Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mystique

 | 
Bernard Van Meenen

Margherite Porete

En la mer de la joye1

Traduction de Paul Verdeyen

Texte intégral

  • 1 Chapitre 28 du Miroir des âmes simples et anéanties (voir ci-dessus, l’article de Luisa Muraro, not (...)

Hee ! très doulce pure divine Amour, dit ceste Ame, comment c’est une doulce muance de ce que je suis muee en la chose que j’ayme mieulx que moy ! Et tant suis muee, que je en ay perdu mon nom pour amer qui si pou puis amer : c’est en amour, car je n’ayme fors que amour.

Amour :

Cette âme nage en l’océan de joie,
c’est-à-dire en l’océan des délices
qui s’écoulent et ruissellent de la Divinité.
Et ainsi nage-t-elle et s’écoule-t-elle en joie,
sans sentir aucune joie.
Car elle demeure en joie et joie demeure en elle.
Elle est joie elle-même par la force de joie,
qui l’a transformée en elle.
Il dit aussi qu’elle se réjouit plus
de ce que l’on ne peut communiquer à personne,
que de ce que l’on peut communiquer.
Car ce que l’on peut communiquer est médiocre et temporel,
tandis que l’incommunicable est infini et éternel.
Il y a maintenant un vouloir commun [à l'amant et à l’aimée],
ils sont comme le feu et la flamme
car l’amour a transformé cette âme en lui.

Ame :

Oui, très doux Amour pur et divin,
quelle douce transformation que d’être transformée
en ce que j’aime mieux que moi-même !
Et je suis si transformée
que j’en ai perdu mon nom pour aimer,
moi qui puis si peu aimer.
C’est en Amour que je suis transformée,
car je n’aime personne d’autre qu’Amour.

Notes de fin

1 Chapitre 28 du Miroir des âmes simples et anéanties (voir ci-dessus, l’article de Luisa Muraro, note 7).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540