Version classiqueVersion mobile

L’accélération du temps juridique

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

L’écroulement du temps carcéral ou le temps virtuel des prisons contemporaines1

François de Coninck

Texte intégral

  • 1 Une première mouture de cette réflexion a déjà fait l’objet d’une publication, dans le cadre d’un (...)
  • 2 La Ballade de la geôle de Reading, Paris, Ed. Allia, 1998, p. 49.

« J’ignore, quant à moi, si les Lois ont raison
Ou si les Lois ont tort ;
Tout ce que nous savons, gisant dans la prison,
C’est que le mur est fort,
Et que chaque journée ressemble à une année,
Une année aux longues journées »
Oscar Wilde2

  • 3 Le Séminaire, Livre V. Les formations de l’inconscient, Ed. du Seuil, p. 324.

« Dès que l’homme arrive quelque part, il fait une prison et un bordel, c’est-à-dire l’endroit où est véritablement le désir, et il attend quelque chose, un meilleur monde, un monde futur, il est là, il veille, il attend la révolution. »
Jacques Lacan3

  • 4 Dialogue politique, Paris, Bayard éd., 1996, cité par Y. CARTUYVELS in Le dilemme des prisons, Rev (...)
  • 5 Y. CARTUYVELS, ibidem.
  • 6 Ibidem.

1La justice pénale n’échappe guère aujourd’hui à la tentation de soumettre son action à l’emprise d’un temps gestionnaire à court terme : étonnamment, mais à l’instar d’autres services publics « censés opérés dans la durée, sinon la permanence, pour répondre à des besoins inscrits eux-mêmes dans le temps long »4, elle cède en partie, dangereusement diront certains, à la logique dominante de l’efficacité et de la rentabilité immédiate, caractéristique de la privatisation progressive de l’action publique et signe du déclin d’une rationalité « finaliste » à long terme. Comme le souligne Y. Cartuyvels, le glissement vers une logique « managériale » de régulation et de réduction des risques de délinquance, qui favorise le retour d’un droit pénal rétributif plus dur et standardisé, couplé à divers dispositifs de contrôle prédictif et préventif, est manifeste : « souci d’incapacitation plutôt que de réhabilitation, développement de diverses technologies de surveillance et constitution de banques de données génétiques, allongement des peines et restrictions en matières de libérations conditionnelles, développement de diagnostics prévisionnels et naissance d’une criminologie actuarielle »5 trahissent de façon significative le changement de cap d’une politique pénale davantage orientée, aujourd’hui, par le souci de rassurer victimes et opinion publique dans l’instant que d’amender ou de réinsérer les condamnés à long terme. Le fait est certain : le champ de la justice pénale subit, les répercussions de cette transformation profonde du rapport au temps que nourrit cette société contemporaine qui « absolutise son présent » ; l’évolution débouche ici « sur l’accélération d’une justice sommée d’agir « en temps réel », dominée par l’« urgence » et le souci de coller de toujours plus près aux facteurs de déviance ou situations à risque »6.

  • 7 Jeunes adultes incarcérés et mesures judiciaires alternatives, Projet interuniversitaire de recher (...)
  • 8 Surnom qui lui fut donné par la presse espagnole lors de son arrestation.
  • 9 Cl. LUCAS, Suerte. L’exclusion volontaire, Coll. Terre Humaine, Ed. Plon, 1995. L’auteur, né en 19 (...)

2Sous un certain angle cependant, il est un lieu qui échappe malgré tout à l’accélération délirante du temps social à laquelle nous assistons aujourd’hui : la prison. Et pour cause : le temps social n’y a pas cours, ou si peu. Si l’institution pénitentiaire a toujours fait figure de pierre angulaire, matérielle et symbolique, de l’édifice pénal, elle est sans conteste l’instrument privilégié de cette radicalisation de la réponse répressive à la délinquance qui se joue actuellement. C’est donc sous l’angle de cette hypothèse singulière que nous désirons aborder ici cette trop vieille institution qui, depuis deux siècles et en vertu d’un pouvoir se réclamant d’idéologies changeantes comme les époques, assure encore et toujours un contrôle ultime sur ceux que d’aucuns nommaient, au 19ème siècle, les inutiles sociaux. A cet effet, nous puiserons essentiellement à deux sources, lesquelles se complètent singulièrement. Tout d’abord, une recherche effectuée en 1997-1998 sur l’incarcération des jeunes adultes7, au cours de laquelle nous avons réalisé une série d’entretiens à la prison de Saint-Gilles, destinés à recueillir les récits de vie de certains de ces jeunes détenus. A l’issue de notre démarche en effet, nous avons été amenés à nous interroger sur la nature et la fonction de ce temps carcéral, ainsi considéré comme « panne du temps social », temps suspendu de la mise « hors-humanité » que constitue l’enfermement, spécialement dans les conditions désastreuses de l’infrastructure pénitentiaire et du régime carcéral actuels. Dans les discours recueillis, nous avons été fort interpellés par la présence d’une plainte lancinante, adressée de façon récurrente à l’institution pénitentiaire — bien au-delà de la mise en question de sa légitimité — quant au vide existentiel que produit ou vient creuser davantage la situation d’enfermement et, par suite, quant à l’absence profonde de sens que revêt l’exécution d’une peine de prison quand ceux qui en sont l’objet n’ont d’autre choix que de passer 22 heures sur 24, sept jours sur sept, en cellule. A partir de la parole des sujets rencontrés, nous avons ainsi développé une réflexion sur la temporalité larvée qui (dé)règle le vécu de la détention en même temps qu’elle le vide de son sens. D’autre part et à l’appui de nos développements, nous mettrons en exergue les réflexions qu’ont inspiré à Claude Lucas, El gangster filosofo8, plusieurs années de détention dans des prisons françaises et espagnoles9, réflexions dans lesquelles nous avons retrouvé la quintessence de ce que les jeunes détenus interviewés à la prison de Saint-Gilles tâchaient à leur manière de formuler, moins adroitement cependant que n’a pu le faire l’auteur précité.

  • 10 Pour de plus amples développements quantitatifs, nous renvoyons le lecteur à l’article de la Revue (...)
  • 11 P. TOURNIER, Les composantes de l’inflation carcérale, Paris, CESDIP, décembre 1997.

3Afin de cadrer notre réflexion sur le temps carcéral et en vue de la nourrir d’un point de vue quantitatif, il nous semble utile de commencer par exposer dans leurs grandes lignes10 les tendances lourdes de l’évolution actuelle de la structure de la population carcérale, lesquelles forment la toile de fond de la problématique pénitentiaire, à savoir : les problèmes de la surpopulation et de l’inflation carcérales, lesquels doivent être bien distingués. En effet, comme le précise Pierre Tournier, le premier décrit l’inadéquation, à un instant donné, entre le nombre de détenus et le nombre de places disponibles dans les prisons, tandis que le second est utilisé pour constater, sans référence au nombre de places disponibles, que l’accroissement du nombre de détenus est sans commune mesure avec l’accroissement du nombre d’habitants11.

  • 12 P. TOURNIER, Démographie carcérale en trois dimensions : le temps, l’espace et l’individu, in Dévi (...)
  • 13 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit.. p. 49.
  • 14 H. TUBEX, S. SNACKEN, L’évolution des longues peines... Aperçu international et analyse des causes (...)
  • 15 H. TUBEX, S. SNACKEN, L’évolution des longues peines de prison : sélectivité et dualisation, in Cl (...)
  • 16 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 49.
  • 17 A titre comparatif, quelques taux de détention : Royaume-Uni et Espagne : 90/100.000 ; Canada : 11 (...)
  • 18 Les dispositions législatives relatives à la répression du vagabondage et de la mendicité ont été (...)
  • 19 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 51.
  • 20 Ibidem, p. 50.
  • 21 Ibidem, p. 51.
  • 22 Ibidem.

4Abordons d’abord le problème central de l’inflation carcérale. Aujourd’hui, il apparaît que l’emprisonnement fait l’objet d’un usage plus sélectif : on enferme moins mais pour plus longtemps. Autrement dit, c’est l’allongement de la durée moyenne de détention qui est à la source de l’inflation carcérale qui gagne la Belgique comme la plupart des pays du Conseil de l’Europe. En effet, ce modèle de croissance n’est pas propre à la Belgique : selon Pierre Tournier12, il concerne un grand nombre de pays membres, où une augmentation globale de la population carcérale est visible durant les années quatre-vingts et s’intensifie dans les années nonante. Quelques chiffres, exprimés en taux de détentions pour illustrer ce phénomène. En Belgique, notre système pénitentiaire plie sous une population journalière moyenne en constante augmentation depuis 1980, date à laquelle la population était au plus bas : l’administration des établissements pénitentiaires recense 5.934 détenus, soit 60 détenus pour 100.000 habitants13. Depuis, elle n’a cessé d’augmenter14. En 1985, la population journalière moyenne se trouve encore à un niveau assez bas : 6.454 détenus, soit 62 détenus pour 100.000 habitants. Par la suite, le nombre de détenus va s’accroître graduellement avec, surtout durant les dernières années, une augmentation très forte, aboutissant en 1993 à une population journalière moyenne de 7.489 détenus, ce qui représente une croissance de 15 % par rapport à 197515. En 1995, elle s’élève à environ 7.693 détenus, soit 77 détenus pour 100.000 habitants. Au 12 avril 1996, elle atteint les 8.000 détenus et en 1997, on enregistre une population moyenne de 8.475 détenus, soit 83 détenus pour 100.000 habitants16. A l’échelle internationale cependant, ce taux de détention reste relativement bas17. Soulignons que c’est surtout durant les deux dernières années que l’on constate un accroissement radical de la population carcérale. Cette évolution n’est pas sans rapport avec les événements d’août 1996 et la façon dont ils se sont traduits au niveau pénitentiaire, notamment à travers la suppression des grâces collectives et la restriction drastique d’autres mesures de délestage, comme les libérations provisoires en vue de grâce ou en vue de libération conditionnelle. Résumons-nous : entre 1980 et 1997, la population journalière moyenne augmente de plus de 35 %, puisque l’on passe de 5.934 à 8.475 détenus en dix-sept ans. Or, durant la même période, le nombre annuel d’incarcérations diminue de presque 25 % : on passe de 19.980 entrées en 1980 à 15.374en 1997. C’est donc bien l’allongement de la durée moyenne de détention durant la dernière décennie qui est responsable de l’accroissement de la population carcérale, et non pas le nombre annuel d’incarcérations. Cette diminution significative du nombre annuel d’incarcérations « ne concerne toutefois que les catégories de détenus dont la durée de détention est brève, à savoir : les étrangers dont le séjour n’est pas autorisé, les vagabonds18, les mineurs d’âge, les condamnés à une peine inférieure à trois mois ou à une peine d’emprisonnement subsidiaire. Dans le même temps, le nombre d’entrées a augmenté dans les catégories des condamnés à une peine supérieure à six mois, des internés (dont la durée moyenne de détention est égale à deux ans) et, dans une moindre mesure, des prévenus et assimilés »19. Ainsi et de manière générale, on peut affirmer que l’accroissement de la population carcérale n’est pas lié à un recours plus fréquent à l’emprisonnement, puisque le nombre d’entrées tend à diminuer, mais à l’allongement de la durée moyenne de détention : tous titres de détention confondus, celle-ci est passée de 3,5 mois en 1980 à 6,6 mois en 199720. Et à l’origine de cet allongement, on peut indiquer cette transformation significative de la nature des flux d’entrées qui se manifeste à travers « la réduction des entrées dans les catégories de situations légales associées à des durées brèves de détention et l’augmentation des entrées dans les catégories associées à des durées longues »21. En outre, « l’allongement de la durée moyenne de détention peut, en toute hypothèse, également être attribué à une réduction du recours aux mécanismes d’érosion de la peine »22.

  • 23 Ibidem, p. 53.
  • 24 Ibidem.
  • 25 H. TUBEX, S. SNACKEN, op. cit., p. 225.
  • 26 K. BEYENS, S. SNACKEN, Tot de muren barsten ? Markante evoluties in de recente gevangenisbevolking (...)
  • 27 F. BRION, Chiffrer, déchiffrer. Incarcération des étrangers et construction sociale de la criminal (...)
  • 28 F. BRION, A. RIHOUX, F de CONINCK, op. cit., p. 65.
  • 29 S. DE CLERCK, op. cit., p. 12.
  • 30 Sur ces 32,03 % de détenus emprisonnés pour délits de drogue au 15 janvier 1996, on compte 778 pré (...)
  • 31 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 60.

5La transformation des flux d’entrées modifie non seulement le volume mais aussi la structure de la population détenue. Quelques chiffres à l’appui de ces considérations. En ce qui concerne le nombre de condamnés à de longues peines, d’abord : à considérer l’ensemble des détenus condamnés, « la durée moyenne de détention augmente significativement : elle passe de six mois en 1980 à dix-huit mois en 1997. C’est que, d’année en année, la population détenue compte davantage de condamnés à de longues peines »23. Ainsi, « les condamnés à des peines égales ou supérieures à un an représentaient 28 % des détenus en 1980, mais 45 % en 1990 et 53 % en 1997. Entre 1980 et 1997, le nombre de détenus condamnés à des peines correctionnelles supérieures à 5 ans a quintuplé : ils étaient 232 en 1980, ils sont 1.270 en 1997 »24. Concernant le nombre croissant de prévenus, ensuite : entre 1980 et 1995, le nombre moyen de personnes en détention préventive a augmenté de 75 %, et la moyenne journalière du nombre de prévenus est passée de 26 % à 33 %, jusqu’à atteindre son chiffre le plus élevé en 1994, à savoir 35 % de la population journalière moyenne. La révision de la loi sur la détention préventive en 1990 n’a été suivie que de très peu d’effets positifs : après une légère baisse l’année suivant sa promulgation, on a pu observer un accroissement inédit du nombre de prévenus25. Entre 1990 et 1995, suite à la mise en application en décembre 1990 de la nouvelle loi, le nombre de personnes en détention préventive ainsi que la durée moyenne de cette détention n’ont cessé de croître. En 1995 seulement, une première diminution a été enregistrée. Troisièmement et de façon générale, soulignons que la catégorie des étrangers détenus a également connu une croissance constante durant les année quatre-vingts. En 1992, les étrangers représentent plus de la moitié du nombre total d’incarcérations : 10.115 personnes de nationalité étrangère contre 9.512 belges. L’accroissement du nombre d’étrangers se manifeste surtout dans la catégorie des prévenus et assimilés : entre 1990 et 1993, leur nombre a doublé et fin 1993, ils représentent la moitié du nombre de prévenus26. On peut légitimement supposer que l’usage de la prison diffère selon que l’on est belge ou étranger : comme le souligne encore F. Brion, « à rapprocher les taux d’extranéité dans la population détenue, d’une part, recensée en Belgique, d’autre part, il semble peu douteux que la probabilité d’être incarcéré varie selon que l’on est national ou étranger »27. La structure nationale de la population détenue a effectivement été modifiée en profondeur. « En 1980, la probabilité d’être incarcéré était de 4 pour 1000 pour les étrangers résidant en Belgique, de 2 pour 1000 pour les nationaux. En 1997, ces probabilités valent l’une 6 et l’autre moins de 1 pour 1000 : un étranger a en moyenne 6 fois plus de « chances » (de malchances faudrait-il dire) d’être écroué qu’un national, compte non tenu des étrangers dont le séjour n’est pas autorisé »28. Enfin, c’est également l’impact quantitatif et qualitatif qu’ont les auteurs de délits liés à la drogue et la consommation de drogue en prison qui ont modifié de manière radicale le profil et la structure de la population carcérale29. La croissance du nombre de détenus emprisonnés pour délits de drogue est effectivement impressionnante, surtout entre 1970 et 1993, comme le mentionne S. De Clerck dans sa Note d’orientation précitée : au 05.07.1970, 70 détenus sur 6.363 sont emprisonnés pour délits de drogue (1,10 %), contre 1.472 sur 6.633 au 25.03.1990 (22,19 %) et 2.488 sur 7.768 au 15.01.1996 (32,03 %)30. Mais gardons-nous de toute interprétation trop rapide de ces chiffres. En effet, ceux-ci sont établis de telle sorte qu’ils prennent en compte toute personne dont la fiche d’écrou comporte au moins une infraction liée à la drogue : il peut donc s’agir de personnes qui sont emprisonnées uniquement pour détention ou trafic de drogue, mais également de personnes emprisonnées pour avoir commis une ou plusieurs infractions liées à la drogue, en plus d’autres délits (vol, actes de violence, etc.). A séparer plus distinctement les catégories d’infraction, on obtient des chiffres plus précis : ainsi, au 31 décembre 1996, les infractions à la législation sur les stupéfiants viennent en second lieu parmi les infractions le plus fréquemment mentionnées sur les fiches d’écrou (13,3 % d’entre elles, contre 18,2 % pour les vols avec circonstances aggravantes et 12,2 % pour les vols simples)31.

  • 32 H. TUBEX, S. SNACKEN, op. cit., p. 223.
  • 33 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 65.

6Une dernière observation importante quant au problème de l’inflation carcérale est relative à son interpétation. Dans cet allongement de la durée moyenne de détention lié à l’allongement des peines prononcées, des auteurs comme H. Tubex et S. Snacken voient, en toute hypothèse, un effet des politiques pénales de dualisation, entendues par ces auteurs comme « la recherche, d’une part, d’alternatives à la privation de liberté pour les infractions considérées comme moins graves et, d’autre part, des sanctions plus sévères pour certaines catégories de crimes considérés comme graves »32. Si l’hypothèse est partiellement vérifiée, souligne F. Brion, le propos appelle deux commentaires. « D’une part, il faut douter (ce que font H. Tubex et S. Snacken) du caractère alternatif des « alternatives » à la peine privative de liberté : si, de 1980 à 1997, le nombre d’entrées en prison a diminué, cette diminution est moins l’effet des alternatives à la détention préventive et à la peine privative de liberté que de la dérivation des étrangers détenus en application de la loi du 15 décembre 1980 relative à l’accès au territoire, au séjour, à l’établissement et à l’éloignement vers les centres fermés, de la décriminalisation du vagabondage, de la diminution du nombre d’incarcérations de mineurs en application de la loi du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse et de la réduction du recours à l’emprisonnement subsidiaire. (...) Plutôt que de solutions de rechange, il convient dans ce cas de parler de diversification — diversification des formes de l’intervention pénale, mais aussi diversification des formes d’enfermement. D’autre part, si la diversification des mesures pénales est aujourd’hui incontestable, il faut craindre que plutôt qu’à des catégories de crimes considérés comme « graves », la privation de liberté soit réservée à des catégories d’infracteurs qui, par ailleurs, semblent « socialement indésirés ». Quel est, en d’autres termes, le principe de la dualisation ? La gravité de l’infraction ou l’utilité sociale de l’infracteur, mesurée à l’aune de son insertion (domicile fixe, inscription régulière au registre de la population, exercice légal d’une activité professionnelle...) ? La question, qui n’est pas définitivement résolue, est loin d’être de pure forme ».33

  • 34 Ibidem, p. 49.
  • 35 Ibidem.
  • 36 Voir notamment le travail effectué en ce sens par l’Observatoire International des Prisons.
  • 37 Soulignons que cette violence produite en grande partie par l’institution est, de nos jours, de pl (...)
  • 38 Puisqu’il nous faut croire qu’à l’extérieur de cette enceinte, elle garde tout son sens, dans la m (...)

7Abordons maintenant le problème de la surpopulation carcérale et du lien qu’elle entretient avec l’inflation dont nous venons d’exposer les principaux mécanismes. En l’occurrence en Belgique, l’inflation accentue la surpopulation : si les prisons belges sont surpeuplées depuis 1975, on constate que, jusqu’en 1990, le nombre de détenus n’excède que de 10 % en moyenne le nombre de places disponibles, tandis qu’après 1992, l’excédent est compris entre 24 % et 36 %, et ce malgré un accroissement de la capacité pénitentiaire équivalent à 30 %34. Or, l’évolution des taux de détention, telle que nous l’avons présentée, montre que l’inflation carcérale est particulièrement marquée depuis 1992 : c’est donc bien l’inflation qui, à dater de 1992, explique la surpopulation dramatique dans les établissements pénitentiaires belges35. En outre, en raison du fait que les différentes catégories de détenus ne peuvent être réparties selon la capacité disponible, la surpopulation peut atteindre plus de 50 % dans certains établissements pénitentiaires, dont les établissements bruxellois. A cet égard, soulignons encore que, dans une certaine mesure, le manque de capacité pénitentiaire en Belgique ne constitue guère un frein à l’augmentation de la population carcérale, car il n’existe aucune disposition légale stipulant formellement que les détenus doivent être placés en cellule individuelle — comme c’est le cas aux Pays-Bas, par exemple. En conséquence, chiffrer la surpopulation carcérale constitue un exercice hasardeux, vu les divers problèmes de définition et les confusions régnantes entre le nombre de places disponibles et le nombre de cellules. Sous quelque aspect que l’on aborde la problématique pénitentiaire cependant, la surpopulation carcérale constitue un problème crucial. A commencer par le registre particulièrement sensible du régime de l’exécution des peines, lequel intéresse notre réflexion au premier plan. D’abord et de façon générale, ses effets s’y font durement ressentir en ce que, au sein des établissements pénitentiaires à forte surpopulation, les conditions de détention sont le plus souvent désastreuses : les détenus sont régulièrement obligés de séjourner à deux, trois ou quatre dans des cellules de dix à douze mètres carrés, datant généralement du siècle dernier et dont on sait par ailleurs que la salubrité est douteuse. Il va sans dire que les problèmes de surpopulation ne font ici qu’aggraver la précarité de ces conditions de détention qui sont en soi peu conformes à la dignité humaine et se trouvent largement décriées, en deçà de tout problème de surpopulation, par nombre de rapports faisant état de la vétusté de l’infrastructure pénitentiaire en Belgique36. Ensuite et plus particulièrement, en ce que les possibilités du régime de l’exécution des peines, en termes d’occupations, de formations, d’aide à la réinsertion et de détente, déjà étroitement circonscrites par l’argument sécuritaire, impératif catégorique et maître-mot de la gestion pénitentiaire, s’en trouvent encore plus limitées. La quadrature du cercle n’est pas loin : en effet, la violence croissante qui s’ensuit37, aiguisée par la promiscuité, crée à son tour des problèmes de plus en plus nombreux sur le plan de la maîtrise de la situation et de la sécurité dans les établissements, lesquels induisent à leur tour des réponses pragmatiques musclées, nivelant généralement vers le bas les possibilités d’aménagement individuel de l’espace et du temps carcéral. Il est en outre impossible aujourd’hui, comme le mentionne l’ancien Ministre de la Justice dans sa Note d’orientation, de prévoir un régime d’exécution des peines qui tienne compte de l’appartenance régionale du détenu ou d’établir une classification des établissements au service de la réinsertion sociale. Outre les incidents que la surpopulation carcérale contribue à multiplier dans la population des détenus (révoltes, évasions et suicides), elle produit encore des effets négatifs sur le personnel pénitentiaire : comme le souligne encore la Note précitée, on y constate des grèves et un nombre d’absences pour cause de maladie supérieur à la moyenne. Enfin, rappelons que la situation d’un établissement comme la prison de Saint-Gilles, que nous avons pu approcher de plus près par le biais de nos entretiens, est particulière. Tout comme sa voisine de Forest, la prison de Saint-Gilles brasse une partie importante de la population carcérale en Belgique. Vu les taux élevés de surpopulation auxquels sont confrontées ces prisons bruxelloises, elles semblent d’abord permettre nettement moins d’activités occupationnelles et de formations intra-muros que d’autres établissements. Ensuite, nombre d’individus détenus à Saint-Gilles, même condamnés, attendent parfois pendant des mois un hypothétique transfert vers leur prison d’attache. Enfin, ce sont en moyenne 700 détenus qui se trouvent incarcérés à Saint-Gilles, ce qui explique également les difficultés à mettre en place un véritable programme de détention, un régime carcéral individualisé et des activités pour le plus grand nombre, qu’elles soient éducatives ou récréatives. Chez la plupart des détenus rencontrés, ces deux établissements n’ont forcément pas bonne presse, et pour cause : comme nous l’avons évoqué plus haut, la plupart d’entre eux n’ont guère d’autre choix que d’y passer 22 heures sur 24 en cellule. Au registre du vécu de la détention et du sens que les détenus peuvent encore attribuer à leur peine, la surpopulation carcérale est donc lourde de conséquences, du moins si l’on part du principe que seule une individualisation du régime de l’exécution de la peine peut apporter à cette dernière le sens qui, à l’intérieur de l’enceinte pénitentiaire, lui fait cruellement défaut38.

  • 39 Cl. LUCAS, op. cit., p. 449.
  • 40 Cfr notamment Criminologie psychologique, cours dispensé dans le cadre de la licence en criminolog (...)

8En regard de ces considérations, nous pouvons maintenant aborder la question de la vacuité du temps carcéral. C’est à partir d’un questionnement sur la singularité de la situation d’entretien en prison que nous avons cheminé dans notre réflexion, singularité dont il nous semble utile de cerner la cause. Pour ce faire, nous partirons d’une réflexion de Claude Lucas, lequel nous parle à sa manière et avec justesse du statut de la parole en prison : « La prison est un lieu métaphysique, ce qui la distingue du zoo : éliminez l’anecdote, supprimez l’état d’âme, refusez le folklore descriptif, bref, épurez, resserrez, condensez votre style — refusez même le style —, ne demeure plus alors que le mot sonore, n’importe lequel, un mot, le mot mot si vous voulez, oui, dites mot, cela suffit, cela dit tout, cela dit exactement le rien du tout. Qui ne dit mot consent. Dire mot, n’importe lequel, c’est ne pas consentir. Non pas le mot dit à quelqu’un, car il n’y a personne en prison à qui dire mot : le surveillant, un rôle, le détenu, un double. Mais le mot lâché comme une bulle dans la béance immaculée de la page carcérale. La métaphysique, c’est cela : un humain se vidant mot à mot de son temps sur la page d’un livre qui ne raconte aucune histoire. Etre inutile. Temps inutile. Livre inutile »39. Cela donne le ton ; car c’est bien ce statut particulier de la parole dans l’univers carcéral qui nous a conduit à nous interroger sur la temporalité larvée qui semble régir le vécu de la détention. En effet, notre démarche s’articule autour d’une impression majeure ressortie à l’issue de nos entretiens, au terme desquels nous avons pris acte du caractère insistant, répétitif et circulaire des propos tenus par les intéressés pour tout ce qui relevait du vécu, du régime de la détention et du vide carcéral : de façon générale, les discours se focalisaient exclusivement sur l’égale et constante pesanteur des conditions d’existence auxquelles contraint l’enfermement, identique en tous points pour chacun d’entre eux, noyant ainsi de prime abord toute distinction possible en termes de résistance personnelle aux contraintes de la structure pénitentiaire ou d’aménagement individuel de l’espace carcéral. En avançant cela, nous sommes pourtant conscients qu’une analyse exclusivement centrée sur la prison comme structure court le risque d’évacuer la question de la participation du détenu à la construction de sa vie carcérale et à la gestion du temps de détention, ainsi qu’aux représentations qui s’ensuivent. Et donc d’en faire un sujet passif, pur objet d’un traitement pénitentiaire quel qu’il soit. En outre, cette surdétermination des discours et leur nivellement sur le mode de la plainte, ainsi que l’apparente égalisation qu’elle entraîne des perceptions des individus, contraste avec la singularité effective des trajectoires et des individus rencontrés, et donc des attitudes et des éventuelles pratiques de résistance individuelles. Ainsi, un indice de cette part de responsabilité qui revient au détenu dans la façon dont il affronte, supporte et se représente le temps carcéral nous est fourni par un rapprochement opéré avec certains de nos développements sur les trajectoires délinquantes, réalisés à l’occasion de la recherche précitée. En effet, ces dernières nous ont semblé se placer davantage sous le signe de la chute que sous celui de l’ascension. Dans les discours, il n’était jamais question que de décrocher, de dégringoler, de tomber et de retomber dans la délinquance, de plonger et de replonger dans la drogue : autant de chutes ponctuées de tentatives épisodiques, généralement aussi brèves qu’infructueuses, de retrouver une certaine verticalité dans l’existence. En termes d’attitudes individuelles, c’est donc davantage quelque chose de l’ordre de l’inertie, de la stagnation, du dénuement et de l’absence de projet susceptible d’inscrire durablement l’individu dans un rapport social qui est ressorti d’une lecture transversale de nos entretiens, plutôt que les représentations communes qu’évoque de prime abord le concept de trajectoire individuelle : un parcours linéaire, constant et ascensionnel, construit dans une dépendance fructueuse avec les structures sociales et les cadres de socialisation traditionnels que sont la famille, l’école et le milieu professionnel. A partir de ce rapprochement, on peut notamment supposer que cette vacuité du temps carcéral qui émerge des discours recueillis ne ressortit pas exclusivement à la pesanteur de la structure pénitentiaire et à ses contraintes lourdes, mais qu’elle se fait l’écho d’une autre vacuité, existentielle celle-là, qui caractérise bien souvent l’attitude de ces individus désaffiliés, dont le recours récurrent à l’agir délinquant peut être interprété comme une tentative de s’en dégager, précisément. On peut donc émettre l’hypothèse que la situation d’enfermement vient seulement creuser un peu plus en profondeur le vide existentiel que l’activité délinquante antérieure tentait déjà de remplir, tant bien que mal, et plutôt mal que bien. Nous ne rentrerons pas ici dans une lecture plus approfondie et nous nous contenterons de renvoyer le lecteur aux travaux de Jean Kinable40 et à l’hypothèse qui s’y trouve développée, à savoir que le passage à l’acte délinquant survient le plus souvent en contraste ou en rupture avec une propension générale à l’inaction, au désœuvrement, à l’ennui : un quotidien voué à une sorte d’attente vide, teintée de passivité et d’indifférence, signes d’une dépressivité de fond par rapport à laquelle l’agir délinquant se pose alors comme une tentative de réassurance et de réaménagement narcissique — une façon de recourir à une réalisation en prise directe sur une réalité tangible afin de se protéger d’une dépressivité latente. Par ailleurs, on peut supposer qu’il en va de la résistance aux contraintes de la structure pénitentiaire et de l’aménagement individuel du temps de détention comme il en va du choix délinquant et, plus précisément, de la capacité de rompre avec l’activité délinquante. Au dire des détenus, c’est aussi une affaire de volonté et de caractère. Certains s’accommodent en effet beaucoup mieux que d’autres de ce temps perdu à purger leur peine. De l’indifférence manifeste à la dépression la plus profonde, les divergences d’attitudes sont nombreuses et, au-delà des tendances communes, chaque vécu de la détention revêt un caractère singulier, étroitement lié à l’individu, à sa personnalité et à son (dés)équilibre intérieur. Sans rien enlever aux lignes de forces de cet univers particulièrement mortifère, on peut donc affirmer qu’il y a aussi du choix et de la responsabilité dans le chef de chacun des détenus dans l’aménagement de l’exécution de leur peine, et poser qu’il n’y a pas un vécu unique de la peine d’enfermement, comme il n’y a pas un vécu unique de la délinquance, mais bien plusieurs vécus et plusieurs usages possibles de l’enfermement dans le chef de ceux qui le subissent.

  • 41 Cl. LUCAS, op. cit., p. 22.

9Cette mise en garde réalisée, il n’en reste pas moins que la focalisation de l’attention des individus rencontrés sur le présent et le vide de la journée carcérale est bien corrélative de la situation d’enfermement : en brouillant peu à peu les repères temporels, la prison vient généralement affaiblir une inscription déjà défaillante dans une histoire qui fasse sens pour l’individu. Ainsi, quand nous parlons de la temporalité larvée qui (dé)règle le vécu de la détention, nous voulons dire ceci : en prison, le temps s’écroule davantage qu’il ne s’écoule. Et dans sa chute, il entraîne avec lui toute perspective réelle de s’inscrire dans la durée. Que se passe-t-il en prison ? A tendre l’oreille aux propos de ceux qui y (sur)vivent, il ne s’y passe rien. Le temps de la détention est un temps suspendu, dont l’échéance incertaine est rattachée à une hypothétique date de libération conditionnelle, de transfert vers une prison d’attache ou de congé pénitentiaire. En prison, l’instant est obèse, le passé rachitique et l’avenir n’existe pas. Les entretiens réalisés à la prison de Saint-Gilles en furent la confirmation manifeste. Ainsi que l’écrivait Claude Lucas, en commentant son retour à la « case départ » : « Je ne voulais que m’acclimater sans plus attendre, yeux clos, la respiration ralentie, à cette nouvelle forme de temporalité qui allait désormais régler le cours de mon existence. Pour avoir déjà connu la prison, je savais en effet ce qui m’attendait : la lente et inexorable usure de soi par ce temps concret, statique et circulaire, constitué d’heures repères — lever, promenade, repas, promenade, repas, coucher, et ainsi de suite à l’infini —, toute cette succession d’heures itératives qui finissait par amputer la conscience de sa fonction la plus humaine, sa capacité même d’engendrer des perspectives. Car les murs de la prison ne se referment pas, comme on imagine à tort, sur un espace où nous serions confinés pour nous en interdire un autre où nous allions librement, et la ligne d’horizon n’est pas ce qu’ils empêchent nos yeux d’apercevoir. Ils se referment sur un présent qu’ils éternisent et n’occultent que les lendemains qui chantent. On pouvait toujours rêver, bien sûr (...) La durée intérieure prendrait alors cette forme d’une marée rythmique, flux et reflux d’images qui viennent régulièrement s’échouer à la lisière d’un présent immobile. Et ce serait le passé, que ces lambeaux d’existence arrachés à la trame du temps ; et ce serait l’avenir, que ces bouteilles à la mer, porteuses de projets, porteuses d’espérance, lâchées le soir et retrouvées le lendemain au réveil, intactes et dérisoires »41.

  • 42 Ibidem, p. 455.

10Au-delà des aménagements possibles du régime d’exécution des peines, dont les activités récréatives, le travail pénitentiaire, les formations et les cours par correspondance sont les plus courants — toutes activités effectuées dans les limites des possibilités offertes par la prison, lesquelles sont considérablement restreintes par les contraintes sécuritaires — « le temps de la journée carcérale ne se déploie pas vers un horizon, mais il bée » comme l’écrit encore l’auteur. Béance d’abîme qu’il faut combler à n’importe quel prix, n’importe comment : il s’agit véritablement de tuer le temps, sous peine de sombrer. Infliger à l’homme du temps à tuer, voilà la définition de l’enfermement. Et parler de la journée carcérale, c’est « parler d’une journée différente même de la journée normale la plus banale, celle où se font les choses aussi sous le mode répétitif qui est l’ordinaire d’une journée ordinaire, mais en vue de réaliser l’avenir, fut-il médiocre. La journée carcérale, elle, est une journée entre parenthèses : elle n’appartient pas au temps social, et comme telle elle est abstraite ou fictive : temps sans contenu que l’on traîne comme un boulet immatériel ou, ce qui revient au même, dont on est à soi-même le seul contenu, durée où l’on dure en s’endurant. Même la journée monotone, répétitive du dehors que désigne l’expression « métro-boulot-dodo » n’est pas en fait vraiment répétitive ; c’est de la continuité, pesante, certes, mais où l’on peut toujours introduire de la nouveauté, de la liberté. La journée carcérale, elle, scande exclusivement la vacuité du psychisme réduit à rabâcher sa propre durée ; elle est le miroir de cette durée ».42

  • 43 Ibidem, p. 457.
  • 44 Ibidem.
  • 45 Ibidem, p. 456.
  • 46 Ibidem.

11Vivre le temps d’une telle journée, c’est donc perdre le sens du temps, qui est maturation, mise en perspective, ouverture sur l’avenir. « Or le temps est la dimension de l’existence. Le tuer, c’est dénaturer celle-ci, lui ôter son sens »43. Infliger à l’homme du temps à tuer, c’est donc l’abstraire du sens : « en somme, c’est le tuer socialement »44. Si la journée carcérale est donc hors du temps social, de même le détenu est hors-humanité : « sujet en quelque sorte artificiel, coquille creuse d’humain à qui l’on aurait tout ôté sauf la capacité de souffrir »45. Car selon l’auteur, il tombe sous le sens qu’aucune des activités éducatives ou récréatives organisées au sein de la prison ne présente de réelle utilité en termes de réinsertion : leur mise en œuvre ressortit essentiellement à la gestion de l’enfermement, c’est-à-dire qu’il ne s’agit jamais que d’occuper les détenus à remplir le vide de leurs journées. Et si la scolarisation, pour sommaire qu’elle soit, est sans doute la moins inutile de toutes, elle ne saurait être du moindre secours pour trouver un emploi à la sortie. « Ainsi programmé, le contenu de la journée carcérale en adoucit sans doute la rigueur, mais il reste un contenu sui generis. Plus insidieux : maquillée, meublée de faux-semblants, la journée carcérale se donne des airs de journée normale remplie d’un vrai contenu : c’est une journée virtuelle »46.

  • 47 En moyenne, aux alentours de 20 fb / heure.
  • 48 Cl. LUCAS, op. cit., p. 457.

12Soulignons cependant que certains facteurs jouent un rôle non négligeable dans l’attitude individuelle face à la prison. Il en va ainsi du statut d’homme marié et de père, surtout, lequel influence considérablement la prise en charge volontariste du temps de détention et la possibilité de lui imprimer un sens, comme la capacité de l’instrumentaliser au mieux des possibilités qu’il renferme et celle de se tenir à un objectif. Cette responsabilité pour autrui renforce notamment la prise de conscience, soutient la volonté et augmente les capacités d’engendrer en prison des perspectives d’avenir porteuses d’espoir. La présence d’un soutien familial et la détention d’un minimum d’argent constituent également deux facteurs déterminants d’un meilleur vécu du temps carcéral. Ils sont fréquemment liés, car la famille à l’extérieur est en général la seule source de revenus, du moins pour la grande majorité des détenus qui n’ont pas droit au travail pénitentiaire et au maigre pécule que ce dernier rapporte47. Ils rendent le temps passé entre quatre murs plus supportable, par la possibilité de cantiner et d’améliorer un minimum l’ordinaire de la détention, d’une part, par le bénéfice des visites hebdomadaires, d’autre part, qui ponctuent un tant soit peu la monotonie de la semaine et apportent leur lot de réconfort. Mais au-delà de ces éléments ponctuels qui rendent la purge un peu moins inhumaine, en introduisant notamment dans l’épaisseur du vécu entre quatre murs un peu de cette vie sociale dont les détenus sont amputés, le quotidien carcéral reste fortement décrié. Et parmi les reproches communément adressés à la structure pénitentiaire, en termes de rupture d’équilibre individuel et social, reviennent de façon récurrente le fait qu’elle ne favorise absolument pas le maintien d’un contact familial et qu’elle prive les détenus de leur sexualité, lesquels compensent alors leur manque par la drogue. Avec la privation de sexualité, le contact familial réduit aux visites est la chose la plus difficile à vivre, et ce d’autant plus que les modalités concrètes d’organisation des visites par l’administration pénitentiaire ne favorisent guère le maintien de ces liens. En outre, l’indigence matérielle, morale, affective, sexuelle et intellectuelle de la vie carcérale fait parfois resurgir des repères ou des comportements anciens, comme elle peut en créer de nouveaux, spécifiques au temps de la détention : il en va ainsi du retour à la pratique religieuse, de quelque confession que ce soit. Et pour pallier au manque, pêle-mêle, d’un minimum de confort et d’intimité, d’activités susceptibles de les sortir du ressassement solitaire, de formations utiles, de travail, de droits, de considération, de contacts humains, de vie sexuelle et de vie sociale — bref, de tout ce qui devrait permettre aux détenus d’entretenir une normalité comportementale des plus nécessaires à la réinsertion — les compensations les plus accessibles et donc les plus fréquentes restent la drogue, les médicaments, et la télévision. En effet, le détenu qui ne dispose pas des ressources personnelles indispensables pour affronter et dépasser le vide carcéral se retrouve assez vite balancé entre la camisole chimique — les médicaments et/ou la drogue — et la camisole hypnotique — la télévision. Au-delà des illusions entretenues par la rêverie carcérale, nécessaires à sa survie, il reste bien incapable de donner un sens à sa détention — sens comme direction et sens comme signification, pour reprendre encore les termes de Claude Lucas, qui voit dans l’introduction de la télévision dans les cellules la dernière trouvaille de l’Administration pénitentiaire en matière d’insensibilisation du détenu : « Acmé de ce naufrage : le tête-à-tête, le soir, avec la télévision. Fenêtre sur l’extérieur, assure-t-on. Décryptons : la vie à regarder comme un spectacle, au terme d’une journée où la vie a été donnée à vivre comme une manière de tuer le temps »48.

  • 49 Ibidem, p. 437.

13Comme nous avons pu le constater tout au long de nos entretiens, cette perte de sens considérable encourue par la peine de prison et qu’induit essentiellement cette temporalité statique et circulaire sous la coupe de laquelle les détenus sont amenés à purger leur peine, n’est pas sans rejaillir sur les représentations qu’ils nourrissent de leur sort de laissés-pour-compte et d’exclus, du cadre conventionnel de la société autant que du temps social qui y a cours. En définitive, pour la plupart des individus rencontrés, il semble que ce ne soit pas tant la peine d’emprisonnement en elle-même et son éventuel caractère illégitime qui constituent l’injustice la plus flagrante de l’emprisonnement, mais bien ses modalités concrètes d’exécution, la déstructuration massive qu’elle produit et les possibilités réduites d’en faire quelque chose de réellement efficace en termes de réinsertion. Et cette injustice vient à son tour donner plus de poids, par contamination, aux perceptions inlassablement ressassées en cellule, d’une part, de la justice de classe, qui fonctionne comme institution de ségrégation et d’exclusion au service des classes dominantes, lesquelles se soucient d’incarner une loi qu’elles ne respectent pas elles-mêmes, de la société, de l’autre, car l’injustice ressentie de leur situation se double du sentiment d’une incompréhension manifeste témoignée par le système pénal et entretenue par ses agents à leur égard. Dans cet ordre de représentations, le thème de la justice perçue comme une loterie revient à tour de phrases dans les discours recueillis, tandis qu’émerge ici et là la critique d’une justice bureaucratique, déshumanisée, qui ne cherche pas à comprendre l’individu. Sans craindre parfois le paradoxe, les détenus demandent alors une justice plus égalitaire mais aussi plus individualisée. Corrélativement, la demande d’un supplément de sens à la peine et celle d’un système positif de pénalité, qui leur profite davantage, ainsi qu’à la société, ressort encore de leurs discours : à cet égard, soulignons notamment que ceux d’entre eux qui ont bénéficié antérieurement d’un travail d’intérêt général s’accordent à dire qu’ils y ont fait leur première expérience réellement positive du travail et que, par conséquent, cette expérience a constitué une amorce de restauration d’un lien social en même temps que d’une identité fragilisée. Fort présent aussi dans les discours, le thème de la manipulation dont nombre de détenus se sentent l’objet. Le contexte des deux dernières années n’est sans doute pas à négliger ici. On pense aux événements d’août 1996 et à la façon dont ils se sont traduits au niveau pénitentiaire, notamment à travers la crispation des positions du politique et de l’administration, précédemment évoquées : à ce niveau, la suppression des grâces collectives et d’autres mesures de délestage, le renforcement du sécuritaire et les restrictions des libérations conditionnelles furent autant de conséquences qui sont venues renforcer davantage encore le ressenti de la position de bouc-émissaire et la conviction de payer poulies autres. Espace de non-droit, la prison est enfin accusée d’arbitraire. Les discours relatifs à l’indignité de la condition de détenu et à la précarité du statut incertain qui s’y attache, offrant toute prise au normatif aveugle, se cristallisent également, sur un air connu, autour des thèmes de la reproduction des privilèges sociaux et des régimes de faveur, des brimades et des vexations de la part des gardiens, du manque de contact avec la direction, de retour de sa part aux requêtes introduites ou de non-motivation des décisions les concernant. Comme le rappelait encore Claude Lucas, « si l’Autre est celui qui me regarde, qui me tient sous son regard et m’interpelle, comme l’affirme Levinas, alors le détenu, regardable à merci sans réciprocité, réduit à la visibilité d’un corps-objet, perd tout caractère de personne, c’est-à-dire de ce qui fait l’essence même de son humanité »49.

  • 50 Ibidem, p. 457.
  • 51 Ibidem, p. 456.

14Nous n’irons pas plus loin ici dans nos développements. Simplement, en regard de cette brève mise en abîme du vécu carcéral et de ses conditions désastreuses dans l’état actuel de l’infrastructure pénitentiaire, que l’on peut notamment attribuer aux effets pervers sur le régime de l’exécution des peines d’une inflation et d’une surpopulation carcérales galopantes, on peut encore insister sur ce fait : le système pénitentiaire se révèle bien incapable de fournir au détenu les moyens de sa resocialisation. On peut enfoncer le clou davantage et douter de la volonté réelle du politique d’y contribuer efficacement, vu la faiblesse déconcertante des moyens mis en œuvre, pendant la durée de la détention, dans la réalisation de cet objectif de réinsertion — objectif qu’en dépit de tous les discours scientifiques qui ont ponctué l’histoire du système pénitentiaire autant que d’un manque élémentaire de bon sens, on continue aveuglément de nos jours à attacher à la peine de prison, dans une quête délirante de légitimer l’insupportable de l’enfermement. Comment donc un délinquant, à sa sortie de prison, peut-il reprendre pied dans une réalité que le système pénitentiaire s’est ingénié à vider de son sens ? Pour l’auteur précédemment cité, la réponse est contenue dans la question : « Une fois élargi, le détenu procédera de même : il tuera ce temps dont il a éprouvé dans son psychisme à quel point il peut béer »50. Ainsi, le passage en prison débouche inexorablement sur l’exclusion ou à tout le moins sur un déphasage durable. Et la journée carcérale est bel et bien le moule de cette exclusion qui suit et prolonge la détention : « suffisamment vide pour être subie comme une punition, mais suffisamment meublée pour paraître normale, elle n’incite ni au retour sur soi ni à la prise en compte du réel : faux-semblant de temps social, elle crée chez le détenu l’illusion de vivre »51. Et si aujourd’hui, il apparaît que l’on enferme moins mais pour plus longtemps, nous ajouterons encore que plus les peines sont longues, plus les gens sont brisés par ce système pénitentiaire et incapables de reprendre pied dans la vie, par suite d’avoir été trop durablement exclus de ce temps social dans lequel ils n’ont, mutatis mutandis, jamais réussi leur insertion.

  • 52 Ibidem, p. 443.
  • 53 Ibidem, p. 458.
  • 54 Ibidem.

15« Il y a sans doute quelque contradiction à vouloir que la prison ne soit « rien d’autre » que la simple privation de liberté et d’attendre en même temps d’elle qu’elle soit autre chose que du châtiment. Mais c’est qu’il n’est pas concevable de faire ainsi fonctionner un système à vide dans une société si soucieuse par ailleurs de rentabilité. De toutes les institutions humaines, en effet, seule l’institution pénitentiaire ne produit aucun progrès, n’est pas même un rouage d’une fonction productive ou régulatrice quelconque. La Pénitentiaire moud du néant ; son moulin de pénitence engendre en tournant ce qui le fait tourner encore et encore : de la récidive »52. Le remède ? Pour autant que l’on tienne pour admise la pertinence de la prison, il « consisterait en un changement radical de perspective (ou de philosophie) : la journée carcérale considérée non plus comme du temps mort à gérer, mais comme une situation existentielle authentique. Ce renversement de perspective supposerait évidemment d’abolir la coupure d’avec la réalité que provoque l’enfermement. Considérer la journée carcérale comme une situation existentielle authentique, c’est remettre, malgré les circonstances, le temps du détenu en phase avec celui des hommes, le temps social »53. Et de rajouter : « Promouvoir la journée carcérale en situation existentielle authentique, c’est-à-dire ouvrir la prison à la réalité, étant admis qu’il n’est d’autre réalité que sociale, telle est la voie. Ce qui suppose, bien sûr, de croire en l’homme... »54. A la suite de Claude Lucas — mais ce n’est jamais là que le rappel d’une évidence régulièrement remise au goût du jour par ce que Michel Foucault nommait le ressassant discours de la criminologie — nous dirons encore ceci : à défaut d’une réforme en profondeur de ce système pénitentiaire, réforme qui appelle d’autres questions que celles auxquelles s’empressent de répondre les réflexes gestionnaires et technocrates d’une politique pénale massivement orientée vers le traitement sécuritaire des problèmes sociaux, l’humanisation affichée du système pénal actuel risque bien de n’être qu’un trompe-l’œil : à savoir, un pur effet d’annonce d’un système politique soucieux de (re)légitimer ses mécanismes d’exclusion en les colorant à l’air du temps.

Notes

1 Une première mouture de cette réflexion a déjà fait l’objet d’une publication, dans le cadre d’un article sur la surpopulation et l’inflation carcérales, écrit avec F. Brion et A. Rihoux (Ecole de criminologie de l’U.C.L.) et paru dans un dossier de la Revue Nouvelle consacré à la prison (L’ombre des prisons, avril 1999, p. 48-66).

2 La Ballade de la geôle de Reading, Paris, Ed. Allia, 1998, p. 49.

3 Le Séminaire, Livre V. Les formations de l’inconscient, Ed. du Seuil, p. 324.

4 Dialogue politique, Paris, Bayard éd., 1996, cité par Y. CARTUYVELS in Le dilemme des prisons, Revue Nouvelle, avril 1999, op. cit., p. 33.

5 Y. CARTUYVELS, ibidem.

6 Ibidem.

7 Jeunes adultes incarcérés et mesures judiciaires alternatives, Projet interuniversitaire de recherche UCL-FUSL-ULB, S.S.T.C., Programme de recherche scientifique en appui à la politique judiciaire, 1997-1998. Volet FUSL réalisé sous la direction de Y. CARTUYVELS et M. van de KERCHOVE, professeurs aux Facultés (publication à paraître en septembre 1999 dans la Revue de Droit Pénal et de Criminologie).

8 Surnom qui lui fut donné par la presse espagnole lors de son arrestation.

9 Cl. LUCAS, Suerte. L’exclusion volontaire, Coll. Terre Humaine, Ed. Plon, 1995. L’auteur, né en 1943, fut condamné une première fois à vingt ans, pour le meurtre d’un proxénète, à cinq ans de prison avec sursis. Appelé sous les drapeaux à sa sortie de prison, il déserte au bout de quelques mois. Arrêté à Marseille un an plus tard pour vol et port d’arme, il est transféré à la prison d’Ensisheim où il séjourne de 1965 à 1970. Dix ans plus tard, il est de nouveau arrêté à Lyon pour un hold-up chez un diamantaire et condamné à huit ans de réclusion criminelle au cours desquels il reprend ses études : baccalauréat, premier cycle de philosophie à l’Université de Lyon-III. Il est libéré en 1985. En fuite après un hold-up commis en 1987, il est arrêté en Espagne et extradé en France, en 1994. Outre Suerte, Claude Lucas a écrit plusieurs pièces de théâtre dont l’une, L’hypothèse de M. Baltimose, est éditée chez Aléas-Editeur, ainsi qu’un recueil de nouvelles, Chemin des fleurs.

10 Pour de plus amples développements quantitatifs, nous renvoyons le lecteur à l’article de la Revue Nouvelle précité.

11 P. TOURNIER, Les composantes de l’inflation carcérale, Paris, CESDIP, décembre 1997.

12 P. TOURNIER, Démographie carcérale en trois dimensions : le temps, l’espace et l’individu, in Déviance et société, vol. 22 (2), 1998, cité par F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 50.

13 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit.. p. 49.

14 H. TUBEX, S. SNACKEN, L’évolution des longues peines... Aperçu international et analyse des causes, in Déviance et société, vol. 19, juin 1995, no 2, p. 103.

15 H. TUBEX, S. SNACKEN, L’évolution des longues peines de prison : sélectivité et dualisation, in Cl. FAUGERON, A. CHAUVENET, Ph. COMBESSIE (sous la direction de), Approches de la prison, 1996, p. 223.

16 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 49.

17 A titre comparatif, quelques taux de détention : Royaume-Uni et Espagne : 90/100.000 ; Canada : 116/100.000 ; Etats-Unis : 519/100.000 (extrait de Panopticon, 1995, p. 463, cité dans S. DE CLERCK, Politique pénale et exécution des peines. Note d’orientation, Ministère de la Justice, juin 1996, p. 8.)

18 Les dispositions législatives relatives à la répression du vagabondage et de la mendicité ont été abrogées par une loi du 12 janvier 1993.

19 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 51.

20 Ibidem, p. 50.

21 Ibidem, p. 51.

22 Ibidem.

23 Ibidem, p. 53.

24 Ibidem.

25 H. TUBEX, S. SNACKEN, op. cit., p. 225.

26 K. BEYENS, S. SNACKEN, Tot de muren barsten ? Markante evoluties in de recente gevangenisbevolking (1975-1993), in Panopticon, 2, 1994, p. 179-201.

27 F. BRION, Chiffrer, déchiffrer. Incarcération des étrangers et construction sociale de la criminalité des immigrés en Belgique, in Rapport COST A2 Migrations, Communauté européenne, p. 167.

28 F. BRION, A. RIHOUX, F de CONINCK, op. cit., p. 65.

29 S. DE CLERCK, op. cit., p. 12.

30 Sur ces 32,03 % de détenus emprisonnés pour délits de drogue au 15 janvier 1996, on compte 778 prévenus (à savoir 28,31 % de la population des prévenus et assimilés) et 1.598 condamnés (à savoir 38,13 % de la population des condamnés) (S. DE CLERCK, op. cit., p. 11.)

31 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 60.

32 H. TUBEX, S. SNACKEN, op. cit., p. 223.

33 F. BRION, A. RIHOUX, F. de CONINCK, op. cit., p. 65.

34 Ibidem, p. 49.

35 Ibidem.

36 Voir notamment le travail effectué en ce sens par l’Observatoire International des Prisons.

37 Soulignons que cette violence produite en grande partie par l’institution est, de nos jours, de plus en plus canalisée, régulée, étouffée par l’institution elle-même, notamment à travers la camisole chimique — les médicaments psychotropes fournis avec largesse par l’administration — ou la camisole hypnotique — le tête-à-tête avec la télévision — violence qui se retourne donc contre ceux dont elle émane prétendument.

38 Puisqu’il nous faut croire qu’à l’extérieur de cette enceinte, elle garde tout son sens, dans la mesure où elle remplit parfaitement au moins une de ses fonctions, et non la moindre : « parquer ensemble des hommes dans un endroit dont ils ne peuvent sortir » (B. JACKSON et D. CHRISTIAN, Le Quartier de la mort, Coll. Terre Humaine, Ed. Plon, p. 46.)

39 Cl. LUCAS, op. cit., p. 449.

40 Cfr notamment Criminologie psychologique, cours dispensé dans le cadre de la licence en criminologie à l’U.C.L., 1993-1994.

41 Cl. LUCAS, op. cit., p. 22.

42 Ibidem, p. 455.

43 Ibidem, p. 457.

44 Ibidem.

45 Ibidem, p. 456.

46 Ibidem.

47 En moyenne, aux alentours de 20 fb / heure.

48 Cl. LUCAS, op. cit., p. 457.

49 Ibidem, p. 437.

50 Ibidem, p. 457.

51 Ibidem, p. 456.

52 Ibidem, p. 443.

53 Ibidem, p. 458.

54 Ibidem.

Auteur

Assistant de recherche au séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (1997-1998)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search