Version classiqueVersion mobile

Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature

 | 
François Ost
, 
Laurent Van Eynde
, 
Philippe Gérard
, 
et al.

Le thème de la justice dans la littérature populaire1

Jean-Pierre Bours

Texte intégral

  • 1 Le présent texte est une mise à jour, entièrement retravaillée, de l’introduction, rédigée par le (...)

Nihil inultum remanebit.
Et rien ne demeurera impuni.
(Extrait du Requiem)

Introduction

1De tous temps, la justice a entretenu avec la littérature des relations entremêlées de fascination et d'agacement. Relations qui sont loin d’être à sens unique. Eugène Mouton, magistrat, nous a laissé, parmi d'autres, L'Invalide à la tête de bois. Le juge d'instruction Noël Vindry a eu l'heureuse faiblesse de commettre des romans policiers. Inversement, Baudelaire et Flaubert — pour ne pas même citer, au XXème siècle, un éditeur comme Jean-Jacques Pauvert — peuvent témoigner du haut degré de compréhension dont la justice fait parfois preuve à l'égard des belles lettres...

  • 2 Entre autres : Un juge passe aux aveux, par J. BATIGNE ; La justice, par Cl. BERNARD ; L'injustice (...)

2Le monde judiciaire lui-même, son rituel, ses errements, ont toujours été pour les littérateurs un sujet privilégié. Au premier degré, à l'état brut, sans les mille facettes que lui tailleront ces diamantaires que sont les grands écrivains, cela donne les comptes rendus d'audience et les relations de procès, dont le public a toujours été friand et qui, après parution dans les journaux, ont été maintes fois rassemblés en volumes. Le genre s'est ensuite diversifié, pour notamment donner naissance à sa propre parodie : ce sont les Gaietés du Prétoire de Géo London, puis certaines pièces de Courteline (Un client sérieux, L'Article 330), avant de culminer sur ce texte délirant qu'est Le Procès Pictompin d'Eugène Chavette. Ce sont aussi, de nos jours, ces livres innombrables consacrés à la justice et ses errements (ou ses vertus) que l’on voit fleurir sur les étals des libraires2.

  • 3 Du capitaine Dreyfus au pôle sud. 10/18, 1985.

3Progressivement pourtant, les chroniqueurs judiciaires se sont mués en critiques de l'institution. Voltaire a dénoncé ces scandales que furent les affaires Callas, Sirven ( !), Lally-Tollendal et de la Barre. Dostoïevsky était un chroniqueur judiciaire à ce point influent, que le commentaire qu'il fit de l'affaire Kornilov amena le Sénat à casser le jugement rendu, puis le nouveau jury saisi de la cause à acquitter la prévenue. Gaston Leroux a laissé, du second procès du capitaine Dreyfus, une relation contenant une telle dose d'indignation face à la mesquinerie procédurière, que son journal le remplaça par un commentateur plus docile3. André Gide a rédigé des Souvenirs de la Cour d'Assises et fut directeur, chez Gallimard, de la collection « Ne jugez pas », dans laquelle on peut lire, sous sa plume, L'Affaire Redureau. Le genre atteignit son apogée avec ces chefs d'œuvre du XXème siècle que sont respectivement De Sang froid de Truman Capote, et Le Chant du bourreau de Norman Mailer.

4Dans le domaine de la fiction pure, rares sont les grands écrivains à n'avoir pas consacré à la justice des pages vigoureusement critiques : des Guêpes d’Aristophane au Procès de Kafka, en passant par La Farce de Maître Pierre Pathelin et Les Plaideurs. Balzac, qui fut clerc de notaire, a mis en scène de nombreux « gens de robe » : Popinot, Camusot, Michu, Savarus ou Derville... Dickens exerça la même profession et a consacré l'un de ses meilleurs romans, Bleak House, aux lenteurs de la justice, avant de mourir en laissant inachevé un roman policier (Le Mystère d'Edwin Drood). Tolstoï a décrit dans Résurrection des magistrats indolents et des avocats retors. II est enfin peu de romans de Victor Hugo où ne soit relaté un procès : Le Dernier jour d'un condamné, Claude Gueux, Notre-Dame de Paris, Les Misérables, L'Homme qui rit, Quatre-vingt-treize ; Hugo définit la justice comme n'étant autre chose qu'une « haute futaie de chicanes et de procédures ».

5Ainsi pourrait-on facilement rédiger un florilège de citations consacrées au monde judiciaire. « Les advocats et les juges de nostre temps trouvent à toutes causes assez de biais pour les accommoder où bon leur semble » (Montaigne). « Jetez les yeux sur les détours de la justice. Voyez combien d’appels, de degrés de juridiction ; combien de procédures embarrassantes ; combien d’animaux ravissants par les griffes desquels il vous faudra passer : sergents, procureurs, avocats, greffiers, substituts, rapporteurs, juges, et leurs clercs. Il n’y a pas un de tous ces gens-là qui, pour la moindre chose, ne soit capable de donner un soufflet au meilleur droit du monde » (Molière, Les Fourberies de Scapin). « Combien un avocat bien payé par avance trouve-t-il plus juste la cause qu'il plaide » (Pascal). « Le devoir des juges est de rendre la justice ; leur métier, de la différer. Quelques-uns savent leur devoir, et font leur métier » (La Bruyère). « Le client un peu instruit sait toujours mieux sa cause que certains avocats qui, suant à froid, criant à tue-tête, et connaissant tout, hors le fait, s'embarrassent aussi peu de ruiner le plaideur que d'ennuyer l'auditoire et d’endormir messieurs... » (Beaumarchais, Le Mariage de Figaro). « Il ne tarissait pas sur le tour merveilleux qu'avait su donner au procès un fameux avocat de Saint-Pétersbourg, grâce auquel une vieille dame, tout en ayant absolument raison, se voyait désormais assurée de perdre sa cause. Un homme de génie, cet avocat ! proclamait-il » (Tolstoï, Résurrection). « ... un quelconque de nos alertes avocats, fripons jusque dans leur innocence, toujours maîtres d'eux-mêmes, toujours agiles, toujours habiles à faire leur pelote ! » (Dostoïevsky, Journal d'un écrivain). « La bonne foi n'est pas plus nécessaire pour faire un bon avocat que la conscience pure pour faire un bon juge » (G. Leroux, La Maison des juges). « L'avocat qui, tout à l'heure encore, brûlait de prendre la parole, se taisait maintenant. Son visage maquillé, aux sourcils bleus et à la lèvre étirée en bec-de-lièvre, ne trahissait guère une activité quelconque de la pensée » (Nabokov, Invitation au supplice). « Nous autres magistrats, nous connaissons trop les faiblesses des hommes pour nous permettre de regarder les nôtres avec une excessive sévérité » (M. Aymé, La Tête des autres).

*

6L’avènement progressif du roman dit policier est très caractéristique de ces rapports ambigus qu'entretinrent justice et littérature. Il est à ce titre curieux de constater qu’en un premier temps, la justice paraît comme absente des œuvres de fiction qu’elle semble pourtant hanter : d’abord, parce qu’elle est décrite comme aveugle, et que c’est de son aveuglement même que naît l’intrigue — d’où l'importance donnée au personnage du « Justicier » —, ensuite, parce qu’à l'époque du roman policier classique, le détective, devenu l'auxiliaire du magistrat, relègue ce dernier à l’arrière-plan, la Justice devenant de la sorte comme subliminale.

7En un second temps, la Justice devient présente dans de nombreuses œuvres : d’abord, parce qu’elle est décriée, cette fois comme indécise et tatillonne — sinon labyrinthique — par le roman noir moderne, puis par des écrivains comme Kafka ou Dürenmatt. Ensuite, parce que, dans la littérature populaire en tout cas, elle gagne une sorte de prestige essentiellement fondé sur l’apparat : et donc plus pour le spectacle qu’elle offre que pour l’efficacité dont elle témoigne. Ce sont les romans de Grisham ou de Margolin, et les innombrables films « judiciaires » (les Court Room Thrillers) dont, surtout, nous gratifie le cinéma américain.

I. La Justice ABSENTE

a. La Justice AVEUGLE

8Au commencement était Edmond Dantès. Emprisonné au château d'If pour un crime qu’il n'a pas commis, il s'évade après quatorze ans, découvre une immense fortune grâce aux révélations d'un codétenu puis, revenu à Marseille, prépare et parachève sa vengeance. Le voilà devenu à jamais, non seulement le comte de Monte-Cristo, mais l'archétype même du personnage du Justicier. Puisque la justice humaine est inefficace et aveugle, donc désespérément absente, il appartient au héros de se substituer à elle. Ailleurs chez Dumas, les trois mousquetaires se chargent eux-mêmes de juger Milady et de la faire décapiter. Dans Les Mystères de Paris d’Eugène Sue, Rodolphe — le héros— procède de ses propres mains à l’aveuglement du « Maître d'Ecole », châtiment dont Sue estimait qu'il devait remplacer la peine de mort. Dans Mathias Sandorf, Jules Verne se souviendra du comte de Monte-Cristo, de même qu'au XXe siècle Gaston Leroux, dans ces deux chefs-d’œuvre que sont La Reine du Sabbat et Le Roi Mystère. On retrouvera le même thème exploité à la télévision et au cinéma, dans la série Le Fugitif et le film d’Andrew Davis qu’elle a inspiré. Le Juste est d’abord un justicier.

9Le spectre de l'erreur judiciaire est à l'origine de bien des histoires de vengeance. Paul Féval l'a mieux perçu que tout autre. Des Mystères de Londres aux Habits noirs, chacun de ses grands romans met en scène une association secrète, dont la force est de se servir de la justice pour arriver à ses fins, de faire usage de son immense faculté d'être dupe. Tout est ourdi pour qu'une fois commis le forfait, chaque indice accuse un innocent. Entreprise de déstabilisation autant que de mystification, l'association laisse derrière elle des traces... qui accusent un tiers dont, souvent, elle a de bonnes raisons de vouloir se débarrasser. « L’association des Habits noirs était fondée sur un des plus célèbres parmi les dictons de la jurisprudence romaine : « Non bis in idem » qu’il faut paraphraser ainsi pour le rendre intelligible : « Ne punissez pas deux hommes pour un seul crime » (...) Ils tuaient deux fois : ils tuaient Pierre, par exemple, pour avoir sa bourse, et jetaient Paul entre les jambes de la justice qui courait après le voleur de la bourse de Pierre. Cela faisait un coup de hache qui raturait un coup de couteau » (L'Arme invisible).

  • 4 Le thème de l’interversion est repris dans le Volte-face de John Woo, avec Nicholas Cage et John T (...)

10Il est significatif de constater à quel point, dans ces récits, la condamnation du héros, procédant d’une erreur judiciaire, est assimilée à un assassinat : mort civile, elle-même suivie de peu, fréquemment, d’une mort apparente. Edmond Dantès s’échappe du château d’If dans le linceul de l’abbé Faria. Le Chéri-Bibi de Gaston Leroux, condamné au bagne pour un crime qui n’est pas le sien, s’évade, puis prend l’identité d’un autre grâce à une opération chirurgicale4. Mathias Sandorf passe pour disparu après sa chute dans le torrent de la Foiba, événement qui semble avoir directement inspiré le film Le Fugitif, où le personnage joué par Harrisson Ford, poursuivi après son évasion, se lance dans une chute d’eau. Aveugle, la Justice tue. Le héros ne doit sa résurrection qu’à la seule vengeance privée.

b. La Justice SUBLIMINALE

11C’est aux progrès de la science que la Justice doit l’image moins négative qu’est la sienne dès le début du XIXème siècle. Ces progrès sont d’abord balbutiants, avec la physiognomonie de Lavater ou la phrénologie de Gall. Mais la collecte systématisée des indices, le développement des forces de police (notamment sous Napoléon), l’importance accordée aux modes de raisonnement reposant sur l’induction ou la déduction (dont on trouvera des traces jusque dans les romans de Fenimore Cooper) vont porter à la Justice une aide inestimable, en la dotant en amont de moyens et d’auxiliaires devant lui permettre d’éviter ou de limiter les errements.

  • 5 R. MESSAC, Le “Detective Novel” et l’influence de la pensée scientifique, Genève, Slatkine, 1975.

12En 1883, un jeune commis auxiliaire aux écritures à la Préfecture de Police de Paris, répondant au nom d’Alphonse Bertillon, réussit, à force d'entêtement, à imposer l'anthropométrie judiciaire, reposant sur un système scientifique de classement de données concernant les délinquants, ceci permettant une identification sans faille des récidivistes et des cadavres. La police scientifique est née sensiblement à la même époque que le roman policier5.

  • 6 R. BONNIOT, Emile Gaboriau ou la naissance du roman policier, Paris, Vrin, 1985.

13J'ai dit plus haut le rôle important qu’a joué Féval par la description qu'il laissa de sociétés secrètes, jouant comme d'un clavier des imperfections de la justice. On lui doit bien plus encore. Il eut pour secrétaire un jeune écrivain qu'il encouragea dans son art, et qui devint l'inventeur d'un genre qui deviendra le « roman policier ». Ce garçon s'appelait Emile Gaboriau6.

  • 7 L’affaire Lerouge, premier grand roman policier de la littérature française, repose sur une histoi (...)

14Gaboriau écrivit en 1863 L'Affaire Lerouge, ensuite Le Dossier 113, Le Crime d'Orcival, Monsieur Lecoq et La Corde au cou. Inspiré par le Dupin d'Edgar Poe, Monsieur Lecoq est un policier qui, utilisant sa sagacité pour démasquer les coupables, les livre ensuite au « bras séculier ». Gaboriau est le Bertillon de la littérature. Tout emmêlé encore de mélodrame7 et de roman historique, le roman policier vient de faire son apparition sur la scène littéraire. En 1868, en Angleterre, Wilkie Collins termine La Pierre de lune, dont on a pu dire qu'il était le plus beau roman policier de tous les temps.

15Les méthodes d'investigation utilisées par Monsieur Lecoq, leur précision, le succès qu'elles connurent auprès du public, donnèrent d'abord naissance à ce qu'il est convenu d'appeler le « roman judiciaire » : à l'époque de Bertillon, les sensibilités étaient prêtes à s'intéresser à ces récits où ce qui comptait d'abord était la collecte patiente des indices. Fortuné du Boisgobey donna une suite aux aventures de Monsieur Lecoq, sous le titre La Vieillesse de Monsieur Lecoq (1879) ; Busnach et Chabrillat écrivirent La Fille de Lecoq (1886) ; Henri Allais laissa des Histoires pénales (1898). Le genre, requalifié « roman policier », connut alors son apogée avec Conan Doyle (Sherlock Holmes), Maurice Leblanc (Arsène Lupin), Gaston Leroux (Rouletabille), Chesterton (le père Brown), puis tous les autres, inventeurs de ces sous-genres que sont le « whodunit » (« qui l'a commis ? ») ou le meurtre en chambre close.

16Cette apparition d'un genre nouveau, sa progression rapide vers une sorte d'âge d'or, supposent une perception tout autre de la justice. Sherlock Holmes supplante Edmond Dantès. Le Juste a cessé d'être un Justicier pour devenir un détective, voire un policier. La justice n’est plus une vertu abstraite qu'incarne à lui seul le héros, elle est redevenue — très prosaïquement — un service public. Le tribunal devient le point d'aboutissement de toute enquête, le lieu ultime où « faire la lumière », ce vers quoi tendent les efforts du détective. Le roman à énigme a pour l'appareil judiciaire quelque chose comme de la considération. Les romans de Féval s’ouvraient sur une erreur judiciaire, les romans policiers se terminent sur le remise du coupable à la Justice. De là vient que de nombreux auxiliaires de celle-ci deviennent les héros de romans policiers. Combien d'avocats ne sont pas aussi des détectives : le Randolph Mason de Melville Davisson Post, le Perry Mason d’Eric Stanley Gardner, le John J. Malone de Craig Rice, le Prosper Lepicq de Pierre Véry, l’Arthur Crook d’Anthony Gilbert, le Matthew Hope d'Ed McBain, ou l’Horace Rumpole de John Mortimer. Confident du prévenu, souvent amené à faire sa propre enquête afin d'élaborer la défense, l’avocat est aussi celui qui expose, explique et clarifie les faits de la cause. Ce n'est pas, pourtant, que certains magistrats n'aient pas, eux aussi, malgré les entraves que constituent pour eux les règles de leur profession, fait d'excellents limiers dans les « detective stories » : ainsi de l'Oncle Abner de Melville Davisson Post, du Stanislas Perceneige (juge d'instruction) de Jypé Carraud (n'est-ce pas son métier même d'investiguer ?), du « monsieur Allou » de Noël Vindry (lui-même juge d’instruction), ou du juge chinois Ti de Robert Van Gulik.

17Et pourtant, ici aussi, la Justice demeure « en creux ». Elle est le point d’aboutissement de l’enquête, c’est entendu, mais le roman ne narre que l’enquête. Il s’agit de découvrir le coupable, une fois cela fait son châtiment va de soi. Si la Justice plane sur le roman policier, elle en demeure absente. Sublimée sans doute, mais subliminale.

II. La Justice PRESENTE

a. La Justice ABSURDE

18On va pourtant ne pas tarder à découvrir plus grave que la « justice dupe » des romans de vengeance : j’entends la justice inhumaine. Combien n’a-t-on déjà décrit de magistrats ivres de leur pouvoir, assoiffés de condamnations, au point de n'éprouver de plaisir qu'au moment de l’exécution de leur sentence, se muant de la sorte en pourvoyeurs du bourreau ? De là naquit le mythe du « Juge pendeur », expéditif et sanguinaire, descendant du Philocléon d’Aristophane, lequel rêvait de siéger jour et nuit « pour mettre le maximum à tout le monde ». Stevenson a consacré à ce thème un roman, resté inachevé à sa mort, sous le titre Weir of Hermiston (Hermiston le juge pendeur). Dans Le Roi Mystère, Gaston Leroux imagine une vengeance ourdie contre le plus odieux des crimes, celui d'un haut magistrat qui, aidé de deux amis, torture une jeune femme dont il est épris alors qu'elle est enceinte, cl que l'on retrouvera morte après son accouchement, les cheveux d'un seul coup blanchis par l’horreur. « Le magistrat vit bientôt qu'il n'avait rien à attendre de cette femme que la mort et il en joua si bien qu'il parvint à n’en prendre que l'amour ! Et il l'aima ! Mon Dieu, oui, il l'aima. Il en eut la passion ! Il était ainsi fait que l'affreuse révolte que dressait en face de lui cet être qui le haïssait de toutes ses forces, excita sa passion ! Il l'aimait à cause de la souffrance qu'il lui donnait. Il l’aimait à cause de sa haine ! Elle fut traitée comme une esclave. Il la fit attacher pour qu'elle fût à lui sans danger pour lui. Une chaise longue fut transformée en lit de supplice... Le sadisme du maître réduisit la malheureuse à n’être plus entre ses mains qu’un objet inerte d'abominable volupté ! Elle n'en mourut point, parce qu'elle était déjà folle. Les mémoires dont j'ai parlé tout à l'heure le prouvent... Elle n’en mourut point et ne s'en suicida point parce qu'elle se disait encore au fond du chaos de sa pensée délirante : « Je le tuerai ! Je le tuerai ! Je lui couperai la tête ! Et je jouerai avec mes doigts dans ses cheveux ! » D'abord aveugle et expéditive, ensuite presque respectée pour la façon dont elle clôture une enquête policière, la justice va connaître un discrédit nouveau dans la foulée de ces auteurs et du Dickens de Bleak House. A partir de la fin du premier quart du XXème siècle, Dashiell Hammett invente le roman hard-boiled, tenant compte de réalités quotidiennes telles que le gangstérisme, la criminalité politique ou la piraterie financière. La violence envahit le style de Goodis, Chase ou Manchette. La police n'est plus fiable parce que corrompue. La ville est une jungle. Le héros redevient un être solitaire, se faisant justice à lui-même. Il est significatif que la première aventure de Mike Hammer, écrite par Spillane, s'intitule I, the jury. Le détective nouveau s'arroge le droit de tuer. « J'aime beaucoup la loi. Mais cette fois, j'appliquerai ma propre loi. Et je ne serai ni froid, ni impartial. (...) Les gens sont tellement stupides qu'ils jugent les tueurs, au lieu de les descendre, simplement, comme je le fais moi-même, de temps à autre. Et c'est moi qu'ils traînent devant la justice. Leur justice ! Cette justice qui se laisse aveugler par des arguties légales et acquitte régulièrement les coupables ».

19Voici la justice à nouveau remise en question. Son souci de respecter les droits de chacun, d’organiser le procès selon des règles immuables, a fait d'elle une mécanique tournant à vide, totalement inefficace, attentive à sa propre et factice grandeur, mais déconnectée de la réalité quotidienne. Dickens avait déjà proclamé, dans Bleak House, qu'il n’y avait que morgue et mépris sous les perruques dérisoires des magistrats londoniens. Le juge n'est peut-être plus un « pendeur », mais il est devenu l'insignifiant rouage d'une machine inhumaine, le gardien stipendié d'un labyrinthe dont lui-même ignore les secrets.

20Cela nous reconduit du roman policier à la littérature plus généralement parlant. La justice a pris une telle importance de nos jours, et l'institution judiciaire a fait preuve d'une telle inefficacité face à la criminalité moderne, que le rituel du procès va devenir la métaphore même de la condition humaine, en ce qu'elle a d'absurde et de désespéré. C’est là toute la leçon de Kafka. C'est là ce que nous rappelle Nabokov dans son Invitation au supplice. C'est ce que nous dit encore Dürenmatt dans Justice, La Panne ou Le juge et son bourreau.

b. La Justice SPECTACLE

  • 8 La dédicace des Heures noires est la suivante : « Ce livre est dédié aux avocats sans cesse diffam (...)

21Pourtant, les règles précises auxquelles sacrifie le récit policier classique s'accommodaient bien du rituel dont s’accompagne tout procès, qu'il s’agisse de la « cross examination » anglo-saxonne ou du procès d'assises tel que nous le connaissons. Georges Simenon a parfaitement décrit, dans Les Témoins, le côté quasi liturgique de la procédure : « Déjà dans la Salle du Conseil, tout en boiseries aussi, où la Cour attendait le moment d'effectuer son entrée, Lhomond, voyant ses collègues en robe, pensait chaque fois à des chanoines qui se préparent pour l'Office dans la sacristie d'une cathédrale. Il n'y avait pas jusqu'au passage brusque de la rumeur d'une foule en attente à un silence presque religieux, au moment où l'huissier annonçait « La Cour ! » qui ne rappelât certains silences d’église, et ce n’était pas sans quelque gravité intérieure qu'il attendait que ses assesseurs fussent assis pour retirer sa toque d’un geste presque liturgique ». Ainsi conçue, la Justice ne peut se percevoir sans la mise en place d'un rituel précis : celui-là même dont les règles, séculaires et complexes, garantissent un cheminement progressif, mais inéluctable, vers la vérité. En définitive, que trouvera-t-on d'autre dans le récit policier ? Certains romans d'aujourd’hui sont de véritables cours de procédure pénale : ainsi du Verdict de Barry Reed, du Sang du châtiment de William Wood, ou du Poids de la preuve de Scott Turow. Philip Margolin est avocat aux Etats-Unis et décrit fréquemment des procédures judiciaires dans ses romans policiers (Les heures noires, Dernière chance, La rose noire, Piège funéraire)8. On connaît John Grisham, qui fut avocat, et l’extraordinaire succès connu par ses best-sellers. Scott Turow, lui aussi, a professé au barreau (Présumé innocent, Le poids de la preuve, Je plaide coupable, Dommage personnel).

22Ce serait faire œuvre incomplète que de passer sous silence l'extraordinaire succès dont bénéficient toujours les œuvres décrivant les milieux judiciaires, malgré le discrédit s'attachant à ces derniers, comme si l'on demeurait fasciné par la justice. Le cinéma offre d'innombrables exemples de « films de prétoire » ou de « Court room thrillers ». Que l'on songe, entre autres, aux Douze hommes en colère ou à Verdict de Sydney Lumet, au Procès Paradine d’Hitchcock, au Témoin à charge de Billy Wilder, à Autopsie d'un meurtre de Preminger, au Jugement à Nuremberg de Stanley Kramer, à Nous sommes tous des assassins de Cayatte, ou, plus récemment, au Suspect de Peter Yates, à Présumé innocent d’Alan Pakula (adapté du best-seller de Scott Turow), à L'Affaire von Bulow de Barbet Schroeder, à Music Box de Costa Gavras, aux Accusés de Jonathan Kepler, à Class Action de Michael Apted, aux Hommes d’honneur, de Rob Reiner, à Double jeu, de Bruce Beresford, à Erin Brockovich de Steven Soderberg, à Peur primale de Gregory Hoblit, à L'Idéaliste de Coppola, au Droit de tuer de Schumacher, à Révélations de Michaël Mann.

23Alors que la profession de médecin jouit d’un prestige infiniment supérieur à celle de l’avocat ou du juge, il est surprenant de constater combien la Justice offre aujourd’hui, aux lecteurs de best-sellers, aux téléspectateurs ou aux amateurs de films américains, un spectacle apparemment bien plus fascinant que la médecine. Les lambris des tribunaux sont devenus plus photogéniques que les blocs opératoires. Pour un Coma, que de Verdict ou de Présumé innocent ! Les Hommes en blanc d’autrefois ont cédé la place aux toges noires. Dans les cœurs des téléspectateurs, Ally Mc Beal a définitivement supplanté Urgences.

Notes

1 Le présent texte est une mise à jour, entièrement retravaillée, de l’introduction, rédigée par le même auteur, à l’anthologie Juges et assassins (Fleuve Noir, 1994).

2 Entre autres : Un juge passe aux aveux, par J. BATIGNE ; La justice, par Cl. BERNARD ; L'injustice, par Y.H. BONELLO ; Pauvre Justice, de J.-P. BORLOO ; Le ghetto judiciaire, de Ph. BOUCHER ; La justice et Les juges, par CASAMAYOR ; Le désordre judiciaire, de G. COLLARD, Aux frontières de la justice, par R. de la PRADELLE ; Mon intime conviction, par H.R. GARAUD ; Lettre ouverte à la Justice, de M. GARÇON ; Bon appétit, messsieurs !, de Th. JEAN-PIERRE ; Notre affaire à tous, d’E. JOLY ; Avocat de l’extrême, par H. JURAMY, Tu ne jugeras pas, de F. LEQUENNE ; Justice sans Dieu, de Th. LÉVY ; Le crépuscule des juges, de P. LOMBARD ; Le chagrin des juges, de Ch. MATRAY ; Au nom de la loi, d’A. MINC ; Quelle Justice voulez-vous ? de L. MISSON ; Les défendre tous, d’A. NAUD ; Une certaine idée de la justice, du juge PASCAL ; Justice et injustices, par P.A. PERROD ; Amour sacré de la Justice, de F. RINGELHEIM ; Le Prince et ses juges, de V. TURCEY ; Faut-il avoir peur des juges ? de J.-M. VARAUT ; La justice est un jeu, par J. VERGÉS ; Le coup d’état des juges, d’E. ZEMMOUR, et de nombreux ouvrages d’A. Garapon et de D. Soulez Larivière.

3 Du capitaine Dreyfus au pôle sud. 10/18, 1985.

4 Le thème de l’interversion est repris dans le Volte-face de John Woo, avec Nicholas Cage et John Travolta.

5 R. MESSAC, Le “Detective Novel” et l’influence de la pensée scientifique, Genève, Slatkine, 1975.

6 R. BONNIOT, Emile Gaboriau ou la naissance du roman policier, Paris, Vrin, 1985.

7 L’affaire Lerouge, premier grand roman policier de la littérature française, repose sur une histoire de substitution d’enfants.

8 La dédicace des Heures noires est la suivante : « Ce livre est dédié aux avocats sans cesse diffamés, scandaleusement mal payés, éternellement débordés de travail, qui défendent les indigents accusés devant les tribunaux ».

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search