Version classiqueVersion mobile

Pouvoir et religion

 | 
Anne-Marie Dillens

Partie 2. Les religions face à leurs fondamentalismes et intégrismes

À propos du christianisme orthodoxe

Jean Gueit

Texte intégral

1Le christianisme orthodoxe est naturellement sujet aux comportements intégristes puisqu’il se pense le seul resté fidèle à la juste foi conciliaire et qu’il en est par conséquent le gardien. Avoir le sentiment, ou plutôt la conviction d’être porteur d’une telle mission ne peut que favoriser des attitudes intransigeantes ou intolérantes.

2Rappelons que les affirmations dogmatiques conciliaires concernent la foi, c’est-à-dire le mystère de Dieu et non point les questions terrestres et humaines. Ces affirmations ont été posées contre les hérésies théologiques, relatives plus particulièrement à la personne du Christ. Il faut dire que les vicissitudes de l’histoire n’ont pas altéré ce contenu de la foi dans les pays orthodoxes ce qui surprend parfois ; il est possible d’affirmer qu’il n’y a pas eu de nouvelles hérésies théologiques, dogmatiques. Par conséquent, compte tenu du sens de la notion, nous pouvons dire qu’il n’y a pas de « fondamentalisme » orthodoxe.

3En revanche cette certitude d’être gardienne de la vraie foi suscite des attitudes intégrisantes, qui se développent autour de trois axes : un penchant pour le traditionnalisme et le ritualisme, une méfiance et même un rejet de la modernité d’autant plus vivace que celle-ci est assimilée à l’Occident qui justement n’est plus orthodoxe, mais devenu par ailleurs temple de la raison et du laxisme.

4Ces caractéristiques peuvent être analysées à partir de facteurs internes et de facteurs externes.

5Au rang des facteurs internes, soulignons en premier lieu l’héritage profondément sémitique, judaïque, à la différence de l’Occident davantage marqué par l’hellénisme, notamment d’un point de vue anthropologique. La conception de l’être humain est profondément « uniciste » et non pas dualiste selon la pensée de saint Augustin s’inscrivant dans le prolongement de celle de Platon. Cette approche aura notamment des effets sur la perception de la raison à laquelle, à l’inverse de l’Occident chrétien, l’orthodoxie n’accordera jamais une pleine autonomie.

6L’héritage judaïque est aussi profondément scripturaire, liturgique et rituel. Les célébrations orthodoxes sont profondément imprégnées de ce que les chrétiens appellent l’Ancien Testament et des rites juifs, comme par exemple le rite du mariage mais aussi celui et en premier lieu de « l’eucharistie », fondée sur la structure du repas juif qui lui-même fonde l’ecclésiologie : l’assemblée doit avoir un président ou « préséant », un « premier » mais il n’y a point de premier sans assemblée.

7Cette filiation avec la culture et, pourrait-on dire, la psychologie sémitiques entretient aussi l’idée que la langue par elle-même contient et porte la vérité. Bien évidemment les textes du Nouveau Testament n’ont pas été écrits en hébreu mais en grec. Pourtant, tous les pays orthodoxes pratiquement hériteront de cette culture judaïque du « symbolisme » du texte, ce qui se traduira par un processus de sacralisation de chacune des langues. Le phénomène est d’autant plus curieux qu’il y aura plusieurs langues, notamment le grec puis le slavon, que les uns et les autres considéreront en définiive comme la seule langue recevable. De surcroît, le grec liturgique et le slavon sont des langues anciennes, c’est-à-dire « mortes » que les fidèles aujourd’hui ne comprennent pas. Pourtant et pour l’essentiel les hiérarchies mais aussi une fraction du peuple des pays orthodoxes résistent fortement à toute évolution en ce domaine, ce qui constitue, selon notre appréciation certes, une des composantes de l’intégrisme orthodoxe contemporain.

8Le traditionnalisme ritualiste orthodoxe, résistant donc par définition à toute évolution perçue comme un compromis avec le modernisme, s’est exprimé dans le passé et se maintient souvent aujourd’hui. A défaut d’inquisition, la Russie du xviie siècle a connu un schisme extrêmement douloureux et violent provoqué largement par des propositions de réforme concernant le rite ; les descendants des « vieux croyants » issus de ce schisme survivent encore aujourd'hui en Russie. Dans un registre assez proche, il faut souligner que l’ensemble de l’orthodoxie est divisée sur la question du calendrier, les patriarcats orthodoxes de Moscou, de Belgrade et de Jérusalem n’ayant pas accepté jusqu'à aujourd’hui la réforme grégorienne du xvie siècle essentiellement parce qu’elle était initiée par Rome.

9Au chapitre des critères internes se situe également, et peut-être principalement la problématique déjà évoquée de la place de la « raison ». Question d’autant plus délicate que d’une part il convient de l’aborder sous l'angle d’une différenciation culturelle, spirituelle et en définitive théologique par définition recevable, tout en admettant d’autre part que la méfiance soutenue dans la mentalité orthodoxe à l’égard de cette raison peut-être la source d’intégrismes et d’obscurantisme. Il n’y a aucun doute pour l'orthodoxie que l’affirmation majeure et massive de saint Thomas qui a profondément marqué la culture chrétienne occidentale, « la raison par nature est appelée à découvrir la vérité », sans jeu de mots ou d’esprit « n’est pas raisonnable ». Il n’est pas rare d’entendre aujourd’hui dans les pays orthodoxes européens, certes, issus de l’épisode matérialiste communiste, que « par nature, la raison conduit à l’athéisme ». On devine aisément la relation qui est alors établie entre la culture occidentale, la raison qui en est issue, et en définitive tout le vécu de la société occidentale – démocratie, liberté mais aussi libertinage... et par conséquent, les sujets méprisants et intolérants, donc virtuellement intégristes.

10Quelques mots du rôle potentiel de l’ecclésiologie orthodoxe dans les dérives intégristes. Dans son principe l’ecclésiologie définit l’essence de la nature et du mode de fonctionnement de l’Église. Elle se rapporte donc (à ce titre) aux critères internes mais confrontée aux facteurs externes elle peut en subir des altérations et favoriser elle-même des dérives intégrisantes.

11Ainsi l’ecclésiologie orthodoxe – que l’on définit comme une « ecclésiologie de communion » – suppose un équilibre délicat, et il faut le dire instable et fragile, entre le principe de « primauté » et celui de l’« autocéphalie » (souveraineté) des églises locales. Se pose donc un problème de combinaison des autorités (nature, champ de compétence) : l’autorité du premier (prêtre, évêque, métropolite...) et l’autorité de l’assemblée (eucharistique ou territoriale). Cette combinaison, qui n’est pas une répartition de compétences mais une structure organique destinée simplement à assurer le bon ordre (de manière à ce que soit « glorifiée la Trinité » – canon apostolique 34) suppose que le « premier », reconnu comme tel par ses pairs ne fasse rien d’important sans eux et que réciproquement ceux-ci ne fassent rien d’important sans le premier. Ainsi posée, la règle suppose bien qu’il y ait un premier reconnu au niveau suprême, c’est-à-dire de l’universalité de toute la terre habitée (« oekoumene »). Cette ecclésiologie qui sans doute ne sera jamais remise en cause dans son principe et ses fondements, a subi et continue de subir incontestablement des altérations sans doute liées à des événements historiques mais qui se traduisent par ce qu’il serait convenu d'appeler « l’autocéphalisme national ». La formule désigne la tendance à mettre en cause le principe même de « primauté » favorisant de ce fait les phénomènes de repli identitaire, eux-mêmes facteurs d’intégrisme. Ces considérations nous conduisent aux facteurs externes.

12Les événements historiques rappelés ici sont objectifs mais leur interprétation se prête évidemment à des analyses et évaluations subjectives ; nous les présentons tels que perçus majoritairement par les orthodoxes.

13Quel que soit le partage des responsabilités, et partage il y a, le schisme de 1054 restera pour l’orthodoxie le fait, peut-on dire unilatéral, de Rome, provoqué par ses prétentions hégémoniques et ses « déviances théologiques ». Au-delà des querelles plus ou moins justifiées, un premier événement concret marquera les esprits de manière dramatique et quasiment indélébile jusqu’à nos jours : la mise à sac de Constantinople par les croisés en 1204. Cet épisode inaugure le sentiment que Rome ne peut se faire à l’idée que la chrétienté d’Orient puisse échapper à son obédience et à son autorité. De fait, de nombreux autres événements ultérieurs ne pourront qu’entretenir et confirmer cette perception. Les agressions suédoises, teutoniques, polono-lituaniennes au nord, les pressions austro-hongroises dans les Balkans laisseront des plaies, en tout cas des empreintes psychologiques et culturelles non estompées à ce jour.

14Par ailleurs et presque simultanément, au nord, la Russie va être occupée trois siècles durant par les mongolo-tatars souvent musulmans, l’orthodoxie balkanique par les ottomans. En d’autres termes, on peut dire objectivement que l'Europe orthodoxe, de la Russie à la Serbie, a été prise en étau entre le christianisme romain à l’ouest et l’islam mongol puis ottoman à l’est – les deux exerçant, dans des styles différents, une pression forte sur l’identité orthodoxe.

15Il en est résulté que la préservation de l’identité nationale, naturelle et légitime en ces circonstances, s’est combinée ou même s’est appuyée prioritairement sur le facteur religieux, c’est-à-dire la sauvegarde de la « juste foi ». C’est ainsi que tous les pays orthodoxes européens ont associé dans le cadre de leur affirmation identitaire « nation » et « religion ». Le phénomène a pu s’observer dans l’Occident catholique, la France gallicane ou la Pologne par exemple. Mais il a pris une ampleur déviante et systématique en orthodoxie, car rendu possible et favorisé par le principe de l'« autocéphalie ». Le synode de Constantinople de 1872 a dénoncé cette dérive qualifiée « d’ethnophylétique » (du grec « phylé » = tribu) à l’occasion d’une crise spécifique concernant l’Église bulgare. Il fait peu de doute cependant que la tendance à l’« ethnophylétisme » demeure une caractéristique des nations orthodoxes européennes d’une manière générale. D’autant que, et malheureusement, le phénomène a été largement revitalisé en réaction à l’épisode communiste qui avait tenté d’éradiquer toute histoire – toute mémoire c’est-à-dire toute identité nationale, culturelle et religieuse.

16Ce bref rappel permet de situer les racines propres des mécanismes intégristes ou intégrisants de l’orthodoxie européenne. Car bien évidemment « nationalisme » et « intégrisme » (religieux ou idéologique) se soutiennent et s’alimentent mutuellement. Ils peuvent se prêter à des instrumentalisations réciproques, de même qu’à des instrumentalisations géopolitiques qui deviennent alors des « manipulations ». Mais nous ne retiendrons ici que les conséquences internes à l’orthodoxie de l’ensemble des facteurs internes et externes d’intégrisme.

17La conséquence la plus visible, la plus consternante car absurde, est la tension certes récurrente, mais malheureusement réactualisée, entre les Eglises autocéphales, principalement nationales (Russie, Ukraine...) et notamment entre Constantinople et Moscou, les éternelles rivales. Si la première se prévaut de sa primauté historique et canonique, mais aussi d’une manière plus feutrée de sa grécité, la seconde se pensant la « meilleure » puisque rescapée toute seule de toutes les agressions, humiliations et occupations externes ou internes, tel le communisme, et représentant aujourd’hui la moitié de l’orthodoxie planétaire (c’est-à-dire le plus de « divisions »). Cette rivalité concurrentielle s’exprime également au niveau linguistique, musical, liturgique, chacun des rites et chacune des traditions étant évidemment la plus authentique. Calendrier (julien ou grégorien), langue, particularités canoniques, ou même interprétation de cette ecclésiologie fragile, oscillant en définitive entre autoritarisme « néopapiste » (comme disent de nombreux orthodoxes) et dispersion « autocéphaliste », sont aujourd’hui encore autant de facteurs de crispation, d’exclusion, bref de manifestations d’une inspiration assurément « intégriste » s’alimentant volontiers d’une surdité « autiste ».

18Ainsi donc, à ce jour, les fondamentaux dogmatiques de la foi (chrétienne) n’ont pas connu de mises en cause ou même de turbulences dans l’« orthodoxie » ; on ne peut donc pas parler de fondamentalisme orthodoxe. Mais des facteurs internes et externes, subjectifs et objectifs ont largement développé des attitudes intégristes. La communication que permet et suscite la mondialisation, dans ce domaine comme dans d’autres, peut à la fois favoriser l’ouverture d’esprit ou le repli identitaire. La spiritualité orthodoxe est originairement une spiritualité de la liberté car l’Esprit – spiritus, pneuma, souffle – est liberté. La construction européenne, dans sa dimension œcuménique pourrait à la fois bénéficier de ce « souffle » et contribuer au rétablissement de son irradiation et de sa puissance à l’Est, à condition évidemment qu’à la certitude de la juste foi orthodoxe ne soit pas opposée celle de l’« universalisme » occidental héritier de la Rome impériale, et qui fait dire à certains que « l’Europe s’arrête là où commence l’orthodoxie ».

Auteur

Paroisse saint Hermogène et université d’Aix-Marseille

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search