Version classiqueVersion mobile

Légiférer dans la ville médiévale

 | 
Jean-Marie Cauchies
, 
Éric Bousmar

Avant-propos

Jean-Marie Cauchies

Texte intégral

  • 1 J.-M. CAUCHIES, Services publics et législation dans les villes des anciens Pays-Bas. Questions d' (...)

1En 1982 se tenait à Spa (Belgique, province de Liège) un colloque de grande envergure consacré à l’initiative publique des communautés (urbaines) locales en Belgique et à ses fondements historiques, au moyen âge et aux temps modernes. Convié à y présenter une communication sur la législation et les services publics dans les villes des anciens Pays-Bas, je la clôturai en ces termes : «L’ampleur du sujet et... l’absence, pour une large part, de travaux préparatoires nous inciteraient volontiers à proposer l’organisation d’un colloque spécifique, centré sur le phénomène de la législation communale, de ses sources, de ses rapports avec les actes de l’autorité supérieure. Ce travail d’équipe requérerait, à travers une série de contributions, trois modes d’approche conjoints et complémentaires : chronologique, géographique, thématique »1.

  • 2 Ainsi qu’en langue allemande, en 1992.

2Vox clamans in deserto ? Le gant, en tout cas, ne fut pas relevé. Il n’y eut pas dans ce pays de projet comparable à celui mené à bien pour l’Italie et l’Allemagne par Giorgio Chittolini et Dietmar Willoweit, lequel a débouché sur le recueil Statuti, città, territori in Italia e Germania tra Medioevo ed Età moderna, publié sous le millésime 19912.

3Mais la persévérance, loin d’être toujours diabolique, comme le laisse entendre un célèbre adage latin, est une grande vertu scientifique et humaine. Dix-sept ans après les journées de Spa, c’est pour moi une grande joie d’avoir pu, avec mes collaborateurs et amis Eric Bousmar et Philippe Desmette, donner la vie à pareil colloque, débordant qui plus est les frontières des anciens Pays-Bas et réunissant sur un même plateau un gratin européen de spécialistes. Plusieurs étaient déjà, parfois de longue date, des collègues connus et appréciés ; les autres ne sont désormais plus seulement des noms, identifiés à travers livres et articles : ils portent à présent un visage.

4Dans le cadre des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles, qui ont accueilli dans leurs murs nos journées, ces dernières étaient placées sous l’égide du Centre de recherches en histoire des institutions et du droit (CRHIDI). Ce centre offre la particularité d’être interfacultaire, puisqu’il rassemble des enseignants et chercheurs appartenant aux deux facultés de philosophie et lettres et de droit. Il publie régulièrement des Cahiers thématiques, de diffusion internationale.

5Le financement de notre projet et son ampleur ont été rendus possibles par la participation des Facultés, via le CRHIDI, au PAI - c’est-à-dire Pôle d'attraction interuniversitaire, dit aussi Réseau interuniversitaire d’excellence en recherche fondamentale - subsidié par les services du ministre fédéral de la Politique scientifique de Belgique et associant pour les années 1997 à 2001, autour du thème de « La société urbaine au bas moyen âge », quatre équipes de recherche établies à l’Université de Gand (prof. M. Boone), à l’Université catholique de Louvain (prof. J.-P. Sosson), à l'Université d’Anvers (Universitaire Faculteiten Sint-Ignatius, prof. R. Van Uytven) et ici même, aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles. Je me plais à souligner que, s’il existe trente-cinq PAI de ce type dans le pays, il en est deux seulement qui se rapportent à notre discipline, l’histoire, l’autre traitant des civilisations mésopotamiennes.

6Il convient de mettre en évidence l’énorme et intense travail de préparation effectué par Eric Bousmar, docteur en histoire, chargé d’enseignement aux Facultés et assistant de recherche pour le PAI ; il fut la cheville ouvrière du colloque, le maître de cérémonies aussi, grâce auquel chacun fut logé, nourri, pris en charge durant son séjour. Il en fut de surcroît l’une des têtes pensantes, et je le remercie chaleureusement ici pour son activité continue et efficace. Toute ma reconnaissance va en outre à Philippe Desmette, également assistant de recherche (à temps partiel) pour le PAI, auquel on doit la réalisation des dossiers destinés aux participants, ainsi qu’à Marie-Françoise Thoua, secrétaire des Publications des Facultés et relais « logistique » de premier ordre.

7Enfin, je tiens à manifester la gratitude des organisateurs envers les orateurs. J’ai été frappé par le soin avec lequel nombre d’entre eux ont tenu compte du canevas, point trop contraignant mais indicatif et recommandé, qu’Eric Bousmar et moi-même leur avions proposé pour orienter leurs contributions selon quelques grands axes. De ces démarches communes sortiront, je le pense, des enseignements cohérents. De Macerata à Bois-le-Duc et de Francfort-sur-le-Main à Saint-Omer, que de nuances, que de situations distinctes ! Dieu merci, la grisaille fut bannie des travaux. Mais on y fut confronté à des personnes et à des collectivités qui ont dû répondre, avec des moyens divers, à des objectifs communs.

8Témoins des quatre horizons, l’espace est à vous !

Notes

1 J.-M. CAUCHIES, Services publics et législation dans les villes des anciens Pays-Bas. Questions d'heuristique et de méthode, dans L’initiative publique des communes en Belgique. Fondements historiques (Ancien Régime). 11e colloque international. Spa, 1-4 sept. 1982. Actes, Bruxelles, 1984, p. 688 (Crédit communal de Belgique. Collection Histoire, série in-8 °, 65).

2 Ainsi qu’en langue allemande, en 1992.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search