Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’université dans la tourmente

 | 
Anne-Marie Dillens

Université et liberté

Jean Ladrière

Texte intégral

1Nous nous interrogeons ici, à nouveau, sur les missions, les moyens, les valeurs, les objectifs de l'université. Le texte qui présente le schème de ce colloque indique très clairement ce qui appelle et justifie une telle réflexion. En termes de valeurs, on voit s’opposer d’une part l’utilité, la rentabilité, l’efficacité, la performance, la compétitivité, et d’autre part « la faculté de l’inutile, propre à l’humain ». Et on peut constater que « nos sociétés, vivant quasiment au lendemain de la révolution électronique, se déchirent toujours sur la priorité des valeurs et sur les rapports à établir entre l’économique, la culture, le politique et le social ».

2Effectivement, la vie des sociétés contemporaines semble bien dominée par les institutions qui relèvent de ce qu’on a appelé « la raison instrumentale » et par les valeurs qu’elles mettent en jeu de façon partiellement implicite, mais aussi de façon explicite, dans les idéologies pseudo-scientifiques par lesquelles elles tentent de justifier leurs pratiques. Mais en même temps les situations créées par le développement de cette forme de la raison et les conséquences qu’il entraîne dans l’existence quotidienne suscitent une sorte de mobilisation de la conscience éthique, qui se rend compte de la relative inadéquation des éthiques traditionnelles par rapport à ce qu’il y a de nouveau dans ces situations et qui d’autre part tente de repenser les fondements de l’éthique en vue d’élaborer des réponses appropriées en face de l’indétermination éthique dans laquelle nous nous trouvons. Or la conscience éthique est l’expression d’une forme de la raison qui n’est pas réductible à celle de la raison instrumentale. La situation spirituelle de notre époque semble bien pouvoir être caractérisée par l’immense question de l’instauration d’un rapport juste entre la raison pratique, en tant que porteuse de l’exigence éthique, et la raison instrumentale, en tant que porteuse du projet de la substitution d’un monde construit au monde naturel. Cette question est sans doute théorétisable, mais elle est avant tout d’ordre pratique. Les enjeux concrets sont dans la vie quotidienne et le lieu effectif de la question est celui de la dynamique des institutions de la raison instrumentale, les institutions de la technologie, de la recherche scientifique, de l’organisation économique, de l’univers juridique, de la culture médiatique, électronique et cybernétiquement interactive.

3L’université est, selon certains de ses aspects, une de ces institutions. Mais elle est aussi un lieu où celles-ci sont mises en question. Dans son questionnement elle est acculée à se mettre elle-même en question. Elle se découvre alors comme enjeu. Par sa situation dans la société contemporaine elle est même sans doute un enjeu majeur de la question qui met aux prises la raison instrumentale et la raison éthique. Elle apporte une contribution importante au fonctionnement de la raison instrumentale. Ce fonctionnement serait sans doute tout à fait compromis si les universités disparaissaient. Par la force des choses, et sans peut-être qu’il y ait en cela un vouloir délibéré, la raison instrumentale tente de prendre totalement le contrôle de cette institution, en vertu du souci d’efficacité qui la motive. Et c’est en tout cas dans la mesure où l’université lui prête son soutien que la raison instrumentale, de son côté, lui apporte son appui, à tout le moins en termes de moyens.

4Mais il y a dans l’université, en vertu même de la spécificité des tâches qu’elle s’assigne, et que l’on pourrait résumer provisoirement par les termes de « formation » et de « recherche », un souci des justifications, une vision du long terme, une interrogation toujours renouvelée, où s’exprime une autre forme de la raison, que l’on pourrait caractériser d’un mot par le terme « critique ». Une conquête totale de l’université par la raison instrumentale devrait nécessairement, pour être vraiment efficace, prendre la forme d’une réinterprétation purement instrumentale de la critique. C’est ce qui se passe par exemple, du moins à l’état d’essai, lorsqu’on fait de l’« éthique de l’entreprise » un simple facteur de l’efficacité et dès lors de la rentabilité. Mais une critique instrumentalisée perdrait ce qui lui donne sa force spécifique, ce qui la constitue comme critique. Or il n’est pas du tout certain que la raison instrumentale elle-même pourrait continuer longtemps sur sa lancée sans la mise en question à laquelle la soumet la raison critique. La raison instrumentale a sa créativité propre, certes, et elle se montre capable de susciter des situations totalement inédites et d'ouvrir par elle-même des possibilités insoupçonnées. Mais elle a en même temps une sorte d’inertie qui l’entraîne à poursuivre indéfiniment son effort sur les voies dans lesquelles elle a rencontré du succès.

5Elle est à l’image de la machine, qui est, certes, capable de créer de l’inédit, dont on peut même dire qu’elle manifeste une certaine forme d’intelligence, mais qui est capable aussi de poursuivre la réalisation d’un programme dont les résultats sont inintéressants, éventuellement totalement futiles, voire franchement absurdes. Le mode de fonctionnement peut être admirable. Mais la finalité effective doit être jugée. Et elle ne peut l’être à partir du fonctionnement lui-même. Le jugement doit venir d'une autre instance. Du point de vue purement instrumental, on pourrait concevoir, et peut-être réaliser, un réseau dense de satellites réfléchissants qui produirait le jour perpétuel. Quel sens un tel exploit pourrait-il avoir ? La question même qui est ainsi posée est déjà extérieure au projet dont il s’agit. A fortiori la réflexion qui permettrait éventuellement d’y répondre.

6L’université, comme institution, est un lieu où de telles questions peuvent être soulevées et explorées. Et on peut raisonnablement penser que si elle cessait d’être un lieu de questionnement elle ne pourrait longtemps fournir à la raison instrumentale le soutien qu’elle lui prête. Ceci pourrait être une forme d’apologétique ad hominem. Mais ce n’est qu’une façon de donner expression au questionnement que l’université est appelée à porter sur elle-même, en raison de ce qu’elle est intrinsèquement, et indépendamment même de toute relation à une forme quelconque d’instrumentalité.

7Il faut ajouter que cet autoquestionnement a un caractère radical, et cela en raison même du fait qu’il est un questionnement réflexif. Comme tel, il doit se ressaisir de ce qui est véritablement constitutif d’une vocation et d’une destinée. On pourrait dire, en d’autres termes, que l’université est ce qu’elle est non en vertu d’une volonté extérieure qui l’aurait instituée en tant qu’instrument, mais en vertu d’une idée qu’elle porte en elle. Newman parlait très joliment de « l’idée d’une université ». Or cette « idée » n’est pas une simple représentation intellectuelle, c’est un principe constituant. Mais qui ne tient sa vertu constituante que d’un acte de volonté : l’université est ce qu’elle est en tant qu’elle se veut telle. Et elle ne se continue que dans la réitération de ce vouloir. Comme tout vouloir, ce vouloir de soi de l’université est « pratique » : il s’exprime et se donne son effectivité dans la « forme de vie » qu’elle propose à ceux qui en font partie, et qui du reste n’en sont authentiquement participants que dans la mesure où ils assument pour eux-mêmes, dans leur pratique personnelle, le vouloir institutionnel qui fonde la communauté dont ils sont membres.

8Mais ce qui est ainsi voulu n’est pas définissable sous la forme d’une tâche déterminée, d’un but précis à atteindre, de la réponse à un certain problème. C’est quelque chose comme une recherche, recherche de la compréhension mais aussi recherche des modalités justes de l’action. Il ne s’agit là que d’une indication, qui suffit peut-être à donner une orientation, à suggérer certaines tâches concrètes, mais qui demande à être précisée, en fonction des défis rencontrés, des moyens disponibles, et aussi des initiatives de l’imagination créatrice. Le questionnement de l’université sur elle-même est la réflexion nécessaire à laquelle l'université doit soumettre son vouloir constituant en vue d’en préciser l’enjeu et d’en proposer les formes concrètes d’effectuation. Cette réflexion est toujours à reprendre. Celle que nous entreprenons aujourd’hui s’inscrit à la suite de toute une tradition autocritique aussi vieille que l’université elle-même et dans laquelle s’exprime du reste une de ses composantes essentielles, qui est celle de la raison critique.

9Or l’autocritique comporte sans doute une évaluation du présent et certains paris sur l’avenir, mais elle comporte d’abord un moment de remémoration. L’université moderne porte en elle un héritage qui nous renvoie à l’époque où cette forme institutionnelle a été inventée. L’université médiévale a été conçue comme une communauté vouée à l’étude, dont certains des membres lui étaient agrégés, en principe, de façon durable, les autres lui étant associés pendant une période limitée. Cette communauté était organisée de façon à réaliser une « forme de vie » inspirée en partie par la vie monastique et en partie par les corporations d’artisans. Le terme d’« art », au sens du savoir-faire, de la compétence professionnelle, de la familiarité avec certaines techniques, peut servir à définir ce qui était commun aux artisans et aux universitaires. L’étude de la logique, de la théologie ou des décrétales était l’initiation à une forme d’activité requérant à la fois la connaissance, l’expérience, l’expertise, mais ordonnée en définitive, de façon spécifique, à la recherche de la vérité. Ce qui était en question c’était donc le savoir, la scientia, terme qui reprenait la signification du terme grec d'épistèmè, par lequel était visé non pas le savoir en général mais le savoir authentique, c’est-à-dire le savoir vrai. La recherche du savoir était considérée comme une tâche collective, comparable sans doute à celle des bâtisseurs, comme le suggère par exemple Panofsky, dans la comparaison qu’il établit entre les Sommes médiévales et les cathédrales.

10Les universités médiévales préparaient en fait à des fonctions sociales, elles formaient des prédicateurs, des juristes, des médecins, des enseignants. Mais elles envisageaient cette formation comme basée sur l’acquisition d’un savoir de caractère fondamental et comme participation au moins transitoire au travail collectif d’élaboration du savoir. Cette liaison étroite entre la recherche de la vérité pour elle-même d’une part et la préparation à un officium d’autre part, et cela dans le cadre d’une vie communautaire telle qu’elle était menée dans les Collèges de l’époque (dont nous avons gardé quelque mémoire), est caractéristique d’une institution tout à fait originale qui a réussi à associer certaines des compétences de la « vie pratique » à la tâche collective apparemment purement gratuite de la recherche du savoir authentique.

11Mais l’idéal même de ce savoir venait de l’antiquité, telle qu’ont pu la connaître les Médiévaux. Et une partie des œuvres de la culture antique avait survécu au naufrage des temps dits « barbares ». Il fallait en tout premier lieu étudier ces œuvres, considérées comme expression d’une sagesse dont tout chercheur de vérité devait tenter de s’inspirer. D’autre part la foi chrétienne avait donné lieu, dès l’antiquité, à des problèmes d’interprétation et par là à des controverses doctrinales dont on pouvait retrouver la trace écrite dans les œuvres de la Patristique. En particulier, étant donné le rôle de source de la doctrine chrétienne reconnu à la Bible, l’étude approfondie des écrits bibliques et le travail d’interprétation auquel cette étude a conduit ont pris dans la tradition de la pensée chrétienne une place essentielle. L’université médiévale entendait se mettre au service de la vérité et orientait sa recherche sur ce que suggérait l’idée antique de la sophia. Mais elle considérait cette vérité comme déjà présente dans les écrits venus soit de l’antique sagesse soit de la tradition religieuse dans laquelle s’est exprimée au cours des siècles la foi chrétienne. Selon cette perspective, l’argument d’autorité joue un rôle éminent. On le voit bien dans l’organisation des textes scolastiques. Par exemple dans la Somme théologique de saint Thomas, où l’on trouve, presque à chaque article, en faveur de la thèse qu’il défend, la référence à la grande autorité philosophique, « Philosophus dicit », ou, selon les cas, à la grande autorité théologique, « Augustinus dicit ». (Ces références, faut-il le dire, n’étant du reste nullement considérées comme pouvant remplacer la véritable argumentation démonstrative.)

12Mais l’étude des textes n’est pas une simple lecture qui se contenterait d’enregistrer des formules. C’est une méthode qui aide à l’élaboration argumentative et qui se préoccupe essentiellement, en définitive, non de l’opinion de l’auteur cité comme telle mais de la valeur intrinsèque de l’argument qu’on lui reprend. La considération accordée à ce qui a été écrit et pensé n’empêche nullement l’effort de création qui s’attaque à des problèmes et invente des solutions. Du reste, les textes ne sont révélateurs de vérité que pour ceux qui les font véritablement parler, qui, en un sens, en restituent le mouvement, par une véritable recréation argumentative. Dès lors l’interprétation devient une composante essentielle de la recherche. Et la question du sens apparaît comme la question centrale, comme on le voit tout particulièrement dans le développement de l’exégèse biblique et l'élaboration d'une théorie des différents sens de l’Écriture.

13Ainsi se construit une conception du travail universitaire dans laquelle le modèle inspirateur est celui de l’étude des textes, donc de l’interprétation, donc du commentaire, donc aussi d’une forme argumentative qui cherche systématiquement appui dans les textes où s’est déposée la tradition. Ce style de pensée est évidemment très favorable à la recherche spéculative, qui travaille avec des concepts et se pose des problèmes que suscite le jeu conceptuel. Il engendre une sorte d’idéal-type selon lequel l’universitaire est l’érudit, qui a lu tous les livres et qui est toujours à la recherche de nouvelles sources, qui passe l’essentiel de son existence dans les bibliothèques, qui prépare des éditions savantes, des commentaires bardés de références, qui vit dans la pensée avec les grands auteurs mais aussi avec les auteurs inconnus qui ont pourtant contribué à marquer leur époque et qu’il ressuscite dans ses propres écrits.

14Mais ce vaste développement spéculatif n’exclut pas, on le sait beaucoup mieux maintenant, l’attention apportée au savoir empirique. Ici encore l’exemple des Anciens est inspirateur. C’est le moyen âge qui prépare l’éclosion de ce qu’on appellera plus tard la « nouvelle science », et qui en réalité reprend, par le biais de l’astronomie et de la mécanique, la pensée scientifique grecque. Mais c’est une reprise créatrice, qui retrouve l’inspiration profonde et reconstruit le savoir de la nature sous une forme qui bientôt va la rendre efficace. Descartes déjà avait bien vu qu’une science mathématique de la nature devait conduire à des réalisations pratiques qui allaient changer profondément les conditions de vie. Il avait prévu en particulier ce qu’une médecine construite sur base d'une conception fondamentale mécaniciste allait apporter à la condition humaine.

15La « nouvelle science » entre progressivement dans l'université et en même temps son développement conduit à la création de nouvelles institutions. L’École Polytechnique est une réalisation typique de ce qu’inspire cette nouvelle idée du savoir. L’idée de science, au sens non plus du savoir spéculatif mais de la science moderne de la nature, basée à la fois sur la modélisation mathématique et l’expérimentation rigoureuse, s’impose de plus en plus comme le paradigme du savoir authentique. Et certains n’hésitent pas à y voir la réalisation effective de la sagesse, telle que l’antiquité et le moyen âge en ont pensé le projet. C’est par exemple ce qu’a explicitement suggéré Evert Beth dans une conférence à laquelle il a donné significativement comme titre Door wetenschap tot wijsheid. Avec cette nouvelle conception du savoir authentique apparaissent une nouvelle conception de l’unité du savoir et un nouvel idéal-type du travail universitaire. Un mot le caractérise : recherche. Ce mot s’accompagne évidemment du qualificatif sous-entendu : scientifique.

16L’ancien idéal-type, celui de l’interprétation et du commentaire, ne disparaît pas pour autant. Il se conserve surtout dans les Facultés où précisément l’étude des œuvres et des textes normatifs occupe une place centrale, telle la Faculté de Philosophie et Lettres, mais telles aussi la Faculté de Théologie et la Faculté de Droit. Mais le travail qui se poursuit ainsi, selon les apparences, dans la ligne du modèle ancien est en réalité réinterprété conformément aux nouveaux critères. Tout travail qui s’inscrit dans le projet général de la recherche du savoir authentique se comprend lui-même et se présente explicitement comme « recherche scientifique ». On voit le mieux la signification de ce déplacement dans les domaines où le modèle de la science de la nature paraît comme tel inadéquat, ou en tout cas comme problématique, et où existe une forte tradition spéculative. On peut penser ici à des domaines comme la psychologie ou la sociologie. On voit se poursuivre, à l’intérieur même de ces disciplines, un débat de caractère fondamental concernant leur statut épistémologique. En utilisant des catégories très générales, on pourrait dire que ce débat oppose deux conceptions de la compréhension et de la méthodologie qu’elle implique, l’une qui est inspirée de l’idée d’herméneutique, l’autre qui est inspirée de la démarche de modélisation et d’expérimentation propre à la science de la nature. Ce débat illustre la tension méthodologique qui résulte de la superposition du modèle de la « science nouvelle » au modèle ancien de l’interprétation.

17Mais le développement de la science a été bientôt accompagné par le développement technologique, comme du reste cela avait été prévu par les initiateurs de la science moderne. Tantôt l’innovation scientifique précède celle de la technologie et tantôt elle est elle-même suggérée par les problèmes que suscite l’innovation technologique, comme on le voit dans le cas de la thermodynamique, qui théorétise le fonctionnement des « machines à feu ». En tout cas une interaction forte s’établit entre science et technologie, à tel point que l’on parle couramment aujourd’hui de « techno-science ». Assez rapidement ce développement se traduit par l’émergence d’une nouvelle forme du travail productif, l’industrie moderne. L’organisation industrielle met en œuvre les innovations technologiques, mais de plus en plus elle devient elle-même un facteur du développement technologique, du fait qu’elle assume elle-même la recherche dans le domaine qui l’intéresse. Comme on peut le voir de façon extrêmement frappante aujourd’hui, le développement industriel favorise les opérations de concentration, qui se traduisent par une augmentation de la dimension des entités organisationnelles qui assument le développement techno-industriel. Nous passons à l’heure actuelle à la dimension planétaire. Avec l’extension du champ des interactions l’aspect économique de ces transformations devient de plus en plus dominant. A travers toutes ces péripéties une nouvelle problématique apparaît : la recherche scientifique, la recherche technologique, les organisations industrielles, les institutions économiques sont en train de constituer d’immenses réseaux, eux-mêmes constitués de réseaux locaux, qui traitent des ressources, des produits, des informations, qui utilisent des agents et poursuivent leurs stratégies respectives dans un contexte d’interactions généralisées qui déterminent une dynamique globale d’une extrême complexité. La question nouvelle qui émerge de tout ce processus c’est celle de la gestion de ces réseaux.

18L’université suit le mouvement. Nous voyons se constituer partout des départements de gestion, qui tentent d’assumer cette nouvelle problématique. Et simultanément nous voyons l’université elle-même s’interpréter de ce point de vue et reformuler ses problèmes spécifiques dans la perspective définie par le concept de gestion. C’est ainsi que sont abordées les questions liées à l’accroissement du nombre d’étudiants, à l’efficacité des méthodes d’encadrement, à l’organisation et au contrôle de la recherche, aux relations avec le monde industriel, et plus généralement avec les entreprises et les administrations publiques ou privées. En bref, on peut dire que l’université fonctionne comme un réseau local dans le système général des interactions entre réseaux.

19Le souci de la recherche comme telle paraît passer au second plan. Non que la recherche soit négligée, mais elle est placée sous l’égide du souci gestionnaire. Elle est vue comme une fonction, qui doit s’inscrire dans une dynamique complexe à objectifs multiples. On cite couramment les trois objectifs suivants : enseignement au niveau supérieur, recherche, service à la société. La détermination des stratégies à court et à long terme n’est plus un problème de type scientifique, même si on peut le traiter selon des méthodes scientifiques, c’est un problème de gestion. Et même, plus précisément, c’est un problème de recherche d’un optimum par rapport à un ensemble de contraintes et moyennant un ajustement adéquat entre les objectifs. La science est toujours très efficacement active, mais la question centrale pour l’université ne concerne plus, de façon directe en tout cas, le développement de la science comme tel mais la mise en relation optimale des moyens avec les missions dont elle est chargée, y compris bien entendu celle de la recherche scientifique fondamentale. C’est du reste une question du même genre qui se pose, sous forme généralisée, au niveau de la collectivité tout entière. Mais précisément, du point de vue de la société globale et plus spécifiquement du point de vue de la « politique de la recherche », l’université constitue un réseau particulièrement important, en tant que son rôle est interprété du point de vue du souci gestionnaire.

20Ceci entraîne la formation d’un nouvel idéal-type de l’universitaire. Ce n’est plus l’érudit ni le chercheur, c’est le gestionnaire, qui non seulement possède les connaissances voulues pour traiter les problèmes spécifiques que pose la gestion de l’institution universitaire, mais qui de plus est capable de faire fonctionner ensemble des réseaux à fonctions multiples. Il connaît les méthodes permettant de juger une situation ou d’apprécier un projet et il est capable de les utiliser à bon escient. Il est aussi capable de se former une vision et de formuler des pré-visions fondées, de définir une stratégie et de soutenir une dynamique. Du point de vue du souci qu’il assume, c’est la dimension du futur qui devient pour lui prépondérante. On pourrait dire que le gestionnaire est exactement l’inverse de l’érudit : celui-ci est tourné vers le passé, le gestionnaire est tourné vers l’avenir.

21Dans le devenir de l’université les anciens idéaux-types subsistent, mais ils sont recouverts par le nouveau type qui s’est constitué et ils sont réinterprétés suivant les catégories de compréhension du projet gestionnaire. Vus dans une perspective historique, les idéauxtypes de l’universitaire se disposent ainsi selon une structure d’emboîtement : le type de l’érudit commentateur est subsumé dans le type du chercheur scientifique, et celui-ci est subsumé à son tour dans le type du gestionnaire. A ces trois idéaux-types correspondent trois modèles d’université, qui se disposent selon la même structure : l’université de l’herméneutique généralisée est subsumée dans l’université de la recherche scientifique, et celle-ci est à son tour subsumée dans l’université de la gestion généralisée.

22Par ce biais du « souci gestionnaire », qui se traduit nécessairement en actes, l’université est fortement sollicitée par les autres réseaux, organisations et institutions, pour assurer la formation de cadres compétents, pour apporter sa contribution à la recherche industrielle, pour étudier certains problèmes de gestion, etc. Par ailleurs, elle a dû accueillir, au cours du dernier demi-siècle, un nombre beaucoup plus grand d’étudiants, ce qui l’a placée devant de difficiles problèmes de gestion interne. Elle est devenue ainsi université de masse et elle s’est trouvée en même temps chargée de la responsabilité d’une très grande variété de projets de recherche. Elle doit, pour pouvoir continuer à fonctionner, faire appel à des moyens proportionnés aux missions qu’elle doit assurer. Or ces moyens doivent, pour une grande part, venir de l’extérieur. Sa contribution à la production est en effet limitée. Et du reste elle est en partie peu visible : une bonne part de son apport consiste en la formation qu’elle donne à un certain nombre de personnes, mais c’est là une contribution dont on ne voit pas immédiatement l’utilité sociale, comme on voit celle d’un brevet d’ingénierie médicale. Cet enchaînement de circonstances crée en définitive un effet global de dépendance à l’égard des institutions publiques et privées qui interviennent dans son financement. On peut présenter cet effet sous forme d’un processus circulaire : il y a une sollicitation qui vient de la société globale, la réponse que l'université tente de lui donner suppose un certain volume de moyens, ces moyens doivent venir pour la plus grande part de l’extérieur, il y a donc une demande de l’université à l’égard de la société globale, cette demande doit se justifier par l’efficacité de la réponse de l’université aux sollicitations dont elle est l’objet, mais elle doit compter sur des moyens appropriés, etc. En résumé, on peut dire que l’accroissement de la sollicitation crée un accroissement de dépendance.

23Or ce qui compte plus que les effets visibles - les diplômés, leur nombre, leur compétence, les résultats de la recherche, etc. - et en dépit des effets de dépendance, c’est ce qui demeure l'esprit de l’université, en tant que communauté vouée à un certain type de travail dans des conditions tout à fait particulières, travail que l’on peut qualifier par son rapport à l’idée de vérité et aussi par rapport à l’idée de gratuité. Or ce travail a un impact invisible sur la société, et cela de deux manières. L’université est un lieu où s’élaborent de façon critique des formes de pensée et pour une part aussi des idéologies qui influent sur ses propres membres et qui, par eux - les étudiants surtout-, diffusent dans l’ensemble du corps social. On peut citer comme exemple le rôle joué par les idées de démocratie et de solidarité dans la conception que l’on se fait de l’État, de la justice, de la médecine, etc. D’autre part, l’université est d’une certaine manière un modèle, en tant qu’institution, et même en tant que réseau, pour les autres types d’institutions et en particulier pour les institutions politiques. Ce qui peut la constituer en modèle, c’est, de façon globale, l’ensemble des idées qui inspirent ses modes propres d’organisation et de fonctionnement, mais aussi, plus concrètement, la manière dont ces idées se traduisent dans les modes de gestion et d’inter-relation qu’elle met en œuvre et dans les formes de coexistence qu’elle suscite. De toute façon en tout cas la nature précise de l’impact social de l’université dépend immédiatement de l’idée qu’elle se fait d’elle-même. On retrouve ici l’idée d’autocompréhension et on voit corrélativement se profiler l’idée de l’autogestion.

***

24On a évoqué dans ce qui précède les origines de l’université moderne, son enracinement dans une certaine culture, qu’elle a exprimée à sa façon, qu’elle a en même temps contribué à façonner. Mais il y a longtemps que l’autocompréhension originaire de l’université a été absorbée par de nouvelles formes, en fonction de l’évolution de la culture. On a évoqué très schématiquement quelques grandes étapes de cette transformation. Nous avons à nous demander maintenant ce que peut être l'autocompréhension de l’université aujourd’hui. L’autocompréhension n’est pas un simple constat, la découverte d’un état de choses. Elle pose des déterminations, elle a un caractère volontariste. Elle n’est cependant nullement arbitraire. Elle s’élabore en fonction d’un donné, dans lequel il y a une tradition, l’état présent de la culture et des relations sociales, les possibilités objectives que comporte la situation, les appels venus de l’extérieur, et aussi les contraintes de tous ordres avec lesquelles l’université doit compter. Mais tout cela étant pris en compte, il reste que dans l’autocompréhension il y a un geste qui pose un choix. Ce choix n’est évidemment pas un programme détaillé, c’est une indication, qui marque une orientation et qui a le statut d’un principe d’inspiration.

  • 1 Dieter Berstecher, Jacques Drèze, Gabriel Fragnière, Yves Guyot, Colette Hambye, Ignace Hecquet, J (...)

25L’autocompréhension de l’université contemporaine a tenté de se dire en de nombreuses circonstances. Parmi tous les documents disponibles on pourrait évoquer ici un ouvrage collectif qui a été publié en 1974 et dont les auteurs s’étaient donné pour tâche de réfléchir sur ce que pourrait être l’université à l’horizon 2.0001. Or voici que nous avons rejoint cet horizon ! C’est le moment de retrouver la perspective dans laquelle il pouvait apparaître il y a un quart de siècle. Il ne s’agissait pas d’une prévision mais d’une prise de position, d‘une manière d’engager l’avenir proche, celui de la fin du vingtième siècle. La problématique avait été décomposée en quatre secteurs : les finalités (le chapitre qui en traitait reprenait les trois tâches classiques de l’enseignement, de la recherche et du service à la communauté, mais en introduisant une articulation significative, pour ce qui concerne la première tâche, entre l’éducation de la personnalité et l’acquisition d’une compétence professionnelle répondant à des besoins sociaux réels), les processus d’apprentissage (l’action pédagogique universitaire), les moyens (coût et financement de l’enseignement universitaire), les relations avec les pouvoirs (structures du système universitaire et leurs relations avec les structures de pouvoir).

  • 2 Op. cit., p. 31.

26La réflexion sur les finalités est partie de cette idée que la détermination des finalités n’est pas fixée par des déterminismes, intérieurs ou extérieurs, mais est bien de l’ordre d’une décision. Mais cette conception décisionnelle des finalités doit être précisée par une clause restrictive qui impose à la décision de s’accorder à des possibilités objectives. Ces possibilités sont fixées par les conditions sociales existantes, envisagées non dans leur simple factualité mais dans leurs potentialités. Ces potentialités doivent être dégagées de ce qui peut effectivement être observé. Or elles ne peuvent être rendues explicites que moyennant un travail d’interprétation dans lequel il y a toujours une part d’hypothèse et qui dès lors est de soi toujours ouvert à la critique. L’ouvrage sur l’université 2000 est parti d’une hypothèse générale sur l’évolution possible de la société. L’hypothèse adoptée est celle d’une évolution dans le sens d’une « société de type ouvert ». On a précisé le sens de ce concept en le mettant en contraste avec le concept de « société de type fermé » : « Par « société de type fermé », on entend ici une société reposant sur un système de valeurs bien établi, accepté par la grande majorité des individus, organisée de façon à transmettre ce système de valeurs de génération en génération et utilisant des formes institutionnelles de type autoritaire, rigide, soumettant les individus à un contrôle étroit de leurs comportements et de leurs façons de voir. Par « société de type ouvert », on entend au contraire une société très indéterminée, pluraliste quant aux valeurs, démocratique dans ses modes d’organisation, mettant l’accent sur la recherche, l’expérimentation, l’interrogation, extrêmement tolérante à l‘égard des initiatives les plus diverses, utilisant des formes institutionnelles basées sur la concertation, le jeu de nombreuses rétroactions, la libre circulation des informations, laissant aux individus la possibilité de modeler leur personnalité selon leurs propres inclinations et leurs propres choix »2.

  • 3 Ibid., p. 57.

27L’hypothèse ainsi présentée, en tant qu’hypothèse, est seulement l’évocation conjecturale d’une possibilité objective. Mais le choix qui en est fait implique un jugement de valeur et propose une maxime pour l’action. Le jugement de valeur pose qu’une « société de type ouvert » est préférable à une « société de type fermé ». La maxime recommande à l’action de favoriser, autant qu’elle le peut, l’évolution qui va dans le sens d’une « société de type ouvert ». Les conséquences sur la conception de l’université du choix effectué et de qu’il implique sont assez évidentes. L’idée de base est que l’université doit s’inscrire dans le processus - posé par hypothèse - de l’évolution vers une « société de type ouvert » et y contribuer par ses propres ressources. « Si l’université doit tenter de contribuer à l’évolution dans le sens d’une « société ouverte » elle doit s’organiser elle-même de façon à favoriser le plus possible la diversité des cheminements et des expériences, la responsabilité des individus, la créativité des attitudes, la pluralité des points de vue et des méthodes, la confrontation critique, la souplesse intellectuelle, la « permissivité » des systèmes de contrôle, bref, tout ce qui est de nature à augmenter, par rapport à la vie sociale, le niveau d’auto-affirmation, d’implication et de réactivité des individus »3.

***

28Or il est évident que ce qui est en cause dans cette conception, qui est à la fois une interprétation et un principe d’orientation, c’est la liberté. La liberté dont il est ici question, comme détermination intrinsèque de la finalité spécifique de l'université, ce n’est pas - en tout cas pas en premier lieu - la liberté au sens politique, qui n’en est qu’une conséquence, mais c’est la liberté qui est la caractéristique constitutive de l’être humain. Et dans la mesure où cette constitution est effectivement assumée dans une démarche concrète, c’est l’exigence qui définit une « forme de vie » et lui confère son authenticité. Il faut en rappeler la nature essentielle.

29On se reportera ici à Kant, qui envisage l’idée de liberté dans deux contextes, relevant respectivement de la raison pure théorique et de la raison pure pratique. Le premier de ces contextes est celui de l’étude des idées cosmologiques et plus précisément de l’idée de causalité. La liberté y est envisagée en tant qu’elle est ce pouvoir qui est capable de s’insérer par sa propre initiative dans le cours du monde, en dépit du fait que, selon les données empiriques, celui-ci est entièrement gouverné par les lois du déterminisme. L’autre contexte est celui de l’étude du fondement de la moralité. La liberté y est envisagée en tant que volonté libre, décidant elle-même, par ses propres ressources, non seulement de telle ou telle intervention mais de son être même. D’une part, dans la perspective cosmologique, la liberté est comprise comme pouvoir effectif, et d’autre part, dans la perspective éthique, elle est comprise comme autonomie.

  • 4 Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Trad. fr. avec notes par A. Tremesaygues et B. Pacaud, (...)

30L’idée cosmologique de causalité donne lieu à une antinomie qui oppose la thèse selon laquelle « la causalité selon les lois de la nature n’est pas la seule dont puissent être dérivés tous les phénomènes du monde », à l’antithèse selon laquelle « tout arrive dans le monde uniquement suivant des lois de la nature ». La solution proposée consiste à rattacher la causalité naturelle à l’ordre des phénomènes, donc du sensible, et la causalité libre à l’ordre de l’intelligible. La liberté peut alors être reconnue comme une forme radicale de causalité. « Cette liberté de la raison, on ne peut la considérer seulement d’une façon négative comme l’indépendance à l’égard des conditions empiriques (car alors cesserait la faculté qu’a la raison d’être une cause des phénomènes), mais on peut aussi la caractériser d’une manière positive comme une faculté de commencer d’elle-même une série d’événements, de telle sorte qu’en elle-même rien ne commence, mais que, comme condition inconditionnée de tout acte volontaire, elle ne souffre sur elle aucune des conditions antérieures quant au temps, bien que son effet commence dans la série des phénomènes, mais sans pouvoir y constituer jamais un commencement absolument premier »4.

  • 5 Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, Trad. fr. de François Picavet, Introduction de Ferd (...)
  • 6 Ibid., p. 30.

31Par ailleurs l’étude des « principes de la raison pure pratique » présente l'autonomie de la volonté comme le déterminant essentiel de la liberté, envisagée du point de vue de la détermination éthique de l’action. « L’autonomie de la volonté est le principe unique de toutes les lois morales et des devoirs qui y sont conformes ; au contraire toute hétéronomie du libre choix (Willkür), non seulement n’est la base d’aucune obligation, mais elle est plutôt opposée au principe de l’obligation et à la moralité de la volonté. Le principe unique de la moralité consiste dans l’indépendance, à l’égard de toute matière de la loi (c’est-à-dire à l’égard d’un objet désiré), et en même temps aussi dans la détermination du libre choix (Willkür) par la simple forme législative universelle, dont une maxime doit être capable. Mais cette indépendance est la liberté au sens négatif. Cette législation propre de la raison pure et, comme telle, pratique, est la liberté au sens positif. La loi morale n’exprime donc pas autre chose que l'autonomie de la raison pure pratique, c’est-à-dire de la liberté, et cette autonomie est elle-même la condition formelle de toutes les maximes, la seule par laquelle elles puissent s’accorder avec la loi pratique suprême »5. (Cette loi est le célèbre principe d’universalisabilité : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse toujours valoir en même temps comme principe d’une législation universelle »6.)

32Il y a évidemment une articulation essentielle entre ces deux caractérisations de la liberté. C’est la même liberté qui intervient comme pouvoir d’action dans la perspective cosmologique de l’insertion de l’homme dans la nature et comme auto-détermination dans la perspective éthique de l’instauration des lois morales. C’est en tant que législatrice d’elle-même, c’est-à-dire en tant que sujet moral, que la liberté agit comme causalité intelligible, et c’est en tant qu’elle est ce pouvoir d’agir qu’elle a le devoir de se déterminer relativement à l’impératif moral. Elle est un pouvoir chargé d’une responsabilité morale et une responsabilité morale douée d’effectivité.

***

33Nous pouvons maintenant aborder de façon directe la question du rapport entre université et liberté. L’action spécifique de l’université est essentiellement, selon le vocabulaire kantien, de l’ordre de l’intelligible. Elle hérite d’une tradition, mais celle-ci n’a valeur et effectivité que dans la mesure où elle est réappropriée par les vivants d’aujourd’hui, en tant qu’ils y reconnaissent leur tâche propre. D’une certaine manière il s’agit de ré-inventer ce qui l’a déjà été dans le passé. Or cet acte d’assomption engage une responsabilité. Il est un fait de la volonté, en tant précisément que volonté libre. Ceci est vrai des étudiants aussi bien que des chercheurs déjà engagés dans des travaux originaux. Tout universitaire du reste est un chercheur. Et la responsabilité qu’il assume s’inscrit dans une responsabilité collective. L’idée de l’université médiévale est toujours active, malgré les transformations survenues depuis le moyen âge. L’université comme communauté de recherche définit une forme de vie qui est responsable d’elle-même et qui décide elle-même d’assumer le projet de la recherche, tel que la tradition l’a élaboré et vécu, tel qu’il peut être défini aujourd’hui en fonction de l’acquis et en fonction des possibilités du présent.

34Or la recherche a ses exigences. Elle est ordonnée à une certaine vision du vrai. Mais il y a une question au sujet de la vérité. Et il y a une question au sujet des critères de la vérité. Il y a aussi des questions quant au contenu de la recherche, à la définition des objectifs concrets, à leur pertinence, à leur légitimation. Si l’on appelle « science » non le corps des propositions reconnues comme acceptables, mais le processus dynamique de leur engendrement en tant qu’il ouvre sur des cheminements nouveaux possibles, il faut dire que l’idée précise que l’on peut s’en faire reste relativement indéterminée. Cette idée impose des contraintes, mais il appartient à ceux qui assument la tâche de la recherche de lever cette indétermination, donc de se prononcer sur ce qui fait leur souci majeur. La science est une réalité de l’esprit, mais elle est confiée à la sagacité de l’intelligence et à la détermination de la volonté libre. Il faut ajouter qu’elle est confiée non à des personnes isolées mais à des collectivités et, à travers les interactions entre elles, à tout le corps des chercheurs, agissant du reste en tant que délégués, représentants de l’humanité tout entière et responsables devant elle.

35Ce qui est l’aspect le plus remarquable et le plus définissant de l’activité universitaire c’est qu’elle est d’une nature telle qu’elle a à se juger elle-même et qu’elle ne peut du reste être jugée que par elle-même. Encore une fois, elle n’est telle que comme tâche collective d’une communauté. Le contrôle de ce qui est proposé, la critique des hypothèses, est confiée à la communauté elle-même, ce qui signifie concrètement que le travail de chacun est offert à la critique, en principe, de tous les autres. Mais il n’y a pas de pouvoir extérieur qui dicte à la communauté des chercheurs ce qu’elle doit chercher et comment elle doit le faire. Du moins pour autant que l’université soit reconnue comme libre dans sa recherche et ne soit pas empêchée par une instance extérieure de mener son travail spécifique sous sa seule responsabilité. Il arrive qu’elle ne soit plus en mesure de le poursuivre. Il y a des situations pathologiques où un pouvoir prétend imposer ses propres vues à propos de ce qu’il faut penser de tel ou tel problème scientifique, ou même à propos de ce qu’il faut penser tout court. Alors il n’y a plus de science et plus d’université.

36Nous rencontrons ici la liberté comme absence de contrainte. Mais il y a dans la recherche un aspect positif de la liberté. Nous rejoignons ici le texte de la Critique de la raison pratique. C’est ce qu’on pourrait appeler la souveraineté. La responsabilité du chercheur, même s’il est encore dans la phase de formation et d’initiation à la discipline de la recherche, est en un sens ultime : ce qu’il croit pouvoir assumer comme vérité, ou comme approximation de la vérité, ou comme condition de la vérité, il l’assume seul, même s’il travaille dans le cadre d’une communauté de recherche. Et il l’assume en dernière instance, sans qu’un pouvoir extérieur ait décidé à sa place et sans qu’un pouvoir extérieur puisse ébranler sa position. Il s’expose à la critique, mais la critique n’est pas une contrainte, c’est une condition d’authenticité. Et il appartient à celui qui reçoit la critique d’en juger pour et par lui-même. Si chaque chercheur est ainsi engagé pour lui-même dans une responsabilité qui a le caractère de l’ultime, c’est toute la communauté des chercheurs qui décide, par sa pratique concrète, mais ultimement, en dernier recours, de ce qui est et de ce que doit être le savoir authentique.

37Dans cette condition de radicalité, dans cette relation à un ultime, qui est en l’occurrence la volonté libre, en tant que pouvoir et en tant que responsabilité, nous pouvons voir, comme on vient de le suggérer, une forme de la souveraineté. La recherche, vue comme responsabilité ultime à l’égard d’elle-même, est une certaine expérience de la souveraineté. Dans cette idée de souveraineté nous retrouvons l’idée de liberté en tant qu'autonomie. Or il y a un paradoxe de la souveraineté. Elle semble impliquer l’irréductibilité du singulier : l’intervention de l’autre, en la limitant, la nie. Par là elle semble perdre toute consistance, en se réduisant à un état d’annulation de toutes les interactions. Or elle ne peut avoir de consistance que relativement à une altérité. Mais comment cette condition pourrait-elle être remplie si l’altérité la nie ? Ce paradoxe est au cœur du politique. L’université, pour sa part, y apporte une solution pratique, en instaurant, par la forme de communauté qu’appelle la tâche de la recherche, une réciprocité de responsabilité et de critique. Chacun garde son autonomie, mais chacun se soumet au jugement des autres et est en même temps juge de tous les autres. Il y a évidemment des contraintes que la communauté de recherche s’impose à elle-même pour être viable, ou qui lui sont imposées en ce qui concerne les moyens qui lui sont alloués. L’idée de souveraineté ne trouve sans doute dans la communauté universitaire qu’une approximation relativement lointaine. Mais elle y est pertinente et active. La collégialité vraie est une sorte d’idéal. Mais il n’est pas vain. C’est par la collégialité que la souveraineté est possible.

38Qu’en est-il alors du rapport entre université et société ? Ce qui pourrait faire écho dans la vie sociale à l’idée de souveraineté, c’est l’idée de société ouverte, dont il a été question plus haut. L’université, comme lieu d’élaboration et de critique des idées inspiratrices qui contribuent à former le soubassement idéologique de la société, peut être l’instance capable de faire valoir l’idée de la liberté comme valeur fondamentale de la construction de la cité. Liberté comme libération à l’égard de la nécessité, sous la forme de l’hostilité de la nature ou de la violence des hommes, « la peste, la famine et la guerre », selon l’invocation de la Litanie des saints. Mais plus positivement liberté comme capacité réelle de s’engager dans des instaurations authentiques. Le vœu de la liberté, envisagée dans sa signification sociale, c’est le vœu d’une forme de vie où, d’une certaine manière, chacun pourrait disposer librement de sa vie, en s’inscrivant dans un ordre social qui pourrait être ratifié par une démarche raisonnable de compréhension et d’engagement. Or l’université pourrait être, à l’égard de cette idée, non seulement inspiratrice par sa réflexion mais aussi modèle vivant par sa pratique. Elle pourrait être le modèle d’une vie selon la liberté de par son essence même, se voulant elle-même comme lieu dédié à la vérité, mais aussi dans ses formes institutionnelles et dans son organisation, ses méthodes pédagogiques, ses orientations de recherche, ses modes de gestion.

  • 7 Ibid., pp. 129-131.
  • 8 Ibid., p. 131.

39On ne peut oublier que la liberté est la détermination la plus profonde de la raison. Kant a identifié la volonté libre et la raison pratique. Et il a soutenu le principe de « la suprématie de la raison pure pratique dans sa liaison avec la raison spéculative « 7. « En définitive, a-t-il écrit, tout intérêt est pratique et l’intérêt même de la raison spéculative n’est que conditionné et il est seulement complet dans l’usage pratique »8. On ne saurait dire plus fortement que l’entreprise du savoir authentique - en termes kantiens, de la raison pure théorique - est subordonnée au destin de la liberté et à ses fins, qui sont les fins mêmes de l’éthique - en termes kantiens, les fins de l’ordre moral, c’est-à-dire de la raison pure pratique —. On pourrait dire que l’université est, dans la vie de la culture et dans la vie de la cité, la gardienne de l’ordre de la raison, à condition de se rappeler que cet ordre, en définitive, est celui de la liberté.

40Dans l’introduction qu’il a écrite pour le livre L’université de demain, cité plus haut, Gaston Deurinck, qui fut longtemps vice-président du Conseil national de la politique scientifique et qui vient de mourir hier, a écrit de l’université qu’elle est « le lieu où se poursuit sans contrainte l’expérience de la raison ». On ne pouvait mieux exprimer la grandeur de sa responsabilité.

Notes

1 Dieter Berstecher, Jacques Drèze, Gabriel Fragnière, Yves Guyot, Colette Hambye, Ignace Hecquet, Jean Jadot, Jean Ladrière, Nicolas Rouche, L’université de demain, Préface de Friedrich Edding, Introduction de Gaston Deurinck, Paris-Bruxelles, Elsevier Séquoia, 1974. Version anglaise : A University of the Future, The Hague, Martinus Nijhoff, 1974.

2 Op. cit., p. 31.

3 Ibid., p. 57.

4 Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Trad. fr. avec notes par A. Tremesaygues et B. Pacaud, Nouv. éd. avec une préface de Ch. Serrus, (Bibliothèque de Philosophie Contemporaine), Paris, Presses Universitaires de France, 1944, p. 405.

5 Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, Trad. fr. de François Picavet, Introduction de Ferdinand Alquié, (Bibliothèque de Philosophie Contemporaine), Paris, Presses Universitaires de France, 1960, p. 33.

6 Ibid., p. 30.

7 Ibid., pp. 129-131.

8 Ibid., p. 131.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site