Version classiqueVersion mobile

Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature

 | 
François Ost
, 
Laurent Van Eynde
, 
Philippe Gérard
, 
et al.

Littérature, médecine et responsabilité chez E.T.A. Hoffmann, Karl Immermann et leurs contemporains

Hubert Roland

Texte intégral

1Dans la panoplie des écrivains-juristes, il en est qui, par leurs activités et leurs écrits, représentent à une même époque des courants littéraires distincts, voire antagoniques. Ceux-ci sont le plus souvent fondés sur des conceptions de l'homme et de l'existence qu'il convient également de bien distinguer et qui peuvent avoir des implications évidentes sur le mode de pensée de ces artistes dans des disciplines plus proches de la « vie réelle », comme la médecine et le droit. Les premières décennies du 19e siècle allemand voient l'apogée du Romantisme littéraire et de sa découverte majeure du lien entre les secrets de l'âme humaine et les forces de l'inconscient. Un des représentants de ce courant fut, on le sait, E.T.A. Hoffmann (1776-1822). Celui-ci mena à partir de 1816 une double vie de fonctionnaire et d'artiste, après sa nomination comme juge à la cour d’appel (Kammergericht) de Berlin. A la même époque, se profile déjà une réaction de type amour-haine contre le romantisme dans le sens d'une « restauration », cherchant à revaloriser le « bon sens » de la raison humaine par-dessus tout et à relativiser les inquiétantes découvertes faites par les Romantiques. Un des principaux artisans de cette réaction qu'on appelle parfois « Biedermeier » fut Karl Leberecht Immermann (1776-1840), également conseiller du tribunal de grande instance (Landgerichtsrat) et juge d'instruction à Düsseldorf à partir de 1827.

  • 1 Zeitschrift für die Criminal-Rechts-Pflege in den preuβischen Staaten mit Ausschluβ der Rheinprovin (...)

2Indépendamment de leurs activités littéraires, les deux écrivains prirent position sur des problèmes de nature juridique dans le cadre d'une revue éditée par Julius Eduard Hitzig, ami de Hoffmann et son collègue juge à la cour de Berlin, la Revue de juridiction criminelle dans les Etats prussiens à l'exclusion des provinces du Rhin (Zeitschrift für die Criminal-Rechts-Pflege in den preuβischen Staaten mit Ausschluβ der Rheinprovinzen). Cette revue, qui devrait encore faire l’objet d’une étude approfondie, présente pour l’historien des mentalités un objet digne d’attention. Saisissant l'occasion d'une révision des lois, Hitzig souhaitait lancer avec elle une sorte de forum, où on pourrait débattre des besoins d'un nouveau code pénal, qu'il fallait donc adapter aux circonstances nouvelles. Son objectif consiste ainsi à mieux définir et appliquer les lois dans la Prusse de l'époque. La revue fut publiée pendant onze années (1825-1836) et remplit une fonction de trait d'union entre théorie et pratique du droit. De nombreux juges, avocats, professeurs de droit, médecins y débattirent de problèmes de droit pénal, souvent sous la forme concrète d'étude de cas divers : assassinats, infanticides, incendies volontaires, empoisonnements, avortements... Comme le précise Hitzig dans la préface au premier numéro de la revue : « Rien ne peut favoriser davantage une réforme de ce qui existe, que la diffusion de connaissances exactes à ce propos parmi les experts1 »

  • 2 Ibidem, p. V.

3Il est donc d’avis que les professionnels du droit ont le besoin cruel d'une sorte de formation permanente, dirait-on aujourd'hui, et d'un échange avec les spécialistes d'autres disciplines qui touchent à leurs activités, ce que ne leur permet pas le cadre de leur vie de haut-fonctionnaire trop remplie2. Les principaux volets de la revue sont les suivants : informations sur l’élaboration et l'application des lois, sur les publications récentes et sur les résultats importants des législations criminelles en provenance des Etats (« Länder ») allemands voisins, dans le but de comparer les situations entre elles.

La question de la responsabilité dans les affaires Woyzeck et Schmolling

4Deux cas relatifs à la question de la responsabilité (« Zurechnungsfähigkeit ») d'une personne reconnue coupable d'un crime passionnel furent discutés avec passion dans la revue de Hitzig. Au centre de la controverse, on trouve une préoccupation à l'intersection des affaires juridiques et des questions médicales : A partir de quand, en effet, une personne ayant perpétré un crime n'est-elle plus reconnue comme étant responsable de ses actes ? En d'autres termes, où s'arrête l'état de normalité d'une personne et où commence l'état de folie du coupable ?

5Le premier des deux cas a connu une postérité littéraire éminente ; il s’agit du crime perpétré par le fabricant de perruques et soldat Johann Christian Woyzeck (1780-1824), qui poignarda son amante la veuve Woost ; cette matière fut exploitée par Georg Büchner dans son drame Woyzeck. Nous nous pencherons sur un autre cas, celui de l'apprenti filateur de tabac Daniel Schmolling (ca. 1779-1824), qui poignarda également sans raison apparente sa compagne, à ce moment enceinte de lui.

  • 3 Voir A. HOFFMANN, E.T.A. Hoffmann. Leben und Arbeit eines preufiischen Richters, Baden-Baden, Nomos (...)

6Les deux cas présentent des similitudes frappantes : les deux coupables assassinent tous deux la personne aimée de la même façon. Outre qu’ils proviennent tous deux du même milieu social, on remarque encore qu'il est impossible de distinguer un motif réel à leur action. Ils agissent avec une grande maîtrise d'eux-mêmes et sans épancher leurs sentiments extérieurement. On en vint donc à se poser une même question : pouvait-on considérer les deux hommes comme ayant été responsables de leurs actes au moment du crime ou bien furent-ils frappés d'un subit accès de démence3 ?

  • 4 ZfCRP, Bd. 1, Heft 2, 1825, p. 261-376.

7Attardons-nous au cas de Schmolling, qui ne connut pas la postérité littéraire de Woyzeck mais fut traité de près par E.T.A. Hoffmann. La procédure contre Schmolling fut d'abord ouverte en première instance devant la cour de la ville de Berlin. Etant donné qu'elle risquait d'aboutir à la peine capitale pour le coupable, il fallut tenir compte d’une expertise (« Gutachten »), rédigée par la Kammergericht. Celle-ci le fut en bonne partie par Hoffmann lui-même, puis publiée en même temps que d'autres documents officiels relatifs au cas Schmolling dans la revue de Hitzig4.

  • 5 Compte rendu basé sur celui d’Alfred HOFFMANN, op.cit., p. 72.

8Quels sont les faits ? Le 25 septembre 1817, Daniel Schmolling, âgé de trente-huit ans, poignarda à Berlin sa jeune amante Henriette Lehne, alors enceinte de lui. Lors de l'audition, Schmolling déclara avoir toujours « bien aimé » Lehne. Ils ne se seraient jamais disputés, n'auraient jamais échangé de paroles blessantes mais la grossesse de Lehne aurait été complètement indifférente à Schmolling. S'exprimant sur son délit, celui-ci déclara : « J'étais en train de travailler lorsque voici trois semaines, la pensée de tuer Lehne me vint à l'esprit pour la première fois. [...] Cette pensée fut soudaine et je m'étonnai moi-même de l'avoir eue ». Dans les jours qui suivirent, Schmolling fut tourmenté de manière de plus en plus obsessionnelle par cette idée, non sans remords de conscience : « J'implorai Dieu de m'ôter de l'âme l'idée de meurtre mais cela ne suffit pas. Cette pensée ne me lâchait pas et c'est ainsi que je [...] me résolus à accomplir cet acte ». Celui-ci le fut donc lors d'une promenade nocturne des deux compagnons, de sang froid et tandis que Schmolling continuait à implorer Dieu de lui ôter cette idée du cœur. Il se sentit toutefois soulagé de l'avoir concrétisée juste après le crime5.

  • 6 L'essentiel du dossier Schmolling, publié entièrement dans ZfCRP (voir note 4), l'a été à nouveau d (...)

9Une enquête minutieuse ne parvint pas à déceler d'autres motifs que les aveux de Schmolling et on décida d'enquêter sur son état de santé mentale. L'expertise du médecin berlinois Johann Friedrich Alexander Mertzdorff conclut qu'on ne pouvait déceler de signes de folie chez le coupable, du moins jusqu'au moment même de l’acte. Merztdorff identifia chez celui-ci une attaque soudaine d'amentia occulta, ce qui impliquait que Schmolling eût été privé de la liberté de se servir de sa raison au moment de sa décision de tuer, ceci alors qu'il n’était ni sous l'affect de l'alcool, ni sous celui d'un accès passionnel subit6.

10Se basant sur cette expertise médicale, le défendeur/avocat de Schmolling, le commissaire de justice Bode, plaida pour l'impunité et la détention préventive de l'accusé. C'est dans ce contexte qu'on eut recours à une expertise juridique de la Kammergericht de Berlin, qui fut rédigée par Hoffmann. Ce dernier refusa la thèse soutenant que Schmolling n'ait pas été responsable de ses actes et il plaida pour son exécution.

Devoir de concertation ou indépendance du juge ?

11Au centre de l'expertise du juge Hoffmann, on trouve donc explicitement posée la question de la responsabilité du coupable : dans quelle mesure celui-ci peut-il être considéré comme responsable de ses actes, si on admet l'existence de l'amenda occulta, appelée aussi « Manie ohne Wahn » ou « manie sans délire » ? Au-delà des débats d'ordre médical, juridique ou philosophique liés à la situation, bornons-nous d'abord à constater l'attitude sans concession aucune du juge Hoffmann. Choisissant résolument de passer outre l'expertise médicale officielle, il plaida pour l'indépendance du juge de pouvoir décider en connaissance de cause.

12Cette intransigeance étonne au premier abord de la part d’un homme et d'un écrivain à ce point sensible aux mystères et aux maladies de l'âme humaine et de ses forces inconscientes. Le profane mais aussi le germaniste averti se seraient intuitivement attendus à davantage de clémence et de compassion de la part du juge Hoffmann, en d'autres termes ils auraient spéculé sur une adéquation plus grande entre une œuvre romantique et une « personnalité romantique ». Ceci d’autant plus que Hoffmann ne fit pas l'unanimité parmi ses collègues juristes.

  • 7 Beiträge zur Methodik der Untersuchungsführung. Mitgetheilt von Karl Immermann, Landgerichts-Rathe (...)

13D'autres que lui plaidèrent en effet pour une concertation étroite entre le médecin et le juge, lorsqu'il faut faire face dans la pratique à des cas semblables, « d’affaires sombres, complexes et embrouillées », pour reprendre les termes de Karl Immermann dans sa contribution à la revue de Hitzig, trois ans plus tard. Ce long essai, intitulé « Contributions à une méthode de l’instruction juridique », s'entend comme un texte de spécialiste et de praticien du droit7. Dans une lettre à l'éditeur qui précède le texte même, Immermann précise la portée de ses intentions, avant d’illustrer celles-ci à l’aide de deux cas empruntés à sa pratique personnelle.

  • 8 Ibidem, p. 4.

14Au centre de ses préoccupations, on trouve la pratique de l’interrogatoire ou de l’instruction qui, dit Immermann, tend trop souvent à se réduire à une présentation ordinaire des plans de l’accusé. Or, ajoute ici l’auteur, l’essentiel est de pouvoir identifier et comparer entre elles les ébauches successives du plan de l’accusé, de même que les modifications apportées avant que l’acte ne soit commis. Si le juge d’instruction ne se soucie pas de rassembler « le plus grand nombre possible d’indices », il risque de passer à côté de sa mission. Celle-ci ne devra en aucun cas consister à extorquer la culpabilité ou l’innocence de la personne suivant une idée préconçue mais bien à respecter les prescriptions et l’esprit de l’ordonnance (Criminalordnung) en ceci : « il faut suivre les traces et les déclarations qui, dans chaque cas, peuvent prouver ou rendre probable la culpabilité ou l’innocence complètement et jusqu’à épuisement »8.

  • 9 Ibidem, p. 5.

15Au-delà de ces louables mais bien ordinaires déclarations d’intention, il est intéressant de remarquer le scepticisme fondamental du juge Immermann, quand il en vient à évoquer les problèmes de l’âme humaine. Toujours en contraste avec la détermination de Hoffmann, il ne lui semble pas en soi possible de reconstituer une vérité unique, qui permettrait de pouvoir juger en connaissance de cause. « L’exploration des états de l’âme et de l’esprit fait sans aucun doute partie des missions les plus difficiles de l’instructeur. L’objet de l’enquête — l’âme humaine — est d’une nature telle qu’il semble presque se dérober à la perception [Wahrnehmung], pour autant d’ailleurs que cette perception soit suffisamment sûre que pour pouvoir fonder une certitude juridique et un jugement »9.

  • 10 Cité d’après ibid., p. 5-6 et A. HOFFMANN, op. cit., p. 90.

16La législation de Prusse n’était certes pas muette à ce propos et c’est ici qu’on en arrive à l’objet même de la querelle juridique qui opposa Immermann à Hoffmann. C’est l’article 280 du Criminalordnung de Prusse qui précise l’obligation pour le juge de se pencher sur la santé mentale de l’accusé et de se poser la question de savoir si celui-ci a agi « avec conscience » : « Décèle-t-on des traces d’égarement [Verirrung] ou de raison défaillante [Schwäche der Vernunft], le juge doit alors se préoccuper d’examiner la santé mentale de l’accusé avec l’assistance du médecin ou d’un expert approuvé [mit Zuziehung des Physikus oder eines approbirten Arztes] et de recenser parmi les actes les moyens utilisés à cet effet et leurs résultats ; l’expert aura ici à rendre une expertise sur la raison probable et sur la période probable de l’origine du manque de raison morale découvert [des entdeckten Mangels der Seelenkräfte] »10.

  • 11 Ibidem, p. 90-91.

17E.T.A. Hoffmann fait de ce § 280 une interprétation rigoureuse, qui le rapproche d’ailleurs de la justice prussienne officielle : c’est bien le juge — et d’abord lui — qui doit se prononcer sur l’état de santé mentale de l’accusé, après avoir « consulté » (le terme « Zuziehung » est univoque) un médecin. Le texte de loi légitime donc Hoffmann dans son constat de la contradiction suivante : pour des raisons scientifiques, le juge ne peut pas se prononcer sur l’état de santé psychique de l’accusé et il a besoin du médecin dans l’exercice de cette tâche ; toutefois, il a la compétence de pouvoir ne pas tenir compte de l’expertise médicale. Le médecin est donc relégué à un rôle de conseiller, pas de décideur11.

  • 12 Beiträge zur Methodik, op. cit., p. 9.

18Immermann constate le même ordre de priorités mais ne peut se résoudre au bien-fondé de cette échelle de valeurs. Il va même jusqu’à douter de sa validité, précisant que le décideur réel « semble » être le juge, l’expertise du médecin ne venant compléter le dossier qu’en fin d’instruction. Afin de clarifier la situation, Immermann propose un modèle de concertation inédit, qui verrait l’instructeur et le médecin poursuivre un réel plan commun. Celui-ci ne se réaliserait pas sous la forme d’une audition stricte et formelle, mais s’avérerait être un « entretien mené en commun par les deux, de façon libre et non contraignante », ceci afin d’éloigner tout clément de tension ou de nervosité12. Le juge Immermann ne craint pas d’innover en la matière et il propose de déplacer l’instruction dans un local autre que le local ordinaire ou de permettre la présence de personnes extérieures lors de celle-ci. Pour illustrer plus concrètement le genre de difficultés auxquelles un juge peut être confronté et pour étayer ses thèses, Immermann raconte dans le détail deux cas issus de sa pratique antérieure.

Des difficultés concrètes de la pratique juridique

  • 13 Ibidem, p. 10 et s.
  • 14 Ibidem, p. 36 et s.

19Le premier cas porte sur un avortement et ne concerne pas l’état de santé mentale de l’inculpé mais celui d’un témoin13. Le second concerne également un avortement, accompli par empoisonnement14.

20En 1825, le Dr. S. fut accusé d’avoir hébergé chez lui pendant cinq jours Dorothea S., non mariée, et d’avoir pratiqué sur elle un avortement. S. nia toute accusation portée contre lui et affirma ne jamais avoir rencontré Dorothea. La famille du docteur fut convoquée pendant l’instruction, et notamment son fils de quatorze ans August. Celui-ci prétendit dans un premier temps n’avoir jamais aperçu Dorothea dans la maison de son père. Lorsqu’on lui fit plus tard toutefois le reproche de mentir, il revint sur son témoignage.

21En audience, le jeune adolescent se distingue par ailleurs par son comportement impertinent et il ne cesse d’interrompre ses interlocuteurs par des questions ou des remarques déplacées. Le fils aîné du docteur, Carl Wilhelm, prétend pour sa part que le jeune August souffre d’arriération mentale. A partir de ce moment, August se prête merveilleusement à ce statut qu’on lui prête et il se met à simuler l’arriération, toujours dans un esprit de fronde. On le soupçonne d’affecter cet état, d’autant plus qu’un témoin aurait surpris une conversation entre August et un ami de son père, dans laquelle ce dernier aurait enjoint à l’adolescent de se dédire dans l’affaire Dorothea, afin de se faire passer pour fou. Les enseignants d’August, eux aussi consultés, rapportent ses nombreuses facéties en classe et on en vient à croire qu’il posséderait une « disposition à la folie ». Enfin, les instructeurs décèlent chez August une attirance extrêmement forte pour la musique. Lorsque l’adolescent est plongé dans un morceau de musique, son comportement semble se métamorphoser et il en oublie son esprit de provocation.

22Tels sont les éléments disparates dont on dispose au moment de commencer l’enquête. Un plan en trois étapes fut alors élaboré, rapporte Immermann, afin de se prononcer sur l’état de folie réel ou affecté d’August : 1) on placera August dans une situation où il pourra laisser libre cours à sa fibre musicale ; 2) on le confrontera à son père et à Dorothea en dehors du local d’audition ordinaire ; 3) on l’interrogera à nouveau, veillant à se montrer d’une grande sévérité au cas où il recommencerait ses facéties.

  • 15 Ibidem, p. 16 et s.

23Immermann reproduit alors les procès-verbaux de la procédure, non sans faire montre du talent narratif qu’on lui connaît par ailleurs, dans son œuvre littéraire15. Le jour de la première audition, August arrive vêtu d’une perruque pleine de farine, « pour que sa tête ne prenne pas froid » ; il s’assied par terre, « vu qu’on ne lui a pas offert de chaise », et ne répond pas à la question de son âge, préférant compter ses moutons, qu’il pourrait perdre, contrairement à ses années... Face à l’impasse (prévisible et prévue) du dialogue, on emmène donc August dans un cadre nouveau, où il lui est permis de jouer et d’écouter de la musique avec frénésie. Le jeune adolescent fait montre d’un véritable talent musical et perd en même temps son impertinence, se montrant timide et réservé, répondant aussi aux questions qu’on lui pose. Confronté plus tard avec son père, August sombre à nouveau toutefois dans l’irrationnel.

24L’audition suivante se déroule dans la maison du suspect. On commence par écouter et jouer de la musique à nouveau, puis August est confronté à Dorothea. De peur de se voir arrêté comme son père, il revient à nouveau sur son témoignage et tient ce qu’il a dit en dernier lieu pour des mensonges insufflés par l’ami de son père. Enfin, lors d’une dernière audition en cours, on applique comme prévu une sévérité de rigueur face à l’impertinence et l’incohérence réitérées d’August. L’adolescent est d’abord un temps isolé dans une pièce à part ; ensuite, il pique une crise de colère brutale parce qu’on l’a pris par le bras pour le faire asseoir. A nouveau isolé une demi-heure, August reprend calmement son témoignage et la thèse du mensonge suggéré par l’ami de son père.

  • 16 Ibidem, p. 31-32.

25Sur base de ces matériaux, le médecin légiste rédigea une expertise, dans laquelle il conclut à l’état de santé psychique normal d’August mais à un manque de jugement pratique chez lui ; des lacunes dans son éducation auraient affecté le sens moral du jeune garçon. Immermann conclut l’étude de ce cas sur l’intérêt que peuvent présenter ces faits pour le psychologue, à cause du contraste entre les dispositions de l'adolescent à développer avec raffinement une sensibilité artistique et sa propension inquiétante à sombrer dans un abandon moral, n’ayant pas exercé cette faculté-là au cours de son éducation et de sa formation16.

  • 17 Ibidem, p. 35.

26Le deuxième cas exposé par Immermann concerne celte fois les personnes directement impliquées dans un avortement. En guise de préliminaire, il commence par expliquer les difficultés pratiques liées à une telle enquête : comment prouver que les faits ont bel et bien eu lieu et à quel moment, si on ne dispose pas des aveux directs des personnes ? En même temps, il tient à préciser l’absolue nécessité de poursuivre ce délit, qu’il qualifie de « peste de la société bourgeoise »17. En 1821, l'employé comptable de Staβfurl Friedrich Wilhelm F., âgé de vingt-huit ans, rencontre la jeune Julie Christine D., âgée de seize ans. Celle-ci tombe enceinte de lui et il lui promet le mariage, pourvu qu’il gagne pour cela l’argent nécessaire. A l’automne 1822, il rompt toutefois abruptement tout contact avec elle. La rumeur se répand en ville qu’il lui aurait donné quelque chose qui aurait provoqué la perte du fœtus. Le père de Julie Christine porte plainte contre Friedrich Wilhelm, affirmant que ce dernier aurait donné à sa fille à deux reprises « quelque chose ayant la forme d’un gâteau », qui aurait provoqué cette perte.

27Le témoignage de Julie Christine est le suivant. Depuis le printemps 1822, elle aurait eu des relations intimes avec Friedrich Wilhelm. Lors de l’arrêt de ses règles, celui-ci ne réagit pas outre mesure quand elle lui communique la nouvelle, il plaisante même à ce propos. Vers Noël de la même année, tous deux séjournent chez la mère de Friedrich Wilhelm. Julie Christine se plaignant de douleurs intenses, cette dernière lui conseille de prendre quelque chose « pour dégager son estomac ». Friedrich Wilhelm n’assiste pas à la conversation entre les deux femmes. Le soir, il apporte à nouveau un morceau de gâteau à Julie Christine. Celle-ci le mange et en donne un petit bout dans la bouche de son compagnon, en guise de plaisanterie. Elle croit le voir se retourner pour le cracher mais quand elle lui en fait la remarque, Friedrich Wilhelm nie le fait et rougit.

28A cinq heures du matin le lendemain, la jeune fille se lève, sujette à d’intenses douleurs d’estomac. Trois heures plus tard, son compagnon lui apporte un nouveau morceau de gâteau, qu’elle ne mange pas et dépose dans un tiroir de la table. A partir de ce moment, Julie Christine n’aurait plus revu Friedrich Wilhelm. Vers 9h00, elle tombe sans connaissance et perd le fœtus. Ses deux jeunes sœurs prendront soin d’elle et la ramèneront chez elle. Elle gardera le lit pendant huit jours, écrira à plusieurs reprises à Friedrich Wilhelm, sans recevoir de réponse.

29Dans son témoignage, Friedrich Wihelm admet avoir mis la jeune fille enceinte et avoir pensé l’épouser. Toutefois, il y aurait renoncé et aurait rompu avec elle, estimant que cette relation lui nuisait et que les parents de Julie Christine en voulaient à son argent. S’il admet avoir reçu une lettre de la jeune fille, il resitue la rupture à la fin septembre 1822 et nie les événements de la Noël, et donc l’avortement qui lui est reproché.

  • 18 Ibidem, p. 43.

30En raison de l’état de santé préoccupant de Julie Christine, l’enquête, menée à la cour de Magdebourg, se trouva considérablement compliquée par le fait qu’elle s’étendit sur plus d’un an. Résumant les points forts de celle-ci, Immermann fait une nouvelle fois montre de son scepticisme fondamental, cette fois en lien avec la possibilité ou non de prouver les faits suivants par des moyens ordinaires : comment prouver en effet que la jeune fille a effectivement été enceinte et qu’elle a avorté ; que l’incident s’est produit à la Noël 1822 ; que celui-ci a eu lieu de la façon décrite et via l’objet renseigné18 ? Encore une fois, nous dit l’auteur de l’article, il s’avère impossible de tendre vers la plus grande exhaustivité et donc vers la plus grande probabilité sans l’expertise d’un médecin.

  • 19 Ibidem, p. 49-50.

31Le premier procès-verbal fait ainsi montre d’une collaboration étroite entre le médecin et l’instructeur, dans leur estimation des symptômes décrits par Julie Christine lors de sa grossesse. A la question de savoir si ceux-ci attestent véritablement d’un état de grossesse ou s’ils peuvent être le produit de l’imagination, le médecin conclut très probablement — mais pas catégoriquement — à la grossesse réelle19. Dans le deuxième procès-verbal, une reconstitution des faits de la journée qui aurait vu Julie Christine perdre son enfant est opérée par la confrontation simultanée, puis individuelle, de Julie Christine, de sa mère et de ses jeunes frère et sœur (treize et onze ans). A l’exception d’un point de détail, l’ensemble des témoignages coïncide. Pour rédiger le troisième texte légal relatif au biscuit qui aurait provoqué l’avortement, il est une nouvelle fois fait appel à l’expertise du médecin légiste. S’il s’agit bien là du biscuit décrit par Julie Christine (appelé en allemand « Magenmorselle »), la question est de savoir s’il est possible de préparer ce biscuit avec le seul moyen abortif connu, l’huile essentielle de sabinier (« Oel des Sadebaums »). Contrairement à ce qu’affirme Friedrich Wilhelm, se targuant d’un passé d’apprenti-pharmacien, l’expert en pharmacie requis par Immermann atteste qu’au cas où Julie Christine aurait pris une « Morselle », celle-ci aurait pu contenir de l’huile de sabinier. Malheureusement pour elle, la jeune fille ne parvint pas à décrire avec suffisamment de précision le biscuit consommé, de sorte qu’il s’avéra impossible de prouver qu’il s’agissait bel et bien d’une « Morselle ». En effet, suite au manque d’exhaustivité des témoignages, la cour de Magdebourg estima qu’elle avait épuisé les possibilités de constater ce qui aurait pu se produire et acquitta entièrement Friedrich Wihelm...

« Manie sans délire », philosophie et médecine

32Avant de revenir sur les positions contrastées des juges et écrivains Hoffmann et Immermann, il convient de resituer la question qui nous occupe, celle de la responsabilité du coupable, dans les débats de sciences humaines de l’époque. Car cette épineuse question opposait bel et bien l’un à l’autre et entre eux médecins, juristes et philosophes.

  • 20 A. HOFFMANN, op. cit., p. 75-76.

33Au début du 19e siècle allemand, et à la suite des débats qui furent tenus dans le cadre de l’« Aufklärung » puis du romantisme, on en était venu à ne plus considérer l’acte criminel indépendamment de la psychologie de son auteur. Dans le même temps, la psychiatrie conquérait une certaine autonomie par rapport à la science médicale et certains médecins commencèrent à se spécialiser dans ce domaine20.

34C’est à ce moment que les médecins Philippe Pinel (1745-1826) en France et Johann Christian Reil (1759-1813) en Allemagne formulent la thèse de la « manie sans délire », catégorie pathologique alors inconnue. Cet état serait caractérisé par une autonomie de la raison et de la volonté. Tandis que la première pourrait continuer à exercer librement les facultés et capacités de perception, de mémoire et de jugement, la seconde pourrait mener à des actions incompatibles avec ce que prescrivent les lois de la raison. Une personne serait ainsi soudain guidée dans sa volonté par une sorte d’instinct qui la ferait agir en « automate ».

  • 21 Voir J. C. A. HEINROTH, Über das falsche ärztliche Verfahren bei criminalgerichtlichen Untersuchung (...)
  • 22 §16 II 20 du preuβisches Allgemeines Landrecht de 1794, cité d’après A. HOFFMANN, op. cit., p. 79.

35On imagine le retentissement que la radicalité de ces thèses a pu avoir parmi les philosophes et les théologiens. Certaines discussions hautement polémiques furent menées à ce propos dans la revue de Hitzig. En opposition ouverte à la thèse de la « manie sans délire », Johann Christoph August Heinroth (1773-1843), professeur de médecine à l’université de Leipzig, campe sur ses positions d’une théorie fondée sur l’étroite corrélation entre la folie et le péché, seul responsable pour lui de la maladie psychique et du manque de liberté qui en découle, suite à la disparition de la raison chez le malade21. Où irait-on en effet, proclament des médecins comme Heinroth ou Christoph Wilhelm Hefeland, s’il était permis de couvrir tout accès de passion, d’immoralité ou d’animalité chez l’homme par le biais du manque de responsabilité ? Car le texte de droit pénal d’application en Prusse depuis 1794 est clair : « Chez celui qui est dans l'incapacité d’agir librement, il n’y a pas de crime et donc pas de peine »22.

  • 23 HEGEL, Principes de la Philosophie du Droit. Traduit de l’allemand par A. Kaan, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 24 Voir J. E. HITZIG, Monomanie [introduction à l’essai du même nom de Hufeland], in Hitzigs Annalen d (...)

36La querelle proprement dite n’oppose pas les juristes entre eux mais plutôt ceux-ci à la tranche « libérale » des psychiatres et médecins. Car dans leur ensemble, les juristes rejettent catégoriquement la thèse de la « manie sans délire », suivant en cela la philosophie qui sous-tend l’ouvrage de Hegel Principes de la philosophie du droit23. La volonté y est décrite comme « une forme particulière de la pensée » et il ne convient en aucun cas de scinder raison et volonté. Hitzig, et avec lui Hoffmann, représentent donc l’avis majoritaire parmi les juristes allemands et français : personne ne conteste que les personnes atteintes de folie ne soient pas responsables de leurs actes mais il est inadmissible d’étendre la catégorie du fou à la moindre faiblesse humaine et à l’irrationalité de certains instincts passionnels24.

  • 25 Voir l’ouvrage de KANT, Anthropologie d’un point de vue pragmatique, trad. franç. de M. Foucault, P (...)

37La question inhérente, décisive à l’égard des problèmes qui nous occupent, consiste dès lors à savoir quelle est la discipline apte à se prononcer sur la folie. Car là où la théologie était jadis incontestée, la laïcisation du 18e siècle a laissé béant une sorte de vide dans les domaines de la pensée. Les médecins revendiquent bien entendu la psychiatrie comme une de leurs branches mais pour les philosophes influents comme Kant, la question de la responsabilité relève entièrement de la psychologie et donc de la philosophie25.

38A la lumière de ces considérations, E.T.A. Hoffmann apparaît bel et bien comme le représentant de la majorité des juristes de son temps et de leur franche opposition à la thèse de la « manie sans délire » ou « Manie ohne Wahn ». Car dans ce cas, la personne doit être considérée comme en santé et c’est alors de l’unique ressort du juge à se prononcer sur le délit de cette personne foncièrement libre et responsable. Une dissociation de la raison et de la volonté apparaît à cet égard comme inadmissible.

Le principe de liberté

39La controverse Hoffmann-Immermann suscite une série de pertinentes questions relatives à la possible articulation des activités de juriste et d’écrivain. Commençons par contraster leurs opinions et convictions de professionnels du droit et d’intellectuels au sens large.

40E.T.A. Hoffmann semble être le juriste le plus rigoureux, en tout cas le plus proche du texte de loi, et celui qui parvient le mieux à prendre distance par rapport aux problèmes psychologiques. Autrement dit, il distingue bien mieux qu’Immermann son activité professionnelle de juge de sa création littéraire. Le résultat de notre recherche est univoque et contredit clairement l’intuition spontanée du germaniste qui, au contraire, se serait attendu à ce que le « Romantique » Hoffmann montre davantage de compréhension pour ces problèmes de l’âme qu’il appréhende avec le plus grand talent dans son œuvre littéraire. Le constat vaut la peine d’être énoncé et peut mener à toutes sortes de considérations sur la psychologie des auteurs. Peut-être Hoffmann maîtrisait-il à ce point les profondeurs et les noirceurs de l’âme qu’il était convaincu de la nécessité de devoir trancher sans tenir compte outre mesure de leur complexité, ceci afin que la vie en société puisse continuer à fonctionner.

  • 26 Juristische Arbeiten, p. 90-91.
  • 27 Voir W. SEGEBRECHT, Krankheit und Gesellschaft. Zu Ε.Τ.A. Hoffmanns Rezeption der Bamberger Medizin (...)

41Contrairement à Kant, Hoffmann ne se prononce pas sur la querelle entre juristes et philosophes ; il estime la discipline de la philosophie proprement incompétente dans les matières relatives à la responsabilité. Si une anormalité de nature physique doit être constatée quant à l’origine de la folie, ceci relève de la prérogative du médecin. Le domaine de l’organisme psychique serait, quant à lui, fondé sur des prémisses tout autres et, à cet égard, le juge peut s’avérer tout aussi compétent que le médecin pour évaluer la situation. Des hommes aux connaissances psychologiques affinées — Hoffmann mentionne par exemple l’écrivain et théologien Karl Philipp Moritz (1756-1793) — valent bien un médecin, s’il s’agit de se prononcer ici26. Si Hoffmann s’avère donc un juriste rigoureux par rapport au texte de loi, on peut par contre estimer qu’il surévalue les compétences du juge, tout en sous-évaluant celles du médecin, dans le domaine de la psychologie. Là où Kant, face à un même constat d’impuissance de la médecine traditionnelle, plaidait pour un transfert de compétences au philosophe, Hoffmann refuse l’intégration de la psychologie et de la psychiatrie dans cette discipline fondamentale. On remarquera encore qu’il ne s’agit pas là d’un jugement à l’emporte-pièce mais que l’auteur s’est sérieusement penché et documenté sur les problèmes de la médecine et de la psychiatrie27.

  • 28 Juristische Arbeiten, p. 99 et A. HOFFMANN, op. cit., p. 95 et s.

42La pierre d’angle de son raisonnement s’avère être en fait, et ce dans la droite ligne des principes de philosophie du droit de Hegel, le concept de liberté. Car la possibilité d’une vie en société est pour tous deux bel et bien fondée sur le présupposé que chacun décide de ses actes selon sa propre volonté. L’homme a le choix de faire coïncider celle-ci avec le « principe moral » (« dem sittlichen Princip gemäβ »), ceci relève entièrement de sa seule responsabilité, ce concept excluant toute spéculation superflue. En cela, Hoffmann est encore une fois le parfait représentant de sa profession de juge, il ne « romantise » pas le comportement psychologique du criminel28.

43Si Immermann est également loin de sombrer dans ce penchant, il plaide toutefois pour la poursuite de l’instruction à la manière d’un « art ». Sa plus grande indulgence à l’égard du coupable trouve, nous semble-t-il, deux facteurs d’explication : d’une part, son scepticisme fondamental dans la quête d’« une » vérité unique, qui se double d’ailleurs d’un manque d’assurance et de confiance en soi assez caractéristique de sa personne ; d’autre part, sa volonté d’harmoniser davantage sa profession de juge et ses activités d’écrivain.

44En ce qui concerne l’art de la narration, Hoffmann et Immermann s’avèrent en effet tous deux des auteurs résolument modernes. Chez l’un comme chez l’autre, les techniques de narration dépassent largement le cadre du narrateur classique omniscient, celui qui survole non seulement les péripéties du récit à la manière d’un oiseau mais celui qui maîtrise également les pensées et intentions des personnages. Immermann, dans une approche qu’on qualifierait peut-être aujourd’hui de « postmoderne », multiplie les perspectives différentes, voire opposées sur un seul événement, de manière à mieux cerner, appréhender la réalité. Car celle-ci ne se laisse pas définir de façon unique et l’auteur sait que la perspective du narrateur omniscient est nécessairement biaisée sous un aspect ou sous un autre. Difficile de contester le bien-fondé de semblables considérations, qui aident à relativiser le réel, à tenir compte du plus grand nombre de points de vue possibles pour comprendre celui-ci dans sa globalité.

  • 29 M. FAUSER, Intertextualität als Poetik des Epigonalen. Immermann-Studien, München, Fink, 1999, p. 1 (...)
  • 30 J. KOLKENBROCK-NETZ, Wahnsinn der Vernunft-jurislische Institution-literarische Praxis. Das Gutacht (...)

45Sur le plan littéraire, l’exercice qui consiste à multiplier les discours différents sur un même événement permet à l’auteur, non seulement de laisser libre cours à sa créativité artistique mais il stimule aussi la réflexion du lecteur dans la quête de sens, il éveille ou « élargit » en quelque sorte sa conscience, le rend sensible à des points de vue qu’il n’aurait pu imaginer seul. Là réside sans aucun doute une des vocations premières de la littérature. S’agit-il à présent de trancher sur des questions humaines complexes dans l’exercice d’une activité de juge et le spécialiste d’Immermann Markus Fauser met le doigt sur le risque inhérent à l’exercice : la « multiplication des modes de lecture » peut mener au « point d’indifférence ». Car tout discours nouveau s’avère en fin de compte aussi provisoire et peu fiable que le précédent29. On reconnaît à travers cette critique la tendance (la dérive ?) contemporaine du discours postmoderne à considérer toute vérité comme relative et, par conséquent, à déclarer l’impossibilité de définir « la » vérité. Le « conservateur » Immermann se révèle donc paradoxalement davantage « moderne », voire « postmoderne » dans son comportement que le « Romantique » Hoffmann, pour qui « la justice constitue le champ de l’entendement fini, tandis que la littérature est le lieu de la spéculation philosophique »30. L’un comme l’autre, au-delà de leurs divergences, ont le grand mérite de poser ouvertement les questions justes et de soulever des problèmes qui demeurent d’une brûlante actualité.

Notes

1 Zeitschrift für die Criminal-Rechts-Pflege in den preuβischen Staaten mit Ausschluβ der Rheinprovinzen [ci-dessous ZfCRP]. Hrsg. v. Julius Eduard Hitzig, 1. Bd., 1. Heft, 1825, p. IV. J'ai traduit tous les extraits cités.

2 Ibidem, p. V.

3 Voir A. HOFFMANN, E.T.A. Hoffmann. Leben und Arbeit eines preufiischen Richters, Baden-Baden, Nomos-Verlag, 1990, p. 70. Pour des rapprochements avec l'oeuvre de Büchncr, renvoyons à l'ouvrage de G. REUCHLEIN, Das Problem der Zurechnungsfahigkeit bei E.T.A. Hoffmann und Georg Büchner. Zum Verhältnis von Literatur, Psychiatrie und Justiz im frühen 19. Jahrhundert, Frankfurt/Main [e.a.], Peter Lang, 1985.

4 ZfCRP, Bd. 1, Heft 2, 1825, p. 261-376.

5 Compte rendu basé sur celui d’Alfred HOFFMANN, op.cit., p. 72.

6 L'essentiel du dossier Schmolling, publié entièrement dans ZfCRP (voir note 4), l'a été à nouveau dans l'édition des travaux juridiques de Hoffmann : E.T.A. HOFFMANN, Juristische Arheiten. Hrsg. und erlautert v. F. SCHNAPP, München, Winkler Verlag, 1973, p. 88-89 [ci-dessous Juristische Arbeiten].

7 Beiträge zur Methodik der Untersuchungsführung. Mitgetheilt von Karl Immermann, Landgerichts-Rathe und Instructions-Richter zu Düsseldorf, in ZfCRP, Jahrg. 1828, 1. Bd., 15. Heft, p. 2. Nous citons d'après l'édition originale de ce texte, qui n'est pas reproduit dans les œuvres complètes d'Immermann et n'a pas été republié à ce jour.

8 Ibidem, p. 4.

9 Ibidem, p. 5.

10 Cité d’après ibid., p. 5-6 et A. HOFFMANN, op. cit., p. 90.

11 Ibidem, p. 90-91.

12 Beiträge zur Methodik, op. cit., p. 9.

13 Ibidem, p. 10 et s.

14 Ibidem, p. 36 et s.

15 Ibidem, p. 16 et s.

16 Ibidem, p. 31-32.

17 Ibidem, p. 35.

18 Ibidem, p. 43.

19 Ibidem, p. 49-50.

20 A. HOFFMANN, op. cit., p. 75-76.

21 Voir J. C. A. HEINROTH, Über das falsche ärztliche Verfahren bei criminalgerichtlichen Untersuchungen zweifelhafter Gemüthszustände, in ZfCRP, Bd. 8, Heft 15, 1828, p. 85-157.

22 §16 II 20 du preuβisches Allgemeines Landrecht de 1794, cité d’après A. HOFFMANN, op. cit., p. 79.

23 HEGEL, Principes de la Philosophie du Droit. Traduit de l’allemand par A. Kaan, Paris, Gallimard, 1963.

24 Voir J. E. HITZIG, Monomanie [introduction à l’essai du même nom de Hufeland], in Hitzigs Annalen der deutschen und ausländischen Criminal-Rechts-Pflege [revue qui succéda un temps à ZfCRP], Bd. 3, Heft 5, 1829, p. 391.

25 Voir l’ouvrage de KANT, Anthropologie d’un point de vue pragmatique, trad. franç. de M. Foucault, Paris, Vrin, 1964. Ces questions ne sont pas sans évoquer des problèmes toujours actuels, relatifs au bien timide dialogue entre sciences humaines et sciences exactes, à travers la distinction effectuée entre le psychologue et le psychiatre. On sait que le premier est généralement reconnu comme traitant des personnes « en santé », tandis qu’au second est reconnue une compétence médicale. On pourrait en déduire sans nuancer davantage que c’est donc au psychiatre que la société attribue la faculté de traiter les « fous ».

26 Juristische Arbeiten, p. 90-91.

27 Voir W. SEGEBRECHT, Krankheit und Gesellschaft. Zu Ε.Τ.A. Hoffmanns Rezeption der Bamberger Medizin, in R. BRINKMANN (éd.), Romantik in Deutschland. Ein interdisziplinäres Symposium, Stuttgart, Metzler, 1978, p. 267-290.

28 Juristische Arbeiten, p. 99 et A. HOFFMANN, op. cit., p. 95 et s.

29 M. FAUSER, Intertextualität als Poetik des Epigonalen. Immermann-Studien, München, Fink, 1999, p. 131.

30 J. KOLKENBROCK-NETZ, Wahnsinn der Vernunft-jurislische Institution-literarische Praxis. Das Gutachten zum Fall Schmolling und die Erzählung « Der Einsiedler Serapion » von E.T.A. Hoffmann, in Wege der Literaturwissenschaft (IDEM, G. PLUMPE & H. J. SCHIMPF Hrsg.), Bonn, Bouvier Verlag, 1985, p. 123.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search