Version classiqueVersion mobile

Flaubert et la théorie littéraire

 | 
Tanguy Logé
, 
Marie-France Renard

Introduction

Tanguy Logé

Texte intégral

1Le présent volume rassemble les actes du colloque international « Flaubert et la théorie littéraire » qui s’est tenu à Bruxelles, aux Facultés universitaires Saint-Louis, les 19, 20 et 21 octobre 2000, en hommage à Claudine Gothot-Mersch, professeur aux Facultés, à l’occasion de son accession à l’éméritat. On connaît l’ampleur de son apport aux études flaubertiennes, depuis sa thèse sur La Genèse de Madame Bovary (1966) jusqu’à la récente édition, en collaboration avec le regretté Guy Sagnes, des Œuvres de jeunesse dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2001), en passant par d’autres éditions de textes (en particulier Madame Bovary dans les Classiques Garnier, 1971), la direction d’un important colloque à Cerisy (La Production du sens chez Flaubert, 1975) et de nombreux articles que les flaubertistes saluent comme autant de contributions pionnières et fondatrices.

2Le thème choisi pour ce colloque de Bruxelles répond à une préoccupation que Claudine Gothot-Mersch fait sienne depuis plusieurs années : de quelle manière Flaubert aborde-t-il, dans sa réflexion comme dans ses œuvres, les questions de poétique, de rhétorique et d’esthétique formulées depuis l’Antiquité par la théorie littéraire ? L’ouvrage de Jean Bruneau sur Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert (1962), qui a constitué d’emblée une somme sur les années d’apprentissage, faisait ressortir l’inscription du jeune écrivain dans une tradition. En 1996, le colloque de Rome sur Flaubert e la tradizione letteraria (Slatkine, 1999) étendait le propos à l’ensemble de l’œuvre. À son tour, notre colloque s’est donné pour but d’éclairer l’attitude de Flaubert face aux règles, passées ou de son temps, explicites ou implicites, de la création littéraire.

3Imprégné de rhétorique par ses études, le collégien de Rouen montre aussi très vite qu'il joue avec cet héritage et prend ses distances. S’il essaie systématiquement tous les genres de son époque, c’est pour affirmer très tôt que l’œuvre doit à la fois s’inscrire dans un genre et le subvenir : « Oui, ce sera un drame et autrement fabriqué que les autres », écrit un Flaubert de treize ans à propos d’une pièce malheureusement disparue, Frédégonde et Brunehaut (à Ernest Chevalier, 18 juin 1835). Il était tentant de voir comment ce romantique de la seconde génération navigue entre la poétique ancienne et cette « poétique de l’école moderne [...] qui a l’avantage sur les autres de n’en être pas une » (au même, 20 janvier 1840). On sait quelle étape décisive constitue à cet égard la phrase fameuse de la première Éducation : « Chaque œuvre d’art a sa poétique spéciale » (chap. xxvii). Flaubert le redit avec insistance au moment où il écrit Madame Bovary. Ce n’était assurément pas choisir la solution de facilité, comme en témoignent les affres de l’auteur de Salammbô inquiet de ne pas atteindre « la note juste », le style idéal qu’il recherche : « Cela sent tour à tour le Pétrus Borel et le Jacques Delille » (à Ernest Feydeau, fin novembre 1857).

4Comment dès lors Flaubert résout-il les problèmes de genres, de rhétorique des figures, de niveaux de style, de modes narratifs ? Quelles sont les catégories esthétiques dans lesquelles il évolue ? Répond-il aux canons en usage à son époque ou contribue-t-il à en élaborer de nouveaux ? À ces interrogations, les dix-sept communications ici réunies apportent des réponses à partir d’exemples représentatifs et d’analyses précises. Sont abordés successivement les lieux de théorisation dans l’œuvre de Flaubert (Yvan Leclerc), la légitimité même, à son sujet, de la notion de théorie (Peter Michael Wetherill), les premières fictions (Michel Brix) et les notes de jeunesse sur le théâtre de Voltaire (Tanguy Logé), la poétique romanesque, son rapport au modèle balzacien (Gisèle Séginger), au discours de l’Histoire (Pierre-Marc de Biasi) et le travail d’invention scénarique qu’elle présuppose (Jacques Neefs). L’attention se porte ensuite sur le dialogue romanesque (Philippe Dufour) et les traditions rhétoriques à l’œuvre dans les discours des personnages (Jeanne Bem). Plusieurs exposés traitent de la médiatisation de la réalité externe : portrait de Salammbô sous la tente (Eric Le Calvez), écriture de l’Objet (Juliette Frölich), relation à la photographie (Anne Green), cadrage et encadrement dans L’Éducation sentimentale (Georges Jacques). La question du genre est soulevée à propos de Bouvard et Pécuchet (Anne Herschberg-Pierrot, Normand Lalonde) et de la féerie du Château des cœurs (Lea Caminiti Pennarola). Ce sont autant d’aspects d’une théorie littéraire qui se révèle indissociable de la pratique et sur laquelle nous est donné en outre un regard extérieur, celui de Paul Bourget (André Guyaux). Il revient à Marie-France Renard de tirer les conclusions de ce colloque qui a souhaité projeter un nouvel éclairage sur le corpus flaubertien en nous faisant pénétrer dans l’atelier de l’écrivain, au cœur même de son travail créateur.

5Les organisateurs tiennent à exprimer toute leur gratitude au Fonds national de la recherche scientifique et au Conseil de recherche des Facultés universitaires Saint-Louis pour le soutien qu’ils ont apporté au déroulement de ce colloque et à la publication des actes.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search