Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’université dans la tourmente

 | 
Anne-Marie Dillens

Introduction

Michel Thomas

Texte intégral

1Héritière d’une longue tradition intellectuelle remontant au Moyen Âge, l’université que nous connaissons aujourd’hui est née au dix-neuvième siècle. Dans la foulée napoléonienne, les grandes nations d’Europe se constituent en États modernes. Les Lumières ont fait que l’éducation et l’instruction sont devenues des droits fondamentaux. En outre, la construction des Etats appelait une intégration sociale et culturelle de la nation. A ces intentions éducatives et humanistes s’ajoutaient des demandes en personnels qualifiés tant de la part des administrations publiques que de la société industrielle débutante. Dans ce contexte, l’organisation de l’enseignement devient une responsabilité politique majeure, et l’université s’y inscrit comme une pièce essentielle : lui incombent la formation des élites et l’avancement des sciences. Ces responsabilités lui ont donné une certaine distance par rapport à la tutelle religieuse traditionnelle pour n’être plus vouée, avec une large autonomie, qu’à la seule recherche de la vérité. Le développement du savoir autant que les demandes de la société déterminèrent son organisation en Facultés diverses et spécialisées.

2Cette situation contenait cependant en germe un certain nombre de difficultés et de tensions, dont nous avons aujourd’hui le sentiment qu’elles se sont accentuées au point de constituer des défis auxquels il est toujours plus urgent de trouver des réponses.

3Premier défi : l’antinomie « formation des élites — démocratisation ». Là où les besoins sociaux comme la volonté politique poursuivent une élévation du niveau d’éducation et de culture, de sorte qu’une grande part de la jeunesse peut prétendre entrer à l’université, que signifie « formation des élites », et plus radicalement de quelle élite s’agit-il ? Une excellence intellectuelle est à définir et peut-être à diversifier. Et ceci aussi bien à l’intérieur de l’université que dans une articulation avec les autres formes de l’enseignement supérieur.

4Ce qui amplifie encore la difficulté que représente la masse des étudiants, c’est notre compréhension plus exigeante de la relation pédagogique. L’enseignement ne peut plus être conçu comme l’activité dispensatrice des enseignants à l’égard d’enseignés qui n’auraient qu’à recevoir ou capter. Si l’étudiant est reconnu acteur de sa formation, un assouplissement des programmes et, plus encore, la mise en place de méthodes diversifiées d’enseignement sont indispensables.

5Il y a aussi le défi d’une formation toujours plus poussée et plus pointue à conjuguer avec une formation générale. L’obligation de sortir les savoirs de leurs sanctuaires, de les recomposer, de les connecter afin de respecter des réalités dont la complexité ne s’accommode pas des découpages académiques et méthodologiques. Nécessité de toujours asseoir le sens et la pertinence des développements les plus abstraits sur une saisie et un jugement qui font la globalité de l’expérience.

6Pour des raisons politiques autant que socio-économiques, les Etats devaient soutenir la montée du niveau culturel et ont soutenu les universités. Mais ce soutien, c’est-à-dire, au minimum, le financement, a aussi contribué à solidariser l’institution avec son contexte politique, économique et social. Cela est normal : l’université n’a pas sa finalité en elle-même, elle appartient à une société globale et relève de sa politique générale. Cependant l’autonomie nécessaire au projet de savoir et de formation ne s’harmonise que difficilement avec des demandes à finalité plus immédiates allant dans le sens d’une professionnalisation des curriculums d’études ou d’une rentabilité de la recherche.

7Défi aussi : l’exigence de culture et de formation avec ses dimensions de désintéressement, de réflexion, de responsabilité est confrontée à des sources d’information et des réseaux de communication largement non scolaires, parfois hasardeux, souvent finalisés et ponctuels, toujours rapides. Elle est aussi confrontée à d'autres technologies, à d’autres formes de langage et de pensée souvent très formalisés et à d’autres modes de socialité, à des relations de travail plus anonymes et plus abstraites. Mais quelque prestigieux que soient ces nouveaux véhicules de culture, l’université se doit de maintenir le souci d’une appropriation personnelle, intellectuelle et éthique de ces ressources, si abstraites soient-elles : qu’elles puissent faire sens et ouvrir un avenir d’humanité.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site