Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’accélération du temps juridique

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Court-terme, moyen-terme, long-terme : quel arbitrage démocratique de l’avenir ?

Jean Chesneaux

Texte intégral

1De temps immémorial, les sociétés humaines ont été et sont restées aussi profondément préoccupées de leur futur que de leur passé. Elles ont cherché sinon à connaître concrètement ce futur dans son déroulement effectif, du moins à l’orienter, à le dessiner, notamment pour se prémunir contre ses surprises et ses bouleversements. Ce souci de l’avenir est plus vif que jamais dans nos sociétés contemporaines, qui possèdent à la fois des moyens techniques d’inventaire (pas seulement des ordinateurs) et des instruments conceptuels d’analyse bien plus « fins » que leurs devancières. « Nous avons à construire le futur », comme nous y a invités François Ost dans son introduction, et nous y sommes encouragés par le riche outillage terminologique dont nous disposons pour penser ce futur : anticipation, prévision, prospective, préservation (des ressources), programmes pluriannuels, planification, projet, précaution, projectivité. Bref, tout ce qui concerne la futurition, terme qu’affectionnait Chateaubriand encore que déjà vieilli à son époque, et qui affirme cette volonté de prendre en compte le futur dans la diversité de ses possibilités ouvertes. Uns futurition qui est donc l’antithèse même de la « futurologie », cette approche rigidement quantifiée de l’avenir.

2Des trois repères du temps que sont le passé, le présent et l’avenir, des trois « ek-stases » du temps (terme plus philosophique), c’est le troisième qui détient la primauté, car il « tire » à lui le mouvement même du flux temporel.

  • 1 E. MINKOWSKI, Le temps vécu, Paris, 1933, réédit, Paris, P.U.F., 1995.

3Le grand psychologue Eugène Minkowski, dont le livre Le temps vécu est paru il y a déjà plus de soixante ans, au moment de l’arrivée au pouvoir d’Hitler — époque dure, époque d’angoisse —, a proposé une réflexion sur le temps qui va bien au-delà des laboratoires de psychologie où il travaillait. « Le futur, dit-il, c’est le plus stable des points cardinaux du temps, c’est un horizon fait d’étendue, de puissance, de grandeur, et pas seulement une ligne qui s’allongerait devant nous — le temps n’est pas linéaire... le futur, dit encore Minkowski, est la figure par excellence du temps politique, celle où s’inscrit notre capacité d’anticipation »1

4Pourtant, bien souvent, notre approche du futur, loin de s’ouvrir à la puissance de cet horizon, s’enferme dans une démarche binaire, et plutôt simpliste : l’opposition entre le court-terme et le long-terme, envisagés l’un comme l’immédiat et l’autre comme l’à-venir proprement dit. Ainsi, la question des retraites que toucheront les travailleurs après leur cessation d’activité est généralement abordée à partir de deux préoccupations en apparence incompatibles, l’une à court terme, l’autre à long terme. D’une part, avancer l’âge du départ en retraite pour libérer des postes de travail et ainsi réduire dans l’immédiat le chômage. Mais ce faisant, accélérer et amplifier le déséquilibre prévisible entre les « actifs » et les « retraités », déjà sensible du fait de l’allongement de la vie humaine ; donc obérer lourdement l’avenir. Face à cette contradiction, il est tentant de renoncer à l’idée même de solidarité entre le travailleur et le corps social, pour renvoyer chacun à sa capacité de « capitalisation » individuelle de sa future retraite. L’opposition entre l’immédiat et l’avenir se révèle bien pauvre, elle nous enferme dans une impasse, elle cache la complexité des problèmes.

5En fait, l’horizon de l’avenir, quand on l’examine plus attentivement, révèle quatre échelles successives de temporalité, quatre niveaux de futurition. Premièrement, le court-terme au sens propre du mot, le futur immédiat qui semble à portée de notre main puisqu’il ne concerne que quelques mois, quelques années au plus. En second lieu, le moyen-terme, relais essentiel, il faut y insister d’emblée, soit une, deux générations. Ce moyen-terme constitue un niveau qualitatif, il ne se réduit pas à une succession quantitative de repères gradués, le long de la chaîne des millésimes ; il offre une relation à l’avenir qui est d’un autre type, puisqu’elle se déploie à l’échelle de notre expérience vécue, de notre parcours de vie, soit les quarante, soixante ans qui s’écoulent entre enfance et vieillesse. Le moyen-terme détient ainsi une force opératoire sui generis, il définit par là même l’horizon temporel concret de notre responsabilité personnelle active. Le long-terme, en troisième lieu, se dessine à une échelle toute différente, celle des siècles, il échappe à ce titre à l’expérience humaine directe et représente une autre qualité d’avenir. Notamment, sa nature propre interdit toute tentative de formulation chronologique datée avec précision.

  • 2 Comprimant à l’extrême cette temporalité biologique naturelle, les « manipulations génétiques » son (...)

6Il faut encore considérer le très long-terme, les millénaires, les dizaines de millénaires sinon davantage. Ce très-long-terme correspond aux temps de la biologie, à l’évolution naturelle très lente des espèces vivantes2, sinon aux temps de la géologie. Ces temps-là dépassent complètement notre perception de l’historicité, ils échappent à notre expérience générique, à nos capacités de représentation mentale ; rappelons que notre genre humain n’occupe qu’une « niche temporelle » relativement réduite dans le lent continuum de la temporalité biologique et géologique — et a fortiori astrophysique... Et pourtant, ces temporalités méta-humaines n’ont pas qu’un intérêt spéculatif, elles ne concernent pas seulement le champ théorique de l’intelligibilité scientifique, mais celui, bien plus concret, de l’agir technologique.

  • 3 Boutade dont nous sommes redevables à F. Partant, un « économiste radical » des années 70, trop tôt (...)

7Les problèmes de l’énergie, si aigus à notre époque, sont un bon exemple d’interférence entre la conscience temporelle des humains et les échelles méta-humaines du temps, celle des combustibles « fossiles », celles des déchets nucléaires. Des minéraux comme le pétrole et le charbon ont mis des millions d’années à s’accumuler en stockant du carbone. Issus de cette temporalité macro-géologique, ils partent pourtant en fumée dans l’instant, même s’ils sont non renouvelables ; ces entités du très long-terme sont comme laminées par l’immédiat de la techno-consommation. La distance est non moins béante du côté des déchets nucléaires, cette fois en direction de l’avenir ; ces résidus périlleusement incontrôlés sont inscrits dans un futur très lointain, quasi géologique, ils sont pourtant issus de pratiques politiques de l’immédiat. Le « choc pétrolier » de 1974, soit le très court-terme, avait suscité une sorte de panique énergétique qui vit la France se précipiter dans le tout-nucléaire. Quant aux millions d’années que les déchets auraient à affronter, on verrait bien ; on en revenait au traditionnel « après nous le déluge », mais avec une note optimiste : grâce aux technologies nouvelles, nos enfants sauraient bien construire l’arche3 !...

8Remarque de méthode sur laquelle il faut insister, les quatre niveaux qu’on vient de distinguer représentent des instances qualitatives, et non des repères quantifiés le long d’un continuum séquentiel. Ces quatre paliers diffèrent dans la relation spécifique que chacun d’entre eux entretient avec l’expérience humaine et la pratique sociale.

  • 4 J.T. FRASER, Time, the familiar stranger, Amherst, University of Massachussets Press, 1986.

9Au passage, indiquons que le très-long-terme, auquel nous ne sommes pas indifférents, n’est quand même évoqué ici que pour souligner la complexité de notre avenir, si éloigné soit-il ; il contribue à mieux dessiner un horizon humain d’exigence et de responsabilité, ainsi avec les déchets nucléaires. Nous allons surtout nous attacher à l’interaction entre court-terme, moyen-terme et long-terme. Mais une interrogation préalable surgit à partir de la particularité très originale de la temporalité humaine qu’est son caractère bidirectionnel. L’esprit humain, ou plutôt le temps humain filtré par notre esprit (ce que le philosophe américain du temps Fraser appelle la « noo-temporalité »4, la temporalité telle qu’elle se construit dans notre esprit), est capable de considérer conjointement le passé et l’avenir, l’amont et l’aval du flux temporel. Du fait de cette nature bidirectionnelle du temps humain, les trois niveaux de temporalité considérés ici intervenant à la fois (et d’ailleurs aussi le quatrième, le très lointain) vers l’aval et vers l’amont ; ils concernent également le passé, même si c’est à propos de l’avenir qu’on y a habituellement recours.

10Le court-terme du passé, c’est la mémoire la plus récente, la rémanence d’une sorte de « présent élargi », encore tout frais dans notre esprit. Le moyen-terme, on l’a vu, c’est l’expérience vécue et transmise par les générations plus âgées. Et le long-terme n’intervient dans notre champ mental que sous la forme du passé historisé, filtré par le savoir historique tel qu’il se déploie au fil des siècles et des millénaires. Il existe même un très-long-terme du passé, dont les poètes et les psychanalystes connaissent le poids ; il survit avec notre émotion devant la lueur des étoiles qui brillent dans la nuit alors qu’elles sont peut-être déjà éteintes, devant le feu de bois dont ne peut détourner son regard, même le plus performant de nos technocrates ou de nos informaticiens. Car ces étoiles, ce feu, nous ramènent à un passé disons proto-hominien, aux périls de la nuit dont le feu protégeait, aux orientations dont les étoiles indiquaient le sens. Cette temporalité atavique, « générique » reste inscrite au tréfonds de notre conscience et de notre sensibilité.

  • 5 R. KOSELLECK, Le futur passé (traduit de l’allemand), Paris, EHESS, 1990.
  • 6 Toute l’œuvre de M. Heidegger, et notamment son Sein und Zeit, affirme la fonction éminente du temp (...)

11Nous serions ainsi conduits à nous interroger sur l’éventuelle correspondance, l’éventuelle interaction entre les paliers successifs qui s’échelonnent en direction du futur, et les paliers du passé — lesquels se succèdent dans l’ordre inverse. Interrogation que nous pouvons placer sous le patronage de ce grand esprit d’outre-Rhin qu’est R. Koselleck ; il a insisté de façon très hardie, de la part d’un historien professionnel, sur l’interdépendance de ce qu’il appelle le champ d’expérience (Erfahrungsraum) et l’horizon d’attente (Erwartungshorizont)5. Est-il légitime de transposer, de décomposer plutôt l’interdépendance — disons l’unité heideggérienne6 — entre passé d’expérience et avenir d’attente ? Donc de rechercher si cette interdépendance globale se retrouve également entre chaque palier particulier du passé et chaque palier particulier du futur ? La réponse est évidemment affirmative au niveau du court-terme, tant le passé immédiat et le futur immédiat dialoguent en permanence. Une crise politique qui vient de s’ouvrir et dont on suppute l’issue s’inscrit à la fois dans la proximité de l’hier et du demain, à travers les aléas du présent. Un accident industriel tout récent suscite des débats « au présent » ; et les mesures d’urgence qu’il appelle se situent dans l’avenir immédiat.

  • 7 Terme forgé en hommage à H. Jonas et à son Principe Responsabilité (Paris, Le Cerf, 1990).

12Mais le même dialogue, la même situation d’interactivité interviennent-ils entre le moyen-terme de l’aval et celui de l’amont ? Je le pense, sans pouvoir ici développer ce point. Si nous sommes fort sensibles aux crises qui se dessinent à l’horizon 2040-2050, à la hausse prévisible du niveau des océans du fait de l’effet de serre, au basculement du rapport entre actifs et retraités, à la raréfaction de l’eau, n’est-ce pas qu’à la même échelle temporelle du moyen-terme, encore qu’en direction opposée, notre expérience reste vive d’une crise d’ampleur majeure elle aussi, bien qu’affectant un champ social différent : la seconde guerre mondiale, avec son déchaînement technologique inhumain, ses immenses migrations militaires, son holocauste ? Et, à scruter des horizons temporels plus lointains, les immenses progrès récents de l’archéologie, au Mexique comme en Chine ou au Moyen-Orient, ne nous rendent-ils pas plus perceptibles les enjeux que, à la même échelle des millénaires, nous posent nos responsabilités « jonassiennes7 » vis-à-vis de l’avenir ? Nous ne pouvons ici qu’effleurer, malgré sa force philosophique, la question du dialogue entre le long-terme de l’aval et celui de l’amont.

13Le fait que l’avenir occupe une position tout à fait originale dans le champ de la temporalité, car il n’existe que virtuellement et comme en pointillé, en tant que non-encore-advenu, alors que le passé est acquis, construit, instruit, bref « passé », ne nous rend que plus manifestes ces situations de symétrie, d’homothétie plus précisément, entre les paliers successifs que, niveau par niveau, présentent entre elles la succession des futurs et celle des passés.

  • 8 Le Kossovo n’avait pas été évoqué dans l’intervention présentée à Bruxelles en novembre 1998. Mais (...)

14Ce n’est pas le lieu ici de pousser plus loin cette interrogation sur le « jeu des miroirs » entre chacun des niveaux amont et aval du champ temporel. On pourrait pourtant se demander si le rôle éminent du moyen-terme — rôle sur lequel nous allons insister — n’est pas aussi net en direction du passé qu’en direction de l’avenir. De même que le temps moyen du futur (une, deux générations, avons-nous dit) est le domaine privilégié où peut le mieux s’exercer notre responsabilité politique active, sans ni s’enfermer dans l’urgence étroite ni se perdre dans l’imprécision du lointain, de même, semble-t-il, le temps moyen du passé est celui dont l’apport à notre expérience politique et à notre capacité politique est le plus riche. Le cas du Kosovo, tel qu’il s’est brutalement imposé à la conscience européenne en 19998, confirme cette approche. C’est le temps moyen du passé — soit la phase du titisme — qui éclaire le mieux cette scène politique pourtant bien confuse ; c’est le temps moyen du futur, à savoir la prise en charge par l’Europe d’une « reconstruction » qui demandera des dizaines d’années, qui y définit le mieux les échéances de l’à-venir.

  • 9 Ces termes ont été suggérés par le linguiste E. Benvéniste pour caractériser le présent comme « tem (...)

15Derrière ces questions ici à peine évoquées, se profilent deux caractères complémentaires du flux temporel : la disparité entre passé et avenir, et d’autre part, leur unité à travers le présent comme moment « axial et générateur »9. Si nous pouvons mettre en regard le moyen-terme de l’aval et celui de l’amont, c’est que nous pensons « au présent » ; c’est que nous parcourons à partir des enjeux du présent le champ bidirectionnel de la temporalité. Le présent, c’est-à-dire le nœud vital, si étroit soit-il, par lequel passe notre perception du flux temporel. Nous sommes ainsi renvoyés à la figure si modeste techniquement, si forte philosophiquement, que nous offre le sablier, banal ustensile pourtant symbolique à la fois de l’unité foncière des moments du temps, et de la disparité entre passé et futur — disparité issue elle-même de l’irréversibilité du temps. L’écoulement du sable vers le bas, du futur vers le passé, s’effectue à travers le « point de passage obligé » qu’est l’étroit goulot du présent. La triade temporelle majeure que constituent passé, présent et avenir prend forme et vie à travers cet artefact ingénieux.

16Mais c’est en direction de l’avenir qu’il nous faut examiner de plus près la relation entre court-terme, moyen-terme et long-terme, comme composante interactive d’une temporalité démocratique.

17Des exemples concrets peuvent aider à cette réflexion. Ainsi, celui de la pêche dite hauturière (en haute mer), dont les difficultés économiques — y compris du fait de la concurrence « sauvage » des flottes opérant sous pavillon de complaisance — provoquent une crise sociale grave chez les marins français ou espagnols. D’où la tentation de pêcher le « tout venant » sur un mode laxiste, sans respecter les normes, quotas et calibres qu’exigerait la reproduction des populations de poisson. Les priorités sociales immédiates, soit la survie de cette profession, entrent en conflit avec des objectifs — sociaux eux aussi, autant qu’environnementaux — de préservation des ressources dans un long-terme d’ailleurs pas si éloigné ; on sait que les risques d’épuisement total sont réels. Et c’est dans le moyen-terme, celui des années à venir, qu’on va négocier, marchander, tenter de définir des règles capables de satisfaire tant bien que mal à ces exigences pourtant contradictoires. Ces négociations et renégociations entre l’immédiat et l’à-venir sont politiques.

18Second exemple, le cas des nappes phréatiques qui sont massivement polluées par les engrais chimiques et autres « intrants », déversés en surabondance par l’agriculture productiviste d’Europe occidentale dans sa recherche acharnée de profits à très court terme, depuis les années 60. Ces nappes ne se sont pourtant dégradées que très progressivement, dans le moyen-terme ; elles ont fait preuve d’une remarquable résistance à l’agression, disons d’une patience exemplaire, à l’échelle d’une génération au moins. Mais aujourd’hui le mal est fait ; c’est seulement dans le long-terme que — à condition qu’on réduise sévèrement ces déversements irresponsables — on peut envisager que la capacité d’auto-épuration naturelle des couches géologiques du sous-sol reprenne le dessus. Ici, on touche au problème de l’irréversibilité des dégâts « anthropiques » (créés par l’activité humaine) infligés au sous-sol, ou plutôt à la nécessité de revenir à des rythmes temporels beaucoup plus lents, pour que ces dégâts deviennent réversibles. Des effets délétères, dont est responsable un volontarisme économique à très court-terme, ne sont devenus sensibles que sur un mode différé, inscrits dans le moyen-terme ; ils ne sont réparables que dans le long-terme. Dans cet exemple, le moyen-terme intervient bien comme instance temporelle spécifique, celle où se développent des processus écologiques de pollution, face auxquels les hommes sont impuissants. C’est pourtant dans l’immédiat qu’il faut arrêter ces processus délétères, sous peine de retarder encore la mise en œuvre de la capacité d’auto-récupération des nappes souterraines, très lente de toute façon.

19Avec l’exemple des forêts, la conjonction est une nouvelle fois manifeste entre des appétits immédiats, ceux des grosses firmes d’abattage forestier, et l’étroitesse du champ temporel où sévissent les effets de cet abattage. Des arbres inscrits dans un cycle végétal pluri-séculaire sont happés par des technologies prédatrices lourdes, en quelques heures, parfois quelques minutes. Les firmes d’abattage, qu’elles soient originaires de pays forestiers froids comme le Canada ou la Finlande, ou de pays « émergents » comme la Malaisie, se déchaînent surtout dans la zone intertropicale humide, que certains climatologues définissent comme le « poumon de la terre » : zone pré-himalayenne, Brésil, Afrique centrale, Indonésie, Mélanésie dont, dans un avenir prévisible à moyen terme, le patrimoine forestier risque de disparaître totalement. En effet, ces appétits financiers foresticides entrent en « dyschronie » avec les rythmes naturels très lents du long terme, ceux du renouvellement spontané des forêts humides. C’est le moyen-terme, en tant que champ de l’agir social et politique, qui seul peut permettre — certes à condition que s’instaure un contrôle volontariste des pouvoirs publics sur les forces économiques — de définir des rythmes d’abattage compatibles à la fois avec la nécessité de préserver les capacités de renouvellement du patrimoine forestier, et avec les intérêts économiques des pays forestiers — en général « pays pauvres », pays du « Sud ». Le terme de « développement durable », quelles qu’en soient les ambiguïtés, définit bien ces exigences contradictoires et la nécessité de les maîtriser.

20Quant à l’effet de serre, et au « mitage » de la couche protectrice d’ozone, ils représentent le même choc frontal entre des priorités techniques et financières à court-terme, et des effets à long-terme déjà prévisibles, déjà identifiables. D’un côté, on laisse le champ libre à la prolifération des voitures individuelles, à la grosse pollution industrielle primaire, à la dépendance de masse par rapport aux frigidaires et aux climatiseurs ; d’un autre côté, se dessine la dégradation anthropique de la haute atmosphère avec ses effets en chaîne, perturbations climatiques, dérèglement des saisons, et surtout hausse du niveau des océans, plus aisément repérable en termes quantifiés. Dans le fracas du conflit qui oppose ces priorités immédiates et ces périls à venir, c’est au niveau du moyen-terme qu’il faut négocier au plus juste. Négocier en termes techniques et juridiques, autour de normes et de quotas, négocier diplomatiquement dans le cadre des récentes conférences de Londres, de Montréal, de Kyoto, qui ont défini des « paliers » pour la réduction des gaz à effet de serre. Des compromis laborieux s’inscrivent ainsi dans la temporalité échelonnée, différée du moyen-terme. Les grands intérêts financiers, et avec eux les appareils étatiques, cherchent à retarder les échéances, alors que les conséquences désastreuses infligées aux écosystèmes humains exigeraient d’agir radicalement et sans délai. Ici, le moyen-terme est celui de mesures politiques « étalées », alors que leur urgence est manifeste. Et le long-terme de l’effet de serre ne peut-il pas faire basculer la planète dans l’imprévisible sinon l’inimaginable ?

21Avec les exemples de la pêche, des nappes phréatiques, des forêts, de la haute atmosphère, le difficile arbitrage politique du moyen-terme entre les exigences de l’immédiat et les inquiétudes de l’avenir concerne des dyschronies opposant la temporalité lente de la nature et la temporalité accélérée sinon frénétique de l’agir humain. D’autres dyschronies, parfois plus confuses, mettent cet agir humain en conflit avec lui-même ; elles opposent plus précisément la mise en œuvre immédiate et souvent triomphaliste de projets socio-politiques, et leurs effets moins heureux à distance. C’est le cas de l’urbanisation et de la crise urbaine en France sous la Vème République.

  • 10 P. Virilio, avec la force prophétique qu’on lui connaît, a beaucoup insisté sur la malédiction des (...)

22Sous l’auguste patronage du Général de Gaulle, ce régime avait, dans les années 60, conduit une politique systématique sinon forcenée d’urbanisation par grandes masses dans laquelle la puissance publique pesait de tout son poids, à la fois administratif et financier. On ne considérait que des objectifs à court-terme. On entendait rentabiliser au plus offrant l’espace périurbain, ouvrir de nouveaux champs de profit privé, instaurer un vaste marché de promotion immobilière, d’équipement urbain lourd, et aussi d’aménagement domestique des logements « modernes », absorber également le surplus de population ex-rurale libérée par l’entrée dans le productivisme agricole. Mais, à l’échelle d’une génération à peine, c’est-à-dire à l’horizon du moyen-terme, se sont précisés les effet différés de cette urbanisation volontariste : « mal des banlieues », dégradation de l’habitat et de son environnement immédiat ; délinquance de masse, vandalisme sauvage, désarroi de la jeunesse désœuvrée. Car la crise économique avait fait soudain irruption dans les années 80 ; elle avait bousculé des programmes urbains technocratiques qui étaient « hors-temps » autant que « hors-sol ». C’est donc au niveau de ce même moyen-terme qu’on a cherché des palliatifs, sinon des solutions : mesures de réhabilitation de l’habitat, implantation de services sociaux, dialogue, soutien économique aux banlieues défavorisées. Mais le vrai problème n’est-il pas un enjeu de long-terme : est-ce que la macro-urbanisation de l’ensemble des sociétés humaines est une fatalité historique irréversible ? L’humanité a su « démonter » les empires de l’Antiquité, les grands domaines féodaux, les structures étatiques intercontinentales du colonialisme, sinon les hyper-usines à la Metropolis. Saura-t-elle à leur tour démonter les mégalopoles ? En général, tout au long de l’histoire humaine, le « trop grand » s’est défait. Mais peut-être doit-on envisager que les hypercités qui prennent de plus en plus le dessus, en Amérique latine et en Asie surtout, en Afrique, plus encore qu’en Europe ou en Amérique du Nord, ne se déferont jamais ! C’est là un problème majeur du long-terme au plein sens du mot ; il se dessine déjà, bien au-delà de l’horizon du XXIe siècle10.

  • 11 Le terme d’intertemporalité, dans son acception précise, appartient au champ du droit international (...)

23Dans la diversité apparente de leurs modalités techniques et de leur champ d’implication, tous ces exemples semblent concorder pour souligner les relations à la fois contradictoires et solidaires qui, sous le signe de l’intertemporalité11, permettent d’articuler le court-terme, le moyen-terme et le long-terme. Cette articulation, notamment, se trouve au cœur du débat sur le développement durable, vaste sujet qu’on ne fait qu’effleurer ici.

24Notons aussi, sans pouvoir s’attarder non plus sur cet aspect théorique essentiel, qu’entre temps court, temps moyen et temps long, intervient une relation ternaire. Les interactions réciproques qui s’instaurent entre ces trois termes définissent un champ d’intertemporalité qui est donc riche, pluriel, polyvalent, et qui, de ce fait, tranche avec la pauvreté rigide du « binaire » — ici l’opposition classique entre l’avenir de proximité et l’à-venir lointain. Mais, depuis Descartes, Leibniz, Hegel et tant d’autres avec eux, l’Occident n’a-t-il pas cédé à la fascination du binaire, longtemps avant que les ordinateurs ne consacrent le triomphe de celui-ci ? Ce faisant, n’avons-nous pas régressé entre le « duel » (deux éléments) et le pluriel proprement dit ? La querelle du deux et du trois ne concerne pas que le futur...

  • 12 G. HOTTOIS, Qu’en sera-t-il de l’homme dans un million d’années ? ; in Revue de l’Université Libre (...)
  • 13 Cette prophétie fut reprise par Marx et Staline aimait à la citer. Etranges retrouvailles, du futur (...)

25C’est donc une réflexion sur le temps court, le temps moyen, le temps long (sans négliger non plus l’horizon temporel méta-humain du très-long-terme), en tant que paliers autonomes du champ temporel, qui est proposée ici. Cette démarche qualitative entend rompre délibérément avec la vision continualiste et purement quantifiée de la temporalité techno. Les scénarios fictifs et les simulations numérisées de la prospective futurologique procèdent d’une conception du devenir temporel comme continuum gradué, le long duquel il suffirait de déplacer judicieusement le curseur à partir de ses divers paramètres quantifiés. Mais cette vision continualiste ne mène qu’à des impasses dont, certes à des degrés tout différents de charge tragique, les mésaventures financière du Tunnel sous la Manche et l’éternelle course au « rééchelonnement » de la dette des pays du Sud sont des exemples très médiatisés, G. Hottois nous a naguère mis en garde12 contre cette temporalité techno, contre son « futur absolu de manipulabilité technico-scientifique totale », contre un flux temporel préempté, « saisi » tel un matériau informatique inerte. A la bien considérer, cette temporalité techno ne se situe-t-elle pas dans le droit fil de la prédiction formulée il y a bientôt deux siècles par le comte de Saint-Simon : « passer du gouvernement des hommes à l’administration des choses »13 !

  • 14 W. BENJAMIN, Thèse sur la philosophie de l’histoire, Paris, Les Lettres nouvelles, 1961.

26Mais les hommes ne se laissent pas gouverner selon les procédures mécaniques et réifiées qu’il suffit de mettre en œuvre pour administrer les choses. Si ingénieux que soit l’agencement de leurs paramètres, les scénarios prévisionnels quantifiés peuvent se trouver bousculés sinon ridiculisés par le surgissement de l’imprévu, par les aléas et les secousses que propose la temporalité « benjaminienne », en rupture directe avec les conceptions linéaires et néopositivistes du mouvement du temps. Le fracas du court-terme fait irruption dans les programmes à moyen terme et à long terme. « L’image familière du cours du fleuve, dit Benjamin, doit s’effacer devant celle du tourbillon »14. Exemple classique, les programmes militaires pluriannuels à moyen terme que les états-majors de Washington et de Moscou avaient si méticuleusement élaborés à l’époque de la guerre froide se sont brusquement trouvés disqualifiés, disons néantisés le 9 novembre 1989, avec la chute du Mur de Berlin. L’événement soudain, loin de n’être qu’une « écume » du devenir temporel comme le voulait la rhétorique braudélienne, a radicalement modifié le mouvement profond de l’histoire. Bien plus modeste en apparence, le geste négligent d’un employé subalterne du Musée océanographique de Monaco, vidangeant dans les eaux de la Méditerranée un bac à détritus dans les années 90, pouvait passer pour un incident minime dans la vie quotidienne la plus banale ; mais les débris de l’algue cauterpa taxifolia ainsi libérés ont proliféré à une vitesse incroyable, et cette algue prédatrice risque d’étouffer progressivement en haute mer toute autre vie végétale et toute vie animale. En une seule minute, la voie s’était ouverte pour des processus devant lesquels l’homme est démuni, et dont les effets à long terme représentent une immense catastrophe potentielle.

27En termes plus généraux, et si incontournable que soit l’unité de principe entre la temporalité-amont et la temporalité-aval, on est ainsi conduit à souligner à nouveau l’incertitude propre aux paliers successifs du futur. Sur ce versant-là du temps, c’est en pointillé que se dessine le mouvement du devenir. Le calendrier, système de repérage du flux temporel qui remonte aux plus anciens appareils étatiques de l’histoire humaine, est un bon symbole de cette unité pourtant foncièrement dissymétrique entre passé et avenir ; il en est l’expression pratique et opératoire. Le même système de computs, les mêmes repères gradués permettent de « dater » le temps dans son déplacement bidirectionnel, indifféremment en amont et en aval ; on saisit aussi facilement la signification du 8 août 1945 (Hiroshima) et celle du 8 août 2015... Mais cette date « à venir », et toutes ses semblables, ne sont que des points d’interrogation en dépit de leur apparente précision, et comme des coquilles encore vides dont le contenu ne deviendra effectif qu’au fil de l’agir humain.

28« Rien n’est jamais acquis »... et le principe de précaution devient une référence familière à tous ; les citoyens s’en saisissent, les firmes industrielles s’en irritent, les pouvoirs publics apprennent à le faire respecter par des mesures appropriées de contrôle anticipé. Le moyen-terme, tel qu’il a été défini plus haut, est le champ privilégié d’application du principe de précaution ; sans s’aventurer dans le long-terme, on sait qu’il faut regarder au-delà de l’immédiat, en accédant à une échelle de temps où les processus et les effets restent encore identifiables et permettent de définir les risques.

29Ainsi est-on ramené une nouvelle fois à l’originalité propre du moyen-terme, comme niveau autonome de futurition. Ce moyen-terme intervient « à l’échelle humaine » — celle d’une ou deux générations — en tant que champ temporel spécifique où peuvent se superposer, peuvent dialoguer plutôt, l’expérience directe et la prévision figurable. Le moyen-terme, comme l’ont montré précédemment les exemples de la pêche qui épuise la mer, de la forêt qui n’arrive plus à se renouveler, de la cité en crise, est bien le palier temporel de l’effectuation politique, l’horizon temporel sur lequel débouche l’agir social et politique.

30Ce moyen-terme est tout sauf une sorte de no man’s land temporel voué seulement à des compromis laborieux et ambigus entre l’immédiat et le futur lointain, même si le risque existe — ainsi, à propos des gaz dits « à effet de serre ». Il n’est pas une simple zone de marchandage entre temps court et temps long. Il s’affirme sur un mode positif, il est l’horizon temporel à l’échelle duquel peuvent le mieux se mettre en œuvre le débat démocratique et la responsabilité démocratique. Et ceci, du fait de sa position doublement privilégiée sur la courbe du temps.

  • 15 En sens inverse, c’est sans doute dans le temps moyen qu’est la plus manifeste la défaillance majeu (...)
  • 16 Formule lapidaire qu’il faut commenter plutôt que d’en proposer une traduction directe : la converg (...)

31Comme les autres échelons de la temporalité, le moyen-terme participe à la relation bidirectionnelle de l’avant et de l’après. C’est même lui — l’exemple du Kosovo l’a montré — qui présente les meilleures conditions pour que s’instaure un fécond dialogue entre l’expérience et l’attente, que s’affirme l’unité solidaire de l’Erfahrungsraum et de l’Erwartungshorizont15. Dans sa relation interne et ternaire avec ses deux « compagnons », court-terme et long-terme, il est par ailleurs la seule instance capable de s’articuler à la fois avec l’immédiat qui le stimule, le « lance » vers l’avenir, et avec le futur lointain dont il dessine déjà les grandes tendances. Entre la posture privilégiée du moyen-terme, la proximité du court-terme, l’horizon plus lointain du long-terme, comment définir un opérateur commun, une instance fédératrice d’arbitrage ? Quelle « concordance des temps » instaurer, selon la belle formule de F. Ost où je perçois comme un écho de l’antique maxime des stoïciens, omnium temporum in unum collatio16 ?

32Il faut sans doute chercher la réponse du côté de la responsabilité politique de la société vis-à-vis de son avenir. Tels sont les enjeux, telle est la grandeur de la démocratie. C’est le régime le mieux placé pour négocier un équilibre, encore que toujours précaire, entre les paliers successifs de l’horizon temporel, autant qu’entre les couches sociales, les courants d’idées, les groupes d’intérêt. La démocratie est un opérateur général d’intertemporalité. Elle affronte conjointement les exigences du court-terme, y compris dans les chocs directs et immédiats qu’il peut infliger à notre conscience sociale ; les inquiétudes d’un long-terme souvent chargé de nuages, et dont notre connaissance des orages du passé vient aiguiser nos interrogations quant à l’avenir ; les agencements prévisionnels du moyen-terme, nécessairement complexes et dans lesquels s’exprime au premier chef le sens du politique, c’est-à-dire du possible. Pour définir l’articulation toujours renégociée entre ces divers paliers de la futurition, la démocratie dispose de trois modes d’intervention politique, dont l’interaction concourt au bien commun dans l’équilibre — lui aussi renégocié en permanence — entre le public, le technique et le social.

33En premier lieu, les institutions représentatives auxquelles le peuple souverain a confié la puissance publique ; elles agissent dans un temps public, notion bien moins familière que « l’espace public » et pourtant tout aussi essentielle à l’exercice de la démocratie. En second lieu, les instances d’expertise, de savoir technique, d’études « fines » dont les responsables politiques ne peuvent assumer à eux seuls la complexité, mais dont ils doivent dûment contrôler la composition et les propositions ; il devient ainsi possible de maîtriser la temporalité technique où, inévitablement, s’inscrivent ces programmes et propositions. Enfin, le « corps social » lui-même, terme du XVIIIème siècle qui garde toute sa force à notre époque où les procédures machiniques et les images virtuelles semblent passer aux postes de commande. Ce terme nous rappelle une des propriétés majeures des corps vivants : bouger, remuer, prendre des coups, réagir, avancer, faire. Ce corps social opère lui aussi selon une temporalité propre, à savoir la dynamique discontinue d’un temps social qu’on pourrait qualifier de benjaminien, à travers les mouvements d’opinion soudains, les explosions, les débats publics, tantôt confidentiels, tantôt fougueux, les projets tantôt très technicistes et tantôt très utopiques. Il faut insister un peu sur cette fonction projective qui est au cœur de la capacité de futurition de la démocratie, en refusant de n’y voir qu’un « habillage » comme le suggère M. Laïdi. La force des projets réside, en fait, dans leur aptitude à conjuguer le court-terme, la prise en compte des données immédiates ; le long-terme également, la conscience des exigences de l’avenir éloigné ; et entre les deux, le moyen-terme comme champ de « faisabilité ». Deux exemples suffisent ici, celui du retour des tramways dans les villes françaises moyennes et celui du droit primordial de l’humanité entière à disposer d’eau potable.

34Il y a trente ans, le retour des « trams » pouvait passer pour un doux rêve passéiste — encore qu’à Milan, Prague ou Vienne, ces véhicules d’antan avaient très bien su s’adapter aux exigences nouvelles de la modernité urbaine ; de fait, on connaît le succès récent des réseaux de tramways à Nantes, Grenoble ou Strasbourg. Bien loin en apparence de ces équipements techniques de proximité, l’urgence de libérer des maladies « hydriques » (= liées à la mauvaise qualité de l’eau) les centaines de millions d’êtres humains qui en souffrent est un projet qui concerne la planète entière, le genre humain. Poser le problème semble se laisser entraîner jusqu’aux horizons confus de la pure utopie. Mais ne s’agit-il pas là d’un des tests les plus rigoureux, en vue de définir pour la planète les axes d’une « bonne gouvernance » ? Car ce projet, au sens fort du terme, d’une eau potable pour tous est parfaitement réalisable, dans l’état actuel de notre savoir-faire technique. Simplement, c’est une exigence à laquelle sont incapables de répondre les « Marchés » invisibles et tout-puissants, qu’on présente volontiers comme les Grands Administrateurs des affaires humaines. Le projet d’un accès généralisé de l’ensemble de l’humanité à une eau saine implique la primauté du « développement humain » sur les logiques financières ; il invite la technique à changer de camp...

35Telle est la riche diversité — inscrite elle-même dans des temporalités non moins diverses — des moyens d’action de la démocratie quand elle est confrontée aux interrogations de l’avenir. Pour arbitrer entre les urgences de l’immédiat, les soucis du long-terme et le champ opératoire du moyen-terme, la démocratie doit pouvoir compter sur le concours à la fois de la puissance publique, des instances d’expertise, du corps social dans sa dynamique vivante.

36L’humanité a fait bien du chemin, depuis que Joseph l’intendant du Pharaon pouvait, à lui seul et aidé de sa seule puissance prémonitoire, décider de prendre appui sur le court-terme des sept vaches grasses, pour faire face aux sept vaches maigres et à leur perspective de pénurie à moyen-terme — ceci dans l’intérêt à long terme de la survie des peuples de la vallée du Nil... Nous pouvons être un peu plus ambitieux.

Notes

1 E. MINKOWSKI, Le temps vécu, Paris, 1933, réédit, Paris, P.U.F., 1995.

2 Comprimant à l’extrême cette temporalité biologique naturelle, les « manipulations génétiques » sont capables de faire apparaître « extemporanément » des espèces nouvelles ; elles sont des manipulations de la temporalité.

3 Boutade dont nous sommes redevables à F. Partant, un « économiste radical » des années 70, trop tôt disparu et trop vite oublié.

4 J.T. FRASER, Time, the familiar stranger, Amherst, University of Massachussets Press, 1986.

5 R. KOSELLECK, Le futur passé (traduit de l’allemand), Paris, EHESS, 1990.

6 Toute l’œuvre de M. Heidegger, et notamment son Sein und Zeit, affirme la fonction éminente du temps dans son indivisibilité. Heidegger parle de la Gleichursprünglichkeit (co-originalité) des trois ek-stases du temps, passé, présent et avenir. Ainsi contractons-nous envers l’ex-nazi Heidegger, selon le mot de l’antinazi Levinas, « une dette dont il faut nous excuser ».

7 Terme forgé en hommage à H. Jonas et à son Principe Responsabilité (Paris, Le Cerf, 1990).

8 Le Kossovo n’avait pas été évoqué dans l’intervention présentée à Bruxelles en novembre 1998. Mais cet exemple s’imposait quand fut mise au net la présente version écrite (juin 1999).

9 Ces termes ont été suggérés par le linguiste E. Benvéniste pour caractériser le présent comme « temps » verbal. On peut penser que leur portée est bien plus générale.

10 P. Virilio, avec la force prophétique qu’on lui connaît, a beaucoup insisté sur la malédiction des mégalopoles.

11 Le terme d’intertemporalité, dans son acception précise, appartient au champ du droit international. Selon la « doctrine de l’intertemporalité », un traité international ou une convention, signés dans un certain contexte historique, ne peuvent être mécaniquement invoqués quand ce contexte historique et politique d’ensemble a notablement changé. Cfr M. CHEMILLIER-GENDREAU, Le rôle du temps dans la formation du droit international, Paris, Pedone, 1987. La force de ce terme autorise, nous semble-t-il, à en proposer un usage plus général.

12 G. HOTTOIS, Qu’en sera-t-il de l’homme dans un million d’années ? ; in Revue de l’Université Libre de Bruxelles, 1988, no 1-2.

13 Cette prophétie fut reprise par Marx et Staline aimait à la citer. Etranges retrouvailles, du futurisme techno-capitaliste et du futurisme techno-communiste !....

14 W. BENJAMIN, Thèse sur la philosophie de l’histoire, Paris, Les Lettres nouvelles, 1961.

15 En sens inverse, c’est sans doute dans le temps moyen qu’est la plus manifeste la défaillance majeure des historiens influencés par les thèses de la « déconstruction post moderne ». Pour eux, le lien fondateur entre passé et avenir semble perdre toute réalité. Ainsi, la grosse entreprise éditoriale des Lieux de Mémoire, dirigée par P. Nora (Paris, Gallimard, 1984-1993,7 vol.), ignore superbement la relation entre « mémoire » et « projet ».

16 Formule lapidaire qu’il faut commenter plutôt que d’en proposer une traduction directe : la convergence, la « conférence » des diverses temporalités, réunies en un Temps commun.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site