Version classiqueVersion mobile

Quand dire, c’est punir

 | 
Michel Van de Kerchove

Chapitre I. Réflexions étymologiques sur les relations entre dire et juger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les liens fondamentaux unissant au langage l’acte de juger en général, et le jugement pénal en particulier, se manifestent d’abord dans le vocabulaire et son étymologie.

En ce qui concerne l’acte de juger, en général, nul ne l’a sans doute aussi bien démontré qu’E. Benveniste dans ses travaux consacrés au vocabulaire des institutions indo-européennes65. En analysant l’origine des termes dikè en grec et iudicium en latin, l’auteur a en effet très clairement mis en lumière les relations unissant droit et justice, d’une part, et langage, d’autre part.

Rappelant que le terme dikè est tiré de la racine deik-66, Benveniste précise que cette racine « donne respectivement dis- en sanskrit, dis- en iranien, dico en latin, deiknumi en grec »67. Bien que deiknumi signifie « montrer », et non « dire », contrairement au latin dico, Benveniste relève cependant que son sens est généralement « montrer verbalement » par la parole, ce qui se confirmerait par le fait que « le composé latin iudex impliqu...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search