Version classiqueVersion mobile

Liminaires phénoménologiques

 | 
Jocelyn Benoist
, 
Robert Brisart
, 
Jacques English

L'identité d'un sens : Husserl, des espèces à la grammaire

Jocelyn Benoist

Texte intégral

« Quelle est cette objectivité-là, que l'on appelle signification ? Et comment se constitue-t-elle : dans les actes donateurs de sens, ou en se fondant sur eux ? Est-ce une unité idéale analogue à l'unité de l'expression ? »
E. HUSSERL, Sur la théorie de la signification, pp. 47-48.

1L'idée de grammaire semble porter un effet de relativisation. Ce qui est grammatical n'est que grammatical, et n'a de sens que par la seule force de la règle, indépendamment du renvoi à toutes essences auxquelles serait suspendue sa constitution. La grammaire laisse toujours entrevoir la possibilité des grammaires.

  • 1 Cf. Jacques BOUVERESSE, Wittgenstein et les problèmes de la philosophie, in La philosophie anglo-s (...)

2Pourtant, à tout prendre, cette relativité instaurée par l'introduction de la notion de grammaire n'a rien d'évident. En effet, une grammaire, c'est aussi bien ce dont, dans l'adhésion primordiale aux conditions de mon propre langage, je ne peux me déprendre, et ce par rapport à quoi je ne peux me mettre en position de recul. Ce qui dès lors ne peut vraiment se dire, dans le déploiement idéal de structures tel que l'opère la linguistique, structures que précisément je pourrais comparer les unes aux autres dans une vue de dessus, mais juste ce qui peut se montrer, dans la manifestation des conditions immanentes de mon discours dans son exercice même. Les règles de la grammaire ne sont pas des règles du jeu dont on pourrait se donner une vue extérieure et que l'on pourrait arbitrairement changer comme celles par exemple d'un jeu d'échecs amélioré. Nous y sommes, nous sommes toujours déjà pris dedans, et c'est cette immanence de la règle (dans notre discours), cette inclusion dans la règle (de nous comme sujets parlants), cette conditionnalité immanente qu'a exactement pour but de mesurer l'apparition du thème grammatical chez le second Wittgenstein. Loin d'une profession de foi relativiste, il y va d'une redéfinition du transcendantal qui est aussi un déplacement, dans la découverte de cette transcendantalité propre au discours qui n'est rien d'autre que légalité immanente. Loin de se résorber dans l'inventaire des différences, la grammaticalité en est la condition même, comme le fond depuis lequel celui-ci est compris puisque parlé, sans jamais que ce fond puisse jamais lui-même être déployé ou déduit comme structure. Il n'y va de rien d'autre que d'une redéfinition, dans sa déstabilisation même, du thème classique de la catégorialité, dans sa mise à l'épreuve de cette non transcendantalité qui est celle du signifier, comme origine sans origine, ne tenant dans rien d'autre que dans ses règles (derrière les règles de la grammaire, il n'y a « rien » depuis quoi elles se détermineraient, et pourtant elles ne sont rien que l'on puisse se présenter comme une option parmi d'autres règles, comme dans une axiomatique, piste toujours rejetée par Wittgenstein1).

3C'est cette inflexion (mise de la question transcendantale à l'épreuve de cette originalité et de cette originarité qui peuvent être celles de l'usage des signes dans notre vie de conscience), mutatis mutandis, qui, me semble-t-il, a pu conduire Husserl, dans son exploration de la modalité signitive de l'intentionnalité, d'une théorie encore idéaliste ou platonisante de la signification à une théorie qui n'a d'autre portée que de mettre en évidence sa fondamentale grammaticalité, comme impossibilité d'une idéalisation en termes d'espèces ou de structures qui pour autant ne doit pas nous incliner à un naturalisme qui opérerait aussi à sa façon une nouvelle réification de la signification — alors en termes de règles définies et observables comme objets. Là, en 1908, la théorie de la signification trouve certainement chez Husserl sa butée ultime, dans son affranchissement de tout modèle autre que celui de la signification elle-même, à savoir la grammaire, fût-elle et surtout soustraite aux grammairiens.

  • 2 Cf. la première partie de notre livre Phénoménologie, sémantique et ontologie : Husserl et la trad (...)

4Qu'en est-il de l'éventuelle identité d'un sens et d'un éventuel Bedeutungskörper ? Telle est la question autour de laquelle se cristallise alors pour Husserl le problème du statut de la signification, et de son éventuelle irréductibilité à toute forme d'objectivation, elle qui, déjà dans les Recherches Logiques, s'était dévoilée comme le lieu formel de tout accès à l'objet2, prêtant aux autres modalités de l'intentionnalité (perception, imagination) ses capacités de catégorisation — d'où l'intuition catégoriale — et de formation symbolique. Restait évidemment à cerner le sens du catégorial au niveau propre de sa constitution ou de son institution, à savoir de la signification elle-même. Ce à quoi les Leçons de 1908 devaient contribuer, mais non sans modifier assez profondément la donne initiale. A partir de ce moment en effet il devait s'avérer définitivement impossible d'entendre la grammaticalité de la signification sous l'horizon de la compossibilité ou non d'essences significationnelles. Par là-même la phénoménologie naissante, à flanc de langage, devait se trouver directement confrontée (confrontation déterminante de la constitution même de ses objets) à ce qu'on pourrait nommer le fond sans fond de la signification lui-même.

1. La théorie des espèces de signification (1901)

5Un des points les plus discutables de la théorie de la signification présentée par les Recherches Logiques, mais ce qui fait aussi sa radicalité propre, c'est la thèse de l'idéalité de la signification.

  • 3 Lecture dont nous ne sommes pas sûr qu'elle soit défendable. Reste que Frege, à sa manière, sacrif (...)
  • 4 Cf. R.L. I, § 34, Hua XIX/1, p. 108 ; trad. franç. T. II/1, p. 1 19 : « Quand nous réalisons cet a (...)
  • 5 Sur tout ceci, voir le chapitre I de notre Phénoménologie, sémantique, ontologie.

6Celle-ci ne doit pas être trop vite interprétée dans le sens d'un « platonisme » frégéen du sens, libéré comme en soi d'un troisième terme entre l'acte et l'objet. L'idéalité husserlienne de la signification ne s'entend d'abord et toujours que comme l'impossibilité pour le « sens » des actes signitifs et constituer en soi un objet ou même un quasi-objet, dans une lecture de Frege qui identifierait la position de ce dernier à une sorte de réalisme du sens3. Bien plutôt faut-il y voir en un premier temps la marque d'une conscience avivée de l'irréductibilité du « sens » (ou du phénomène du « sens », de la signification) à l'acte comme contenu. Aucune prestation mentale ne suffira jamais à combler le besoin du sens, en tant que celui-ci met en jeu un régime d'activité intentionnelle bien particulier, qui lui est spécifique, et qui entraîne toujours la conscience en débordement d'elle-même, en dépassement de tout contenu qu'elle serait censée présenter comme sens correspondant à tel ou tel acte. L'acte, en tant qu'acte du signifier, ne peut lui-même être interprété comme sens ; bien plutôt est-il le lieu où le sens advient et l'opération par lequel celui-ci advient, sans qu'il soit rien de non plus créé par elle, comme pure ouverture à lui. La transcendance du sens est le résultat essentiel de la le Recherche Logique. Et c'est certainement elle (d'abord) qui est visée sous la thèse paradoxale de l'idéalité des significations. Le sens est transcendance avant et plutôt que d'être objet transcendant. Cela d'autant plus que le leitmotiv de l'analyse husserlienne est alors l'impossibilité ou l'absurdité de viser le sens lui-même dans les actes conférant la signification4. Ceux-ci en tant qu'actes au sens fort du terme, c'est-à-dire actes intentionnels, sont résolument tournés vers l'objet. On ne peut séparer le dire de son dit, y compris éventuellement pour isoler des moments de dire qui mesureraient sa détermination comme tel ou tel (son monnayage en différents sens, précisément)5.

  • 6 Sur la valeur structurante de ce projet de mathesis universalis pour le traitement husserlien de l (...)

7Reste que cela conduit Husserl à emprunter le vocabulaire des significations idéales, embrigadées au titre d'objets comme les autres, ou tout au moins de quasi-objets, dans le plan de la mathesis universalis esquissé à la fin des Prolégomènes, comme doctrine de l'objet en général et fond implicite du projet des Recherches Logiques, voire de l'ensemble de la philosophie husserlienne6.

  • 7 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 94 ; trad. franç. T. II/l, p. 102.
  • 8 Sur le mot qu'indiscutablement la phénoménologie aurait à dire dans l'histoire de la théorie des a (...)

8De façon révélatrice, le contexte dans lequel l'idéalité de la signification est avancée, au sens où est affirmée la possibilité de constituer les significations en objets idéaux, n'est autre que l'étude des expressions essentiellement occasionnelles (indexicales) et des fluctuations que l'on pourrait croire essentielles à certaines significations (moi, je, ici, là-bas, etc.). C'est contre toute logique du vague qu'est alors posée l'identité à soi de la signification. Le sens est fermement retiré aux « conditions contingentes du discours (Rede) »7, c'est-à-dire en fait à rien d'autre qu'à l'énonciation. Après être passée très près d'une linguistique des actes de parole, dans sa découverte de la nature d'acte (intentionnel) du signifier lui-même précisément, rapport à l'objet en lui-même et de plein droit8, la phénoménologie husserlienne s'en éloigne diamétralement en reversant l'actualité de l'acte — donc aussi bien sa contextualité — au compte du contingent, reportant la substance sémantique même de l'acte sur un plan d'objectivité toujours déjà idéalisé.

  • 9 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 95 ; trad. franç. T. II/l, p. 103.
  • 10 Cf. La voix et le phénomène, Paris, P.U.F., 1967, dont nous n'instruirons pas ici le procès.
  • 11 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 96 ; trad. franç. T. II/l, p. 104 : « Que l'on retranche de notre lang (...)

9C'est ce que Husserl appelle, dans une formule on ne peut plus claire, « l'absence de limites de la raison objective »9. « Toute expression subjective, si l'on maintient identique l'intention de signification qui lui est dévolue à un moment donné, peut être remplacée par des expressions objectives ». Cette clause de substituabilité n'a d'autre fonction que de contenir le flottement apparemment essentiel du sens de certaines expressions, qui sont monnaie courante dans notre langage quotidien, assigné aux vérités en soi de la situation qu'elles sont censées décrire. La nécessité de dire quelque chose, la fondamentale référentialité de notre discours fonctionne alors comme le principe de son objectivation, le passage au plan objectif écrasant toute l'incertitude inhérente à l'énonciation, dans l'idéalisation même de sa teneur. « A l'être en soi correspondent les vérités en soi, et à celles-ci, à leur tour, correspondent des énoncés fixes et univoques ». De façon somme toute étrange, une analyse qui en un premier temps s'est employée, à contre-courant de toute la littérature de son époque, à sauvegarder l'autonomie des actes du signifier, en les séparant radicalement de l'intuition censée y correspondre, et à libérer par là-même la signification du joug de la vérité (la signification est déjà en elle-même visée d'objet ; la détermination de celui-ci comme « vrai » n'est qu'un usage, très particulier, et lui-même déterminé sur le terrain de la signification, de la signification elle-même), se réfugie en définitive dans l'horizon du passage à une possible vérité afin de préserver une idéalité, c'est-à-dire une possibilité d'arrachement à son contexte, que le jeu même du signifier semblait dès lors mettre en péril. En fait, c'est sans doute parce que l'analyse du signifier comme acte menée au chapitre II était si radicale, et autonomisait à ce point la signification comme pure relation à l'objet, modalité de l'intentionnalité à part entière, que la question des expressions essentiellement occasionnelles et de l'indétermination constitutive du signifier peut se poser avec une telle acuité au chapitre III. On aurait tort d'ignorer le caractère stratégique de ce chapitre dans l'analyse husserlienne. La question, contrairement à ce que semble penser Derrida, n'est pas celle d'un simple déni d'empiricité, ou de contextualité de la parole, en tant que celle-ci renverrait à des circonstances extérieures à elles, que Husserl réduit ici à l'aune d'une parole intérieure10. Le problème est celui de la parole elle-même comme contexte, de « l'occasion » inhérente à la parole qui se manifeste dans ce phénomène fondamental qui est celui de son indexicalité, phénomène que Husserl reconnaît assurément comme fondamental11, et qui l'embarrasse fort, justement parce que lui se situe dans son analyse à ce niveau même qui est celui des actes du signifier, qui est aussi le niveau de cette occasionalité.

  • 12 Cf. AUSTIN, La signification d'un mot, in Ecrits philosophiques, trad. franç. Lou Aubert et Anne-L (...)
  • 13 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 97 ; trad. franç. T. II/l, p. 105.
  • 14 R.L. I, § 29, Hua XIX/1, p. 97 ; trad. franç. T. II/l, p. 105.

10D'où le décrochage dont la fin de la le Recherche Logique est le théâtre entre le niveau de la signification et le niveau du signifier. Les variations et fluctuations sont reversées au compte des actes, donc du signifier, et pendant ce temps, la signification monte d'un cran en direction de l'idéalité. Ce maintien, ou plutôt cette fixation qui est bel et bien production de la signification idéale, qui au fond n'était pas intervenue comme telle jusqu'ici dans l'analyse — qui s'était située au niveau des actes du signifier — trouvent deux raisons, qui l'une et l'autre pourront paraître faibles. La première est qu'il faut maintenir un sens à cette question qui paraît pouvoir être posée universellement à toute expression, à savoir celle de quelle est sa signification, au singulier, au sens d'une ou d'un nombre défini de significations, idéalement unes. Husserl sacrifie alors aux exigences de la question philosophique bien connue « Quelle-est-la-signification-d'un-mot ? »12, question qui serait censée saisir tout le mystère unifiant qui est celui de la signification, mais dont on peut se demander si elle ne le crée pas aussi bien. Mais ce n'est sans doute pas ici le motif essentiel de la conversion husserlienne à la doctrine de l'idéalité de la signification comme essentialité, comme telle — relativement — objectivable. Husserl a le mérite d'être extrêmement explicite : cette conversion « est exigée surtout en raison du but qui guide nos analyses »13. Or ce but n'est autre que d'édifier une logique pure, susceptible de fournir le cadre précisément à la mathesis universalis recherchée. L'évacuation de la parole comme telle (comme « acte ») dont le traitement des expressions essentiellement occasionnelles est le lieu n'est donc pas présentée par Husserl comme pourvue d'aucune légitimité par rapport aux jeux ordinaires du langage ; bien plutôt relève-t-elle d'une contrainte exercée sur l'analyse du langage par les impératifs d'une recherche gouvernée par l'élucidation de cet usage très particulier du sens que constitue la logique. Celle-ci serait censée ici se tenir au niveau de « l'essence idéale des significations »14, voire des significations comme essences, et c'est sa contrainte qui place la signification au sens ordinaire du terme — celle du simple « faire sens » dans le langage, comme acte — sous le signe d'avoir une essence.

11D'où les — trop brèves — analyses du chapitre IV, qui n'ont d'autre but que de donner un contenu à cette essentialité des significations.

  • 15 R.L. I, § 30, Hua XIX/1, p. 102 ; trad. franç. T. II/l, p. 111.

12Husserl, suivant une logique qui devait le conduire au noème, et qui est assez largement réinterprétée dans ces termes dans la réécriture de la seconde édition, tire argument de l'irréalité de la signification — son absence d'inclusion réelle dans le vécu de signifier, en tant alors que contenu ou acte mental, suivant une théorie idéationniste de la signification, absence d'inclusion que nous baptiserons idéalité de la signification en son sens 1 — pour lui rendre une certaine consistance idéale, en redoublement de la réalité effective (psychologique) de l'acte qui la fournit, acte alors radicalement dépassé par elle en tant que quasi-objet — ce que nous nommerons idéalité de la signification en son sens 2. Le passage du sens 1 au sens 2 se fait avec l'évidence d'une sorte d'argument implicite : comme si l'absence de contenu de la signification au sens 1 obligeait à la traiter comme contenu en un autre sens et à un autre niveau, et ne remettait pas en question en général qu'on puisse la tenir pour un « contenu », en tous les sens. La critique du psychologisme, comme chez Frege, semble donc ici en définitive faire le lit du « mythe de la signification » : « nous ne voyons pas l'essence de la signification dans le vécu qui confère la signification, mais dans son “contenu” qui présente une unité intentionnelle identique, par opposition à la multiplicité dispersée des vécus réels ou possibles de sujets parlants et pensants »15.

  • 16 Op. cit., loc. cit.

13Ici une note assez embarrassée de la seconde édition précise : « le mot intentionnel peut s'appliquer, conformément à sa formation, aussi bien à la signification qu'à l'objet de l'intentio. Unité intentionnelle ne signifie, par conséquent, pas nécessairement l'unité intentionnée (intendierte), celle de l'objet »16. C'est en effet d'une unité pour le moins étrange, pour ainsi dire fantomatique, qu'il s'agit. Si elle dépasse la pluralité d'actes signifiants dont elle serait censée constituer le sens commun, elle ne s'identifie pas pour autant purement et simplement à celle de l'objet qui leur serait commun, et qui transcende radicalement la teneur desdits actes. Si cette unité est intentionnelle, ce n'est pas comme elle-même visée (c'est l'objet qui l'est, par tous ces actes dispensateurs du « même » sens), et il faut alors admettre comme une sorte d'intentionnalité transversale aux différents actes signifiants les constituant comme porteurs de « la même » signification dans le courant même de la vie intentionnelle dans laquelle ils s'effectuent en direction dudit objet. Ce que résoudra avec peut-être un peu trop d'aisance la théorie sémantique élargie (généralisée à toute la vie de conscience) du noème, comme registre, constitué de façon immanente (« transcendance dans l'immanence »), de toutes les constitutions. Dans les Recherches Logiques, le problème demeure de penser les formes d'unité d'une intentionnalité — celle de la signification — qui n'est pas tournée vers sa propre unité, mais vers celle de l'objet, qui est visé — même si celle-ci bien sûr ne pourra s'attester que dans celle-là, qui y constitue la voie d'accès obligée. La réponse tient dans la théorie des espèces de signification, qui ne sont rien d'autre alors que les formes d'unité de la signification.

14L'identité de la signification ne se mesure à rien d'autre qu'à son arrachement au psychologique, qui porte en soi une exigence d'individuation. Un contenu mental, même ressemblant d'un sujet ou d'un temps du sujet à un autre, demeure toujours fondamentalement individuel, déterminé par son existence, au sens où il est là ou n'y est pas et son sens n'est pas séparable précisément du fait d'être-là, son être-là n'étant pas réductible à celui d'un autre, même qui lui ressemble. La signification quant à elle n'est pas marquée par cette individualité, sa transcendance se manifestant précisément par le dépassement de celle-ci, et de la sphère psychique qui la détermine :

  • 17 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 104sq. ; trad. franç. T. II/l, p. 114.

« Par exemple, ce que la proposition énonciative (Aussagesatz) π est un nombre transcendant veut dire (hesagt), ce que nous comprenons par là quand nous la lisons ou ce que nous visons quand nous l'énonçons n'est pas un aspect individuel, qui se contenterait de réapparaître à chaque fois, de notre vécu mental. Cet aspect est d'un cas à l'autre de toute façon individuellement différent, alors que le sens de la proposition énonciative doit être identique. Quand nous, ou n'importe quelle autre personne, répétons la même proposition avec la même intention (Intention), chacun a ses phénomènes, ses mots, ses moments de compréhension. Mais, en regard de cette multiplicité illimitée de vécus individuels, ce qui est exprimé en eux est partout quelque chose d'identique, le même au sens le plus strict du mot. La signification de la proposition ne s'est pas multipliée avec le nombre des personnes et des actes, le jugement, au sens logique idéal, est un »17.

15La signification se détache ici comme pure identité par rapport à la variabilité intrinsèque des vécus qui accompagnent la visée significationnelle de l'objet, donc le fait même de la signification. C'est l'identité précisément, l'impression constitutive du discours (notre confiance en notre discours est à ce prix) de parler de « la même chose » en différents cas, qui fonde l'idéalité. L'idéal est d'abord l'idéal-identique, et cela, d'une certaine façon, avant même et plutôt que d'avoir le statut d'« objet général », on pourrait dire que c'est ici en un premier temps le sens, simplement phénoménologique, de la thèse de l'idéalité de la signification. Celle-ci est gagée sur l'identité de nos « sens », ou plutôt, ceux-ci ne pouvant vraiment être traités comme des objets (ce serait incompatible avec la doctrine du signifier comme acte, puissamment articulée par la le Recherche Logique), sur la possible identité de sens de nos visées, constitutive alors du sens de ce type de visée bien particulier, et fondamental, qu'est la modalité significationnelle de la visée.

16La mise en lumière de cette identité une fois de plus n'est pas dissociable de la finalité logique de l'analyse husserlienne. Il y va ici du retour du mythe bolzanien de la proposition (Satz) en soi, thème qui sera largement orchestré par Husserl dans sa problématisation ultérieure de la signification. La logique s'occupe d'énoncés (Aussagen) vrais. Mais dans l'énoncé vrai, est-ce l'énonciation, l'acte de parole qui est vrai ? Non, certainement, pas plus que l'acte de juger lui-même qui peut y être compris, si l'on admet que tout énoncé logique a la forme d'un jugement (Urteil). Ce qui est vrai (ou respectivement faux), c'est la teneur logique de l'énoncé, ce que Husserl nomme après Bolzano la proposition (Satz), qui est un contenu idéal, indépendant des conditions effectives de l'énonciation et du juger. Lorsque je dis (j'énonce) π est un nombre transcendant, du point de vue logique, cet énoncé présente l'intérêt d'être porteur d'une certaine vérité. Mais qu'est-ce qui est vrai en lui ? Rien d'autre que ce que l'on nomme la proposition « π est un nombre transcendant », qui n'a d'autre sens que d'être l'énoncé lui-même en tant que porteur de vérité (ou de fausseté), c'est-à-dire en tant que sens. On reconnaît là la procédure de redoublement typique de l'institution logique du mythe de la signification, liée à la réflexion de considérations logiques — donc ayant trait à la vérité des énoncés — sur l'analyse du discours ordinaire. C'est par cette voie — celle de l'antipsychologisme et de l'anti-mentalisme dans l'analyse du discours — que fait irruption ici dans la pensée de Husserl comme une première figure de la réduction :

  • 18 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 105 ; trad. franç. T. II/1, p. 115.

« Enfin, je vois avec évidence que ce que je vise dans la proposition mentionnée, ou bien (quand je l'entends), ce que je conçois comme étant sa signification, c'est identiquement ce qu'elle est, peu importe que je pense et que j'existe, qu'il y ait en général des personnes qui pensent et des actes de pensée »18.

17L'identité de la signification — ou plus exactement l'identité de sens de plusieurs actes énonciatifs distincts —, fondée ou plutôt assignée dans sa possible vérité, lui confère ici comme une sorte de consistance indépendante de l'existence de son contexte et de ses relais, des situations et des personnes qui la portent et la déterminent. L'univers du sens semble dès lors pouvoir se maintenir là où a été opérée une mise entre parenthèses du monde, une première fois envisagée ici. Cet univers ne serait rien d'autre alors que la collection des identités, ces identités que manipulent les énoncés.

  • 19 Op. cit., loc. cit. Sur cette réinterprétation de la « proposition en soi » bolzanienne en termes (...)

18Husserl ne trouve alors aucun autre modèle pour penser cette identité qui est celle du sens d'un énoncé, en tant que celui-ci y rencontre pour ainsi dire sa propre identité (celle par rapport à laquelle il se détermine en tant qu'énoncé), que celui de la spécificité. « Cette véritable identité que nous affirmons ici n'est autre que l'identité de l'espèce (Spezies) »19.

19Ici il faut être prudent, car ce recours à un modèle d'idéalité apparemment platonisant (idéal-spécifique) est pour le moins ambigu. Bien sûr, d'un côté il s'agit d'affirmer une identité fixe, et pour ainsi dire absolue, qui confère au sens la stabilité d'une espèce platonicienne, donc d'un quasi-objet. Mais de l'autre, raisonner en termes d'espèces n'a d'autre portée que de fixer radicalement cette identité à même ses instanciations individuelles (donc les actes individuels concrets qui sont ceux du signifier), dont les « espèces » supposées n'ont plus alors le sens que d'être les classes d'équivalence constituées. Comme le remarquera justement l'exposé de 1908, la théorie de la signification de 1901 demeure donc, dans son platonisme apparent même, résolument une théorie « phénologique » ou « phansique », c'est-à-dire une théorie qui, malgré les apparences, résorbe la signification dans une phénoménologie du signifier. En fait, à proprement parler, il n'y a rien d'autre que les actes, la signification pour ainsi dire « n'existe pas ». Tout juste peut-on concevoir une façon de répartir les actes en classes d'actes, et c'est là que quelque chose peut être pensé comme l'identité de « la » signification, comme on dit.

20D'où les énoncés à première vue contradictoires et extraordinairement ambigus de ce § 31. D'un côté la signification y est affirmée idéale et son idéalité comme relevant de celle de l'espèce au sens platonicien du terme. De l'autre, au même moment, Husserl se défend avec énergie de tout platonisme de la signification au sens propre du terme (existence d'un stock d'essences idéales nommées « significations »), et il est à vrai dire parfaitement en droit de le faire. Il est en effet nécessaire de ne pas aller trop vite et de ne pas caricaturer sa position, marquée indubitablement, dans la le Recherche Logique, par un primat de l'acte qui fait l'originalité de sa compréhension d'alors du phénomène de la signification. Comme souvent, le platonisme est plus complexe qu'on ne le croit.

  • 20 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/1, p. 115.
  • 21 R.L. I, op. cit., loc. cit.

21Pourquoi en effet faire de l'identité recherchée dans les lignes précédentes au titre de la signification celle d'une « espèce » ? « C'est ainsi, mais seulement ainsi, qu'elle peut, en tant qu'unité idéale, embrasser (συμβἀωλλειν εἰς ἕν) la multiplicité dispersée des singularités individuelles »20. L'espèce est donc prestataire d'unité, mais seulement en tant qu'elle est à même de recouvrir la pluralité irréductible des actes en tant que singuliers. A vrai dire, elle est le seul mode d'unité qui puisse intégrer une pluralité en tant que telle, c'est-à-dire en la laissant subsister, et non en s'y substituant. L'idée au sens de l'eidos est l'unité de la pluralité même, c'est-à-dire de la pluralité maintenue comme telle. D'où l'allergie de Husserl, sensible dans la discussion même de la notion de signification, à toute philosophie du concept, entendue comme philosophie de l'unité de substitution. Rien ne pourra faire le travail de la signification à la place des différents actes concrets du signifier, pourrait-on dire. Il ne faut en effet pas perdre de vue le caractère radicalement phénoménologique de l'éidétique husserlienne. « Les singularités multiples formant la signification idéalement une sont naturellement les moments d'acte correspondants du signifier, les intentions de signification »21. Est-ce à dire qu'il y ait une partie, un moment de l'acte du signifier que l'on puisse abstraire pour le retrouver comme contenu commun à différents actes, ce qui leur conférerait « la même signification » ? Non certainement, puisque c'est la théorie qui est récusée avec la dernière énergie par ce début du § 31. Bien plutôt faudra-t-il dire que chaque acte du signifier porteur du même sens comporte un moment interne qui fournit comme une instantiation — par définition irréductible à une autre, c'est le propre d'une instantiation — de la même teneur idéale de signification, la dite teneur idéale n'existant pas elle-même en dehors de cette collection d'instances. Rien n'est à proprement parler extrait de la singularité de l'acte, et la signification ne peut vraiment être retirée de ce qui demeure son lieu naturel (l'acte du signifier). Le problème n'est pas de dépasser réellement le niveau des actes, mais de penser leur ordre. Tel est le sens de ce qui s'affiche alors comme l'exemplarisme husserlien, la difficulté étant qu'il va malheureusement être ici appliqué à la signification selon un modèle qui n'est pas proprement significationnel, mais intuitif, et en outre en lui-même excessivement simplifié, d'une façon qui conduira inévitablement à en remettre en question la pertinence.

  • 22 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/1, pp. 115-116.

22Le problème est en effet que Husserl va ici chercher le modèle de cette « spécificité » de la signification, incarnée en ses différents actes, dans rien d'autre que ce qu'on nomme traditionnellement les espèces naturelles, dont on sait le rôle qu'elles joueront dans ce platonisme du sensible que pourrait bien être la phénoménologie : « la signification se comporte ainsi par rapport à chacun des actes du signifier [...] en quelque sorte comme le rouge in specie par rapport aux bandes de papier que j'ai devant les yeux et qui “ont” toutes le même rouge »22. On retrouverait « la même » signification dans différents énoncés comme le même rouge dans différents objets. Il y a pourtant une grande différence : je vois le rouge, et celui-ci d'une certaine façon constitue bien un moment réel de l'objet (tel qu'il est perçu tout au moins) ; je ne vois pas la signification, et celle-ci ne se trouve nulle part dans les divers énoncés que je peux rapprocher au titre d'un moment réel. Un certain moment d'acte peut en être porteur ; il ne s'y identifie pas pour autant, et le rapport de ce moment d'acte à la propriété qu'il est censé porter (avoir telle ou telle signification, pour cet énoncé) est assurément plus complexe que celui du moment colorisant de l'objet à la propriété « être de telle ou telle couleur ». La généralité de l'espèce ne tient en effet pas ici dans la possibilité de recouvrement de différents objets partiels avec l'objet général constitué, mais dans celle, pour ainsi dire latérale, et appelée à le rester, de différentes visées.

  • 23 Husserl aussi bien y viendra dans l'Appendice de 1911 aux leçons sur la signification de 1908 que (...)

23D'autre part, comme le fait remarquer Elisabeth Rigal, nous avons affaire à une simplification regrettable du problème de la généralité sensible. En effet, le véritable problème de l'identité sensible — et aussi bien celui dans lequel s'atteste la difficulté de raisonner sur elle en termes d'« essences » —, et celui qui se rapproche de celui de l'identité de la signification, sans doute parce que s'y révèle le caractère fondamentalement sémantique du problème de l'identité sensible (en réalité c'est le même), n'est pas celui de la perception du « même » rouge, si cela a un sens, mais celui de la perceptions de nuances différentes de rouge comme mêmement « rouges »23. De quel droit donner un sens univoque à tout cela ? C'est là que se noue sans doute le problème de l'univocité du sens, et du sens en général. Mais Husserl ici l'a soigneusement évité en ne considérant que le cas-limite de la perception d'objets différents, mais identiques (tous bandes de papier semblables), et identiquement « rouges ». A ce régime, le rouge continuerait-il d'avoir un sens ? C'est ce qu'on pourrait se demander.

  • 24 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/l, p. 116.

24Reste que demeure pertinente, dans l'exemple, l'incarnation essentielle de chaque instance censée représenter l'espèce, son individuation fondamentale, et surtout son irréductibilité à l'espèce elle-même. L'espèce n'est aucun des rouges (du même rouge, il est vrai...) des différentes bandes de papier rouges, mais elle n'est pas ailleurs non plus absolument, tel est le paradoxe de la spécificité tel qu'il est avancé par Husserl pour donner un sens à l'identité alléguée qui serait celle de la signification. Ni irréelle, ni réelle à proprement parler, l'espèce ne s'entend pas en dehors du domaine qu'elle ordonne, dont les singularités aussi bien, et elles seules, lui procurent l'incarnation : « outre les autres moments qui la constituent (extension, forme, etc.), chaque bande a son rouge individuel, c'est-à-dire son cas singulier de cette espèce de couleur, tandis que celle-ci n'existe elle-même réellement ni dans cette bande, ni où que ce soit au monde ; ni surtout “dans notre pensée”, en tant qu'elle fait aussi partie du domaine de l'être réel, de la sphère de la temporalité »24. La logique mobilisée ici par Husserl est celle des « cas singuliers » et des classes d'équivalence dans la relation du signifier, produites par le jeu même des cas singuliers, leur façon de s'ordonner, en aucun cas celle de la manipulation d'un nouveau « contenu » édifié sur la base des précédents, comme dans toute théorie métaphysique de la signification. C'est le sens ici de son paradoxal platonisme que de déjouer toute déduction a priori du sens qui ferait l'économie de l'histoire naturelle de ses « cas ».

25D'où la condamnation par Husserl, vigoureuse et très surprenante pour une oreille non avertie, du platonisme qui pourrait résulter de la thèse d'irréalité de principe de la signification qui vient d'être formulée :

  • 25 Op. cit., loc. cit.

« Nous pouvons aussi dire que les significations forment une classe de concepts au sens d'objets généraux. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'elles soient des objets qui existent sinon quelque part dans le “monde” du moins dans un τόπος οὐράνιος ou dans un esprit divin ; car une telle hypostase métaphysique serait absurde »25.

  • 26 Cf. notre essai : L'origine du sens : phénoménologie et vérité, in Autour de Husserl : l'ego et la (...)
  • 27 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/l, p. 116.

26La conceptualité des significations ne fait ici écho en aucun autre sens que celui de ce qui n'est pas encore nommé leur catégorialité, mais certainement ni en celui d'un être « subjectif » ou mental (donc d'un conceptualisme au sens scolastique du terme) qui vient de leur être dénié, ni en celui d'un être-commun qui serait celui du « terme général ». C'est bien plutôt en vertu de sa seule idéalité (de son absence d'inclusion réelle dans aucun des actes qui y participe, c'est-à-dire fait sens dans son sens, et simultanément de son être à-même ces actes : elle n'est à proprement parler pourtant nulle part « ailleurs » qu'eux) que la signification se voit ici portée au rang d'« objet général ». Cette généralité, en tant qu'idéalité, n'est généralité d'aucune généralisation (communisation), mais bien plutôt d'un manque, d'une absence d'inhérence à aucun acte qui est pourtant constitutive du sens de ces actes mêmes, et, faut-il dire rien que cela — c'est ce qui fait le statut irréductiblement « phénologique » de la signification dans les Recherches Logiques, que critiquera l'exposé de 1908. D'où le refus de déterminer topologiquement cette idéalité : en fait la signification n'est « nulle part » qui lui serait propre. Il n'y a pas de lieu idéal des significations. Ici tient tout le platonisme paradoxal des Recherches Logiques, qui introduit des entités idéales certes, mais opératoires, et inséparables des « actes » (donc des phénomènes, en l'occurrence des actes dé langage), non pas qu'elles ont faits, comme on serait tenté de le dire en rabattant le point de vue des Recherches sur celui de l'idéalisme transcendantal des Ideen, mais dont, au niveau des Recherches, elles ne sont rien d'autre que ce que nous appellerons les structures d'opération26. Le lecteur des Recherches Logiques à notre sens sera avisé d'emprunter le langage de l'analyse structurale plutôt que celui de la phénoménologie transcendantale — constitutive — héritière de l'idéalisme allemand ainsi que, paradoxalement, de la théorie des objets meinongienne, qui est par ailleurs aux sources de la philosophie analytique. Les significations n'ont aucune espèce de « réalité ». Si on peut parler d'elles comme d'« objets généraux », c'est strictement en liaison avec certains jugements où s'assigne leur généralité, c'est-à-dire du point de vue de leur connexion avec une possible vérité. La « signification » gagne une certaine consistance, voire une quasi-existence parce qu'elle peut être retrouvée dans un certain nombre d'énoncés, dont la vérité détermine ou limite précisément le champ de sa consistance, les conditions sous lesquelles cela a sens que de parler de ceci ou cela. Aussi, si on ne peut au premier abord qu'être choqué par ce qui pourrait passer pour une hypostase, dans la position d'un « objet général », « celui-là par contre ne s'en formalisera pas, qui de prime abord prend ces façons de parler comme des indications de la validité cb certains jugements, à savoir de ceux dans lesquels il est jugé sur des nombres, des propositions, des figures géométriques, etc., et qui se demande alors s'il ne faut pas ici comme ailleurs accorder évidemment à ce sur quoi l'on juge la qualité d'“objet véritablement existant”, en tant que corrélat de la validité du jugement »27. Le cheminement est très proche de celui de Frege dans l'élaboration du mythe de la signification : les flottements du sens sont sévèrement assujettis à la détermination de la référence, et c'est son exigence de détermination, dans la délimitation des conditions d'assertibilité de l'énoncé vrai (valide), qui, en retour, ménage la fixité nécessaire à l'institution des “significations idéales”, qui paraissent ici comme former un effet de réflexion de la vérité sur le discours.

  • 28 L. WITTGENSTEIN, Carnets, trad. franç. Granger, Paris, Gallimard, 1971, p. 169.
  • 29 R.L. I, § 32, Hua XIX/1, p. 107 ; trad. franç. T. II/l, p. 117.
  • 30 Op. cit., loc. cit.
  • 31 R.L. I, § 32, Hua XIX/1, p. 107 ; trad. franç. T. II/1, pp. 117-18.

27Reste que cette idéalité, rigoureusement spécifique (tel est l'apport propre de Husserl), manière de ranger les actes selon les classes qu'en retour la vérité produite ou tout au moins exposée en eux détermine sur eux-mêmes, voire simple « façon de parler » (diese Reden), ne donne assurément pas les moyens d'une ménagerie meinongienne. N'ayant d'autre valeur que descriptive (classer), les significations ne « sont » pas vraiment (Husserl ne leur octroie même pas ici le statut intermédiaire du bestehen). D'autre part, il faut bien comprendre que leur idéalité, structurale (celle de la structure dessinée par les « espèces » du discours, comme configuration du réel énoncé dans la vérité même), a une valeur rien moins que normative. Il ne s'agit pas ici pour Husserl d'exhiber une sorte d'essence du discours, au nom de laquelle on jugerait par après celui-ci, mesurant sa conformité aux modèles qu'on en aurait abstraits. Une fois de plus, ces essences sont phénoménologiques, purement descriptives, et n'ont d'autre raison que de rendre compte de la structuration spontanée des actes, sans rien chercher au delà d'eux-mêmes. Pour Husserl aussi, en philosophie « tout est purement descriptif »28. D'où : il ne faut pas confondre l'idéal-normatif et l'idéal-spécifique. La signification-espèce, éparpillée en la singularité de ses cas, de chacune des occurrences où elle existe (les actes), n'a « aucunement le sens d'idéalité normative, comme s'il s'agissait d'un idéal de perfection, d'une valeur limite idéale qu'on opposerait aux cas singuliers de sa réalisation plus ou moins approximative »29. En fait, la force du modèle de l'idéalité-spécifique de la signification est que, loin d'exclure les variations, les jeux multiples et complexes de la signification, cette idéalité s'y atteste et s'y mesure, ne trouvant son sens en aucune autre manière qu'en couvrant précisément une variété de cas, qu'elle appelle, puisqu'elle n'a de toute façon d'autre portée que — théorique et descriptive — d'en rendre compte. C'est pourquoi les « significations en soi » demeurent « des unités spécifiques, quelle que soit la manière dont varie l'acte de signifier »30 ; elles le peuvent d'autant plus que « le spécifique n'est pas un but d'une aspiration possible, son idéalité est celle de l'“unité dans la multiplicité” »31. C'est dire aussi bien que leur unité supposée n'est pas séparable de la multiplicité qu'elle mesure.

28Il subsiste toutefois une grave difficulté dans la détermination de ces « essences » significationnelles : celle de leur provenance, au sens du problème classique de la provenance des espèces, c'est-à-dire précisément de la possibilité de la constitution de ces classes de multiplicités en tant que classes.

29Au § 34 des Recherches, Husserl parle d'une « réflexion logique » dans laquelle la signification d'un énoncé, elle qui n'est pas habituellement donnée dans l'énoncé, qui va directement à l'objet, pourrait être donnée comme telle, dans son identité, ou tout au moins faire éventuellement l'objet d'une élaboration ultérieure, elle-même proprement significationnelle. Ainsi des énoncés logiques qui portent sur le « sens » d'une proposition précédente, pour ainsi dire « réflexivement » (du style : « et si “p” est vrai, alors q », p ayant déjà été précédemment énoncé). L'important est qu'on puisse alors se référer pour ainsi dire au « contenu » de la proposition p « elle-même » (mais c'est déjà ce que Bolzano nomme « proposition », au-delà de son simple énoncé, en fait), comme élément de discours, sur le mode du « que p soit vrai » (que p soit vraie ou non dans les faits, du reste) : de ce que p est vrai, il s'ensuit que q. Ce fait nourrira les réflexions de la seconde enquête husserlienne sur la signification (1908), dans sa prise en compte accrue de la détermination syntaxique du signifier — de ce point de vue, il faudra dire qu'il y a « significations », qu'on peut raisonner sur les énoncés en termes de significations, dans la mesure où il y a grammaire et où cette grammaire est d'abord une syntaxe.

30Mais, au niveau des Recherches Logiques, le problème demeure le suivant : il faut penser les conditions d'identification des dites significations, dans la mesure où celles-ci ne s'assignent que par rapport à une pluralité d'actes. En d'autres termes, comment sont produits les « contenus » auxquels fait ici référence Husserl, dans son analyse des possibilités logiques de renvoi au « contenu » même de la proposition ? A cela Husserl n'apporte d'autre réponse que l'abstraction idéatrice, mode normal de production des essences, qu'il brandit comme solution, sans vraiment préciser ses modalités d'opération dans le cas particulier des significations. Comment extrait-on une signification ? Le mystère reste entier.

  • 32 Cf. notre essai L'origine du sens. Sur la trimodalité de l'intentionnalité, voir le texte de référ (...)
  • 33 Ce qui pourrait aussi bien rejoindre le « vrai » Platon, dans la pluralité et la gradation structu (...)
  • 34 R.L. VI, § 29, Hua XIX/2, p. 631 ; trad. franç. T. III p. 127.

31Là où il y a eidos, il n'y a qu'un seul mode de production des eidos qui soit concevable, à savoir la variation éidétique. L'eidos est ce qui s'atteste dans le système de ses variations bien formées qui, dans l'évacuation de son effectivité circonstancielle déterminée, exhibent la structure invariante idéale qu'elle est. A la lumière de la IIe et de la VIe R.L., on sait le sens qu'il faut accorder aux essences mobilisées incessamment par l'analyse husserlienne. Celles-ci ne tiennent à rien d'autre qu'à la possibilité de passer d'une modalité de l'intentionnalité à une autre précisément en maintenant l'invariance, ce qui la révèle comme structure. C'est sur fond de trimodalité de l'intentionnalité que se tiennent les eidos32, et c'est la variante structurale du platonisme qui est présentée là par Husserl : pas d'essences indépendantes de la multimodalité d'abords de l'objet orchestrée par la conscience33. « Une perception et toute la série virtuellement illimitée de représentations imaginatives dont chacune représente le même objet avec une égale plénitude ont une seule et même essence »34, mais aussi bien cette seule et même essence ne se détache-t-elle comme essence que dans la variation modale même qui conduit l'intentionnalité perceptive à assumer l'ensemble des transformations imaginaires qui la modifie sans lui faire perdre son sens, son « essence » précisément. Ce qui est fondamental ici, et sans doute Jacques Derrida l'a-t-il vu à sa façon mieux que tout autre, car lui aussi rapproche Husserl et Platon, mais pour les critiquer, ce n'est pas tant, dans un dispositif vérificationniste à vrai dire fort éloigné de la pensée de Husserl, la collusion des intuitions effectives, confirmant la même structure, que la dialectique de l'absence et de la présence, constituant la structure précisément, dans l'assignation du donné à ses contraintes idéales, obtenues par la mesure de ses variations possibles — d'où l'importance du recours à l'imagination — et non réelles. C'est le passage d'une modalité de l'intentionnalité à une autre qui libère la puissance de l'essence et fait du réel ce milieu structural pourvu d'une épaisseur morphologique intrinsèque dont la vérité réside dans l'écart bien plutôt que dans un remplissement entendu comme simple présence de fait d'un « contenu » cognitif — le « remplissement » en effet, tel que le thème en est agité ici par Husserl, n'est que l'envers du manque, et ne doit pas en être séparé dans le traitement du système des modalités de l'intentionnalité. Tel est l'essentialisme husserlien.

  • 35 Cf. la fin du chapitre IV de Phénoménologie, sémantique, ontologie.

32Reste que l'essence telle qu'elle est ainsi présentée demeure fondamentalement biface, prise dans le mouvement de va-et-vient d'une modalité à une autre. Le jeu de constitution des essences semble être un jeu à deux, de l'absence à la présence, et non un jeu à trois. Et comment pourtant la ligne des absences qui forme le contour d'une essence, dans son indexation fondamentale à la présence qu'elle nie, pourrait-elle se constituer sans l'intervention d'un troisième terme, quelque chose comme une règle, qui gouverne leur mise en abyme, cette néantisation de la présence qui s'opère dans le renvoi continu d'une absence à une autre ? L'application de l'imaginaire au réel, constitutive de l'essentialité de ce dernier, requiert certainement quelque chose comme un langage ; et c'est ici, en creux, en dehors de la dialectique du remplissement et de l'évacuation constitutive de l'essence, mais en menant le jeu en tant qu'il y va d'une dialectique précisément, qu'intervient sans nul doute la modalité signitive de l'intentionnalité, comme le dehors de la toile où les variations de l'imaginaire dessinent le réel et elle-même rien qui pourrait être présenté ainsi dans une essence. D'où l'impossibilité d'entendre la trimodalité de l'intentionnalité comme un jeu symétrique, une trifonctionnalité marquée par une réciprocité complète des trois fonctions annonçant une transparence phénoménologique de l'une à l'autre. Il y a un reste, et ce reste, nous l'avons suggéré ailleurs35, pourrait bien se tenir du côté de la modalité signitive, absolument originaire dans son incapacité même à fournir une origine réelle, c'est-à-dire à être déployée sans reste comme ce dont l'effet de report constituerait spéculairement les deux autres, dans la présence des essences — alors en leur fond significationnelles, mais ceci se paierait du prix de l'oubli du signe dans sa dimension de contingence irréductible, d'inconstituable et d'indéductible — à même le langage.

  • 36 R.L. VI, § 29, Hua XIX/2, p. 631 ; trad. franç. T. III p. 127.

33C'est ce qui explique une difficulté dans la présentation du schéma husserlien de la trimodalité de l'intentionnalité à la fin de la première moitié de la VIe R.L., dans l'impossibilité de maintenir l'identité de statut de chacune des modalités intentionnelles, ou plus exactement de l'une par rapport aux deux autres. Entre les deux modalités qui, toutes traversées par l'absence qu'elles soient (c'est ce qui produit l'imagination), demeurent intuitives et la signitive, il n'y a pas de transparence possible au sens précisément d'une variation éidétique. Morphologiquement, une intuition ne peut se convertir en signification, et réciproquement, au sens où l'une et l'autre constitueraient les variations essentielles dans lesquelles se conforme une même structure. D'où la déclaration très importante de Husserl toujours dans ce § 29 de la VIe Recherche : « une représentation signitive n'a en soi pas d'essence »36. Dans quel anéantissement de son contenu en effet pourrait-elle creuser l'écart constitutif de son essentialité ? Ce n'est pas qu'on ne puisse concevoir des variations qui manifestent comme une forme de consistance, de teneur de l'acte du signifier (de la représentation signitive), mais apparemment jamais ces variations ne dépassent le plan du signifier lui-même, lui demeurant strictement immanentes, et leur morphologie par là-même restant de l'ordre de ce qu'on pourrait appeler, au propre et au figuré, les flexions d'une grammaire : jamais elles ne franchissent l'écart d'une modalité à une autre qui, en appel de transcendance, est nécessaire à la constitution d'une essentialité, c'est-à-dire de quelque chose comme une invariance absolue et rencontrée comme absolue, exposable si ce n'est exposée comme telle. Les variations du signitif, même si elles ont des conséquences bien réelles sur l'intuition et en déterminent de nouvelles configurations, et des variations propres, restent toujours — seulement et irréductiblement — signitives. D'où leur fondamentale incapacité, en première approche, à produire des essences et à se produire comme essences, c'est-à-dire comme des essences exposables comme telles.

34Aussi Husserl dira-t-il, dans le même passage de la VIe R.L., que, si les actes signitifs ont une essence et peuvent par là-même devenir le lieu d'une essentialité spécifique (celle de la signification éventuellement ?), c'est en un sens impropre, en fonction de leur « sens remplissant », c'est-à-dire par rapport aux intuitions associées et, peut-on soupçonner, par report de leur essence à elles, qui en est une en un sens propre. Cette allusion au sens remplissant est gênante, car en même temps, celui-ci, tout déterminant qu'il soit du sens de l'éventuelle intuition qui peut, virtuellement ou réellement, être associée à l'acte signitif originaire, ne serait-ce que pour le remplir fictivement, demeure un phénomène essentiellement propre à l'acte signitif. L'essence de l'intuition associée est alors aussi bien déterminée par la définition et la régulation propres à l'acte signitif qui l'appelle et qui, littéralement, nous la fait voir, au sens où il nous dit ce que nous voyons ou ce que nous verrions (c'est le sens du concept de « sens remplissant ») ; or c'est cette essence intuitive alors définie par l'acte signitif lui-même qui serait censée ici donner dès lors en retour « comme » une essence audit acte signitif, lui servant pour ainsi dire de quasi-essence. Il y a là un mouvement de va-et-vient qui n'est pas à proprement parler producteur de l'essence, mais ne fait que l'enregistrer comme une donnée sans mesure définie, car la clôture de ses variations n'est pas assurée, dans l'impossibilité de modifier l'un des deux termes (l'acte signitif) sans modifier complètement les conditions et le sens du remplissement aussi bien. Les actes signitifs associés à telle ou telle expérience perceptuelle ne constituent en rien un groupe de transformation clos : on ne voit pas en effet sur quels gonds invariants on pourrait faire tourner et se clore ces transformations, qui paraissent à vrai dire complètement indéterminées, au sens d'indéterminables, même si elles ne peuvent certainement non plus être n'importe lesquelles.

35Reste alors que les essences significationnelles ne se réduisent pas à être l'essence de l'acte ou des actes qui les supportent. C'est sans doute de telles considérations qui devaient conduire Husserl, dans sa seconde théorie de la signification, d'une certaine façon pour sauver l'idéalité de la signification malgré tout, mais prenant acte de l'impossibilité de définir par variation éidétique (sur quels gonds ?) les classes d'actes nécessaires à donner un sens de spécificité à cette idéalité, à abandonner la théorie de l'idéal-spécifique. Mais ceci ne menait-il pas aussi, au moins en un premier temps, à un renforcement du mythe de la signification, dans l'abandon du lieu originairement pragmatique de l'acte comme site des « espèces » mêmes de signification, qui se voyaient alors abandonnées d'un même mouvement ?

2. Premier axe de remise en question de la théorie des espèces de significations : le niveau supérieur du signifier, ou de l'éidétique au catégorial (1908)

36Dans les Leçons de 1908, c'est en effet le modèle de l'idéalité qui était déjà à l'œuvre au § 34 de la Recherche I, à savoir celui de la proposition bolzanienne, qui s'impose, mais pour ainsi dire en contradiction avec celui de l'idéalité spécifique des classes de signification. Tout au moins les nécessités de la compréhension de ce qu'on pourrait appeler le fait propositionnel conduisent-elles alors Husserl à distinguer deux niveaux de la signification, qui sont aussi deux niveaux d'idéalité pour la signification, l'un écrasant bientôt l'autre, dont on ne comprend plus alors la nécessité, tant la puissance de l'étage supérieur (« grammatical ») de détermination de l'identité du sens s'avère alors constituante.

  • 37 Cf. le livre d'Alberto COFFA, The Semantic Tradition from Kant to Carnap, Cambridge (Mass.), Cambr (...)
  • 38 Bedeutungslehre, § 8 a), Hua XXVI, p. 38 ; trad. franç. p. 62. Sur ces formules, voir l'étude de J (...)

37Le fait le plus massif des Leçons de 1908, et qui fera les délices aussi bien des théoriciens de la tradition sémantique37 que des phénoménologues idéalistes, c'est assurément l'introduction d'un concept double de signification, qui n'a d'autre fonction (hélas, pourrait-on dire, du point de vue d'une critique du mythe de la signification à laquelle la le R.L. donnait bien des marques) que de rendre une certaine consistance ontologique à la signification, dans une doctrine qui se rapproche alors de celle du signifié propositionnel scolastique ou du lekton stoïcien. Il faudra en effet distinguer deux concepts de la signification, un concept « phénologique » (ou « phansique ») qui se place du point de vue de l'acte, de l'intentionnalité elle-même, de l'« apparaître », et un concept phénoménologique (ce terme prenant étrangement ici le sens d'« ontique », dont il est présenté comme le synonyme) qui renvoie au mode de consistance que pour ainsi dire la signification acquiert dans le discours, au sens où elle peut, et doit selon le type de légalité qui est propre au discours, y devenir pour ainsi dire objet38.

38A un premier niveau (phénologique), on retrouvera la théorie des espèces de signification. Il faut toujours partir de ce fait premier qui veut que l'expression veuille dire quelque chose (besagt etwas). Il s'agit dès lors de faire un sort à ce quoi (Was) qu'elle veut dire, et qui, comme tel, est distinct de l'objet auquel elle se rapporte. On risque fort de se mouvoir une fois de plus dans les eaux plutôt saumâtres de la problématique « que-veut-dire-un-mot », le « que » ou le « quoi » créant l'illusion du quasi-objet ou du « contenu » de signification. Et pourtant la position de Husserl est très claire, et n'a pas changé : il est impossible, en ce sens-là, de traiter la signification comme un objet.

  • 39 Op. cit., § 9 c), Hua XXVI, p. 43 ; trad. franç. p. 67.

« Comment en va-t-il maintenant pour le fait d'être tourné vers les significations ? Les significations sont-elles, elles aussi, des objets ? Le sont-elles dans ce sens, et est-il possible de dire d'elles dans le même sens que nous sommes dans le signifier tournés vers elles ? Manifestement non »39.

  • 40 Op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 32 ; trad. franç. p. 55.
  • 41 Op. cit., loc. cit.

39Les significations ne sont donc pas elles-mêmes des objets au sens des objets du discours, au sens de ce dont il est parlé, de la référence. Dès lors, dans leur irréductibilité et à l'acte (par définition individuel et déterminé), et à son objet, on ne voit guère quelle autre solution envisager que celle qui consiste à réintroduire de nouveau des espèces du discours, présentées comme les significations idéales. Le modèle de la couleur rouge est ressorti de ses cartons, afin de mieux enserrer le langage dans un réseau d'espèces conçues à l'image des espèces perceptives, dans un passage subreptice d'une modalité de l'intentionnalité à une autre40. Husserl parle de nouveau ici allégrement de « nature spécifique », ou d'« essence » des représentations signitives, sans s'arrêter au problème que cela semblait poser dans la VIe R.L. Comment obtenir ces essences, justiciables de la loi générale de construction des essences ? « Quelque chose de spécifiquement général se détache dans la conscience de généralité, dans la conscience de l'idéation »41. Mais, faudrait-il demander à Husserl (et il se le demandera lui-même bientôt), comment entendre le passage de la signification réelle (intuitive ?) à la signification imaginaire, nécessaire à l'extraction de l'essence ? Y a-t-il des significations « imaginaires » ? Ceci même a-t-il un sens ?

  • 42 Op. cit., §8 a), Hua XXVI, p. 32 ; trad. franç. p. 56 : « cette signification définit ce que l'on (...)
  • 43 Bedeutungslehre, § 8 a), Hua XXVI, p. 33 ; trad. franç. p. 56.
  • 44 Op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 34 ; trad. franç. p. 57.

40Husserl identifie ici, comme il l'avait fait dans les R.L., l'espèce significative obtenue par idéation, et la proposition au sens bolzanien du terme42. L'idéal-spécifique se conjugue avec l'idéal-discursif, dans la description d'un même phénomène, celui du sens linguistique. L'idéalité du sens se manifeste certes dans un certain type d'invariance : « quand il s'agit de la signification, il n'y a pas à mettre en cause toutes les différences entre représentations, et corollairement jugements, vides et pleins, non-intuitifs et intuitifs »43. Mais celle-ci suffit-elle à constituer des espèces ? Le passage du plein au vide révèle-t-il ici réellement une structure (qui y serait mesurée pour ainsi dire de l'intérieur), ou ne témoigne-t-il pas simplement d'une indifférence ? La signification est indifférente au remplissement ; mais cette indifférence doit-elle être interprétée comme une invariance au sens positif du terme, et dégage-t-elle quoi que ce soit d'« essentiel » dans la signification ? D'ores et déjà on est ici à la limite de l'idéalité de l'espèce. Le modèle propositionnel lui fait décidément concurrence. Si Husserl en appelle à une conscience de surplomb (ein übergreifendes Bewuβtsein), « qui dit alors qu'ici et là, sans nuire à la différence qu'il y a entre le fait de croire et le fait de ne pas croire, il y a, conscient, un quelque chose de commun, un seul et même “contenu” »44, il est difficile d'admettre, comme ce serait le cas si cette idéalité était spécifique, que ce contenu tienne précisément dans la différence qu'il y a entre croire et ne pas croire, dont la variation en serait constituante, le mettant lui-même en lumière comme pôle d'invariance. L'identité de contenu flotte dès lors énigmatique à l'horizon de la suite fluctuante des actes du signifier, dans leur déterminité non transformable par idéation en quelque généralité qui se tiendrait au niveau même de l'acte (comme c'était le cas dans les R.L.), et on a le plus grand mal à comprendre sur quelle pierre de touche pourrait se confirmer cette identité avancée par Husserl comme constitutive des unités signifiantes mêmes du discours, la « conscience de surplomb » alléguée qui permettrait de la déceler s'apparentant fort à un « point de vue de nulle part ». Il est de toute façon difficile de maintenir l'intérêt « dirigé d'une manière primaire sur l'essence des actes dans la mesure où ils sont constitutifs pour l'objectivité », comme le faisait l'analyse de la signification dans les R.L. L'unité de la signification, telle qu'elle est rencontrée dans le discours dans sa capacité de dire « le même », mais « le même » par rapport à rien d'autre qu'à lui-même (il n'y a pas d'anti-modalité conjointe dans laquelle pourrait s'assigner cette identité, par variation imaginaire par exemple), réside en effet ailleurs que dans une quelconque essence supposée des actes eux-mêmes. Mais où la trouver dès lors ?

  • 45 Cf. notre présentation : A l'origine de la phénoménologie : au delà de la représentation, in Criti (...)

41C'est donc plutôt le deuxième aspect (nouveau) de la problématisation husserlienne qui nous intéressera. Husserl introduit ici en effet un pôle ontique (« phénoménologique », par opposition à « phansique ») de la signification, comme si celle-ci pouvait d'une certaine façon constituer un objet. Il est pourtant, même et surtout en 1908, loin de croire que dans l'usage normal du discours la signification soit naturellement objet au sens où elle serait ce qui est dit, l'objet au sens de la référence. Il ne sacrifie pas plus à ce qu'il avait critiqué, à savoir à l'idée de l'existence d'un troisième terme, d'un semi-objet entre mes mots et leur référent, qui serait comme le contenu de sens correspondant au mot, et que celui-ci promènerait avec lui, éventuellement sans objet qui y corresponde, comme dans le cas desdits « objets inexistants ». La visée s'arrêterait alors à la signification — ce serait la solution twardowskienne au paradoxe bolzanien des objets inexistants45. En réalité, bien plus que des facteurs externes (« existence » ou non de l'objet visé) à la visée significative, c'est ce qu'il faudra bien appeler la grammaire de cette même visée qui contraint Husserl à poser ici l'identité et la consistance de la signification, dans la mise en évidence de cette structure constitutive du discours qui est de renvoyer lui-même, comme à un de ses propres moments, non pas à l'objet visé, mais au fait de viser discursivement tel ou tel objet, ce qui n'est rien de psychologique ou de mental, mais un moment du discours lui-même, quelque chose qui fait partie de sa grammaire et de sa structure essentielle — mais rien qui puisse s'analyser en termes d'essences significatives.

  • 46 Bedeutungslehre, § 8 b), Hua XXVI, p. 35 ; trad. franç. p. 59.
  • 47 Ou plus exactement cette identification aura lieu en dernier ressort en sens inverse de ce qui ser (...)
  • 48 Bedeutungslehre, § 8 b), Hua XVVI, p. 38 ; trad. franç. p. 61.

42« Le mot signification peut, semble-t-il, avoir aussi un sens qui, sans toucher non seulement aucun acte, mais rien non plus de spécifique qui serait tiré de l'acte, touche tout au contraire quelque chose de corrélatif qui s'y oppose du côté objectif »46. La signification regagne donc ici quelque consistance en tant qu'elle devient elle-même ce qui d'une certaine façon peut être visé (un « corrélat objectif »). Comment est-ce possible ? Est-ce à dire que la signification puisse elle-même être objet pour la conscience au sens propre du terme ? Le recours husserlien au paradigme de l'objet intentionnel, qui avait été condamné dans les R.L., pourrait entretenir ce doute. Mais l'important ici, c'est le « en tant que ». L'objectivation relative de la signification ne signifie rien d'autre que la mise en avant de ce qu'on pourrait appeler la consistance du « en tant que », du catégorial comme tel. L'objet intentionnel, c'est l'objet en tant que visé comme tel ou tel, comme si cet objet visé pouvait d'une certaine façon être séparé de l'objet lui-même. Si Husserl en rapproche ici « l'objet signifié » (mais sans les identifier47), c'est que la signification est rencontrée comme contrainte et quasiment comme « objectivité » (mais qui n'est pas celle d'un objet) précisément dans sa constitution d'« en tant que ». En fait, ce qu'a en commun la théorie de la signification ontique avec celle, discutable, de l'objet intentionnel, ce n'est pas tant l'objet (l'objet est signifié, mais la signification n'est pas un objet), mais la constitution du « en tant que », que Husserl nomme ici, avec une clarté particulière, « catégorialité ». Ce que l'on rencontre de solide et de consistant dans le jeu libre des actes du signifier, et qui intrinsèquement les excède tout en n'ayant pas d'autre lieu qu'eux-mêmes, c'est précisément l'« en tant que » qui est celui de l'objet, mais précisément en tant qu'il est signifié, en tant que la forme de l'objet n'est pas indépendante de la signification qui lui est donnée. Or cet « en tant que », tout indifférent qu'il soit à l'être ou au non-être de l'objet, et précisément parce qu'indifférent, n'est rien que l'on puisse obtenir par variation sur cet être, par évacuation constituante de la présence dudit objet. Le problème est celui d'un comment de visée qui de toute évidence n'a pas la forme de l'essence, n'est rien que l'on pourrait obtenir par abstraction par rapport aux différentes visées, et néanmoins, et, faudra-t-il dire, d'autant plus, a sa consistance propre. L'objectivité prêtée à la signification n'a alors d'autre sens que celle d'une « objectivité catégoriale de l'énoncé concerné »48. A partir de ce moment-là, on peut se demander si l'opération à laquelle se livre Husserl à la fin du § 8 b) de la Bedeutungslehre, à savoir une fondation de l'identité de la signification ontique (qui ne réside précisément que dans sa propre identité : elle en est le « corps ») dans celle de la signification phénologique, c'est-à-dire celle, éidétique, des actes fondateurs du signifier, ne tient pas du sauvetage, reliant deux plans et deux grammaires fondamentalement hétérogènes. Dans quoi le catégorial, la formation catégoriale qui apparaît être ici celle du signifier, peuvent-ils être fondés ? — Certainement pas dans une éidétique. C'est ce que va marquer l'inflexion résolument grammaticale prise par le thème de l'identité de la signification dans les leçons de 1908.

43La problématique des représentations sans objet connaît ici un retour spectaculaire. Est-ce à dire que la signification doive être entendue comme le contenu qui flotterait en soi en l'absence d'objet, ou indifféremment à la présence ou l'absence d'objet ? Non, certainement. Mais bien plutôt est-ce le statut idéal de la signification comme idéal-identique — et non idéal-spécifique — qui est en question dans ce qui n'est pas à proprement parler l'affirmation de l'indépendance de la signification par rapport à l'objet, mais celle du statut purement signitif — au sens de l'assignation d'identité qui est celle-là même de la signification identique — de l'objet comme lui-même identité, ce qui conduit à parler d'objet même où il n'y a pas d'objet au sens propre du terme. Tout le problème du chapitre III de la Bedeutungslehre est en effet celui de la forme de l'objet, comme objet de synthèses d'identification, dans une dissociation accusée du jugement d'identité et du jugement d'existence, le jugement d'identité suffisant d'une certaine façon à constituer l'objet, c'est-à-dire l'objet manipulable comme tel. Or, ce qui est envisagé, c'est la possibilité et la nécessité (catégoriale) d'identifications purement signitives. Celles-ci manifestent l'identité et la consistance propre de la signification dans son pouvoir de détermination d'objet, et de façon rigoureusement indissociable de ce dernier aspect, indépendamment certes de l'existence ou de l'inexistence de l'objet, mais certainement pas au niveau de significations « sans objet » (c'est-à-dire qui ne seraient pas donatrices d'objets), ce qui n'aurait à proprement parler pas de sens.

  • 49 Cf. Bedeutungslehre, § 10, Hua XXVI, p. 47 ; trad. franç. p. 71 : « la signification au sens de l' (...)

44A quelle niveau cette détermination s'opère-t-elle ? A aucun autre que celui de la syntaxe (et non de la sémantique de quelques espèces que ce soient), qui apparaît ici comme le refuge, combien labile et insaisissable (non phénoménologiquement ostensible49), de l'identité de la signification, dans sa morphologie constitutive qui ne peut être transgressée.

45Si l'objet en son sens le plus général est l'identique des représentations, où cette identité pourrait-elle donc se constituer, en effet, si ce n'est dans une mise en relief syntaxique de la fonction de ces représentations dans telle ou telle forme déterminée d'un discours ? L'identité est exigée, postulée et par là-même formée, dans rien d'autre qu'un ou des jugements d'identité, ou dans ce fond même de jugements d'identité qu'il y a implicitement contenus en tout jugement. L'identité, comme identité judicative constituée (capacité à reconnaître, c'est-à-dire à énoncer, que A est A, mais aussi éventuellement que A qui est A, est aussi B, en visant par là « le même » A) est le présupposé constitutif même de tout discours, inscrit dans sa syntaxe, dans sa capacité à reprendre, pour ainsi dire à ressaisir catégorialement, chacun de ses membres. Comme telle l'identité sémantique se manifeste alors dans un procédé syntaxique, qui est celui qui consiste à nominaliser tel ou tel moment du discours pour le constituer en « objet-sur-quoi » (Gegenstand-worüber), objet sur lequel vient alors se greffer le discours, qui n'est rien d'autre qu'un objet de discours, produit latéral de la syntaxe constitué discursivement par le fait pour la syntaxe de s'appuyer sur lui, et certainement pas une entité extérieure au discours (une « signification ») que celui-ci ramasserait pour construire sur sa base une entité supérieure. En fait, en toute rigueur, l'identité sémantique ne se manifeste pas dans le procédé syntaxique ; elle en est le produit. La nominalisation, opération syntaxique, manifeste et/ ou produit dans une certaine mesure, en tant qu'acte résolu de transformation d'un membre d'énoncé, l'aptitude de ce membre à remplir un certain nombre de fonction syntaxiques dans lesquelles il est toujours déterminé comme « le même », cette mêmeté ne référant à aucune plénitude intuitive ou à aucun registre des variations obtenues par l'évacuation progressive de cette plénitude, mais à rien d'autre précisément qu'à la possibilité de son exhibition fonctionnelle en un « nom », qui n'a d'autre sens justement que d'assigner l'identité. On revient aux analyses du § 34 de la le R.L. : ce qui fait l'identité de « sens » de l'énoncé ou du membre d'énoncé SP est est que je puisse le reprendre sous la forme pour ainsi dire nominale que SP est dans un discours syntaxiquement construit :

  • 50 R.L. I, § 34, Hua XIX/1, p. 109 ; trad. franç. T. II/1 pp. 119-20.

« Une forme très commune de raisonnement auquel se livre la pensée peut nous servir d'exemple : “Est-ce que SP est ? Cela se pourrait bien. Mais de cette proposition, il résulterait que M est. Cela ne se peut ; donc ce que j'ai tenu tout d'abord pour possible, à savoir que SP est, doit aussi être faux, etc.” Que l'on fasse attention aux mots sur lesquels nous avons mis l'accent, et aux idéations exprimées en eux. Cette proposition que SP est, que nous retrouvons d'un bout à l'autre de notre raisonnement comme étant son thème, n'est visiblement pas seulement le moment de signification fugitif dans le premier acte de pensée où cette idée nous est apparue pour la première fois, mais, dans les étapes ultérieures, la réflexion logique s'accomplit, on continue sans cesse de viser la signification de la proposition que, dans l'unité du processus de pensée, nous appréhendons par idéation et identification comme une seule et même signification »50.

  • 51 Cf. la présentation de la Bedeutungslehre, § 20, Hua XXVI, p. 73 ; trad. franç. p. 99 : « tout act (...)
  • 52 Bedeutungslehre, § 19, Hua XXVI, p. 70 ; trad. franç. p. 96.
  • 53 Cf. Bedeutungslehre, § 26, Hua XXVI, pp. 86-87 ; trad. franç. p. 114.

46Dans les R.L., cette identité était encore rapportée à l'idéation. Les leçons de 1908 ne lui trouvent d'autre fondement que la nominalisation, mise en évidence de la possibilité d'une identification syntaxique (recroisement de plusieurs moments d'un énoncé), qui se situe à un niveau rigoureusement catégorial. Il y va de la catégorisation du discours et non plus de sa spécification. D'où la distinction fermement opérée dès lors entre la « réflexion logique » dont parlait le § 34 des R.L., nommée ici aussi « catégoriale », et la réflexion idéalisante sur les actes. La première passe par la nominalisation (le fait de faire passer un membre d'énoncé au statut, purement syntaxique, de nom de quelque chose51), qui « n'est pas une réflexion qui fait passer les actes à l'état d'objets, [mais] une réflexion qui rend objectif un “quoi” (Was) en eux conscient »52. Il faudra donc séparer « réflexion phénologique » (sur les actes) et « réflexion catégoriale », produisant au sens d'une monstration des articulations mêmes du discours la signification « ontique », unité discursive, deux réflexions qui ne sont en rien parallèles, ni « réflexives » au même sens, l'une débusquant des espèces d'acte, l'autre décelant les formes constituantes de la grammaire elle-même53.

  • 54 Cf. op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 31 ; trad. franç. p. 54.

47L'essence du signifier, c'est, nous le savons, la visée d'objet54. C'est le sens même de la position de la signification comme intentionnalité, accomplie dans la le R.L. Autrement dit, parler, c'est toujours parler d'objet, et c'est en cela que tient le sens du parler. Mais maintenant viennent s'y adjoindre des déterminations proprement syntaxiques, qui requalifient non seulement le sens qu'il y a à parler d'objet, mais — c'est la même chose, c'est là la nouvelle découverte, qui pousse la logique des R.L. jusqu'au bout de ses conséquences — le sens même de l'objet :

  • 55 Op. cit., § 20, p. 72 ; trad. franç. pp. 98-99.

« C'est donc clair : parler d'un objet, cela veut dire accomplir une représentation nominale, et, en cela, vivre en elle dans le positionnement du regard qui la fait passer à l'état d'acte prédicatif authentique ou du moins la rend capable d'être acte prédicatif, de telle sorte que peut alors se déployer la connexion prédicative de pensée qui explicite ou détermine toujours à nouveau, et en allant plus loin, ce qu'est ce qui se constitue, avec cette représentation nominale, en tant que l'identique de cette connexion de pensée »55.

  • 56 Cf. notre étude Au-delà de la représentation.
  • 57 Bien que la parenté soit une fois de plus ici déniée (ou déplorée) avec la dernière énergie, dans (...)

48On parvient ici à une définition purement sémantique (au sens de déterminée par le signifier), mais en fait produite par la mise en forme syntaxique elle-même, de l'objet. L'objet n'est que l'identique (syntaxique) d'une connexion de pensée, autant dire de discours. D'où la résolution très élégante, via le concept d'« assomption », déjà introduit en 1894, mais en un sens alors beaucoup plus sévèrement limité56, du paradoxe des représentations sans objet, dans une théorie jumelle de la théorie des Annahmen meinongienne57, mais dont le sens résolument syntaxique semble exclure la prolifération ontologique incontrôlée qui accompagne sa cousine. Peu importe, du point de vue de la simple conscience d'objet, que l'objet soit « vrai » ou non, ce qui est une détermination seconde et comportant sa propre grammaire, qui repose sur le rapport entretenu par la modalité signitive de l'intentionnalité avec les autres modalités. C'est qu'en effet :

  • 58 Bedeutungslehre, § 21, p. 75 ; trad. franç. p. 101.

« Si toute représentation ne se relie pas à un objet vrai, il n'en demeure pas moins qu'on peut dire inconditionnellement de toute quelle “représente un objet”, à savoir dans la mesure où il appartient à l'essence de toute représentation en général d'être prise assomptivement et de fonctionner vraiment en tant que membre de jugements hypothétiques (et de jugements assomptifs apparentés) »58.

49L'identité de l'objet est alors assignée dans la grammaire des jugements assomptifs, ou assimilés, car l'assomptivité (qui, plus qu'hypothèse, est rapport à l'objet fictif, ou juste mentionné) n'est elle-même pas sans grammaire, tel est le fait fondamental découvert ici par Husserl, dans sa prise de conscience du caractère radicalement constituant de la syntaxe qui, par construction, est celle de l'intentionnalité signitive, mais par là-même du caractère syntaxique de l'intentionnalité en général en tant que prestataire d'objets — objets écrits et dits autant que vus ou imaginés.

  • 59 Cf. le chapitre II de Phénoménologie, sémantique, ontologie.

50En retour, cette redéfinition du statut de l'objet par rapport au jeu du signifier (l'objet ne tenant alors, du moins comme forme vide et « assomptive », que dans l'identité de celui-ci même) conduit à une toute autre position du problème de l'identité idéale de la signification elle-même que dans les R.L. Celle-ci ne peut en effet plus être déployée dans aucune variation modale d'un mode de l'intentionnalité à un autre. Elle demeure immanente au plan du sens, de l'effet de sens du signifier comme discours, à défaut de l'être à celui du signifier (c'est-à-dire des actes du signifier). L'objectivité du signifier, qui le déborde comme acte sans vraiment s'en affranchir comme modalité primordiale et en un sens autonome de l'intentionnalité, s'y manifeste alors au fait d'être articulé, que le signifier lui-même éprouve toujours comme sa limite positive et constituante, et qui, dans ce que Husserl a appelé une réflexion logique, peut devenir objet à son tour à un niveau de fondation supérieur (c'est celui de la pensée analytique formelle59).

  • 60 Cf. Bedeutungslehre, Hua XXVI. § 22, p. 78 ; trad. franç. p. 106.
  • 61 Op. cit., § 26, Hua XXVI, p. 86 ; trad. franç. p. 113.
  • 62 Cf. l'apparition du mot dès l'introduction, § 2, Hua XXVI, p. 5 ; trad. franç. p. 26.
  • 63 Op. cit., § 28, Hua XXVI, pp. 90-91 ; trad. franç. pp. 118-19.

51En dehors même de cet intérêt logique supérieur (qui n'existe bien sûr que du point de vue du logicien, axial dans les R.L. comme ici), la visée d'objet discursive est caractérisée par le « en tant que » comme structure constitutive de sa prise sur l'objet. Le fait que l'objet soit visé en tant que tel ou tel, et qu'il puisse l'être de différentes façons, n'est pas une propriété extrinsèque du discours, mais le trait saillant de la visée discursive de l'objet (en tant d'ailleurs qu'elle intervient probablement comme arrière-plan en toute visée d'objet, lui communiquant précisément son « en tant que »). Cet « en tant que », autrement dit le catégorial comme tel, la structuration catégoriale de l'objet, se manifeste dans la conformation toujours grammaticale, conforme à une formation grammaticale déterminée, de l'abord discursif de l'objet60. Or ce qui est remarquable, c'est que le discours puisse et doive (c'est son mode de fonctionnement normal) renvoyer non seulement à l'objet ainsi catégorialement formé, mais à cette formation catégoriale elle-même, non pas pour en faire nécessairement un objet logique versé au compte d'une mathesis universalis comme doctrine universelle et purement formelle des objets, mais tout simplement pour opérer cette activité qui lui est inhérente, et qui est celle de raisonner. Ainsi, là où je juge : « les cimes des arbres sur le rempart s'agitent au vent du matin », il m'est toujours possible de m'y référer dans la suite de mon discours de la façon suivante : « ce qui est là jugé, c'est que les cimes des arbres sur le rempart s'agitent au vent du matin »61, resaisissant dans mon discours si ce n'est comme objet, en tout cas comme motif, le dispositif catégorial qui vient d'être établi (la cime des arbres sur le rempart s'agitant), une fois de plus par une nominalisation (ce qui...) qui a pour fonction de mettre cette unité discursive en position syntaxique de devenir un objet-sur-quoi, mais un objet-sur-quoi qui n'a plus rien d'immédiat, qui n'est plus aussi un objet au sens (mythique) de l'objet pur et simple, mais bel et bien une objectivité catégoriale. On voit bien ici comment Husserl peut affirmer que la signification est une objectivité catégoriale : cette thèse réfléchit aussi bien une vérité inverse, qui est que toute catégorisation est un signifier qui objective d'une certaine façon son résultat, faisant de celui-là même un pôle de relation dans des actes de signifier ultérieurs. Les flexions grammaticales-catégoriales du discours acquièrent dès lors une importance considérable dans le traitement des unités du signifier, en tant que pour ainsi dire objectivées en son propre sein, dans leur indépendance relative par rapport aux objets au sens simple du terme (l'objet qui existe et est censé être donné « hors discours »). Mais c'est aussi bien sans doute qu'il faut réviser une certaine conception de la simplicité de l'objet — on comprendra que ces analyses pour Husserl ouvrent la porte au thème de la constitution62. Le catégorial est certes d'abord pensé par rapport à la vérité, comme structuration d'un possible remplissement par l'objet qui lui est extérieur, mais Husserl ne tarde pas à envisager une extension « assomptive » des formes catégoriales63, dans un usage purement grammatical d'une discursivité qui ne s'appuierait sur rien d'autre (sur aucun autre pôle d'« identité ») que sur ses formations catégoriales elles-mêmes. Par là-même, le signifier est affranchi ici de tout renvoi à une autre modalité d'intentionnalité, dans sa capacité de déployer de façon autonome un plan d'objets (qui est la vérité de l'« assomption », bien plus que la création de significations « sans objets »).

52Mais, dans cette impossibilité de passer d'une modalité de l'intentionnalité à une autre (de « sortir » du langage, comme on dit, pour aller chercher sa vérité à l'extérieur, ou son éidétique dans l'écart à un régime de signification autre que lui), ou plus exactement dans cette indifférence au passage ambiant d'une modalité à une autre (par exemple de la perception réelle à l'imaginaire) il faut aussi bien voir une limitation décisive de la logique de l'essence, qui n'est dès lors plus applicable aux structures supérieures de la signification, dans les présuppositions d'identité qui les articulent en un sens de l'identité qui leur est alors absolument propre. Il n'y a aucun plan de variation extradiscursif dans lequel les formes supérieures de la signification pourraient assigner leur identité, et au sein même du discours les conditions d'échange entre présence et absence nécessaires à leur essentialisation ne sont pas réunies. Or, la formation catégoriale supérieure n'est pas un luxe du discours : elle en est l'âme même, inscrite dans sa grammaticalité, comme puissance constitutive d'être-articulé.

  • 64 Cf. op. cit., § 31, note des pp. 133-34 de la trad. franç.
  • 65 Op. cit., § 32, Hua XXVI, p. 107 ; trad. franç. p. 137.
  • 66 Op. cit., § 31, Hua XXVI, p. 105 ; trad. franç. p. 135.

53On sera donc conduit dès lors à introduire un autre concept d'essence, catégorial ou « grammatical », pour rendre compte de l'idéalité de la signification en son sens ontique, dans son identité proprement discursive. Dans une note importante de sa traduction64, Jacques English remarque le passage opéré par Husserl alors du terme Wesen (qui désignait l'essence au sens de l'espèce) au terme Essenz. L'Essenz assurément n'est pas une espèce. Et l'objectivité catégoriale qui est celle de la signification n'est pas de l'ordre de l'espèce (en quelle variation externe pourrait-elle s'attester ?), mais de l'ordre de l'Essenz. Nous ne sommes pas sûr quant à nous qu'avec le dépassement de la notion de Wesen ce soit essentiellement un abandon de toute référence à l'effectivité qui soit en jeu (le platonisme violent d'une telle notion n'excluait-il pas lui-même a priori une telle référence ?). Mais ce qui est sûr, c'est qu'il faut sortir de l'adossement l'une à l'autre des deux modalités intuitives de l'intentionnalité, dans leur jeu constitutif de présence et d'absence. L'essentialité (de l'ordre de l'Essenz) de la signification dans sa structuration et son auto-référence catégoriale est sur un autre plan, et son étrangeté radicale au jeu de l'essence-espèce (Wesen) se manifeste bien dans son indifférence profonde à son altération imaginaire, qui ne modifie pas en profondeur sa structure de signification, pas plus qu'elle ne la fait apparaître. Qu'est-ce qu'une structure catégoriale imaginée ? Rien d'autre que cette structure catégoriale elle-même. Il n'y a pas de distance qui puisse être prise par rapport à la modalité signitive de l'intentionnalité afin de faire apparaître son essentialité depuis un au-delà d'elle-même. « L'évidence d'essence et la modification imaginaire de l'évidence d'essence coïncident »65, mais cette coïncidence n'est en rien production de l'essence (Wesen) par la modification même, mais bien plutôt enregistrement d'une essentialité qui est toujours déjà là dans le travail de constitution alors envisagé, à savoir celle de la grammaticalité de la signification considérée. Cette essence, comme telle, c'est « l'essence du propositionnel »66, qui n'est déterminée dans aucun autre cadre que celui-là même (morphologique) de la proposition elle-même.

  • 67 Op. cit., § 34 c), Hua XXVI, p. 116 ; trad. franç. p. 147.

54Le paradoxe de cette essentialité est, si l'on peut dire, de nous confronter à une essence structurellement vide, en fait à une forme bien plus qu'à une essence. La capacité de reprise d'une signification dans une autre est ici pensée de façon ultime dans son sens purement morphologique et syntaxique, comme articulation — certes déterminante d'un contenu identifié ou identifiable comme tel ou tel — purement formelle, et non plus comme existence d'une « espèce » associée à la signification. La véritable identité de la signification, en tant que pourvue d'une certaine consistance, est catégoriale, comme articulation de sa possible détermination, qui la place dans un réseau de déterminations elles-mêmes catégoriales, et n'a certes pas le sens d'un « contenu » en lui-même ostensible. Ainsi la signification en son sens phénoménologique, ontique, celle qui précisément devrait rendre compte de sa propre identité comme assignable et utilisable dans un discours, se voit-elle en dernier ressort identifiée ici d'une façon seulement apparemment surprenante à « l'essence catégoriale vide »67, simple forme vide de la détermination discursive. La grammaire a ici rattrapé l'essence. Qu'est-ce qui fait « le sens » suivant lequel je parle d'un objet dans tel ou tel cas ? Rien d'autre que la façon dont la forme d'articulation dans laquelle mon énoncé prend en charge l'objet peut se rapporter, être reprise ou modifiée par d'autres formes d'articulation, par rapport auxquelles elle se détermine.

  • 68 Op. cit., § 35, Hua XXVI, p. 118 ; trad. franç. p. 149.

55Comment cette forme peut-elle apparaître, gagner un sens, si ce n'est par une forme d'idéation originale qui n'a plus rien, ou peu à voir avec l'abstraction idéatrice ? C'est ce qui est envisagé au § 35, où deux formes d'idéation sont introduites68. A l'idéation phénologique (prélèvement d'une espèce significative, par variation d'acte à acte), il faudra opposer une idéation phénoménologique, idéation qui ne retire plus rien d'immanent aux actes (mais plus rien de transcendant non plus au sens de la transcendance de l'espèce, c'est-à-dire de celle ménagée par l'écart d'une modalité de l'intentionnalité à une autre). Cette idéation ne se réfléchit dans aucun autre procédé qu'un procédé de catégorisation qui est aussi une tournure syntaxique (le catégorial se détermine ainsi) : précisément la nominalisation. L'essence (Essenz) significationnelle est ce qui peut apparaître ainsi dans la nominalisation non positionnelle de tout membre d'expression en lui-même signifiant, dans sa fonction de révélateur d'un membre de discours comme tel, c'est-à-dire comme signifié justement. La syntaxe fonctionne ici comme vecteur de transformation de l'expression à charge précisément de manifester son « essence », comme « essence catégoriale », dans l'impossibilité d'aller chercher cette « essence » dans quelque ailleurs de l'expression.

  • 69 Voir le livre de Jacques Bouveresse portant ce titre, sur les mathématiques, mais le problème est (...)
  • 70 Bedeutungslehre, § 35, Hua XXVI, p. 118 ; trad. franç. p. 150.

56C'est donc au moment où le platonisme de la signification au sens bolzanien du terme s'accuse que l'on est peut-être le plus loin du platonisme comme doctrine de l'Idée. Il n'y a pas de transcendance où le sens pourrait déployer son manque, mais juste le plein, à vrai dire absolument vide (au sens de vide d'intuition, indifférent à elle) des formes de significations, dans leur conjugaison possible. Husserl nomme ces significations des possibles, mais il n'y va d'aucune reconstitution transcendantale d'un quelconque pays des possibles69, car ces possibilités doivent être déterminées comme purement morphologiques (elles sont aussi bien celles de la composition et du renvoi à elles-mêmes des significations, et rien que de cela) et en aucun cas comme des « possibilités réelles »70, au sens d'êtres en puissance sur lesquels nous pourrions avoir une vue de dessus et dont nous pourrions transcendantalement déduire le monde réel. C'est que d'une certaine façon on ne sort pas de l'immanence, mais alors de celle de la signification, c'est-à-dire du signifier en tant qu'il se replie sur lui-même et rencontre en lui-même ses propres limites, dans son pouvoir mais aussi son devoir de constitution d'unités, sous la contrainte de sa propre discursivité. Celle-ci peut déployer ainsi tous les possibles qu'elle veut, mais ceux-ci ne sont en eux-mêmes jamais plus que ses possibles, effets propres du discours, et qui ne peuvent donc être séparés des règles qui sont les siennes.

57C'est sans doute ce que devrait prouver la référence ultime à la grammaire, mais à une grammaire qui, sans être transcendantale (absolument constituante), ne pourrait plus non plus être celle d'aucun grammairien, sur laquelle se concluent les leçons de 1908, ce qui ne saurait être un hasard, d'autant plus qu'elle s'accompagne de l'affirmation répétée de l'impossibilité de se donner la moindre signification en un sens plein, au sens de quelque chose qu'on pourrait absolument se donner sur le modèle de ce qui demeurerait une intuition éidétique.

  • 71 Op. cit., § 39, Hua XXVI, p. 135 ; trad. franç. p. 169.

« En visant une simple signification, nous visons de telle façon que nous ne recevons pas en même temps la plénitude, nous ne recevons en même temps que la détermination de la direction qui y conduit, ce qui est là, certes, une expression, qui prête à son tour quelque peu à mésinterprétation. C'est à cela que tient le fait que tout jugement purement grammatical, et rempli d'une manière purement logique est un cas particulier d'une vérité légale ; car nous avons besoin seulement de remplacer les termes qui fonctionnent d'emblée seulement comme un certain quelque chose, comme ce qui est intentionné de telle et telle façon, par de l'indéterminé, par n'importe quoi de tenu fermement identique à soi, et tout continue à valoir »71.

58En fait la formalité qui permet de produire des jugements analytiques et des lois-analytiques formelles est déjà inscrite dans la constitution de la signification elle-même, dans la mesure où elle ne peut s'objectiver qu'en tant que catégorialement déterminée, et, par-là même comme en un sens insaisissable, excédant toujours la particularité de son « contenu » précisément parce qu'elle n'a pas de « contenu » en un sens propre, qui puisse être donné. Que reste-t-il dès lors de la signification, de telle ou telle signification déterminée dans son indétermination relative même, au sens de l'impossibilité constitutive de se la présenter comme tel ou tel objet déterminé (comme un « contenu » précisément), si ce n'est sa grammaticalité ? D'où le fait que Husserl embraye ici sur la généralité formelle qui n'est pas d'abord ni seulement celle de la logique (lois de la non-contradiction et de la vérité), mais celle de la grammaire, en un sens « pur logique », à savoir, contrairement à ce qu'aurait pu faire croire le début de la IVe R.L., non celui de la composition d'essences significationnelles qui lui préexisteraient, mais celui au contraire de la détermination, par elle-même, de l'essentialité du signifier. Les essences significationnelles ou supposées telles (le « propositionnel » dans la signification) ne sont rien d'autre qu'un reflet de la grammaticalité du discours en un sens fort du terme sur le discours lui-même en tant que s'y décide son sens, en tout contexte d'énonciation déterminé. Ici se fait jour un nouveau sens pour la grammaire, de n'être rien d'extérieur au sens, mais sa loi de construction ou plutôt de détermination même (mais l'une se réduit à l'autre, à partir du moment justement où on raisonne en termes de grammaire), et en même temps, force est de le constater, c'est le mythe du Bedeutungskörper, comme préalable de la signification à la grammaire, qui s'enfuit.

3. Deuxième axe de remise en question de la théorie des espèces de significations : l'indétermination de la signification empirique (1911)

59Reste que cette analyse de l'identité de la signification à partir des couches supérieures, catégoriales (mais constituantes pour l'ensemble des actes du signifier), du signifier, est une analyse dont on pourrait dire qu'elle sacrifie le Bedeutungskörper de la signification au profit de sa caractérisation opératoire, logico-grammaticale, mais toujours selon une problématique de la détermination de la signification, qui doit pouvoir être univoquement déterminée et qui au fond n'est même plus définie que par cette seule contrainte, dans la variété d'actes articulés complexes au croisement desquels elle peut se délimiter. L'idéalité de la signification, pourrait-on dire, tient à partir de ce moment-là dans sa seule identité.

60Or la remise en question de la thèse de l'idéalité-spécifique de la signification conduira aussi bien Husserl à explorer, dans un manuscrit de 1911 publié en annexe aux leçons de 1908, une autre voie, qui est celle de la remise en question de la détermination même de la signification. Husserl rencontre ici dans quelques pages fulgurantes rien d'autre que la thèse de l'indétermination de la signification empirique, dans des termes extraordinairement contemporains. Par là-même, il est amené à distinguer deux régimes de détermination profondément différents pour la signification, suivant qu'elle renvoie à des objets supposés — et posés par elle — idéaux ou à des objets empiriques, et suivant que se pose ou non pour elle le problème de son rapport à de supposées espèces du monde, de la description ou plus exactement de la nomination d'éventuelles espèces naturelles. Alors ressurgit aussi bien dans l'analyse de la signification ce qui en avait été écarté au début, à savoir la problématique de la norme. Le naufrage de l'idéal-spécifique, après avoir laissé la place, par le haut, à une réaffirmation du pouvoir, proprement syntaxique, de l'idéal-identique, laisse ici le champ libre, par le bas si l'on peut dire, à l'idéal-normal, que l'on ne peut décidément expulser complètement de l'analyse de la signification, dans la question inévitable de sa capacité à dire un monde, notre monde (c'est en effet la question du monde qui aussi bien s'impose là, transformant de façon forcée la problématique husserlienne de la signification en problématique du langage).

61Dans un texte daté par l'éditeur de mars 1911, Husserl revient en effet sur la thèse fondamentale des R.L. de « l'absence de limites de la raison objective », dont on se rappelle qu'elle n'avait d'autre sens que de supprimer ou de relativiser le phénomène de l'indexicalité du discours, en assurant sa traductibilité de principe (et non de fait) dans un ensemble de significations idéales. Or la question posée avec force ici est celle de l'impossibilité d'extraire la signification, du moins dans son usage empirique (visée d'objet empirique) du plan de son énonciation. Cela devient même ici un principe de différenciation radicale entre ce que Husserl nomme la signification empirique (mais dont Husserl supposait précisément dans sa théorie de 1901 qu'on pouvait prélever sur elle des espèces idéales) et la signification pure.

  • 72 Op. cit., Appendice XIX, Hua XXVI, pp. 203-04 ; trad. franç. p. 257.

« Mais on dira alors que la manière dont les significations empiriques se constituent et sont objectives est essentiellement autre que celles dont les significations pures le sont. On voit cela à ce qui suit : comment en va-t-il des significations empiriques qui sont reliées à des actes modifiés, à la fantaisie, à l'imagination ? Si je me représente un centaure dans la fantaisie et si je dis alors “ce centaure” ou si je lui donne un nom propre, en orientant la signification propre vers l'intuition, la question se pose alors de savoir si cette signification aussi est séparable de l'acte du signifier et du représenter sous-jacent et par là aussi séparable de la personne qui pense, etc. »72.

  • 73 Cf. l'exposé du problème, op.cit., Hua XXVI, pp. 213-214 ; trad. franç. pp. 268-69.
  • 74 Cf. la fin du chapitre IV de Phénoménologie, sémantique, ontologie. On remarquera ici que l'épreuv (...)

62Une fois de plus, la difficulté du modèle de l'espèce significationnelle se manifeste dans les ambiguïtés du passage à l'imaginaire, là où on se situe dans le registre du signitif. On ne peut pas considérer que la variation imaginaire mesure là la constitution d'une essence (Wesen), bien plutôt porte-t-elle un changement de l'objet constitué lui-même, qui n'est pas le même objet modifié, mais bel et bien un autre objet73. C'est ainsi que les personnages de roman et les centaures ne sont pas de simples exemplifications imaginaires des objets de notre monde, mais eux-mêmes des objets, qui d'une certaine façon ne sont pas de ce monde (ce qui ne veut pas dire qu'ils puissent être pensés en abstraction de tout monde). Ici l'acte du signifier ressurgit comme déterminant pour la signification elle-même. C'est sa modalité elle-même (en l'occurrence imaginaire) qui est déterminante de l'objet qu'il constitue, sans qu'on puisse extraire, de façon transmodale et s'attestant dans la variation modale même, quelque essence de l'objet constitué (l'objet en tant que signifié, id est la signification) comme ce qui serait censé dépasser l'acte et ses variations. L'imaginaire, comme fiction (c'est-à-dire imaginaire signitif), ne fonctionne plus alors comme un dehors depuis lequel pourrait se constituer l'essence portée par l'acte signitif, mais passe aussi bien à l'intérieur même de cet acte, comme une variation qui modifie son sens en tant que signitif. L'impossibilité de la variation transmodale sans modifier le sens même censé être porté par l'acte défait ainsi toute tentative de présenter l'unité de cet acte comme essence — où se visualiserait-elle, là où l'imagination lui refuse ses ressources de traduction dans l'univers du possible ? On arrive alors à la pointe du dispositif trimodal cb l'intentionnalité mis en place par Husserl dans les R.L., qui est l'impossibilité de le représenter comme un groupe de transformation complet : si l'intuition et l'imagination sont en mesure d'échanger leurs propriétés (c'est la loi de production des essences), si l'intuition peut dans certaines limites échanger ses propriétés avec la signification (c'est le sens de l'intuition catégoriale), il est impossible que l'imagination échange ses propriétés avec la signification, puisque celle-ci passe au sein de celle-là comme une modification de sa propre grammaire — d'où en fait les limites de la seconde sphère d'échange, la possibilité de la variation imaginaire comme variation interne de la signification venant toujours limiter la transparence de l'application de l'intuition sur la signification, ménageant toujours pour la signification ce reste catégorial non-intuitif qui est celui du non-sens74, qui comme tel fait partie de la grammaire pure logique, donc de la grammaire au sens large de la modalité signitive de l'intentionnalité. L'absence de clôture du jeu, l'impossibilité pour la signification de jamais trouver absolument sa vérité dans un milieu extérieur à elle-même, pose ici sa borne à toute essentialisation du jeu du signifier, au moins dans son usage empirique — on a vu précédemment en quoi le niveau des significations pures lui-même ne peut pas quant à lui relever d'une logique de l'essence = Wesen, mais doit bien plutôt être reversé au compte d'une logique au sens déterminé du mot, qui met en jeu un autre sens de l'essence = Essenz.

63On peut déjà dire des significations imaginaires empiriques (c'est-à-dire quasi-posant un objet, imaginé comme réel effectif en un sens empirique, s'il devait être) qu'elles n'ont pas d'essence, mais une cohérence, cohérence qui comme telle laisse toujours ouvert un horizon non illimité mais indéterminé de modifications ultérieures :

  • 75 Op. cit., Hua XXVI, p. 207 ; trad. franç. p. 261. On notera au passage que la « signification prop (...)

« Je peux, avec l'imagination d'images données de manière très différente, continuer à imaginer “conséquemment”, c'est-à-dire, en maintenant l'unité des objectivités imaginaires et du monde imaginaire, continuer à filer la fiction, continuer éventuellement à inventer le roman du héros de manière très différente, etc. Or, si je nomme le héros, disons “Wilhelm Meister”, selon la signification propre, celle-ci, dès qu'est donné le début, n'est-elle pas indéterminée quant à la conséquence différente du prolongement ? Chacun des différents prolongements de l'invention, et, de même, chacune des différentes manières consistant à prolonger le fil de l'imagination commencée, amène bien des changements de l'objet représenté, et donc aussi signifié, et de la signification propre elle-même. Mais aussi, avec elle, de la signification attributive, etc. Le personnage de Wilhelm Meister veut dire l'objet en tant qu'unité. Mais l'unité, à la vérité, est différente, selon le genre et la direction que prend à chaque fois la fiction »75.

64Or n'est-ce pas en un sens aussi bien le cas de la signification empirique tout court, dans l'impossibilité de penser son passage à l'imaginaire qui l'essentialise – ce serait alors une autre « signification » ?

  • 76 Op. cit., loc. cit.

« Les perceptions, les souvenirs, les positions empiriques nous rendent représentées les “choses effectives”. Mais la conscience empirique peut aussi prolonger son fil de manière différente. Il est bien possible que la continuation du cours de l'expérience dans lequel je fais, des mêmes choses, du même monde, des expériences toujours nouvelles, prenne son cours de manière différente. D'avance, toute expérience actuelle en ce qui concerne la chose qui entre dans l'expérience, laisse toujours à nouveau des déterminations ouvertes, laisse indéterminée la façon dont, plus précisément, la chose est des côtés qui n'entrent pas directement dans l'expérience, du côté de son envers, la façon dont elle se transformera, etc. L'expérience “donne”, et pourtant elle laisse à nouveau ouvert »76.

  • 77 Op. cit., Hua XXVI, p. 210 ; trad. franç. pp. 264-265.

65Ce qui est donc signifié dans la signification empirique positionnelle (celle qui pose son objet comme réel-effectif en un sens propre) reste toujours à sa façon indéterminé. L'objet empirique est un pôle d'identification assigné précisément dans les capacités de reprise de la signification, mais un pôle d'identification incomplet, qui reste toujours ouvert, indéterminé, encore que de façon déterminée, délimitée par les étapes précédentes de sa saisie signitive, cela éventuellement dans la traduction ou la réfutation même. « L'objet empirique est objet par apparition actuelle, il est quelque chose de posé dans l'intuition empirique avec une certaine teneur intuitive de détermination, mais aussi quelque chose de posé avec une teneur de détermination indéterminée »77. Dans cette mesure même, la signification empirique, celle qui enrégimente l'objet comme existant au sens de l'effectivité, mais toujours aussi par là-même comme existant comme tel ou tel objet, devient le vecteur même de son indétermination : tout à la fois strictement liée à la présence de l'objet qu'elle enrégimente, ce « ceci-là » dont elle s'empare, et ouverte à la possibilité essentielle de sa révision et de sa redétermination, qui, comme telle, si elle suit des lois d'essence (celles de ce qu'est une chose et de ce que c'est que dire une chose en général), ne dessine pour autant le contour d'aucune « essence », pas plus celle de la chose elle-même dont il s'agit ici dans ce qui en est dit (la référence est décidément inscrutable, ou alors elle est à l'infini, comme une « idée » au sens kantien), que de ce qui est dit, qui la détermine (comme si ceci pouvait être déployé comme un sens) :

  • 78 Op. cit., Hua XXVI, p. 211 ; trad. franç. p. 265.

« C'est vers l'expérience, l'expérience actuelle, que s'oriente la signification, le ceci, le nom propre, etc., et corollairement vers la représentation actuelle d'expérience. Elle donne au signifier la direction, et, en cela, le signifier direct (comme signifier propre, comme signifier-ceci) est orienté vers la conscience d'unité de l'objet qui dure et qui tantôt se présente de cette façon-ci, tantôt de cette façon-là »78.

  • 79 Cf. Hilary PUTNAM, The meaning of « meaning », in Mind, Language and Reality, Philosophical Papers (...)

66Le résultat de cette « actualité » fondamentale de la signification empirique, qui est aussi bien introduction de l'inactualité et de l'indétermination en elle, c'est sa contextualité, au sens d'un contexte qui dépasse celui de la simple occasion linguistique. L'indexicalité réancre toujours la parole en un monde. C'est ce qu'illustre Husserl dans une expérience en pensée qui préfigure la fable de la Terre Jumelle putnamienne79.

  • 80 Bedeutungslehre, Appendice XIX, Hua XXVI, pp. 211-212 ; trad. franç. p. 266.

« Mais comment en va-t-il si, sur deux corps célestes, deux hommes, dans une apparition d'environnement complètement semblable, se représentent “les mêmes” objets et orientent, d'après cela, “les mêmes” énoncés ? Est-ce que le “ceci” n'a pas, dans les deux cas, une signification différente ? »80

67Telle quelle, du point de vue de Husserl, la question est indécidable, car, dans la distance à vrai dire inimaginable entre deux corps célestes, il y va peut-être de l'écart de deux mondes, et donc de deux systèmes de références peut-être incommensurables — d'où la récurrence du problème du point de vue du Marsien dans les manuscrits de Husserl, censé figurer la question des limites éventuelles de l'idéalité, comme toujours idéalité d'un monde. Mais on peut modifier les termes de telle façon qu'une solution soit possible : il suffit de réinsérer les deux observateurs dans deux contextes certes apparemment absolument identiques, mais existant au sein de cet horizon de mondanéité commune par exemple que Husserl nomme la Terre. Alors, la réponse devient très claire : non, le « ceci » n'a pas le même sens en chaque cas. « Ce pommier-là » du premier observateur ne signifie pas la même chose que celui du second, tout semblable qu'il lui soit, et tout semblable soit le contexte. Mais un contexte et l'autre ne sont pas placés de la même façon dans le même monde. On pourra donc récuser l'identité de signification des termes employés par le premier locuteur et de ceux employés par le second. Preuve que la signification n'est ici mesurée que par la donation d'un monde : elle est rigoureusement inséparable du monde où elle apparaît.

  • 81 Op. cit., Hua XXVI, p. 204, n. 3 ; trad. franç. p. 258.

« Si des sujets séparés étaient pensables sans relation à un monde commun, les synthèses des actes qui sont ensemble connexes ne seraient pas alors non seulement inaccomplissables en fait si les actes étaient répartis sur différents sujets, mais elles n'auraient, à la vérité, pas de relation du tout aux mêmes choses »81.

  • 82 Cf. notre essai Le monde pour tous : universalité et Lebenswelt chez le dernier Husserl, in Recher (...)

68Et cela, ajoute Husserl, même si les différents sujets étaient « reliés à des mondes complètement semblables ». L'hypothèse de la Terre Jumelle n'est pas loin, mais c'est une hypothèse d'école, qui n'a d'autre fonction que de mettre en évidence la mondanéité constitutive de la signification, comme saisie toujours, espèrons-nous (cet espoir est constitutif de la signification elle-même, et son seul horizon de détermination possible, à l'infini et hypothétique certes), dans un même monde82.

  • 83 Bedeutungslehre, Appendice XIX, Hua XXVI, p. 214 ; trad. franç. p. 269.

69C'est en cela, parce que la signification empirique, qui est aussi bien l'usage normal du discours, est toujours tributaire d'un monde, et des systèmes d'identification qui y conduisent comme à leur horizon, que la signification est comme rivée à son effectivité (celle de l'acte du signifier), qui est aussi contextualité, et que « la signification dirigée sur quelque chose d'objectif ne peut être que tirée d'un signifier actuel fondé sur un poser-une-chose (d'un acte positionnel non modifié) »83, aucune signification imaginaire ne pouvant en libérer l'éventuelle « essence », qui s'éloigne ici, comme un fantôme, avec le mythe de la signification.

70Interrogeons-nous par exemple sur l'identité de signification d'un jugement empirique, tel que « Göttingen est située sur la Leine ». Que veut-on dire, lorsqu'on dit que ce jugement est porté « dans le même sens » par toute une série de locuteurs, ou que la teneur de ce jugement se voit reprise, mentionnée, discutée « dans le même sens » (sans nécessairement que le jugement soit porté au sens d'un assentiment) par ces locuteurs ?

  • 84 Op. cit., Hua XXVI, pp. 216-17 ; trad. franç. p. 272.

« Les “innombrables” représentations et nominations possibles de Göttingen sont telles qu'elles proviennent toutes d'hommes, appartenant à un seul et même monde, ou bien elles sont toutes des représentations telles et des nominations telles qu'elles appartiennent à l'unité d'une constitution possible de cette terre déterminée, avec ce Göttingen déterminé. Assurément, toutes les visées et représentations sous-jacentes ont une essence commune, les actes aussi bien que les viséités. Mais cela ne suffit pas pour l'identité de la relation empirique ; l'empirique est mis hors-circuit par le passage à l'essence, mais ce qui l'est aussi avec cela, c'est la relation à l'objectivité empirique déterminée, et ce qui l'est avec cela, c'est un moment de signification essentiel »84.

  • 85 Op. cit., Hua XXVI, p. 217 ; trad. franç. pp. 272-73.

71On ne peut donc paradoxalement essentialiser la signification empirique sans lui faire perdre sa détermination donc ce qui serait censé lui tenir lieu d'essence, le sens au sens de l'espèce de signification. Preuve que cette forme d'« idéalité », comme identité, indéterminée mais à déterminer de façon toujours précise, conformément au contexte de monde dans lequel elle arrive, qui est celle de la signification empirique, ne peut pas être celle de l'espèce. « Dans la sphère empirique, nous avons certes aussi des significations en tant qu'idées (Ideen), et [...] cependant ces idées ne sont pas des idées pures, mais portent des empreintes empiriques ineffaçables »85.

72De quelle idéalité peut-il s'agir dès lors, si ce n'est (tout de même) de celle de la normalité, de la signification comme norme en dernier ressort, au moins sur le terrain de l'usage empirique de la signification, qui est aussi bien généalogiquement son sol originaire ? Les significations sont ici Ideen au sens kantien, horizon infini d'un processus de détermination empirique susceptible de révision, et non plus eidos au sens d'un platonisme, fût-il celui, modal, de la conscience dans ses écarts constituants. La signification est marquée par une continuelle recherche, un continuel réglage de la signification, et on ne peut séparer sa plus ou moins grande « détermination » de la façon dont elle fonctionne pour ainsi dire comme norme anticipée par rapport à elle-même, norme régissant la pluralité de ses actes et que pourtant chaque acte réinfléchit dans son contexte.

73Mais simultanément, au delà d'un simple « pragmatisme », qui consisterait à réduire le sens à sa règle d'usage, l'indétermination prend alors un sens ontologique (ou de détermination de la grammaire de l'ontologie, comme ontologie de l'expérience), qui reconduit Husserl à ses premières lectures, notamment celle des Principles of psychology de James. Si le sens de notre langage empirique est toujours indéterminé, c'est qu'il entrelace le plein (de la perception) et le vide (de l'anticipation), et cela non au sens d'une addition extérieure, c'est qu'il n'est pas de signification qui ne manifeste l'expérience sans ce « halo », cet effet de champ qui en est constitutif, car constitutif de notre manière de nous orienter en elle, qui est caractérisée par un continuel débordement d'elle-même. Jamais nos énoncés d'expérience ne reflètent un sens tout prêt dans l'expérience : bien plutôt leur façon de lui donner sens, c'est-à-dire de la décrire de manière toujours seulement partiellement déterminée, nous la donne-t-elle dans son style propre qui est d'être une expérience structurellement indéterminée, toujours incomplète, et ceci de façon intrinsèque, portant en soi les horizons d'attente de son incomplétude, ce qui dessine son sens propre d'expérience, comme « style ».

  • 86 Op. cit., Hua XXVI, p. 218 ; trad. franç. p. 274.

« Des représentations empiriques ont leur horizon vivant, ou mieux, peut-être leur halo de conscience, et cet halo est explicitable, il conduit à de nouvelles représentations empiriques dont le halo est à nouveau explicitable, etc. Mais l'explicitation n'est pourtant pas proprement une explicitation, à la manière dont, selon son contenu déterminé ou son contenu au sens d'une teneur de détermination et même d'une teneur intuitive, elle rendrait possible une représentation qui détacherait par analyse, d'une façon effectivement “analytique”, ce qui “est déjà là »86.

74Impossible donc d'extraire « par analyse » quelque chose comme une espèce de signification empirique, version ou origine linguistique desdites « espèces naturelles » du monde. C'est que la signification porte toujours avec elle son « halo » (Hof) ou son champ, qui est son indétermination constitutive, indétermination toujours d'un style (et non d'une essence) très déterminé, qui est ce qui limite toute essentialisation de la signification et du monde. C'est que l'indétermination de la signification est aussi celle de notre saisie du monde, en chacun de ses points, qu'elle qualifie certes, mais comme rien d'extérieur dont le contenu pourrait être amené au jour de façon univoque pour produire le « sens » correspondant à telle ou telle « signification » précisément, mais bien plutôt par ses déplacements sémantiques propres qui sont toujours aussi des déplacements d'énonciation, des façons différentes et successives de s'installer dans le monde, d'en faire jouer les limites, qui sont en fait des horizons, comme possibilités (mais non éidétiques, à jamais inachevées et non closes) de déterminer le monde.

  • 87 Op. cit., Hua XXVI, p. 219 ; trad. franç. pp. 274-75.
  • 88 D'où la résurgence dans ce texte d'éléments d'une phénoménologie de la communication, problématiqu (...)

75« Le sens de l'expérience, si nous comprenons par là l'objet visé, qui n'est objet que dans sa connexion, n'est pas quelque chose d'achevé ni de détaché »87. C'est dire que l'usage empirique du « sens » (linguistique), qui est aussi bien le sol nourricier de ce dernier, n'est rien qui soit justiciable d'une éidétique stricto sensu qui en abstraie des essences. Son traitement oscillera entre 1) la problématique de la normativité immanente à l'usage empirique de la signification, par corrections et décisions successives et relatives les unes aux autres, cette normativité visant une certaine forme de normalité non séparable de l'existence d'une communauté socio-linguistique de locuteurs88, qui à l'infini, mais purement à l'infini, comme Idée kantienne (idéal-normal) serait celle de l'universel recherché, et 2) corrélativement la possibilité non plus d'une éidétique, mais d'une typique de l'expérience linguistique, d'un inventaire des généralités « sensées » du monde qui ne les essentialise pas tout en reconnaissant leur statut grammatical, c'est-à-dire jamais vraiment empirique — d'une certaine façon, elles ne « disent » rien, elles ne sont rien d'autre qu'une façon de classer, et c'est ne rien dire, mais on ne peut non plus rien dire sans cela, sans ce classement implicite toujours déjà opéré et toujours en révision par la communauté linguistique. Il n'est pas incident que l'on soit déjà ici dans les termes de la Krisis (Typik der Erfahrung), qui pourraient bien être, en fait, ceux d'une certaine « phénoménologie linguistique ».

76Ainsi l'exploration de ce qui n'est pas le délitement ou la relativisation, mais la problématisation toujours plus poussée, portant les difficultés jusqu'au bout, du thème de la signification dans les années qui ont suivi les R.L. nous conduit-elle directement au dernier Husserl, là où, pourrait-on dire, la signification est rendue à son langage et le langage à son monde, cela aucunement comme une évidence sur laquelle on pourrait se reposer, mais dans ce que cette mondanéité elle-même peut avoir de toujours problématique et indéterminé, cette indétermination restant toutefois toujours elle-même fort déterminée (et donc en elle-même un problème), sans que l'on puisse donc pour autant se réfugier dans quelque rassurante thèse d'indétermination globale et dans quelque holisme rassurant, porteur de relativisme trop facile. Du « problème philosophique de la signification » (« Quelle-est-la-signification-d'un-mot ? ») on était alors définitivement passé à une phénoménologie de la signification comme problématique, comme ce qui est toujours déterminé comme problématique dans un certain nombre d'actes de parole, et le reste, dans son éventuelle indexation à la vérité même. Mais seul le lent déplacement des concepts et des structures extraordinairement puissants mis en place par le premier Husserl pouvait donner toute sa portée, philosophique et directement phénoménologique, à la découverte faite alors.

Notes

1 Cf. Jacques BOUVERESSE, Wittgenstein et les problèmes de la philosophie, in La philosophie anglo-saxonne, dir. Michel Meyer, Paris, P.U.F., 1994, pp. 272-275, et La force de la règle, Paris, Ed. de Minuit, 1987.

2 Cf. la première partie de notre livre Phénoménologie, sémantique et ontologie : Husserl et la tradition logique autrichienne, Paris, P.U.F., 1997.

3 Lecture dont nous ne sommes pas sûr qu'elle soit défendable. Reste que Frege, à sa manière, sacrifie bien au mythe de la signification, au point même d'en constituer jusqu'à un certain point la source aux yeux d'une certaine tradition analytique. Cf. l'article passionnant de Sandra LAUGIER : Frege et le mythe de la signification, in Phénoménologie et Logique, dir. J.-Fr. Courtine, Paris, Presses de l'E.N.S., 1996.

4 Cf. R.L. I, § 34, Hua XIX/1, p. 108 ; trad. franç. T. II/1, p. 1 19 : « Quand nous réalisons cet acte, et que nous vivons pour ainsi dire en lui, nous visons naturellement son objet, et non sa signification ».

5 Sur tout ceci, voir le chapitre I de notre Phénoménologie, sémantique, ontologie.

6 Sur la valeur structurante de ce projet de mathesis universalis pour le traitement husserlien de la question de la signification, voir l'article d'Elisabeth Rigal : De l'idéalité de la signification, in Les études philosophiques, 1995, pp. 91-106.

7 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 94 ; trad. franç. T. II/l, p. 102.

8 Sur le mot qu'indiscutablement la phénoménologie aurait à dire dans l'histoire de la théorie des actes de parole (histoire dans laquelle Reinach notamment jouerait un rôle essentiel, en cela plus fidèle au concept husserlien d'acte qu'on ne le croit souvent), voir la synthèse de Barry SMITH, Towards a history of speech act theory, in Speech Acts, Meaning and Intentions. Critical Approaches to the Philosophy of John R. Searle, ed. Armin Burkhardt, Berlin, Walter de Gruyter, 1990, pp. 29-61. Cf. notre essai En quoi l'intentionnalité est-elle un « acte » ?, à paraître dans les Archives de Philosophie.

9 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 95 ; trad. franç. T. II/l, p. 103.

10 Cf. La voix et le phénomène, Paris, P.U.F., 1967, dont nous n'instruirons pas ici le procès.

11 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 96 ; trad. franç. T. II/l, p. 104 : « Que l'on retranche de notre langue les mots essentiellement occasionnels, et qu'on essaie de décrire d'une façon univoque et objectivement fixe une expérience subjective quelconque : toute tentative de ce genre est manifestement vaine ». La relativisation de la portée de l'indexicalité sera du reste une des insuffisances fondamentales relevées par Husserl dans la préface de la seconde édition des R.L. Cf. Hua XIX/1, p. 13 ; trad. franç. T. I, p. XVII (en fait, précise-t-il alors, toutes les prédications empiriques en relèvent).

12 Cf. AUSTIN, La signification d'un mot, in Ecrits philosophiques, trad. franç. Lou Aubert et Anne-Lise Hacker, Paris Seuil, 1994, pp. 21 sq.

13 R.L. I, § 28, Hua XIX/1, p. 97 ; trad. franç. T. II/l, p. 105.

14 R.L. I, § 29, Hua XIX/1, p. 97 ; trad. franç. T. II/l, p. 105.

15 R.L. I, § 30, Hua XIX/1, p. 102 ; trad. franç. T. II/l, p. 111.

16 Op. cit., loc. cit.

17 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 104sq. ; trad. franç. T. II/l, p. 114.

18 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 105 ; trad. franç. T. II/1, p. 115.

19 Op. cit., loc. cit. Sur cette réinterprétation de la « proposition en soi » bolzanienne en termes d'espèce, voir la recension sur Palágyi de 1903, Hua XXII, pp. 156-157 ; trad. franç. in Articles sur la logique, pp. 216-217.

20 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/1, p. 115.

21 R.L. I, op. cit., loc. cit.

22 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/1, pp. 115-116.

23 Husserl aussi bien y viendra dans l'Appendice de 1911 aux leçons sur la signification de 1908 que nous commenterons pour terminer, et précisément pour articuler une critique de la théorie des espèces (les nuances ne s'ordonnent pas à un terme général par spécification). Cf. Hua XXVI p. 216 ; trad. franç. p. 271.

24 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/l, p. 116.

25 Op. cit., loc. cit.

26 Cf. notre essai : L'origine du sens : phénoménologie et vérité, in Autour de Husserl : l'ego et la raison, Paris, Vrin, 1994, p. 268sq.

27 R.L. I, § 31, Hua XIX/1, p. 106 ; trad. franç. T. II/l, p. 116.

28 L. WITTGENSTEIN, Carnets, trad. franç. Granger, Paris, Gallimard, 1971, p. 169.

29 R.L. I, § 32, Hua XIX/1, p. 107 ; trad. franç. T. II/l, p. 117.

30 Op. cit., loc. cit.

31 R.L. I, § 32, Hua XIX/1, p. 107 ; trad. franç. T. II/1, pp. 117-18.

32 Cf. notre essai L'origine du sens. Sur la trimodalité de l'intentionnalité, voir le texte de référence de Jacques ENGLISH, à qui nous devons cette compréhension de l'articulation de la pensée husserlienne, La différenciation de l'intentionnalité en ses trois modes canoniques comme problème constitutif central de la phénoménologie transcendantale, in Recherches husserliennes, vol 1, 1994, p. 47-72. Nous ne sommes toutefois pas sûrs que cette multimodalité puisse précisément être maintenue sur le terrain d'une phénoménologie devenue transcendantale, c'est-à-dire absolument constitutive, constituant ses différences modales mêmes, écrasées alors par le modèle univoque du noème, dans une mise en liberté non surveillée d'un « sens » pour la conscience affranchi de son ancrage concret dans la modalité signitive de l'intentionnalité et le système d'écarts produits par elle par rapport aux deux autres (imaginative et perceptive), comme avait pu le diagnostiquer Vincent DESCOMBES, in Grammaire d'objets en tous genres, Paris, Minuit, 1983.

33 Ce qui pourrait aussi bien rejoindre le « vrai » Platon, dans la pluralité et la gradation structurale des attitudes déployées par la ligne de la connaissance préalable au mythe de la Caverne. L'histoire du platonisme libérée de la fiction du ciel des Idées reste décidément à écrire.

34 R.L. VI, § 29, Hua XIX/2, p. 631 ; trad. franç. T. III p. 127.

35 Cf. la fin du chapitre IV de Phénoménologie, sémantique, ontologie.

36 R.L. VI, § 29, Hua XIX/2, p. 631 ; trad. franç. T. III p. 127.

37 Cf. le livre d'Alberto COFFA, The Semantic Tradition from Kant to Carnap, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1991.

38 Bedeutungslehre, § 8 a), Hua XXVI, p. 38 ; trad. franç. p. 62. Sur ces formules, voir l'étude de Jacques ENGLISH, Une des premières formulations de la théorie de la réduction : l'opposition du phénologique et du phénoménologique dans le cours sur la signification de 1908, in Recherches husserliennes, vol. 5, 1996.

39 Op. cit., § 9 c), Hua XXVI, p. 43 ; trad. franç. p. 67.

40 Op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 32 ; trad. franç. p. 55.

41 Op. cit., loc. cit.

42 Op. cit., §8 a), Hua XXVI, p. 32 ; trad. franç. p. 56 : « cette signification définit ce que l'on appelle tout simplement, dans le discours logico-scientifique, la proposition ». La référence à Bolzano suit immédiatement. Sur le concept de « proposition en soi », voir B. BOLZANO. Wissenschaftslehre, Sulzbach, 1837, § 19, Bd. I, p. 76sq.

43 Bedeutungslehre, § 8 a), Hua XXVI, p. 33 ; trad. franç. p. 56.

44 Op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 34 ; trad. franç. p. 57.

45 Cf. notre présentation : A l'origine de la phénoménologie : au delà de la représentation, in Critique, juin-juillet 1995, pp. 480-506.

46 Bedeutungslehre, § 8 b), Hua XXVI, p. 35 ; trad. franç. p. 59.

47 Ou plus exactement cette identification aura lieu en dernier ressort en sens inverse de ce qui serait attendu : c'est-à-dire que c'est la « signification ontique » qui détient en fait la vérité de ce qui est d'habitude nommé « objet intentionnel », dont le sens serait donc toujours en fait signitif, et qui conduit à introduire — tout de même — quelque chose comme des « objets intentionnels ». La vérité de Twardowski n'était donc pas du côté de l'image (sur le modèle de laquelle il entendait le sens), mais du côté du signe. Cf. Bedeutungslehre, Appendice III, Hua XXVI, p. 143 ; trad. franç. p. 177, où l'identification est opérée de façon ultime.

48 Bedeutungslehre, § 8 b), Hua XVVI, p. 38 ; trad. franç. p. 61.

49 Cf. Bedeutungslehre, § 10, Hua XXVI, p. 47 ; trad. franç. p. 71 : « la signification au sens de l'objectité catégoriale, dans sa pleine saisie catégoriale, n'est pas un vécu ni un morceau de vécu, n'est rien qui soit phénoménologiquement montrable (Aufweisbares) ».

50 R.L. I, § 34, Hua XIX/1, p. 109 ; trad. franç. T. II/1 pp. 119-20.

51 Cf. la présentation de la Bedeutungslehre, § 20, Hua XXVI, p. 73 ; trad. franç. p. 99 : « tout acte prédicatif qui ne fonctionne pas d'une façon nominale peut devenir nominalisé, etc. ».

52 Bedeutungslehre, § 19, Hua XXVI, p. 70 ; trad. franç. p. 96.

53 Cf. Bedeutungslehre, § 26, Hua XXVI, pp. 86-87 ; trad. franç. p. 114.

54 Cf. op. cit., § 8 a), Hua XXVI, p. 31 ; trad. franç. p. 54.

55 Op. cit., § 20, p. 72 ; trad. franç. pp. 98-99.

56 Cf. notre étude Au-delà de la représentation.

57 Bien que la parenté soit une fois de plus ici déniée (ou déplorée) avec la dernière énergie, dans un mélange de répulsion et de querelle de paternité assez étonnant. Cf. Bedeutungslehre, § 2, Hua XXVI, pp. 6-7 ; trad. franç. p. 28. Sur le rapport difficile Husserl-Meinong, voir le chapitre VI de Phénoménologie, sémantique, ontologie.

58 Bedeutungslehre, § 21, p. 75 ; trad. franç. p. 101.

59 Cf. le chapitre II de Phénoménologie, sémantique, ontologie.

60 Cf. Bedeutungslehre, Hua XXVI. § 22, p. 78 ; trad. franç. p. 106.

61 Op. cit., § 26, Hua XXVI, p. 86 ; trad. franç. p. 113.

62 Cf. l'apparition du mot dès l'introduction, § 2, Hua XXVI, p. 5 ; trad. franç. p. 26.

63 Op. cit., § 28, Hua XXVI, pp. 90-91 ; trad. franç. pp. 118-19.

64 Cf. op. cit., § 31, note des pp. 133-34 de la trad. franç.

65 Op. cit., § 32, Hua XXVI, p. 107 ; trad. franç. p. 137.

66 Op. cit., § 31, Hua XXVI, p. 105 ; trad. franç. p. 135.

67 Op. cit., § 34 c), Hua XXVI, p. 116 ; trad. franç. p. 147.

68 Op. cit., § 35, Hua XXVI, p. 118 ; trad. franç. p. 149.

69 Voir le livre de Jacques Bouveresse portant ce titre, sur les mathématiques, mais le problème est bien le même : il y va de la possibilité d'une entente idéaliste de la signification.

70 Bedeutungslehre, § 35, Hua XXVI, p. 118 ; trad. franç. p. 150.

71 Op. cit., § 39, Hua XXVI, p. 135 ; trad. franç. p. 169.

72 Op. cit., Appendice XIX, Hua XXVI, pp. 203-04 ; trad. franç. p. 257.

73 Cf. l'exposé du problème, op.cit., Hua XXVI, pp. 213-214 ; trad. franç. pp. 268-69.

74 Cf. la fin du chapitre IV de Phénoménologie, sémantique, ontologie. On remarquera ici que l'épreuve du non-sens, purement immanente, ne me fait pas vraiment sortir du domaine de la signification, en direction de quelque « vestibule » ou préalable de la signification. Cf. notre réponse à Jacques Bouveresse sur ce point : Le sens, le non-sens et les limites de la philosophie, in Critique, novembre 1997, no 606, pp. 811-836.

75 Op. cit., Hua XXVI, p. 207 ; trad. franç. p. 261. On notera au passage que la « signification propre » (i. e. le nom propre) n'est pas elle-même dépourvue de sens, ni (parce que, faudra-t-il dire) de grammaire.

76 Op. cit., loc. cit.

77 Op. cit., Hua XXVI, p. 210 ; trad. franç. pp. 264-265.

78 Op. cit., Hua XXVI, p. 211 ; trad. franç. p. 265.

79 Cf. Hilary PUTNAM, The meaning of « meaning », in Mind, Language and Reality, Philosophical Papers, volume 2, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1975, pp. 223sq.

80 Bedeutungslehre, Appendice XIX, Hua XXVI, pp. 211-212 ; trad. franç. p. 266.

81 Op. cit., Hua XXVI, p. 204, n. 3 ; trad. franç. p. 258.

82 Cf. notre essai Le monde pour tous : universalité et Lebenswelt chez le dernier Husserl, in Recherches husserliennes, vol. 5, 1996, sur la Krisis dont la question s'annonce ici déjà.

83 Bedeutungslehre, Appendice XIX, Hua XXVI, p. 214 ; trad. franç. p. 269.

84 Op. cit., Hua XXVI, pp. 216-17 ; trad. franç. p. 272.

85 Op. cit., Hua XXVI, p. 217 ; trad. franç. pp. 272-73.

86 Op. cit., Hua XXVI, p. 218 ; trad. franç. p. 274.

87 Op. cit., Hua XXVI, p. 219 ; trad. franç. pp. 274-75.

88 D'où la résurgence dans ce texte d'éléments d'une phénoménologie de la communication, problématique qui avait été en un premier temps par Husserl soigneusement disjointe de celle de la signification. Là aussi les conclusions de The meaning of “meaning” ne sont pas loin.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search