Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Christianisme et société

 | 
André Thion

IIIa. La Belgique (de l'Indépendance à la fin de l'unionisme, 1830-1857)

Note de l’éditeur

Extrait de Libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914), Paris, Desclée-Fayard © Fleurus, 1995, p. 203-212
(Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. XI)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. L’ÉGLISE LIBRE DANS L’ÉTAT LIBRE

Stimulée par l’exemple français, la révolution de septembre 1830 met fin à l'''amalgame" hollando-belge. L'opposition à la politique religieuse de Guillaume Ier, spécialement dans le domaine de l'instruction, a persuadé la plupart des catholiques d'invoquer les libertés modernes pour favoriser l’action de l'Église1. Contre la mainmise de l'État sur l'éducation, on invoque la liberté d'enseignement. Au nom de la liberté religieuse, condamnée quinze ans plus tôt, on défend l'indépendance de l'Église contre toute ingérence du gouvernement. De son côté, la jeune génération libérale est plus soucieuse de démocratie politique que de lutte anticléricale. L'union pourra se faire sur la base d'une reconnaissance réciproque des libertés chères à chacun : liberté de l'Église et de l'enseignement pour les uns, liberté d'opinion et de presse et prédominance du pouvoir législatif sur l'exécutif pour les autres.

Pour assurer la défense des intérêts de l'Église, le...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540