Version classiqueVersion mobile

Quand dire, c’est punir

 | 
Michel Van de Kerchove

Chapitre IV. Le contenu du jugement pénal : le dire comme peine à part entière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons tenté jusqu’ici de montrer comment, à travers le prononcé du jugement pénal, le dire constituait un élément constitutif essentiel de la peine. Ce caractère essentiel se manifeste d’abord dans le fait que le prononcé de la peine se voit reconnaître une raison d’être propre et une autonomie fonctionnelle de plus en plus évidentes par rapport aux actes matériels d’exécution auxquels la peine se trouve traditionnellement identifiée. Cette exécution matérielle, nous l’avons rappelé, est non seulement de moins en moins visible, mais encore de plus en plus souvent absente, que cette absence résulte de défaillances involontaires, de stratégies délibérées d’inexécution, d’aménagements légaux divers ou d’une impossibilité liée à la nature même de certaines peines. Le caractère essentiel du dire dans la répression pénale se manifeste ensuite dans la dissociation de plus en plus marquée des deux éléments constitutifs du jugement pénal lui-même : la déclaration de culpabilité et le pr...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search