Version classiqueVersion mobile

La littérature : Réserve de sens, ouverture de possibles

 | 
Jean Florence
, 
Marie-France Renard

Avant propos

Marie-France Renard

Texte intégral

1Pourquoi écrit-on ? - Pour se consoler, n’étant pas Dieu, de se sentir inessentiel à un monde dont le sens nous échappe ; pour imposer à celui-ci un ordre, une unité, une certaine intelligibilité, disait en substance, voici quelque cinquante ans, J.-P. Sartre.

2Depuis toujours, l’homme se raconte le monde, l’écrit, pour tenter de se l’expliquer et/ou de le transformer. Dans toutes les formes de récit, de théâtre, de poésie, il met en scène, exprime, joue, travestit... sa condition, ses problèmes, ses sentiments, pour inventer un sens à son existence non voulue et qu’il sait provisoire, pour apprivoiser la conscience angoissante du temps et donner à celui-ci « figure humaine », comme dit P. Ricoeur. Dès les contes de l’enfance, chacun de nous est pétri de ces récits qui rappellent, préfigurent ou transcendent les grands événements du quotidien et nous permettent une construction plus éclairée du vécu. Selon la formule de M. Kundera, « le romancier n’est ni historien ni prophète : il est explorateur de l’existence », et les psychologues de la lecture ont souligné plus d’une fois l’importance, dans la construction de la personne humaine, de ces moi fictionnels auxquels le lecteur s’identifie un temps, dans une relation souvent plus forte qu’avec les vrais moi de la vie réelle. Dans ces conditions, on comprend toute l’importance que nos sociétés accordent à l’enseignement de la littérature.

3« Témoin », « engagé », « voyant »,... l’écrivain ne cesse de dévoiler le monde, de l’interroger, d’en anticiper les révolutions, d’en dénoncer les atrocités, d’en rêver un autre. « L’œuvre d’art n’est pas là pour consoler ni pour compenser ou équilibrer le mal. Elle est une petite arme, modeste pour faire reculer la brute ; au prix d'une certaine magie, d’un certain chamanisme », dit P. Mertens. Mais c’est encore trop souvent la censure et le terrorisme qui répondent à ces « agitateurs », témoins d’excellence : on assassine toujours des poètes, on lance des fatwas, on intente des procès.

4L’écrivain nous entraîne encore dans une autre investigation, tout aussi essentielle : celle des pouvoirs et des limites de ce langage qui nous permet de parler du monde. En inventant de nouvelles formes de représentation, voire « une nouvelle langue », comme le voulait Mallarmé, il peut nous faire découvrir des choses inouïes, impensables avant lui, comme l’analyse de la sous-conversation chez N. Sarraute ou l’exploration de l’inconscient par l’écriture automatique des surréalistes.

5Pourquoi, dès lors, en ce début de siècle et de millénaire, ne pas nous interroger sur cette littérature que Proust reconnaissait comme « la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue » ?

6Cette interrogation a pu prendre diverses formes selon les domaines abordés lors de la journée d’étude organisée, en 1999, par l’Ecole des Sciences philosophiques et religieuses.

7Pierre Mertens, juriste et écrivain, a ouvert le débat en redéfinissant de son point de vue de créateur l’engagement littéraire. S’il conteste certains postulats sartriens auxquels il oppose les situations fort différentes de Flaubert, Proust, Kafka et, pour l’époque contemporaine, de Pasolinî et Rushdie, il incline à croire qu’on peut être engagé aussi bien par une sorte de retrait prophétique que par une incarnation sur le terrain.

8Marc Faessler, exégète, considère la narration biblique comme une fiction littéraire riche par là d’une inépuisable réserve de sens. Son analyse minutieuse du procédé de mise en abyme du texte johannique l’amène à voir dans le personnage de Thomas - absent - une figure du lecteur. Son travail passe donc des jeux d’écriture aux enjeux de sens des évangiles.

9Françoise Mies, philosophe, étudie le discours mythique de Faust. De la légende à la littérature, à travers les nombreuses réécritures du thème (Marlowe, Goethe, Mac Orlan, Klaus et Thomas Mann, Valéry), elle considère un problème majeur de la destinée, l’identité, qu’elle envisage dans cette douloureuse confrontation au temps qu’est le vieillissement.

10Jean-Pierre Sarrazac, auteur dramatique, laisse résonner le titre du colloque dans les écritures théâtrales contemporaines : du possible aristotélicien aux possibles brechtiens, il analyse cette catégorie de la représentation pour en montrer les multiples variations notamment chez Armand Gatti, Edward Bond, Heiner Müller ou Pirandello. Et de conclure alors que le théâtre d’aujourd’hui se caractérise moins par la fable que par son commentaire.

11Pour Georges Thinès, philosophe et écrivain, si la littérature est le sens, c’est en raison de son enracinement dans la poétique. Ce qui revient à dire que le langage poétique est création absolue de sens. Cette thèse se trouve finement argumentée par la lecture de philosophes et de poètes tels que Heidegger, Husserl, Wittgenstein, Holderlin, Rilke, Valéry, Tzara...

12Pascale Tison, écrivain, évoque avec sensibilité la naissance de cet autre essentiel à l’existence de la littérature : le lecteur.

13Quant à Georges Legros, didacticien, il pose la question primordiale du lieu où chercher le sens en littérature. Aux contenus trop évidents, que celle-ci partage avec d’autres médias et avec la vie même, il préfère les formes de la représentation langagière qui lui sont spécifiques. Une approche originale qui devrait éclairer, de toute évidence, l’enseignement de cette matière.

14L’ensemble de ces communications donne une image très riche de la littérature et de ses divers rapports au(x) sens. Nul doute que le lecteur y trouvera quelques précieuses mises au point et de quoi alimenter sa propre réflexion.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search