Version classiqueVersion mobile

Pouvoir et religion

 | 
Anne-Marie Dillens

Partie 2. Les religions face à leurs fondamentalismes et intégrismes

Les religions face à leurs fondamentalismes et intégrismes : la laïcité1

Georges C. Liénard

Texte intégral

Avant-propos

  • 1 Exposé présenté le 8 novembre 2004.

1Au premier abord, j’aurais tendance à considérer que le sujet ne me concerne pas puisque je ne puis parler ici du point de vue d’une religion. Pourtant, dans ce pays, la laïcité est comprise selon un double aspect, la laïcité politique (ou laïcité publique) et la laïcité dite philosophique (ou laïcité des individus). La première correspond à la notion développée en France dite de « séparation des Eglises et de l’État », alors que la seconde est une conception de vie des personnes qui comporte un impératif humaniste et l’adhésion à un ensemble de valeurs. Il est donc bien question pour les personnes qui se revendiquent de la laïcité philosophique de donner un sens à leur vie, mais sans référence à un quelconque absolu.

2La recherche du sens à donner à sa vie, sans doute par d’autres voies, est un point commun avec les fidèles des religions qui nous amène nous aussi comme laïques « à nous interroger sur notre condition, notre autonomie, notre liberté et notre capacité d’instituer et vivre dans des sociétés démocratiques ».

3Je me sens donc parfaitement à l’aise parmi vous pour tenter de débroussailler un sujet grave et embarrassant pour les libertés des uns et des autres.

Introduction

4Tout projet porte en lui ses extrêmes. Un éclairage habituel de ceux-ci est donné par les opposants ou plus généralement par ceux qui jugent de l’extérieur. Il est, par contre, plus difficile, voire parfois plus pénible, de devoir faire une auto-analyse critique, c’est à dire de l’intérieur car tous qui se réclament d’un projet mené en commun bénéficient de sympathie sinon d'une indulgence à priori.

5Il est donc particulièrement intéressant pour les porteurs de projet de pouvoir distinguer eux-mêmes les éléments qui, en les poussant à leurs extrémités, peuvent devenir en quelque sorte autodestructeurs dudit projet.

6Ce double regard que l’on porte soi-même, dans une vision de l’intérieur, sur les aspects jugés excessifs de son propre projet et d’autre part le regard porté sur les projets d’autrui rendent la compréhension, la coexistence et l’entente possible ou non.

7Reste que la tendance est forte de reconnaître plus facilement l'extrémisme chez autrui que dans son propre camp. Toutefois qui sait écouter et entendre les critiques risquera moins qu’un autre de s’embourber.

8Qu’en est il du fondamentalisme et de l’intégrisme, dans un contexte de double regard, celui que l’on porte sur le dedans et celui qui s’interroge sur l’extérieur envisageant les matières qui nous occupent, les convictions religieuses ou philosophiques ?

Fondamentalisme – Intégrisme

9La lecture des dictionnaires présente l’intérêt de fournir le sens des mots avec un retard sur notre époque et de permettre de la sorte une compréhension hors d’un contexte trop proche.

10Fondamentalisme : le Robert écrit : « qui se livre à la recherche fondamentale, donc vers le fondement principal », alors que le Larousse note : « mouvement d’origine protestante qui, de 1910 à 1925, aux USA développa la croyance au seul sens littéral de la Bible et au fixisme ».

11Il s’agit bien du mouvement des protestants évangéliques qui ont forgé le mot, comme nous l’a remarquablement montré Madame A.M. Reijnen.

12A propos d'intégrisme : « doctrine qui tend à maintenir la totalité d’un système, par exemple l’attitude des catholiques qui tend à refuser toute évolution » (Robert), ou encore : « 1. Tendance des catholiques qui se réclament de la seule tradition et veulent maintenir l’intégrité de la doctrine. 2. Attitude de ceux qui refusent d’adapter une doctrine aux conditions nouvelles. » (Larousse).

13On le constate, les deux termes sont utilisés pour caractériser des attitudes religieuses mais dans la confusion de l’usage, Larousse donnant une définition de caractère général à l’intégrisme alors que Robert fait de même mais pour le fondamentalisme. L’usage contemporain mettra davantage l'accent sur l’action : est intégriste qui exige la conformité des esprits et usera éventuellement de la force et de la violence pour s’imposer.

14La langue anglaise utilise le mot « fundamentalism » indifféremment pour caractériser ce que le français tend à distinguer péniblement, et le mot intégrisme est inconnu des dictionnaires anglophones.

  • 2 John M. Hull, The Education of the Religious Fanatic, School of Education, University of Birmingha (...)

15Voltaire, dans son dictionnaire philosophique, ignore les deux termes mais évoque le fanatisme. Ce que Hull2 reprend dans une distinction amusante très anglo-saxonne entre « fan » et « fanatic » en précisant que tous les fondamentalistes ne sont pas des fanatiques. Le « fan » est le sympathisant paisible alors que le « fanatic » n’hésitera pas à user de la violence pour faire triompher sa cause. Le fanatisme peut apparaître chez un individu sans avoir nécessairement mûri au sein d’un groupe conservateur.

16Néanmoins, constate Hull, la plupart des fanatiques religieux sont issus de larges mouvements dont les traditions véhiculent avec une ferveur excessive des croyances religieuses peu raisonnables.

17Le fanatisme tel que le décrit Hull rejoint l’intégrisme dans son aspect de violence. Ils reposent l’un et l'autre sur l’absence de tout doute, la déconnexion de la réflexion et la croyance absolue en quelques directives simples.

18Hull reconnaît ce type d’engagement dans un fondamentalisme chrétien qui nie l’évolution des espèces et plus généralement refuse le développement de la doctrine.

Faire triompher une doctrine

19Examinons ce dernier aspect par rapport à la laïcité, sur le plan du principe de la laïcité, ensuite par rapport à l’athéisme radical et enfin brièvement par rapport au « communisme athée ».

20La laïcité, telle qu’elle est vécue en Belgique et dans certains pays, comporte deux aspects, la laïcité politique et la laïcité dite philosophique ou laïcité des individus. En Belgique, cette dernière est encore appelée « la laïcité organisée », bien que la loi qui s’y rapporte traite des « associations philosophiques non confessionnelles ».

21La question posée aux mouvements qui se réclament de la laïcité (laïcité organisée) ne peut se situer par rapport à une doctrine car une telle doctrine est inexistante. Pas plus qu’il n’existe « une morale laïque », n’existe « une » philosophie ou une doctrine laïque, à moins de considérer que l’adhésion aux droits de l’homme ou à des valeurs comme la dignité humaine constitue l’adhésion à une doctrine.

22C’est pourquoi la laïcité (politique) a parfois été considérée comme une « coquille vide » car, à l’inverse d’une doctrine, elle n’explicite pas comment réaliser son objet. La laïcité demeure un idéal et, à ce titre, ne sera jamais vide de sens.

23Il y a lieu de ne pas confondre la laïcité, principe d’organisation de la vie en commun, et le laïcisme, présenté comme une doctrine par ses adversaires. Nous reviendrons plus loin sur ces questions.

24La laïcité a pour objet premier d’éviter que la loi soit faite au nom d'une particularité quelconque, au nom d'une particularité religieuse, au nom d’une particularité de classe, ou encore d’une particularité ethnique, raciale, sexuelle. Dans un espace laïque, la loi doit être faite au nom du citoyen, autrement dit elle doit être conforme à la volonté générale.

25Dans ce but, le moyen mis en œuvre repose sur la neutralité de l’État par rapport aux convictions de chacun. La neutralité exige aussi que l’État et les pouvoirs publics garantissent la liberté des confessions par rapport au politique.

26D’apparence assez simple, cette aspiration est loin d’être évidente, chacun cherchant le plus souvent dans la population à faire prévaloir sa conviction, même si celle-ci est minoritaire.

27Il s’ensuit que laïcité implique démocratie sans laquelle il n’est pas possible de réaliser les arbitrages entre les diverses positions.

  • 3 J. Bauberot, « Laïcité, laïcisation, sécularisation », in Pluralisme religieux et laïcités dans l'U (...)

28On peut relever des étapes de laïcisation, pour emprunter cette terminologie à Jean Baubérot qui repère des seuils de laïcisation, comme « autant d’étapes dans ce qu’est devenue, socialement et juridiquement la laïcité3 ».

  • 4 A. Miroir (dir), Laïcité et classes sociales, Espace de libertés, Bruxelles, 1992.

29Cette formule marque que la laïcité vit une évolution continue, souvent difficile à accepter par les milieux conservateurs. A. Miroir4 a étudié ce processus de laïcisation de la société européenne déjà au xviiie siècle, à propos des services publics. La « laïcisation de la vie publique revient à rendre celle-ci indépendante des prescrits religieux ».

30Je ne m’étendrai pas sur ce point qui a déjà été rappelé l’année dernière lors du séminaire « Pouvoir et religion ».

  • 5 Grégoire xvi, encyclique Mirari vos, 1832 ; Pie ix, encyclique Quanta Cura, 1864.

31Toutefois toutes ces étapes de laïcisation ne furent pas franchies sans heurts, parfois violents. Il faut se souvenir que l’Église catholique a longtemps bataillé contre la laïcité en s’opposant aux idées de liberté qu’elle véhiculait, y dénonçant « l’indifférentisme » qui peut « procurer et garantir à chacun la liberté de conscience5 ».

32En France, les cléricaux et les anticléricaux, pour user des termes de l’époque, en vinrent parfois aux mains, comme en témoignent les caricatures agressives de l’époque.

33Certains faits, notamment au moment de la Révolution en France, relèvent plutot d’un esprit revanchard ou de sectarisme à l’égard d’une partie du clergé lié au pouvoir royal que de l’intégrisme proprement dit d’une doctrine antireligieuse.

34Après avoir soulevé l’absence de doctrine liée à la laïcité, examinons à présent la place que prend l’athéisme par rapport à la laïcité.

35L’athéisme n’est pas la laïcité, bien que les athées aient toujours été de ceux, mais certainement pas les seuls, qui en ont défendu le principe. Cependant une certaine conception de l’athéisme peut se rapprocher de comportements fondamentalistes. Il en est ainsi de l’athéisme radical caractérisé par la formule « qui nie l’existence de dieu ou de toute divinité ».

36Difficile de proclamer qu’il s’agit d’une doctrine. Chacun élabore sa propre argumentation, imaginant trouver des preuves rationnelles de la non-existence d’une divinité, souvent sur la seule base d’un vécu personnel mais sans référence à un texte fondateur d’ensemble.

37On pourrait pourtant conclure qu’il s’agit d’une forme de fondamentalisme, par l’attachement à une forme d’orthodoxie trop affirmée, vérité personnelle qui ne laisse pas place à la vérité de l’autre.

38Remarquons qu’il s’agit, non pas de l’athéisme personnel de la personne non croyante en la divinité, mais d’une forme particulière d’athées qui croient pouvoir fournir une explication de caractère général : « dieu ne peut pas exister ».

39En Europe centrale, le communisme est encore fréquemment associé à la laïcité à cause de l’athéisme radical qu’il a pratiqué. En Irak, le régime pratiqué par Saddam Hussein est souvent qualifié dans la presse de « régime laïque », parce qu’il n’y a pas associé les religieux.

40Le communisme, ou tout autre régime, athée ou non, ne peut être laïque s’il n’a pas respecté, non seulement les principes d’organisation démocratique mais également les valeurs de dignité et de liberté des personnes. Si on veut critiquer un régime, ce n’est pas l’athéisme du régime qui doit être en cause mais le système politique mis en place. Pour faire bref, aucun dictateur, ni Staline, ni Saddam Hussein n’a été un dirigeant laïque, pour ne citer que ceux-là.

41L’argument est simple et pratique pour discréditer la laïcité dans son principe et y accréditer une expression d’intégrisme.

42D’une manière générale, l’État athée comme également tout État qui se réclame d’une religion unique ne sera pas laïque, car il réduit à une sous-citoyenneté les personnes d’autres convictions.

La neutralité des pouvoirs publics

43Chacun connaît l’expression de la laïcité qu’a façonnée la République française, dans la très fameuse loi de 1905. Son article 1 proclame : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes. » Cette loi de pacification, après des années d’affrontement entre cléricaux et anticléricaux, a été admise mais refait maintenant l’objet de discussions, à l’occasion du centenaire de sa proclamation.

44La conception de la laïcité qu’elle exprime est généralement comprise, tant en France qu’à l’extérieur, par la formule bien connue de loi de séparation de l’Église et de l’État.

45Il s’agit de la traduction dans les États démocratiques de la séparation du « temporel et du spirituel » ou du « sacerdoce et de l’empire », pour reprendre des termes de conflits antérieurs.

46La séparation de l’Église et de l’État implique la neutralité des pouvoirs publics et des institutions qu'ils créent et leur impartialité à l’égard des convictions confessionnelles ou non confessionnelles de tous les citoyens.

47La manière de réaliser la neutralité est encore source de difficultés qu’il convient d’examiner dans le cadre de notre sujet, car des croyants la perçoivent encore comme privative de libertés pour l’expression religieuse.

48En effet, de l’implication de neutralité et d’impartialité découle en corollaire la conception controversée de « religion dans la sphère privée ».

49Cette question ne peut être éludée, s’agissant de fondamentalisme et d’intégrisme.

50On peut cependant estimer que la question est double du point de vue de la liberté de convictions : liberté de l’expression religieuse mais également préservation de la liberté de convictions non religieuses dans la société.

51A titre d’exemple, si de nombreux colloques, bénéficiant du soutien de pouvoirs publics, sont consacrés chaque année à la liberté religieuse dans les pays européens, ceux-ci ne s’intéressent pas à la question plus générale de s’assurer que la liberté de religion préserve la liberté de conscience de citoyens non confessionnels.

L’espace public

52Parlant récemment aux Nations-Unies à une session de la commission « Pour l’élimination de toute forme d’intolérance religieuse », le représentant du Saint-Siège, l’archevêque C. Migliore, s’indignait d’« une nouvelle forme d’intolérance religieuse apparue ces dernières années [...] manifestée par l’effort de confiner l’expression religieuse dans la sphère privée. »

53De manière encore beaucoup plus précise, en 2003 lors d’une audience de parlementaires européens au Vatican, le sous-secrétaire aux affaires étrangères pour le St Siège déclarait : « Nous aurions beaucoup de peine à admettre que la religion ne relève que de la sphère privée. Il s’agit pour nous d’enraciner l’Europe du futur dans son passé et peser ainsi sur l’évolution des mœurs. »

54Intolérance religieuse, exclusion à l’égard des personnes de conviction religieuse et donc intégrisme de la laïcité ? La question est posée.

55La réponse dépend de l’interprétation des termes espace privé et public.

56P. de Locht pose la question en ces termes :

  • 6 P. de Locht, La foi décantée, Desclée – De Brouwer, 1998 (p. 188 à 190).

S’il est capital de se rencontrer au nom des appels de la condition humaine, doit-on pour autant ramener la religion à une affaire entièrement privée ? Dès qu’elle veut avoir son mot à dire dans l’organisation de la Cité, la religion ne pourrait être que contraignante et démobilisatrice. Tel est le réflexe fréquent d’une certaine militance laïque. Cela voudrait-il dire que les agnostiques et athées seraient immédiatement de plain pied avec l’humain, sans décapage nécessaire, alors que les « croyants » auraient nécessairement un important travail d’épuration à faire pour que leurs adhésions religieuses restent totalement à l’écart de leur engagement comme citoyens ? Dichotomie impossible, qui serait demandée au « croyant » pour être un humaniste valable...6

57En rapport avec cette prise de position, H. Cnudde écrit :

  • 7 H. Cnudde, La Revue nouvelle, janvier 2000, p. 62.

Le fait que la référence à Dieu ne fonde plus les valeurs humaines communes, que l'on partage dans la société laïque, n’exclut pas chez le croyant chrétien une référence à ses convictions évangéliques. Simplement la parole de dieu n’a pas à être imposée à l’autre non confessionnel, car, dans l’espace public décisionnel pluraliste, elle deviendrait violence pour autrui non croyant, et serait donc en contradiction avec le comportement du Jésus des Évangiles7. »

58De son côté, M. Barbier apporte la précision :

  • 8 M. Barbier, La laïcité, Paris, l'Harmattan, 1995.

On commet souvent une confusion regrettable. En effet, la laïcité consiste à faire passer la religion de la sphère publique à la sphère privée. On en déduit alors que la religion est seulement une affaire personnelle et qu’elle ne concerne que la vie privée [...] En fait ce raisonnement est inexact [...] les expressions « sphère publique » et « sphère privée » sont à prendre dans leur sens juridique technique : la première renvoie au domaine de l’État et la seconde à celui de la société civile [...] La religion échappe au domaine public de l’État, mais [...] elle peut exister et agir librement dans la société8.

59Dans une perspective de laïcité, le but est d’éviter que la loi de l’État (domaine public car elle concerne tous les citoyens) ne soit utilisée pour faire prévaloir une doctrine religieuse (domaine privé réservé aux fidèles) qui imposerait à tous la loi de dieu, tandis que d’un point de vue religieux, certains y trouvent une entrave à leur liberté.

60Il faut bien reconnaître l’existence d’une confusion dans les termes utilisés : sphère publique se rapportant au domaine de l’État et des institutions qu'il crée, alors que « la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou collectivement, en public ou en privé... » est reconnue par la Convention européenne des droits de l’homme (art.9).

61Les diverses réactions à propos de la religion dans la sphère privée font apparaître que l’image que l’un a de l’autre et donc du caractère intégriste ou non de sa position est souvent le reflet de sa propre conception. Tout se passe comme devant un miroir qui ne peut que renvoyer l’image de ce qui est devant lui.

Un cas d’école : Rocco Buttiglione

62L’affaire Buttiglione est de ce point de vue un cas d’école car les différents protagonistes se sont traités les uns les autres d’intégristes avec, il est vrai, une différence certaine dans le niveau d’agressivité.

63Rocco Buttiglione, ancien ministre de Silvio Berlusconi, a provoqué un tollé lors de son audition par la commission des Libertés publiques du Parlement européen nouvellement élu en juin 2004.

64L’homosexualité, a-t-il notamment déclaré, est « un péché » et « la famille existe pour permettre aux femmes d’avoir des enfants et d’avoir un mâle qui les défend. »

65Des associations humanistes, laïques et chrétiennes ont réagi en demandant « la neutralité religieuse de l’État », correspondant à la séparation de l’Église et de l’État.

66H.Tincq, chroniqueur religieux du journal Le Monde, explique la situation d’ensemble :

  • 9 H. Tincq, Le Monde du 20 octobre 2004 (extraits).

Sur les questions, qui ont fait déraper Buttiglione, de l’homosexualité et du statut de la femme, toute orthodoxie trop affirmée équivaut à de l’intégrisme [...]
Selon Renato Martino, cardinal de la curie romaine, Rocco Buttiglione serait aujourd’hui victime d’une « Inquisition antichrétienne ». On veut « intimider » les catholiques, se plaint-il. Leur faire subir une « discrimination » qui ne serait acceptée pour aucune autre confession [...]
Même si l’Eglise a fait « repentance », on ne peut oublier le bilan, en nombre de morts et en humiliations, de cette entreprise d’oppression qui dura jusqu’au xviie siècle, au nom d’une vérité tyrannique, sous prétexte de chasse aux sorcières et aux hérésies.
La réaction du Vatican dans l’affaire Buttiglione est disproportionnée. Cette caricature de combat, à l’échelle européenne, entre « cléricalisme » et « laïcisisme », date d’un autre âge.
Marteler que la loi morale est supérieure à la loi civile, que la légalité d'un acte ne le rend pas forcément éthique, que le rôle de l’Etat ne doit pas se borner à acquiescer à la volonté d’une majorité ne manque pas de panache. C’est ce qu’a voulu dire Buttiglione, se référant à Kant9.

67Cet épisode peut devenir un cas d’école car il fait apparaître que ceux qui, chrétiens, humanistes et autres agnostiques ou athées, s’opposent à la vision de Buttiglione se trouvent accusés d’entreprise d’« Inquisition antichrétienne » dans un remarquable renversement de situation, alors que le chroniqueur y distingue une « orthodoxie trop affirmée (qui) équivaut à de l’intégrisme ».

68Les deux camps sont chacun taxés d’intégrisme qui devient dès lors une arme pour discréditer l’opposant.

69On remarquera toutefois que les arguments sont fort différents, voire opposés. D’un côté le recours à l’orthodoxie (trop affirmée) d’une doctrine religieuse qui intrigue pour imposer à tous sa conception de la société, de l’autre la recherche non doctrinaire d'un pouvoir public « neutre », c’est à dire laissant à chacun la liberté de ses convictions. En effet, les reproches adressés au candidat commissaire européen tiennent évidemment à sa maladresse et à sa provocation, mais bien davantage au doute de sa capacité à départager ses opinions personnelles du pouvoir qui lui serait attribué dans ses fonctions de commissaire à la Justice.

70Buttiglione a présenté cette particularité, compte tenu de la fonction à laquelle il prétendait, d’associer étroitement de l’intégrisme intellectuel à de l’intégrisme politique.

71L’affaire Buttiglione est révélatrice également de pratiques que l’on croyait disparues dont le but n’est autre que de mêler le politique et le religieux. Loi morale supérieure à la loi civile, inquisition antichrétienne, l’anti sémitisme remplacé dans la culture occidentale par l’anti-catholicisme, tentative de faire du laïcisme une religion d’État, fondamentalisme laïciste en Europe, sont quelques-uns des propos égrainés par de hauts dignitaires catholiques, à l'occasion des réactions politiques de parlementaires européens.

72D’autres n'ont pas hésité à qualifier les oppositions des parlementaires européens comme celles venues de milieux laïques et libre-exaministes, de « relents intégristes, voire obscurantistes ».

73Doit-on parler d’un intégrisme religieux face à un intégrisme laïque développé par les mouvements qui se sont opposés à sa nomination à cette fonction ?

74La question peut se poser différemment : les partisans de la laïcité dans la société méritent-ils, dans ce contexte, le titre d’intégristes que certains membres de la hiérarchie catholique leur ont attribué ?

75Les définitions de l’intégrisme fournies par les dictionnaires : « catholiques qui se réclament de la seule tradition et veulent maintenir l’intégrité de la doctrine » et, plus généralement, « ceux qui refusent d’adapter une doctrine aux conditions nouvelles », paraissent bien toujours être d’application. Par contre, elles sont cette fois également appliquées à tous ceux – croyants et non-croyants – qui s’opposent aux pratiques qui mêlent religion et politique.

76Tout se passe comme si l’intégriste ne voyait en l’opposant qu’un autre intégriste.

  • 10 Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Tirs croisés, la laïcité à l'épreuve des intégrismes juif, c (...)

77L’affaire est intéressante et exemplaire à plus d’un titre. Les nombreuses réactions et prises de position ont permis de vérifier l’observation, faite en d'autres circonstances par C. Fourest et F. Venner10, que les intégrismes s’épaulent l’un l’autre.

Recherche scientifique

78La recherche scientifique et la médecine ont régulièrement à connaître des manifestations intégristes, au nom de principes d’une orthodoxie stricte et figée.

79Il convient ici de distinguer également les deux attitudes en présence, d’une part les chercheurs et les utilisateurs des recherches qui entendent travailler dans l’intérêt de tous et, d’autre part, les opposants qui s’en prennent aux premiers, agissant au nom de la préservation de principes religieux.

80Les deux attitudes sont ressenties de part et d’autre comme de l’intégrisme, dès qu’il s’agit des matières relevant de la bioéthique, c’est à dire le plus souvent des matières touchant à la vie, à la reproduction et aux connaissances qui s’y rapportent.

81Les opposants font valoir qu’il s’agit d’apprentis sorciers qui s’en prennent aux fondements les plus sacrés de leur religion et ils mettent en avant des textes ou parties de textes, le plus souvent sortis de leur contexte. Mais ne sont pas uniquement condamnées les recherches en vue d’acquérir de nouvelles connaissances, mais également l’usage de nouvelles pratiques, considérées comme contraires à la nature.

82La « connaissance » et, par conséquent, la recherche scientifique, invoquent les chercheurs, font partie d’une démarche qui, en principe, doit permettre une émancipation de l’homme et une vie meilleure, même si certaines applications de la connaissance ont un effet inverse et ont ou pourront avoir pour objet un assujettissement, voire la destruction de nombreux êtres humains. Une telle démarche non dénuée d’une part d’utopie – la connaissance dans le but d’assurer l’émancipation de l’Homme – est bien celle de la laïcité politique.

  • 11 Axel Kahn, Dominique Lecourt, Bioéthique et liberté, p. 112-113, Paris, PUF, 2004.

83Cette opposition entre deux attitudes extrêmes est de nature à rechercher une solution pacifique par un débat éthique comme il en existe en de nombreux pays11. Par contre, ce peut être la source de conflits et même de meurtres ou encore de décisions politiques à caractère intégriste.

84Nous pensons à la suppression par le gouvernement américain des subventions publiques aux programmes de santé reproductive des ONG qui utilisent le préservatif dans la lutte contre le sida dans le monde, ou encore la suppression des fonds publics aux recherches médicales sur le clonage humain et sur les cellules souches. On connaît les actions meurtrières des groupements « Pro life » sur les médecins et infirmières pratiquant des interruptions de grossesse.

85Les uns justifient leurs actions violentes par les provocations que constituent les activités scientifiques ou médicales des autres qu’ils estiment contraires à la dignité de l’homme telle que dictée par leurs convictions religieuses.

86De leur côté, les scientifiques estiment que la connaissance ne peut être limitée par aucun interdit et que seules les applications qui seront faites des recherches peuvent justifier d’un contrôle de la société quant à leurs caractères bénéfiques pour l’humanité.

87On le comprend, les deux camps considèrent les activités de l’autre comme dotées de caractère intégriste. Les méthodes employées ne sont cependant pas vraiment les mêmes.

Le communautarisme

  • 12 J. Costa-Lascoux, Les trois âges de la laïcité, Paris, Hachette, 1996.

88« Les communautarismes claquemurés dans des positions défensives s’appauvrissent et se rigidifient dans des intégrismes intolérants conflictuels...12 »

89La laïcité dite politique, comme organisation de la société, est devenue une exigence commune à tous les démocrates. Elle ne constitue donc pas un sous-groupe de la société qui pourrait pratiquer l’une ou l’autre forme de communautarisme. Qu’en est-il de la laïcité dite organisée, la laïcité philosophique ?

90Certains groupes qui se trouvent ou se sont trouvés, dans un passé encore trop présent à l’esprit, en position défensive par rapport à leurs convictions non religieuses, qu’ils soient athées ou non-croyants, ont trouvé dans la laïcité l’ouverture nécessaire à l’expression de leurs convictions.

91Il arrive qu’ils n’en aient retenu qu’une image réductrice en assimilant, par exemple, intégrisme religieux avec la religion, ou encore en s’en prenant à la religion par opposition aux directives des Églises sur les questions de société comme l’avortement, le divorce ou les questions d’éthique.

92Ceux-là récusent l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme qui établit « le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion » car, font-ils remarquer, la liberté de religion a été utilisée par les Églises pour brimer la liberté de conscience.

93Sur ces bases, se développe un cadre étriqué pour la laïcité politique, dû à un « communautarisme claquemuré dans des positions défensives », qui n’est pas porteur d’ouverture pour tous les citoyens.

94Nier la liberté religieuse est une forme d’intégrisme qui ne correspond pas à la laïcité.

95En France, on peut y reconnaître une lecture fondamentaliste de la loi de 1905, « la République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subsidie aucun culte... ».

96Pour les groupes en question, la non-reconnaissance des cultes par l’État est traduite, non comme une indépendance réciproque des pouvoirs publics et des cultes, c’est-à dire des Églises, mais comme un rejet de la religion elle-même.

97Bien entendu, se retrouve en filigrane la confusion dont nous avons déjà parlé précédemment entre le droit des personnes à la liberté de religion et celui que s’octroient les organisations d’Églises pour intervenir en de nombreuses matières.

98Le rejet de la religion par ces groupes minoritaires est conforté par l’attitude des Églises qui proclament parler au nom des fidèles, sans détenir un quelconque mandat de leur part, et interviennent dans des choix politiques qui appartiennent aux citoyens d'un pays.

99Une telle situation est manifeste dans les pays qui ont connu la position dominante d’une Église et dans lesquels son interventionnisme persistant est mal supporté par une part croissante de la population. Nous croyons qu’à partir du moment où un nombre croissant de groupes de croyants diront haut et fort, comme on le constate déjà dans plusieurs questions de l’Union européenne, leur opposition à ces méthodes cléricales héritées du passé, les attaques contre la religion n’auront plus d'objet et prendront fin d’elles-mêmes.

L’intégrisme utilise la laïcité

100Nous venons de souligner le fait que les Églises prétendent parler au nom de leurs fidèles, même si la plupart de ceux-ci ne suivent plus les règles de vie qu’elles édictent concernant la vie en société. Certaines d’entre elles usent maintenant des principes de la laïcité pour exiger d’intervenir dans la préparation des décisions politiques, notamment dans l’Union européenne. Cette particularité a été soulignée lors du colloque organisé l’année passé sur le thème « Pouvoir et religion ».

101« La laïcité doit être préservée » est le slogan utilisé pour contourner le principe même de séparation des Églises et de l’État.

102« On assiste à une confusion entre la laïcité de l’État et le laïcisme. La laïcité est une valeur à sauvegarder mais [...] il y a une tentative de faire du laïcisme une religion d’État » a déclaré le cardinal espagnol J. Herranz face aux réactions suscitées par l’affaire Buttiglione.

103Attitude de laïcité pour les uns, vision laïciste pour les autres qui y dénoncent la volonté de réduire les chrétiens au silence.

104Une telle critique de la laïcité par le laïcisme n’est pas nouvelle et a été largement utilisée, principalement en France, pour s’opposer aux formules laïques de rapport Églises-État.

105H. Tincq, dans sa chronique du journal Le Monde que j’ai citée, règle son sort au laïcisme : « Cette caricature de combat, à l’échelle européenne, entre “cléricalisme” et “laïcisme”, date d’un autre âge. »

106En effet, le terme laïcisme est apparu dans la première moitié du xixe siècle, tout d’abord comme une doctrine « tendant à réserver aux laïcs une certaine part du gouvernement de l’Église », laïcs au sens chrétien bien entendu. Refus donc des clercs à partager leur office avec d’autres.

107Le sens moderne a légèrement évolué. Larousse définit « une doctrine des partisans de la laïcisation de la société » tandis que Robert y voit « une doctrine tendant à donner aux institutions un caractère non religieux ».

108Nous avons rappelé, en utilisant les distinctions apportées par Baubérot entre la laïcité et les étapes de laïcisation de la société, que si la laïcisation a permis d’obtenir la neutralité de l’État, c’est-à-dire la laïcité, elle n’en a pas voulu interdire la religion.

109Laïcisme religion d’État ou manipulation de l’opinion en vue de contrer la laïcité ?

110User à nouveau du terme laïcisme en le présentant comme « religion d’État », c’est-à-dire comme une doctrine en l’occurrence opposée à la religion, tout en se déclarant attaché à la laïcité des institutions, relève de l’amalgame à caractère intégriste.

111L’intégrisme utilise le principe de laïcité pour arriver à ses fins.

  • 13 The Irish Times du 25 octobre 2004, « European catholics sign letter opposing Buttiglione appointm (...)

112Aujourd’hui comme hier, des catholiques ont réagi et ne partagent pas les accusations lancées par la hiérarchie. Un grand nombre d’associations catholiques13 de dix pays de l’Union s’opposent à l’image lamentable des droits de l’homme développée par le candidat commissaire Buttiglione, ce qui est exactement la principale raison d’opposition des associations de la laïcité organisée.

113Un exemple affligeant de la manière dont des intégristes se servent de la laïcité pour leurs objectifs est l’assassinat du Premier ministre indien Madame Indira Gandhi dont des dignitaires sikhs intégristes avaient mis la tête à prix. Elle fut tuée par deux gardes sikhs qu’elle avait refusé d’écarter au nom du principe laïque de respect des convictions.

114Elle fut elle-même victime de sa trop grande tolérance car, disait-elle, les sikhs, comme toute personne d’autres confessions, devaient avoir leur place dans son entourage.

Un rempart contre l’intégrisme dans l’Union européenne ?

115La volonté de créer un espace public et politique autonome par rapport aux religions et aux Églises ainsi que la non-discrimination entre les convictions des citoyens, pour autant qu’elles respectent les principes démocratiques, devraient prémunir l’idéal de laïcité de tout intégrisme. La laïcité se veut garante de la liberté de conscience, et donc d’une égale liberté pour les religions, ce qui constitue un élément neuf par rapport aux pratiques propres à l’Ancien Régime.

  • 14 Emile Poulat, Notre laïcité publique, Berg International, Paris, 2003.

116C’est ce que rappelle E. Poulat, au terme d’une analyse fouillée, dans un ouvrage de référence14 qui dégage comment la laïcité publique « repose sur un compromis qui permet à une société de durer et de se développer sans éclater ». La laïcité y apparaît bien comme l’antidote de l’intégrisme.

117Qu’en est-il dans l’Union européenne ?

118Deux tendances sont en présence.

119Sans adopter les principes de la laïcité, mais dans un souci d’organiser le débat ouvert entre les citoyens européens, l’Union européenne a prévu des dispositions concernant la société civile dans le Traité constitutionnel en cours d’adoption, dans un chapitre traitant de la vie démocratique de l’Union.

120On y retrouve un certain nombre de grands principes de la laïcité : égalité des citoyens, égale attention des institutions à leur égard, transparence et ouverture du dialogue, droit à la participation à la vie démocratique...

  • 15 Actes du colloque du CESE : « La société civile organisée au niveau européen », 15-16 octobre 1999

121C’est dans cet esprit que le Comité économique et social européen (CESE) a organisé un colloque15 : « La société civile organisée au niveau européen », dans le but de dégager quelques caractéristiques et critères d’exigence de la société civile organisée :

Ensemble de toutes les structures organisationnelles dont les membres servent l’intérêt général par le biais d’un processus démocratique [...] et jouent également le rôle de médiateurs entre les pouvoirs publics et les citoyens. [...] ces organisations [...] constituent les piliers de la société civile et font entendre la voix des citoyens, et notamment leurs attentes et leurs revendications [...]
L’ensemble des organismes et associations [...], organisés sur une base volontaire, réglementés par la loi et constituant un lien entre l’expression de la volonté des citoyens sur des thèmes spécifiques et les organes assurant leur représentation [...].
La société civile organisée comprend : les partenaires sociaux, les milieux socioéconomiques, les ONG, les organisations de base, les communautés religieuses.

122On relève avec intérêt les quelques éléments suivants : processus démocratique, réglementation par la loi, représentation des citoyens, qui font partie des principes de base de laïcité comme de toute démocratie.

123Par contre, compte tenu d’autres dispositions du Traité, concernant notamment les Églises, il est difficile de déclarer que le principe de laïcité politique imprègne globalement l'Union européenne et que soit constitué un rempart contre les intégrismes de tous bords, politiques, religieux ou économiques.

124Au niveau des institutions de l’Union européenne ainsi que dans la plupart des pays membres, les représentants de plusieurs Églises reposent la question de la place de la conviction religieuse – la foi – et de ses manifestations. Il faut observer que la question n’est plus seulement posée en termes de protection individuelle en application de la Convention européenne des droits de l’homme (en son article 9), mais du point de vue de la « manière dont l’État s’implique lui-même dans l’organisation de la vie des communautés religieuses ».

  • 16 « Structured Pluralism : A Practical Legal Framework for Faith in the EU », conférence du 29 octob (...)

125Une conférence à l’université de Newcastle16, qui a été organisée conjointement par le groupe de conseillers politiques près le président Prodi (GOPA) avec ce sujet à son programme, n’est pas sans rapport avec la mise en œuvre de l’article 52 (ex-article 51) du prochain Traité constitutionnel.

126Nous avons développé l’année dernière les objections provoquées par cet article qui va conférer, sous couvert de dialogue, un droit d’intervention des Églises dans la préparation des processus législatifs de l’Union. Il s’agit de promouvoir des droits collectifs au bénéfice d’institutions et de leurs hiérarchies qui ne parlent pas au nom des citoyens. En l’occurrence, une telle disposition tourne le dos à la séparation des Églises et de l’État dans l’Union européenne.

127Compte tenu de l’attitude persistante de hiérarchies ecclésiastiques et du soutien dont elles bénéficient de la part des certains haut fonctionnaires européens, il est à craindre que les affrontements sur le thème de fanatisme et d’intégrisme ne subsistent à l’avenir dans l’Union européenne.

Conclusion

128Le fait a été souligné, est souvent taxé d’opposant à la religion celui qui ne partage pas et surtout qui s’oppose à des positions d’une Église concernant des faits de société. Pour certains, l’opposant à ces positions ne peut être qu’un intégriste. Les interventions diverses à propos du cas Buttiglione viennent encore de le rappeler.

129Parler de fondamentalisme et d’intégrisme à propos de la laïcité n’est pas simple car il convient de distinguer entre des attitudes individuelles souvent fort diverses et le principe de la laïcité des institutions qui n’est en lui-même pas une doctrine. En effet, principe d’une organisation de la cité commune, la laïcité politique ne détient aucune vérité.

130En terminant, on ne peut manquer de souscrire à un fondamentalisme bien compris qui consiste en une réflexion critique sur les fondements. Par cette pratique, des groupes dont les convictions religieuses ou philosophiques sont différentes ne pourraient-ils pas se pencher sur les fondements de leur tradition et, plutot que de s’opposer, dégager de cet approfondissement des valeurs communes ?

131De son côté, il n’y a aucune raison que la laïcité doive échapper à cet effort constant de ressourcement.

132Comment comprendre et mettre en application aujourd’hui un idéal de vie en commun imaginé par nos devanciers et qui a construit toute une tradition, tradition laïque de liberté pour tous ?

133J’adhère à cette maxime qu’aimait à rappeler une de mes anciennes professeurs, Lucia de Brouckère, chimiste comme moi : « Être fidèle à la tradition, ce n’est pas faire comme nos aïeux l’ont fait, mais agir comme ils l’auraient fait s’ils étaient aujourd’hui à notre place ».

Notes

1 Exposé présenté le 8 novembre 2004.

2 John M. Hull, The Education of the Religious Fanatic, School of Education, University of Birmingham.

3 J. Bauberot, « Laïcité, laïcisation, sécularisation », in Pluralisme religieux et laïcités dans l'Union européenne, éd. A. Dierkens, Editions de l'université de Bruxelles (1994).

4 A. Miroir (dir), Laïcité et classes sociales, Espace de libertés, Bruxelles, 1992.

5 Grégoire xvi, encyclique Mirari vos, 1832 ; Pie ix, encyclique Quanta Cura, 1864.

6 P. de Locht, La foi décantée, Desclée – De Brouwer, 1998 (p. 188 à 190).

7 H. Cnudde, La Revue nouvelle, janvier 2000, p. 62.

8 M. Barbier, La laïcité, Paris, l'Harmattan, 1995.

9 H. Tincq, Le Monde du 20 octobre 2004 (extraits).

10 Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Tirs croisés, la laïcité à l'épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman, Calmann-lévy, Paris, 2003.

11 Axel Kahn, Dominique Lecourt, Bioéthique et liberté, p. 112-113, Paris, PUF, 2004.

12 J. Costa-Lascoux, Les trois âges de la laïcité, Paris, Hachette, 1996.

13 The Irish Times du 25 octobre 2004, « European catholics sign letter opposing Buttiglione appointment ».

14 Emile Poulat, Notre laïcité publique, Berg International, Paris, 2003.

15 Actes du colloque du CESE : « La société civile organisée au niveau européen », 15-16 octobre 1999.

16 « Structured Pluralism : A Practical Legal Framework for Faith in the EU », conférence du 29 octobre 2002, University of Newcastle.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search