Version classiqueVersion mobile

Le grotesque

 | 
Isabelle Ost
, 
Pierre Piret
, 
Laurent Van Eynde

Introduction

Isabelle Ost

Texte intégral

1Incontestablement, le grotesque aujourd’hui fascine : utilisé de plus en plus fréquemment – à bon ou mauvais escient –, le terme connaît un succès qui, du reste, ne lui a jamais vraiment fait défaut. C’est ainsi que, depuis son origine, on l’a vu franchir les frontières des arts plastiques pour venir s’immiscer en littérature, évoluer à travers les époques, et quelquefois se faire oublier pour mieux ressurgir à certaines périodes critiques de l’Histoire, lorsque, tirant parti de son potentiel contestataire, d’aucuns s’en sont servi comme arme contre la culture dominante. Le fait est que le grotesque, sur le plan anthropologique au sens le plus large, touche diverses dimensions de l’agir humain. De la sorte, la notion même de grotesque semble s’être considérablement élargie, au point d’en arriver, dans le domaine de la création esthétique, à désigner des œuvres très variées et recouper des sens parfois carrément divergents : que l’on songe par exemple à l’antagonisme qui oppose le Russe Mikhaïl Bakhtine et l’Allemand Wolfgang Kayser, ces deux grands théoriciens du grotesque auxquels il sera fréquemment fait appel dans ce recueil – même si cet antagonisme pourrait s’avérer, somme toute, plus apparent que réel. Sans doute on s’aperçoit rapidement qu’un certain malaise entoure la notion, malaise dû au désir commun de trouver une définition du grotesque – et à l’impossibilité d’y parvenir.

2Cette difficulté que l’on éprouve à appréhender précisément le grotesque fait surgir un écueil de taille, celui d’en faire une catégorie fourre-tout de l’esthétique, et de ne plus parvenir à recentrer en un noyau consistant les bribes éparses d’une notion éclatée. Toutefois, c’est progresser, nous semble-t-il, vers ce noyau même, que de remarquer ceci : si le grotesque paraît résister à toute tentative de conceptualisation, s’il se refuse à être arrêté dans une définition unique et structurante, ce n’est peut-être pas tant en raison des caprices de l’histoire des Arts et des Lettres, ou encore d’un manque de rigueur de la part de ceux qui se sont essayés à le cerner précisément, que d’un principe constitutif de la notion elle-même. Sans aller jusqu’à prétendre qu’il relèverait de l’indicible ou interdirait le concept, ne peut-on néanmoins constater que l’effervescence inventive, le renouvellement permanent des formes constitue la caractéristique la plus essentielle au grotesque ? Pas un de ses théoriciens, de fait, n’a manqué de souligner son caractère profondément ambivalent, et, partant, la tension qu’il génère et maintient continûment. Dès l’abord, le grotesque se présente donc comme une catégorie esthétique – mais là aussi il y a matière à s’interroger, et on le fera : est-ce un style, un genre, autre chose encore ? – dont le seul noyau serait peut-être cet appel à la transformation continuelle. Voué à dépasser sans cesse ses propres limites, le grotesque ne s’affirme que pour mieux se remettre en question.

3Ce caractère paradoxal du grotesque nous a paru légitimer la nécessité d’aborder la problématique sur plusieurs fronts à la fois : d’où l’idée de ces deux journées de rencontre dont nous publions à présent les actes. Au cours de celles-ci, en effet, nous avons eu l’occasion d’entendre des communications qui, toutes centrées sur le grotesque, l’approchaient d’un point de vue différent. Qu’il nous soit permis, après coup, de regrouper ces interventions selon trois grands axes, que nous avons appelés généalogie, figures et théorie.

  • 1 C’est en effet le sous-titre de l’ouvrage de A. CHASTEL, La grottesque. Essai sur l’« ornement san (...)

4Question de généalogie tout d’abord : certains textes de ce recueil visent effectivement à pointer l’origine du grotesque et à en retracer l’évolution au sein du champ artistique et littéraire, ainsi que sa pertinence particulière à tel ou tel moment précis de l’histoire. Si l’étymologie du vocable « grotesque » ne pose aucune difficulté particulière – on verra en effet que le terme vient du mot « grotte », ou plus exactement « grota » en italien, en rapport avec l’endroit où ont été découvertes les premières fresques dites « grotesques » – ce qui paraît moins évident, par contre, c’est la raison pour laquelle un terme qui ne signifie, en définitive, rien d’autre que son origine – quelque peu anecdotique du reste –, a continué d’être utilisé jusqu’à nos jours, et s’est même répandu dans le vocabulaire courant. Sans doute, le problème de la dénomination, le caractère insignifiant du mot, n’est pas sans rapport avec le Hou qui entoure sa définition : le grotesque est demeuré cet « ornement sans nom », comme l’appelle l’historien de l’art André Chastel1, précisément parce qu’il constitue en quelque sorte un objet paradoxal, protéiforme, un « n’importe quoi » que l’on ne pourra épingler d’un signifiant qui en arrêterait la remise en jeu du sens. En constant déplacement, sans cesse décalé par rapport à lui-même, marginal, le grotesque atteste dès son origine étymologique d’une puissance vivante de régénération perpétuelle.

5Toute approche généalogique de la question se verra donc amenée à retracer une évolution marquée par des périodes de crise au cours desquelles il a été fait usage de la dynamique propre du grotesque : un processus antidialectique capable de nier l’identité conceptuelle afin de s’arracher à la logique de la signification, dynamique que l’on rapprochera de celle de l’utopie. Force est de constater, en effet, que le rapport particulier du grotesque à l’histoire constitue un aspect crucial du problème, qui a d’ailleurs été constamment au cœur des débats dont ce colloque fut le lieu. De fait, le grotesque offre bien souvent une possibilité de réponse à l’histoire – contemporaine surtout –, grâce au regard ironique qu’il porte sur elle ainsi qu’à la force de déprise mais aussi de relance dont il fait preuve. Mais la nature et la forme de cette réponse sont loin d’être univoques : pour les uns, la force grotesque implique un double mouvement de déconstruction et de resémantisation ou de réunification ; pour d’autres, elle intervient d’abord et avant tout en figeant, en immobilisant et en objectivant de la sorte la dynamique vitale. La notion de régénération, intrinsèquement liée à celle de grotesque, peut ainsi recevoir deux significations nettement distinctes : soit l’on considère qu’à la subversion fait suite la phase de recréation, de sorte qu’à l’horizon du temps grotesque se profile toujours une possibilité de salut ; soit l’on estime que le grotesque est régénérant par sa seule force de mise à distance, mais qu’il n’est en lui-même porteur d’aucune forme de salut.

6Dans la foulée, remarquons que, dans l’un et l’autre cas, cette force du grotesque lui confère de surcroît une dimension politique – rappelons-nous en l’occurrence que la théorie de M. Bakhtine sur le réalisme grotesque part d’un phénomène de société, le carnaval. On a pu ainsi tirer profit de la force de séparation du grotesque, de son humour carnavalesque par exemple, pour faire du texte littéraire un acte de remise en cause de l’institution. Nous avons parlé d’utopie : en marge des discours dominants, le grotesque, de fait, décentre, délocalise les lieux de pouvoir pour inventer une réalité nouvelle. Pris dans un jeu entre subversion des règles et fondation de ses lois propres, il invite dès lors à une réflexion sur la normativité dans tous les champs de la créativité – sociale, politique, artistique ou autre.

  • 2 Nous renvoyons le lecteur au récent ouvrage d’Evelyne GROSSMAN, à qui nous empruntons le terme : L (...)

7Deuxième axe : la construction de figures. Face à l’instabilité qui caractérise la notion et à l’aporie à laquelle mène invariablement chaque essai de définition, la tentation devient forte d’arrêter des thèmes et motifs que l’on pourrait dire « grotesques ». Certes, on se verra rapidement contraint d’admettre qu’aucun de ces traits n’est suffisant pour imposer une limite à la dynamique : à dire vrai, rien n’est proprement « grotesque » – puisque le grotesque s’avère être davantage une force qu’un ensemble de formes. Bien plus, par son mouvement de dissolution des images et des significations, le grotesque apparaît en réalité comme une force de défiguration2 et de désidentification. Mais s’il détruit la représentation et déconstruit les formes figées, toutefois le processus de défiguration ne dérive jamais vers le chaos de l’informe, le vide absolu de l’image. Même éphémères et imparfaites, des figures du grotesque se dessinent.

8C’est pourquoi il ne semble pas illégitime, loin s’en faut, de repérer au sein du champ littéraire des auteurs, des textes, des mécanismes d’écriture que l’on pourrait qualifier de grotesques : au contraire, afin d’éviter que la notion n’en vienne à perdre tout caractère opératoire, pour ne plus désigner, à la limite, qu’un trop vague mouvement de confusion et de désordre dans le champ de l’esthétique, il est sans doute nécessaire de partir d’œuvres dans lesquelles le grotesque se serait incarné – ne fût-ce que provisoirement. Car proposer du grotesque une étude dégagée de toute réalisation particulière, n’est-ce pas là prendre le risque de s’égarer dans les arcanes d’une dynamique infinie, sans parvenir à trouver un point d’appui fixe sur lequel fonder la réflexion ? Dans cette perspective, le danger paraît moindre lorsque l’on se penche sur une œuvre qui fait vivre cette dynamique – quitte à ne saisir, en définitive, qu’un grotesque propre à ce cas précis. Or, puisque le grotesque fait preuve d’une originalité toujours renouvelée, on ne s’étonnera pas de cette aptitude à générer des productions très disparates – en surface du moins –, des œuvres qu’il n’eût pas été question, au premier regard, d’associer.

9Dès lors, afin d’amoindrir le risque d’une dissémination trop extrême du grotesque – un grotesque dont chaque actualisation ne pourrait s’écrire que dans la différence absolue –, un troisième axe, plus théorique, viendra enfin croiser les deux précédents. Au-delà des écritures dans lesquelles on peut retrouver la mise en œuvre d’un processus grotesque, au-delà des figures que l’on ébauchera, il est pertinent de se concentrer, afin de l’appréhender par des biais divers, sur la signification de la singularité du grotesque en tant que tel : à savoir cette puissance de déconstruction puis d’innovation – puissance qui l’empêche sans doute de jamais occuper une place définitivement arrêtée dans le champ esthétique, mais le force à renouveler constamment ses rapports aux autres langages littéraires et artistiques. En effet, grâce à son pouvoir de subversion radicale, le grotesque s’avère capable de démanteler les discours reçus, de porter sur la scène les coulisses de la création esthétique, comme de déplacer les cloisons qui séparent les genres et les styles en dévoilant leurs principes fondateurs implicites. Songeons par exemple à son potentiel parodique, caricatural, ou encore à la tension qu’il instaure entre comique et tragique – qu’il contamine l’un par l’autre, mettant en lumière, du même coup, leur racine commune. Ainsi le grotesque semble bien être appelé à jouer un rôle important dans le questionnement à propos de la survie de ces esthétiques et de leur transformation.

10Cultivant la contradiction et le paradoxe, le grotesque pourrait ainsi être perçu, en dernière analyse, comme une « anti-esthétique » ; ou, à tout le moins, un discours qui, parce qu’il semble convoquer l’interprétation et la généricité, appeler une définition, et en même temps les rejeter absolument, met en crise l’organisation et les catégories du champ artistique, voire la possibilité même d’une théorie esthétique. De par la position énonciative qu’il adopte, la logique du discours qu’il développe, le grotesque force l’art et la littérature à intégrer leurs propres contradictions : il en constitue en quelque sorte la frontière, le point extrême, à la fois indispensable et cependant toujours menaçant. Conçu à l’origine comme un jeu frivole en marge de la représentation, il a fini par devenir cette marge elle-même, attirant le centre de la représentation vers ses limites et sa propre dissolution. Véritable énigme, le grotesque apparaît aujourd’hui comme la Sphynx de l’art et la littérature, les confrontant sans cesse à leur propre altérité.

11Le grotesque : théorie, généalogie, figures. Un tel titre pourrait laisser entendre, à tort, que les textes recueillis dans cet ouvrage forment une constellation qui proposerait une vaste synthèse sur la question du grotesque. Il n’en est rien : ce livre n’a en réalité d’autre prétention que de présenter les actes de deux journées d’études qui ont rassemblé des chercheurs de différentes spécialités – littéraires et philosophes pour la plupart –, lesquels se sont efforcés de réfléchir à la problématique du grotesque à partir de leurs propres centres d’intérêt. Ce que l’on peut s’attendre à trouver dans cette publication, ce sont donc des balises, des repérages ou des essais sur la question, ainsi que des tentatives originales de tester la force d’analyse de cet objet paradoxal qu’est le grotesque.

12Précisons pour terminer que ces journées étaient co-organisées par le Séminaire Interdisciplinaire de Recherches Littéraires (SIRL) des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles et le Centre de recherche Joseph Hanse. Littératures de langue française : théorie littéraire et littérature comparée de l’Université catholique de Louvain. Les articles publiés ici, les réflexions sur la singularité des œuvres, la mobilité des catégories esthétiques, la remise en question d’une épistémologie de la représentation, la légalité politique et artistique – autant d’interrogations que le grotesque suscite –, recoupent toutes les axes de recherche de ces deux centres.

Notes

1 C’est en effet le sous-titre de l’ouvrage de A. CHASTEL, La grottesque. Essai sur l’« ornement sans nom », Paris, éditions Le Promeneur, 1988.

2 Nous renvoyons le lecteur au récent ouvrage d’Evelyne GROSSMAN, à qui nous empruntons le terme : La défiguration. Artaud-Beckett-Michaux, Paris, Minuit, 2004.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search