Version classiqueVersion mobile

Littérature et savoir(s)

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Littérature et savoir(s)

Sophie Klimis et Laurent Van Eynde

Texte intégral

1Le Séminaire Interdisciplinaire de Recherches Littéraires (SIRL) des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles est un centre de recherches dont les travaux sont consacrés à l’élucidation de la dimension épistémique de l’œuvre littéraire. Il s’agit de poser une triple question : l’œuvre littéraire peut-elle prétendre à la connaissance, au savoir ? Si tel est le cas, comment se définit l’originalité du savoir littéraire ? Enfin, quelle relation le savoir littéraire peut-il entretenir avec les autres formes de connaissance, notamment les discours théoriques des sciences humaines ? Cette recherche a pris la forme concrète d’un séminaire mensuel ainsi que de journées d’étude qui se sont tenus aux Facultés universitaires Saint-Louis et qui ont été explicitement consacrés au thème Littérature et savoir(s) entre septembre 1999 et juin 2001. Le présent ouvrage collectif se compose des actes de nos travaux enrichis par plusieurs contributions écrites qui se sont ajoutées à notre programme initial.

2Nous pensons que cet ensemble est révélateur de la valeur heuristique des échanges dialectiques entre les différents discours de connaissance qui ont été ici mobilisés. En effet, le SIRL a posé l’exigence de l'interdisciplinarité au principe même de ses études comme de son fonctionnement concret. Le concours d’historiens et de théoriciens de la littérature, de comparatistes, de linguistes, d’historiens, d’historiens d’art et des idées, de philosophes, de psychologues, de psychanalystes, de juristes et de sociologues, n’est pas qu’une façade œcuménique « universitairement correcte ». Tout au contraire, l’interdisciplinarité constitue pour nous la condition nécessaire pour développer une recherche d’envergure véritablement novatrice sur l’œuvre littéraire. Il s’agit là de la meilleure garantie contre les enlisements idéologiques qui menacent toujours nos savoirs constitués (sciences de la nature comme sciences humaines, au demeurant), si vite assurés de leurs évidences pour peu qu’ils se protègent, dans une clôture autarcique, de la confrontation avec le discours « autre » et de la mise en question que suppose la radicalité d’un questionnement épistémologique. Nous faisons au contraire le pari que c’est dans leur propre ébranlement que les savoirs théoriques peuvent se constituer infiniment : dans la conscience de l’intrication transcendantale du progrès et de la finitude.

3L’interdisciplinarité se joue d’abord dans le refus de tout compartimentage a priorique des savoirs et de leurs principes théoriques. Qu’il s’agisse des sciences littéraires elles-mêmes ou des autres sciences humaines, la recherche du SIRL rassemble des options théoriques parfois très différentes, sans exclusive aucune, mais autour d’un unique objet : l’œuvre littéraire. Cela ne suffit pas, bien sûr, pour se soustraire au danger de l’éclectisme dilettante. Mais voici : notre objet, précisément, n’en est pas un – il s’agit bien plutôt d’un sujet : nous abordons l’œuvre littéraire comme une puissance de réorganisation du réel et de la perception que nous avons de celui-ci. Ni impuissance mimétique, ni hyperproduction autotélique, l’œuvre littéraire nous apparaît bien plutôt comme un foyer de notre monde vécu, dont la reconnaissance réarticule le réel qui nous est si bien connu en de nouveaux horizons.

4Dès lors, la convocation des sciences humaines ne peut signifier pour nous une réduction du littéraire à l’exploitation illustrative que peuvent en faire ces différentes sciences. Le confort d’une telle pratique est synonyme de stérilité intellectuelle, aussi bien pour la lecture de l’œuvre elle-même que pour le savoir qui se mire dans cette image de lui-même qu’il dessine comme bon lui semble. La question philosophique de la dimension épistémique propre du littéraire précède logiquement, sinon dans l’ordre concret de la recherche, la confrontation avec les autres savoirs constitués. Et cette dimension épistémique nous apparaît irréductible dans son originalité. Notre thème de recherche lui-même est donc le meilleur garde-fou contre toute dérive illustrative – contre tout refoulement que les sciences humaines voudraient imposer à la possibilisation singulière de l’imaginaire littéraire.

5La rencontre des savoirs théoriques constitués avec la connaissance propre du littéraire ne peut donc relever que d’une saine dialectique : les sciences humaines se confrontent à un autre type de savoir mais qui concerne pourtant un monde que nous avons tous en partage, y compris dans notre quête de la connaissance – quelle que soit la voie qu’emprunte celle-ci. Chaque science peut alors trouver son compte dans la confrontation avec un discours dont l’altérité de principe est le gage d’un regard neuf sur son objet, le gage aussi et surtout d’une résurgence obstinée du questionnement au cœur d’une discursivité qui se veut naturellement affirmative. En conséquence, chaque science qui se trouve réinterrogée par l’œuvre littéraire, et qui intègre cette interrogation, est à son tour capable de donner à voir différemment cette œuvre à d’autres sciences, médiatisant ainsi le rapport à l’œuvre sous la figure de la complexification propre au discours littéraire. La rencontre de l’œuvre littéraire et du savoir théorique est la matrice d’un entrecroisement infini des sciences entre elles – en quelque sorte une fondation de l'interdisciplinarité des sciences humaines dans la confrontation avec un sujet de savoir à la fois autre et partagé.

6On le voit, s’il y a entre-appartenance de notre thème de recherche et de notre pratique interdisciplinaire, c’est parce que plus fondamentalement encore, il y a entre-appartenance de l’apport du littéraire au scientifique, d’une part, et de l’irréductibilité de l’épistémique littéraire d’autre part. La science peut être in-formée (au sens fort) par le littéraire parce que celui-ci recèle en lui une capacité propre de formation, ce qui suppose aussi une forme immanente, une logique de l’œuvre – mais une logique autre, bien sûr : ce que plusieurs textes de ce collectif essaient de comprendre et de définir, fût-ce programmatiquement.

7Littérature et savoir(s) dit donc à la fois une conjonction – une différence, dès lors — et une identité. C’est entre cette mêmeté et cette altérité que naît l’irréductible originalité du savoir littéraire en des formes dont nous cherchons la racine commune sans ignorer, cependant, l’importance de ses variations historiques et génériques. Ainsi, la nécessaire mobilisation d’une dialectique entre mêmeté et altérité apparaît clairement lorsqu’on l’envisage, par exemple, par le biais du rapport du mythe archaïque à l’émergence de la philosophie en Grèce ancienne. La spécificité de la pratique philosophique du logos n’a pas été d’emblée donnée comme évidente. La pratique de la critique est déjà présente au sein du mythe archaïque qui pose en effet explicitement sa prétention à rendre compte du rapport de l’homme au monde sous la forme d’un certain « savoir » tout en réfléchissant ses propres limites, dévoilées par le fait que l’homme archaïque s’inscrit au sein d’un monde commun élargi à l’invisible (le divin, les morts et les esprits), qui outrepasse les limites du dicible et du pensable et ne peut dès lors être « dit » que par la distorsion. En miroir, la philosophie, dont l’historicité approfondit toujours plus l’exigence de rationalité, n’a jamais cessé de recourir au mythe, fût-ce implicitement, jusqu’à l’époque contemporaine. Les frontières se brouillent entre la transparence de la discursivité scientifico/philosophique et l’épaisseur de l’invention littéraire.

8Au cours des âges, la littérature a oscillé entre le pôle d’un absolu littéraire, où le savoir du littéraire est aussi bien constitution de son objet – aux limites de l’autotélie et de la rupture de celle-ci avec le réel –, et le pôle d’une poésie didactique – où une mimèsis par trop étroite, asservie, n’est plus même le miroir du monde, mais seulement un savoir de second rang : imitation, maladroite en ses enjolivements, d’une prétention à la transparence. Entre ces deux extrêmes se déploie tout un spectre de pratiques, d’inventions littéraires, où se forme un savoir original, irréductible, et donc susceptible d’enrichir l’homme dans sa prétention même à la connaissance. Sans doute le littéraire convoque-t-il ainsi toujours et tout à la fois la nostalgie du mythe et la projection aventureuse d’un savoir qui se conforme en inventant à l’infini ses propres règles.

  • 1 Fr. OST, L. VAN EYNDE, Ph. GERARD, M. VAN DE KERCHOVE (sous la direction de), Lettres et lois. Le (...)
  • 2 Fr. OST & L. VAN EYNDE (sous la direction de), Faust, ou les frontières du savoir, Bruxelles, Publ (...)

9Le présent ouvrage n’offre certes pas une systématique conceptuelle et historique de ce développement de l’épistémique littéraire. Il en saisit quelques instantanés, avec ce mélange de précision et de dispersion qui, pour un ouvrage collectif, est la loi du genre et aussi bien le gage de sa fécondité. Le Séminaire Interdisciplinaire de Recherches Littéraires a déjà recouru à ce type de publications pour la diffusion de ses travaux. Ainsi, a récemment paru chez le même éditeur Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature, qui est né d’une collaboration étroite entre le SIRL et le Séminaire Interdisciplinaire d’Etudes Juridiques des Facultés universitaires Saint-Louis1 – et très prochainement paraîtront encore les actes du colloque Faust, ou les frontières du savoir2. Depuis peu de temps, le SIRL a donné un nouvel intitulé à son orientation de recherches : Les lois de la création littéraire : fondation ou subversion ?, qui nous permet de poursuivre notre enquête sur la dimension épistémique du littéraire par un nouvel angle d’approche, au moins pour les trois années à venir. Ainsi s’inaugure une pratique des variations de perspectives qui donnera matière à de nouvelles publications et nous permettra surtout d’approcher toujours au plus près du noyau de notre recherche que définit au mieux le titre même de ce collectif : Littérature et savoir(s).

Notes

1 Fr. OST, L. VAN EYNDE, Ph. GERARD, M. VAN DE KERCHOVE (sous la direction de), Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2001.

2 Fr. OST & L. VAN EYNDE (sous la direction de), Faust, ou les frontières du savoir, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search