Version classiqueVersion mobile

L’université dans la tourmente

 | 
Anne-Marie Dillens

Avant-propos

Anne-Marie Dillens

Texte intégral

1Pour son 75ème anniversaire, l’Ecole des sciences philosophiques et religieuses a choisi d’interroger l’institution à laquelle elle appartient : l’université.

2Institution séculaire s’il en est, l’université est aujourd’hui dans la tourmente au sein de la plupart des pays européens. Doit-elle s’incliner devant les impératifs du marché et, comme d’aucuns le souhaitent, souscrire aux seules valeurs de l'utilité, de la rentabilité, de l’efficacité, de la performance et de la compétitivité ou bien peut-elle encore s’intéresser à la faculté de l’inutile propre à l’être humain et la développer ? Déjà soulevée à la fin du 18ème siècle avec la création d'Ecoles professionnelles supérieures en France et en Allemagne, cette question relative à l’orientation fondamentale de l’université est loin d’être tranchée aujourd’hui. On peut même dire, en n’élargissant nullement le débat, que plus de deux siècles après la révolution industrielle, nos sociétés vivant quasiment au lendemain de la révolution électronique se déchirent toujours sur la priorité des valeurs et sur les rapports à établir entre l’économique, le culturel, le politique et le social.

3Pour discuter des problèmes de l’université et de ses rôles dans le monde contemporain et futur, six leçons publiques ont été organisées pendant l’année académique 1999-2000 ainsi qu’un débat réunissant Madame Françoise Dupuis, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et des responsables de l’université.

4La leçon publique inaugurale fut assurée par Monsieur Elie Barnavi, professeur ordinaire d’histoire moderne à l’Université de Tel-Aviv et directeur du Conseil scientifique du Musée de L’Europe. Consacrée aux « rhumatismes démocratiques et utilitaires d’une très vieille aristocrate », cette leçon dresse avec beaucoup d’humour et de justesse le tableau des principaux malaises de l’université en cette fin de siècle. Dans la crise de civilisation que connaissent les sociétés occidentales, l’université n’est pas seulement soumise à des exigences en première instance peu conciliables : « former les élites de la nation et (...) satisfaire l’aspiration légitime des masses à l’enseignement supérieur » ; elle est aussi confrontée à une conception de plus en plus fonctionnelle du savoir. Pour garder son rôle de lieu d’excellence intellectuelle, y compris dans une société démocratique, l’université ne doit certainement pas s’attacher à mettre sur le marché du travail des « produits humains constamment réadaptés » selon l’expression du professeur P. Laszlo citée par Elie Barnavi. A une conception étroite ou purement économique de l'utilité, elle doit continuer à opposer et valoriser les différentes pratiques « utiles » aux valeurs humanistes sans lesquelles elle ne pourrait prétendre être rien d’autre qu’une école professionnelle de plus.

5Les cinq autres leçons publiques présidées par Monsieur Michel Thomas, chef de travaux chargé d’enseignement aux Facultés et membre du comité de L’Ecole, poursuivent chacune, avec un éclairage qui leur est propre, le diagnostic des défis majeurs auxquels l’université doit répondre aujourd’hui.

6Selon Monsieur Pierre Calame, président de la fondation pour le progrès de l’homme, une des sources du malaise que connaissent les universités est le décalage qui existe depuis toujours entre les rythmes évolutifs des sociétés et de leurs institutions. Si les sociétés évoluent très rapidement aujourd’hui sous la pression des sciences et des techniques, les institutions, elles, le font beaucoup plus lentement. A l’instar de certains systèmes de représentation, elles ont une pesanteur qui leur est propre. De sorte que, avec un peu de provocation non absente du texte de Monsieur Calame, L’université face à sa responsabilité, on peut dire qu’un des dangers qui nous guette sans cesse est de passer « notre temps à essayer de penser demain avec des outils mentaux qui ont été forgés pour la réalité d’hier ». Pour contrer ce déphasage, une des tâches « élitistes » de l’université est de rendre les gens capables d’affronter et résoudre les défis qui se posent et se poseront à l’humanité d’aujourd’hui et de demain.

7Pour Monsieur Guy Haarscher, Doyen de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles, cette tâche oblige l’université à trouver un juste milieu entre une position arrogante de repli sur elle-même — position qui jadis lui a permis de conquérir une certaine autonomie par rapport à l’Eglise et à l’Etat — et une soumission irréfléchie aux injonctions de la société. Si l’université « ne peut plus refuser les demandes de la société démocratique comme elle a dû et doit refuser celle des dictatures et des intégrismes religieux (...), elle doit également faire valoir ses spécificités, le caractère particulier de ses missions et être capable de résister à certaines demandes liées à l’urgence politique, économique ou sociale ». Appelée à former des spécialistes de haut niveau, qui occuperont souvent des postes élevés de responsabilité, l’université a également pour mission d’en apprendre l’exercice. Dans cette fonction, elle ne peut faire l’économie non seulement d’une formation générale et transdisciplinaire mais réflexive.

8Cette formation se trouve aussi particulièrement épinglée dans la communication de Monsieur Jean Ladrière, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain. Certes, l’université est une des institutions de la raison instrumentale. Mais elle est aussi et surtout « un lieu où celles-ci sont mises en question ». Dans ce questionnement, l’université est acculée à s’interroger sur elle-même, sur sa spécificité. Par delà les missions de transmission-gestion des savoirs et de recherche, cette spécificité se définit essentiellement par « un souci des justifications, une vision du long terme, une interrogation toujours renouvelée ». Œuvre de la raison critique, cette démarche n’est pas imposée à l’université par une volonté extérieure. Elle procède fondamentalement de l’« idée »qu’elle se fait d’elle-même, d’un travail d’autocompréhension qui ne se réduit pas à un simple constat. Dans ses déterminations s’affirment des choix, des décisions, des orientations. Autrement dit, l’exercice de ce à quoi doit être confiée l’activité de la science pour sa dynamique même : « la sagacité de l’intelligence et la détermination de la volonté libre ».

9Dans cette conscience des rapports étroits et constitutifs entre Université et liberté s’inscrivent les requisits de la construction d’un espace universitaire européen pointés par Monsieur Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris I. Dans son texte consacré à L’enseignement supérieur français à l’heure européenne : origines proches et lointaines d’une difficile adaptation, Monsieur Charle insiste sur le fait que la création d’un enseignement universitaire européen nécessite la mobilisation de l’ensemble de la communauté universitaire. Loin de s’en remettre « aux décisions de technocraties régionales, nationales ou européennes, soumises à des impératifs pratiques ou financiers », les institutions universitaires doivent entreprendre une réflexion collective et déterminer elles-mêmes les enjeux de leur coopération, voire, avant cela, mettre au clair, de façon critique, leurs fonctionnements internes, analyser les différentes fonctions des systèmes qu’on veut mettre en communication et les problèmes pédagogiques ainsi que de recherche fondamentale et appliquée qui s’y rattachent.

10Dans cette optique, l'Etat des lieux de l'enseignement européen proposé par Madame Chantal Kaufmann est très précieux. Directrice générale adjointe du service de l’enseignement universitaire et de la recherche scientifique, Madame Kaufmann nous présente un inventaire minutieux des principaux problèmes auxquels les universités européennes sont confrontées et des nouveaux défis qu’elles ont à relever à l’heure de la mondialisation et du développement d’un enseignement virtuel. Elle examine aussi les actions de l’Union Européenne en matière de mobilité académique et de coopération universitaire ainsi que les Déclarations de la Sorbonne et de Bologne visant à favoriser concrètement la création d’un espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche.

11Dans cette espace, comment se positionnent les universités belges ? Et quelle est leur attitude face aux défis majeurs de la massification et de l’instrumentalisation qu’elles ont à relever ?

12Le débat qui a clôturé les leçons publiques nous en instruit. Présidé par le Recteur des Facultés, Monsieur Michel van de Kerchove, ce débat réunissait Madame Françoise Dupuis, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Monsieur Marcel Crochet, Recteur de l’Université catholique de Louvain et Président du Conseil des Recteurs francophones, Madame Els Witte, Recteur de la Vrije Universiteit Brussel et Président du Vlaamse interuniversitaire Raad et Monsieur Jean-Paul Lambert, Vice-Recteur des Facultés.

13Quatre questions étaient posées à chaque participant. La première avait trait à l’instrumentalisation de l’université ; la seconde à l’architecture de l’enseignement supérieur et au paysage universitaire ; la troisième à l’accès à l’enseignement supérieur et la quatrième au financement des universités. Les réponses données à ces questions par chacun des participants ainsi que leur argumentation circonstanciée sont rapportées à la fin de ce recueil. On peut aussi les lire en premier ! Et même commencer par le texte du Recteur des Facultés qui clôture ce volume, L’instrumentalisation de l’université : quelles limites ? Assumant de front la menace la plus pressante qui pèse aujourd’hui sur l’université et par laquelle nous avons ouvert cet avant-propos, ce texte reprend succintement le conseil majeur de parade qui y a été opposé : l’invention et l’emprunt de voies médianes entre les conceptions purement « idéalistes » et « utilitaristes » de l’université ou entre ce qu’avec Guy Haarscher nous avons appelé une position hautaine de repli de l’université sur elle-même et la soumission moutonnière aux injonctions de la société.

14Pour une vieille aristocrate qui au cours des siècles en a vu bien d’autres, cet exercice d’équilibre ne doit pas être insurmontable. Avec un peu de chance, il peut même lui être plus que salutaire : selon le vœu de Monsieur Elie Barnavi, il pourrait lui permettre de « recouvrer une nouvelle jeunesse »... !

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search