Version classiqueVersion mobile

Pouvoir et religion

 | 
Anne-Marie Dillens

Partie 1. Pouvoir et religion

Pouvoir et religion. Un point de vue laïque1

Georges C. Liénard

Texte intégral

Introduction

  • 1 Exposé donné le 10 novembre 2003.

1Il me revient de traiter du délicat sujet du « pouvoir des religions » vu par un athée, un non confessionnel, et dans une perspective de laïcité. La tâche n’est pas simple car, en percevant la conviction religieuse de l’extérieur, il faudra dire sa conviction sans heurter, ni verser dans la simplification réductrice. Elle ne me paraît pas ingrate car, de longue date, mon investissement dans les associations laïques en Belgique d’abord, puis en Europe, m’ont amené à rencontrer des croyants de diverses convictions et à partager avec certains d’entre eux des réflexions sur de nombreux sujets.

2Il paraît utile, avant d’aborder notre sujet proprement dit, de clarifier le sens que je donne au mot athée. Chacun connaît la définition usuelle des dictionnaires : « Est athée celle ou celui qui nie l’existence de dieu ou de toute divinité. » L’athéisme a longtemps été l’accusation lancée contre ceux qui ne partageaient pas les opinions dominantes et les croyances officielles. Ainsi les Romains ont considéré les chrétiens comme athées car ces derniers ne croyaient pas aux dieux romains qu’ils qualifiaient d’idoles.

3Pour ma part, je souscris à la notion que l’athée est la personne qui ne ressent pas en elle la divinité et donc pour laquelle dieu est absent, a-thée avec alpha privatif, mais constatant que d’autres croient en dieu, ne s’autorise pas à en nier l’existence. Envisagé de la sorte, l’athéisme est une conviction individuelle qui ne prétend à aucune portée générale.

4Cela dit, athée ou croyant, la religion nous concerne tous par la place, non pas de la religion proprement dite et pas davantage du culte religieux, mais par l’influence que les Églises veulent exercer sur la société toute entière, en y faisant prévaloir leurs points de vue sur de nombreuses questions non religieuses.

5Les partisans d’une société laïque se heurtent régulièrement aux prises de position des Églises dominantes sur un ensemble de questions de société. Il est alors fréquent que les hiérarchies religieuses ripostent, non par l’argumentation sur les questions envisagées, mais en dénonçant des attaques contre la religion.

6Pour l’anecdote, je donne un exemple très éclairant.

7Au cours d’un colloque, un rabbin éminent faisait remarquer que les lois votées en Belgique et dans d’autres pays, concernant l’IVG, l’interruption volontaire de grossesse, ou encore la loi autorisant l’euthanasie sous certaines conditions, sont « des lois contre la religion », car la plupart des Églises sont opposées à ce type de législation.

8En quoi les convictions religieuses personnelles des fidèles sont-elles menacées par ces lois qui n’obligent personne à y recourir contre sa volonté et permettent, par exemple, d’obtenir une interruption de grossesse dans de bonnes conditions médicales et psychologiques ?

  • 2 Pour une approche pluraliste de l'avortement (1984), brochure disponible au Centre d'action laïque, (...)

9En Belgique, des associations chrétiennes n’ont pas fait cette confusion et se sont jointes à des mouvements pluralistes et laïques pour réclamer la réforme du code pénal sur l’avortement2.

10Par contre, à la même époque en 1985, le pape visite la Belgique. Lors de la réception officielle au palais royal, il prend énergiquement une position anti-IVG, alors que le Parlement est occupé de débattre de la modification du code pénal.

11Donc première difficulté pour aborder le sujet, la confusion religion Église.

12Une deuxième difficulté concerne la laïcité elle-même.

13La laïcité est en premier lieu une forme d’organisation institutionnelle de la société. Elle ne prétend exercer d’autre pouvoir que celui de donner le pouvoir au peuple, afin que celui-ci décide de la manière dont il en disposera ou, dit autrement, le pouvoir de créer l’institution de la liberté pour tous et pour chacun.

14Le courant laïque, comme on dit parfois, est divers, multiple et non hiérarchisé. Il est composé d’hommes et de femmes, croyants ou athées comme nous le verrons par la suite, qui défendent une conception libre de la société. On les retrouve de nos jours, aussi bien dans des associations religieuses que des associations non confessionnelles.

15Nous serons donc conduit, au cours de cet exposé, à continuellement osciller entre l’examen des actions entreprises par deux formes de pouvoir, le pouvoir des Églises et le « pouvoir des laïques » qui souhaitent donner le pouvoir au citoyen, en exigeant « l’égalité des citoyens en même temps que leur liberté de conscience ».

16Je vais tenter de traiter le sujet au travers d’une grille d’examen en trois parties.

17Nous examinerons sous divers aspects l’influence des religions et des courants de pensée non religieux par leur action tout à la fois sur les personnes individuelles, sur les groupes dits d’appartenance mais aussi sur les institutions publiques et les élus politiques, en terminant par un exemple précis de la future Constitution de l’Union européenne.

18L’influence et l’interaction entre eux de ces courants de pensée dans une société démocratique doivent pouvoir se mesurer selon la Convention européenne des droits de l’Homme, à la lumière de son article 9 qui établit quatre libertés : liberté de pensée, liberté de conscience, liberté de religion et liberté de manifester celles-ci.

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.

19Ce sera un critère clé de la laïcité d’une société qui traite à égalité les convictions de ses citoyens.

20Il est frappant de constater que de nombreux colloques n’envisagent, le plus souvent, que la liberté de religion ou alors la liberté de pensée et de conscience dans le cadre de la religion et fort rarement dans le cadre général du souci de préserver également ces libertés pour les divers courants de pensée non religieuse. Curieusement, la liberté religieuse, qui est un droit de la personne, est revendiquée fréquemment au bénéfice d’institutions religieuses et des Églises. Est-ce l’objet des droits de l’homme de défendre des institutions ? Comment ces mêmes institutions prennent-elles en compte, dans leurs activités publiques, le libre exercice des deux autres droits que sont les libertés de pensée et de conscience, notamment des personnes areligieuses et de celles qui n’adhèrent pas à leur credo ?

21La question se pose déjà s'il n’y a pas de ce côté une forme de l’exercice d’un pouvoir des religions, bien que, comme par exemple au Conseil de l’Europe, les religions sont majoritairement représentées dans ces colloques, non par un échantillon de leurs fidèles, mais par les hiérarchies et les experts que celles-ci ne se lassent pas d’inviter.

22Nous emprunterons à Jean Baubérot la distinction entre les processus évolutifs de sécularisation et de laïcisation. Le premier concerne les personnes en fonction de leur perte d’adhésion à une religion, alors que la laïcisation se réfère à des processus institutionnels propre à l’ensemble de la société.

23Ces deux termes permettent de prendre en compte les attaches religieuses d’une population mais également leur influence sur les institutions.

24Nous allons les examiner successivement.

Sécularisation

25De nombreux sondages, des relevés directs comme en Belgique, font apparaître une désaffection continue de la pratique régulière du culte dans la plupart des pays d’Europe occidentale.

26Je me borne à constater le fait. Toutefois il peut être intéressant, dans la perspective du sujet : « le pouvoir des religions », d’épingler, sans doute un peu arbitrairement, deux facteurs qui ont chacun, mais en sens opposé, une influence sur l’adhésion religieuse.

27Ces deux facteurs ont cependant en commun de tenter d’apporter réponse à la peur de l’inconnu qui, comme l’a fait remarquer un intervenant à ce séminaire, a de tout temps fait partie de la démarche des religions.

28Depuis la plus haute antiquité, tout clergé capable de répondre à des questions sur l’origine du monde, sur les mystères de la vie en général, mais aussi qui soit capable, ou se dise capable, d'avoir une action sur le monde matériel détient un pouvoir quasi invincible sur le commun des mortels.

29Nous traiterons brièvement de ces deux facteurs, l’explication du monde et ensuite le recours au surnaturel.

a) Explication du monde et la connaissance

30Sans remonter à Galilée, mais à titre d’exemple concret, j’évoquerai la véritable révolution très significative et peu mise en évidence qu’a provoqué, en 1758, le passage de la comète de Halley dans le ciel européen.

31Jusqu’alors, et malgré les observations rapportées par des astronomes comme Tycho Brahé et ses collègues, l’Église catholique demeurait toujours attachée à la théorie d’Aristote qui situait les comètes dans le monde sublunaire, celui de l’atmosphère et de la Terre, et non comme des objets astronomiques. L’Église, mais aussi Martin Luther, partageaient les croyances et superstitions qui accordaient aux comètes des pouvoirs particuliers sur les évènements et sur les phénomènes météorologiques.

32Mais l’important n’est pas là. Halley, qui donna son nom à la comète, était convaincu que les comètes étaient bel et bien des objets astronomiques et donc susceptibles de réapparaître dans le ciel. Utilisant le tout nouvel outil mathématique mis au point par Newton, les équations différentielles, il détermina la trajectoire de la comète et, en 1682, calcula qu’elle devait apparaître à nouveau septante-six ans plus tard.

33Qui d’Aristote et l’Église ou de Halley aurait raison ?

34L’affaire fit grand bruit, lorsque en 1758 la comète réapparut dans le ciel, de manière particulièrement visible en Europe. Il fallut se rendre à l’évidence, les connaissances scientifiques devenaient capables de proposer des modèles vérifiables qui contredisaient les affirmations de l’autorité religieuse.

35Au milieu du xviiie siècle, les fondements des théories théologiques et astrologiques se trouvaient à nouveau fortement ébranlés.

36La cosmogonie échappe à la religion dont les présupposés sont conditionnés par des hypothèses non vérifiables. Les religions doivent céder le terrain de la connaissance et de la description de l’univers à leur plus redoutable adversaire, non pas seulement celui de la démarche et de la recherche scientifique, mais surtout à l’outil indispensable à celles-ci, la pensée libre.

37Cet outil que l’on appelle aussi le libre examen est utilisé par tous les scientifiques au monde mais repose sur la liberté de pensée, d’expression et d’opinion, liberté d’émettre aussi à titre d'hypothèses des idées qui s’avéreront fausses par la suite.

38Vous aurez reconnu quelques unes des « libertés de perdition », encore condamnées par le pape Pie ix en 1864, plus de cent ans après l’affaire de la comète de Halley.

39Doit-on parler d’une opposition de pouvoir, le pouvoir de la religion représentée par l’Église pour la description du monde, contre le pouvoir... Mais au juste, le pouvoir de quoi ou de qui ? Faut-il parler du pouvoir de la science qui décrit, ou du pouvoir de la pensée libre... ?

b) Le surnaturel

40Toujours dans la perspective de vaincre la peur de l’inconnu et des forces hostiles de la nature, les religions continuent à exercer un pouvoir fort sur des populations rurales ou peu éduquées, en véhiculant un message de leur capacité d’influencer favorablement les forces de la nature.

41Je me souviens d’avoir vu à la télévision italienne le pape, au début de son pontificat, conduire une procession pour obtenir la pluie, durant une période de grande sécheresse.

42La dernière éruption du volcan Etna en Sicile fut également le théâtre d’une procession des villageois dont les maisons étaient menacées. Il est vrai que l’évêque s’était fait prier suffisamment longtemps pour que l’éruption s’atténue peu de temps après la procession.

43Bien entendu, on peut rechercher les motivations psychologiques et sociologiques de cette attitude qui aide les populations à supporter le cours d’événements sur lesquels elles n’ont pas prise. Néanmoins le fait demeure qu’il s’agit d’une emprise et d’un pouvoir sur les populations concernées.

44Certaines Églises, de nos jours encore, persistent à tenter d’asseoir leur autorité sur les personnes en défendant l’enseignement du créationnisme dans les écoles : l'univers a été créé une fois pour toutes comme il est aujourd’hui. Le créationnisme est présenté comme une théorie d’égale valeur à celle de l’évolution des espèces. Il en résulte que 48 % des américains considèrent la théorie de l’évolution des espèces comme une hérésie. Ils invoquent la liberté religieuse pour justifier l’enseignement d’une théorie à laquelle personne n’apporte la moindre preuve.

45Les Témoins de Jéhovah sont-ils les seuls en Europe à soutenir le créationnisme ?

46Pourquoi évoquer ici ces faits qui sont dénoncés de longue date et dont certains relèvent à l’évidence de la superstition et d’un fondamentalisme religieux attaché à la « vérité » d’un texte ancien ?

47Entretenir la conviction qu’une démarche spirituelle religieuse permet d'influer sur les éléments naturels ou sur le cours d’une maladie n’est pas sans influence sur la société. Il contribue à entretenir dans la population le discrédit sur une approche rationnelle et scientifique des évènements.

48Ce discrédit reste présent dans l’air du temps. Il n’est pas étonnant de le retrouver jusque dans des textes législatifs actuels. Je songe par exemple à un projet de loi déposé au Parlement belge voulant interdire certaines recherches biomédicales, qui justifiait la proposition par un « on ne sait pas ce que font des apprentis sorciers dans le secret de leur laboratoire. »

49Le recours au surnaturel conduit également à placer en opposition deux vérités.

50L’une serait celle de la science, vérité toute relative et contingente (la science ne peut pas tout connaître), l’autre est la vérité du texte biblique (la création de l’univers visible et invisible) et, de manière plus générale, la Vérité que proclame l’Église.

51Un point de vue laïque considère que, en vue de permettre une émancipation de l’Homme, il convient de lutter contre la superstition et toute forme d’irrationalisme qui ne peuvent qu’assujettir l’individu.

  • 3 VIVRE un dialogue humaniste ouvert. Éditions Espace de libertés du Centre d'action laïque, juin 20 (...)

52Concernant la vérité, une manière différente mais délicate à défendre pour présenter la situation est celle de Jacques Chopineau qui écrit : « La science dit le vrai. La religion tente de dire le sens3. »

53Cela déplace la question. Dans cette perspective, la religion abandonnerait le dire « vrai » à la science, pour se situer dans le « dire le sens ». D’un côté, perte du pouvoir sur l’explication du monde, de l’autre la capacité puissante d’orienter « dans le bon sens ».

54Il s’agit d’un autre débat sur lequel je reviendrai en parlant de l’éthique et ensuite de l'Union européenne.

c) L’athéisme

55On ne peut pas évoquer la sécularisation de la société en passant sous silence son corollaire appliqué à l’athéisme que certains appellent l’indifférentisme religieux. Je retiens cette expression car elle est caractéristique d’une démarche qui ne conçoit la pensée et la vie spirituelle d'une personne qu’au travers d’un filtre religieux.

56J’ai relevé en commençant la définition usuelle des dictionnaires : « Est athée celle ou celui qui nie l’existence de dieu ou de toute divinité ». Il est vrai que, surtout au xixe siècle, cette négation de la divinité a été le cheval de bataille de certains « mécréants » qui s’opposaient à l’instrumentalisation de dieu en vue d’apprivoiser les phénomènes naturels et s’opposaient aux superstitions véhiculées par la religion.

57Nombreux sont les indifférents à la religion qui, sans nécessairement trop y croire, imaginent une force, une puissance non définie qui régirait les affaires du monde, celles « que la science n’explique pas ». Se considèrent-ils comme athées ou comme de simples indifférents ?

58Sans doute, compte tenu de la définition négative que j’ai rappelée et qui comporte une part d’opposition, ne nient-ils pas l’existence de dieu mais il apparaît, qu’en général, ils n’y font pas appel et ne suivent pas ou ne suivent plus les consignes et les modes de vie proclamés par les Églises.

59S’ils ne se qualifient pas eux-mêmes d’athées, ce sont de modernes mécréants.

60Le baron d’Holbach, grand pourfendeur de toute religion, dans son Système de la nature de 1770, confère à l’athée une dignité pour fonder une morale qui ruinerait les préjugés :

  • 4 d’Holbach, Système de la nature, t. ii, (1770), cité par R. R. Trouson Histoire de la Libre Pensée, (...)

Qu’est-ce en effet qu’un athée ? C’est un homme qui détruit les chimères nuisibles au genre humain pour ramener les hommes à la nature, à l’expérience, à la raison. C’est un penseur qui, ayant médité la matière, son énergie, ses propriétés et ses façons d'agir, n’a pas besoin pour expliquer les phénomènes de l’univers et les opérations de la nature, d’imaginer des puissances idéales, des intelligences imaginaires, des êtres de raison qui, loin de faire mieux connaître cette nature, ne font que la rendre capricieuse, inexplicable, méconnaissable, inutile au bonheur de humains4.

61Le texte est caractéristique d’une certaine pensée du xviiie siècle mais garde une actualité.

62La perte de la foi et de la pratique religieuse amène le plus souvent à une profonde remise en question et à la recherche d’un ressourcement différent. De plus en plus nombreux sont celles et ceux qui construisent un athéisme enrichissant.

63Néanmoins, l’athéisme est encore souvent perçu de manière négative ou condescendante.

  • 5 G. Danneels, L'humanité de Dieu, p. 192, Desclée-De Brouwer, Paris (1994).

64Dans son livre L’humanité de Dieu5, le Cardinal Danneels écrit que « l’athéisme moderne n’est jamais qu’un sous produit du christianisme », ce qui apparaît comme une grave méconnaissance de l’histoire qui a connu l’athéisme bien avant le catholicisme.

65L’athéisme reste pour certains une incompréhension, quelque chose qui manque à l’individu par rapport à une manière de donner du sens, l’absence de sacré et de spiritualité. Il nous faudra en reparler. Il fait figure d’absence de conviction qui prive l’homme d’un élément essentiel pour une vie digne, la croyance en une divinité.

66Une anecdote pour illustrer le propos. Au cours d’une conversation avec un haut dignitaire religieux – peu importe sa religion – une tasse de café à la main, ce dernier me demande si je suis athée.

67A ma réponse positive, il rétorque alors : « Vous ne croyez donc à rien ? » Mais oui, bien entendu, je crois en des valeurs, sans doute nombreuses sont celles que nous partageons. « Cher monsieur, me répond-il, vous voyez bien que, sans le savoir, vous croyez en Dieu. »

68Était-ce seulement une forme d’humour ?

69Dans certains pays d’Europe, la religion considère l'athéisme comme une perte de repères et, plus grave, comme incompatible avec la conduite de l’État. Le fait a été souligné dans une intervention précédente en évoquant l’orthodoxie. L’athéisme, voilà l’ennemi.

70Le rejet de l’acceptation de l’athéisme pose donc problème à l’exercice d’une démocratie ouverte pour tous les citoyens. Il se trouve entretenu par les Églises qui craignent de perdre leur emprise sur cette partie de la population et par là de perdre tout pouvoir sur les affaires de l'État.

71Concluons cette partie sur la sécularisation avec le jésuite Charles Delhez qui déclare :

La sécularisation, c'est le déplacement de la religion qui quitte la sphère du pouvoir, avec comme conséquence la démocratisation. Il n’y a plus de garant méta-social, un dieu qui, à travers une église, dicte des lois préétablies. C'est une société qui devient adulte et prend son devenir en mains, sans recevoir de diktat de l’extérieur...

72Delhez décrit fort bien l’emprise de la religion qui exerce un diktat sur l’individu comme une des formes de l’exercice du pouvoir de la religion s’opposant de la sorte à la démocratie.

Laïcisation

73La laïcisation de la société comporte deux volets principaux : promouvoir une plus grande tolérance religieuse et permettre de développer des institutions publiques indépendantes des clergés.

  • 6 H. Hasquin, « Une lente sécularisation de l’État et de la société », in Histoire de la laïcité en (...)

74L’édit de tolérance de Joseph ii comporte de nombreuses mesures procurant, en Belgique aux non-catholiques, c’est-à-dire principalement aux protestants et aux juifs des droits équivalents à ceux dont jouissaient les catholiques6.

75Registres de naissance, de mariage et de décès passent ensuite dans les mains des pouvoirs publics. Le droit au divorce, une réforme juridique éliminant les privilèges de la noblesse et du clergé sont les principales réformes novatrices.

76D’autre part, la laïcisation de la vie publique revient à rendre celle-ci indépendante des prescrits religieux que chaque citoyen est évidemment libre de respecter pour lui-même.

77La laïcisation des « services publics » concerne notamment : l’école publique, l’assistance publique, la création d’hôpitaux civils, la mise en place de registres d’état civil, la reconnaissance des mariages civils et la légalisation des funérailles civiles.

78Autant de concrétisations d’une laïcisation progressive de la société européenne.

79La laïcisation du droit fut importante : on cessa de pendre pour blasphème, de condamner pour inobservance de la pratique religieuse. La laïcisation de la société est un processus qui n’est pas antireligieux. Il résulte du brassage de plus en plus accentué de conceptions différentes tant religieuses que philosophiques.

80Empruntons à Edgar Morin cette formule :

  • 7 E. Morin, Penser l'Europe, Gallimard, Paris 1990.

La culture européenne n’est pas seulement une culture dont les produits les plus significatifs, l’Humanisme, la Raison, la Science, sont laïques.
C’est surtout une culture entièrement laïcisée, dans le sens où, à partir d’un certain moment, aucune idée n’est demeurée assez sacrée ou assez maudite pour échapper au tourbillon des débats, discussions et polémiques7.

81L’une des avancées importantes de la laïcisation fut sans conteste que le peuple souverain acquit la possibilité de se donner à lui-même ses lois. Il y a donc eu davantage qu’un simple transfert de fonctions d’un corps clérical à un corps civil : le peuple est devenu la référence unique des lois.

a) La double citoyenneté

82Tenant compte de cet acquis, il est difficile de ne pas mentionner le problème posé par la double citoyenneté revendiquée par les Églises : la loi de Dieu prime sur celle des hommes, ou en tout cas, doit être prise en compte sur un pied d’égalité.

83En Israël, 500 rabbins, manifestant que la loi de Dieu – qu’il leur appartient d’interpréter – prime sur la loi civile, s’en prennent à la politique de leur gouvernement (juin 2003).

84Les évêques catholiques portugais, dans une lettre pastorale lue dans les églises, rappellent aux fidèles le même principe : tout catholique a une double citoyenneté, la citoyenneté de Dieu et la citoyenneté civile :

Tous les chrétiens sont à la fois membres de la communauté des croyants en même temps que membres de la cité des hommes. Ils sont donc citoyens de deux cités et dotés de ce fait d’une double citoyenneté. Au sein de la société humaine, la visibilité institutionnelle de l’Église tient un rôle primordial.

85Retenons pour l’instant cette exigence sur laquelle nous reviendrons : « La visibilité institutionnelle de l’Église ».

86Ne s’agit-il pas de la même démarche qu’exprime la Commission des évêques catholiques européens (COMECE) dans l’extrait suivant datant de mai 2002, qui revendique de « montrer que le pouvoir public n’est pas absolu » :

Afin de permettre l’identification des citoyens avec les valeurs de l’Union européenne, et pour montrer que le pouvoir public n’est pas absolu, le secrétariat de la COMECE suggère qu’un texte constitutionnel reconnaisse l’ouverture et l'ultime altérité liées au nom de Dieu. Une référence inclusive à la transcendance constitue en même temps une garantie pour la liberté de la personne humaine.

  • 8 La Revue nouvelle, tome 116, janvier-février 2003, « Quelles valeurs fondatrices pour la Constitut (...)

87Je ne soulève pas ici la justification que donnent les évêques, la transcendance comme garantie de la liberté de la personne, car ce thème a fait l’objet d’un colloque Avicenne dont les actes ont été publiés dans La Revue Nouvelle8.

  • 9 J. M. Kintzler, Le corps politique républicain et son école face au fait religieux, communication (...)

88Tout autre est la représentation de Jean-Marie Kintzler9 :

Le corps politique, c’est l’espace dans lequel chaque membre d'un peuple renonce à ses particularités pour pouvoir décider de la loi commune. Même si je suis catholique dans la société civile, même si ma religion est majoritaire, je dois en tant que citoyen, en tant que membre du corps politique, renoncer à légiférer au nom de mon particularisme. Et pourvu que chacun de nous fasse de même, alors nous instituerons tous ensemble le corps politique de la République. Le corps politique n’est rien d’autre que l’association des citoyens se constituant en un seul et unique souverain. C’est parce que l’Église était porteuse d’un projet particulariste, c’est parce qu’elle voulait être au fondement d’une figure despotique de la volonté politique qu'il a fallu la combattre.

89Remarquons que cette opposition sur le caractère du pouvoir public entre l’Église et les partisans de la laïcité ont fait dire qu’il y avait une volonté de pouvoir chez ces derniers.

b) La pilarisation

90Un mot sur le phénomène de pilarisation.

  • 10 J. Tyssens, « Laïcité et pilarisation dans le système politique belge... » in A. Mitoir (dir), Laï (...)

91La pilarisation est un produit typiquement belge qui a surtout trouvé sa pleine expansion en Flandre. Le sociologue J. Thyssens10 de la VUB en a analysé le fonctionnement. Il consiste à prendre en charge les personnes « du berceau au tombeau » dans un réseau d’institutions répondant à une même idéologie, que ce soient l’école, l’hôpital, la compagnie d’assurances, la presse, le syndicat et le parti politique, la mutuelle et les diverses associations caritatives, etc.

  • 11 Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Grasset, Paris, 1998.

92L’individu est pris en main, guidé et risque peu de rencontrer en chemin des interrogations qui pourraient ébranler son attachement au système mis en place. Il est confiné dans une identité rétrécie que l’écrivain libano-français Amin Maalouf11, dans un ouvrage remarquable, n’hésite pas à qualifier d’« identités meurtrières ».

93Il est clair que l’église catholique a usé de ce système pour s’assurer d’un pouvoir à la fois sur les personnes mais aussi sur les diverses institutions mentionnées.

94D’autres pays disposent de systèmes comparables, sans doute moins sophistiqués que le modèle belge, mais qui répondent à la même logique. Ils provoquent l’instauration dans la société de mondes séparés, vivant en parallèle, desquels les minorités n’ont que peu de chose à attendre.

95Accepter ou renforcer la logique des piliers sous le couvert de favoriser la pluralité des convictions est une démarche diamétralement à l’opposé du modèle d’une société laïque.

Laïcité

96D’une manière générale, la laïcité est le refus de l’aliénation d’êtres humains par toute autorité extérieure, ou encore : la laïcité organise dans la société l’union d’hommes et de femmes libres et égaux.

97Pour ce faire, deux idées clé sont à la base de la démarche laïque : d’une part ce qui est commun à tous, et d’autre part ce qui relève de la liberté individuelle, souvent appelé la sphère privée.

  • 12 Henri Pena-Ruiz, Qu'est-ce que la laïcité, Gallimard, Paris, 2003.

98Henri Pena-Ruiz12 exprime la laïcité dans un sens général, en apportant la précision indispensable concernant la notion de sphère privée qui a souvent été mal comprise :

[...] communauté politique en laquelle tous peuvent se reconnaître, l’option spirituelle demeurant affaire privée. Cette affaire privée peut prendre deux dimensions, l’une strictement personnelle et individuelle, l’autre collective. Mais dans ce cas, le groupe librement formé ne peut prétendre parler au nom de la communauté totale... Il est de l’ordre de l’association particulière et non de la société commune [...].

En termes de droit, est public ce qui concerne tous les hommes d’une nation ou d’une communauté politique. Est privé ce qui intéresse un homme ou plusieurs, librement associés par exemple dans une communauté religieuse. La dimension collective d’une confession ne lui confère donc pas un statut public qui ne peut correspondre qu’à ce qui est universellement partagé.

99Le principe même de laïcité est actuellement sollicité par des approches divergentes parfois surprenantes, voire même à un détournement d’objectif, en voulant le réduire à un dispositif juridique de « gestion du pluralisme religieux », excluant de ce fait les athées et autres non croyants.

100Cette approche est souvent présentée, en France notamment, en ces termes : « Pourquoi la laïcité ne prendrait-elle pas en compte le fait religieux dans les institutions ? » A y regarder de plus près, il ne s’agit pas de liberté religieuse des personnes, mais bien de permettre aux hiérarchies religieuses d’intervenir directement dans les affaires publiques.

101Nous examinerons le développement actuel de cette stratégie dans le cadre de l'Union européenne.

102Des groupements d’associations catholiques ne se sont pas trompés sur l’objectif.

103Dans un manifeste (Le Monde, 21 octobre 2003), des associations catholiques de la fédération « Réseaux du Parvis » défendent le principe de laïcité qui « prescrit la séparation du politique [...] et du religieux ou philosophique... », mais n’acceptent pas la dénaturation de ce principe :

Nous n’admettons pas une attitude qui consisterait à reconnaître les bienfaits de la laïcité tout en en dénaturant le sens... et à vouloir redonner aux religions une fonction institutionnellement reconnue sous prétexte qu’elles seraient « expertes en humanité ».

104Plusieurs associations catholiques, membres de la fédération Réseaux du Parvis, ont tenu à Paris en mars 2003 un très intéressant colloque sur le thème « L’Europe en quête de laïcité ».

105La laïcité n’est pas « la chasse gardée » des athées et des non confessionnels.

  • 13 In R. Trousson, Histoire de la Libre Pensée, des origines à 1789, Espace de libertés, Bruxelles, 1 (...)

106L’Étal laïque constitue un espace juridique qui permet la libre expression de chaque option spirituelle dans l’espace public, mais non son emprise sur lui. Déjà J. Locke13, dans sa lettre sur la tolérance de 1689, distingue un droit de l’homme et du citoyen indépendant de toute confession. Cependant « dans un pays laïque, les autorités confessionnelles ne sont pas des acteurs à statut juridique reconnu, mais des pôles spirituels que chaque citoyen est libre de reconnaître ou non comme autorités. »

  • 14 P. de Locht, VIVRE un dialogue humaniste ouvert, Éditions Espace de libertés du Centre d'action la (...)

107Le théologien catholique Pierre de Locht14 résume fort bien une conception contemporaine de la laïcité comme un vivre ensemble.

Toute référence à une divinité ne me paraît pas incompatible avec la laïcité. En tant que chrétien, je ne peux supprimer dans ma conception de vie ma référence à Dieu. Celle-ci cependant ne fonde pas, ou plus exactement ne fonde plus à mes yeux, les valeurs humaines ou humanistes que nous partageons et qui me font adhérer à la laïcité.
Ces valeurs tiennent à la recherche commune, sans cesse à approfondir, de ce qui fait la cohérence foncière de la condition humaine : ce par quoi, avec des conceptions philosophiques ou religieuses différentes qui confèrent aux uns et aux autres des harmoniques propres, nous participons aux mêmes fonds et patrimoines communs.

108Cette participation dont parle de Locht n’est pas simplement l’addition de différents collectifs, voire d’une sorte « d’identité collective », comme le dénonce remarquablement Amin Maalouf dans son ouvrage.

109De Locht nous dit que les valeurs ne sont pas « un donné » mais tiennent à une recherche commune, sans doute une autre manière aussi d’envisager la transcendance. La laïcité comporte un idéal de dignité humaine et d’élévation spirituelle.

110La laïcité politique est le patrimoine commun de tous les démocrates, qu’ils soient ou non religieux. De ce point de vue dérive la notion de neutralité de l’espace public laïque. Il possède cette particularité d’être « non confessionnel », dans le sens qu’il ne pratique aucune discrimination d’entre les convictions, religieuses ou athées, ce qui n’est évidemment pas le cas des États qui connaissent une religion d’État ou signent un concordat avec une Église déterminée.

a) Laïque, non confessionnel

111Le mot « laïque » dérive du terme religieux « laïc », qui ne fait pas partie du clergé. Il a cependant pris un sens différent, soit pour désigner un mouvement d’opinion qui entend émanciper la sphère publique de la tutelle du clergé, soit une personne qui œuvre à cette émancipation ou encore une institution indépendante de cette tutelle ; on parlera d’une association laïque, d’une école laïque ou d’État laïque.

112La personne laïque ou plus simplement le laïque est donc celui qui participe de la démarche d’émancipation de la sphère publique de tout ce qui peut entraîner une aliénation de libertés des citoyens et contribue à la construction d’une société laïque.

113Faut-il insister sur le fait que cette participation, comme nous l’a montré P. de Locht, n’est la chasse gardée de quiconque ?

114En Belgique, la loi a reconnu, à plusieurs reprises, les non confessionnels comme constituant une communauté de personnes n’adhérant à aucune religion et défendant la laïcité de la société.

115La Constitution belge met sur le même pied les communautés non confessionnelles et les confessions religieuses, elle consacre un principe d’égalité de convictions.

b) La spiritualité, la recherche de sens, l’humanisme

116La laïcité a souvent été rendue responsable du « naufrage du sens », en étant présentée seulement comme une « position relativiste ». Certains ont encore en mémoire l’intervention fameuse de feu le roi Baudouin parlant « des sables mouvants du relativisme » de notre époque qui avait donné lieu à une réplique publique dans la presse du recteur Henri Janne.

117Michel Foucault, parlant de spiritualité, s’exprime par cette formule :

[...] la recherche, la pratique, l’expérience par lesquelles le sujet opère sur lui-même les transformations nécessaires pour avoir accès à la vérité.

118Si la spiritualité est la problématique du sens, constatons que les humanistes qui ne cherchent pas en Dieu la réponse à leurs questions et qui tentent de donner un sens à leur vie à la lumière des expériences humaines, contribuent de manière pertinente au débat philosophique et éthique.

119Henri Janne, sociologue et ancien recteur de l’ULB, dans une analyse très profonde écrit :

  • 15 Henri Janne, Spiritualité et laïcité, Outil de réflexion, Centre d’action laïque 1995.

La spiritualité consiste en une démarche psycho-intellectuelle qui exprime le besoin de l’homme de se situer par rapport au Tout existentiel, de tenter de définir comment il se relie à ce Tout.
L’homme pose ainsi le problème central du sens de sa vie et de la vie.
Celui qui prend vraiment conscience de cette question et s’efforce d’y élaborer sa réponse (en recourant ou non à des systèmes existants), accède à la spiritualité car, au-delà de la simple connaissance de l’existentiel, il cherche, par son esprit et dans son esprit, en un procès de concentration internalisée (la méditation), le sens de l’être15.

Il accomplit en cela une démarche spirituelle quelle que soit la nature de ses conclusions.
En conséquence, les laïques et les humanistes peuvent se prévaloir d’une spiritualité propre. Ils ont eux aussi un regard intérieur.

120Albert Memmi remarque au colloque « Europe, terre d’humanisme » :

  • 16 Albert Memmi, Humanisme, colloque « Humanisme ou barbarie », éd. Espace de libertés, Bruxelles, 19 (...)

L'humanisme laisse intactes les possibilités de cohabitation entre des hommes différents et qui tiennent à leurs différences, s’ils arrivent à se mettre d’accord sur quelques principes communs. Ce qui n’est tout de même pas le cas des doctrines rivales. L’humanisme n’est heureusement pas une dogmatique philosophique, ou une foi, exclusive des autres, au nom de textes intouchables...16

121De nombreux laïques et humanistes ont montré que vivre sans dieu peut constituer une expérience humaine très enrichissante. L’humanisme contient une force morale car il oblige, en quelque sorte, ses adeptes à se situer personnellement et à négliger des recettes spirituelles « prêtes à porter ».

122La recherche d’une spiritualité, c’est-à-dire d’un sens à donner à l’existence n’est pas la chasse gardée des religions. Cependant nous ne pouvons qu’enregistrer les nombreux textes émanant de hauts dignitaires religieux qui se posent en dépositaires de sens et qui, à ce titre, prétendent à une compétence particulière en la matière ainsi qu'en matière d’éthique.

123D’un point de vue laïque, « donner du sens » suppose le recours à un jugement éclairé et une capacité de prendre de la distance par rapport à la superstition.

124Sans entrer, faute de temps, dans le détail d’une analyse sur ce point, deux questions se posent.

125Comment comprendre les deux démarches diamétralement opposées d’Églises qui acceptent ou soutiennent le recours au surnaturel par une partie croyante de la population évoqué précédemment, pour résoudre les difficultés du moment, et d’autre part, se posent en donneurs de sens dans des questions d'éthique liées, le plus souvent, à des avancées de connaissances scientifiques nouvelles ?

126Ces deux démarches sont logiquement exclusives l'une de l’autre. On est en droit de s’inquiéter sur la pertinence des positions avancées en ces matières et à rejeter des positions éthiques « prêtes à porter ».

127La seconde interrogation est en rapport avec le sujet de notre séminaire : revendiquer de « dire le sens » et, ce faisant, faire prévaloir son point de vue dans le débat éthique ne constitue-t-il pas une position de repli du pouvoir exercé précédemment par les Églises, face à la sécularisation croissante et à l’abandon obligé de la description de l’univers à la science ? N’est-ce pas une nouvelle forme de la lutte traditionnelle entre « le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel » ?

A – L’État laïque et le débat citoyen

128L’État laïque est celui dans lequel « la souveraineté populaire doit s’ancrer dans le souci d’universalité de ses références propres. »

129L’État laïque est donc le lieu idéal où peut se pratiquer le débat libre avec les citoyens de toutes convictions. Nous examinerons deux exemples dans l’air du temps : le débat sur les questions éthiques et bioéthiques pour lesquelles les opinions divergent, parfois de manière importante, et ensuite l’approche citoyenne de la démocratie participative.

1. Le débat éthique

130On peut citer la proposition faite par le Centre d’action laïque en 1991 en vue de la création d’une structure nationale pour le débat éthique, débat idéologique au sens élevé du terme.

131Deux écueils ont voulu être évités : l’éthique ne peut être l’antichambre du législatif, domaine réservé au Parlement, et d’autre part on ne peut apporter réponse aux questions nouvelles que la science pose par la contrainte ou par des commissions de « sages émettant des jugements. »

132Le principe à la racine de la proposition est que « la démarche coercitive est contraire à la notion même du débat éthique. »

La mission du comité national doit être de promouvoir la réflexion éthique à l’échelle de la société, mais ne peut rendre « un avis », sauf, cas peu probable, s’il existe l’unanimité en son sein.
Le comité suivra un mode de fonctionnement original : celui de la « règle du non-consensus », les avis adoptés reproduisant les divers points de vue exprimés, sans rechercher un consensus en son sein.
Cette manière de travailler conduit le comité à mettre au jour les choix de chacun face aux conflits de valeurs [...], elle éclaire le débat citoyen qui ne peut se déployer sans une analyse sérieuse. Comme l’avis est rendu public, il participe à l’éclairage responsable du citoyen en l’informant des opinions en présence.

133Cette méthode, mise en pratique par le Comité consultatif de bioéthique de Belgique depuis sa création, a largement contribué à favoriser un débat non polémique, respectueux des opinions de chacun. Évidemment le comité d’éthique n’a pas pour fonction de préparer la loi qui demeure le travail du législateur mais bien d’éclairer ce dernier de manière objective et non partisane.

134L’expérience acquise a permis d’apporter la preuve qu’il est possible de surmonter de nombreux antagonismes touchant à des convictions parfois profondément ancrées au sein de la société.

135Il est frappant de constater à quel point, sur des questions éthiques précises, des chrétiens, des musulmans, des Israélites et des athées peuvent quelquefois se rencontrer, se rapprocher et même s’accorder, quand ils veulent bien oublier les appareils de leurs chapelles respectives.

136Un rapport significatif fut celui concernant l’euthanasie, pour lequel quatre positions furent débattues en détail et présentées au public ainsi qu’aux politiques avant le vote de la loi.

137Ce rapport est à l’antipode de celui du Conseil de l’Europe (1999) sur le même sujet qui, sous la pression des représentants de l’Église, n’a pris en compte que la seule position des opposants à la « mort demandée ».

138Les clivages du passé se sont modifiés. C’est davantage au sein d’une même famille de convictions que des oppositions se font jour. Ainsi telle conception de la Vie considérée comme un absolu dans le discours fera face à la vision d’une vie dont l’appréciation de la dignité et de la qualité relèveront avant tout de la personne elle-même.

139Divergence sur la constitution d’embryons humains à des fins de recherche, mais également sur la pertinence de la référence aux droits de l’homme et à la dignité de l’être humain, appliquée à l’embryon humain. La question s’est posée avec acuité au Conseil de l’Europe à propos de la Convention internationale sur les droits de l’homme et la biomédecine de 1996.

  • 17 Dr G. Liénard, « Un point de vue humaniste », troisième colloque sur la bioéthique, Conseil de l'E (...)

140La position des associations défendant la laïcité, présentée notamment au Conseil de l’Europe est claire17 :

N’est-il pas préférable d’organiser « une régulation sociale », de ce qui constitue aujourd'hui une question nouvelle et controversée, d’une tout autre manière que par l’adoption de lois et de conventions internationales ? D’autant que les avancées de la science nous poseront sans cesse de nouvelles interrogations.
N'est-il pas plus indiqué d’instaurer l’obligation de faire examiner tout programme de recherche ou d’applications nouvelles portant sur des « matières sensibles », tant du secteur public que du secteur privé, par un comité d’éthique ?

141Sur la base des travaux du Comité consultatif de bioéthique, il est permis d’apporter modestement une réponse favorable à cette question. C’est l’approche laïque du débat ouvert, au contraire de l’une ou l’autre position doctrinale, qui s’imposerait à tous.

  • 18 Hans Jonas, « Le principe responsabilité » p. 45, éd. du CERF, Paris 1991.

142Toutefois la question du rétablissement d’un fondement transcendant persiste. H. Jonas18 l’envisage en ces termes :

[...] savoir si sans le rétablissement du sacré qui a été détruit de fond en comble par l’Aufklärung scientifique, nous pouvons avoir une éthique capable d’entraver les pouvoirs extrêmes que nous possédons aujourd’hui et que nous sommes presque forcés d’acquérir et de mettre constamment en œuvre [...]

2. La démocratie participative

143Actuellement la citoyenneté et la société civile sont envisagées dans la perspective de la démocratie participative, comme moyens de constituer un relais utile vers le politique, sans pour autant se substituer à lui et tout en contribuant à maintenir et à développer un état d’esprit de citoyenneté.

144Les deux termes, citoyenneté et société civile, sont étroitement liés car il n’y a de citoyenneté que par et avec les citoyens, tous les citoyens sans discrimination aucune, de sexe, de couleur de peau et pas davantage de convictions philosophique ou religieuse.

145Des critères ont été élaborés concernant les associations de la société civile qui doivent, pour refléter « l’expression de la volonté des citoyens », être constituées « sur une base volontaire, [...] par le biais d’un processus démocratique... ».

146Il s’agit d’une ouverture intéressante qui permet le débat citoyen et correspond à l’ambition d’une société laïque, pour autant que les partenaires répondent bien aux critères de représentativité des citoyens.

147Nous verrons, à propos de l’Union européenne, comment certaines Églises entendent se servir de cette ouverture pour intervenir dans les processus de décision.

3. L’Union européenne

148Nous terminerons cet exposé en examinant la situation dans quelques institutions européennes, en rapport avec le thème de notre séminaire.

a) Le Conseil de l’Europe

149La Convention européenne pour les droits de l’homme a été préparée par le Conseil de l’Europe et, depuis 1952, adoptée par tous les États membres et candidats de l’Union avec un absent de marque : l’État du Vatican, seul à ne pas avoir signé la Convention.

150Malgré cela, ce dernier bénéficie d’un mandat d’observateur et délègue ses représentants dans toutes les commissions et regroupements d’ONG pour alors défendre les positions du Saint-Siège en tant qu’Église. Les cas récents sont l’euthanasie et les recherches sur les cellules souches.

151Il est souvent fait allusion à la « liberté religieuse » pour justifier ces interventions. Remarquons que l’article 9 de la Convention européenne pour les droits de l’homme est consacré à « Liberté de pensée, de conscience et de religion », libertés des personnes que sont les citoyens et non d’institutions qui, dans le cas présent, ne sont pas représentatives des citoyens.

152Les garanties juridiques pour la liberté religieuse des citoyens européens devraient s’étendre aux institutions ecclésiastiques et religieuses auxquelles ils se rattachent. J’ai déjà souligné cette extension à propos du concept de laïcité.

153Cet amalgame n’est pas sans conséquence sur le débat public car l’opposition à certaines positions des institutions religieuses est alors considérée comme une opposition à la liberté religieuse et prendrait en défaut le principe même de laïcité.

b) La Constitution de l'Union européenne

154La Commission européenne a souhaité, depuis la présidence de Jacques Delors, nouer des contacts avec les Églises. Récemment le livre blanc établi par la Commission a exprimé cette préoccupation : « les Églises et les communautés religieuses ont une contribution spécifique à apporter », sans toutefois préciser la nature de cette spécificité.

155La Convention « Pour l’avenir de l’Europe » présidée par Valéry Giscard d’Estaing a consacré aux Églises et organisations non confessionnelles l’article 52 de la future Constitution européenne, dans le titre qui traite de la vie démocratique de l’Union et de la démocratie représentative dont nous relevons le troisième paragraphe :

En reconnaissance de leur identité et de leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces Églises et organisations.

156Ce paragraphe affirme, à nouveau sans les préciser, les concepts « d’identité et de contribution spécifique ». Curieusement il privilégie ce « dialogue régulier » avec les institutions de l’Union en dehors d’un article semblable consacré aux diverses associations de la société civile (art. 47).

157On comprend bien que cette approche tourne le dos à la démocratie participative et au débat citoyen qu'elle implique. De plus, cet article ne retient pas le principe de neutralité des institutions publiques par rapport aux convictions et engagements spirituels des personnes.

158Pour être bien clair, il faut signaler que les « organisations non confessionnelles » n’ont jamais sollicité leur reconnaissance dans de telles conditions et se sentent plutôt utilisées comme un alibi.

c) Les revendications

159Pour bien comprendre en quoi consiste le dialogue envisagé, il convient d’examiner les documents produits par les Églises qui fournissent un éclairage sur leur volonté réaffirmée d’interventions directes dans les affaires politiques de l’Union.

160Il s’agit somme toute de créer dans l’Union une situation semblable à celle dont jouit le Vatican aux Nations Unies. Les prises de position des représentants du Vatican aux conférences internationales de l’ONU au Caire et à Pékin ont montré toute l’influence de cette participation.

161L’objectif exprimé par les hiérarchies des Églises chrétiennes est de faire en sorte que « la religion soit partie de la discussion politique ». Rappelons-nous l’exigence de la COMECE de marquer que « le pouvoir public n’est pas absolu ».

162La demande très précise des hiérarchies religieuses est exprimée dans des documents peu connus, destinés à la Commission en juin 2002.

163Les Églises demandent d’établir :

  • une procédure de consultation pré-législative au moyen de séminaires avec des conseillers du président de la Commission ;
  • des sessions de travail régulières sur des objectifs spécifiques et des sujets pour lesquels les Églises sont préoccupées ou ont un intérêt dans des projets de loi ;
  • des réunions occasionnelles de travail entre le président de la Commission et des représentants de haut niveau des Églises ;
  • un bureau de liaison au sein même des services de la Commission, en vue de développer un « partenariat » avec la Commission.

164« Il est important de passer maintenant à un mode formel, obligatoire pour la Commission européenne, et ne dépendant pas plus longtemps de sa bonne volonté », commente le jésuite Pierre de Charentenay.

165Nous constatons ainsi, sous nos yeux, au moment où se tient notre colloque, comment, partant de la notion de « donneuses de sens », des Églises tentent avec vigueur d’intervenir dans des « processus prélégislatifs ».

166Le théologien Pierre de Locht a eu, il y a peu, ce mot fort : « Il s’agit d’une rupture de solidarité avec les autres religions et les non croyants ».

167Si cet article 52 est adopté, il faut s’attendre à des interventions directes et officielles des Églises dans la politique de l'Union sur un grand nombre de matières de la vie sociale chères au Saint-Siège, notamment sur toutes les questions concernant le début et la fin de la vie (IVG, euthanasie, contraception), la famille et la situation des femmes, les recherches biomédicales, la morale, le divorce, l’homosexualité, l’éducation, etc.

168Dans la ligne des objectifs d’une société laïque, « l’Église peut dire publiquement, par exemple, son hostilité à la pilule du lendemain, elle n’a pas à exiger d’être consultée comme telle pour avoir un droit de regard sur sa légalisation et sa diffusion dans le public. »

169C’est la raison pour laquelle un nombre important d’associations et d’ONG dont des réseaux catholiques européens ont réagi en demandant le retrait de l’article 52.

  • 19 Version en français dans la revue Golias de janvier-février 2004.

170Pour plus de détail, je vous renvoie à la brochure très détaillée, en anglais, « Preserving Power and Privilèges »19, éditée en 2003 à Washington, par l’association Catholics for the free choice.

171Cette demande de retrait de l'article 52 qui n’est évidemment pas une opposition de nature religieuse repose sur quatre lignes de force :

  • la démocratie participative repose sur un dialogue civil égal et non discriminatoire pour toutes les parties ;
  • la neutralité religieuse des institutions est rompue au bénéfice des hiérarchies religieuses ;
  • celles-ci seront en position de faire prévaloir leurs normes dont on constate qu’elles ne sont plus partagées par un grand nombre de personnes ;
  • les citoyens non religieux, majoritaires de nos jours en Europe, de même que les croyants non affiliés à une Église sont exclus du « dialogue » des Églises avec l’Union.

B – Détenir la Vérité

172Sur la base de la campagne menée par certaines Églises dans l’Union européenne, il n’est pas exact de dire, comme nous l’avons entendu, que les Églises ont renoncé à leur pouvoir sur la société mais gardent seulement une revendication éthique en dialogue, mais sans pression sur le politique.

173Sans doute le politique ou, à tout le moins une certaine partie de celui-ci, fait-il le lit des Églises en recherche de pouvoir sur la société. C’est dans cet esprit qu’intervient le président J. Delors, comme d’ailleurs ses successeurs :

Il est impossible de mettre en pratique les potentialités de Maastricht sans souffle, sans spiritualité », et Delors ajoute « si, dans les dix ans qui viennent, nous n’avons pas réussi à donner une âme, une spiritualité, une signification à l’Europe, nous aurons perdu la partie ».

  • 20 Rostane Mehdi, chaire Jean Monnet, avril 2003.

R. Mehdi nuance le propos, se posant en « donneurs de sens » : les acteurs religieux, persuadés que les religions constituent une ressource morale et éthique, tentent de répondre aux angoisses liées aux développements incessants de la connaissance... Confronté aux doutes qui taraudent les consciences, le politique, comprenant que le succès passe par la prise en compte de la société civile, n’hésite plus à se tourner notamment vers des familles spirituelles ou leurs représentants qui appuient leurs discours sur une vision de l'homme dont ils prétendent qu’elle est la base de notre civilisation20.

174La boucle est bouclée. La spécificité de « la contribution spécifique des Églises », annoncée dans le livre blanc de la Commission comme devant donner du sens, reçoit comme réponse que « la religion devienne partie de la discussion politique de l’Union ».

175L’approfondissement des institutions de l’Union européenne et la préparation d’une Constitution ont mis à jour deux manières divergentes d’approcher la « démocratie participative ». D’une part une volonté largement partagée, tant par les individus que par les associations dites de la société civile, de dialogue ouvert et démocratique et d’autre part, surfant sur cette idée mais en la déformant considérablement, la volonté de certaines Églises d’intervenir directement dans le processus de décision politique de l’Union.

176On l’a souligné par plusieurs citations, deux motivations principales sont avancées pour tenter de légitimer cette intervention : une « contribution spécifique et une identité » propre aux Églises, mais aussi « la religion qui apporte le sens ».

  • 21 Commission des épiscopats de la Communauté européenne, « L'avenir de l'Europe, engagement politiqu (...)

177Les documents n’apportent pas de légitimation claire de ces affirmations, sauf à dire qu’il en a été ainsi dans le passé. La COMECE21 écrit par exemple :

Les communautés religieuses ont bâti une tradition de promouvoir les valeurs fondamentales de la condition humaine, et d’articuler ces valeurs à travers le changement des temps. Les religions proposent une orientation et des réponses à la question fondamentale du sens à la vie. Elles ont donc le potentiel de l'innovation en société et gouvernance.

178Reste alors à se tourner vers le fondement des « valeurs fondamentales ». La lecture de textes comme la récente « déclaration Dominus Jesus » (août 2000) nous éclaire par le nombre de fois que le mot « vérité » est cité.

179Serait-ce la clé de notre interrogation ?

180J’ai cité Jacques Chopineau : « La science dit le vrai. La religion tente de dire le sens. »

181Aucun scientifique ne prétend dire le vrai. La science décrit en termes de modèles révisables le monde des phénomènes reproductibles.

182La religion, quant à elle, déclare et dire le Vrai et donner du sens.

183Je m'en tiendrai à une des remarques de la conclusion du rapport à l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur « la tolérance religieuse dans une société démocratique » (Strasbourg 1993), qui note :

Une religion ne peut prétendre à la vérité absolue sans contredire les affirmations des autres.

184C’est ce que confirme la « déclaration Dominus Jesus » :

S’il est vrai que les adeptes d'autres religions peuvent recevoir la grâce divine, il n’est pas moins certain qu’objectivement ils se trouvent dans une situation de grave indigence par rapport à ceux qui, dans l’Église, ont la plénitude des moyens de salut.

Conclusion

185Que la religion guide ses propres fidèles dans la recherche du sens de leur existence sur la base d’une vérité religieuse est un droit reconnu mais ce droit ne peut servir à être étendu à tous, sauf à devenir une prise de pouvoir. Cette attitude porte un nom, c’est l’appropriation d’un pouvoir par les clercs sur l’ensemble d’une population. On parle alors de cléricalisme.

186Avec l’article 52, l’Union européenne prépare un retour au cléricalisme, usant du terme largement accepté de « dialogue » au sein de la société civile.

187J’ai déjà souligné le fait que les clivages du passé, conflits et luttes entre croyants et incroyants, s’étaient modifiés. On le constate à propos des positions par rapport à l’article 52 et des convergences entre des groupes pluralistes, religieux et libre-penseurs. Il en résulte que le sujet « pouvoir et religion » doit s’analyser sans doute davantage en distinguant au sein d’une religion ses diverses composantes selon le critère d’adhésion ou non au principe de laïcité de la société.

188J’emprunte pour terminer au ministre d’État Roger Lallemand cette conclusion en forme de credo laïque :

  • 22 Roger Lallemand, carte blanche « Pour le retrait de l'article 52 de la Constitution européenne », (...)

Notre démocratie européenne se construira en prenant, dans ses pactes fondateurs, une distance institutionnelle avec toutes les « vérités », qu’elles soient relatives ou absolues et avec les tentations totalitaires, qu’elles soient le fruit de courants religieux ou athées.
Tel est un des credos des démocrates laïques et catholiques, agnostiques et chrétiens, musulmans... et de bien d’autres22.

Notes

1 Exposé donné le 10 novembre 2003.

2 Pour une approche pluraliste de l'avortement (1984), brochure disponible au Centre d'action laïque, Bruxelles.

3 VIVRE un dialogue humaniste ouvert. Éditions Espace de libertés du Centre d'action laïque, juin 2003.

4 d’Holbach, Système de la nature, t. ii, (1770), cité par R. R. Trouson Histoire de la Libre Pensée, des origines à 1789, Éditions Espace de libertés du Centre d’action laïque (Bruxelles), 1993.

5 G. Danneels, L'humanité de Dieu, p. 192, Desclée-De Brouwer, Paris (1994).

6 H. Hasquin, « Une lente sécularisation de l’État et de la société », in Histoire de la laïcité en Belgique, p. 43, 3e édition, Espace de libertés, Bruxelles (1994).

7 E. Morin, Penser l'Europe, Gallimard, Paris 1990.

8 La Revue nouvelle, tome 116, janvier-février 2003, « Quelles valeurs fondatrices pour la Constitution européenne ? »

9 J. M. Kintzler, Le corps politique républicain et son école face au fait religieux, communication peersonnelle (2003).

10 J. Tyssens, « Laïcité et pilarisation dans le système politique belge... » in A. Mitoir (dir), Laïcité et classes sociales, Centre d'action laïque, 1992.

11 Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Grasset, Paris, 1998.

12 Henri Pena-Ruiz, Qu'est-ce que la laïcité, Gallimard, Paris, 2003.

13 In R. Trousson, Histoire de la Libre Pensée, des origines à 1789, Espace de libertés, Bruxelles, 1993.

14 P. de Locht, VIVRE un dialogue humaniste ouvert, Éditions Espace de libertés du Centre d'action laïque, mars 2002.

15 Henri Janne, Spiritualité et laïcité, Outil de réflexion, Centre d’action laïque 1995.

16 Albert Memmi, Humanisme, colloque « Humanisme ou barbarie », éd. Espace de libertés, Bruxelles, 1992.

17 Dr G. Liénard, « Un point de vue humaniste », troisième colloque sur la bioéthique, Conseil de l'Europe, Strasbourg, 1996.

18 Hans Jonas, « Le principe responsabilité » p. 45, éd. du CERF, Paris 1991.

19 Version en français dans la revue Golias de janvier-février 2004.

20 Rostane Mehdi, chaire Jean Monnet, avril 2003.

21 Commission des épiscopats de la Communauté européenne, « L'avenir de l'Europe, engagement politique, valeurs et religion », mai 2002.

22 Roger Lallemand, carte blanche « Pour le retrait de l'article 52 de la Constitution européenne », Le Soir du 23 septembre 2003.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search