Version classiqueVersion mobile

Quand dire, c’est punir

 | 
Michel Van de Kerchove

Chapitre II. Les dimensions afflictive et infamante de la peine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Section 1. Permanence de ces caractères

Selon une conception traditionnelle, la peine est constituée de deux caractères essentiels : d’une part, la privation d’un bien ou, si l’on préfère, l’imposition d’un mal (en termes objectifs) ou d’une souffrance (en termes subjectifs), qu’on vise généralement en parlant de la dimension « afflictive » de la peine ; d’autre part, une marque de réprobation sociale, un blâme, une stigmatisation ou, si l’on préfère une atteinte à l’honneur susceptible de susciter la honte, à laquelle on se réfère habituellement en parlant de la dimension « infamante » de la peine105.

Cette conception traditionnelle, il est vrai, a pu être apparemment ébranlée par l’idée successivement émise que la peine ne constituerait plus une « punition », mais une mesure de « correction », de « traitement », de « protection », voire de « réparation ». Quelle que soit l’importance, voire même partiellement le bien-fondé, de telles idées, il importe cependant d’apercevoir qu’elles...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search