Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mystique

 | 
Bernard Van Meenen

Chapitre I. Le message mystique de Dag Hammarskjöld (1905-1961)

Paul Verdeyen

Texte intégral

  • 1 Le texte figure aux pp.89-92 de ce volume. Il constitue la préface à D. HAMMARSKJÖLD, Jalons, Paris (...)

1Un aperçu historique de la vie de Dag Hammarskjöld est donné en annexe au présent exposé1. Permettez-moi de le compléter par quelques informations glanées dans un discours que le nouveau secrétaire général de l’O.N.U. a prononcé lui-même en 1953 devant la radio canadienne, quelques jours après son élection.

« Du côté paternel, ma famille compte plusieurs générations de soldats et de fonctionnaires du gouvernement. Ils m’ont légué la conviction qu’il n’y a pas de vie plus satisfaisante que celle qui se consacre au service altruiste de sa patrie et de l’humanité entière. Ce service exige le sacrifice de tout intérêt personnel, mais également le courage d’une fidélité absolue à ses convictions.

Du côté maternel, ma famille compte plusieurs savants et gens d'Eglise qui m’ont légué la conviction que tous les hommes ont les mêmes droits puisqu’enfants de Dieu - et ceci dans le sens radical des Evangiles. Pour cette raison il nous faut traiter tous les hommes comme nos maîtres en Dieu. Saint Jean de la Croix nous donne sa définition de la foi : ‘La foi est l’union de l’âme avec Dieu’. Le langage religieux se sert de plusieurs formules qui se réfèrent toutes à une expérience religieuse fondamentale. Ces formules ne sont pas des termes philosophiques : elles ne peuvent être vérifiées par nos sens ni analysées par des règles logiques. Ce n’est qu’à un âge avancé que je suis parvenu à cette conviction. Dès que j’avais compris cela - à savoir la primauté de l’expérience - je pouvais enfin approuver en pleine liberté les vérités de la foi qui m'avaient été enseignées et qui avaient orienté ma vie tout le temps que je doutais encore de leur validité.

J’étais vaguement convaincu que tout homme doit choisir une vie active de service social et qu’à la fois il doit chercher la paix intérieure en tant que membre d’une communauté soutenue par le même esprit. J’ai trouvé une description de cet idéal dans les œuvres de quelques grands auteurs mystiques du Moyen Age. Ils ont décrit l’épanouissement psychologique comme une aventure d’abandon et de sacrifice. Ils ont décrit la vie intérieure et la simplicité spirituelle et par cette voie ils ont trouvé la force nécessaire pour dire oui à tout appel qui leur était adressé par leur prochain, pour dire oui dans toutes les circonstances de leur vie ».

2Comme tous les textes de Hammarskjöld, ce portrait spirituel est d’un style très dense. Il nous semble opportun d’en reprendre trois aspects. D’abord l’évolution religieuse du jeune adolescent. Ensuite le choix d’une vie, à la fois active et intérieure. Et en troisième lieu l’influence des auteurs mystiques du Moyen Age.

3Dès sa naissance le petit Dag avait été baptisé dans l’Eglise luthérienne de Suède. Sa maman était sans doute plus croyante et plus chrétienne que son père. Dag a passé une grande partie de sa jeunesse dans le château Wasa d’Upsal, résidence du gouverneur de la province. L’hôte le plus assidu de la famille était l’archevêque d’Upsal. Nathan Söderblom. Grande figure de l’Eglise luthérienne, il avait passé plusieurs années comme aumônier à l’ambassade de Suède à Paris. Il y avait suivi avec beaucoup d’intérêt le renouveau catholique de la littérature française avec des auteurs tels que Bloy et Rivière, Claudel et Péguy. Il était à la fois un disciple assidu de Henri Bergson, dont le livre Les deux sources de la morale et de la religion l’avait profondément influencé. Comme évêque, Söderblom s’était engagé dans le mouvement oecuménique pour essayer de présenter la foi chrétienne dans un langage actualisé et de façon intellectuellement valable.

4Malgré l’influence de Söderblom, la foi chrétienne du jeune Dag a connu une grande crise. C’est surtout le positivisme agnostique de ses professeurs universitaires qui a mis à l’épreuve la foi traditionnelle du jeune étudiant. Cette confrontation l’a obligé à comparer deux dogmatismes contradictoires et à choisir son camp. Il avoue lui-même que les dogmes de toute église lui ont causé beaucoup de difficultés. Longtemps il a pensé que ces dogmes formulaient des positions philosophiques et il se rendait bien compte que les énoncés d'une philosophie ou théologie religieuse ne pouvaient se défendre par les moyens de la seule raison humaine. En lisant les grands auteurs mystiques il a compris que toutes les formules religieuses expriment non pas un système ou une vision de la vie, mais qu’elles se réfèrent toutes à une expérience fondamentale et personnelle. Cette découverte signifiait la fin de la crise de la foi. A partir de ce moment tout son intérêt religieux s’est fixé sur les auteurs mystiques. Jusqu’à la fin de sa vie Hammarskjöld est resté fondamentalement chrétien, mais il a toujours gardé une méfiance quasi viscérale à l’égard de toute approche dogmatique du mystère divin.

5Disons quelques mots à propos des activités extérieures de l’homme adulte. Après ses études de droit et d’économie, Hammarskjöld a facilement fait carrière dans son pays natal. Il devint secrétaire général du Ministère des Finances et membre du Conseil de la Banque Nationale. En 1951. il devint ministre sans portefeuille et représentant du gouvernement suédois auprès des Nations-Unies. Lors d’une session générale de l’O.N.U. à Paris, il est élu vice-président de cette assemblée. En 1953, il sera élu secrétaire-général, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1961. Il va de soi que ce diplomate chevronné est considéré comme un homme intègre et acceptable par les deux camps de la guerre froide.

6S’il n'y avait que cette activité extérieure dans la personne de Hammarskjöd, la présente conférence aurait été impossible. Mais le cheminement intérieur de ce chrétien convaincu est passé inaperçu aux yeux de presque tous ses contemporains. Hammarskjöld a gardé le secret de sa vie intérieure pour soi. Il a voulu rester neutre dans son comportement public. Vivant à New York, il a respecté toutes les religions et toutes les convictions personnelles. Son entourage ne s’est pas aperçu de son inspiration chrétienne. La vie intérieure du secrétaire général ne s’est manifestée qu’au moment de sa mort tragique. Pendant la crise congolaise, son avion s’est écrasé en Zambie, près de la frontière du Katanga où il voulait se rendre. Tous les passagers et l'équipage y ont trouvé la mort. A ce moment il y a une première surprise. Hammarskjöld avait dans sa poche un petit livre bien connu : L'Imitation de Jésus Christ, dans une ancienne traduction française. Il s’agit du livre qui, après la Bible, a été imprimé le plus souvent et dont l’auteur est Thomas a Kempis. Livre qui résume parfaitement le programme spirituel de la Dévotion Moderne.

7Quelques amis savaient que le secrétaire général faisait des notices dans un journal spirituel. On a trouvé ce manuscrit dans son appartement de New York, avec une lettre non datée, adressée à son collègue Leif Belfrage. Le texte suédois a été traduit en plusieurs langues. Il a paru en français sous le titre Jalons, et en anglais sous le titre Markings. Mais lisons d’abord la lettre d’introduction :

« Mon cher Leif,

Tu te rappelles peut-être qu’un jour je t’ai raconté que je tenais, malgré tout, une sorte de journal, dont je voulais que tu te charges. Le voici.

Je l’ai commencé sans penser que personne le lirait jamais. Mais par la suite, en raison de tout ce qui m’est arrivé depuis, en raison de ce qu’on a dit et écrit à mon sujet, la situation a changé. De ces notes se dégage mon seul ‘profil’ véridique. Et c’est la raison pour laquelle j’ai commencé ces dernières années à en envisager la publication, tout en continuant de l’écrire pour moi et non pour un public.

Si tu estimes que ces notes sont dignes d’être imprimées, je te donne l’autorisation de les publier comme le ‘livre blanc’ de mes négociations avec moi-même - et avec Dieu.

Dag ».

8Les textes de Jalons ne sont pas d’une lecture facile. En général il s’agit de notices très courtes, qui évoquent plus de questions qu’elles ne donnent de réponses. Tout lecteur doit se familiariser avec la concision Scandinave et accepter les multiples silences de l’auteur. Ses textes sont à la fois sobres et totalement sincères. C’est dire qu'il faut les reprendre plusieurs fois et se les assimiler progressivement. Le sujet principal de la première partie semble être la solitude intérieure de toute âme humaine. Cette solitude existentielle a été le grand fardeau de Hammarskjöld jusqu'au moment de son élection. Citons trois entrées de son journal :

  • A mes conditions ». Vivre sous ce signe, c’est apprendre au prix de la solitude ce que sera la ligne de sa vie.

  • Prie pour que la solitude devienne un aiguillon qui te force à trouver un but digne de ta vie et de ta mort.

  • Je demande l’absurde : que la vie ait un sens. Je lutte pour l'impossible : que ma vie prenne un sens. Je ne sais pas comment je pourrais croire que je ne suis pas seul.

9Les ténèbres de cette solitude mènent logiquement à la tentation du suicide. L’auteur s’y oppose avec beaucoup de courage.

  • C’est ainsi que tu peux être tenté de vaincre la solitude et de fuir définitivement la vie. Mais non ! Que la mort soit ton cadeau définitif à la vie, non pas une trahison envers elle.

  • La solitude n’est pas une maladie mortelle. Non. Mais peut-on la surmonter autrement que par la mort ? Et ne devient-elle pas plus difficile à supporter, à mesure que nous nous approchons de la mort ?

10Ces sombres pensées ont été écrites à la fin de l'année 1952. L’auteur tourmenté ne réalisait aucunement qu'il se trouvait à la fin de cette nuit psychologique et que l’aurore allait poindre dans quelques instants.

11En effet, l’année 1953 est une année charnière dans la vie de Hammarskjöld. Celui-ci va marquer explicitement, et il le fait rarement, la date du 7 avril 1953. C’est le jour de son élection comme secrétaire général. Ce jour décisif a été précédé par des prises de contact, par des consultations, par des délibérations et des réflexions. L’élection du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies doit être préparée de longue main. Il est très étonnant que notre Suédois lucide et pratique ait considéré tout ce manège diplomatique comme une aventure spirituelle. Je dirais même comme une vocation religieuse. La réalité extérieure et visible se présentait comme une chance extraordinaire, comme une carrière imprévisible. Mais l’appréciation intérieure du candidat pressenti reste cachée à tous les observateurs.

12Voici un premier texte qui fait entendre un autre son, qui avertit qu’il y a anguille sous roche :

« Lorsque Dieu agit à des moments décisifs, comme maintenant, Il agit avec un objectif incontournable, avec un raffinement digne de Sophocle. Quand le moment est mûr, Il prend ce qui Lui revient. Et toi, qu’as-tu à dire à ce moment ? Tes prières ont été exaucées. Dieu a besoin de toi, même si cela ne semble pas te convenir. Dieu qui brise l’homme en l’exaltant. »

13On vient donc de pressentir le jeune ministre suédois pour un poste unique en son genre. Un poste difficile, une charge comportant une responsabilité écrasante, surtout pendant ces années de guerre froide. L’homme sollicité y reconnaît un appel de la part de Dieu. Une réponse à ses prières. D'une façon insoupçonnée on lui révèle le sens et le but de sa vie, de sa solitude, de sa vocation célibataire. Et les circonstances, c’est-à-dire Dieu lui-même, agissent avec un raffinement digne de Sophocle. Comment ne pas penser ici au destin tragique d’Oedipe ? L'oracle de Delphes avait annoncé aux parents l’avenir tragique du fils qui leur allait naître. Ce fils deviendrait l'assassin de son père et l'époux de sa mère. Ce destin tragique va se réaliser malgré, ou plutôt grâce aux interventions humaines qui voulaient empêcher la réalisation de la prophétie divine. Il est clair que le texte du journal nous invite à une méditation sur la providence divine et sur la collaboration humaine au projet divin.

14En lisant les autres entrées de l’année 1953, il faut bien accepter cette vérité étonnante : le moment critique (the point of no return) de la carrière extérieure coïncide avec la conversion intérieure. Conversion évoquée avec peu de mots. Conversion à une conception mystique des relations de l’homme avec son Dieu. Voici les textes-clefs :

  • Il ne s’agit plus de moi, mais de Dieu en moi.

  • Je suis le récipient. Le breuvage vient de Dieu. Et pourtant c’est Dieu qui a soif.

  • Quel est finalement le sens du mot « sacrifice «  ? Ou même du mot « don » ? Celui qui n’a rien, n’a rien à donner. Le don va de Dieu à Dieu.

  • Alors j’ai compris que le mur n’avait jamais existé, que le mystère inouï se trouve ici à tout moment, qu’il n’est ni ailleurs ni autre chose. J’ai compris que le sacrifice a lieu ici et maintenant, toujours et partout, que le sacrifice signifie abandon (surrender), cette part de Dieu qu’en moi Il se donne à Lui-même.

15Concluons que Hammarskjöld a considéré son élection à la tête de l’ONU comme une vocation spirituelle. Son travail sera la manifestation active et visible d'un sacrifice intérieur, d’un abandon mystique à la volonté divine. Quelle est la différence entre la foi pure et simple et la vocation mystique d’un chrétien ? Ni Thomas d’Aquin ni Jean de la Croix n’ont donné une définition claire et distincte du phénomène mystique. Qu’il nous soit donc permis de proposer une définition approximative, qui essaie de faire droit à beaucoup de témoignages écrits par des auteurs considérés comme des mystiques. « La mystique décrit une expérience directe et passive de la présence divine ». Expérience de Dieu, vécue d'une façon directe et sans intermédiaires. Expérience qui n’est pas cherchée par une activité quelconque, mais qui est un don passif et gratuit de l’Esprit divin.

16Ces quelques notions suffisent pour nous faire comprendre la notice la plus longue et la plus précise que Hammarskjöld nous a laissée à propos de sa relation personnelle avec le mystère divin. Cette notice a été écrite le jour de la Pentecôte de 1961. L’auteur trouvera la mort le 17 septembre de la même année. Nous pouvons considérer ce texte important comme son testament spirituel. En lisant ce texte, il faut se rappeler l’aversion de ce luthérien pour toute définition dogmatique. A la fin de sa vie il hésite encore à parler de Dieu comme d’une personne. Il parle de quelqu’un ou de quelque chose. Il pense que le mystère divin peut tout aussi bien être conçu comme une force neutre. Quant à la personne du Christ, il Le considère surtout comme un être humain, comme le héros des Evangiles. Nulle part il n’affirme explicitement la divinité du Christ. Pourtant ce dernier texte décrit le Christ comme l’image exemplaire et comme la référence ultime de sa propre vie spirituelle.

« Jour de la Pentecôte

Je ne sais pas qui - ou quoi - a posé la question. Je ne sais pas quand elle a été posée. Je ne me souviens pas d’y avoir répondu. Mais une fois j’ai répondu oui à quelqu'un - ou à quelque chose.

De cet instant me vient la certitude que l’existence a un sens et que par conséquent ma vie mène, par mon abandon, à un but.

Depuis cet instant j’ai su ce que c’est de « ne pas regarder en arrière » (Luc 9,62), de « ne pas se soucier du lendemain » (Matt. 6, 34).

Guidé à travers le labyrinthe de la vie par le fil d’Ariane de cette réponse, je suis parvenu à tel moment et à telle place, où j’ai su que le chemin conduit à un triomphe qui est une catastrophe et à une catastrophe qui est un triomphe ; que le prix de l’oeuvre d’une vie est la diffamation, et que l’abîme de l’avilissement est la seule élévation accessible à l’homme. Depuis, le mot courage a perdu son sens, puisque rien ne pouvait plus m’être enlevé.

  • 2 Jalons, op.cit., p. 212.

Sur ce chemin, j’ai appris par la suite, pas à pas, mot à mot, qu’il y a un homme et l’expérience d’un homme derrière chaque phrase prononcée par le héros des Evangiles, derrière sa prière pour que le calice lui soit enlevé et derrière sa promesse de le vider. De même, pour chacune de ses paroles sur la croix »2.

17Il me semble que ce texte décrit d’une façon précise la vocation à une vie proprement mystique. L’auteur ne se souvient ni d’une question précise, ni d’un jour précis. Mais il sait très bien qu’à un certain moment il a dit oui à quelqu’un ou à quelque chose. Et il exprime ce oui dans un langage clair et pertinent. Ce oui lui a révélé le sens de la vie et de sa propre vie. Pour préciser l’importance de sa réponse et de son abandon, il évoque l’image du fil d’Ariane. On se rappellera ici que Thésée, le jeune prince d’Athènes, devait être offert en victime au Minotaure de Knossos. Arrivé en Crète, il tombe amoureux de la belle princesse Ariane, qui lui donne un fil pour qu’il ne s’égare pas dans le labyrinthe au milieu duquel se trouve le redoutable monstre sanguinaire. Thésée, le jeune héros, parvient à tuer le monstre et grâce au fil d’Ariane il échappe au dédale du labyrinthe.

18D'une façon suggestive Hammarskjöld compare le sort victorieux du héros grec au sort tragique du Christ, le héros de l’Evangile. Le chemin du Christ (et du chrétien) conduit à un triomphe qui est une catastrophe et à une catastrophe qui est un triomphe. Phrase prophétique du journal qui annonce la fin toute proche de l’auteur. « Depuis cette expérience, le mot courage a perdu son sens, puisque rien ne pouvait plus m’être enlevé ». De fait, l’homme qui prend le chemin du Christ, ne peut plus rien perdre. Toute diffamation, tout avilissement devient pour lui élévation et glorification à l'exemple du Christ ressuscité. C'est pour cette raison que la croix est devenue l’emblème incontournable du christianisme.

19Dès l'année 1953 le journal cite souvent des textes mystiques. Le livre préféré reste L’Imitation de Jésus Christ de Thomas a Kempis. Ce livre est cité une dizaine de fois. Les références à Maître Eckhart ne sont pas moins nombreuses. On trouve les noms de saint Jean de la Croix et de Biaise Pascal. L'auteur mentionne aussi des écrits spirituels d’Orient. Quant aux auteurs contemporains, Hammarskjöld a surtout été fasciné par le théologien juif Martin Buber. Celui-ci a écrit un livre remarquable sur les relations réciproques entre les hommes et sur les relations entre l'homme et son Dieu. Le livre est écrit en allemand et porte le titre Ich und du. La traduction française a comme titre Je et Tu. Dans les années 58 et 59 Dag a eu trois rencontres avec ce maître à penser. Il a commencé à traduire le grand livre de Buber en suédois. On a trouvé des pages traduites à Kinshasa après sa mort tellement imprévue.

20Si l'on venait à se demander pour quelle raison j’ai choisi de présenter la vie et le témoignage de Hammarskjöld, la réponse est simple. De nos jours la vie mystique, comme la sainteté, doit se réaliser au milieu d’une vie active. La vie recluse, si elle reste possible, comporte beaucoup de dangers. L’homme religieux ne peut plus se désolidariser des efforts de l’humanité en peine. Evoquons ici l’exemple bien connu de Pierre Teilhard de Chardin. Aujourd’hui les croyants de toute religion sont appelés à vivre une vie mixte. Activité et contemplation, service et prière en sont les aspects complémentaires. Dag Hammarskjöld a trouvé la description d’une telle vie chez certains auteurs mystiques du Moyen Age. Ruusbroec, le grand mystique bruxellois, a décrit l’idéal de l’homme commun, aussi bien disposé à la prière contemplative qu’au service fraternel. Son disciple Thomas a Kempis a propagé le même idéal.

21Pour terminer, je voudrais citer un texte de L'Imitation, que le journal Jalons mentionne comme notice du 7 avril 1953, le jour même de l’élection du nouveau secrétaire général. Même dans le manuscrit suédois, le texte est cité en ancien français, tel qu’on peut le lire dans le livre intitulé De l'internelle consolation, autre titre pour L'Imitation.

« Estant fondés et affermis en Dieu, ils ne peuvent en aucune sorte estre superbes. Et parce qu’ils rendent à Dieu tous les biens dont Il les a comblés, ils ne reçoivent point de gloire les uns des autres, mais ils ne désirent que celle de Dieu seul ».

Notes

1 Le texte figure aux pp.89-92 de ce volume. Il constitue la préface à D. HAMMARSKJÖLD, Jalons, Paris, Plon, 1966, p. 11-15.

2 Jalons, op.cit., p. 212.

Auteur

Professeur émérite aux Facultés universitaires Saint-Ignace, Membre du Centre Ruusbroec, Anvers.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540