Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Papauté, clercs et laïcs

 | 
Monique Maillard-Luypaert

Quatrième Partie. Les relations entre la papauté, les clercs et les laïcs

Chapitre 1. La recherche de solutions face au schisme : "voie de fait", "voie de cession", "voie de concile"

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours des quatre décennies que dure le Grand Schisme, trois voies sont explorées pour rétablir l'unité de l'Eglise : la voie de fait, c'est-à-dire la "croisade" contre les partisans du pape rival, la voie de cession, autrement dit la démission commune des pontifes ou de l'un des deux adversaires, accompagnée ou non d'une politique de soustraction d'obédience pour contraindre les récalcitrants, et la voie de concile, réclamée par quelques-uns dès 1379.

Dans les régions qui relèvent de l'autorité spirituelle de l'évêque de Cambrai, des hommes et des femmes vivent ces trois phases. Les uns participent à la "croisade", les autres en sont les victimes. Certains suivent, parfois à contre-cœur, le mouvement de retrait d'obéissance dans les années 1398-1399. D’aucuns jouent un rôle actif dans la préparation des conciles de Pise et de Constance.

1. La voie de fait ou la "croisade" contre les "schismatiques"

Dès le mois de novembre 1378, les papes rivaux ont pour objectif de faire reconnaître...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.