Version classiqueVersion mobile

Quand dire, c’est punir

 | 
Michel Van de Kerchove

Chapitre V. Les effets du jugement pénal : le dire comme mémoire et comme oubli de la peine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme certains auteurs l’ont, à juste titre rappelé, « même après que la peine ait été exécutée, l’infraction n’est pas ipso facto pardonnée ni oubliée, même d’un point de vue juridique »1187. Or, le langage, qu’il soit oral ou écrit, est susceptible d’être, dans le sillage du procès pénal et du jugement qui le clôture, le véhicule de la mémoire, comme il peut être, ainsi que nous le verrons ensuite, le véhicule de l’oubli.

Section 1. Le dire comme mémoire

D’une part, la publicité qui accompagne, même parfois de manière restreinte, les différentes phases de la procédure assure en quelque sorte la mémoire orale de l’infraction et, le cas échéant, de la peine ; d’autre part, l’inscription de la condamnation au casier judiciaire assure sa mémoire écrite.

§ 1. La publicité de la procédure et du jugement

Nous avons déjà rappelé que la publicité des condamnations est « parfois ressentie, par certains délinquants soucieux de leur réputation, plus lourdement que la peine elle-même »1188. On ne ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search