Version classiqueVersion mobile

La guerre et l’Europe

 | 
Anne-Marie Dillens

Quelques brèves réflexions

Jean-Michel Sterkendries

Texte intégral

1Depuis la fin de la guerre froide, nous avons assisté à une véritable révolution. Lorsque Mikhaïl Gorbatchev, dans le discours qu’il prononça à l’ONU le 7 décembre 1988, annonça qu’il laisserait les pays de l’Europe de l’Est « choisir librement leur type d’organisation économique et sociale », il était encore permis de ne pas y croire. Il disait pourtant la vérité. Alors que l’on fêtait le bicentenaire de la Révolution Française, c’était à l’Est une sorte de nouveau Printemps des Peuples. Mais l’euphorie a été de courte durée. Il n’a guère fallu longtemps pour se rendre compte de la gravité des problèmes à résoudre, ne serait-ce qu’en matière économique. Plus inquiétante encore est la réapparition de conflits interethniques, de nouvelles impulsions données à des nationalismes étroits, à la xénophobie, à l’antisémitisme.

2À l’heure où les Européens ont tant de choses à construire, ils ont pourtant intérêt à garder la tête froide. Qu’il me soit permis dans cet ordre d’idées d’avancer quelques brèves réflexions. De larges courants de l’opinion publique applaudissent aux tentatives d’indépendance d’une grande quantité de groupes nationaux. Il n’est pas certain que cette attitude soit la plus rationnelle, et l’on peut même y voir un énorme paradoxe. Les Occidentaux se posent volontiers en maîtres conseilleurs vis-à-vis de jeunes États africains dont les frontières sont tout à fait artificielles. Cela pour éviter, à juste raison, une dangereuse balkanisation de l’Afrique. Autrement dit, nous demandons à leurs dirigeants une sagesse que les Européens ont fort peu eux-mêmes puisqu’ils encouragent cette balkanisation de leur propre continent. L’Europe est confrontée à de multiples défis. Tout le monde s’accorde à dire que l’on y répondra d’autant mieux qu’on sera solidaire. Le problème est évidemment de se mettre d’accord sur l’attitude commune à adopter. Or, il ne faut pas être expert en relations internationales pour prédire qu’on se mettra plus facilement d’accord à quinze ou à vingt que s’il faut concilier les points de vue de cinquante partenaires différents.

3Croire que la solution des problèmes européens est d’ériger chaque groupe national en État indépendant est une illusion dangereuse. Dans beaucoup de régions, c’est de toute manière inapplicable tant les populations sont mélangées. Du reste, la perception du phénomène « nation » est quelque chose de fluctuant ce qui fait que la « solution » d’un problème d’aujourd’hui peut très bien faire naître de nouveaux problèmes demain. Les Belges devraient être bien placés pour le savoir. Conscients de former une même nation en 1830, ils n’en sont plus aussi sûrs aujourd’hui.

4Tout aussi sujet à caution paraît être ce postulat posé implicitement, qui voudrait qu’une partie d’un État se détachant de celui-ci pour conquérir son indépendance, serait forcément plus démocratique que l’entité dont il se sépare. Il est possible que cela soit vrai dans certains cas de figure, ce n’est pas pour autant une vérité absolue a priori. On peut de surcroît se demander en quoi est conséquente une attitude qui consiste à encourager la désintégration de l’Est alors qu’on s’attache en même temps à promouvoir l’intégration à l’Ouest.

5Une bonne question à se poser serait de savoir si l’on ne joue pas aux apprentis sorciers, en favorisant la fragmentation d’un continent qui fera de celui-ci un puzzle monstrueux et ingérable. On a assez répété que le démantèlement de T Autriche-Hongrie, précipité par la Première Guerre mondiale, a déstabilisé l’Europe centrale. Il est vrai que la double monarchie avait commis erreurs et maladresses à l’égard de ses nombreuses minorités, et les indépendantistes de tout poil avaient beau jeu d’invoquer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. On n’oserait pourtant jurer que l’effondrement de l’empire fut favorable à la démocratie et à la paix. Les nouveaux Etats qui naquirent sur les décombres de l’Autriche-Hongrie n’en devinrent pas plus démocratiques pour autant, à la remarquable mais seule exception de la Tchécoslovaquie. Quant à la paix... elle ne fut guère favorisée par un ensemble d’Etats neufs, pour la plupart trop exigus mais toujours multinationaux, dépourvus de grands appareils administratifs et militaires. Ils ne constituèrent rien d’autre que des foyers potentiels de crises, et connurent le sort peu enviable de jouets — et de victimes — des géants totalitaires que devenaient l’Allemagne et l’Union soviétique. Il faut croire que les leçons de l’Histoire ne servent pas à grand-chose puisque nous voyons aujourd’hui s’opérer une nouvelle vague d’un morcélement dont personne ne peut prédire où il conduira.

6Un autre exemple tiré de l’Histoire pourrait susciter la réflexion. De 1861 à 1865, les États-Unis d’Amérique furent déchirés par une affreuse guerre civile. Elle résultait du refus du pouvoir fédéral d’accepter la sortie de l’Union revendiquée par les États sudistes. C’est par la force que l’Union fut maintenue, au prix d’une guerre au cours de laquelle des atrocités furent commises par les deux camps. La réconciliation fut longue et difficile, mais le fait est que les États sont restés unis et qu’il ne semble pas, avec le recul de l’Histoire, que cela ait été une mauvaise chose. On chercherait en vain un manuel d’histoire présentant Abraham Lincoln comme un criminel de guerre. Il ne s’agit pas ici de déraper dans des amalgames aussi inconvenants que grotesques ; toute comparaison a ses limites, les contextes sont toujours différents, les hommes aussi, et il faudrait être particulièrement pervers pour mettre sur le même pied un Lincoln et un Milosevic. Il reste que l’expérience historique montre que le maintien d’une union politique, par la force le cas échéant, n’est pas nécessairement une mauvaise politique à long terme. Il va de soi aussi que l’usage de la force ne peut être que le dernier recours, et que la barbarie est toujours injustifiable.

7Alors il ne reste plus qu’une chose à faire : apprendre à vivre en bonne intelligence avec des communautés différentes, ce qui revient à un combat pour l’Humanisme et la tolérance. Comprendre que la diversité est une richesse et non un handicap. Il n’est pas douteux qu’à cet égard, l’éducation a un grand rôle à jouer. Parce que les hommes n’ont pas le choix. Ils devront bien apprendre à vivre avec leurs différences s’ils ne veulent pas mourir à cause d’elles.

Auteur

Chargé de cours à l’École royale militaire

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search