néanmoins, celle-ci constituera encore le point de départ de ces quelques pages dans la mesure où elle associe des jumeaux à un épisode de fondation, ce qui est précisément le sujet de notre propos.

4Les premiers spécialistes de la question (fin xixe/début xxe) ont voulu voir dans ce binôme gémellaire lié aux débuts de Rome une pure construction littéraire, forgée à partir d’éléments grecs ou locaux, que ceux-ci aient été ou non combinés, amalgamés, fusionnés. D’autres ont préféré l’associer à un substrat historique. Au fil du temps, la gémellité greffée à Romulus et Rémus fut donc soupçonnée d'être une production légendaire censée illustrer tan tôt le consulat républicain, tantôt l’alliance romano-sabine (puis romano-capouane), tantôt le passage d’une économie de type pastoral à un régime agricole, tantôt l’union de communautés logées sur des mamelons opposés du Palatin quand ce n’étaient pas les conflits sociaux mettant aux prises patriciens et plébéiens.

  • 1 À titre d’échantillons et sans souci d’exhaustivité, citons les travaux de S. Eitrem, Die göttliche (...)

5Le principal défaut de ces deux types d’approche est de travailler en vase clos, de s’enfermer en milieu gréco-romain. Un autre canal de la recherche contemporaine considère en effet que le motif gémellaire, transpose, à sa façon, un motif folklorique universel. Malheureusement, pour fonder ce point de vue, ses adeptes se contentent habituellement d’évoquer quelques généralités, voire un florilège de banalités, de renvoyer à une poignée d’ouvrages, toujours les mêmes d’ailleurs, souvent parus entre le début du siècle et le milieu des années trente1. Des travaux plus récents existent bien. Mais, dans la plupart des cas, ces études ne s’intéressent qu’au traitement réservé au mythologème gémellaire en contexte indo-européen. En fait, elles l’intègrent souvent dans des schémas structurels – comme l’architecture trifonctionnelle de Georges Dumézil – sans que le support qu’ils recouvrent soit préalablement défini avec tout le soin requis.

6Dès lors ces trois écoles – l’approche littéraire, la recherche d’un fondement historique et le recours au cliché folklorique – pèchent par la même faute de méthode : chacune aborde le thème gémellaire comme un tout, un fait acquis, qu’elles utilisent sans l’avoir vraiment sondé en profondeur. En fait, les lectures qu’elles égrènent s’engagent (et ceci est important) sans que leur point de départ – la notion même de gémellité – ait fait l’objet d'une discussion serrée, sans qu’il ait été pourvu d’une définition précise.

  • 2 A. Meurant, « La gémellité de Romulus et Rémus : thème archaïque ou donnée tardive ? », RPh, t. 71, (...)

7Les raisons de ce choix sautent aux yeux de qui tente de combler cette lacune. Une des principales difficultés rencontrées tient d’abord aux différents cas de figures qu’empruntent le phénomène gémellaire : ses représentants peuvent être monozygotes et dizygotes, soit être issus de la fécondation d’un seul œuf par un seul spermatozoïde (les « vrais jumeaux » encore appelés jumeaux uniovulaires, homozygotes ou univitellins), soit être issus de deux œufs différents (les « faux jumeaux », encore appelés jumeaux biovulaires, hétérozygotes ou bivitellins). Dans le premier cas, l’ovocyte se clivant en deux, donne naissance à deux enfants porteurs du même patrimoine génétique, dans le second il y a double ovulation, chaque ovocyte ayant été fécondé par un spermatozoïde donne naissance à des enfants se ressemblant autant que chaque frère et sœur. Mais le problème se complique encore quand on sait qu’un couple de jumeaux monozygotes ne se développe pas nécessairement dans une poche amniotique simple, que ses membres ne sont pas nécessairement pourvus d’un seul placenta. Dans le courant des années 30, les découvertes de von Verschuer, Lassen et Blatz ont montré que dans un cas sur quatre les jumeaux monozygotes disposent de placentas séparés. Il faut donc distinguer les grossesses gémellaires monozygotes dichoriales (placenta et poche amniotique séparés), monochoriales diamniotiques (placenta commun mais poches amniotiques séparées) et monochoriales monoamniotiques (placenta et poches amniotiques communs), cette dernière catégorie étant la seule à pouvoir, intrinsèquement revendiquer le label de « vraie » gémellité. Par ailleurs, celle-ci peut comprendre des paires masculines et féminines. Pour ne pas dilater exagérément les dimensions de la documentation à consulter, l’enquête dont je résume ici les résultats que détaillent mes travaux antérieurs2 s’est resserrée autour du type gémellaire mis en scène par la légende de fondation romaine, soit les paires de jumeaux identiques de sexe masculin.

8Ce petit développement suffira à souligner l’importance des obstacles qui jalonnent toute étude du phénomène gémellaire qui, outre l’embryologie, entre dans le champ d’activités de domaine aussi vastes et divers que la biologie, la médecine, la psychologie, l’ethnologie, la sociologie, le droit, la littérature comparée, la mythologie, l’histoire des religions, etc. Pour corser le tout, l’étude scientifique des jumeaux a donné naissance, en 1952, à une discipline scientifique autonome, la « gémellologie », dont les bases furent jetées par l’Italien Luigi Gedda.

9Dans ces conditions, seule une démarche d'inspiration interdisciplinaire peut espérer rendre une vision synthétique du concept de gémellité. Y recourir amène pourtant le chercheur à se retrouver dans une position bien inconfortable. C’est que la plupart des domaines à consulter forment, pour reprendre ici une notion empruntée à Gérard Fourez, une succession de « boîtes noires », c’est-à-dire de spécialités souvent très éloignées d’un spécialiste des origines de Rome. Faute des connaissances requises, il risque de s’y égarer rapidement et même d’y perdre pied.

10Dès lors surgissent d’importantes questions pratiques : faut-il ouvrir toutes ces « boîtes noires », dans quel ordre ? jusqu’où ? par laquelle commencer ? La situation se complique encore quand on sait qu’aux catégories gémellaires évoquées tout à l’heure s’ajoute encore celle qui distingue gémellités effective et imaginaire. Il est donc naturellement impossible d’étudier dans le détail ce que disent de toutes ces séries gémellaires les savoirs dont le concours doit être sollicité. Il faut donc faire des choix. Le premier, dicté par la nature même de la légende de fondation romaine, est, comme indiqué ci-dessus, de ne prendre en compte que les paires de vrais jumeaux de sexe masculin. Le second est d'aller à l’essentiel sans vouloir se perdre dans les méandres ou le maquis de toutes les disciplines citées, mais en tentant de mettre l’accent sur ce que chacune est susceptible d’apporter à ce dossier au format ainsi réduit.

11Au bout du compte, il me semble possible de montrer que la gémellité des Martigenae, les fils de Mars, s’ancre au cœur de trois cercles concentriques. Le plus lointain est celui formé par un schéma gémellaire universel qui rassemble une série de topiques qu’affichent habituellement les contes gémellaires, quelle que soit la latitude où ils voient le jour. Cela ne signifie pas que chaque récit inspiré par la gémellité mobilise tous ces principes généraux, mais que c’est dans ce recueil de propriétés que puise leur construction. En voici l’essentiel :

  1. l’ambiguïté que suscite l’apparition de jumeaux, lesquels inquiètent souvent, émerveillent parfois, déroutent toujours ;

  2. leur vocation d’être, en fonction de cette première constante, tantôt perçus comme un bien (un gage d'abondance), tantôt comme un mal (présage de cataclysmes ou de dérèglements sociaux). Selon les cas, ils sont honorés ou mis à mort ;

  3. la fertilité qu’ils symbolisent biologiquement ;

  4. le recours à une onomastique spécifique (appellations duelles : Dioscures grecs, Alcis germains, Dieva deli lettons, Bana ba Tilo du Mozambique) ou noms basés sur l’assonance : Sem et Chem, Ferrutius et Ferrutio, Sintram et Beltram, Huz et Buz, Halfdan le Blanc et Halfdan le Noir. Autrement dit, l’onomastique gémellaire emprunte beaucoup à la similitude physiologique qu’il lui revient de scinder ou d’atténuer ;

    • 3 Fr. Lepage, Les jumeaux. Enquête, Paris, 1980, p. 267 (Collection « Réponses »).
    • 4 F. Leroy, Les jumeaux dans tous leurs états, Bruxelles, 1995, p. 37-40 (Sciences, Éthiques, Société (...)
    • 5 ID., p. 38.
    • 6 Liv., I, 4, 3 ; D.H., I, 79, 2 (où se côtoient la mise à mort et la mise sous écrou). Chez Plut., R (...)
    • 7 F. Leroy, op. cit., p. 24.

    le recours à l’expédient de la double paternité. Pour les Anciens, si un même accouchement libère simultanément deux enfants, c’est que la parturiente a été fécondée par deux hommes ou qu’elle s’est unie à son mari en cours de grossesse. En vérité, ce singulier phénomène peut prendre deux aspects différents : ainsi parle-t-on de « superfécondation » pour indiquer qu'un second œuf, pondu en même temps que le premier fut fécondé quelques jours plus tard et de « superfétation » lorsqu’une femme enceinte voit sa ponte suivante se muer elle aussi en zygote. Si ces deux explications ignorent le fait que deux ovules puissent être fécondés simultanément, c’est que les Anciens estimaient que le sperme à l’origine de ces fécondations ne peut appartenir au même au homme : la double naissance implique ainsi une double paternité. Voilà pourquoi la gémellité a été longtemps associée à l’adultère avec des conséquences tragiques pour la mère concernée : celle-ci peut-être publiquement battue par son conjoint ou couverte de quolibets méprisants (comme chez les Indiens Salivas de l’Orénoque3) ou être frappée d’exil temporaire ou définitif (châtiment d’application chez les Barongas de l’est du Transvaal ou les Kwakiutls de Vancouver4), sinon exécutée (c’est le cas chez les Fingos d’Afrique du Sud5). Ces quelques exemples ont été tirés de folklores dispersés aux quatre coins du globe pour mieux souligner l’universalité des pratiques incriminées. Ajoutons que certains types d’exclusion peuvent prendre la forme de la réclusion qui frappe Rhéa Silvia, la mère des jumeaux romains, une fois connu le caractère exceptionnel des êtres dont elle accouche6. Au plan mythique, cette paternité additionnelle est imputée à l'intervention d’un démon, d’un ennemi, d’un sorcier, d’un animal ou d’une divinité7. Dans ce dernier cas, l’un des jumeaux, considéré comme l’enfant du dieu passe pour être immortel alors qu’à son frère, issu d’un géniteur commun, est réservée l’éphémère trajectoire de la condition humaine (que l’on songe au cas des Dioscures ou d’Héraklès et d’Iphiklès). Il existe néanmoins des exceptions à ce schéma classique : ainsi, à Albe, Romulus et Rémus, naissent des œuvres du seul Mars ;

  5. la liaison des jumeaux aux sphères du pouvoir et, en règle générale, au domaine de la royauté et à l’épisode de la fondation dont dérive cette forme de gouvernement ;

  6. la panoplie d’emblèmes que génère la gémellité : cela va des piliers symétriques à la manifestation de phénomènes célestes en passant par la liaison à certains animaux (le cheval surtout et des poissons comme le saumon).

12Pour être complet, sans chercher à plus se disperser, ce bref relevé se doit encore de signaler en vrac l’existence d’un chapelet de services secondaires généralement reconnus aux jumeaux légendaires, lesquels passent aussi bien pour jouer aux gardiens des portes ou aux hôtes, aux médecins ou aux auxiliaires militaires, aux messagers divins ou aux devins, voire aux protecteurs du commerce et des signes monétaires.

13Le cercle intermédiaire est celui de la version indo-européenne du mythologème gémellaire : outre les constantes universelles qu’elle respecte à sa façon, celle-ci se caractérise surtout par sa localisation dans la troisième fonction dumézilienne. L’étude interne des modules gémellaires relevant de ce secteur donne corps à une terminologie tirée de la légende des Dioscures : l’un des jumeaux, celui qui est immortel car né d'un dieu, se trouve connoté au bœuf, affecté à la première fonction et dit de « type Pollux » ; son frère mortel, parce que né de gènes humains, se voit associé au cheval, annexé à la deuxième fonction et dit de « type Castor ». Souvent, le second est destiné à s’effacer au profit du premier.

14Le troisième cercle enfin, celui de la gémellité proprement romaine, montre comment ce modèle indo-européen fut adapté sur les bords du Tibre : là, le réalisme ambiant a fait tomber dans l’histoire des origines de Rome un schéma que d’autres traditions indo-européennes appliquent souvent (mais pas exclusivement) à des dieux. De plus, les rôles se sont inversés et c’est Romulus (le jumeau au cheval) qui survit à Rémus (le jumeau au bœuf).

15Une précision encore. La gémellité on l’a dit, surprend invariablement le milieu où elle apparaît. Ce signe d’exception contribue aussi à distinguer du commun des mortels des êtres promis à un grand avenir : ancêtre d’une nation, fondateur de cité ou promoteur d'une technique spécifique. À ce titre, il s’intègre parfaitement dans ce qu’on appelle communément la geste du héros. Et ce sont justement les attaches qui lient la gémellité légendaire, mythique ou cultu(r)elle aux mythes de fondation et, par delà ceux-ci, aux sphères du pouvoir dont nous nous préoccuperons maintenant.

  • 8 Liv., I, 6, 3 : « in iis locis ubi expositi ubique educati erant ».
  • 9 Liv., I, 7, 11 : « duplex numerus ».

16S’il est un temps fort que connaît la légende des jumeaux romains, c’est bien la dispute qui éclate au moment de savoir lequel d’entre eux donnerait son nom à la ville qui s’élèvera à l’endroit « où ils avaient été abandonnées et élevés »8. Leur similitude est si forte, si complète, leur ressemblance si marquée – on se rappellera que contrairement à la majorité de légendes gémellaires, leur naissance n’est pas allouée à une paternité duelle mais imputée à un géniteur unique, le dieu Mars – que même les dieux consultés pour les départager hésiteront avant de sacrer Romulus : comme s’ils ne pouvaient reconnaître leur favori, ils envoient d’abord six vautours à Rémus, puis le double de volatiles à Romulus9.

  • 10 H. Arendt, La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, Paris, 1972, p. 214-222 (Idé (...)
  • 11 Gn, 18-19.
  • 12 Strab., VIII, 5, 3.
  • 13 B. Juillerat, Les bases de l’organisation sociale chez les Mouktélé (Nord Cameroun). Structures lig (...)
  • 14 Pour approfondir cette thématique, on renverra par exemple A. Adler, « Les jumeaux sont rois », L’H (...)

17La fonction de fondateur que se disputent les fils de Rhéa Silvia les propulse dans le cénacle des ancêtres exemplaires soumis à la fameuse polysémie de l’hubris grecque10. Le thème des jumeaux bâtisseurs de cité est d’ailleurs fréquent en mythologie, souvent couplé avec celui du premier meurtre. En Mésopotamie, les jumeaux sont ainsi mis en connexion avec la cuisson des briques et les opérations de construction. La Grèce leur reconnaît aussi cette fonction de maîtres-maçons : on y voit le musicien Zéthos aider son frère Amphion à ceinturer Thèbes de murailles ou Otos et Éphialtès, les Aloades fils de Poséidion et d’Éphimédie, ériger Alion et Ascra. Cette qualité est également concédée à des jumeaux gaulois : Momoros/Moroso et Atepomaros, déterminent l’emplacement de la future Lyon ; d’autres, nommés Ségovèse et Bellovèse, fondent Milan. Elle apparaît aussi dans le monde biblique11 : ainsi voit-on les dioscures de Mambré jouer un rôle dans la destruction de Sodome ou Jacob et Ésaü briguer l’honneur de gérer la glorieuse destinée du peuple de Dieu. Enfin aux îles Caroline (archipel de l’Océanie) Olochipa et Olochopa sont censés avoir dressé des monuments mégalithiques dont subsistent d’imposants vestiges. Toutefois, le motif peut tout aussi bien s’inverser et muer les jumeaux en destructeurs de cités : Pausanias signale que la prise et la destruction de Las, un village de Lacédémone, est imputée aux Dioscures12 et nombreuses sont les cités dont Héraklès sape les fondements. Le thème peut prendre plus d’ampleur encore et voir les jumeaux élevés au rang de créateurs d’univers : de nombreuses cosmogonies en placent certains à l’origine du monde, de l’humanité ou d’une partie d’entre elle (tel est le cas des bessons que se donnent pour grands ancêtres les Kaingang du Brésil, de Hömanihikö et Mianikötïbo honorés par les Cubeo de Guyane intérieure ou de Tamusi et Yolokantamulu chers aux Calinas, tribu caraïbe vivant sur la côte septentrionale de Guyane). Comme le dit Bernard Juillerat : « La réitération rituelle de l’origine du monde prend donc la forme d’une naissance qui, pour figurer la perfection primordiale, ne peut être que gémellaire13. » En ce sens, les jumeaux s’apparentent au dema, terme de la langue des Marid-anim de Nouvelle-Guinée qui désigne l’ensemble des êtres du temps primordial et les créatures divines qui y figurent. Loin d’être exhaustive, cette série de parallèles empêche de ramener la collusion entre gémellité et exercice du pouvoir à une simple rencontre de circonstance14.

  • 15 L. Lévi-Makarius, Le sacré et la violation des interdits, Paris, 1974, p. 96 (Sciences de l’homme).
  • 16 G. Dumézil, La religion romaine archaïque (avec un appendice sur la religion des Étrusques), Paris, (...)

18Qui plus est, l’ethnologie contemporaine confirme la permanence de ces affinités : des traces en subsistent chez une peuplade bantoue, les Alur, chez les Moundang tchadiens ou chez les Swazi d’Afrique australe. Ces témoignages certifient la solidité des liens – sans doute fort anciens – qui unissent royauté et gémellité (ou le pouvoir au sens large du terme). Il faut dire que les fondateurs sont pour la plupart des êtres hors-normes, des figures d’exception qui échappent au commun des mortels. Signe singulier par excellence (même et peut-être surtout s’il est connoté à la notion de dualité), le label gémellaire affecte souvent des personnages mythiques capable de transgresser un ordre ancien pour ouvrir une ère nouvelle. Selon L. Lévi-Makarius, l’émoi qu’éveille, dans les sociétés traditionnelles, une naissance gémellaire menace les nouveau-nés de la flétrissure qui frappe souvent un écoulement sanguin, surtout quand il est connoté à l’expression de la violence. Au même titre que les menstrues féminines, les sanglants épanchements qui accompagnent un accouchement génèrent donc la capacité de s’apparenter à une souillure dont l’intensité redouble en cas de naissance plurielle : « Parmi tous les humains, les enfants de naissance impure (et donc plus particulièrement les jumeaux) sont les seuls à recevoir, de naissance, les pouvoirs magiques. Cela suffirait à qualifier les jumeaux pour le rôle de héros mythiques, mais il y a plus : cette naissance les destine au rôle qui est le sujet privilégié des mythologies, le rôle de l’audacieux qui, méprisant les dangers, violant les interdits, défie les divinités et leur arrache des biens qui feront le bonheur des hommes (Prométhée). C’est le mythe archétypal, vraisemblablement la souche de tous les autres mythes15 », ou du moins, de toute naissance anormale. C’est assez dire quels pouvoirs particuliers, magiques et bénéfiques à la communauté (dont le roi a pour mission de veiller au bien-être) ces civilisations dites « primitives » affectent aux jumeaux, que ceux-ci appartiennent à la légende ou à la réalité. Il est donc parfaitement compréhensible qu’au fil du temps leur portrait se soit enrichi de symboles connotant richesse et prospérité. Le jugement qu’édicte Georges Dumézil sur la question s’inscrit clairement dans cet ordre d’idée : « On conçoit l’importance du concept de gémellité au niveau de l’abondance, de la vitalité, de la fécondité : par une convenance naturelle, chez un grand nombre de peuples, la naissance de jumeaux est signe et gage de tout cela16. »

  • 17 Promathion (= FGrH 817 F 1), apud Plut., Rom., 2, 4-8.

19Considérée sous cet angle, l'anomalie gémellaire s’augmente par ricochet de la noble tâche impartie à tout héros civilisateur : la nécessité d’inaugurer des temps nouveaux, positive compensation à la lente dissolution d’un ordre antérieur ; (r)évolution que ponctue souvent l'intronisation de la culture au sein d’un univers sauvage. En rupture avec les lois du cycle vital, les bessons s’avèrent donc compétents pour sonner le glas d’un régime périmé, régénérer les forces qu’est censée contrôler une royauté, ou défier le courroux céleste au meilleur service du genre humain. En l’occurrence, leur action primordiale, souvent agonistique quand elle se concentre sur le pouvoir, s’incorpore sans conteste aux mythes d’origine que décortique M. Éliade avec un art consommé. Celte rivalité qui scinde la cellule gémellaire au point de transformer ses membres en rivaux convoitant une fonction indivisible est au cœur de la légende de Romulus et Rémus : alors que ceux-ci avaient tout partagé pendant leur jeunesse, la cupido regni les dresse l’un contre l’autre au moment de décider qui coiffera la couronne romaine, et cet embrasement des désirs a d’autant plus de force, que rien ne permet de distinguer les prétendants, pas même la référence à leur père, puisque – comme on l’a dit – celui-ci est un dieu unique. Mars dans les versions classiques de la légende ou une divinité du foyer dans la variante rapportée par Promathion17.

20Une incursion dans le passé culturel du Bénin méridional nous permettra, en disant quelques mots des rois du Danxomè d’évoquer un lointain parallèle (dans le temps comme dans l’espace) de la situation romaine. Alors que cette royauté africaine est héréditaire et passe, par ordre de progéniture, de mâle en mâle, un prescrit religieux imposa, après les deux premiers règnes que connut ce royaume, la présence d’une reine aux côtés du roi. Le pouvoir échut alors à un certain Akaba qui avait une sœur jumelle. Et la religion locale recommande de traiter les jumeaux sur un pied d’égalité. La sœur d’Akaba régna donc en même temps que lui, mais avec une autorité très réduite. Toutefois, placer les jumeaux sur le même plan revenait à doter leur descendances de droits héréditaires sur la souveraineté, ce qui provoquerait à terme le partage du royaume naissant. Akaba comprit le danger et désigna aussitôt pour héritier son frère cadet en annonçant cette sentence empreinte de sagesse : « deux ne peuvent pas dominer en même temps ».

  • 18 Hyg., Fab., 186.
  • 19 Apoll., II, 1, 4.
  • 20 Voir sur l'ensemble de cette problématique. Cl. Voisenat, « La rivalité, la séparation et la mort. (...)

21En vérité, il n’y a pas de solution idéale pour trancher ce type de différend très courant dans les récits gémellaires. Il y a d’abord les paires qui se déchirent et qui se querellent déjà dans le ventre de leur mère pour être les seuls à occuper cet espace privilégié. Chez les Iroquois, Awenhai, s’étant unie au Chef du Ciel, donna le jour à une fille qui connut une croissance exceptionnelle. Celle-ci épousa à son tour un homme doté de franges sur les bras et les jambes, lequel déposa une flèche sur le ventre de son épouse et disparut. Et durant sa grossesse, la fille d’Awenhai entendait les jumeaux qu’elle avait conçus se disputer dans son ventre. Il y a aussi les paires dont les éléments se séparent parce qu’ils ont compris que vivre à proximité l’un de l’autre accentuait les risques de dissension. Seules deux mesures préventives, quasiment prophylactiques, permettent d’endiguer cette fureur aveugle : supprimer l’un des jumeaux royaux à la naissance (sinon les deux) ou instaurer une distance géographique qui préserve les rivaux potentiels de tout contact direct. La sagesse prime alors sur la rigueur. Adeptes de cette solution, les jumeaux grecs Éole et Boéotos décider de se quitter au meilleur de leurs intérêts18. En Égypte, Agénor prend seul l’initiative de passer en Syrie, laissant Bélos à la cour de leur grand-père Épaphos. Par un curieux effet du hasard, l’affrontement gémellaire dont la manœuvre les dispense se fixe sur la seule dépendance de Bélos. Comment rendre compte de ces régimes différents ? Comment justifier que des jumeaux gagnés tant par l’ivresse du pouvoir que par une rivalité sanglante prennent place dans la descendance d’un souverain, prémunis des mêmes tares par l'éloignement de son frère ? Sans doute parce que la décision de partir revient à Agénor dont l’attitude dynamique tranche sur l’apathie de Bélos qui se borne à entériner la volonté de son frère19. Épargnées à la lignée de celui qui préfère l’exil au pouvoir, les vicissitudes du destin gémellaire infectent les relations des descendants de celui qui demeure sur place (on retrouve le même schéma dans la rivalité qui oppose Nélée à Pélias pour le sceptre d’Iolcos en Thessalie : le premier se retirera pour régner sur la Messénie). Le seul moyen de parvenir à la stabilité est donc de renoncer au pouvoir en tant qu’objet de désir20.

22Mais la séparation n’est pas l’unique remède. On voit ainsi Amphion et Zéthos régner de concert sur Thèbes qu’ils avaient sertie de murailles. La royauté commune est aussi exercée par les héros arcadiens Lycastos et Parrhasios. On dit même que Castor et Pollux eurent l’occasion de régner quelque temps sur Sparte (dont on sait que la royauté historique elle-même était d’essence duelle).

***

23Au moment de conclure, que retenir des étapes franchies au cours de ce bref périple ? Avant tout, l’épaisseur et la solidité des entraves qui lient le mythologème gémellaire au thème de la souveraineté et au creuset des fondations. Les entrelacs que tresse ce subtil réseau de connexions traversent les frontières du temps et de l’espace, comme les cultures et les traditions qui s’y succèdent.

24Quelles causes assigner à une telle convergence et à l’essaimage qui disperse ses fréquentes productions ? Elles sont évidemment multiples. Mais s’il fallait n’en épingler qu’une, pour les qualités fédératrices qu’elle manifeste, ce serait la marginalité, cette source d’équivoque qui frappe, pour mieux les réunir, gémeaux et souverains.

25En effet, aux yeux du mythe, du folklore, des codes culturels et des règles sociales trempées de vertus ancestrales, les jumeaux s’avèrent dépositaires de pouvoirs contrastés, quasi antithétiques (à la fois vecteurs de bienfaits et de la violence la plus noire) qui, peu ou prou, relèvent des attributs royaux. C’est pourquoi les êtres confondus par la gémellité ou élevés à la royauté se noient dans des flots d’ambivalence qui les rend étranges, voire étrangers, au monde qui les entoure. De ce point de vue, rois et jumeaux sont donnés pour des êtres-frontières que leur insertion dans des épisodes de fondation projette à des seuils de rupture, c’est-à-dire à ces moments auroraux où s’accomplit le passage salutaire d’un ordre ancien à des temps nouveaux.

  • 21 Que détaille A. Meurant, « D’Albe-la-Longue au “pomerium” : Romulus et Rémus sur la route », Latomu (...)

26Cette chaîne de motifs, où peuvent s’ajouter d’autres maillons21, explique sans doute que la légende de Romulus et Rémus dont est parti cet exposé a piqué depuis plus de vingt-cinq siècles la curiosité de ses lecteurs et qu’elle intriguera longtemps encore ses herméneutes.

Notes

1 À titre d’échantillons et sans souci d’exhaustivité, citons les travaux de S. Eitrem, Die göttlichen Zwillinge bei den Griechen, Christiana, 1902, 124 p. (Videnskabsselskabets Skrifter, 2. Historisk-filos. Klass., 1902, 2) ; The Dioscuri in the Christian Legends, Londres, 1903, 64 p. ; The Cult of the Heavenly Twins, Cambridge, 1906, 160 p. et 7 pl. ; J.R. Harris, Boargenes, Cambridge, 1913, 424 p. ; FR. Chapouthier, Les Dioscures au services d’une déesse. Étude d’une iconographie, Paris, 1935, 382 p. (Béfar, 137) ou A.H. Krappe, Mythologie universelle, Paris, 1930, 453 p. (Bibliothèque scientifique, 62).

2 A. Meurant, « La gémellité de Romulus et Rémus : thème archaïque ou donnée tardive ? », RPh, t. 71, 1997 [1999], p. 281-290 ; Les Paliques, dieux jumeaux siciliens, Louvain-la-Neuve, 1998, 123 p. (Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 96. Antiquité) ; « La valeur du thème gémellaire associé aux origines de Tibur », RBPh, t. 76, 1998, p. 37-73 ; « Les jumeaux mythiques de Pérouse », dans Latomus, t. 58, 1999, p. 269-275 ; « L’idée de gémellité aux origines de Rome », dans LEC, t. 67, 1999, p. 199-210 ; L'idée de gémellité dans la légende des origines de Rome, Bruxelles, 2000, 335 p. (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres, collection in-8°, 3e série, t. 24) ; Romolo e Remo, gemelli primordiali : aspetti di un tratto leggendario di grande rilevanza, dans A. Carandini-R. Cappelli (sous la direction de), Roma, Romolo, Remo e la fondazione della città. Roma, Museo Nazionale Romano. Terme di Diocleziano. 28 giugno-29 ottobre 2000, Rome-Milan, 2000, p. 33-38 (Ministero per i Beni e le Attività culturali. Soprintendenza Archeologica di Roma) ; « Romulus, jumeau et roi : aux racines du modèle héroïque », RBPh, t. 78, 2000 [2001], p. 61-88 ; « La gémellité des Paliques : aspects politiques d’une légende », Ollodagos, t. 16, 2002, p. 255-266.

3 Fr. Lepage, Les jumeaux. Enquête, Paris, 1980, p. 267 (Collection « Réponses »).

4 F. Leroy, Les jumeaux dans tous leurs états, Bruxelles, 1995, p. 37-40 (Sciences, Éthiques, Sociétés).

5 ID., p. 38.

6 Liv., I, 4, 3 ; D.H., I, 79, 2 (où se côtoient la mise à mort et la mise sous écrou). Chez Plut., Rom., 3, 4, renfermement est antérieur au moment de l’enfantement.

7 F. Leroy, op. cit., p. 24.

8 Liv., I, 6, 3 : « in iis locis ubi expositi ubique educati erant ».

9 Liv., I, 7, 11 : « duplex numerus ».

10 H. Arendt, La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, Paris, 1972, p. 214-222 (Idées, 263).

11 Gn, 18-19.

12 Strab., VIII, 5, 3.

13 B. Juillerat, Les bases de l’organisation sociale chez les Mouktélé (Nord Cameroun). Structures lignagères et mariage, Paris, 1971, p. 200-220 (Mémoires de l’Institut d’Ethnologie, 8).

14 Pour approfondir cette thématique, on renverra par exemple A. Adler, « Les jumeaux sont rois », L’Homme, t. 13, 1973, p. 167-192 ; L. De Heusch, Rois nés d’un cœur de vache. Mythes et rites bantous II, Paris, 1982, p. 244306 (Les essais, 218) ou A. Meurant, Romulus, jumeau et roi, op. cit., p. 61-88.

15 L. Lévi-Makarius, Le sacré et la violation des interdits, Paris, 1974, p. 96 (Sciences de l’homme).

16 G. Dumézil, La religion romaine archaïque (avec un appendice sur la religion des Étrusques), Paris, 1974, p. 263 (Bibliothèque historique Payot).

17 Promathion (= FGrH 817 F 1), apud Plut., Rom., 2, 4-8.

18 Hyg., Fab., 186.

19 Apoll., II, 1, 4.

20 Voir sur l'ensemble de cette problématique. Cl. Voisenat, « La rivalité, la séparation et la mort. Destinées gémellaires dans la mythologie grecque », L’Homme, t. 38, 1988, p. 96-97.

21 Que détaille A. Meurant, « D’Albe-la-Longue au “pomerium” : Romulus et Rémus sur la route », Latomus, t. 62, 2003, p. 517-542.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search