Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Variations sur la question langagière

 | 
René-Marie Jongen

VI. L'art de peindre de R. Magritte et le travail d'écriture de F. Ponge

René Jongen

Note de l’éditeur

Extrait de Degrés, Revue de synthèse à orientation sémiologique, Magritte II, 89-90, 1997, p. hl-h26.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il nous apparaît qu'existent de multiples et insistantes affinités entre l'oeuvre picturale de René Magritte1 et l'oeuvre p(r)oétique de Francis Ponge2. On pourrait en énumérer de nombreux exemples, depuis l'appartenance biographique de l'un et l'autre à l’extrême pointe du XIXe siècle — le premier est né en 1898, le second en 1899 —, jusqu'à la très nette prédilection chez chacun pour les objets quotidiens, familiers et « les plus indifférents possibles » (RE 58) — ainsi, chez Ponge, l'huître, le savon, le pré, le galet, la Seine, le lézard, le verre d'eau, la lessiveuse, etc. etc. ; ainsi, chez Magritte, la pomme, le rocher, la plage, le verre d'eau, le ciel, l'oiseau, l'arbre, etc. etc. —, en passant par exemple par une même ambivalence face aux « idées », toujours forcément toutes faites et coutumières, néanmoins tout ensemble rejetées et exploitées. Et ce que Cl. Evrard écrit au sujet des descriptions de choses par F. Ponge s'applique mot pour mot — sauf à remplacer « textes » ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540