Version classiqueVersion mobile

La guerre et l’Europe

 | 
Anne-Marie Dillens

Les conflits modernes et les médias

Jamie Shea

Note de l’auteur

Les vues exprimées dans ce document sont celles de l’auteur. Elles ne constituent pas la position officielle de l'OTAN.

Texte intégral

1On entend souvent dire que, de nos jours, les « guerres d’intérêt », que les pays livrent soit parce que leurs intérêts vitaux sont en jeu, soit parce qu’ils sont directement menacés, soit parce qu’il y a litige territorial ou dynastique, sont moins fréquentes. Elles font place à des « guerres de conscience », engagées non pas parce qu’un pays voit tel ou tel intérêt national vital contesté, mais bien parce qu’il estime de son devoir de défendre certains droits de l’homme et certaines valeurs de société face à des Etats qui les bafouent vis-à-vis de leurs propres citoyens. C’est en fait parce que 90 % des victimes des conflits actuels sont des civils, contre seulement 5 % pendant la Première Guerre mondiale et 48 % pendant la Seconde, que les démocraties libérales se trouvent poussées à intervenir pour sauver des vies humaines en faisant cesser les persécutions qui s’exercent contre des groupes ethniques ou religieux. Les « guerres de conscience » posent d’énormes problèmes aux démocraties occidentales dans leurs relations avec les médias. Ces interventions humanitaires d’un type nouveau sont censées être menées au nom des valeurs morales et des principes supérieurs de la civilisation. Aussi, les médias s’attendent-ils de plus en plus à voir les campagnes militaires elles-mêmes obéir à des règles plus « civilisées ». C’est ce qui transparaît clairement dans l’exigence croissante d’une légitimation des interventions militaires par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies ou un autre instrument du droit international. C’est ce qui est manifeste aussi dans une autre attente des médias, pour qui les démocraties libérales doivent reconnaître le caractère extrême de l’usage de la force et essayer de limiter ses effets dans toute la mesure possible. Les démocraties escomptent un maximum de résultats politiques d’un usage minimum de la force. C’est ainsi qu’on assiste, à la fin du XXe siècle, à un retour en force des principes de la guerre juste chers à Aristote et à St. Thomas d’Aquin.

2La guerre juste met en jeu quatre principes. Le premier est que le conflit même constitue le dernier recours. Le deuxième est que les moyens utilisés doivent être proportionnels aux fins poursuivies. Le troisième est qu’il doit y avoir un maximum de discrimination entre objectifs militaires et objectifs civils. Le quatrième et dernier principe est que le bien procuré par le conflit doit l’emporter sur le prix qu’il faut inévitablement payer pour arriver à cette fin, en d’autres termes, que la fin justifie les moyens. On juge toujours un conflit à la qualité de la paix qu’il aide à créer. Or, précisément, même un conflit mené selon les normes les plus strictes du comportement civilisé, comme l’entendent les démocraties libérales, ne peut totalement respecter ces quatre principes de la guerre juste. C’est cette distance entre attente et réalité qui explique pour une bonne part les interrogations des médias devant la guerre moderne.

3Prenons par exemple la théorie du dernier recours. Il est bien entendu essentiel pour les démocraties de pouvoir démontrer qu’elles ont épuisé toutes les voies diplomatiques possibles pour dénouer pacifiquement une crise avant de recourir à la force des armes. Dans le cas de l’OTAN, on a ainsi vu les Alliés hésiter près de trois ans et demi avant de s’engager résolument dans le conflit bosniaque en septembre 1995, en commençant à bombarder les positions d’artillerie des Serbes bosniaques autour de Sarajevo pour faire lever le siège de la ville. Plus récemment, au Kosovo, l'OΤΑΝ a hésité près d’un an avant de se décider finalement à lancer, en mars 1999, l’opération Force Alliée, qui conduirait à bombarder la Yougoslavie 78 jours de suite. Mais ce long délai avait été rempli de souffrances, et on peut dire assez justement que, si l’Alliance avait agi immédiatement, en Bosnie comme au Kosovo, la force nécessaire pour atteindre l’objectif recherché aurait été bien moindre et de nombreuses vies auraient été épargnées. Aujourd’hui, un grand nombre d’experts affirment que, si l’OTAN avait envoyé immédiatement quelques canonnières pour réagir au bombardement de la ville de Dubrovnik par l’artillerie serbe en 1991, on aurait peut-être pu éviter les malheurs et les destructions qu’a entraînés par la suite la dislocation de la Yougoslavie. Peut-être n’y aurait-il pas eu 350 000 morts, ni deux millions et demi de réfugiés, ni les bouleversements indescriptibles de la vie sociale et économique de toute une région.

4L’action en dernier recours, qui voit la communauté internationale épuiser tous les moyens diplomatiques concevables et envoyer d’innombrables émissaires à Belgrade avant de conclure que la force est nécessaire, a souvent pour corollaire qu’il faut, le moment venu, employer la force de façon beaucoup plus massive et résolue, et dans des conditions plus difficiles, pour regagner le terrain qu'on a perdu en laissant le conflit devenir plus aigu pendant que la diplomatie suivait son cours. Elle peut aussi signifier que l’on renonce à la possibilité de frapper un adversaire au moment où il est le plus vulnérable et où l’effet de surprise peut jouer à plein. La politique du dernier recours donne à l’adversaire plus de temps pour se préparer, par exemple en dispersant ses forces, en camouflant ses moyens militaires et en déployant des leurres. Néanmoins, une réaction militaire immédiate serait sans doute inacceptable pour la classe politique ou pour l’opinion publique. Les efforts diplomatiques sont nécessaires pour que l’opinion publique se fasse graduellement à l’idée que l’usage de la force est inéluctable. Les démocraties libérales ne peuvent justifier l’usage de la force par la seule nécessité de la punition ou du châtiment. La force doit être un autre moyen d’atteindre le même objectif politique général. L’échec des efforts diplomatiques rend aussi plus légitime encore l’usage de la force. Les conflits ne sont jamais bien vus de l’opinion publique. Face aux incertitudes qu’ils engendrent, on ne peut invoquer qu’un argument : l’absence d’un autre choix.

5Les mêmes problèmes se posent pour le principe de proportionnalité, qui veut que seul un minimum de force soit utilisé pour atteindre un objectif donné. Ces problèmes peuvent être d’autant plus aigus si, comme dans le cas du conflit entre l’OTAN et la Yougoslavie, la guerre n’a pas été officiellement déclarée et que l’Alliance affirme qu’elle intervient non pas contre le peuple de Serbie, auquel rien ne l’oppose, mais contre un régime scélérat qui recourt à une violence inacceptable pour résoudre ses problèmes internes. Les régimes qui agissent de cette façon desservent autant les intérêts de leurs propres peuples que ceux d’un groupe rival ou opposé, dans ce cas-ci, les Albanais du Kosovo. Les Serbes du Kosovo ont aussi souffert de la campagne de répression menée par Milosevic à cause à la fois de la violence engendrée par cette campagne et du désir de vengeance largement répandu dans la population kosovare depuis le retour des réfugiés. Ce double péril fait que la communauté internationale est d’autant plus fondée à intervenir qu’une dictature tend à être une menace aussi bien pour ses propres citoyens que pour ses voisins. Mais une fois prise la décision d’utiliser toute la force voulue, il faut aussi que s’exerce la pression voulue. La force doit avoir un vrai impact et l’efficacité voulue pour faire la différence. Si l’on utilise la force avec trop de retenue, en gardant une main liée derrière le dos, on risque de donner à l’adversaire une impression contraire à celle recherchée, en donnant une image de faiblesse ou d’indécision ou en laissant croire qu’il existe une limite précise à la force que l’Alliance est prête à employer. On peut même l’encourager à persister dans une attitude de défi et de résistance. Le débat sur la proportionnalité englobe aussi le choix des armes. Les bombes en grappe, par exemple, sont très efficaces contre les aérodromes et les forces sur le terrain mais dix pour cent ne fonctionnent pas et, si elles manquent leur cible, elles peuvent causer de graves dégâts dans la population. Dès lors, devons-nous les utiliser ?

6Les conflits présupposent la volonté d’infliger des dommages suffisamment importants pour produire un effet. Dans le conflit du Kosovo, Milosevic a monté une étonnante disposition à accepter de lourds dommages avant de céder aux conditions essentielles de la communauté internationale. Comme d’autre dictateurs, il n’avait pas à se soucier d’une opposition politique sérieuse et il pouvait se servir de son emprise sur les médias pour cacher à son opinion publique ses pertes militaires au Kosovo. Il fallait donc absolument que l’Alliance soit disposée à poursuivre l’escalade, jusqu’à un point au-delà duquel Milosevic était prêt à enfin jeter l’éponge. Cela impliquait l’intensification de la campagne aérienne durant les 78 jours au cours desquels un certain nombre d’objectifs stratégiques en Yougoslavie ont été détruits, des objectifs choisis uniquement en fonction de critères militaires mais hautement significatifs pour la population civile comme des routes, des voies ferrées, des installations de distribution électrique, des stations hertziennes et des raffineries de pétrole. Ce qui est assez ironique, c’est que, pour réussir, la force doit soigner le désordre par le désordre. L’ulcère ne peut être guéri tant que le patient n’est pas opéré. Souvent, la situation doit empirer avant de s’améliorer. Les médias s’emparent de cet aspect des conflits. Ils ont beau jeu de dire que la décision d’intervenir n’a fait qu’aggraver les choses, par exemple en transformant une crise humanitaire en catastrophe. Au cours du conflit du Kosovo, combien de fois n’ai-je pas entendu cette question : « Est-ce que les bombardements de l’OTAN n’ont pas simplement poussé Milosevic à expulser des centaines de milliers d’Albanais du Kosovo ? Au lieu de stopper un désastre humanitaire, est-ce que vous n’en avez pas provoqué un ? Le remède n’est-il pas pire que le mal ? » Les médias sont plus intéressés par les conséquences à court terme que par les objectifs à long terme. Il est difficile de leur faire admettre que l’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Pourtant, toutes les interventions militaires reposent sur la même prémisse : il faut qu’une crise devienne plus grave pour qu’on puisse la résoudre. Le problème est que les médias ne savent pas très bien ce qu’ils veulent. Avant l’intervention militaire, ils se focalisaient sur les risques de l’inaction. Ils accusaient l’OTAN de proférer des menaces gratuites ou de laisser Milosevic agir en toute impunité. Après le début de l’intervention, ils n’était plus question pour eux que des risques de l’action.

7Tous les réfugiés, à leur arrivée dans un camp de Macédoine ou d’Albanie, ont dit que la cause de leur départ n’était pas l’OTAN ; c’étaient les soldats de Milosevic, et je ne pense pas que quelqu’un puisse sérieusement soutenir le contraire. Or, il nous a été difficile de faire comprendre que l’action de l’OTAN n’avait pas rendu une situation déjà mauvaise bien pire qu’elle ne l’aurait été sans son intervention. Le message que les décideurs politiques avaient à faire passer dans les médias et auprès du grand public était que, parfois, la situation devait empirer, même pour les victimes, avant de pouvoir finalement s’améliorer. L’inertie n’aurait pas sauvé les vies des Albanais du Kosovo mais les aurait plutôt laissés à la merci d’une campagne, peut-être plus lente mais tout aussi implacable de poursuites, de persécutions et de déni des droits élémentaires. Maintenant, après quelques mois de désordre, l’exode des réfugiés s’est inversé. Plus de 650 000 réfugiés albanais du Kosovo sont ainsi rentrés chez eux dans un délai incroyablement bref.

8Le principe suivant est celui de la discrimination. On constate, là, que la précision des armes s’est améliorée de façon spectaculaire au cours des dernières décennies. Il existe à présent des munitions à guidage de précision, des armes guidées par laser, et des techniques cartographiques et informatiques permettant de diriger ces armes vers leurs objectifs avec une précision inconnue il y quelques années encore. Les ordinateurs calculent maintenant les points de visée précis pour éviter au maximum les « dommages collatéraux ». C’est ainsi qu’il est possible d’attaquer un bâtiment par un côté pour que les immeubles civils situés de l’autre côté restent à peu près intacts ou pour que l’effet de souffle soit limité à un minimum grâce au calcul précis de l’angle et de la vitesse d’impact de la munition. C’est désormais une véritable science qui donne des résultats absolument impressionnants. Au cours de l’opération Force Alliée, l’OTAN à largué plus de 23 000 bombes, dont 30 seulement ont été mal dirigées et n’ont pas eu la précision voulue sur l’objectif. Avec une proportion de moins de un pour cent, nous obtenons là un degré de précision jamais atteint auparavant. Or, le paradoxe, c’est que plus les armes deviennent précises, plus l’émotion est grande dans les médias et l’opinion en général lorsque survient un dérapage, pourtant inévitable dans un conflit. L’incroyable taux de réussite - 99,9 % - est passé sous silence ; le taux d’échec - 0,1 % - insignifiant sur le plan statistique, est monté en épingle et devient la mesure de l’efficacité militaire et morale de l’OTAN.

9Même les pilotes les mieux entraînés et la technologie la plus moderne ne peuvent empêcher les accidents. Nous avons visionné, au cours de l’opération Force Alliée, une séquence vidéo très impressionnante sur l’attaque d’un pont de chemin de fer par un avion. Il était clair qu’au moment où le pilote larguait sa bombe il n’y avait pas de train sur le pont. Mais que s’était-il passé une fraction de seconde plus tard ? Le train de voyageurs est brusquement apparu, avec les conséquences tragiques que tout le monde connaît. C’est précisément le type de coïncidence qui, humainement ou même d’un point de vue technologique, ne pouvait être évité, mais malgré tout c’est ce qui est arrivé. Alors que l’opinion publique s’accoutume de plus en plus à l'idée qu’il est possible de bien séparer pertes militaires et pertes civiles dans les conflits modernes, la mort d’innocents devient ainsi d’autant plus scandaleuse et inacceptable. D’où le risque qu’une coalition internationale comme l’OTAN, qui ne peut malheureusement éviter de faire un certain nombre de victimes civiles au cours du conflit, ait une image aussi négative qu’un régime autoritaire comme celui de Milosevic, qui a tué délibérément ses propres civils. La discrimination ne peut réellement se faire à cent pour cent que si les pays s’abstiennent, au départ, d’envoyer leurs armées au combat. Elle est d’autant plus difficile que certains objectifs militaires sont aussi en partie civils, par exemple les ponts, les routes ou les voies ferrées.

10L’usage de la force, même limité, a fatalement des répercussions sur l’économie civile, avec des pertes d’emploi ou des coupures d’électricité dans les écoles et les hôpitaux. Il s’ensuit, au mieux, une désorganisation des activités civiles et, au pire, des pertes de vies humaines ou des souffrances dans la population. Durant la crise du Kosovo, j’ai été frappé par un article de Claire Tréan, qui écrivait dans Le Monde que jusque-là, les seuls à mourir dans ce conflit étaient des civils. Elle constatait ainsi, comme les médias en général, que les pilotes de l’OTAN n’étaient pas abattus parce qu’ils volaient à une altitude beaucoup trop haute. Les attaques de l’OTAN contre les unités serbes déployées au Kosovo ne semblaient pas non plus donner beaucoup de résultats. Il aurait fallu, selon les médias, que l’Alliance concentre ses frappes aériennes sur les responsables des tueries et des destructions : les forces yougoslaves présentes au Kosovo. Dans tout conflit si l’on veut gagner l’opinion à soi, il ne suffit pas de défendre une cause morale indéniablement supérieure, il faut encore être, dans la défense de cette cause, militairement efficace. La moralité sans efficacité ne vaut pas mieux, aux yeux des médias, que l’efficacité sans moralité.

11Mais à mon sens, nous aurions eu tort de mettre davantage en péril la vie de nos pilotes en les obligeant à voler à 10 000 ou 5 000 pieds à seule fin de pouvoir dire qu’ils couraient les mêmes risques de pertes que les soldats yougoslaves déployés au Kosovo ou même les civils. Créer une « égalité dans la souffrance » artificielle aurait été absurde, notamment pour des raisons psychologiques, mais tout autant pour des raisons strictement militaires et opérationnelles. Si nous avions perdu chaque nuit six avions, en donnant raison à Milosevic et à ses vantardises d’avant la campagne, le soutien de l’opinion publique à la poursuite de ce conflit se serait vite effrité dans les Etats membres de l’Alliance. Le prix aurait tout bonnement paru trop élevé. Dans le même temps, Milosevic aurait sans nul doute trouvé un encouragement à continuer de défier la communauté internationale dans la conviction - assez bien fondée - qu’il nous infligeait des pertes militaires inacceptables. En fin de compte, l’un de ses plus grands motifs de contrariété aura été de s’entendre dire chaque matin par ses généraux que, la nuit précédente, aucun avion de l’OTAN n’avait été abattu malgré l’intense barrage que les missiles SAM 3 et SAM 6 et d’autres pièces antiaériennes opposaient aux pilotes de l’OTAN à pratiquement chacune de leurs sorties. Néanmoins, dans une démocratie libérale, les médias ont du mal à admettre que les forces militaires de l’un ou l’autre camp puissent de plus en plus se protéger, grâce aux leurres, à la tactique, à l’entraînement ou à la technologie, alors que les civils sont plus démunis devant le danger et que le poids de leur souffrance est disproportionné. Cette critique est d’autant plus vive que seul mobile de l’intervention des Alliés de l’OTAN dans une crise comme celle du Kosovo est d’ordre humanitaire. Pour les médias, il est difficile d’admettre que, pour épargner la vie et préserver le bien-être du plus grand nombre, la vie de civils soit parfois mise en danger ou même sacrifiée à cause d’une erreur de frappe.

12J'en arrive finalement au quatrième principe de la guerre juste, qui veut que la fin justifie les moyens ou que le bien qui résulte du conflit soit supérieur au prix qu’il a fallu payer. Je pense que nul ne pourra nier aujourd’hui la qualité du résultat obtenu au Kosovo. Le Kosovo est maintenant libre même s’il fait encore partie officiellement de la Yougoslavie. Les Albanais du Kosovo peuvent maintenant vivre sans craindre les persécutions ou, du moins, une persécution de masse, même si nous ne sommes pas encore en mesure d’empêcher que des actes individuels de vengeance soient commis de part et d’autre, actes qui sont compréhensibles - mais qu’on ne peut que déplorer - après les moments terribles vécus par les habitants du Kosovo au cours des dernières décennies. La communauté internationale s’est engagée dans un vaste programme de reconstruction qui m’intéresse pas seulement le Kosovo mais à vrai dire, dans le cadre du Pacte de stabilité, toute la région de l’Europe du Sud-Est. Les forces de sécurité yougoslaves ont été contraintes de quitter le Kosovo. Là, le problème était que, tant que la campagne de l’OTAN se poursuivait, il était difficile de convaincre les médias que ce résultat serait effectivement atteint. C’est un peu ce qui se passe avec une police d’assurance. On verse sa prime chaque mois alors qu’on n’en tire le bénéfice que plus tard. Autrement dit, on sait quel est le prix à payer mais l’on ne voit pas encore pour quel profit. Pendant l’opération Force alliée, le coût était palpable chaque jour du conflit. Il pouvait être filmé par les médias internationaux et être transmis en temps réel par satellite aux téléspectateurs du monde entier. Nous avons vu de multiples images de souffrance, de réfugiés dans les camps qui avaient tout perdu, de familles séparées, de femmes violées ou victimes de mauvais traitements. Et, bien sûr nous avons vu ce que Milosevic voulait que l’opinion publique des pays de l’Alliance voie : les erreurs de l’OTAN, celles où des bombes touchaient la mauvaise cible, apportant mort et douleur à de nombreux civils innocents. Milosevic était l’agresseur mais il s’est servi des médias occidentaux pour se donner l’image de la victime. Le public était clairement conscient des horreurs du conflit et du prix immédiat qui était à payer. Mais nous ne pouvions pas filmer le futur. Nous ne pouvions pas présenter le résultat que nous avons maintenant sous les yeux au moment où il était encore hypothétique. Dans les conflits modernes, il y a toutes chances que l’opinion réagisse négativement car les médias ne lui montrent que les effets secondaires immédiats, les conséquences immédiates ou le coût immédiat de l’action militaire. On ne lui parle pas des bénéfices à longue échéance. Aussi bien, la justification des conflits n’apparaît qu’après coup, à la lumière du résultat final. Rien ne vaut le succès et rien n’est pire que l’échec. On ne peut convaincre les médias qu’en gagnant, un conflit ne paraît juste que s’il aboutit au succès. Les résultats d’une action intéressent plus les médias que ses motifs.

13Les médias des démocraties libérales occidentales voudraient que, dans la conduite de la guerre, le respect des règles « civilisées » soit d’une perfection qui est impossible à atteindre dans la réalité, même si les responsables politiques et les commandants militaires de l’OTAN s’évertuent à prendre toutes les précautions envisageables pour limiter à un minimum les conséquences dommageables pour la population civile et pour l’économie civile de l’adversaire. Même si l’adversaire a été le premier à employer la force des armes et à enfreindre le code de comportement civilisé. Il y a en bref une faille de perception entre le possible et le souhaitable, et c’est dans cette faille que se précipitent les médias, avec les résultats que l’on a vus si souvent au cours de l’opération Force Alliée. Cela peut prendre plusieurs formes, surtout à une époque où les médias, avec la télévision par satellite et par câble et les chaînes d’information en continu, peuvent relater les faits en temps réel. Les médias n’ont plus besoin de porte-parole pour savoir quels sont les faits. Ils sont tout à fait capables de trouver les faits par eux-mêmes, souvent beaucoup plus vite que ne pourraient le faire les porte-parole. Avec la télévision en continu, chaque événement, chaque incident peut être disséqué, analysé et commenté à n’en plus finir. Après avoir suivi un conflit à la télévision 24 heures sur 24, même le conflit le plus court de l’histoire (et, avec ses 78 jours, je pense que l’opération Force Alliée entrera dans l’histoire comme un des conflits les plus courts) peut donner l’impression au téléspectateur moyen de durer une éternité.

14Les médias aiment les conflits, ils sont attirés par les conflits parce que, dans les conflits, tout prend une autre dimension. Les conflits génèrent des images dramatiques qui parlent d’elles-mêmes et qui produisent un véritable choc émotionnel. Les conflits véhiculent aussi des histoires différentes. Il y a l’affrontement de titans entre des pays, il y a l’intérêt humain - au niveau des tragédies individuelles-, il y a la possibilité de montrer le meilleur et le pire de la nature humaine. Et puis les conflits - ce qui est heureux pour les démocraties libérales occidentales - sont suffisamment rares de nos jours pour apparaître différents, dignes de l’attention des médias. Lorsque le conflit survient, il suscite un intérêt énorme. Même la guerre des ondes peut elle-même faire la une, comme on l’a vu pendant l’opération Force Alliée, comme on le voit maintenant, puisque certaines chaînes de télévision désirent réaliser des émissions entièrement consacrées à la « guerre des médias ». Les conflits font monter les indices d’écoute et ils donnent à nombre de correspondants à l’étranger et autres spécialistes de la défense l’occasion d’éclipser un temps leurs confrères plus en vue qui couvrent l’actualité nationale. Les décideurs politiques, eux en revanche, n’aiment pas les crises. Les crises sont porteuses d’angoisse, de tension et d’incertitude. Aucun d’entre nous ne sait comment il va se comporter, s’il va y avoir une « bonne » ou une « mauvaise » guerre, s’il saura ou ne saura pas faire face à l’épreuve, s’il prendra les bonnes décisions ou les mauvaises, ni comment tout cela se terminera. Par dessus tout, nous ne sommes jamais vraiment sûrs de maîtriser les événements. Il n’est donc pas surprenant de voir que les décideurs politiques font tout leur possible pour ne pas se trouver obligés de gérer un conflit. C’est pour eux une autre raison de chercher d’abord à épuiser tous les moyens diplomatiques de résoudre un conflit.

15L’aptitude des médias à dramatiser les événements et à donner à un conflit un retentissement mondial contraint les responsables politiques à prendre des décisions dans des délais et avec un temps de réflexion plus courts que jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Ainsi, la probabilité que la décision prise soit la mauvaise augmente. Étant donné que, dans les démocraties libérales actuelles, l’usage de la force est perçu comme l’option que les gouvernements doivent choisir en toute dernière extrémité et que les conflits sont rares, même les guerres justes ne se justifient pas d’elles-mêmes. Elles doivent être vendues à l’opinion publique, beaucoup plus que les guerres de conquête impériale du passé. Les interventions humanitaires sont davantage sujettes à controverse et l’opinion publique - sans parler de la presse - est plus critique. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’un conflit mené contre un autre Etat européen à la fin du XXe siècle. Dans les conflits actuels, les dirigeants politiques passent presque plus de temps à expliquer ou à justifier un conflit auprès de leur opinion publique et des médias qu’à réellement diriger les opérations. Un très haut responsable britannique de la défense s’est plaint auprès de moi qu’il passait la plupart de son temps à préparer sa conférence de presse quotidienne et à essayer de prévoir les questions difficiles qui lui seraient posées. Il avait dès lors moins de temps pour s’impliquer dans son rôle premier de direction du conflit.

16Malgré tous ces efforts, les ministres des Affaires étrangères, les ministres de la Défense et les chefs d’état-major en exercice sont dans une position désavantageuse, car ils peuvent être dépeints dans les médias comme des témoins non objectifs et peu fiables, que l’on soupçonne de dire ce qu’ils disent parce qu’ils y sont obligés. Et, pour peu que le conflit ne soit pas terminé dans les 48 heures, les oracles médiatiques s’empressent de dire « ça n’a pas marché instantanément, donc ça ne marchera pas ». Pour des médias modernes qui dissèquent, analysent et commentent en long et en large chaque incident, une campagne aérienne, après trois jours, est déjà trop longue. « Si vous n’avez pas encore réussi, vous devez avoir échoué » - alors qu’il est évident qu’une campagne aérienne est un travail progressif et qu'il lui faut un certain nombre de jours pour produire ses effets complets. Au cours de l’opération Force Alliée, il était clair qu’il allait falloir du temps avant d’occasionner des dommages substantiels aux forces yougoslaves déployées au Kosovo et de créer la pression militaire suffisante pour que Milosevic les retire de la région. Même si la campagne aérienne avait eu des effets plus immédiats, Milosevic aurait encore tenu bon pour tester la volonté des Alliés et pour voir si la Russie allait ou non collaborer avec l’Alliance contre lui. Mais ce n’est pas parce que Milosevic n’avait pas cédé en un jour qu'il n’allait pas céder plus tard.

17Les médias sont avant tout intéressés par l’image instantanée qui devient la réalité du jour. Autrement dit, ils sont intéressés par les nouvelles, et le problème avec les nouvelles, c’est que souvent elles ne sont pas importantes ou, plutôt, ce n’est pas parce qu’un événement est une nouvelle qu’il est toujours important. L’incident du convoi de Djakovica, dans lequel 10 à 20 personnes sont mortes, a fait la une des journaux pendant cinq jours. Durant cette même période, 200 000 personnes ont été expulsées du Kosovo. Est-ce que cela n’était pas plus digne de l’attention des médias que les 10 à 20 personnes tuées à cause d’une frappe accidentelle de l’OTAN contre un convoi ? Je répondrais plutôt par l’affirmative. Cela faisait beaucoup plus partie de la réalité profonde du Kosovo. Mais pourquoi les médias n’en ont-ils pas rendu compte ? La réponse est : pas d’image. C’est là une leçon fondamentale que nous allons devoir apprendre. C’est très simple : « pas d’image, pas de nouvelle ». Pour dire les choses autrement, moi, en tant que porte-parole de l’OTAN, j’employais chaque jour des milliers de mots pour expliquer ce qui se passait. Je parlais des atrocités, des exécutions sommaires, des pillages, des incendies de maisons, des viols, je parlais du vol de l’identité d’une population privée de ses documents. On n’a rien cru de tout cela parce que je ne pouvais pas présenter les preuves photographiques. Dans beaucoup d’organes de presse, on a parlé de rumeur et de spéculation, même si des journalistes viennent maintenant me dire qu’il sont désolés et que j’ai plutôt été trop modéré dans mon évaluation de la situation. Le Tribunal pénal international a déjà découvert 200 charniers et mon estimation de 4 600 Kosovars tués par les forces yougoslaves de sécurité est de moitié inférieure à l’estimation actuelle la plus modeste. Mais je n’avais pas d’image et, si vous n’avez pas d’image, vous ne pouvez espérer convaincre même si vous décrivez la réalité fondamentale de ce qui se passe. Si par contre la télévision peut diffuser l’image d’un tracteur frappé accidentellement par un avion de l’OTAN, cette image devient la réalité de la guerre. L’incident individuel est monté en épingle et la situation générale est minimisée. Le contexte souffre. Le conflit apparaît dans les médias comme une série d'incidents dignes de faire l’actualité, certains incidents étant décisifs pour l’aboutissement du conflit, d’autres sans aucune importance. On se préoccupe peu de la dynamique fondamentale, des courants sous-jacents ou des résultats probables.

18Bref, dans ce genre de situations, ce sont les images qui priment. On croit les images, même si elles sont peu représentatives ou si elles déforment la réalité ; on se méfie des mots, même s’ils sont vrais. Je me rappelle avoir demandé à de nombreuses reprises et avec insistance au Pentagone et à des pays alliés disposant d’images satellite de me donner des photographies de fosses communes ou de villages en feu, ou de personnes déplacées à l’intérieur du Kosovo, que je puisse montrer à mon point de presse quotidien. Sans ces éléments, personne n’allait me croire ; je pouvais même être accusé de propagande.

19Cela veut dire en substance que votre adversaire a un avantage, du moins dans un premier temps. Pourquoi ? Parce que c’est Milosevic qui avait la haute main sur les images. Un groupe de journalistes occidentaux était présent à Belgrade. Il leur a donné des visas, qu’il leur retirait s’ils ne se comportaient pas comme il l’attendait. En fait, pendant l’opération Force Alliée, plus de cinquante journalistes occidentaux ont été expulsés par les Serbes pour avoir refusé d’être dociles ou avoir posé trop de questions embarrassantes. C’est la grande différence entre leur système et le nôtre. N’importe quel journaliste peut venir assister à une conférence de presse de l’OTAN, poser toutes les questions embarrassantes qui lui chantent et revenir le lendemain sans aucun problème. Si, à Belgrade, un journaliste avait posé le même type de question à un responsable yougoslave lors d’un des points de presse quotidiens, si tant est qu'ils aient existé, son visa aurait été annulé. En d’autres mots, les journalistes devaient respecter les règles et accepter certaines restrictions s’ils voulaient rester en Yougoslavie et pouvoir rendre compte de la situation.

20Milosevic, qui était maître des images, était par conséquent libre de montrer aux médias occidentaux ce qu’il souhaitait que ces derniers voient des dommages collatéraux infligés par l’OTAN, et de faire en sorte que, sous l’effet de la censure, les images qui auraient été embarrassantes pour lui - les vraies images de la guerre, les atrocités, les fosses communes et les maisons en feu - ne soient jamais filmées ou diffusées. La Yougoslavie a estimé qu’elle était en guerre et elle a agi en conséquence - censure, mainmise sur les médias, constitution de pools de presse - là où nous avons considéré qu’il s’agissait d’un conflit et avons appliqué les principes de transparence d’une démocratie ouverte en n’imposant aucune restriction de quelque nature que ce soit. Nous ne pouvions donc compter que sur des images telles que celles qu’un courageux Albanais du Kosovo a filmées en vidéo sur les lieux d’un massacre et est parvenu à faire sortir clandestinement du pays. Lorsque CNN a diffusé ce document, cinq à six semaines environ après le début de l’opération Force alliée, il s’agissait des toutes premières images de ce qui était en train de se passer réellement au Kosovo. Celui qui à la maîtrise du terrain contrôle la guerre des médias, même si celui qui a la maîtrise des airs contrôle la stratégie militaire qui mènera à la victoire. Un de nos plus grands défis pendant la crise du Kosovo a été de convaincre les journalistes que nous n’étions pas en train de perdre la guerre des médias alors même que nous étions en fait en train de gagner le conflit militaire. L’emprise exercée par Milosevic sur les images a donné du crédit à cette impression, qui, en fin de compte, s’est avérée erronée.

21J’aurais, pour ma part, demandé à bon nombre des journalistes présents en Yougoslavie d’indiquer ouvertement que lorsqu’on les emmenait dans un bus fermé sur le site où un tracteur avait été attaqué par l’OTAN, ils n’avaient pas le droit de filmer les nombreuses maisons incendiées vues en chemin, ou de dire pourquoi ils ne pouvaient pas filmer Pristina, Pec ou les autres endroits vidés de leurs habitants et dévastés par les Serbes. De nombreuses télévisions ont bien essayé de mettre en garde les téléspectateurs en indiquant, avant le début des images, que leurs reportages filmés en Yougoslavie avaient été soumis à certaines restrictions, mais c’était dit de façon si anodine que l’on n’avait pas l’impression forte que ces images avaient bel et bien fait l’objet de censure.

22Cela nous ramène à un autre problème à prendre en compte dans le cadre des relations avec les médias en période de conflit. Les médias considèrent que pour qu’il y ait objectivité, il faut un débat. Quand on ne présente pas de points de vue contradictoires, on n’est pas objectif. Or, en toute logique, l’objectivité ne consiste pas à simplement critiquer son propre camp en permanence. Les médias considèrent pourtant souvent que c’est précisément le cas. Ils ont tendance à penser que chaque fois qu’un porte-parole de l’OTAN s’exprime, il faut aussi, dans le même temps, donner le micro à un porte-parole du ministère yougoslave des Affaires étrangères. Comme si, pour une raison ou une autre, il était malsain que je puisse exprimer mon point de vue sans contradiction si l’on voulait que l’objectivité soit garantie, ou comme si un point de vue officiel devait immédiatement être mis en contraste avec le point de vue contraire pour que l’on ne puisse pas taxer les médias de manque d’objectivité. On donne ainsi du crédit à l’idée selon laquelle toute position officielle est automatiquement suspecte ou à tout le moins partiale.

23Cette conception du sens de la vérité comme étant la remise en question et la réfutation systématiques des positions officielles peut parfois être poussée à l’extrême. J’ai été invité par la chaîne de télévision britannique ITV à participer à une émission intitulée « NATO on trial » (« l’OTAN sur la sellette »). Sur la sellette ? Comme si ce que nous faisions pour des raisons humanitaires équivalait à un acte criminel qu’il fallait juger en mettant littéralement le porte-parole de l’OTAN au banc des accusés dans l’émission. Je me suis retrouvé dans une sorte de salle de tribunal recréée en studio, à répondre à un feu roulant de questions de juristes au sujet de la moralité de notre action. Là encore, cette situation reflète une sorte de méfiance croissante de la part de nombreux médias à l’égard des représentants ou des porte-parole officiels, comme si notre point de vue était, d’une façon ou d’une autre, automatiquement suspect et devait faire l’objet d’un contre-interrogatoire mené par des avocats ou être opposé aux déclarations des porte-parole du ministère yougoslave des Affaires étrangères, qui, faut-il l’ajouter, ont tenu des propos bien plus outranciers que je ne l’ai jamais fait.

24Comment faut-il réagir à cet état de fait ? Nous devons élaborer ce que j’appellerais une stratégie de rééquilibrage devant la façon dont les médias choisissent des faits anecdotiques pour les présenter comme la vérité tout entière, confondent les symptômes et les causes (dire par exemple que les réfugiés qui fuient le Kosovo sont le résultat des frappes aériennes de l’OTAN et non la raison pour laquelle l’OTAN s’est avant tout sentie obligée d’intervenir) et dressent le tableau de la situation à partir des images quand ce devrait être le contraire. Nous devons résolument combattre la tendance qui consiste à employer les concepts et le langage de l’équivalence morale, ou à présenter les vues de l'adversaire-aggresseur comme étant, en somme, aussi importantes et dignes d’intérêt que celles des démocraties occidentales.

25La réponse consiste à utiliser deux types d’arguments, et à les utiliser sans relâche. Le premier argument est de répéter inlassablement que nous avons raison sur le plan moral. Le fait que nous n’ayons pu épargner toutes les vies civiles ne diminue en rien la supériorité de nos actions sous l’angle de la morale. Notre cause est juste, il n’y a aucun doute à ce sujet. Il faut sans cesse revenir sur les principes fondamentaux. Pourquoi sommes-nous là ? Parce que Milosevic est un homme d’un type bien particulier. Parce qu’il mène sa campagne de nettoyage ethnique depuis longtemps. Parce qu’il a expulsé tant de gens. Le problème le plus gênant pour l’OTAN s’est, en fin de compte, avéré l’instrument de son salut. En expulsant des centaines de milliers de Kosovars de souche albanaise, Milosevic a cruellement pris de court la stratégie de l’OTAN, qui était d’éviter une catastrophe humanitaire, mais il a aussi mis en évidence la nature barbare de son régime et il a fédéré les opinions publiques et les médias occidentaux contre lui. Il est essentiel de continuer à réaffirmer en permanence en quoi ce que vous faites est juste, de rappeler sans cesse quels sont vos objectifs et d’insister sur le fait que vous n’abandonnerez pas avant que ceux-ci ne soient atteints. Cela peut être extrêmement répétitif, voire ennuyeux. Mes collègues riaient chaque fois qu’ils m’entendaient répéter les objectifs de l’OTAN à une conférence de presse. « Tu n’en as pas assez de dire toujours la même chose ? ». Je leur répondais que non, car plus vous le direz, plus les médias seront convaincus que vous n’allez pas faire marche arrière. Et plus les médias croiront en votre détermination inébranlable, plus vos messages et déclarations seront jugés crédibles et plus vous serez cru sur parole.

26Il est tout aussi important de ne pas utiliser des gens comme moi, ou, à tout le moins, de ne pas s’appuyer exclusivement sur des gens comme moi. Cela peut vous sembler paradoxal à vous qui m’avez invité aujourd’hui parce que vous pensez que j’ai joué un rôle dans les activités de l’OTAN à l’égard des médias. Mon rôle a été très modeste. Ce qui importe, c’est que les responsables politiques prennent la parole à la télévision et parviennent à toucher leurs opinions publiques. Ils sont les élus du peuple, ceux en qui les électeurs ont placé leur confiance. Ce ne sont pas des communicateurs payés pour faire un travail comme moi. Certaines de leurs interventions ont été absolument décisives. Le président Chirac a fait certains discours mémorables ; le premier ministre Tony Blair a jeté tout son poids sur la scène internationale pour rallier les opinions à notre cause ; le président Clinton, le premier ministre D’Alema, le chancelier Schroeder se sont tous adressés constamment à leurs populations. Pratiquement tous les responsables politiques de l’Alliance ont participé à cet effort, apparaissant à la télévision presque tous les jours. C’est important, car la confiance du public est renforcée quand il voit que ses responsables se manifestent. Leur silence, au contraire semble indiquer que quelque chose va très mal. Les responsables politiques doivent dominer les médias et non l’inverse. Pour qu’un conflit connaisse une issue heureuse, il ne faut pas laisser les médias conduire les affaires. Trop de décideurs s’imaginent, quand ils lisent des éditoriaux et des articles critiques dans la presse du matin, qu’ils sont en train de perdre la guerre des médias. Ces articles n’ont de l’importance que pour nous, car c’est essentiellement pour nous que les éditorialistes écrivent, pas pour influencer l’opinion publique, mais bien pour influencer les politiciens, les meneurs d’opinion, et ils écrivent aussi pour s’influencer mutuellement. La page en regard de l’éditorial de l’Herald Tribune est l’autel sur lequel les élites communient entre elles. Personne d’autre ne la lit. Elle est très intéressante en termes de débat. Un des avantages de la télévision sur la presse écrite est que c’est nous qui écrivons les dialogues d’une pièce qui aura des millions de spectateurs de plus que les journaux n’ont de lecteurs.

27Nous avons aujourd’hui affaire à des chaînes de télévision captées dans le monde entier, qui émettent 24 heures sur 24, et diffusent un bulletin d’informations au moins une fois par heure. Un des avantages des télévisions émettant en permanence est qu’elles ont beaucoup d’espace à remplir et qu’elles entendent le faire à peu de frais. La meilleure façon pour elles d’assurer une heure de programme pratiquement gratuite était de diffuser le point de presse quotidien de l’OTAN. Le fait d’avoir un rendez-vous quotidien convient parfaitement à CNN ou à BBC World. Elles ne doivent pas dépenser des millions dans un drame élisabéthain en costumes d’époque pour divertir leurs téléspectateurs. Si vous programmez votre point de presse à 15 heures (heure européenne), il est 9 heures du matin sur la Côte Est des Etats-Unis, 21 heures en Asie et, en Australie, les gens peuvent encore regarder le programme tout en sirotant un pousse-café a 23 heures. Quinze heures est l’heure à laquelle le plus grand nombre de gens sont réveillés dans le monde, et l’heure à laquelle le plus grand nombre de gens regardent la télévision. Vous avez alors une audience mondiale. En d’autres mots, concentrez-vous sur la télévision et la radio. La presse écrite sera toujours la presse écrite, traitez-la avec respect mais, dans une situation de crise ou de guerre, ne vous préoccupez pas outre mesure de ce qu’elle dit. La télévision est le média du temps de guerre ; les journaux sont celui des débats du temps de paix. En conclusion, d’abord et avant tout, mobilisez vos plus hauts dirigeants et utilisez les télévisions et les radios. C’est la clé du succès.

28Il est tout aussi important de gagner la campagne des médias que de remporter la victoire militaire. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que votre opinion publique continue ainsi de vous soutenir ; ensuite, parce que votre adversaire est convaincu que vous ne lâcherez pas prise. Quand vous prenez la campagne des médias très au sérieux, cela revient à dire que vous prenez aussi la victoire très au sérieux. C’est une dimension très importante de la guerre psychologique : il faut convaincre l’adversaire que vous ne reculerez sous aucun prétexte Milosevic ne s’est pas rendu compte de visu de la campagne militaire : de l’OTAN au Kosovo, et ses propres généraux ne lui ont peut-être pas dit la vérité sur ce qui s’y passait. Il a en tout cas regardé CNN tous les jours et a pu voir nos estimations des dégâts infligés. Il a vu les images de tous les ponts et usines détruits dans son pays et ce : spectacle quotidien a dû se révéler très déprimant pour lui. En fin de compte, nous avons mieux réussi, en présentant la réalité, à utiliser les médias pour intimider Milosevic, qu’il n’a pu, en présentant de la propagande, utiliser les médias pour nous intimider.

29Il importe particulièrement d’accorder autant d’attention aux médias qu’à la conduite de la campagne militaire. Il faut pour cela s’appuyer sur une organisation à la hauteur. A quoi bon, à cause d’une programmation bâclée, prévoir un important discours du président Clinton en même temps qu’une intervention du président Chirac ? Si, grâce à une bonne organisation, vous arrivez à éviter que ces deux événements ne se chevauchent, et à convaincre le président Clinton de prendre la parole à 16 heures et le président Chirac de s’exprimer à 18 heures, vous doublez votre temps d’antenne. On peut aussi s’employer à bien annoncer ces discours dans différents pays afin d’augmenter leur retentissement. Etre convaincant consiste en partie à saturer les ondes. Notre credo à l’OTAN était d’occuper l’antenne en permanence, de ne pas laisser de place à l’opposition, de répondre favorablement à toutes les demandes d’entrevues et d’exposés. Le fait que l’Alliance ait toujours été représentée à l’antenne par les mêmes personnes a été utile. Les Yougoslaves ont, à mon sens, été moins efficaces à cet égard parce qu'ils n’avaient pas de porte-parole reconnaissable. Ils ont été représentés par trop de visages différents. Leur chef, Milosevic, n’a fait que de rares apparitions.

30Tous les jours en fin de matinée, le ministère de la Défense britannique donnait un point de presse depuis Londres, qui prenait fin au moment où commençait le point de presse quotidien de 15 heures au Siège, qui était à peine terminé que déjà débutaient ceux du Pentagone, du Département d’Etat et de la Maison Blanche. Nous diffusions nos informations tout au long de la journée et, plus nous le faisions, moins les médias donnaient la parole à des observateurs « éclairés » et autres intervenants qui auraient pu réduire nos efforts à néant.

31Pourquoi a-t-on besoin, en fin de compte d'une organisation concernant les médias ? Essentiellement parce qu'il faut aider ceux des Alliés qui pourraient avoir des difficultés avec leurs propres médias et avec leur opinion publique. Quand on mène une campagne militaire avec une coalition de pays, les problèmes des uns deviennent vite les problèmes des autres. Grâce à une stratégie de communication dans le cadre de laquelle une coordination étroite est maintenue avec les capitales, il est possible de déterminer le type de message qui pourra venir en aide à un gouvernement en difficulté.

32Qu’est-ce qui compte finalement ? Trois critères doivent être réunis pour réussir. Il faut tout d’abord se demander si les opinions publiques ont été convaincues. La réponse est oui, nous y sommes parvenus dans l’opération Force Alliée. Bien sûr, le public n’était pas enthousiaste. Qui le serait après tout quand il s’agit d’un conflit militaire ? Mais dans le fond, les gens ont estimé, malgré les problèmes et les revers, que nous avions raison de faire ce que nous faisions. Pourquoi ? Parce que nous le leur avons dit et répété en permanence. Même si les médias n’ont pas été particulièrement convaincus par l’opération de l’OTAN, nous avons utilisé ces derniers pour faire passer notre message à l’homme de la rue. C’est lui qui compte dans ce genre d’opérations, par le soutien qu’il exprime dans les sondages d’opinion.

33Il faut ensuite se demander si l’adversaire a été convaincu. La réponse est clairement oui, car, qu’on le veuille ou non, Milosevic a cédé ; il s’agit là du résultat essentiel et, bien évidemment, je me plais à penser que nos activités dans le domaine des médias y ont été pour quelque chose.

34Enfin, et j’ai gardé le meilleur pour la fin, avons-nous convaincu les victimes, les Albanais du Kosovo, de tenir bon ? Oui, nous y sommes parvenus. Quand j’ai accompagné le Secrétaire général à Pristina, le mois dernier, une dame m’a dit : « M. Shea, vous étiez notre lueur d’espoir ». Une lueur d’espoir ! Tous les jours, terrés dans des appartements dont ils n’osaient pas sortir, les Albanais du Kosovo pouvaient regarder la télévision et écouter la radio. Les antennes paraboliques et les télévisions sont les seules choses que Milosevic n’a pu leur enlever. Et que regardaient-ils ? La conférence de presse de l'ΟΤΑΝ à 15 heures. Les gens m’ont dit que ces interventions, pas seulement les miennes, mais aussi celles du Secrétaire général et d’autres chefs de l’Alliance, leur avaient donné des raisons de ne pas désespérer, de tenir bon, de penser que l’OTAN allait leur venir en aide. Veton Surroi, un des principaux responsables politiques, que j’ai brièvement rencontré, m’a raconté qu’il se terrait dans un soussol avec dix-neuf autres personnes et que chaque jour, après la conférence de presse, il devait traduire mot pour mot ce que j’avais dit, à l’exception de mes « plaisanteries désastreuses », qu’il trouvait intraduisibles. Grâce à notre présence sur les ondes, nous avons aidé les Albanais du Kosovo à résister moralement à ce qui a du être pour eux une terrible épreuve, à avoir des raisons d’espérer, à compter sur les démocraties occidentales.

35Et c’est pour cela qu’en dépit des problèmes que pose pour les Kosovars le passage à une nouvelle société, le fait que nous ayons pu faire entrer l’OTAN dans leurs foyers pendant soixante-dix-huit jours me donne certaines raisons d’espérer qu’ils construiront un avenir fondé sur les valeurs que l’OTAN représente.

36Quels sont, en conclusion, les principaux enseignements que nous avons tirés, ici au siège de l’OTAN, de nos rapports avec les médias pendant l’opération Force Alliée ?

Premier enseignement

37Ne vous attendez pas à ce que vos rapports avec la presse soient parfaits dans une crise ou dans un conflit. Il est inévitable que les positions se crispent dans de telles situations. Comme nous l’avons constaté pendant la campagne aérienne au Kosovo, le fait que la presse ait été critique n’a pas empêché l’OTAN de faire passer son message. Les conflits engendrent en particulier beaucoup de confusion et d’incertitudes. Nous n’aurons sans doute jamais assez d’informations précises en temps réel pour satisfaire la presse. Il y aura, c’est inévitable, des cas d’accidents et de personnes touchées non intentionnellement, que les médias monteront en épingle quoi que nous puissions faire pour qu’ils privilégient le fond de l’affaire et la justification morale de nos actes. Conflit rime avec ennemi et il nous faudra toujours composer avec une certaine dose de propagande, de désinformation et, tout simplement, d’arguments contradictoires. Enfin, les médias donnent volontiers la parole aux « commentateurs éclairés » : ces généraux, amiraux à la retraite et autres universitaires, qui affirmeront avoir une meilleure stratégie et considéreront que l’absence de succès rapide est synonyme d’échec. A l’ère des télévisions émettant 24 heures sur 24, tout événement est inévitablement disséqué et analysé sous tous les angles et, après quelques jours à peine, tout conflit semble s’éterniser. En outre, l’OTAN étant une institution ouverte, où la presse peut venir en force et écrire ce que bon lui semble sans craindre de sanctions, nos actes sont nécessairement examinés sous un angle plus critique que ceux de nos adversaires, chez qui il est fort probable que la presse sera muselée. C’était bien le cas à Belgrade pendant l’opération Force alliée.

38Il est inévitable qu’en période de crise et de conflit, les relations de l’OTAN et de la presse soient plus difficiles qu’en temps de paix. Nous nous devons d’envoyer des messages forts et de nous en tenir à des déclarations officielles quand les médias souhaiteraient avoir plus d’informations privilégiées et connaître le « dessous des cartes ». En outre, les opinions publiques, même dans les cas les plus favorables, n’aiment pas les conflits. Leur soutien sera plus solide dans certains pays alliés que dans d’autres. La stratégie de l’OTAN à l’égard de la presse doit par conséquent tendre à exposer les arguments et les objectifs essentiels de l'Alliance de façon aussi convaincante que possible, tout en minimisant autant que faire se peut les multiples critiques que le recours aux armes et la conduite des opérations militaires, toujours problématique, suscitent inévitablement de la part des médias.

39Comment procéder ?

Deuxième enseignement

40Dès qu’il apparaît inévitable que l’OTAN soit engagée dans un conflit ou une crise majeure, nous devons renforcer notre organisation vis-à-vis de la presse et des médias. Le fait de n’avoir structuré cette organisation qu’au milieu de la campagne aérienne et de l’avoir fait en réponse à nos erreurs précédentes était mieux que rien, mais c’était loin d’être l’idéal. Les effectifs du Service de presse de l’OTAN lui permettent de faire face à des situations normales du temps de paix. Il est clair que ce service devra recevoir des renforts pour pouvoir traiter un grand événement au retentissement planétaire, d’une durée supérieure à quelques jours. C’est pourquoi, dans de telles circonstances, il conviendrait d'installer aussitôt que possible une structure comme le Centre OTAN d’opérations pour les médias (MOC), créé dans le cadre du conflit du Kosovo.

41En même temps, ce centre doit être perçu comme une initiative du siège de l’OTAN et non pas comme un diktat des capitales. Nous ne souhaitons pas revoir de gros titres comme « Les spécialistes en communication du 10, Downing Street prennent en main la politique d’information de l’OTAN ». Au cours de l’opération Force Alliée, avoir donné l’impression que nos activités d’information du public étaient confiées à des spécialistes de la communication orientée, davantage préoccupés par le message que par la précision, nous a été préjudiciable et c’est un cliché qui a la vie dure.

42Les principales fonctions d’un Centre d’opérations pour les médias sont les suivantes :

  1. d’une grille pour la planification, la coordination des activités et pour éviter les chevauchements entre celles-ci ;
  2. des reportages de tous les médias - dans les pays alliés et chez l’adversaire ;
  3. de démentis ;
  4. avec le SHAPE/informations militaires
  5. recherche et analyse et formulation de messages.

Troisième enseignement

43Pendant une crise, il faut améliorer la communication d’informations militaires en provenance du SHAPE. Au cours de l’opération Force alliée, les coups les plus sévères portés à notre crédibilité l’ont été les premières semaines ; à ce moment-là le réseau d’information OTAN/SHAPE ne fonctionnait pas de façon optimale. La presse nous a moins critiqués pour les dommages collatéraux que pour la confusion et la lenteur avec lesquelles nous expliquions ce qui s’était passé exactement. Le réseau d’information du SHAPE doit être institutionnalisé. Nous avons par trop été tributaires, pendant l’opération Force Alliée, d’une ou deux personnes dans les capitales, qui, par chance, avaient une bonne source au SHAPE et étaient en mesure d’obtenir rapidement des informations par des voies non officielles. Il faut à l’avenir qu’il y ait au SHAPE une unité chargée des enquêtes, qui soit en mesure de répondre rapidement aux demandes d’information émanant de l'OΤΑΝ. Il a été constaté que lorsque nous n’étions pas en mesure, par manque d’informations, d’expliquer un incident, les médias revenaient sur ce dernier pendant plusieurs jours, alors que, vers la fin de la campagne, quand nous pouvions donner des explications rapidement, l’incident disparaissait presque aussitôt de l’actualité.

Quatrième enseignement

44Nous devons en savoir beaucoup plus sur notre adversaire en cas de crise ou de conflit. Au cours de l’opération Force Alliée, il a fallu plusieurs semaines avant que nous ne puissions compter sur les services de personnes bien informées sur la Yougoslavie au sein du MOC, et avant que nous ne commencions à suivre la presse ou la télévision Yougoslaves avec attention. La propagande de Milosevic nous a parfois pris de court. Si nous avions pu compter sur ces personnes dès le début, nous aurions pu prévoir certaines de ses manœuvres et apprendre à mieux les contrecarrer. Dans le même ordre d’idée, les services de renseignement doivent nous donner davantage d’informations sur nos adversaires, que nous puissions utiliser pour servir notre cause. Bien trop souvent, quand je tombais sur des informations intéressantes, je m’entendais dire qu’elles étaient classifiées et qu’elles ne pouvaient donc pas être divulguées publiquement. Ce qui ne voulait pas dire pour autant que le Pentagone ne s’en servait pas dans sa conférence de presse une heure après.

45Si, dans le même temps, notre adversaire peut avoir accès librement et sans contrainte à nos médias, nous devons faire preuve de plus de dynamisme et de créativité pour parvenir à toucher son opinion publique et être ainsi à armes égales. Ce n’est pas chose aisée dans une dictature, où les médias font l’objet d’un contrôle rigoureux. Pendant l’opération Force Alliée, nous avions imaginé de mettre sur pied une station de radio qui émettrait en Yougoslavie, d’utiliser des avions pour diffuser des programmes radio, ou d’aider des stations radio et des chaînes de télévision existantes à être captées en Yougoslavie. Aucune de ces idées n’a cependant été exploitée avant la fin de la campagne aérienne. Nous devons orienter notre planification à l’égard des médias de manière à être mieux préparés, la prochaine fois, à adopter une telle approche dynamique.

Cinquième enseignement

46A l’ère de la télévision, les images sont essentielles. Les Serbes ont eu un avantage sur nous en ce sens qu’ils ont pu produire des images au sol, montrant généralement les dommages collatéraux infligés par l’OTAN ; images auxquelles, souvent, nous ne pouvions répondre que par des mots. La presse a souvent donné davantage de crédit aux images de Milosevic qu’aux paroles de l’OTAN. Il a bien sûr été prouvé depuis lors que nous avions raison, quand les caméras occidentales ont pu pénétrer au Kosovo, sur les talons de la KFOR. Notre tâche n’en serait pas moins facilitée si nous pouvions montrer davantage de témoignages photographiques à l’appui de nos allégations (par exemple des photos de fosses communes ou de villages en feu au Kosovo). Nous avons pu disposer de certaines images de ce type pendant le conflit, qui se sont la plupart du temps avérées utiles, mais d’autres témoignages similaires nous seraient certainement venus à point.

Sixième enseignement

47Une chose que nous avons bien faite pendant la crise du Kosovo, a été d’occuper l’espace des médias. En organisant le matin et l’après-midi des points de presse au siège de l’OTAN, auxquels venaient s’ajouter la conférence de presse donnée tous les midis par le ministère de la Défense à Londres, et les interventions de Washington plus tard dans l’après-midi, nous avons créé une situation où il était impossible, dans le monde entier, qu’un téléspectateur régulier puisse ne pas entendre le message de l’OTAN. Il est essentiel d’occuper le terrain des médias en permanence et de les alimenter avec des nouvelles fraîches. Ils sont ainsi moins enclins à privilégier les reportages critiques. Les exposés hors caméras de 11 heures du matin et les rapports périodiques sur l’opération Lorce Alliée diffusés en cours de nuit ont certainement été utiles à cet égard. Nous avons aussi toujours été en mesure d’organiser immédiatement un point de presse pour réagir aux nouvelles de dernière minute ou aux contrevérités diffusées par les Serbes, et d’éviter ainsi qu’il ne faille attendre le lendemain pour les infirmer. Le fait que des responsables politiques d’un pays s’adressent aux opinions publiques d’autres pays, par des interventions à la télévision, des discours, des éditoriaux et des entrevues, peut également contribuer à cet objectif.

48Ce que nous aurions, par contre, pu mieux faire pendant l’opération Lorce Alliée, c’est de prendre le pouls de l’opinion publique dans les pays alliés où les gens n’étaient pas en notre faveur et de concevoir des stratégies plus actives pour agir sur les médias de ces pays. Deux de nos trois nouveaux Alliés ont éprouvé à cet égard certaines difficultés, auxquelles nous n’avons pas réagi comme nous aurions pu le faire. Des Etats voisins essentiels comme la Roumanie, la Bulgarie et l’ex-République yougoslave de Macédoine ont dû composer avec des médias et une opinion publique défavorables, ce qui aurait pu avoir des conséquences négatives sur leur solidarité avec l’Alliance. Nous aurions dû apporter à ces pays un meilleur soutien dans nos activités d’information. Il faudra à l’avenir qu’une équipe suive la situation dans certains pays alliés et partenaires sensibles et qu’elle conçoive, de concert avec les autorités nationales, des campagnes de presse adaptées à la situation.

49Une dernière réflexion a trait aux exercices de gestion des crises. Le rôle important joué par les médias dans ce conflit illustre bien que le caractère inquisiteur de la presse dans ses relations à l’égard de l’Alliance lors d’un conflit est encore sous-représenté et sous-exploité dans les exercices de gestion des crises conduits par l’OTAN. Cet aspect doit être redéfini et nous devons donner aux activités et à la formation se rapportant aux médias un rôle beaucoup plus important, qui cadre avec la réalité et avec notre propre expérience. Les médias ne sont pas une espèce d’option facultative, ils sont déterminants. Le Service de presse de l’OTAN doit être davantage associé à l’élaboration des scénarios et à la planification de ces exercices. Nous pourrions aussi envisager de recruter des journalistes en vue de recréer une atmosphère plus proche de l’ambiance réelle, avec véritables conférences de presse, articles et reportages, et réactions du grand public. Affaire à suivre.

Auteur

Directeur de l’Information et de la presse de l'ΟΤΑΝ

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search