Version classiqueVersion mobile

Quand dire, c’est punir

 | 
Michel Van de Kerchove

Conclusions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de cet essai, il est possible de tirer quelques conclusions qui n’ont cependant qu’une portée partielle et provisoire. Partielle, dans la mesure où, comme nous l’avions annoncé, les phénomènes que nous avons étudiés n’ont pas la prétention de couvrir la totalité du champ pénal, ni dans l’espace ni dans le temps, ni même dans le cadre des systèmes juridiques belge et français contemporains dont nous avons privilégié l’étude. Provisoire aussi, dans la mesure où l’accélération des réformes et des mutations, même relatives, auxquelles nous assistons risque de rendre très rapidement caduques les conclusions, même prudentes, auxquelles toute étude pénale est susceptible d’aboutir aujourd’hui.

Une première conclusion concerne le rôle et la place du langage dans la répression pénale. Si l’histoire nous rappelle, et l’observation réaliste de certains mécanismes actuels nous confirme, qu’un acte de punir est susceptible de s’accomplir à travers des actes matériels, avant tout acte de ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search