Version classiqueVersion mobile

Variations sur la question langagière

 | 
René-Marie Jongen

VII. Raymond Roussel ou l'écriture littéraire du langage

René Jongen

Note de l’éditeur

Texte inédit, exposé fait à l'Université de Haute-Bretagne, Rennes (septembre 1999).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Présentation

Il sera question ici du travail d’écriture d’un certain type d’écrivains que rassemble la commune caractéristique qu'ils placent au centre de leur œuvre la réalité même du langage humain, non seulement au titre de « matériau » exploité ou travaillé, mais en outre — ou simultanément — en tant qu'objet ou sujet de l'œuvre. Par exemple, il s’agira d’écrivains qui incorporent dans leur écriture un dispositif de production textuelle, « procédé » ou « fabrique ».

L’on pensera à des auteurs comme Raymond Queneau — et autres Oulipistes — Georges Pérec, Francis Ponge, James Joyce, Raymond Roussel et bien d'autres. Ce qui réunit ces auteurs, c’est que la logique langagière, dans leurs œuvres, se met à fonctionner — comme le dira Ponge : se met à « fonctionner toutes significations bouclées à double tour ». Ce qui veut dire, au minimum, que le mot, fonctionnant dorénavant en quelque sorte pour lui-même, échappant aux bruyantes conceptions idéologiques qui voudraient que la foncti...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search