Version classiqueVersion mobile

Mythe et création

 | 
Éléonore Faivre d'Arcier
, 
Jean-Pol Madou
, 
Laurent Van Eynde

Avant-propos

Laurent Van Eynde

Texte intégral

  • 1 Cf. Fr. Ost, L. Van Eynde, Ph. Gérard & M. Van De Kerchove (sous la direction de), Lettres et lois (...)

1Le Séminaire Interdisciplinaire de Recherches Littéraires (SIRL) a mené diverses recherches (qu’il poursuit aujourd’hui encore) sur la dimension épistémique de l’œuvre littéraire. L’œuvre littéraire peut-elle être connaissance, au même titre, mais dans des formes irréductibles, que le savoir philosophique ? Les précédents ouvrages collectifs que nous avons publiés1 ont confirmé concrètement cette pertinence de l’oscillation entre l’expérience littéraire et l’a priori configurant nos savoirs, en mettant en scène une confrontation féconde entre des figures, parfois thématiques, de l’histoire de la littérature et des concepts trop souvent interrogés de nos sciences humaines en général. Mais c’est aussi au regard de ses dimensions internes que l’œuvre littéraire témoigne d’un rapport tout à la fois constitutif et ambigu à l’idée de loi. Ainsi avons-nous pu constater que la référence aux genres et aux formes littéraires générales soutenait l’événement même de la création littéraire, en en dessinant les contours « nécessaires » ou les principes d’écriture qu’il est sans doute justement nécessaire de subvertir pour qu’advienne l’acte même de création.

2Ces travaux ont donc permis de dégager, au foyer même de la dimension épistémique du littéraire – comme son présupposé – la fonction déterminante de l’idée de loi. La question qu’il est alors important de soulever est celle du rapport de la dynamique de la création – dont témoigne l’œuvre même dans sa puissance d’invention immanente – à toutes les formes de nécessité : règles, lois, concepts, formes, universalités, figures, a prioris, qui lui donnent ainsi un cadre d’effectuation, mais tout aussi bien des frontières à franchir, des carcans à briser (mais cela se peut-il sans reste ?) et des horizons à poursuivre.

3Les « lois de la création littéraire » peuvent prendre des visages très différents, chacun pouvant être affecté d’un indice positif ou d’un indice négatif-à chaque fois, les figures de la loi peuvent être constitutives de l’acte de création comme leur transgression peut être nécessaire à la relance de celui-ci, que ce soit dans les représentations de l’œuvre littéraire ou dans les principes de sa conformation immanente.

4Parmi ces figures du rapport du littéraire à la légalité, on peut penser la confrontation du réel et de l’imaginaire littéraire comme un jeu de l’universel et du singulier – dans ce cas : un échange dialectique entre la conformation à la loi implacable de l’effectif et la libre invention du possible.

5Mais plus fondamentalement faut-il se soucier d’un rapport interne du littéraire à la légalité. Les formes que revêt l’imaginaire littéraire figurent déjà elles-mêmes des régions universelles auxquelles s’affronte la création. Cet affrontement se joue depuis le rapport aux structures langagières et aux exigences de la communication la plus générale, jusqu’à la confrontation avec le « goût littéraire » d’une société et son éventuelle caricature dans les effets de mode. Il convient ainsi de faire droit au niveau de confrontation à la légalité en guettant les reprises, les épuisements, les ruptures, les réinventions.

  • 2 Ces recherches ont notamment été menées en collaboration avec le Centre d’Études et de Recherches (...)

6C’est dans cette perspective que nous avons voulu saisir les modes de relation de la création littéraire avec les figures mythiques2. Le présent ouvrage collectif se veut attentif simultanément aux formes mythiques et à la dynamique de l’imaginaire littéraire. Le mythe à même l’œuvre littéraire incarne l’ouverture des possibles imaginaires, mais aussi, à l’inverse, ses risques d’engorgement, de fixation, de réduction voire de blocage dans des schémas canoniques jusqu’à l’éventuelle résorption de l’événementiel dans le conventionnel ou le stéréotypé. La position ambiguë de la légalité mythique face à l’événement de l’imaginaire conduit à analyser l’articulation du synchronique et du diachronique dans le mouvement de création qui tout à la fois sous-tend l’œuvre littéraire et s’y incarne. Nous nous efforçons, dans les pages qui suivent, de repérer et de circonscrire les recours explicites ou implicites au mythe dans l’œuvre de création littéraire ainsi que leurs liens avec les circonstances événementielles de la production imaginaire, dans le but de définir un mode original d’échange dialectique entre universalité et singularité.

Notes

1 Cf. Fr. Ost, L. Van Eynde, Ph. Gérard & M. Van De Kerchove (sous la direction de), Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2001 ; S. Klimis & L. Van Eynde (sous la direction de), Littérature et savoir(s), Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002 ; Fr. Ost & L. Van Eynde, Faust ou tes frontières du savoir, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2003 ; R. Célis, J.-P. Madou & L. Van Eynde (sous la direction de), Phénoménologie(s) et imaginaire, Paris Kimé, 2004 ; I. Ost, P. Piret & L. Van Eynde, Le grotesque. Théorie, généalogie, figures, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2004.

2 Ces recherches ont notamment été menées en collaboration avec le Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires sur les Processus de la Création (CERIC), de l’Université de Savoie (Chambéry), au cours de l’année 2001.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search