Version classiqueVersion mobile

Légiférer dans la ville médiévale

 | 
Jean-Marie Cauchies
, 
Éric Bousmar

Questions de moralité dans les villes de la Flandre au Bas Moyen Âge : sexualité et activité législative urbaine (bans échevinaux et statuts de métiers)

Myriam Carlier et Peter Stabel

Texte intégral

1. Les mots1

  • 1 Les auteurs tiennent à remercier Mme Thérèse de Hemptinne pour avoir relu le français.
  • 2 Archives de la ville de Bruges (AVB), no 96/14, nieuw groenenboek ongecotteerd, f° 185 : 6 avril 14 (...)
  • 3 L. Gilliodts-Van Severen, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier de Bruges. Coutume de la (...)

1En 1465 une Brugeoise nommée Tannequin Boudin tentait d’obtenir la garde de son enfant illégitime. Elle réclamait en outre une alimentation au père naturel de l’enfant, Boudin de Grave. Boudin avait confié l’enfant à une nourrice et il refusa tout net de dire où l’enfant se trouvait, afin que la mère ne dérange pas ses conventions avec la nourrice. Les échevins de Bruges supportaient le point de vue du père, mais ils prenaient aussi en considération les droits de la mère en jugeant qu’elle pourrait voir son enfant au moins quatre fois par an2. Soixante ans plus tard, en 1526, un procès tout à fait semblable aboutissait par contre à un tout autre jugement. Les droits de la mère d’une fille illégitime étaient complètement ignorés. Marie Peers aurait voulu que son enfant reste chez elle après la mort du père naturel, mais les tuteurs désapprouvèrent totalement cet arrangement. Les échevins décidèrent cette fois en faveur des tuteurs. Ils ajoutèrent même que ceux-ci devaient « chercher pour la fille un bon refuge chez des gens d’honneur ». Ainsi l’idée même de l’illégitimité ou des rapports sexuels en dehors du mariage était condamnée3. Dans le premier cas, la décision des échevins avait été prise en considérant les intérêts matériels de l’enfant, et en tenant compte dans une certaine mesure des droits de la mère. Dans le second cas, des questions de moralité jouaient un plus grand rôle et l’idée qu’une mère célibataire puisse être une femme honorable était rejetée.

  • 4 Voir notamment G. Dupont, Qu'est-ce que la marginalité ? Marginale groepen in de laatmiddeleeuwse s (...)

2Avant de tracer les grandes lignes du développement des ordonnances urbaines et corporatives concernant les questions de moralité, il faut essayer de définir les systèmes de valeurs d’une société : qu'est-ce que la moralité ? Est-ce l’ensemble des règles de conduite considérées comme valables de façon absolue et découlant d’une certaine conception de la morale, des règles de conduite admises et pratiquées dans une société ? Ou doit-on la définir négativement en analysant plutôt tout comportement non conforme aux normes, telles qu’elles étaient définies par la société urbaine, par exemple dans les ordonnances des autorités civiles et corporatives de la ville ? Ceci suppose un système de valeurs bien défini et généralement accepté. Mais est-ce vraiment le cas au bas moyen âge ? La discussion scientifique concernant les catégories sociales et la marginalité4 indique déjà qu’il est très difficile, voire même impossible de mettre tout le monde d’accord sur ces problèmes de définition. En analysant les différentes ordonnances urbaines du XVe siècle en Flandre, et leur mise en pratique dans des litiges personnels et corporatifs, il est apparu que les systèmes de valeurs sont souvent plus déterminés par le contexte du groupe social, de l’organisation professionnelle, voire même de l’individu dans ses différents réseaux sociaux. Ainsi on peut interpréter la législation urbaine et les ordonnances urbaines et corporatives, et leur mise en pratique, comme représentatives des idées des élites politiques et socio-économiques concernant un comportement social souhaitable ou répréhensible.

  • 5 Herman Pleij a développé son idée d’une offensive de civilisation de la bourgeoisie bas-médiévale p (...)
  • 6 Pour le rôle politique et idéologique de la centralisation princière au moyen âge dans la construct (...)

3Des changements profonds de la législation urbaine et corporative, qui concernent particulièrement les attitudes des autorités envers la prostitution, la pauvreté ou l’adultère à la fin du XVe et pendant le XVIe siècle, nous indiquent une évolution significative de l’attitude mentale de ces élites. La question reste néanmoins posée de savoir si cette évolution est la conséquence d’une rupture profonde de la société dans ses réalités socio-économiques et politiques, ou si on peut l’attribuer à une nouvelle mentalité dite « bourgeoise », qui serait la manifestation tardive d’un sentiment urbain, comme le suggère Herman Pleij5, ou plutôt la réaction d’une conscience urbaine face au pouvoir grandissant des princes6.

  • 7 Pour le comté de Flandre, voir notamment R. C. Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht in Vla (...)
  • 8 A l’occasion des vérités, le bailli et les échevins consultaient les habitants afin de détecter des (...)
  • 9 M. Boone, Gent en de Bourgondische hertogen ca. 1384 - ca. 1453 : een sociaalpolitieke studie van e (...)

4Un contrôle efficace par les autorités urbaines du comportement moral quotidien dans les villes flamandes ne semble s’être installé que tardivement. La jurisprudence a toujours attaché beaucoup d’importance à des comportements dits antisociaux (vie inutile ou onnutscepe) surtout de la part des femmes dès le haut moyen âge7, mais nous n’avons que peu d’indices qu’un système plus élaboré ait été introduit dans les villes et qu'une répression plus systématique soit devenue possible au bas moyen âge grâce à une organisation plus efficace de la police, en renforçant le cadre des baillis et de leurs subalternes. Certes, des systèmes de contrôle social, formels et informels, ont existé. Les duergaende waerheden (franches vérités) ont créé un mécanisme de détection au sein des communautés urbaines et elles étaient pour les juges et la police un système judiciaire alternatif8. Outre les franches vérités, les corporations, les voisinages, les paroisses, les tables des pauvres avaient tous leurs propres systèmes - des bandes charivaresques aux wardeurs des métiers - afin de garantir le bon cours des affaires des diverses communautés et la respectabilité de leurs membres9.

  • 10 S. Ozment, The age of Reform 1250-1550 : an Intellectual and Religious History of Late Medieval and (...)

5Il est très difficile, à cause de l’état des sources, de définir chronologiquement ce développement d’une manière très précise. Peut-on parler d’un processus plus ou moins lent à partir du XIVe siècle ? Cette évolution s’est-elle passée assez brusquement à la fin du XVe et au début du XVIe siècle ou il y a-t-il eu plutôt une évolution en étapes successives au cours des XVe et XVIe siècles ? Les raisons de ces développements ne sont pas claires non plus. Pourquoi cette nouvelle approche des autorités urbaines ? S’agissait-il du renouveau d’un sentiment éthique et moral, inspiré par une dévotion toujours plus personnelle ou dû à une influence toujours plus grande des ordres mendiants et d’autres formes de vie religieuse typiquement urbaines, qui avaient vu le jour dès le XIIIe siècle10 ? Ou doit-on chercher les causes dans les séquelles socio-économiques de la grande crise démographique et du déclin économique de l’Occident au bas moyen âge, comme semble l’indiquer la corrélation entre une attitude changée envers la pauvreté d’une part et le nombre toujours plus grand de pauvres, mendiants et vagabonds à la fin du XVe et au XVIe siècle d’autre part ?

  • 11 K. Geerts, De spelende mens in de Boergondische Nederlanden, Brugge, 1987 (Vlaamse historische stud (...)
  • 12 Geerts, De spelende mens, op. cit., p. 70 sq.
  • 13 Ainsi en 1520 (Geerts, De spelende mens, op. cit., p. 170). Le 18 décembre 1509 les échevins décrét (...)
  • 14 Giluodts-Van Severen, Mémoriaux de Bruges, op. cit., t. I, p. 192-193 (AVB, Sentences civiles, 1522 (...)

6C’est aussi à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle que les autorités urbaines se sont opposées avec plus de rigueur aux jeux de hasard et que le lien entre la passion du jeu et la pauvreté, l’oisiveté et le vagabondage apparaît dans les sources normatives11. Mais cette politique visant à réprimer les jeux de hasard n’était point nouvelle. Déjà pendant la deuxième moitié du XIVe siècle le comte de Flandre, Louis de Male, avait, à la demande des villes, défendu l'exploitation des maisons de jeu octroyée jadis par son père Louis de Nevers. Les ducs de Bourgogne les permirent de nouveau. Mais les villes se sont toujours opposées à cette politique et dès 1477, la plupart des villes avaient réussi à abolir les jeux de hasard. Il y a néanmoins un élément nouveau. La politique des villes ne semble plus être seulement une question d’ordre social et de prospérité économique, elle semble être inspirée par l’attention que les autorités urbaines prêtent aux notions de criminalité et de moralité12. Le 11 avril 1506 les échevins de Bruges décrétèrent un ban de police interdisant les jeux dans la ville, à l’exception de ceux organisés dans les maisons des nations étrangères et à la loge des bourgeois (poortersloge). Cependant cette mesure n’était pas respectée et plusieurs bans de police suivirent cette ordonnance dans les années ultérieures13. Seize ans plus tard, le 9 décembre 1522, ils décidèrent même que seul les notables et « les gens d’honneur » (« notable poorters, cooplieden ende andre lieden van eeren ») pouvaient entrer dans la poortersloge pour y jouer et pour s’amuser ; les autres (« knechten, quaden respeelen of andere snoode volcq ») n’étaient point admis14.

7Une intensification de l’intérêt des autorités urbaines et des autres institutions dans les villes pour des questions d’ordre social et de comportement individuel mettant cet ordre social en péril semble évidente. Ainsi beaucoup de questions restent posées, et l’état de la recherche ne permet point de réponses satisfaisantes pour le moment. Cette contribution a donc d’abord pour but d’explorer le terrain et d’offrir le point de vue des législateurs urbains au XVe siècle.

  • 15 Μ. K. McIntosh, Controlling misbehaviour in England, 1370-1600, Cambridge, 1998, p. 1-19. Pour les (...)
  • 16 M. Carlier, Kinderen van de minne ? Bastaarden in het vijftiende-eeuwse Vlaanderen, Bruxelles, 2001(...)
  • 17 H. Soly et C. Lis, Poverty and capitalism in pre-industrial Europe 1350-1850, Hassocks, 1979 ; B. H (...)

8La préoccupation des autorités semble être inspirée par la crainte de tout comportement susceptible de perturber l’harmonie et les relations pacifiques entre les divers membres de la société (famille, voisins, collègues, etc.) ou de nuire à l’ordre public et à la discipline sociale15. Il faut néanmoins définir concrètement qui pouvait décider si ou quand un comportement était nuisible pour la société ou pour un groupe social particulier, et qui était visé par cette action des autorités, en d’autres mots, qui était considéré comme étant dangereux ou susceptible d’enfreindre les normes imposées par les groupes dirigeants. Par exemple : avoir des enfants illégitimes n’était pas considéré comme néfaste à la société tant que ceux-ci ne posaient pas de problèmes aux élites dirigeantes. Ce n’est que dans la deuxième moitié du XVe siècle qu’on commence à faire entendre le discours que les enfants illégitimes seraient une menace pour l’ordre social. Au XVIe siècle avoir des bâtards n’était plus souhaitable pour les milieux bourgeois : le processus de marginalisation avait commencé et les ordonnances urbaines devenaient plus strictes envers l’adultère, les droits de succession, etc.16 On peut constater en grandes lignes le même développement pour les attitudes envers les jeunes, les pauvres, les femmes17.

2. Les moyens

  • 18 McIntosh, Controlling misbehaviour, op. cit., p. 7-8.

9La réglementation urbaine et corporative était un système complexe de contrôle de conflits et de lutte contre tout comportement indésirable. Les autorités urbaines et bien sûr aussi les comtes et ses forces de l’ordre locales, les baillis, se sont mêlés de cette réglementation, mais il y avait aussi une activité au niveau des paroisses et des institutions sociales (les tables des pauvres, les hôpitaux et les hôtels-Dieu), et bien sûr les diverses organisations corporatives ont prêté beaucoup d’attention au contrôle du comportement de leurs membres (les fraternités, les chambres des rhétoriques, les milices et guildes d’archers et les métiers)18. Sans doute cette régulation reflétait la plupart du temps la norme acceptée par la société et par les divers groupes sociaux, une norme, rigide ou flexible, qui souvent n'avait pas besoin d’être entérinée par une législation fixe et formelle pour être reconnue ou respectée. Néanmoins au cours du bas moyen âge les princes, les échevins, les corporations, les hôpitaux, les bureaucraties ont graduellement reconnu l’utilité de formaliser cette norme. Pour cela ils pouvaient disposer d’une gamme de moyens, les bans de police, les ordonnances urbaines et princières, les statuts des institutions et des corporations,... En étroite collaboration, ou en dépit de fortes tensions et conflits, directement ou par personne interposée, ils ont essayé de traduire les valeurs d’une couche sociale urbaine en une réglementation cherchant à définir les rapports sociaux et le comportement de l’individu.

3. Les espaces

3.1. L’espace public : les métiers et les marchés

  • 19 J.R. Farr, Hands of honor. Artisans and their world in Dijon, 1550-1650, Ithaca/Londres, 1988, p. 1 (...)
  • 20 C. R. Friedrichs, The early modem city 1450-1750, Londres/New York, 1994, p. 160-161 et 235-236.

10Une des barrières les plus importantes pour la mobilité et l’intégration sociales en Europe d’Ancien Régime ont été les idées d’honneur, copiées de celles de la noblesse, puis reconçues et développées par les corporations, voire les métiers des villes. L'honneur et la réputation, individuelle ainsi que collective, étaient pour les bourgeois et pour les artisans un élément clef pour s’approprier une identité et pour faire la distinction entre groupes sociaux et professionnels19. Ainsi surtout en Europe centrale, une naissance illégitime, une origine ethnique différente et même un mode de vie indésirable (certaines professions, le concubinat etc.) suffisaient pour empêcher quelqu’un d’entrer dans les circuits formels de l’économie urbaine. L’honneur était considéré comme essentiel pour la sécurité économique et sociale du métier et de chacun de ses membres20.

  • 21 Archives de l’Etat de Bruges (AEB), Métiers de Bruges, no 1, cartulaire général 1445. Une partie de (...)
  • 22 Sur la révolte de Bruges en 1436-1438, voir J. Dumolyn, De Brugse opstand van 1436-1438, Heule, 199 (...)

11Mais il est souvent difficile de comparer les idéologies corporatives des XVIIe et XVIIIe siècles avec celles du bas moyen âge. Certes, il n’y a aucun doute que des systèmes de valeurs et de fierté professionnelle ont joué un rôle essentiel dans le fonctionnement des métiers. Les statuts des différents métiers prêtent donc beaucoup d’attention aux aspects sociaux des corporations et au mode de vie de leurs membres. Le grand cartulaire des métiers de Bruges de 1445 est une source particulièrement révélatrice des attitudes envers la moralité dans les corporations professionnelles du bas moyen âge21. Suite à la révolte écrasée par Philippe le Bon et au changement du régime politique dans la ville, les statuts révèlent une nouvelle ambition de réglementer l’économie et la société et d’uniformiser les privilèges et les devoirs de ses membres composants, bien sûr en première instance les métiers de la ville, source du pouvoir politique et danger chronique pour la stabilité politique voulue par le duc22. Mais cette politique unificatrice du monde des métiers au milieu du XVe siècle témoigne comme aucune autre source législative, des contraintes et des ambitions, ou faut-il dire du manque d’ambitions pour imposer un système de valeurs.

  • 23 Par exemple dans la charte des potiers : « Item dat elx vrije meesterskindt, zine vryhede lossen ma (...)
  • 24 AEB, Métiers de Bruges, no 1, f° 211 : « Item zo wanneer man of wijf comt van live ter doot die cam (...)

12Ainsi, il est remarquable que dans aucun des statuts de 1445, il n’y ait des restrictions ou des modalités spécifiques pour les bâtards : ni pour les nouveaux membres au moment de leur entrée dans la corporation, ni pour les fils de maîtres, qui payaient un droit d’entrée sensiblement plus bas. Même pour les droits d’entrée, le fait d’avoir une origine légitime ou non ne semble jouer aucun rôle, le tarif le plus avantageux était valable pour tout enfant de maître, légitime ou non, né après que le père fût devenu maître23. Il n’y a que les statuts des boursiers qui indiquent spécifiquement que les enfants légitimes et illégitimes avaient les mêmes droits concernant l'héritage des étaux dans la halle24. Les autres statuts ne mentionnent même pas la moindre différence entre enfants légitimes et illégitimes.

13Ceci ne veut pas dire que les statuts des métiers brugeois sont complètement silencieux sur les questions de moralité. La politique des autorités brugeoises semble aussi dirigée vers une uniformisation des valeurs morales dans le monde des métiers. Presque tous les statuts ont les mêmes restrictions, les mêmes formules, voire le même système de valeurs que tous les membres devaient respecter. Avoir une bonne réputation et inspirer confiance étaient des conditions essentielles pour faire partie de la corporation, car l’intégrité de celle-ci en dépendait. Un membre, accusé de vol, sera jugé par les échevins et s'il est coupable, il sera chassé de la corporation et il lui sera défendu à jamais d’y rentrer. Le respect pour les autorités corporatives, les doyens et leurs officiers, et pour leurs décisions était bien sûr chose nécessaire, tout comme un comportement décent et honorable. Jurer en public pouvait enlever pour un temps sa qualité de membre de la corporation au contrevenant, entraînant ainsi une suspension de son activité économique. Le même châtiment était prévu pour chaque membre qui abandonnait sa femme pour vivre avec une autre. L’usure était chose condamnable, ainsi que louer ou gérer une maison publique.

  • 25 J. A. Van Houtte, Ambernijverheid en paternostermakers te Brugge gedurende de 14e en 15e eeuw, dans(...)
  • 26 AEB, Métiers de Bruges, no 1, f° 324.
  • 27 Sur la permission parentale pour se marier, voir Μ. M. Sheehan, Choice of marriage partner in the M (...)
  • 28 Sur l’idéologie corporative et l’idée du corps du métier et l’honneur, voir J. R. Farr, Hands of Ho (...)
  • 29 M. Danneel, Weduwen en wezen in het laat-middeleeuwse Gent, Leuven/Apeldoorn, 1995 (Studies in Urba (...)

14Les mêmes ordonnances se trouvent dans chacun des statuts des divers métiers de la ville. Il ne semble y avoir qu’une exception, le métier des fabricants de chapelets25. Ici les statuts sont nettement plus rigides26. Le métier voulait clairement imposer une morale stricte et protéger les « valeurs de la famille » afin de sauvegarder l’honneur de la profession et de la corporation (liée étroitement à la dévotion populaire et à la hiérarchie ecclésiastique). Ainsi un fils de maître ne pouvait devenir maître lui-même après son mariage que si le mariage avait eu lieu avec la permission de ses parents (« bij wille ende consente van vader ende van moeder »). Cette permission n’était pourtant pas nécessaire pour contracter un mariage valide27. Le comportement estimé peu convenable pour les membres était défini avec plus de détails que dans les autres métiers : ainsi les jeux de hasard ou la fréquentation des maisons publiques étaient interdits. Un mariage avec une ancienne prostituée ou même avec une femme de réputation douteuse n’était point acceptable. Ceci risquait de mettre en péril l'intégrité de tout le métier (« der mede dat tvorseide ambacht ghescoffiert waren »)28. Même les veuves de maîtres fabricants de chapelets, qui dans les autres métiers brugeois pouvaient continuer l’entreprise sans beaucoup de restrictions, devaient subir un contrôle social plus strict. Ainsi les veuves qui faisaient honte au métier par un comportement inacceptable devaient être corrigées par les doyens et les officiers du métier qui pouvaient les faire juger par les échevins de la ville (« waert zo dat eenighe weduwe binden vorseide ambacht wesende, of die namaels commen ende wesen zal, haer mesuseirde met eenighen mans binnen haren weduwescepe, dat de deken ende vinders vanden vorseide ambacht, dat overbringhen zullen an scepenen, die daer of correctie doen zullen also hemlieden goed dinken zal »). Cette mesure visait évidemment d’abord à protéger le métier contre des individus qui cherchaient à y entrer facilement en épousant la veuve d’un maître29.

  • 30 Le 22 avril 1437, le grand conseil de Bruges, conseil qui rassemblait entre autres les métiers de l (...)
  • 31 Pour Gand, voir M. Boone, Les gens de métiers à l'époque corporative à Gand et les litiges professi (...)

15Ce qui est remarquable, c’est que les statuts des métiers brugeois indiquent clairement que les échevins, et non les autorités corporatives, étaient chargés du châtiment des transgressions du code moral corporatif30. Ceci est vrai pour la plupart des villes flamandes. Ce n’est qu’à Gand, que les doyens des métiers avaient une autorité plus grande, et même ici ce sont les échevins du membre en question qui tranchent en accord avec les doyens31.

  • 32 AVB, Groenenboek A, f° 43 (27 juillet 1413). Voir aussi J.A. Van Houtte, Makelaars en waarden te Br (...)
  • 33 AVB, 96, Nieuw Groenenboek B, f° 44 (1522). Les monnayeurs ne formaient pas de corporation de métie (...)

16Les quelques exemples que nous avons donnés, apportent la preuve de l’importance attribuée par les corporations de métier au contrôle social de leurs membres et à la respectabilité du groupe lui-même qui dépendait de la conduite individuelle de chaque membre. Mais en même temps, on peut aussi constater que la terminologie utilisée est très peu spécifique (sauf en ce qui concerne les fabricants de chapelets), et on peut se demander si dans le monde réel, ces mesures ont porté leurs fruits. Ainsi, comme nous l’avons déjà indiqué, les statuts restent muets sur le point des enfants illégitimes et de leur position dans le métier. Ils ne parlent ni de leur intégration, ni de leur exclusion. Ce silence est confirmé par les sources de la pratique. Néanmoins une exception importante doit être signalée. Les sentences du banc échevinal brugeois nous indiquent que les courtiers excluaient les enfants illégitimes de leur métier32. Les monnayeurs, groupe évidemment lié au pouvoir comtal, devaient être de naissance légitime (« van ghetrouwet bedde te zijn, waeraf dat de moeder ter tijde van dier geboorte te zijn gheweest van goeder naeme ende fame, niet ghesuspecteirt van overspel »)33. Une bonne réputation était indispensable à la bonne conduite des deux métiers, et la bâtardise était apparemment considérée comme inconciliable avec l’exercice de ces professions.

  • 34 K. Schulz, Die Norm der Ehelichkeit im Zunft-und Bürgerrecht spâtmittelalterlicher Städte, dans L. (...)

17Cela est nettement différent en ce qui concerne la situation des bâtards dans les métiers du monde rhénan et surtout hanséatique, comme en témoignent les travaux de Knut Schulz. La notion de l’honneur du groupe (Standesehre) est la même qu’en Flandre, mais la pratique des prescriptions corporatives est complètement différente34. En Flandre la problématique d’une origine légitime ne jouait aucun rôle dans l’acceptation de nouveaux membres. Pour la Rhénanie, Schulz a bien montré que l’exigence d’une naissance légitime, mentionné dès le XIVe siècle, était plus un voeu pieux de la part des conseils de métiers qu’une réalité sociale. Ce n’est qu’au cours du XVIe siècle que ces règles théoriques concernant une naissance légitime ont eu des conséquences réelles, et cela dans le contexte des changements importants concernant la morale sexuelle. Mais déjà au moyen âge, l’attitude envers les enfants illégitimes est devenue un système d’exclusion sociale imperméable. Les autorités urbaines rhénanes garantissaient aux bâtards une entrée dans le monde professionnel, mais les métiers leur interdisaient l’accès à la sociabilité de la corporation.

  • 35 Schulz, Die Norm der Ehelichkeit, op. cit., p. 80.

18Une telle discrimination n’a jamais existé dans les villes flamandes au bas moyen âge. Si l’entrée au conseil de la corporation leur était interdite, les bâtards jouissaient néanmoins de l’accès à la sociabilité corporative. Un autre point de différence avec la Rhénanie concerne l’origine sociale des bâtards. Schulz présume que les enfants naturels qui voulaient entrer dans les métiers étaient des rejetons de nobles, de membre du clergé et des patriciats urbains. Ainsi il considère les tentatives de fermer les corporations aux enfants illégitimes comme une manoeuvre afin de fermer la corporation non seulement aux couches sociales inférieures, mais aussi aux couches supérieures35. En Flandre la majorité des bâtards dans les corporations étaient enfants de bourgeois, et beaucoup d’entre eux même fils de maître.

  • 36 G. A. Vorsterman van Oyen (ed.), Rechtsbronnen der stad Aardenburg, La Haye, 1892, p. 149-150 : Cue (...)
  • 37 Vorsterman van Oyen, Rechtsbronnen, op. cit., p. 154.

19Si le XVe siècle est généralement considéré comme le point de départ d’une nouvelle rigidité morale dans les villes flamandes, ceci n’est pas encore très visible dans les ordonnances et statuts, et dans les réalités des litiges professionnels au sein de ces métiers. Mais l’absence de clauses concernant les bâtards dans les statuts et ordonnances ne semble pas être le cas partout. Ainsi à Aardenburg, une petite ville située à moins de 25 km de Bruges, les statuts des forgerons mentionnent que les fils de maîtres ne pouvaient jouir des avantages fiscaux en vigueur (ils ne devaient payer que la moitié des droits d’entrée) que s’ils étaient nés après l’entrée du père dans le métier et après le mariage du père : ils devaient donc être des enfants légitimes (« dat negheen meester zijn kindt vrien en mach int vorseide ambocht, het en ware ghewonnen binnen zijnre vryheden ende ghetrouwet kint wesende »). Mais même à Aardenburg cette règle semble être l’exception36. Les statuts des gantiers aardenburgeois de 1408 mentionnent même très explicitement, chose assez exceptionnelle en Flandre, que les bâtards jouissaient des mêmes droits que les enfants légitimes37.

  • 38 Archives communales de Louvain, 1524, Groot gemeynboek B, f ° 210 v : 4 avril 1487.
  • 39 Archives Générales du Royaume (AGR), Chambres des Comptes, 20781, f° 8 v° (31 juillet 1446).
  • 40 N. H. L. van den Heuvel, De ambachtsgilden van ‘ s-Hertogenbosch vóór 1629 : rechtsbronnen van het (...)

20Les métiers des villes flamandes n’ont donc pas discriminé systématiquement les enfants illégitimes, sauf une interdiction générale d’exercer des fonctions dans les métiers. Mais il est impossible de généraliser cette situation pour les autres régions des Pays-Bas bourguignons. À Louvain seuls les fils légitimes des tisserands de toile jouissaient du statut de fils de maître et des avantages fiscaux liés au statut. Les autres métiers semblent avoir eu la même réglementation38. À Bruxelles le métier des bouchers était ouvert seulement aux bourgeois ayant des liens familiaux avec des bouchers. Les fils légitimes ne payaient que la moitié des droits d’entrée39. Cependant on peut voir un changement important dans le courant du XVe siècle dans quelques villes du Brabant. Ainsi à Bois-le-Duc un enfant illégitime n’était pas discriminé par le métier avant 1428. Mais, en cette année une nouvelle ordonnance stipulait que les doyens des métiers devaient dorénavant être de naissance légitime. Seulement au cas où un bâtard avait déjà exercé cette fonction, il pouvait continuer à le faire dans le futur40.

  • 41 L. Dupont, La condition des enfants nés hors mariage en droit liégeois, Liège, 1960, p. 106-111 ; G (...)
  • 42 K. Arnold, Das Kind, dans Lexikon des Mittelalters, 5, Munich, 1991, p. 1143 ; R. Sprandel, Die Dis (...)
  • 43 Schulz, Die Norm der Ehelichkeit, op. cit., passim.

21La réglementation la plus sévère était promulguée à Liège où les enfants illégitimes ne pouvaient point faire partie des corporations de métiers. Ici il leur était presque impossible de développer une activité dans le cadre de l’économie corporative, sauf dans les corporations des boulangers et des meuniers, où les bâtards étaient admis. Mais ils ne pouvaient pas accéder aux conseils du métier41. Comme ville d’Empire, Liège se conformait aux villes allemandes où une attitude plus stricte envers les enfants illégitimes était répandue. Selon R. Sprandel, les enfants illégitimes ne pouvaient pas accéder aux fonctions officielles et souvent l'accès aux métiers ne leur était même pas permis, ni ne pouvaient-ils se marier avec des gens de métier. Les bâtards devaient se contenter d’emplois moins estimés, ceux de journalier ou de domestique par exemple42. Mais comme Schulz l’a bien montré pour la Rhénanie, voisine très proche de la principauté de Liège, ces mesures théoriques ne sont pas nécessairement appliquées43.

  • 44 E. I. Strubbe, Keuren en voorgeboden uit de vijftiende eeuw te Kortrijk, dans De luister van ons ou (...)
  • 45 Dupont, Maagdenverleidsters, hoeren en speculanten, op. cit., p. 51 (AVB. 120, Hallegeboden 1490-14 (...)
  • 46 P. Stabel, Women at the market. Gender and Retail in the towns of Medieval Flanders, dans W. Blockm (...)

22La plupart des considérations morales dans les ordonnances et statuts des métiers semblent, en effet, dater déjà du XIVe siècle, ou même d’encore plus tôt. Ainsi des préoccupations autour de la renommée (fama) des activités commerciales sur les marchés sont déjà bien présentes dans les statuts des corporations et dans les bans de police des villes au XIVe siècle. Les statuts des savetiers gantois de 1304 mentionnent déjà que les maîtres qui ont une relation adultère n'ont plus la permission de travailler au sein du métier. Les bans de police d’Aardenburg du XIVe siècle stipulent sans aucune ambiguïté que les prostituées ne peuvent plus cueillir le client dans l’enceinte de la ville, et certainement pas dans le coeur commercial de la ville. À Gand, en 1350, des prostituées, professionnelles et occasionnelles (ledich wijf) ne pouvaient pas s’approcher de la halle le soir, ni du quartier du commerce des grains (spijkere) et à Courtrai elles ne pouvaient pas faire leur métier dans la zone portuaire ni dans les rues entre le port et le marché (1399)44. Les cris (bans de police) du magistrat brugeois de 1491, qui interdisaient aux prostituées (meyssins van wilden ende onreynen levene) l’accès le soir du quartier commercial de la ville (ter cranen, ter buersen onder de halle, ter burch oft elders)45, sont donc moins inspirés par un renouveau moral à la fin du XVe siècle, que par les mêmes préoccupations que révèlent les bans semblables des autres villes flamandes du siècle précédent (et il reste à prouver que leur apparition à ce moment n’est pas plutôt la conséquence du fait que la série des bans de Bruges ne sont conservés qu’à partir de 1490). D’ailleurs ces bans suivent la tendance plus générale d’une marginalisation plus accentuée, déjà au XIVe siècle, des activités commerciales des femmes dans certains secteurs économiques et commerciaux (la vente de viande et de poissons, le commerce des grains)46. Mais pour expliquer la relation entre une attitude morale plus stricte et ce développement d’exclusion au cours du bas moyen âge, les études pour la Flandre font encore défaut.

  • 47 Mais des ordonnances semblables valaient aussi pour les apprentis et parfois pour les compagnons. A (...)
  • 48 De Potter, Gent, op. cit., vol. 5, p. 459 (statuts des savetiers de 1538).
  • 49 « ... dat de vrouwen zullen moghen vercoepen hare witte lakene ende haer blaeuwe, ende voert zullen (...)

23Ce qui est hors de doute est que la plupart des statuts des métiers et des bans de police qui réglaient la vie économique semblent plus être inspirés par l'idéologie économique des corporations que par des considérations morales. Néanmoins, quelquefois ces considérations semblent avoir plus de conséquence, particulièrement pour l’activité économique des femmes. Ainsi à Gand il n’était pas permis aux femmes des tanneurs d’entrer seules dans les maisons des bourgeois pour acheter des peaux47. Mais souvent la situation restait très ambiguë. Certaines mesures avaient clairement pour but de limiter l’impact des femmes sur la formation des prix et salaires et de garantir la qualité du produit et du service. Ainsi les femmes-savetiers ne pouvaient pas acheter des chaussures dans les environs de Gand48. En 1338 les courtiers gantois décidèrent que les femmes pouvaient vendre certains draps (les blancs et les bleus), mais qu’elles ne pouvaient marchander qu’une quantité limitée de laine sans l’intervention de courtiers49. Comme dans cette autre grande ville de la Flandre, à Bruges, il semble que les quelques cas ou il est question de problèmes, la motivation est plutôt de garantir l’équité corporative et d’éviter la concurrence malsaine. Une plus grande discrimination des femmes dans le monde du travail correspondait donc plus à des attitudes socio-économiques changées, qu’à une offensive d’un nouvel ordre moral.

3.2. L’espace privé : l'adultère

  • 50 Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht, op. cit., p. 105-106.
  • 51 A.E. Gheldolf, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier de Gand. Coutume de la ville de Gand (...)

24Pour l’espace privé les attitudes envers l’adultère (public) sont plus représentatives. Les autorités civiles — et plus particulièrement les autorités locales — ne se sont occupées d’adultère que très tardivement. La plus ancienne législation ne semble dater que du XIVe siècle. Malgré le fait que l’adultère était de la compétence des officialités épiscopales, il était souvent aussi pénalisé par les autorités civiles50. Cette évolution aux dépens de la compétence ecclésiastique est particulièrement bien démontrée par les coutumes homologuées de la ville de Gand (1564) : les échevins de la Keure avaient la priorité sur la Cour Spirituelle en matière de poursuite ex officio de l’adultère et de la défloration. En outre, la Cour Spirituelle ne pouvait plus poursuivre en justice les inculpés qui avaient été accusés auparavant par les échevins gantois51.

  • 52 L. Gilliodts-Van Severen, Inventaire des archives de la ville de Bruges, Bruges, 1871-1878, t. IV, (...)

25Dès le début du XIVe siècle, des ordonnances contre l’adultère ont été décrétées par les magistrats (en collaboration avec les baillis comtaux), mais les ordonnances en question sont rarement enregistrées ou conservées. Dans la plupart des cas nous connaissons leur existence par les comptes de la ville et les comptes des baillis, où les amendes ont été enregistrées. Dans ces comptes, on réfère aux ordonnances et privilèges de la ville, comme dans le compte du bailli de Bruges de 1392 avec le titre Amendes des cueres, dont monseigneur doit avoir les deux pars et le ville le tierch52. La répression de l’adultère se concentrait en premier lieu sur les liaisons qui mettaient en danger le mariage, ou qui constituaient une menace pour l’ordre public en faisant scandale ou en provoquant des violences.

  • 53 Carlier, Kinderen van de minne ?, op. cit., p. 106-110.
  • 54 P. de Pelsmaeker, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier d’Ypres. Registres aux sentences (...)
  • 55 AGR. Chambres des Comptes, 13780, f° 68 v° (compte du bailli 1474-1476).

26La motivation précise des interventions des autorités centrales et urbaines n’était pas l’indignation morale provoquée par le fait que quelqu’un trompait son partenaire, mais plutôt l’inquiétude pour le mariage en tant qu’institution et la menace qu’une désunion constituait pour le patrimoine et le réseau familial autour de cette union53. Au début, on n'intervenait pas contre les petites infidélités, ni même contre des liaisons plus longues. Non, on ne visait que ceux ou celles qui vraiment abandonnaient leur partenaire où qui entretenaient un deuxième ménage. Dans un certain nombre de cas, l’infidèle n’abandonnait pas seulement son conjoint, mais il ou elle emmenait aussi les biens du couple. En 1367, Pols de Slipen, un habitant de la ville d’Ypres, était banni de Flandre par les échevins, « pour ce qu’il detient le femme et l'avoir Henric Janszone »54. D’ailleurs, le titre de la rubrique des amendes pour adultère dans les comptes du bailli de Bruges en dit long : Amendes de hommes mariez qui tiennent osteil avecque aultre femmes que avecque leur droite femme expousee. Et femmes qui tiennent osteil avecque aultre homme que leur droit mary espousé. En 1475 le bailli de Bruges justifia une amende de 18 livres parisis comme suit : « D’une nommee Katherine Paes calengié par ledit escoutète et ceulx de la loy a cause que combien et non obstant qu’elle avoit esté advertye et fut par ledit seigneur et ceulx de la loy deffendu de non plus anter et prendre conversacion naturelle et carnelle compagnie avec ung homme qu’elle scavoit estre en estat de maryage avec lequel elle avoit certain long temps et espace des ans tenu meisnaige et detenu de sa femme de quoy elle avoit par pluiseurs fois selon les cueres de ladite ville payé l’amende a ce limitée. Neantmoins en contempt de justice, elle persevera toudis en sondit estat et deshonneste vie. »55 Ici, on trouve réunis tous les éléments qui justifiaient l’intervention des autorités brugeoises : la mauvaise conduite à plusieurs reprises ; pas seulement l’adultère mais aussi une liaison qui a menacé le mariage existant ; une infraction aux lois brugeoises et, finalement, un comportement déshonnête.

  • 56 AVB, groenenboek A, f° 241,9 janvier 1435. Texte mentionné dans Gilliodts, Inventaire Bruges, op. c (...)
  • 57 Vorsterman Van Oyen, Rechtsbronnen der stad Aardenburg, op. cit. : Keur der temmerlieden, metsenaer (...)

27Il est clair que la politique envers l’adultère est le résultat d’une entente étroite entre la ville et les instances comtales. Mais la lutte contre l’abandon du conjoint et contre la désunion du couple marié n’était pas seulement, et nous osons même dire, pas surtout, l’affaire du gouvernement urbain ou central. On voit que d’autres institutions sociales et économiques ont incorporé dans leurs statuts des mesures contre l’adultère et l’abandon d’épouses. En 1435, le renouvellement du règlement de la corporation des arbalétriers de Saint-Georges à Bruges a imposé que les membres devaient dorénavant se justifier devant la corporation aux cas où, étant mariés, ils habiteraient avec une autre femme56. De telles dispositions pouvaient avoir des graves répercussions économiques. Faut-il le rappeler, les chartes et statuts de la plupart des métiers brugeois, enregistrés en 1445, stipulent que le doyen du métier devait dénoncer aux échevins de la ville ceux qui étaient suspects d’adultère, de pratiquer l'usure ou d’être un souteneur. À Aardenburg, dans plusieurs chartes de métier, décrétées au cours du XIVe, XVe et début du XVIe siècles, il était stipulé qu'un homme marié qui habitait avec une autre femme que la sienne, ne pouvait plus exercer son métier jusqu'au moment où il renoncerait à cet arrangement. Son comportement amendé devait être prouvé par les témoignages de gens « de bonne foi »57.

  • 58 De Potter, Gent, op. cit., vol. 3, p. 125 (19 août 1402).

28Pour interpréter de tels cas, il faut être néanmoins très prudent. Un litige tout à fait semblable en 1402 devant le doyen des vendeurs de fruits à Gand ne semble pas du tout inspiré par une nouvelle appréciation des valeurs morales. Un membre de la corporation, Jan van Beune, avait abandonné sa femme et il cohabitait avec une autre, mariée elle aussi. Ses collègues sur le marché aux fruits avaient porté plainte contre lui et sa concubine, parce qu’elle l’assistait dans son étal. Les instances judiciaires du métier jugèrent et aboutirent à un compromis (« à la belge ») : elle ne pouvait plus assister Jan sur le marché, mais elle pouvait quand même porter les fruits à l’étal. Ici les arguments moraux sont davantage inspirés par les considérations rationnelles et pratiques d’une compétition transparente et honnête entre membres du métier, plutôt que par une politique moralisatrice58.

  • 59 M. Naessens, De beteugeling van seksueel en religieus deviant gedrag door de stadsschepenbanken van (...)

29Malgré tous ces règlements contre l’adultère, nous n’avons pas retrouvé des signes de répression adéquate ou sévère au XVe siècle par les autorités urbaines. À Bruges, on faisait payer une amende pour adultère seulement à une ou deux personnes par an en moyenne, et cette politique n’a pas changé jusqu’aux années trente du XVIe siècle. Mariann Naessens a tout récemment démontré pour les villes de Bruges et de Courtrai que ce n’est qu’au moment où l’empereur Charles Quint a pris plusieurs mesures pour ‘le bien commun’, que les gouvernements urbains ont réagi plus rigoureusement contre le phénomène de l'adultère. Même la formulation dans les comptes changea, car le mot adulterie / adultère resurgit dans le titre même de la rubrique et dans les ordonnances. Le mot en néerlandais overspel, par contre, on l'employait déjà bien plus fréquemment au XVe siècle59.

  • 60 A. E. Gheldolf, Coutumes, op. cit., p. 672-679, no LXXXIII : 19 février 1491 (n.s.).
  • 61 Pour l’influence des punitions publiques sur l'honneur du coupable, voir R. Van Dülhen, Der ehrlose (...)
  • 62 L. Gilliodts-Van Severen, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier d'Ypres. Coutume de la vi (...)

30Dès la fin du XVe siècle, le discours moralisateur apparaissait plus fréquemment, même dans les ordonnances princières et urbaines. A Gand, en 1491, le bailli, les échevins des deux bancs et les doyens confirmaient une ordonnance de 1483. La motivation de cette ordonnance fait clairement ressortir une nouvelle argumentation : « Pour les motifs que les péchés d’adultère, de blasphème et autres péchés graves et intolérables, règnent grandement en cette ville, contrairement et au mépris des commandements de Dieu, et sont tellement communs que beaucoup de gens ne les considéreront tantôt plus comme péché ni méfait, d’où les plaies du pays sont issues, ainsi qu’il est à redouter et à supposer, et doivent provenir de plus en plus, s’il n’y est pourvu, pourquoi faire et parce que le peuple a souvent plus de crainte des peines et punitions temporelles et civiles que de la vengeance divine, si est-il ordonné de par le seigneur et la loi, les échevins des deux bancs et les deux doyens »60. Voilà un discours qu’on n’attend pas dans un texte législatif. On voit aussi une évolution nette dans les punitions de l’adultère, de la prostitution et du proxénétisme61 : d’amendes (à Bruges et à Malines par exemple) ou de bannissement (à Ypres) aux XIVe et XVe siècles, on arrive à des peines corporelles et publiques dans l’ordonnance gantoise de 1483 et dans les coutumes à Ypres, rédigées en 153562.

  • 63 Dupont, Maagdenverleidsters, hoeren en spekulanten, op. cit., p. 75.
  • 64 L. Th. Maes, Vijf eeuwen stedelijk strafrecht. Bijdrage tot de rechts-en cultuurgeschiedenis der Ne (...)

31À la fin du XVe siècle et surtout au début du XVIe, la notion d’honneur devenait de plus en plus importante dans la problématique de la culpabilité et de la punition. Guy Dupont a montré pour la prostitution brugeoise qu’à partir de la dernière décennie du XVe siècle, on augmentait les amendes et on changeait la nature des punitions. Selon lui, on visait surtout l’exploitation financière de jeunes filles de bonne famille (voire des classes moyennes) que l’on forçait à se prostituer ou à qui on faisait des promesses fallacieuses. On était surtout plus sévère quand les souteneurs des filles avaient aussi été responsables de leur éducation, tels les parents ou tuteurs qui vendaient leurs filles ou pupilles pour leur propre profit, ou quand les maris toléraient que leurs femmes se prostituent ou commettent l’adultère63. Nous retrouvons le même écho de ce durcissement de la morale dans les ordonnances des villes de Gand en 1483, de Malines en 152964 et d’Ypres en 1535. Mais comme nous l’avons déjà dit, on trouve à peine des traces dans les sources d’une répression adéquate à la suite de cette nouvelle conscience des normes.

  • 65 Naessens, De beteugeling, op. cit., p. 166-167 et F. Vanhemelryck, De criminaliteit in de ammanie v (...)
  • 66 Gilliodts-Van Severen, Coutume de la ville d'Ypres, op. cit. : Cahier Primitif, rubr. 64, art. 1.
  • 67 Gheldolf, Coutume de la ville de Gand, op. cit., no LXXXIII, art. 1.

32Certains auteurs ont expliqué les possibilités assez limitées d’intervention efficace des autorités en ce qui concerne l’adultère par le fait que ce méfait, comme certaines formes de prostitution privée, était commis en secret65. Mais nous ne pensons pas que cette explication soit suffisante pour le nombre assez limité d’amendes. L’adultère par l’homme était assez souvent de notoriété publique (avec la procréation d’enfants illégitimes, et l’épouse était souvent bien au courant des activités de son mari). Dans la société médiévale, caractérisée par le contrôle social, il était très difficile de cacher une relation illicite pour son entourage, ses collègues ou sa famille. Non, si on ne poursuivait en justice que si peu de cas d’adultère, ce n’est pas parce que le bailli ou les autorités communales n’étaient pas au courant du phénomène, mais parce que d’abord on tolérait l’adultère « simple », qui ne menaçait pas le mariage ; et deuxièmement, parce que le bailli n’avait pas assez d’hommes pour poursuivre une telle infraction estimée « banale ». Dans le cahier primitif des coutumes de la ville d'Ypres, la punition de l’adultère dépendait des circonstances : si le délit était scandaleux et public, le coupable était puni de bannissement pour sept ans, ou d’une peine corporelle ; si l’adultère était resté secret, et n’avait pas provoqué de scandale, les attitudes du magistrat étaient beaucoup plus coulantes et ils pouvaient juger à leur propre gré66. L’ordonnance de la ville de Gand était moins indulgente : commettre l’adultère, secrètement ou publiquement, était puni par des peines de prison67.

4. Les idéologies

  • 68 P. Trio, Volksreligie als spiegel van een stedelijke samenleving. De broederschappen te Gent in de (...)
  • 69 R. Muchembled, L’invention de l'homme moderne : sensibilités, moeurs et comportements collectifs so (...)

33Une recherche encore très superficielle de la législation urbaine et corporative des villes flamandes aux XIVe et XVe siècles ne laisse pas de doute sur le fait que les autorités se sont occupées de questions de moralité. Mais c’est surtout au XVIe siècle que leurs interventions semblent se multiplier. Est-ce à cause d’une offensive des valeurs bourgeoises dans les villes des Pays-Bas (comme fait croire la théorie devenue controversée de Herman Pleij) ? Ou cette activité législative nous indique-t-elle d’autres phénomènes ? On ne peut pas surestimer l’impact d’une attitude religieuse changée. Sous l'influence des moralistes de l’humanisme naissant aux Pays-Bas et d’une intériorisation de la vie religieuse, les classes moyennes urbaines se sont approprié de nouvelles idées sur l’organisation de la société et de la famille68. On doit aussi tenir compte d’une attitude plus crispée des autorités face à la crise profonde de l’activité économique principale dans les villes, les industries textiles. La restructuration de la société urbaine (avec un plus grand pouvoir des catégories sociales moins entreprenantes, comme les rentiers) et une stratégie d’auto-défense des corporations, face à un monde changé et dominé par un capitalisme commercial, qui n’hésitait pas a déplacer l’activité économique en fonction de critères purement économiques, tels la productivité et le coût du travail, ont certainement aidé à ouvrir les esprits pour une nouvelle moralité. Pour l’instant il est très difficile d’expliquer les causes de cette nouvelle appréciation, comme il est aussi encore difficile de proposer une chronologie exacte du phénomène ; s’il apparaît clairement à la fin du XVe et au XVIe siècle, il y avait certainement des antécédents dans la période antérieure. La législation et, point essentiel, son application par les instances policières et judiciaires est sans aucun doute, comme Robert Muchembled a pu le constater pour la même période, « l’auxiliaire de l’entreprise de moralisation »69. Comme pour toute réglementation du bas moyen âge, on peut encore caractériser cette politique de ad hoc, d’incohérente et de souvent (délibérément ?) inefficace.

34L’importance grandissante des notions d’honneur et une tendance vers le conformisme, sont-elles typiques pour une moralité bourgeoise naissante ? Le rejet ou l'acceptation des bâtards, des prostituées, d’un comportement honorable ou immoral doivent être interprétés dans un contexte plus large des idées d’honneur et de honte. Les systèmes d’intégration dans la société (urbaine ou corporative) ou d’exclusion sont clairement déterminés par ces idées. Ces systèmes avaient aussi existé, bien sûr, pendant les XIVe et XVe siècles, mais ils deviennent certainement plus nombreux et plus importants à partir de la fin du XVe siècle. Aux yeux des élites bourgeoises et des autorités centrales, imposer un système de valeurs était un moyen de renforcer leur mainmise sur le pouvoir. Tout ceci se traduira en une attitude plus stricte envers les marginaux, les mendiants et la mobilité de nécessité en général, mais aussi en une attitude moins tolérante envers les femmes (et leur place dans la société, voire l’économie urbaine), envers les enfants, envers les compagnons, envers le mariage et le patrimoine familial, bref en une fermeture de la société en général.

  • 70 Sur l’application de la théorie de la civilisation des moeurs de Norbert Elias (Über den Prozess de (...)

35Mais on doit aussi indiquer que tout ceci ne se passe point sous le signe d’une rupture abrupte des mentalités. Certes, les ordonnances et les statuts se multiplient pendant ou après une crise, une révolte, une réaction des autorités centrales. Mais il semble certain que ces ordonnances n’étaient qu’un point final à une évolution ultérieure. Ainsi nous croyons que, malgré l’importance de cette activité législative, elle n’est qu’indicatrice de développements plus profonds dans la société même. La manière dont certains bans de police dans les villes flamandes sont toujours répétés, montre déjà qu’ils n’étaient pas du tout respectés. Le changement majeur est certainement que le discours des moralistes, philosophes et prédicateurs est introduit dans le discours des autorités avec plus d’enthousiasme. La moralité fait son entrée sur le forum public et civique. Ainsi le bas moyen âge prépare la société urbaine d’Ancien Régime où la moralité, l’honneur et la respectabilité sont étroitement liés à la vie sociale et professionnelle70. Notre contribution a voulu montrer comment ce discours entre dans la législation des villes et des corporations urbaines. Mais beaucoup de nos hypothèses restent, vu l’état de la recherche, nécessairement des hypothèses. Le changement au bas moyen âge semble certain, reste à mieux situer l'impact de ce changement sur le plan de la chronologie, des différents groupes sociaux et des relations entre autorités locales et centrales.

Notes

1 Les auteurs tiennent à remercier Mme Thérèse de Hemptinne pour avoir relu le français.

2 Archives de la ville de Bruges (AVB), no 96/14, nieuw groenenboek ongecotteerd, f° 185 : 6 avril 1465 (n.s.).

3 L. Gilliodts-Van Severen, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier de Bruges. Coutume de la ville de Bruges, Bruxelles, 1874, p. 198-199.

4 Voir notamment G. Dupont, Qu'est-ce que la marginalité ? Marginale groepen in de laatmiddeleeuwse samenlevingen : definities en problemen, dans D. Heirbaut et D. Lambrecht, Van oud en nieuw recht. Handelingen van het 15de Belgisch-Nederlands Rechtshistorisch Congres. Gent 16-17 april 1998, Anvers, 1998, p. 219-240.

5 Herman Pleij a développé son idée d’une offensive de civilisation de la bourgeoisie bas-médiévale pour la première fois dans son livre De sneeuwpoppen van 1511. Stadscultuur in de late middeleeuwen, Amsterdam, 1988. Depuis lors, il a nuancé cette théorie dans plusieurs articles : With a view to reality. The rise of bourgeois-ideals in the late Middle Ages, dans M. Smeyers et H. Cardon (éds.), Flanders in a European perspective : manuscript illumination around 1400 in Flanders and abroad, Leuven, 1995 (Corpus of illuminated manuscripts from the Low Countries, 5), p. 3-24 ; Inleiding : Op Belofte van Profijt, dans H. Pleij (éd.), Op belofte van profijt : stadsliteratuur en burgermoraal in de Nederlandse letterkunde van de middeleeuwen, Amsterdam, 1991 (Nederlandse literatuur en cultuur in de middeleeuwen, 4), p. 8-51.

6 Pour le rôle politique et idéologique de la centralisation princière au moyen âge dans la construction d'une attitude envers les divers groupes dans la société urbaine, voir diverses contributions dans J.-P. Genet et G. Lottes (éds.), L’Etat moderne et les élites XIIIe-XVIIIe siècles : apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Paris, 1996 (Histoire moderne, 36) et J.-P. Genet (éd.), L'Etat moderne : genèse - bilans et perspectives. Actes du colloque tenu au CNRS à Paris, les 19-20 septembre 1989, Paris, 1990.

7 Pour le comté de Flandre, voir notamment R. C. Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht in Vlaanderen van de 11e tot de 14e eeuw, Bruxelles, 1954 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren, 19), p. 135-136.

8 A l’occasion des vérités, le bailli et les échevins consultaient les habitants afin de détecter des crimes et des violations de l’ordre social et moral : R.C. Van Caenegem, Geschiedenis van het strafprocesrecht in Vlaanderen van de 11e tot de 14e eeuw, Bruxelles, 1956 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren, 24), p. 35-50 ; pour Bruges G. Dupont, Maagdenverleidsters, hoeren en speculanten : prostitutie in Brugge tijdens de Bourgondische periode (1385-1515), Brugge, 1996 (Vlaamse historische studies, 10), p. 68-70 et Id., « Ce que non est a parmettre par justice ». Le judiciaire et le social dans les villes flamandes du bas Moyen Âge, conférence inédite à l’Ecole française de Rome, Rome, 29 mai 1999.

9 M. Boone, Gent en de Bourgondische hertogen ca. 1384 - ca. 1453 : een sociaalpolitieke studie van een staatsvormingsproces, Bruxelles, 1990 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren, 133), p. 93-123 et 141-157 ; H. Deceulaer,Stadsbestuur en buurtbewoners in Gent. Interactie, participatie en publieke opinie 1658-1668, dans Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 110, 1995, p. 3-26 ; C. Lis et H. Soly, Neighbourhood and social change in West European cities. Sixteenth to nineteenth centuries, dans International Review of Social History, 38, 1993, p. 1-30 ; W. Blockmans et W. Prevenier, Poverty in Flanders and Brabant from the fourteenth to the mid-sixteenth century : sources and problems, dans Acta Historiae Neerlandicae. Studies on the History of The Netherlands, 10, 1978, p. 20-57 ; N. Z. Davis, The reasons of misrule : youth groups and charivari in sixteenth-century France, dans Past and Present, 50, 1971, p. 41-75 ; M. Jacobs, Charivari en volksgerichten. Sleutelfenomenen voor sociale geschiedenis, dans Tijdschrift voor Sociale Geschiedenis, 12, 1986, p. 365-392.

10 S. Ozment, The age of Reform 1250-1550 : an Intellectual and Religious History of Late Medieval and Reformation Europe, New Haven, 1980 ; H. Schilling, Religion, political culture and the emergence of early modem society : essays in German and Dutch History, Leiden, 1992 (Studies in medieval and reformation thought, 50).

11 K. Geerts, De spelende mens in de Boergondische Nederlanden, Brugge, 1987 (Vlaamse historische studies, 4), p. 121-122.

12 Geerts, De spelende mens, op. cit., p. 70 sq.

13 Ainsi en 1520 (Geerts, De spelende mens, op. cit., p. 170). Le 18 décembre 1509 les échevins décrétèrent qu’un nouveau réglement pour la loge des bourgeois était devenu nécessaire, afin que bourgeois et autres gens d’honneur puissent fréquenter cette maison plus qu’auparavant (L. Gilliodts-Van Severen, Mémoriaux de Bruges. Recueil de textes et analyses de documents inédits ou peu connus, concernant l’état social de cette ville, du quinzième au dix-neuvième siècle, t. I, Bruges, 1913, p. 193-197).

14 Giluodts-Van Severen, Mémoriaux de Bruges, op. cit., t. I, p. 192-193 (AVB, Sentences civiles, 1522-1523, f° 114 v°, 1).

15 Μ. K. McIntosh, Controlling misbehaviour in England, 1370-1600, Cambridge, 1998, p. 1-19. Pour les Pays-Bas voir notamment R. Van Uytven, Scènes de la vie sociale dans les villes des Pays-Bas du XIVe au XVe siècles, dans Actes du colloque « La sociabilité urbaine en Europe du nord-ouest du XIVe au XVIIIe siècles », Douai, 1983, p. 11 - 31 et M. Carlier, Solidariteit of sociale controle ? De rol van vrienden en magen en buren in een middeleeuwse stad, dans M. Carlier, A. Greve, W. Prevenier et P. Stabel (éds.), Coeur et marge dans la société urbaine au bas moyen âge, Leuven/Apeldoom, 1997, p. 71-91.

16 M. Carlier, Kinderen van de minne ? Bastaarden in het vijftiende-eeuwse Vlaanderen, Bruxelles, 2001 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Nieuwe Reeks, 3).

17 H. Soly et C. Lis, Poverty and capitalism in pre-industrial Europe 1350-1850, Hassocks, 1979 ; B. Hanawalt, Growing up in medieval London : the experience of childhood in history, Oxford, 1995 ; M. Howell, Women, production andpatriarchy in late medieval cities, Chicago, 1986, (Women in culture and society, 1) ; J. Kelly, Women, History and Theory. The Essays of Joan Kelly, Chicago/Londres, 1984 ; D. Herlihy, Did women have a renaissance ? A reconsideration, dans Mediaevalia et Humanistica, n.s., 16, 1985, p. 1-22 ; M. Danneel, Gender and the Life Course in the Late Medieval Flemish Town, dans W. Blockmans, M. Boone et Th. de Hemptinne (éds.), Secretum Scriptorum. Liber alumnorum Walter Prevenier, Leuven/Apeldoorn, 1999, p. 225-258.

18 McIntosh, Controlling misbehaviour, op. cit., p. 7-8.

19 J.R. Farr, Hands of honor. Artisans and their world in Dijon, 1550-1650, Ithaca/Londres, 1988, p. 177-195.

20 C. R. Friedrichs, The early modem city 1450-1750, Londres/New York, 1994, p. 160-161 et 235-236.

21 Archives de l’Etat de Bruges (AEB), Métiers de Bruges, no 1, cartulaire général 1445. Une partie de ce cartulaire - les statuts des métiers de la draperie, les tisserands, foulons, tondeurs et teinturiers - a été éditée par O. Delepierre, Collection des keuren ou statuts de tous les métiers de Bruges, Gand, 1842.

22 Sur la révolte de Bruges en 1436-1438, voir J. Dumolyn, De Brugse opstand van 1436-1438, Heule, 1997 (Anciens pays et assemblées d’états, 101), qui ne discute pas les conséquences de la répression pour les métiers de la ville. Pour le rôle important d’une répression exemplaire des métiers après une révolte urbaine dans la conception du prince, voir notamment pour Gand : P. Arnade, Realms of Ritual. Burgundian Ceremony and Civic Life in Late Medieval Ghent, Ithaca/Londres, 1996, p. 95-126.

23 Par exemple dans la charte des potiers : « Item dat elx vrije meesterskindt, zine vryhede lossen mach om.XII. groten den deken ende vinders vanden voorseide ambacht .XII. groten der ghilden ende twee groten den clerc, behouden dies, dat dat kindt gheboren zij binden tiden, dat zijn vader vry meester was int voorseide ambocht ende dit kindt moet oud wesen .XV. jaer eert zine vryhede hebben zal » (AEB, Métiers de Bruges, no 1, f° 144 art. 2).

24 AEB, Métiers de Bruges, no 1, f° 211 : « Item zo wanneer man of wijf comt van live ter doot die camere [‘petit magasin, probablement dans les Halles] heift binnen voorseid ambacht, dat die versterven zal up haerlieden kindren man hooft wesende, zijn zij bastaerdt of ghetrauwet, ende waert datter gheen man hooft en ware dat de camer commen zoude in baten vanden ghildebroeders, die gheene camer ghehadt en hebben, bij rechten loote, zonder coop jof overgheven, behouden der steden rechte ».

25 J. A. Van Houtte, Ambernijverheid en paternostermakers te Brugge gedurende de 14e en 15e eeuw, dans Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis te Brugge « Société d'émulation », 82, 1939, p. 149-184.

26 AEB, Métiers de Bruges, no 1, f° 324.

27 Sur la permission parentale pour se marier, voir Μ. M. Sheehan, Choice of marriage partner in the M iddle Ages. Development and mode of application ofa theory of marriage, dans Studies in Medieval and renaissance Italy, 1, 1978, p. 1-33 ; Carlier, Kinderen van de minne, op. cit., p. 94-97 ; A. Esmein, Le mariage en droit canonique, Paris, 1929, passim ; Ph. Godding, Le droit privé dans les Pays-Bas méridionaux du 12e au 18e siècle, Bruxelles, 1987 (Académie Royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres. Collection in-4°, 2e série, t. XIV B fasc. 1), no 117-122 ; W. Prevenier et Th. de Hemptinne, Ehe in der Gesellschaft des Mittelalters, dans Lexikon des Mittelalters, 3/51, Munich, 1986, col. 1635-1640.

28 Sur l’idéologie corporative et l’idée du corps du métier et l’honneur, voir J. R. Farr, Hands of Honor, op. cit., passim ; M. Wiesner, The religions Dimensions of Guild Notions of Honor in Reformation Germany, dans S. Backmann, H.J. Künast, S. Ullmann et B. A. Tlusty (éds.), Ehrkonzepte in der Frühen Neuzeit. Identitäten und Ahgrenzungen, Berlin, 1998 (Institut für europaische Kulturgeschichte der Universität Augsburg, Colloquia Augustana, 8), p. 223-233.

29 M. Danneel, Weduwen en wezen in het laat-middeleeuwse Gent, Leuven/Apeldoorn, 1995 (Studies in Urban Social, Economic and Political History of the Medieval and Modem Low Countries, 3), p. 349-382.

30 Le 22 avril 1437, le grand conseil de Bruges, conseil qui rassemblait entre autres les métiers de la ville, décida en pleine révolte que les bourgeois et les artisans ne pouvaient plus être bannis de la ville sans le consentement des doyens et jurés du métier. Une décision qui passa au détriment des échevins. Plus tard, après la révolte, les statuts des métiers montrent un pouvoir beaucoup plus grand des échevins au détriment des instances des métiers (J. Dumolyn, « Rebelhede ende vergaderinghen ». Twee Brugse documenten uit de grote opstand van 1436-1438, dans Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis, 162, 1996, p. 316-317).

31 Pour Gand, voir M. Boone, Les gens de métiers à l'époque corporative à Gand et les litiges professionnels (1350-1450), dans M. Boone et W. Prevenier (éds.), Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (moyen âge et temps modernes), Leuven/Apeldoorn, 1996 (Studies in Urban Social, Economic and Political History of the Medieval and Modem Low Countries, 5), p. 23-48.

32 AVB, Groenenboek A, f° 43 (27 juillet 1413). Voir aussi J.A. Van Houtte, Makelaars en waarden te Brugge van de 13e tot de 16e eeuw, dans Bijdragen tot de Geschiedenis der Nederlanden, 5, 1950, p. 7.

33 AVB, 96, Nieuw Groenenboek B, f° 44 (1522). Les monnayeurs ne formaient pas de corporation de métier, puisque la monnaie de Bruges dépendait du comte (A. Vandewalle, Beknopte inventaris van het stadsarchief van Brugge. Deel 1 : Oud Archief, Brugge, 1971, p. 153).

34 K. Schulz, Die Norm der Ehelichkeit im Zunft-und Bürgerrecht spâtmittelalterlicher Städte, dans L. Schmugge (éd., avec la coll. de B. Wiggenhauser), Illegitimität im Spätmittelalter, Munich, 1994 (Schriften desHistorischen Kollegs. Kolloquien, 29),passim et conclusion p. 83 : « Aber wichtiger war und blieb wohl die Betonung der eigenen Standesehre, die das Selbstverstandnis so strukturierter Gruppen umso stârker hervortreten lieβ, je spurbarer andere groβ- und bildungsbürgerliche Normen eine gesellschaftliche Deklassierung bewirkten oder auch nur andeuteten ». Pour la notion de « l’honneur » dans les métiers en Flandre, voir e.a. M. Boone, Les gens de métiers, op. cit., p. 44-45.

35 Schulz, Die Norm der Ehelichkeit, op. cit., p. 80.

36 G. A. Vorsterman van Oyen (ed.), Rechtsbronnen der stad Aardenburg, La Haye, 1892, p. 149-150 : Cuere van den ambochte van den smeden du 29 septembre 1360, et confirmée en 1470 et 1514.

37 Vorsterman van Oyen, Rechtsbronnen, op. cit., p. 154.

38 Archives communales de Louvain, 1524, Groot gemeynboek B, f ° 210 v : 4 avril 1487.

39 Archives Générales du Royaume (AGR), Chambres des Comptes, 20781, f° 8 v° (31 juillet 1446).

40 N. H. L. van den Heuvel, De ambachtsgilden van ‘ s-Hertogenbosch vóór 1629 : rechtsbronnen van het bedrijfsleven en het gildewezen, ‘ s-Hertogenbosch, 1948, p. 109.

41 L. Dupont, La condition des enfants nés hors mariage en droit liégeois, Liège, 1960, p. 106-111 ; Godding, Le droit privé, no 141.

42 K. Arnold, Das Kind, dans Lexikon des Mittelalters, 5, Munich, 1991, p. 1143 ; R. Sprandel, Die Diskriminierung der Unehelichen Kinder im Mittelalter, dans J. Martin, A. Nitschke, K. Arnolds (éds.), Zur Sozialgeschichte der Kindheit, Freiburg, 1986, p. 495-497.

43 Schulz, Die Norm der Ehelichkeit, op. cit., passim.

44 E. I. Strubbe, Keuren en voorgeboden uit de vijftiende eeuw te Kortrijk, dans De luister van ons oude recht. Verzamelde rechtshistorische studies door dr. Eg.I. Strubbe 1897-1970, Bruxelles, 1973, p. 163, 23 juin 1399 : « Het es gheordineirt etc., dat van nu voortan negheene vrauwen van State sitten noch gaen of haerleder neringhe doen, tusschen der Harlebekestrate ende der Leie, ende wiere of van hemleden bevonden ware, dat zoude zijn up hare upperste cleet te verbueme, als dickent als ment bevonde ».

45 Dupont, Maagdenverleidsters, hoeren en speculanten, op. cit., p. 51 (AVB. 120, Hallegeboden 1490-1494, f° 69).

46 P. Stabel, Women at the market. Gender and Retail in the towns of Medieval Flanders, dans W. Blockmans, Μ. Boone, Th. De Hemptinne (éds.), Secretum Scriptorum, op. cit., p. 259-276.

47 Mais des ordonnances semblables valaient aussi pour les apprentis et parfois pour les compagnons. Ainsi cette règlementation reflète plutôt la volonté de fermer les marchés pour des concurrents possibles des maîtres-artisans (« Item dat gheen vrauwe noc leercnape huudt mach coepen in poorters huus noch eldere, up de boete van v s. par. » : F. De Potter, Gent van den oudsten tijd tot heden, vol. 6, Gand, 1882, p. 518, statuts des tanneurs de 1506).

48 De Potter, Gent, op. cit., vol. 5, p. 459 (statuts des savetiers de 1538).

49 « ... dat de vrouwen zullen moghen vercoepen hare witte lakene ende haer blaeuwe, ende voert zullen de vrouwen moghen coepen xv steene wullen ende niet daerboven, ende wat sij coepen zullen boven xv steenen, daer moeten over sijn een ghesworen makeleere, dats te verstane dat die cnape heffen sal de helft, ende dat niemen over eenen coep van wullen daer mochte over commen eene vrouwe de welke der toe ghenomen es van xii, ende elc negheene vrouwe, up de boete van x lb. » (N. De Pauw, De voorgeboden der stad Gent in de XIVe eeuw (1337-1382), Gand, 1895, p. 29).

50 Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht, op. cit., p. 105-106.

51 A.E. Gheldolf, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier de Gand. Coutume de la ville de Gand, 2 vol., Bruxelles, 1868 : coutume homologuée, rubr. I, art. 22.

52 L. Gilliodts-Van Severen, Inventaire des archives de la ville de Bruges, Bruges, 1871-1878, t. IV, p. 189.

53 Carlier, Kinderen van de minne ?, op. cit., p. 106-110.

54 P. de Pelsmaeker, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier d’Ypres. Registres aux sentences des échevins d'Ypres, Bruxelles, 1914, no 687 (6 octobre 1367).

55 AGR. Chambres des Comptes, 13780, f° 68 v° (compte du bailli 1474-1476).

56 AVB, groenenboek A, f° 241,9 janvier 1435. Texte mentionné dans Gilliodts, Inventaire Bruges, op. cit., IV, p. 457 : « Item, zo wat ghildebroeders die een goet ghetrauwet wijf heift, ende hi met eenen anderen wive huus houdt. die zal staen ter correxie van den eede ». Ce document est un renouvellement d’un acte plus ancien détruit dans un incendie.

57 Vorsterman Van Oyen, Rechtsbronnen der stad Aardenburg, op. cit. : Keur der temmerlieden, metsenaers, tegheldeckers, steenhauwers, strodeckers, zaghers ende plaesteraers (p. 145, art. 11) : 10/8/1360, 27/9/1470, 8/7/1499, 11/9/1514 ; Cuere van den handscoemakers ende vettewariers (p. 154, art. 10) : 22/1/1408, 27/9/1470, 6/8/1511 ; Cuere van den wullinenwevers (p. 159, art. 12) : 13/9/1442 ; Cuere van den crudeniers (p. 165, art. 6) : 6/8/1511.

58 De Potter, Gent, op. cit., vol. 3, p. 125 (19 août 1402).

59 M. Naessens, De beteugeling van seksueel en religieus deviant gedrag door de stadsschepenbanken van Kortrijk en Brugge, 1459-1537. Een onderzoek naar het civilisatieproces vanuit gerechtelijke bronnen, mémoire de licence inédit, KU Leuven, 1997-98, p. 228-232.

60 A. E. Gheldolf, Coutumes, op. cit., p. 672-679, no LXXXIII : 19 février 1491 (n.s.).

61 Pour l’influence des punitions publiques sur l'honneur du coupable, voir R. Van Dülhen, Der ehrlose Mensch. Unehrlichkeit und soziale Ausgrenzung in der frühen Neuzeit, Cologne/Weimar/Vienne, 1999, p. 67-82. Pour la Flandre : P. De Win, De schandstraffen in het wereldlijk strafrecht in de Zuidelijke Nederlanden van de Middeleeuwen tot de Franse Tijd bestudeerd in Europees perspectief Bruxelles, 1991 (Verhandelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, 139) et plus récemment P. Stabel, The Marketplace and Civic identity in Late Medieval Flanders, dans Μ. Boone et P. Stabel (éds.), Shaping urban identity in late medieval Europe : the use of space and images, Leuven/Apeldoorn, 2000, p. 46-50.

62 L. Gilliodts-Van Severen, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier d'Ypres. Coutume de la ville d'Ypres, Bruxelles, 1908, Cahier Primitif, rubr. 64.

63 Dupont, Maagdenverleidsters, hoeren en spekulanten, op. cit., p. 75.

64 L. Th. Maes, Vijf eeuwen stedelijk strafrecht. Bijdrage tot de rechts-en cultuurgeschiedenis der Nederlanden, Anvers/La Haye, 1947, p. 228-232.

65 Naessens, De beteugeling, op. cit., p. 166-167 et F. Vanhemelryck, De criminaliteit in de ammanie van Brussel van de late Middeleeuwen tot het einde van het Ancien Regime (1404-1789), Bruxelles, 1981 (Verhandelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, 97), p. 155.

66 Gilliodts-Van Severen, Coutume de la ville d'Ypres, op. cit. : Cahier Primitif, rubr. 64, art. 1.

67 Gheldolf, Coutume de la ville de Gand, op. cit., no LXXXIII, art. 1.

68 P. Trio, Volksreligie als spiegel van een stedelijke samenleving. De broederschappen te Gent in de late middeleeuwen, Leuven, 1993, passim ; A.G. Weiler, De Nederlandse laat-middeleeuwse godsdienstigheid in Europees verband ; de reformatie in middeleeuws perspectief, dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, Haarlem 1980, p. 437-438 ; A. Vauchez e.a., Histoire des mentalités religieuses, dans M. Balard (éd.), L’histoire médiévale en France : bilan et perspectives, Paris, 1991, p. 151-175.

69 R. Muchembled, L’invention de l'homme moderne : sensibilités, moeurs et comportements collectifs sous l'Ancien Régime, Paris, 1988, p. 136.

70 Sur l’application de la théorie de la civilisation des moeurs de Norbert Elias (Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische undpsychologische Untersuchungen, 2e éd., Bern, 1969) et les effets de la Sozialdisziplinierung, voir diverses contributions dans H. Schilling et L. Behrisch (éds.), Institutionen, Instrumente und Akteure sozialer Kontrolle und Disziplinierung im frühneuzeitlichen Europa/Institutions, Instruments and Agents of Social Control and Discipline in Early Modem Europe, Frankfurt, 1999, et notamment les contributions de X. Rousseaux, Sozialdisziplinierung, Civilisation des moeurs et monopolisation du pouvoir. Eléments pour une histoire du contrôle social dans les Pays-Bas méridionaux 1500-1815, p. 251-274, et M. Ingram, History of sin or history of crime ? The regulation of personal morality in England, 1450-1750, p. 87-104.

Auteurs

Universiteit Gent

Universiteit Gent

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search