Version classiqueVersion mobile

Variations sur la question langagière

 | 
René-Marie Jongen

VIII. Quand lire c'est dire. Pour une lecture implicite de l'innommable de Beckett1

René Jongen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. « Quelques généralisations pour commencer » (L'Innommable, p. 7)1

Voici l'innommable de Samuel Beckett. Le roman, son titre, son texte.

Voici aussi, déjà commencée, une parole de lecture de l'innommable.

L'auteur notoire de l'innommable a pour « nom » Samuel Beckett. L'auteur du présent essai est son signataire, qui a pour « nom » : René Jongen. C'est ce dernier qui tient le propos que voici. C'est lui aussi qui se donne la commodité de penser que son propos a pour objet la parole et la lecture de la parole que Beckett met dans la « bouche » du personnage Innommable de son roman. Appeler ça une parole, appeler ça une lecture.

Mais la question du « Qui parle ? » n'est pas aussi simple que pourraient le laisser croire ces quelques évidences. On n'en a jamais fini en effet d'identifier la propriété des voix qui parlent. Ainsi — pour ce qui est d'abord du texte du roman —, s'il est vrai que Beckett en est l'auteur, il l'est tout autant que le principe de la fiction exige d'entendre que l...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search