Version classiqueVersion mobile

La guerre et l’Europe

 | 
Anne-Marie Dillens

La fin de la guerre : le retour des conflits

Éric de La Maisonneuve

Texte intégral

1« La guerre est morte ! ». Cette affirmation du général français Claude Leborgne peut paraître provocatrice au moment où, justement, la conflictualité semble s’étendre sur la planète, infestant même certain continents - comme l’Afrique - à un degré jusqu’alors inconnu.

2Et pourtant, malgré ces apparences, la formule est particulièrement pertinente : la guerre est effectivement morte. La guerre-bataille, la guerre classique, frédéricienne, napoléonienne ou clausewitzienne, est morte de ses excès, d’avoir tutoyé au moins à deux reprises l’irrationnel en s’étendant au monde, d’avoir franchi les limites qui en faisaient un mode sinon agréable du moins acceptable - en tout cas accepté - de règlement des différends internationaux. Tel était bien l’esprit des Traités de Westphalie et celui des politologues du XVIIe siècle de confier à l’Etat le soin de récupérer à son profit la violence des hommes, de la maîtriser et - ainsi transfigurée au nom du bien commun - de la légitimer au service de ses intérêts supérieurs. La guerre faisait partie du droit, elle en était même le fondement ainsi que l’expression la mieux achevée de la souveraineté de l’Etat.

L’échec de la guerre

3Il n’est pas inutile de revenir quelques instants sur ce modèle classique de la guerre, toute cette architecture qui visait à intégrer l’irrationnel de la violence dans le rationnel de la force maîtrisée. Pour effectuer ce passage difficile, tout était à inventer au début du XVIe siècle. Et ce fut l’étonnante convergence des inventions, des découvertes, des réformes et du renouveau de la pensée philosophique qui permit de passer ainsi en deux siècles du désordre féodal à l’ordre classique. La guerre y avait sa part, pour l’essentiel grâce aux progrès des armes à feu et à l’engrenage qu’elles entraînèrent : armées permanentes, budgets militaires, écoles de formation, doctrines, règles d’emplois, codes...

4« Maître de lui-même comme de l’univers », l’homme classique veut d’abord parvenir à maîtriser l’instrument principal de la force qu’est l’armée - en la disciplinant - et à en limiter l’emploi dans une guerre désormais voulue, conçue, organisée et conduite dans un cadre défini, connu et respecté de tous, qui trouvera au XVIIIe siècle ; son expression achevée dans une science ou une démarche nouvelle celle de la stratégie. Rarement, dans l’histoire des nations, méthode fut plus propre à tenter de limiter la part du hasard dans les actions humaines, jamais démarche plus raisonnable ne permit de les contrôler et de les limiter à ce qui était jugé supportable par les peuples et acceptable pour leurs dirigeants. On en était arrivé, malgré les pertes qu’elle occasionnait - plus de 20 000 morts à la bataille de Fontenoy en 1745 - à considérer la guerre comme un mal nécessaire et en tout cas comme une façon somme toute normale de régler les différends entre les Etats. Mais à une condition : qu’elle ne remette pas en cause le système politique et social, qu’elle demeure dans les limites qui lui étaient assignées, celles de régler les contentieux dynastiques.

5Or, c’est très précisément ce que les nations ne surent pas faire : maintenir la guerre dans un cadre rationnel. Peut-être parce que le Traité de Paris en 1763, à la fin de la guerre de Sept Ans, avait ruiné ses ambitions coloniales et singulièrement amoindri sa stature européenne, ou parce que, d’une certaine façon, elle considérait que son unité territoriale était quasiment achevée, la France se retourna sur elle-même et se mit à philosopher. Une nouvelle idée se fit jour - la liberté - qui s’imposa par son caractère universel : la Révolution devait non seulement libérer le peuple français, mais bien au-delà tous les peuples enfermés dans des systèmes politiques archaïques. Mais cette idée devait d’abord triompher en France, en bouleversant les structures sociales et les pratiques politiques, en résistant aux assauts des monarchies voisines, à juste titre inquiètes d’une si dangereuse transformation des règles du jeu classique.

6En modifiant les finalités de la guerre et en mobilisant à leur profit toutes les ressources de la nation, la Révolution française faisait entrer la guerre dans un cycle infernal qui ne s’achèvera qu’à Hiroshima en août 1945. Pendant 150 ans en effet, la guerre ne va cesser d’une part de s’idéologiser, c’est-à-dire de se donner des objectifs inaccessibles, d’autre part de mobiliser à son profit les ressources toujours croissantes de l’économie et de la technologie. Ainsi, par les deux bouts, celui des fins comme celui des moyens, la guerre entrait dans ce qu’on pourrait appeler « la folie des grandeurs ». La trop grande réussite de la démarche stratégique, initiée par Frédéric II, remarquablement mise en œuvre par Napoléon, théorisée et explicitée par Guibert puis par Clausewitz, fait oublier aux dirigeants - à commencer par Napoléon - qu’elle n’a de sens et d’efficacité que si elle sait respecter un certain nombre de contraintes et notamment celles liées à sa limitation : objectifs limités et moyens adaptés, mais aussi cadre espace-temps de l’action mesuré, règles du jeu et conventions observées...

7Rien de tout cela ne fût respecté entre 1792 et 1815, mais telle était l’imprégnation du système classique qu’elle lui permit de gommer la séquence révolutionnaire et de rétablir l’ordre européen lors du Congrès de Vienne. Il n’en fut pas de même au début du XXe siècle où, sous la pression d’idéologies toujours aussi puissantes - le nationalisme, puis les totalitarismes-, les déséquilibres démographiques et les révolutions industrielles entraînèrent non seulement l’Europe mais le monde entier dans des conflits aberrants. Il en résulta des excès considérables, des millions de soldats, puis des dizaines de millions de civils, tués, blessés, déplacés, des pays ruinés et des peuples humiliés ; et surtout la négation du combat « acceptable » sinon loyal entre des hommes, par la capacité ou par la volonté de les anéantir : Hiroshima et Auschwitz. Si ces deux phénomènes ne sont pas de même nature, ils parviennent tous deux au même résultat : rendre la guerre impraticable.

8La nouvelle guerre de Trente Ans européenne entre 1914 et 1945 ne se dénoua pas par des Traités de Westphalie, mais par des Accords de Yalta qui fondaient un nouvel ordre mondial sur la rivalité entre les deux vainqueurs de la guerre. La guerre n’y débouchait pas sur la paix - il n’y a pas de traité de paix, seulement une reddition sans condition des deux puissances vaincues-, mais sur une absence de guerre, situation inédite et paradoxale dans laquelle les protagonistes cherchent à s’affaiblir sans jamais oser se combattre physiquement. En effet, la guerre au sens classique du terme, - ce type d’affrontement qui a conduit à des échecs si désastreux et qui n’a pas permis de vider les querelles des nations-, est condamnée par ses excès. Elle est même, sous sa forme habituelle de guerre de conquête, placée hors-la-loi : la Charte des Nations Unies l’interdit expressément, n’acceptant plus l’usage de la force que dans les cas de légitime défense. Elle est en outre, du moins entre les grandes puissances, rendue inefficace sinon impossible : l’arme nucléaire rend périlleuse toute velléité d’agression et sans doute suicidaire toute attaque en premier.

9Certes, ce n’est pas pour autant que les guerres conventionnelles vont cesser du jour au lendemain dans le monde. Les exemples des deux Corées, de l’Inde et du Pakistan, de l’Iran et de l’Irak, d’Israël et des pays arabes, sans compter la guerre du Golfe considérée comme une exception, sont là pour nous rappeler la force des contentieux entre les Etats et la permanence des affrontements. Mais ces guerres sont autant d’échecs de « la guerre » : aucune d’entre elles ne parvient à atteindre la paix ou un quelconque résultat. Dans tous les cas cités, le statu quo s’impose sur des lignes de démarcation, des frontières inchangées ou des territoires contestés. Pour le reste, c’est-à-dire l’essentiel : l’affrontement Est Ouest, le conflit restera latent. La guerre froide est précisément une non-guerre, une situation sans bataille mais où on gesticule, on discourt, on menace. La dissuasion par les armes nucléaires joue pleinement son rôle. Elle oblige à faire la guerre ailleurs et autrement.

La paix impossible

10Pendant les quarante années de la guerre froide, les deux camps ne vont pas se priver d’affrontements. Mais ils vont être contraints de s’opposer sur des modes mineurs afin d’éviter la montée aux extrêmes dont nous avons vu qu’elle serait suicidaire, et d’ouvrir de nouveaux champs de bataille, l’Europe étant désormais sanctuarisée par la dissuasion nucléaire. Ils vont se livrer surtout à une lutte idéologique forcenée dans laquelle ils font peser tous leurs arguments, leurs réussites sociales, leurs succès économiques, leurs avancées technologiques. A ce jeu, on l’a vu, la machine libérale occidentale, plus souple, plus inventive, plus productive, sans doute plus proche de l’homme, l’a emporté sans coup férir. En votant avec leurs pieds en 1989, les populations d’Europe orientale ont donné le signal que la partie était finie. L’Europe, décidément, se plaçait hors du champ de la guerre et abandonnait ce « jeu » aux autres continents.

11Mais ceux-ci, malgré des transferts d’armements classiques colossaux, n’avaient ni les moyens ni surtout la culture de prendre la relève. Hormis les quelques cas de contentieux internationaux que nous avons évoqués, les causes de conflit étaient liées à la volonté d’indépendance des peuples et à la décolonisation. Et pour se libérer de leurs tutelles, de nombreux pays, encouragés en sous-main par l’un ou l’autre bloc, durent affronter les puissances coloniales. Dans ce rapport du faible au fort, les faibles furent contraints d’innover. Incapables de supporter le rapport de forces que supposait la guerre dite conventionnelle, ils inventèrent la guerre dite révolutionnaire, adoptant systématiquement une stratégie indirecte visant à déséquilibrer, à démoraliser leur adversaire, utilisant la population civile et l’opinion publique, l’une par le noyautage l’autre par la propagande. Et, dans tous les cas, les faibles l’emportèrent sur les forts, au Vietnam, en Algérie, en Afghanistan... C’était bien une preuve supplémentaire que la guerre à l’européenne était morte, mais que « la guerre », elle, savait toujours renaître sous d’autres formes : un « caméléon » avait écrit Clausewitz...

12La décolonisation achevée, mais qui dura toutefois de 1946 à 1988, la paix n’en était pas pour autant assurée. Trois facteurs principaux entretenaient en effet le monde dans une situation de profond déséquilibre.

13Le premier concerne la population du monde. La question démographique est, malgré l’indifférence politique dans laquelle on la maintient, la plus grave et la plus inquiétante de notre époque qui pourtant ne manque pas de problèmes sérieux. Le XXe siècle est d’abord celui du grand nombre ; si le cap du premier milliard d’individus est franchi au début du XIXe siècle, le second milliard est atteint vers 1930, le quatrième vers 1970 et le sixième probablement en l’an 2000. Ce quadruplement en un siècle, malgré des guerres et des massacres d'une ampleur jusqu’alors inégalée, signifie que le nombre des humains et, partant, leurs conditions d’existence et leur environnement deviennent les questions politiques majeures de notre époque.

14Qu’est-ce à dire ? D’abord, s’agissant du nombre, - six milliards d’individus - que celui-ci va poursuivre sur sa lancée ; certes en ralentissant sa croissance, mais en atteignant sans doute huit à dix milliards d’individus dans le prochain siècle. Ce qui signifie que les problèmes liés au nombre, donc à la survie des hommes, ne sont pas prêts de s’apaiser.

15En second lieu, que cet accroissement démographique est très inégalement réparti - plus de 95 % dans l’hémisphère Sud-, faisant peser sur les pays les plus démunis et les moins structurés une charge colossale. Ce déséquilibre est en soi un facteur de tension entre les pays du Nord et ceux du Sud, les 20 % de la population du monde pour l’essentiel les pays occidentaux et le Japon-disposant de 80 % des richesses, alors qu’inversement, selon la loi de Pareto, la très grande majorité des habitants de la planète y sont condamnés à la pauvreté, voire à la misère. Ce décalage de croissance démographique ainsi que le retard de nombreux pays à atteindre le stade de la transition démographique où la pyramide des âges retrouve une allure harmonieuse, entraînent un autre déséquilibre entre les pays du Sud, dont la proportion de jeunes de moins de vingt ans frôle les 50 %, et ceux du Nord dont le vieillissement s’accentue.

16Ces divers déséquilibres provoquent des mouvements démographiques, comme le font en météorologie les hautes et les basses pressions ; entre les campagnes surexploitées et des villes multimillionnaires, entre l’intérieur et le littoral, entre les pays du Sud ou de l’Est et les pays du Nord ou de l’Ouest. Un vaste mouvement migratoire, inverse de celui qui, d’Europe, a colonisé le monde, s’est déclenché depuis un demi-siècle ; il ne fait que s’accentuer et s’amplifier, posant de graves problèmes d’épuisement de leurs élites aux pays d’émigration et de non moins délicates questions d’accueil et d’intégration aux pays d’immigration. Ce problème n’est pas local et ne concerne pas un pays plus qu’un autre ; il s’agit d’un problème mondial, qui pose l’essentiel des questions auxquelles le XXIe siècle sera confronté : contrôler l’accroissement du nombre, freiner l’exode rural, retenir les élites dans leurs pays d’origine, éviter de déstabiliser des sociétés entières par des mouvements migratoires trop brutaux et trop massifs. Seule, la communauté des nations pourrait, si elle décidait de se mêler de ce sujet, empêcher que cette question ne devienne explosive et ne débouche à terme sur un conflit planétaire. Selon des modalités qu’il reste bien évidemment à imaginer, puis à négocier et à mettre en œuvre, ce qui suppose à l’évidence une prise de conscience et un volontarisme déterminé pour s’opposer à la logique des chiffres.

17Le deuxième facteur de préoccupation concerne la crise profonde que traversent les Etats , en tant que structures socio-politiques, comme représentants des sociétés et acteurs responsables de l’organisation du monde, pour ne pas dire de l’ordre du monde. Il faut revenir à notre point de départ qui est celui de l’échec de la guerre. Ce dernier entraîne dans son sillage la remise en cause du pouvoir du « maître de la guerre » qu’est l’État-nation. À travers la fin de la guerre, c’est l’Etat guerrier, souverain et conquérant qui voit son autorité contestée. Sa liberté d’action extérieure, celle de perturber les équilibres internationaux, est singulièrement réduite : il ne peut plus se défausser sur ses voisins de ses problèmes intérieurs, ni réaliser sur cette animosité son unité nationale. La France de la fin du XIXe siècle, politiquement divisée, se retrouvait unie sur le thème de la « revanche » ; l’Europe elle-même, profondément meurtrie à la fin du second conflit mondial, parvenait à surmonter ses déchirements face à la menace d’agression soviétique, sur le thème de la « liberté ». Cette attitude n’est plus de mise.

18En perte de vitesse sur le plan international, l’Etat-nation se trouve toujours aussi mal armé pour régler les problèmes sociaux et économiques de plus en plus pressants qui se posent aux sociétés. La complexité de ces questions suppose souplesse, médiation et négociation, là où l’Etat traditionnel et autoritaire n’oppose que la loi et des formulaires administratifs. Incapable de réfléchir en termes de rupture, d’anticiper et surtout de concevoir un projet collectif, l’Etat devient suiveur. Il se laisse imposer par exemple un « aménagement du territoire » symbolisé par la montée d’une urbanisation anarchique et inhumaine, le tout-automobile et la désertification des campagnes.

19Parmi la centaine d’Etats jeunes, nés de la décolonisation ou de l’implosion des empires, la plupart sont impuissants sinon à exister du moins à surmonter leurs difficultés et à satisfaire les exigences d’une population jeune, croissante et turbulente. Comment, sur des structures aussi fragiles, s’appuyer pour nourrir, protéger, éduquer, soigner des dizaines de millions d’habitants ? Comment faire face à une telle pression et simultanément exister dans le concert des nations ? Cette faillite de l’Etat est également à relier au séisme social qui se manifesta à la fin des années 60 dans la plupart des Etats occidentaux. Mai 68 est d’abord la contestation d’un ordre social hiérarchique, le refus du carcan de valeurs imposées d’en haut, la révolte contre un monde d’interdits.

20La fragilité des Etats comme la vulnérabilité des sociétés conduisent de façon quasi naturelle à l’affirmation des revendications autonomistes, voire indépendantistes. Sur fond de « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », la tendance à la fragmentation des empires, à la dislocation des Etats artificiels, à l’affaiblissement des structures fédérales s’étend sur la planète : l’Empire russe, l’ex-Yougoslavie en sont les exemples actuels. Mais d’autres suivront sans doute, car le potentiel de fragmentation de nombreux Etats est encore important sur tous les continents. Et ces divorces entre les peuples ne se feront pas nécessairement dans la sérénité. Pour une séparation pacifique entre la Tchéquie et la Slovaquie, combien de déchirements et de conflits à venir ! C’est là sans doute le facteur le plus inquiétant pour la paix mondiale.

21Le troisième élément qui mérite de retenir l'attention des observateurs stratégiques se situe dans le traumatisme considérable que représenta pour le monde entier la chute de l'Union soviétique. Au-delà du simple épisode de la fin de la guerre froide, cet événement des années 89-90 a une signification plus lourde et plus complexe.

22Il signifie d’abord que l’ordre de Yalta était bâti sur du sable et qu’il n'avait guère de fondements ; il s’écroule après moins d’un demi-siècle d’existence, ruinant tout espoir à moyen terme de retrouver un équilibre mondial. C’est en effet la fin d’une des deux superpuissances et de son camp ; c’est l’abandon au vainqueur du champ mondial sans contrepartie et sans opposition.

23Il signifie ensuite la fin d’un mythe. Pour près de la moitié de l’humanité, un espoir s’effondre. Le communisme était d’une certaine façon la grande utopie qui faisait supporter à des milliards d’êtres humains l’injustice de leur condition.

24Il signifie enfin la fin d’un Empire. En quelques mois, l’Union soviétique, empire mondial aux tentacules étendus sur le monde entier, s’écroule comme un château de cartes. Ce faisant, elle abandonne non seulement son influence au-delà des mers, mais surtout elle se fait amputer de ses conquêtes continentales et voit rétrécir son territoire à celui de Pierre-le-Grand. La guerre de Tchétchénie n’en est que l’avatar le plus visible et le plus sanglant.

25Ainsi, entre la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et la dissolution de l’Union soviétique en décembre 1991, dans un laps de temps très court, une partie du monde bascule. Comme après un long et froid hiver, c’est le signal de la débâcle. Tous les problèmes accumulés depuis cinquante ans ici et ailleurs, toutes les aspirations étouffées et tous les désirs de liberté contrariés vont se réveiller et se manifester au grand jour. Si la chute de l’Union soviétique n’est pas la source des malheurs du monde, bien au contraire, elle déclenche en revanche un mouvement général. Un monde figé se met soudainement en marche. Une violence longtemps empêchée se réveille et donne naissance, dans tous les domaines et sous des formes apparemment nouvelles, à une conflictualité débordante.

Les nouvelles formes de conflit

26Cette nouvelle conflictualité ne se manifeste pratiquement plus à coups de divisions blindées, dont nous avons vu qu’elles étaient en grande partie inefficaces à régler les problèmes du monde. Les systèmes militaires classiques conçus pour vider les querelles des nations sont impuissants devant l’expression renouvelée de la violence des hommes. De plusieurs façons, celle-ci semble revenue à ses origines : violence liée à l’affirmation identitaire et à la volonté autonomiste, violence liée au désir de conquête et à la volonté de progrès, violence liée enfin au besoin de domination et à la volonté d’influence. Sous ces trois termes - identité, intérêt, influence - profondément inscrits dans la nature humaine, s’esquisse une typologie de la conflictualité moderne. Celle-ci correspond à nouveau de nos jours à l’expression des rapports de force entre les hommes.

27Les guerres civiles sont les plaies de notre époque, comme elles l’ont toujours été auparavant mais à un degré plus extrême aujourd’hui par leur ampleur, leur barbarie et surtout leur malignité. Elle naissent en effet de la fragmentation du monde et de la désintégration en cours des empires, mais elles se nourrissent en outre de toutes les contradictions de la modernité. À la sauvagerie, elles ajoutent souvent une certaine sophistication, sur fond de trafic d’armes et de médiatisation. Ces conflits identitaires correspondent à une volonté séparatiste qui ne peut s’exprimer que dans le cadre de l’effondrement des structures sociales et politiques antérieures. Une trentaine de ces conflits pollue depuis une dizaine d’années certaines régions du monde, les plus touchées étant l’Afrique subsaharienne, l’Europe balkanique, l’Amérique latine et l’Asie du sud. Aucune des tentatives qu’a dû effectuer la communauté internationale pour tenter d’enrayer leur mécanisme n’y est parvenue. L’application du chapitre 7 de la charte des Nations unies s’est révélée d’autant plus décevante qu’elle ne relève d’aucune autorité politique responsable et qu’elle ne met en œuvre que les moyens inadéquats des nations dans un contexte juridique particulièrement flou.

28Ces guerres ont des caractéristiques exorbitantes de la guerre classique. Ce sont en premier lieu des « guerres civiles » par opposition aux « guerres militaires », c’est-à-dire qu’elles mettent en jeu non pas des armées régulières chargées de remplir une mission opérationnelle mais des populations ou des milices civiles décidées à chasser ou à exterminer l’Autre, le bouc émissaire, le méchant, l’ennemi qu’il soit chiite, bosniaque, hutu...

29Ce sont en second lieu des guerres urbaines qui se déroulent là où se trouvent désormais rassemblées les populations, par opposition aux campagnes qui étaient habituellement conduites par les armées. Les batailles récentes ont ainsi toutes des noms de villes : Beyrouth, Mogadiscio, Groznyï, Sarajevo... Ce déplacement du lieu des combats au centre des villes et au cœur des populations explique en grande partie l’inefficacité des forces armées ainsi que leurs difficultés à s’y interposer : elles n’en ont pas la culture, les villes étant par construction des pièges pour les soldats et des refuges pour les civils.

30Ce sont enfin des guerres anomiques, dans lesquelles aucune des règles et des conventions longuement mises au point au cours des derniers siècles n’est plus respectée. Tout y est permis, la destruction de l’Autre étant la forme la plus élaborée de son éviction, selon les procédés les mieux propres - si l’on peut dire - à le terroriser. Ces guerres inexpiables entre voisins longtemps obligés de se côtoyer et soudain amenés par le dégel de l’Histoire à se voir « tels qu’en eux-mêmes » ont dépassé les limites que la civilisation avait imposées à la guerre classique. Si tout est effectivement permis dans ce type de confrontation, personne n’a plus de prise sur rien ; et ces conflits s’incrustent et se propagent avec une vigueur d’autant plus irrépressible qu’ils sont alimentés en permanence et soutenus par tout ce que notre planète compte de forces obscures, souterraines et illégales.

31Les conflits d’intérêts, ce que, par un effet d’annonce un peu rapide, on a appelé la « guerre économique », sont une autre forme qu’on peut inscrire dans une typologie moderne des conflits. La fin des idéologies et la victoire du camp libéral ont propulsé l'économisme sur le devant de la scène, assurant ainsi le règne du marché. Le triomphe des intérêts, que ce soit ceux des nations, des entreprises, des corporations ou de certains individus s’exerce sans aménité. Dans un marché somme toute réduit, même s’il prétend à la mondialisation, la concurrence est féroce et la guérilla permanente. La financiarisation de la vie économique rend les marchés sensibles aux moindres nouvelles, très volatils et donc sujets à des crise brutales et ravageuses. Elles ont en effet des conséquences en chaîne, d’une part dans les. domaines économiques, sociaux et politiques, d’autre part sur les pays environnants, entraînant par sympathie les plus vulnérables d’entre eux dans l’engrenage de la contagion. Comme on a pu l’observer à plusieurs reprises (cas du Mexique, de la Thaïlande, de la Russie), les organisations internationales compétentes (Fonds monétaire international, Banque mondiale) sont partiellement désarmées face à l’ampleur et à la spontanéité des sinistres : en quelques semaines, plusieurs dizaines de milliards de dollars sont retirés d’économies émergentes, les spéculateurs étant à l’affût des taux de croissance, du rendement de leurs placements et surtout des faiblesses des systèmes politiques. Dans ce climat de vulnérabilité économique et de grande mobilité des capitaux (plus de mille milliards de dollars par jour), les organisations mafieuses et criminelles parviennent à blanchir leurs revenus et à profiter au maximum des circuits financiers. Plus que d’une guerre économique qui s’exprime par ailleurs par les pratiques habituelles de l’espionnage, du dumping, de la délocalisation, etc., il s’agit là d’un pourrissement très préoccupant de la vie économique et financière. Le chiffre d’affaires annuel de ce qu’on appelle la grande criminalité mondiale serait compris entre mille et mille cinq cents milliards de dollars, soit environ la valeur du PIB d’un pays comme la France, quatrième ou cinquième économie mondiale. C’est dire la capacité de nuisance des mafias et autres cartels !

32Les conflits d’influence, qu’on a pu aussi nommer « guerres psychologiques », sont l’expression la plus achevée et sans doute la plus prometteuse de la conflictualité moderne. Depuis toujours, les hommes avaient tenté d’économiser la force et de réduire la part de hasard importante qu’elle comporte en utilisant la ruse pour vaincre. Dès le Ve siècle av. J.-C., Sun Zu, le stratège chinois auteur de « l’Art de la guerre », préconisait l’emploi de la ruse et l’économie de la force. Il avait compris que si l’adversité est normale et qu’elle peut même être source de progrès, elle peut tout aussi bien être ruineuse et source de désastre. Et il proposait, chaque fois et partout où cela était rendu possible, de remplacer la force par l’intelligence. Ses préceptes étaient de bon sens mais difficilement applicables : les moyens de communication, réduits à la parole et bientôt à l’écrit, avaient une portée physique et intellectuelle limitée.

33L’électronique, en donnant accès à l'image et à l'information instantanée, c’est-à-dire à l’image en direct, modifie radicalement non seulement le mode d’appréciation des situations mais aussi les pratiques de réaction. Tout le cycle stratégique, qui consiste à passer du temps de paix au temps de guerre par la mobilisation des ressources et la mise en œuvre de moyens diplomatiques, économiques, puis militaires, cycle extraordinairement lourd et pesant, devient parfaitement inutile. En revanche, la maîtrise des moyens de communication - les médias - permet, par toutes sortes de stratagèmes et de manipulations de l’information, d’entretenir l’opinion publique et de l’influencer. Source formidable d’information et de connaissance, les nouvelles, technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont à l’inverse de fantastiques vecteurs de désinformation, de propagande, d’intoxication... Nul doute que nous ayons là des moyens inédits de faire la guerre autrement et de façon plus efficace. Le slogan « zéro mort » lancé par les Américains à l’occasion de la guerre du Golfe en est une des premières manifestations. La radio « mille collines » lors du génocide rwandais nous en prouve aussi le pouvoir effrayant. La campagne du Kosovo de mars à juin 2000 démontre enfin comment une information bien conduite peut faire « prendre des vessies pour des lanternes » aux gouvernements, aux intellectuels, aux journalistes et aux opinions publiques les mieux avertis.

*

34Ces types de conflit ne se distinguent pas en réalité les uns des autres. La violence des hommes est unique, même si elle prend les couleurs du temps et s’adapte aux circonstances. Le monde contemporain a choisi la liberté et, dans son élan souvent irréfléchi, sans se rendre compte que la condition première de l’exercice de la liberté, c’était la sécurité. L’équilibre entre liberté et sécurité est difficile à trouver. Dans le temps d’incertitude que nous traversons, des prédateurs profitent des déséquilibres et des failles du système mondial. Les Etats, obsédés par la question de leur survie, empêtrés dans des structures archaïques, affaiblis par les contestations citoyennes et par la crise sociale, font le jeu des réseaux et, d’une certaine façon, de l’anarchie qui guette.

35La violence, premier et principal problème de l’humanité depuis les origines, réalité qu’il faut accepter, connaître et maîtriser, doit être endiguée par la puissance publique, canalisée et enfin utilisée non pour la guerre mais pour le progrès et pour la justice. Telle est la tâche prioritaire à laquelle il faut s’atteler d’urgence, sauf à prendre le risque de voir notre monde, si fier de son développement et de sa civilisation, sombrer dans une des pires périodes de son histoire.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search