Version classiqueVersion mobile

Questions au libéralisme

 | 
Chantal Mouffe
, 
Rudolf Visker
, 
Robert Cobbaut
, 
et al.

Questions au libéralisme : l’économie contre la société ?

Robert Cobbaut

Texte intégral

  • 1 V. Forrester, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996, pp. 44-45.

1Madame Viviane Forrester a fait paraître à l’automne de 1996 un ouvrage intitulé L’horreur économique. Ce pamphlet virulent, couronné par le Prix Médicis de l’essai, a suscité des discussions passionnées. La plupart des économistes de métier, peu enclins à prendre en considération des critiques dont les fondements ne se situent pas à l’intérieur même de leur paradigme, ont choisi de traiter ce texte avec le mépris indulgent qu’on témoigne le plus souvent dans notre société à ceux qui s’aventurent en dehors de leur zone de compétence. Ne conviendrait-il pas, au contraire, de prendre au sérieux cette dénonciation, passionnée mais argumentée — même si ce n’est pas selon les canons de la « science économique » — des discours habituels sur le travail et le chômage, dénonciation qui trouve sa source dans l’indignation que suscite « ... le dénuement d’un nombre toujours croissant d’êtres humains [...], la soustraction des droits, la spoliation des vies, le massacre des santés, l’exposition des corps au froid, à la faim, aux heures vides, à la vie horrifiée »1.

  • 2 Ibidem, p. 193.
  • 3 Ibidem, p. 53.
  • 4 « La honte devrait être cotée en Bourse : elle est un élément important du profit » (Ibidem, p. 16)
  • 5 Ibidem, pp. 15-16.

2Ce texte ne décrit pas les conditions de vie des habitants des pays les plus pauvres de la planète, mais bien celles d’une fraction croissante de la population des pays les plus riches, de ceux dont « les vies ne sont plus d’utilité publique »2 : SDF, RMIstes, SMICards, autant de modes de « normalisation dans l’annulation sociale »3 ; habitants des banlieues, immigrés ou non ; jeunes non insérés, qu’ils soient encore dans un système d’enseignement qui ne leur « dit rien » ou qu’ils aient quitté celui-ci et soient marginalisés d’une façon ou d’une autre ; et surtout les chômeurs « les exclus du travail [qui] sont les premiers (on y veille) à se trouver incompatibles avec une société dont ils sont pourtant les produits les plus naturels. Ils sont conduits à s’estimer indignes d’elle, et surtout responsables de leur propre situation qu’ils tiennent pour dégradante [...]. Il s’accusent de ce dont ils sont les victimes. Ils se jugent avec le regard de ceux qui les jugent, [...] [ce qui] les conduit à cette honte4, à ce sentiment d’être indigne, qui mènent à toutes les soumissions5 ».

  • 6 Ibidem, p. 11.
  • 7 .Ibidem, 4e de couverture.
  • 8 Ibidem, p. 64 et suiv.
  • 9 Ibidem, p. 62.
  • 10 Ibidem, p. 59.
  • 11 Ibidem, p. 63.
  • 12 J.-P. Dupuy, Ordres et désordres : enquête sur un nouveau paradigme, Paris, Seuil, 1982, pp. 29-57.

3Pour l’auteur, la cause de toute cette horreur, c’est « une société somnambule dévastée par des problèmes fictifs6 » liés à un mythe central, celui du plein emploi. La thèse essentielle de l’ouvrage, peu étayée car l’auteur la tient pour un constat d’évidence, est que, dans le discours dominant, « l’extinction du travail passe pour une simple éclipse alors que, pour la première fois dans l’Histoire, l’ensemble des êtres humains est de moins en moins nécessaire au petit nombre qui façonne l’économie et détient le pouvoir »7. Quant à ce pouvoir, ou plutôt cette puissance8 d’un petit nombre, ils trouvent leur source dans une révolution silencieuse, ou plus exactement diffuse, « (...) parvenue à enraciner le système libéral, à le faire s’incarner, s’activer et à le rendre capable d’invalider toute autre logique que la sienne,..) »9 (En effet, « obtenir l’indifférence générale représente pour un système une plus grande victoire que toute adhésion partielle, fût-elle considérable »10. Selon l’auteur, ce phénomène procède d’un retour « régressif » aux conceptions manchestériennes du 19e siècle, mais d’un 19e siècle dont le facteur « travail » aurait disparu comme élément de pression, de sorte que la puissance actuelle de l’économie privée « tient à l’ampleur toute neuve de son autonomie »11. C’est donc cette double articulation : d’une part, ce positionnement paradoxal vis-à-vis du travail et de l’emploi, véritable « Némésis de l’économie »12, et, d’autre part, la relation exacte avec la pensée libérale de l’idéologie économiciste présentement dominante qu’il s’agit de questionner de manière critique. C’est évidemment sur la deuxième de ces questions, en prise directe avec le thème du colloque d’aujourd’hui, que nous nous attarderons, après avoir rapidement silhouetté la première.

  • 13 Ibidem.
  • 14 Ibidem, p. 34.
  • 15 Ibidem, p. 29.
  • 16 Ibidem, p. 57.

4Il ne s’agit donc pas de discuter ici en détail la thèse, évidemment controversée, de la disparition progressive du travail humain comme facteur de production et, par voie de conséquence, de la réduction irréversible de l’emploi, qui relègue la notion de plein emploi au cimetière où reposent les mythes, dont il est impérieux et urgent de faire un deuil définitif. Dans le texte déjà cité13, au titre révélateur (« Némésis de l’économie ») et aux sous-titres qui le sont tout autant (« L’imposture du productivisme », « Critique du projet technicien »,...), Jean-Pierre Dupuy rend palpable la contradiction interne qui caractérise la manière dont le discours dominant articule les concepts de production, d’emploi et de consommation. D’une part, on prétend qu’il faut relancer la consommation (le moyen) pour relancer la croissance, c’est-à-dire la production (l’objectif intermédiaire), afin de créer de l’emploi (l’objectif ultime) : « la finalité de la société industrielle est bien de produire du travail »14. Mais, d’autre part, dans le même temps, « les gestionnaires de l’économie [...] voudraient nous faire croire que c’est en remplaçant les hommes par des machines que l’on sortira le monde de la « crise » et que l’on donnera du travail aux chômeurs »15. Le concept de crise qui sous-tend une telle assertion est celui d’un moment de déséquilibre d’un système qui doit, à structure inchangée, revenir à l’équilibre, alors que l’évolution actuelle est considérée par d’autres, dont Jean-Pierre Dupuy et Viviane Forrester, comme une mutation irréversible. Et Dupuy de conclure : « Qu’une institution devienne le principal obstacle à la réalisation des objectifs qu’elle cherche à atteindre, voilà qui annonce [...] un retour du tragique [de la Némésis] dans la société moderne »16.

  • 17 V. Forrester, op. cit., p. 62.
  • 18 Ibidem, p. 28.

5Dans la mesure où le présent texte apportera des éléments d’explication au fait que ce discours contradictoire est présentement accepté de manière acritique, il contribuera à la compréhension de ce paradoxe qu’on n’a fait jusqu’ici qu’énoncer. Viviane Forrester, pour sa part, considère qu’il est la manifestation d’une « révolution silencieuse » qui, dans l’absence généralisée de réaction, « ... est parvenue à enraciner le système libéral, à le faire s’incarner, s’activer et à le rendre capable d’invalider toute autre logique que la sienne... »17 : « Vous ne voulez tout de même pas dire... vous n’en êtes pas encore là... le mur de Berlin est tombé, savez-vous ? Alors, l’URSS, vous avez vraiment apprécié ? Staline ?... Mais la liberté, le marché libre...non ? »18.

  • 19 C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Editions du Seuil, coll. « Esprit », (...)

6Si la thèse est clairement posée, il faut reconnaître que l’argumentation en est assez peu convaincante. Il s’agit, pour l’essentiel, de la classique thèse conspirationniste (les lobbies de la mondialisation,...). Il convient de rappeler à tous les tenants de ce type de thèse qu’aucun pouvoir ne peut se passer d’une base d’appui. Ils pourraient toutefois rétorquer, non sans pertinence, que la honte et la peur du lendemain sont d’excellents candidats pour remplir cette fonction. Mais il faut, selon nous, chercher plus profond encore, dans ce qui constitue ce que feu Cornélius Castoriadis19 appelait « l’imaginaire » de notre institution sociale, la prégnance au-delà de tous les clivages — y compris ceux qui paraissent les plus fondamentaux, comme la « droite » et la « gauche » — de la rationalité instrumentale, sous ses habits scientistes (le « progrès ») ou économicistes (la « croissance »), et du rêve aberrant de maîtrise totale qu’elle dissimule. Telle est, selon nous, la racine profonde de ce que Viviane Forrester dénonce sous l’étiquette de « libéralisme ». Le projet de la présente réflexion est d’examiner de manière critique si, et dans quelle mesure, cette assimilation peut être considérée comme fondée.

  • 20 Cf. la leçon inaugurale de Mme Chantal Mouffe.
  • 21 Ibidem.
  • 22 J.-P. Dupuy, op. cit., p. 25.

7Historiquement, la pensée libérale s’est construite comme une réaction aux deux principes fondateurs de la société d’ancien régime : une conception holiste de la société, considérée comme régie par la religion, et une conception absolutiste du pouvoir. Les deux principes sont d’ailleurs conjoints : le pouvoir politique est considéré comme étant d’origine divine, la religion est une religion d’état, ou plus exactement même la religion du prince. Si celui-ci décide d’en changer, ses sujets sont tenus de l’imiter. Face à ces principes, le libéralisme apparaît comme une affirmation forte d’une valeur fondamentale — qui nous tient d’ailleurs toujours fort à cœur : la liberté individuelle. Sur le plan proprement politique, il est une conception du pouvoir « comme quelque chose qui doit avant tout être limité »20. Comme tel, il se distingue donc d’une pensée de la démocratie, pour laquelle le pouvoir est « quelque chose qui doit avant tout être partagé »21, la valeur primordiale étant ici l’égalité. C’est cette primauté de la liberté sur l’égalité qui explique l’un des traits majeurs du libéralisme politique, sa conception contractuelle de la démocratie, considérée par d’aucuns comme strictement paradoxale : « Le contrat social, qui ne peut être passé que s’il est déjà passé puisque l’un des contractants, la totalité sociale, est le produit du contrat »22. Nous reviendrons sur ce point lorsque nous parlerons du statut du marché.

8Sur le terrain économique, celui qui nous est assigné dans ce cycle de leçons, le droit de propriété et la liberté contractuelle apparaissent comme les conditions de possibilité de l’exercice de la liberté individuelle. Ces droits sont définis de manière formelle, dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme par exemple. Il s’agit de « droits-libertés », que l’on qualifie ainsi pour les distinguer des droits instaurés par l’Etat Social (l’« Etat-Providence »), qui sont des droits de créance sur le produit collectif et ont été mis en place pour faire contrepoids au fait que les droits-libertés, s’ils peuvent être une condition nécessaire de l’égalité, n’en sont à coup sûr pas une condition suffisante. C’est que la question du caractère égalitaire de ce que les économistes appellent les « dotations initiales » est curieusement absente du discours des premiers libéraux (sans parler de leurs successeurs) et constitue la principale zone d’ombre de leur construction. On peut réellement parler, à cet égard, d’éclipse permanente. Celle-ci est sans doute attribuable aux origines sociologiques du courant de pensée libéral : une bourgeoisie urbaine impatiente de faire sauter les carcans corporatistes et féodaux qui restreignaient sa capacité de « s’exprimer » dans le champ économique. Il convient d’ailleurs de faire remarquer que, même dans le système du Welfare State, les droits-libertés demeurèrent le socle du système juridique, la source des principes généraux (le droit civil, le droit commercial), tandis que les droits-créances étaient incorporés dans des législations spécialisées et de stricte interprétation (droit du travail, droit social,...). De sorte que subsiste toujours la tension entre les deux principes de liberté et d’égalité et que, au sein du « pluralisme agonistique » (plutôt qu’un « consensus mou ») par lequel Madame Mouffe nous proposait, dans sa leçon inaugurale, de définir la démocratie, il faudra veiller sans fin à ce que la seconde ne soit pas concrètement niée au nom de la première.

  • 23 A. Orlean, Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions, in A. Orlean ( (...)

9La thèse qui est donc soutenue ici est qu’avant d’être — si elle l’est — la traduction dans le champ de l’économique de la philosophie politique libérale, la théorie économique néo-classique est une manifestation du rêve scientiste de maîtrise rationnelle qui traverse la culture occidentale depuis deux siècles environ. Avant que — et plutôt que — d’être une tentative d’explication de ce qui se passe, la théorie économique néo-classique est une théorie formelle des choix rationnels. Si on essaie de la ramener à ses délinéaments essentiels, on constate qu’elle repose sur deux propositions fondamentales qu’Orlean appelle « logique marchande pure »23 :

    • 24 H.A. Simon, From Substantive to Procedural Rationality, in S.J. Latsis (édit.), Method and Appraisa (...)
    • 25 Qui seul permet la construction d’une théorie « compréhensive », comme disent les anglo-saxons.
    • 26 Une nature « inerte et insensible, inhumaine dans tous les sens du terme », précise O. Favereau, Ra (...)
    • 27 La « calculabilité » est supposée infinie.
    • 28 O. Favereau, op. cit, p. 2797.

    « L’agent économique est un individu rationnel poursuivant son intérêt personnel, ce qui techniquement prend la forme d’une maximisation, sous contraintes, de son utilité ». Il s’agit là de la rationalité optimisatrice que Simon appelle « rationalité substantielle »24. L’acte économique consiste exclusivement en une prise de décision. Pour se maintenir dans un cadre strict d’équilibre général25, on doit se situer dans le cadre des « jeux contre la nature »26, c’est-à-dire contre un environnement totalement extérieur aux agents. L’axiome essentiel d’une telle construction est l’absence de toute imprévision : la liste des « états de la nature », tout comme celle des actions qui peuvent être entreprises, est connue de manière exhaustive et il est possible de lui associer une distribution de probabilité. Dans le cadre ainsi défini, on peut déterminer par calcul27 le cours d’action qui maximise l’espérance mathématique d’une fonction, la fonction d’utilité, propre à chaque décideur et qui exprime de manière numérique sa satisfaction. La rationalité d’une décision se manifeste exclusivement par son optimalité ; elle est donc une question de tout ou rien : « c’est que la rationalité caractérise moins le (bon) décideur que la décision la meilleure »28. Simon propose, quant à lui, un concept de rationalité procédurale. Le caractère de rationalité d’une décision lui est attribué, non comme une caractéristique de son résultat, mais en raison de la manière dont elle a été élaborée : la procédure, c’est-à-dire la séquence des actes accomplis pour parvenir à une solution, peut être jugée comme ayant été la meilleure possible, compte tenu du caractère inévitablement limité des connaissances acquises et des capacités de calcul disponibles. Ces limites peuvent évidemment évoluer dans le temps, à mesure que se déroulent des processus d’apprentissage individuel et collectif sur lesquels on reviendra plus loin.

    • 29 A. Orlean, op. cit., p. 10.
    • 30 Autrement dit, cette procédure !
    • 31 Pour un exposé non technique mais néanmoins rigoureux de ces conditions, voir par exemple B. Guerri (...)
    • 32 K.J. Arrow et F.H. Hahn, General Competitive Analysis, San Francisco, Holden Day, 1971.
    • 33 J.-P. Dupuy, Le sacrifice et l’envie, Paris, Calmann-Lévy, 1992, p. 50.
    • 34 Ibidem, p. 316.
    • 35 M. Friedman, Free to Choose, Avon, 1981.

    « L’interaction sociale qui rend ces décisions individuelles mutuellement compatibles est le marche »29. Si, dans le langage commun, le terme de marché fait référence à de multiples formes d’échange qui se différencient et dans l’espace et dans le temps, le marché de la théorie économique pure est, si l’on veut se maintenir dans les conditions de possibilité d’un équilibre général, un « mécanisme », une procédure abstraite d’organisation des échanges qui permet aux individus de prendre leurs décisions de manière « autonome », en se fondant exclusivement sur l’information donnée par les prix. Le terme « autonomie » signifie, dans ce contexte, que les individus agissent de manière totalement séparée, sans aucune concertation entre eux. Pour être efficace, cette décentralisation totale de la prise de décision implique de manière paradoxale une centralisation totale des offres et des demandes, qui doivent être confrontées globalement. Il faut donc qu’existe un coordinateur unique (le « crieur » de Walras) qui, de manière entièrement bénévole, propose des vecteurs de prix auxquels les agents répondent par des offres et demandes conditionnelles, lesquelles révèlent leurs préférences subjectives. Cette manière de procéder30 conduit à l’équilibre à travers un processus de tâtonnement convergent. Sous certaines conditions extrêmement restrictives, qu’on n’examinera pas ici31, il existe un et un seul vecteur de prix qui égalise simultanément les offres et les demandes globales pour chacun des biens. C’est ainsi que les plans des agents individuels sont rendus compatibles ; cette situation est appelée équilibre général concurrentiel. En établissant les théorèmes duaux du bien-être (welfare), Arrow et Hahn32 ont démontré que tout équilibre général concurrentiel est aussi un optimum de Pareto, c’est-à-dire une répartition des ressources telle qu’aucune autre ne lui soit strictement préférée, ce qui se réalise seulement si le passage de n’importe quelle autre allocation vers celle-ci n’entraîne de baisse d’utilité pour aucun des individus, l’un d’entre eux au moins voyant son utilité augmenter. Cette conception s’inscrit dans une perspective étroitement utilitariste, qui considère l’intérêt commun comme l’agrégation pure et simple des intérêts individuels et « naturalise » en quelque sorte la thèse de la convergence de ceux-ci. En outre, elle considère l’individu comme un « atome sans contexte ». Pour caractériser une théorie « qui s’acharne — qui dira pourquoi ? — à fonder le lien social sur le minimum absolu de communication interpersonnelle »33, sur « l’utopie d’une société où les hommes n’auraient besoin ni de se parler, ni de s’aimer pour vivre ensemble, où l’indifférence mutuelle et le repli sur soi seraient les meilleurs garants du bien commun »34, Jean-Pierre Dupuy épingle l’un de ces passages caractéristiques où Milton Friedman définit ce qui fait, selon lui, la supériorité politique du marché sur toute autre forme d’organisation de la société35 : « Les prix qui émergent des transactions volontaires entre acheteurs et vendeurs — en bref, sur le marché libre — sont capables de coordonner l’activité de millions de personnes, dont chacune ne connaît que son propre intérêt, de telle sorte que la situation de tous s’en trouve améliorée [...]. Le système des prix remplit cette tâche en l’absence de toute direction centrale, et sans qu’il soit nécessaire que les gens se parlent ni qu’ils s’aiment [...]. L’ordre économique est une émergence, c’est la conséquence non intentionnelle et non voulue des actions d’un grand nombre de personnes mues par leurs seuls intérêts [...] ».

  • 36 La liberté de la très grande majorité des individus de participer au marché du travail est toute re (...)
  • 37 On notera au passage le caractère tautologique de ce propos.
  • 38 M. Friedman, The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits, in New York Times Ma (...)

10Dans la théorie économique néo-classique, la socialité est postulée, mais non comme un « construit » collectif et historique. Le lien social est réduit à la relation exclusive de chacun avec une même représentation de la totalité. C’est un « donné » dont le contenu institutionnel n’a pas été précisé, car il se résume à la participation « libre » à l’échange marchand36, qui n’a lieu que s’il est mutuellement avantageux. C’est ainsi qu’est fondé le célèbre « principe d’unanimité », à propos duquel Milton Friedman propose cet intéressant contraste : « The political principle that underlies the market mcchanism is unanimity. In an ideal free market, resting on private property, no individual can cœrce any other, all cooperation is voluntary, all parties to such cooperation benefit or they need not participate [...]. The political principle that underlies the political mechanism37 is conformity. The individual must serve a more general social interest — wether that be determined by a church or a dictator or a majority [...]. Unfortunately, unanimity is not always feasible. There arc some respects in which conformity appears unavoidable, so I dot not see how one can avoid the use of the political mechanism altogether »38.

  • 39 Il est révélateur que cette condition nécessaire de l’équilibre général concurrentiel, tel que défi (...)
  • 40 Le sacrifice et l’envie, cit., chapitre 2, sections 1 et 2.
  • 41 Ibidem, p. 59.

11Ce dernier texte appelle deux remarques très importantes. Tout d’abord, le fondement éthique minimal de ce principe d’unanimité (or they need not participate) est la « condition de survie », qui prescrit que les dotations originelles soient telles que tous ceux pour qui l’échange aux conditions d’équilibre proposées par le « crieur » ne serait pas avantageux, soient à même d’assurer leur subsistance, même s’ils s’abstiennent d’échanger39. Ensuite, la faculté d’appropriation privative et la liberté contractuelle qui, dans la théorie politique libérale, apparaissent comme des attributs essentiels de l’individu libre reçoivent ici le statut de corollaires techniques du principe d’optimalité : pour qu’un équilibre concurrentiel puisse être défini, il faut que les individus soient considérés comme agissant de manière strictement séparée. Comme le fait si lumineusement observer J.P. Dupuy40, le postulat primordial de la « science économique » est que le principe d’unanimité, principe organisateur fondamental d’une théorie qui se pense comme une pure logique formelle de l’efficacité, possède un caractère supra-éthique et supra-économique. Celle absolutisation du principe d’unanimité entraîne, par simple déduction logique, des conséquences les unes doucement farfelues, les autres carrément grotesques, les autres encore totalement inacceptables sur le plan moral. On peut emprunter à J.-P. Dupuy un exemple du premier type de déduction : « Soit une collectivité composée de deux riches, A et B, et d’un pauvre, C. Tous trois sont envieux les uns des autres. Il est possible que tous aient intérêt à la redistribution suivante : A et B se privent d’une partie de leur avoir et le donnent à C. Ce dernier y gagne évidemment, mais on conçoit que ce puisse être le cas des deux riches aussi, chacun d’eux gagnant plus par le tort qui est causé à son égal qu’il ne perd par la réduction de ses ressources et l’ascension du plus pauvre. Une redistribution des avoirs dans le sens d’une égalité accrue est alors rationnelle, à l’aune du principe d’unanimité. [...] Ce résultat semble d’autant plus solide [...] qu’il tient aussi dans l’hypothèse exactement inverse où les interdépendances sont bienveillantes et non pas envieuses : en donnant au pauvre, le riche fait d’une pierre deux coups ; il peut améliorer sa situation aussi bien que celle de son obligé, s’il gagne plus par le plaisir de ce dernier qu’il ne perd par la ponction sur ses ressources »41.

  • 42 Mishan, The Futility of Paret o-Efficient Distributions, in American Economie Review, décembre 1972

12Dans un article trop peu connu, consacré à rendre manifeste la « futilité » de pareilles arguties, Mishan42 démontre rigoureusement que, dans la situation évoquée ci-dessus, un riche insuffisamment doté d’envie envers les autres riches et ou de bienveillance envers les pauvres... devrait être exempté d’impôts !

  • 43 G. Brennan, Pareto Desirable Redistribution : The Case of Malice and Envy, in Journal of Public Eco (...)
  • 44 Pour de plus amples développements, voir J.-P. Dupuy, op. cit., chapitre 2, section 3.
  • 45 V. Forrester, op. cit., pp. 44-45 (cette citation avait été volontairement tronquée au début du tex (...)

13Enfin, et de manière beaucoup plus préoccupante, des travaux comme ceux de Brennan43 établissent de façon « logique » que l’« efficacité » commande de laisser deux rivaux envieux sacrifier une partie de leurs ressources pour détruire celles de l’autre. La généralisation du principe qui sous-tend cette déduction choquante est une définition de l’équité comme absence d’envie qui, elle-même, débouche sur la prohibition du don44. On peut alors mesurer à quel degré d’indifférence à la souffrance humaine peut mener la conjonction du dogme de l’« individualisme méthodologique » et de celte « mystique de l’efficacité ». C’est ce que dénonce Viviane Forrester à propos des « gestionnaires de l’économie », qu’ils soient publics ou privés : « ...la priorité de leurs bilans tient lieu de loi universelle, de dogme, de postulat sacré, et c’est avec la logique des justes, l’impassible bienveillance des belles âmes et des grands vertueux, le sérieux des théoriciens, qu’est provoqué le dénuement d’un nombre toujours croissant d’êtres humains et que sont perpétrés la soustraction des droits, la spoliation de vies, le massacre des santés, l’exposition des corps au froid, à la faim, aux heures vides, à la vie horrifiée »45.

  • 46 On vise par cette expression la « théorie des jeux », dits jeux à stratégie, qui tente de prendre e (...)
  • 47 Voir infra les développements consacrés à la notion de « main invisible ».
  • 48 O. Favereau, Règle, organisation et apprentissage collectif, in A. Orlean (édit.), op. cit., p. 134

14C’est lorsqu’il s’agit d’aborder la problématique de la coordination de l’action collective et, par conséquent, les phénomènes organisationnels, que le caractère réducteur de l’approche économique aujourd’hui dominante apparaît de la façon la plus manifeste. C’est là, en effet, que s’avèrent les plus inadéquats les traits majeurs de cette approche. En premier lieu, l’individualisme méthodologique, en imposant comme « unité d’œuvre » le comportement décisionnel individuel, interdit par le fait même d’aborder autrement que « par la bande »46 les divers types d’interaction entre individus et sous-groupes, en particulier les phénomènes d’influence, qui déterminent à l’évidence le cours de l’action collective. En deuxième lieu, l’anthropologie par trop simpliste de la théorie économique néo-classique, essentiellement fondée sur un concept d’« envie »47 que la nécessité — purement méthodologique — de quantifier les fonctions d’utilité oblige à concevoir de manière très réductrice, ne peut en conséquence interpréter le comportement des individus dans l’action collective qu’en termes unilatéraux d’« opportunisme » (l’individu recherchera inconditionnellement et par tous les moyens, même immoraux ou illicites, son intérêt individuel), ce qui l’empêche de considérer les phénomènes organisationnels pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des composés indissociables d’opportunisme et de coopération. Comme le fait judicieusement remarquer Olivier Favereau : « ...à partir d’un certain niveau d’approfondissement des phénomènes institutionnels, il apparaît une sorte d’entente sur une stratégie coopérative globale, justement pour permettre, dans le cadre ainsi constitué, des stratégies non-coopératives individuelles — fructueuses »48.

15En troisième lieu, le concept de rationalité substantielle, déjà caractérisé plus haut, entraîne une série d’appauvrissements subtils de la réalité, que l’on peut présenter comme autant de « rabattements » d’une réalité complexe sur une représentation qui dépouille celle-ci de l’une ou l’autre des dimensions qu’il est essentiel de prendre en compte pour en assurer une véritable compréhension.

  • 49 C’est-à-dire des décisions qui maximisent la satisfaction subjective individuelle, quantifiée dans (...)
  • 50 Mais postule que les opérateurs sur ces marchés soient dotés d’une rationalité substantielle et soi (...)
  • 51 O. Favereau, Marché internes, marchés externes, in Revue économique, vol. 40, no 2 (1989).
  • 52 Voir par exemple P.B. Doeringer et MJ. Piore, Internai Labor Markets and Manpower Analysis, Lexingt (...)
  • 53 L’échéance et le risque sont, en général, des caractéristiques suffisantes des produits financiers, (...)

16La démarche dont on entend approfondir la critique concerne tout d’abord la notion même de marché. Tous les marchés sont situés par rapport à l’archétype décrit par Walras, le marché de concurrence parfaite, lequel est lui-même assimilé à un « donné », c’est-à-dire, implicitement, à un fait de nature, plutôt que considéré pour ce qu’il est, c’est-à-dire un « construit » social. Le fonctionnement « idéal », déduit du principe d’unanimité, est, comme on l’a vu, celui où les individus prennent des décisions de manière isolée sur la base du barème de prix d’équilibre proposé par le « crieur », et qui contient toute l’information nécessaire pour prendre des décisions optimales49. Ce modèle théorique de base reproduit d’assez près le fonctionnement des marchés financiers organisés sur le modèle d’une criée50. Toutes les autres formes de marché sont situées par rapport à ce modèle « idéal », leurs caractéristiques spécifiques étant, de manière révélatrice, qualifiées d’imperfections. O. Favereau51 oppose à cette façon de voir une typologie institutionnaliste qui distingue « les marchés internes », c’est-à-dire les organisations, et les « marchés externes ». Les premiers sont définis comme des dispositifs « anti-marché », construits dans le but de soustraire la coordination des relations de travail à la logique marchande pure du modèle walrasien52. La seconde catégorie se subdivise en « organisations de marchés » et « marchés d’organisations ». La première de ces expressions désigne des structures telles que les marchés financiers organisés où les « biens » échangés sont suffisamment standardisés pour que les prix suffisent à révéler les différences de qualité53. La seconde désigne les marchés des autres types de produits où l’arbitrage des consommateurs s’effectue sur la base des rapports qualité-prix, et où ce ne sont plus les prix mais les quantités vendues qui constituent la variable d’ajustement. Ces marchés sont donc le lieu de la compétition entre firmes productrices, celui où elles manifestent la viabilité de leur marché interne, c’est-à-dire leur capacité de couvrir l’intégralité de leurs coûts de production, en ce compris celui des ressources financières mises en œuvre.

  • 54 J.-P. Dupuy, Convention et Convnon Knowledgde, in Revue économique, vol. 40, no 2 (1989), p. 342.
  • 55 Pour une synthèse non formalisée de cette littérature extrêmement abondante, voir P. Milgrom et J. (...)
  • 56 Théorie des contrats incitatifs, théorie des signaux, théories des jeux à stratégie, simples ou rép (...)

17La reconnaissance simultanée de la spécificité des « marchés internes » et de l’idonéité d’un concept de rationalité procédurale fonde la nécessité d’élaborer une approche théorique que Favereau appelle « Non Standard », fondée sur la reconnaissance de ce que « sans le secours d’objets collectifs irréductibles à la rationalité individuelle [...], les interactions entre acteurs seraient en général incapables de produire à elles seules une réalité déterminée »54. Le « cœur » de la théorie économique néo-classique, fondé sur un paradigme de rationalité substantielle et sur l’unicité du concept de marché (marché walrasien), est appelé « Théorie Standard », tandis que la théorie microéconomique récente de l’organisation55, fondée sur la prise en compte des asymétries d’information et de l’opportunisme généralisé des agents, est dénommée « Théorie Standard Etendue ». Bien qu’il soit hors de question de présenter dans ce cadre l’ensemble des élaborations théoriques56 que recouvre cette appellation, celle-ci demande à être justifiée en quelque détail, notamment parce que, parmi les applications variées de l’approche que l’on va caractériser succinctement ci-dessous, figure la question essentielle de la coordination des comportements individuels au sein d’ensembles organisationnels ou institutionnels.

  • 57 La théorie des jeux n’explique pas pourquoi c’est d’un côté ou de l’autre de l’asymétrie d’informat (...)
  • 58 Le concept de « règle » appelle, lui aussi, une analyse critique qu’il n’est pas possible de présen (...)

18La situation-type traitée par cette approche théorique présente la structure suivante : il y a, d’une part, n agents ou catégories d’agents possédant chacun(e) une caractéristique quantifiable que l’on appelle son « type » et, d’autre part, un centre poursuivant un objectif préalablement défini et lui aussi quantifiable57. Pour réaliser son objectif, le centre va définir un « mécanisme ». Formellement parlant, un mécanisme se compose d’un espace de « messages » ou de « règles »58 et d’une fonction qui lie chaque message à une allocation de ressources, laquelle détermine l’utilité de l’agent. Chaque agent choisira le message qui maximise son utilité, sachant que, en conformité avec son annonce, le centre réalisera l’allocation correspondante. Le centre doit donc configurer le mécanisme de manière telle que la poursuite « rationnelle » de son intérêt incite chaque individu à révéler son type vrai et que la solution d’ensemble qui se dégagera des choix individuels soit aussi peu inefficace que possible (second best), l’efficacité étant définie comme l’optimum de Pareto qui pourrait s’établir si toute l’information était publique. Les mécanismes le plus souvent envisagés sont des contrats. Ceux-ci sont des accords non pas négociés entre les parties, mais proposés, voire imposés, unilatéralement par l’une d’elles. Il s’agit idéalement de contrats complets, c’est-à-dire prévoyant toutes les éventualités, en particulier les possibles comportements opportunistes des parties, et fournissent pour toutes ces occurrences un incitant permettant de les prévenir de la manière la plus efficace. Les versions les plus élaborées des modèles de contrats incitatifs admettent, sous des conditions extrêmement restrictives, les contrats incomplets.

  • 59 Cf. B. Salanie, Théorie des contrats, Paris, Economica, 1994, Introduction.
  • 60 La mise en œuvre de cette approche dans le champ de l’économie publique porte le nom révélateur de (...)
  • 61 Ainsi, par exemple, le schéma « agent-principal » s’applique indifféremment aux relations client-fo (...)

19En définitive, dans cette approche, les insuffisances de la « Théorie Standard » sont palliées par un « détour de production » vers des modèles d’équilibre partiel considérés comme plus réalistes. Toutefois, la possibilité de définir pour l’économie un équilibre général unique demeure l’horizon ultime de toute la construction59. Les mécanismes proposés ont pour caractéristique commune d’établir ou de restaurer une situation où les individus prennent des décisions de manière totalement séparée en considération de grandeurs qui ont exactement le même statut que les prix dans le modèle originel d’équilibre général60, d’où l’appellation de « Théorie Standard Etendue ». Celle vision réductionniste des phénomènes collectifs dénie toute spécificité aux phénomènes organisationnels, qu’elle réduit selon des schémas indifférenciés61 à des rapports interindividuels. Ceci n’est que l’un des principaux « rabattements » opérés par cette démarche théorique. On citera encore le « rabattement » des phénomènes institutionnels sur les catégories du contractuel, ou celui de la temporalité sur l’instantanéité par le biais des techniques récursives de résolution de modèles multipériodiques. Ces multiples restrictions gomment par exemple les dimensions spécifiques des processus d’apprentissage collectif qui sont l’une des principales raisons d’être des organisations.

  • 62 P. Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points-Polique », 1989 (...)

20Après avoir successivement caractérisé le libéralisme politique et les expressions à la fois les plus rigoureuses et aussi les plus extrêmes de ce qu’il est convenu d’appeler le libéralisme économique, il nous reste à déterminer la nature exacte du lien entre ces deux modes de pensée. Dans son ouvrage sur le libéralisme économique, Pierre Rosanvallon nous fournit, à cet égard, une clé de lecture essentielle : « Le concept de marché permet de résoudre la difficile question du fondement de l’obligation dans le pacte social [...] sans revenir à une conception despotique. <Il> permet de penser une société sans centre, d’abolir pratiquement la distinction entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’individu et la société. <Il> réalise cette immédiateté que poursuivait Rousseau sans pouvoir lui donner de fondement effectivement opératoire. Les mécanismes du marché, en se substituant aux procédures d’engagement réciproque du contrat, permettent en effet de penser la société biologiquement cl non plus politiquement, c’est-à-dire mécaniquement »62.

  • 63 Ibidem, pp. 46-47 (les italiques ne figurent pas dans le texte original).

21Et Rosanvallon d’ajouter, dans la foulée, cette réflexion aux implications redoutables : « Le marché constitue ainsi une loi régulatrice de l’ordre social sans législateur. La loi de la valeur règle les rapports d’échange entre les marchandises, et les rapports entre les personnes qui sont compris comme des rapports entre des marchandises, sans aucune intervention extérieure »63.

  • 64 Pour adopter le vocabulaire de Madame Forrester.

22L’auteur rejoint ainsi, par un autre biais, la lecture que nous avons faite plus haut avec Jean-Pierre Dupuy du principe d’unanimité, en montrant bien à quelles conséquences ultimes aboutit la logique instrumentale. Faute d’une critique suffisamment approfondie de la métaphore de la « main invisible », qu’il identifie sans autre analyse au concept d’autonomie — en fait, de séparation — de la théorie économique néo-classique, il ne peut qu’énoncer — sans se donner les moyens de la dénoncer — l’horrifiante64 réification des rapports humains et du lien social qui caractérise le libéralisme économique.

  • 65 L’expression « main invisible » ne revient qu’une seule fois dans la « Richesse des nations », alor (...)
  • 66 Cette vision des choses n’est pas sans points communs avec l’« éthique de la discussion » de Jürgen(...)

23Si la paternité de l’expression « la main invisible » peut en effet être attribuée à Adam Smith, il faut savoir que l’acception qui en prévaut actuellement — en poursuivant rationnellement leur self interest dans l’échange marchand, les individus produisent sans avoir à se concerter, comme mus par une main invisible, la situation collectivement la plus désirable — est une simplification outrancière, voire un véritable détournement de la pensée de Smith. C’est, en effet, dans la « Théorie des sentiments moraux » qu’il faut rechercher les fondements éthiques de maintes propositions avancées dans la « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations » sans définir avec soin — ce qui n’est pas la coutume de l’auteur — des concepts pourtant essentiels. C’est que ceux-ci sont supposés clairement entendus pour avoir été longuement définis dans l’ouvrage précédent65. C’est ainsi que la citation fameuse de la « Richesse des nations » : « Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais de leur souci de leur intérêt propre », ne peut être valablement interprétée en faisant du terme « intérêt » un synonyme du terme « utilité », tel qu’il est défini dans la théorie économique néo-classique. Ce serait oublier que le concept central de la construction éthique smithienne est le self love — et non le self interest — dont le ressort est la sympathie envieuse. La sympathie suppose une certaine forme de séparation des êtres, un certain degré d’incommunicabilité, mais aussi la capacité de se représenter le point de vue d’autrui, de se mettre jusqu’à un certain point à sa place, « dans sa peau », comme on dit communément, et d’entrer avec lui dans des formes de dialogue susceptibles de transformer l’interaction66. La sympathie n’est pas dissociable de l’envie, dans le double sens du désir d’être reconnu par autrui et de la jalousie engendrée par le fait que l’autre soit « mieux vu » que soi-même. En conséquence, la vision anthropologique qui sous-tend la conception que s’est fait Adam Smith des relations économiques entre les hommes peut être résumée par les trois propositions suivantes :

  • La recherche privée du gain matériel crée entre les hommes des relations passionnelles, dont le ressort essentiel est l’envie. On est évidemment très loin de l’envie désincarnée modélisée par les économistes néo-classiques.

  • Les intérêts ne sont pas exclusivement la résultante d’un froid calcul. Ils sont contaminés par les passions. On est évidemment très loin de la logique formelle de la rationalité substantielle.

  • La passion dominante est le self love, qui tire sa substance de la reconnaissance des autres.

  • 67 C’est là un des principaux ressorts de ce qu’on a appelé le « fordisme ».

24La « main invisible », c’est pour Smith le fait que les hommes se trompent eux-mêmes. « C’est ce leurre, écrit-il dans la « Théorie des sentiments moraux », qui met en route et conserve en continuel mouvement l’industrie des hommes ». Ils croient et surtout disent poursuivre leurs intérêts matériels, alors qu’ils recherchent avant tout l’approbation et surtout l’admiration des autres. Les richesses créées par les puissants n’ont, par conséquent, aucune commune mesure avec leurs besoins propres et sont destinés à être distribuées. Le fait que, dans l’immense majorité des cas, elles seront vendues et non données ne démontre pas que c’est uniquement en vue du gain monétaire que leur production a été mise en œuvre. Dans un système marchand épanoui, la dynamique de création de richesses s’ordonne en production de masse. Celle-ci doit donc trouver en face d’elle, et en partie susciter67, une demande solvable, c’est-à-dire un pouvoir d’achat, salarial pour l’essentiel, qui puisse l’absorber en consommation de masse. Ce que nous appelons l’élévation du niveau de vie n’est en rien l’effet de la bienveillance des plus riches envers les plus pauvres, mais d’une motivation complexe, où les passions ont leur rôle à jouer et où se mêlent inextricablement — et de manière non calculable — l’appât du gain matériel, la volonté de puissance et le besoin d’être admiré. Une telle analyse appelle à l’évidence une théorisation qui articule une pluralité de modes de coordination de l’action collective.

  • 68 C. Castoriadis, Valeur, égalité, justice, politique : de Marx à Aristote et d’Aristote à nous, in L (...)

25Si on retourne aux sources, on s’aperçoit donc qu’une pensée économique libérale, telle que l’est indéniablement celle d’Adam Smith, ne s’ancre pas nécessairement dans les mêmes présupposés que la théorie néo-classique qui est présentement le paradigme dominant parmi les économistes et la référence quasi universelle des politiques économiques publiques et privées. Entre, d’une part, la théorie économique néo-classique, qui se réclame du libéralisme et, d’autre part, d’autres explications des phénomènes économiques qui se réclament, eux aussi, du libéralisme, ainsi que de la majorité des courants de pensée politique qu’on peut qualifier de libéraux, il existe à notre sens une différence essentielle. Celle-ci réside dans la conjonction de deux composants fortement hétérogènes. Le premier consiste dans les principes de base du libéralisme, axé sur l’accomplissement de l’individu, et qui forment l’un des constituants majeurs de l’individualisme méthodologique qui caractérise le courant largement dominant de la pensée économique. Le second est cette « mystique de l’efficacité » ou, comme l’écrivait Castoriadis, « cette fantasmagorie devenue réelle [...] d’une pseudo-homogénéité effective des individus et des travaux [...] cette alchimie qui permet de transformer le social-historique en physiologique »68 devenue l’imaginaire central de notre société, le dernier avatar du rêve scientiste de maîtrise rationnelle qui traverse depuis près de deux siècles la culture occidentale et s’est aujourd’hui mondialisé. Voilà ce que peut-être aurait pu vous dire Madame Forrester si son projet avait été de faire... un exposé universitaire. Il me semble d’ailleurs qu’elle a intuitionné, et même plus, nombre de raisonnements que je vous ai tenus. Son projet, auquel je souscris pleinement et que je me suis efforcé d’étayer sur des bases différentes, était de clamer ses doutes, ses craintes, son effroi même pour l’avenir — rien moins que radieux, à son sens comme au mien — que nous vaudrait la poursuite des objectifs aujourd’hui définis pour une économie de marché pure, mais surtout dure.

Notes

1 V. Forrester, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996, pp. 44-45.

2 Ibidem, p. 193.

3 Ibidem, p. 53.

4 « La honte devrait être cotée en Bourse : elle est un élément important du profit » (Ibidem, p. 16).

5 Ibidem, pp. 15-16.

6 Ibidem, p. 11.

7 .Ibidem, 4e de couverture.

8 Ibidem, p. 64 et suiv.

9 Ibidem, p. 62.

10 Ibidem, p. 59.

11 Ibidem, p. 63.

12 J.-P. Dupuy, Ordres et désordres : enquête sur un nouveau paradigme, Paris, Seuil, 1982, pp. 29-57.

13 Ibidem.

14 Ibidem, p. 34.

15 Ibidem, p. 29.

16 Ibidem, p. 57.

17 V. Forrester, op. cit., p. 62.

18 Ibidem, p. 28.

19 C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Editions du Seuil, coll. « Esprit », 1975.

20 Cf. la leçon inaugurale de Mme Chantal Mouffe.

21 Ibidem.

22 J.-P. Dupuy, op. cit., p. 25.

23 A. Orlean, Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions, in A. Orlean (édit.), Analyse économique des conventions, Paris, P.U.F., collection « Economie », 1994, p. 10.

24 H.A. Simon, From Substantive to Procedural Rationality, in S.J. Latsis (édit.), Method and Appraisal in Economics, Cambridge University Press, 1976.

25 Qui seul permet la construction d’une théorie « compréhensive », comme disent les anglo-saxons.

26 Une nature « inerte et insensible, inhumaine dans tous les sens du terme », précise O. Favereau, Rationalité, article no 146, in Y. Simon et P. Joffre (édit.), Encyclopédie de gestion, Paris, Economica, 1997, 2e édition.

27 La « calculabilité » est supposée infinie.

28 O. Favereau, op. cit, p. 2797.

29 A. Orlean, op. cit., p. 10.

30 Autrement dit, cette procédure !

31 Pour un exposé non technique mais néanmoins rigoureux de ces conditions, voir par exemple B. Guerrien, Découverte de la microéconomie, in Cahiers Français, Paris, La Documentation Française, no 254 (janvier-février 1992), p. 14.

32 K.J. Arrow et F.H. Hahn, General Competitive Analysis, San Francisco, Holden Day, 1971.

33 J.-P. Dupuy, Le sacrifice et l’envie, Paris, Calmann-Lévy, 1992, p. 50.

34 Ibidem, p. 316.

35 M. Friedman, Free to Choose, Avon, 1981.

36 La liberté de la très grande majorité des individus de participer au marché du travail est toute relative !

37 On notera au passage le caractère tautologique de ce propos.

38 M. Friedman, The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits, in New York Times Magazine, septembre 13, 1970.

39 Il est révélateur que cette condition nécessaire de l’équilibre général concurrentiel, tel que défini par Arrow et Debreu (voir G. Debreu, Théorie de la valeur, Paris, Dunod, 1966) ne soit pas mentionnée dans la majorité des ouvrages traitant de la question (Voir, par exemple, B. Guerrien, Dictionnaire d’analyse économique, Paris, La Découverte, coll. Repères, 1996, p. 158). C’est là l’une des manifestations majeures de l’« éclipse permanente », déjà signalée plus haut, de la réflexion sur les conditions originelles. Comme le fait remarquer Amartya Sen (On Ethics and Economies, Cambridge University Press, 1986, pp. 36-37), la théorie ne propose aucun mécanisme de révélation de ce type de préférences. On se doit d’ajouter ici une référence au « théorème d’impossibilité » d’Arrow, variante économique du paradoxe de Condorcet, « résultat selon lequel il n’est pas possible de déduire une fonction de préférence collective cohérente [...] d’une économie à partir des relations de préférence de chacun de ses agents » (B. Guerrien, op. cit., pp. 31-32).

40 Le sacrifice et l’envie, cit., chapitre 2, sections 1 et 2.

41 Ibidem, p. 59.

42 Mishan, The Futility of Paret o-Efficient Distributions, in American Economie Review, décembre 1972.

43 G. Brennan, Pareto Desirable Redistribution : The Case of Malice and Envy, in Journal of Public Economies, 1973, no 2.

44 Pour de plus amples développements, voir J.-P. Dupuy, op. cit., chapitre 2, section 3.

45 V. Forrester, op. cit., pp. 44-45 (cette citation avait été volontairement tronquée au début du texte).

46 On vise par cette expression la « théorie des jeux », dits jeux à stratégie, qui tente de prendre en compte ces interactions à travers une « stylisation » qui dénature subtilement les phénomènes étudiés. Pour des développements critiques sur ce sujet, voir B. Guerrin, La théorie des jeux, Paris, Economica, 2e éd., 1995.

47 Voir infra les développements consacrés à la notion de « main invisible ».

48 O. Favereau, Règle, organisation et apprentissage collectif, in A. Orlean (édit.), op. cit., p. 134.

49 C’est-à-dire des décisions qui maximisent la satisfaction subjective individuelle, quantifiée dans une fonction d’utilité et qui, en vertu des théorèmes du bien-être, maximisent simultanément Futilité collective, pour autant que celle-ci soit considérée comme un pur agrégat additif des utilités individuelles.

50 Mais postule que les opérateurs sur ces marchés soient dotés d’une rationalité substantielle et soient, par conséquent, capables d’« anticipations rationnelles ». Pour un examen critique de ce dernier postulat, voir par exemple A. Orlean, Contagion mimétique et bulles spéculatives, in J. Cartelier (édit.), La formation des grandeurs économiques, Paris, P.U.F., 1990.

51 O. Favereau, Marché internes, marchés externes, in Revue économique, vol. 40, no 2 (1989).

52 Voir par exemple P.B. Doeringer et MJ. Piore, Internai Labor Markets and Manpower Analysis, Lexington (Mass.), Heath Lexington Books, 2e éd., 1985.

53 L’échéance et le risque sont, en général, des caractéristiques suffisantes des produits financiers, même sophistiqués.

54 J.-P. Dupuy, Convention et Convnon Knowledgde, in Revue économique, vol. 40, no 2 (1989), p. 342.

55 Pour une synthèse non formalisée de cette littérature extrêmement abondante, voir P. Milgrom et J. Roberts, Economies, Organization and Management, Englewood Cliffs (NJ), Prentice-Hall, 1992, récemment traduit en français aux éditions De Bœck.

56 Théorie des contrats incitatifs, théorie des signaux, théories des jeux à stratégie, simples ou répétés,...

57 La théorie des jeux n’explique pas pourquoi c’est d’un côté ou de l’autre de l’asymétrie d’information que se situe le « centre », c’est-à-dire la partie qui prend l’initiative du « jeu ».

58 Le concept de « règle » appelle, lui aussi, une analyse critique qu’il n’est pas possible de présenter dans ce cadre. On consultera : O. Favereau, Règles, organisation et apprentissage collectif, op. cit. ; P. Livet et L. Thevenot, Les catégories de l’action collective, in A. Orlean (édit.). Analyse économique des conventions », op. cit.·, P. Livet, Dynamique des règles, incomplétude et espace d’indécidabilité, in B. Reynaud (édit.), Les limites de la rationalité - tome 2 : Les figures du collectif - Colloque de Cerisy, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 1997.

59 Cf. B. Salanie, Théorie des contrats, Paris, Economica, 1994, Introduction.

60 La mise en œuvre de cette approche dans le champ de l’économie publique porte le nom révélateur de « modèles de concurrence fictive », c’est-à-dire fondée sur des « quasi-prix » imposés par la puissance publique.

61 Ainsi, par exemple, le schéma « agent-principal » s’applique indifféremment aux relations client-fournisseur, médecin-patient, gouvernant-gouverné, employeur-employé,...

62 P. Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points-Polique », 1989, pp. 45-46.

63 Ibidem, pp. 46-47 (les italiques ne figurent pas dans le texte original).

64 Pour adopter le vocabulaire de Madame Forrester.

65 L’expression « main invisible » ne revient qu’une seule fois dans la « Richesse des nations », alors qu’elle a fait l’objet de longs développements dans la « Théorie des sentiments moraux ».

66 Cette vision des choses n’est pas sans points communs avec l’« éthique de la discussion » de Jürgen Haβermas.

67 C’est là un des principaux ressorts de ce qu’on a appelé le « fordisme ».

68 C. Castoriadis, Valeur, égalité, justice, politique : de Marx à Aristote et d’Aristote à nous, in Les carrefours du labyrinthe, Paris, Editions du Seuil, coll. « Esprit », 1978, pp. 255 et 267.

Auteur

Professeur à l’Université Catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search