Version classiqueVersion mobile

Liminaires phénoménologiques

 | 
Jocelyn Benoist
, 
Robert Brisart
, 
Jacques English

Les trois étapes de la formation de la théorie de la signification chez le premier Husserl

Jacques English

À la mémoire de Louis Althusser

Texte intégral

1S'il y a un caractère qui a défini, plus que tout autre, la manière de philosopher qui fut celle du premier Husserl, mais qui devait aussi se retrouver chez lui constamment plus tard, même si, après 1913 et le Livre I des Idées, ce fut sous une forme moins frappante parce que ses retournements d'attitude n'ont plus eu un caractère aussi spectaculaire, c'est bien de n'avoir pu s'engager, dans son effort pour décrire le fonctionnement général de l'intentionnalité, tâche qu'il avait reçue en héritage de son maître Brentano, qu'en procédant, sur cet immense champ thématique, et c'est en cela qu'il a d'abord innové par rapport à Brentano qui, lui, n'avait jamais écrit qu'une seule fois sa Psychologie du point de vue empirique, à plusieurs séries d'analyses marquées à chaque fois entre elles par une très forte discontinuité.

2Or, si ces séries d'analyses se sont enchaînées néanmoins en zigzag les unes aux autres, comme il devait lui-même l'indiquer dans un passage de l'Introduction au Tome II des Recherches logiques (§ 6, Appendice 2, RL II*, p. 21) et si elles ont donc pu par là, certes, se corriger mutuellement, en compensant leurs excès et leurs défauts respectifs, elles ne lui ont semblé cependant, sur le coup, à aucun moment, en tout cas jusqu'à une certaine date, parvenir à converger de mieux en mieux vers un état d'intégration ultime, quand elles sont venues ainsi, à plusieurs reprises, se réenvelopper circulairement sur elles-mêmes.

3Car, à la suite de chacun des changements d'orientation par lesquels il avait dû toujours séparer d'abord assez brutalement de celle qui l'avait précédée chaque série suivante, c'était l'ensemble même des résultats qu'il pensait avoir déjà atteints qu'il se croyait obligé de remettre en cause ; et c'est pourquoi, après chacun de ces revirements, la continuité entre ces séries ne lui paraissait nullement rétablie, mais au contraire la discussion relancée de plus en plus radicalement sur toutes les questions les plus importantes, et, plus que sur toute autre, évidemment, puisque c'était elle qui y avait sans cesse occupé un emplacement central, sur celle que lui avait posée aussitôt la signification ; car c'était elle qu'il avait dû toujours, dans ces séries successives, traverser et retraverser en tout sens, les autres questions n'ayant fait que s'y entrecroiser, et toujours également dans des conditions thématiques qui lui avaient paru jusque-là trop peu éclaircies encore, sous l'effet de cet enchevêtrement à peu près inextricable où les difficultés auxquelles il s'était ainsi heurté s'étaient démultipliées comme à plaisir en se polarisant autour de la signification.

4Aussi est-il impossible de s'en tenir, pour comprendre ce qu'a dit Husserl au cours de cette longue période qui vit naître la phénoménologie, à l'un exclusivement de ses textes, en croyant qu'il pourrait se suffire à lui-même, puisque ce n'est que le relevé complet de leurs écarts mutuels qui peut révéler aujourd'hui la véritable amplitude du champ thématique sur lequel il a ainsi appris alors à se déplacer grâce à eux, sans qu'il faille donc accorder trop d'importance à ces brusques ruptures par lesquelles il a voulu échapper si continûment, par delà leurs discontinuités mêmes, à l'emprise de chacune de ces directions qu'il avait commencé par choisir, et qu'ensuite il a été encore conduit à réemprunter, après avoir dû s'orienter pourtant dans l'intervalle en sens inverse.

5Car il aurait risqué très vite de se laisser bloquer dans chacune d'elles s'il n'avait pas su comprendre précisément, au terme d'un certain délai, qu'il devait soudain faire volte-face, quitte à surprendre ses lecteurs en allant centrer ailleurs, du moins pour une certaine période, sa nouvelle perspective. Et, loin qu'il y ait donc eu là, dans sa manière de procéder, une anomalie, au sens où il aurait dû aboutir bien plutôt immédiatement à des résultats univoques, il n'a fait qu'établir ainsi, malgré les malentendus qu'il ne pouvait manquer de susciter, le seul rapport d'adéquation qui pût s'instaurer d'abord entre lui, phénoménologue commençant, et ce thème central que, dès le départ, il s'était proposé de traiter, mais qui devait se révéler beaucoup trop complexe, par les dimensions des deux milieux qu'il devait apprendre à y faire intervenir, pour qu'il pût être abordé, pendant une longue phase préliminaire, autrement qu'à travers de tels décentrements successifs.

6Ce qui intervient en effet avec l'intentionnalité, ce n'est nullement quelque chose de simple, au sens où, avec elle, il n'y aurait à se manifester qu'une instance unique et surtout intrinsèquement homogène ; car, dès que la moindre réflexion commence à porter sur elle, il ne peut aussitôt s'y profiler qu'une problématique fondamentalement dédoublée.

7Car il faut s'y référer d'abord, sans doute, à un premier milieu, celui des « vécus », puisque ce sont eux et eux seuls qui sont, à proprement parler, « intentionnels », et puisqu'ils ne pouvaient pas l'être déjà à l'origine, mais n'ont pu le devenir peu à peu qu'ensuite, après avoir dû s'engager dans un long développement à travers les stades successifs d'une certaine fondation, ainsi que l'avait déjà très bien vu Brentano, mais en ayant toutefois le tort de croire qu'il pouvait s'y limiter, pour avoir à n'écrire ainsi qu'une psychologie.

8Il faut en effet nécessairement s'y référer aussi à un second milieu, tout différent, celui des « étants », qui sont « représentés », puis « jugés » par ceux de ces « vécus » qui s'engagent ainsi, en se développant, sur la voie de leur propre intentionnalisation, dans la mesure où, si c'était bien déjà effectivement sur de pareils « étants » qu'ils débouchaient depuis le début, ils n'avaient pas pu en avoir déjà constitué le sens, et dans la mesure où ce sont donc bien aussi ces « étants » et eux seuls qui ont pu, du fait même qu'ils leur soient apparus, leur donner des motifs de s'intentionnaliser, en leur imposant par conséquent une orientation qui les a traversés de part en part tout au long de cette immense fondation qu'ils ne pouvaient assurément accomplir que dans les dimensions de ce milieu propre où ils évoluaient, mais en devant sans cesse aussi s'y projeter, au-delà d'eux-mêmes, sur un fondement transcendant.

9Car, si Brentano avait déjà parlé lui aussi de ces « étants » dès 1863 dans sa fameuse Dissertation sur Aristote, donc bien avant sa Psychologie de 1873, il n'avait pas su toutefois en rattacher systématiquement l'étude à celle de ces « vécus » eux-mêmes à partir desquels ils doivent pourtant être posés, pour permettre aussi, par contrecoup, à ces « vécus » de ne pas se trouver enfermés dans un statut psychologique trop étroit auquel ils risquaient, sinon, d'être réduits, faute d'une prise en considération suffisante de cette ouverture qui est continuellement la leur sur les dimensions d'une ontologie, comme cela n'avait pas manqué justement de se produire chez Brentano, qui, lui, avait voulu tenir séparés ces deux genres de traitement.

10Par son refus, au moins implicite, de faire donc entrer en corrélation les thématisations respectives de ces deux milieux, Brentano n'avait pu en effet que se montrer doublement insuffisant, puisqu'il avait pu, ensuite, procéder beaucoup moins encore au dédoublement de cette orientation ontologisante de l'intentionnalité, pourtant absolument nécessaire ; car elle n'est, en fait, nullement univoque, ainsi qu'il avait eu la naïveté de le croire, dans la mesure où elle ne peut pas ne pas envelopper en elle deux modèles irréductiblement distincts, l'un qui, avec les choses, relève de lois à la fois synthétiques et matérielles et l'autre qui, avec les idées, renvoie exclusivement à un ensemble de lois à la fois analytiques et formelles, comme Husserl, au contraire, l'avait aussitôt compris, en raison de sa formation même de mathématicien.

11Or cette reconnaissance explicite de la différence verticale entre ces deux genres dissymétriques d'ontologie qui fut, il ne faut jamais manquer une occasion de le rappeler, le véritable point de départ du jeune Husserl lorsqu'il entreprit de s'interroger sur la formation des concepts de nombre dans ce qui allait devenir d'abord, en 1887, sa Thèse d'habilitation, puis, en 1891, le Tome I de la Philosophie de l'arithmétique, ne pouvait manquer de rejaillir sur le traitement des vécus intentionnels eux-mêmes ; car il ne pouvait plus être question pour lui de se contenter d'élargir ce qui avait été jusque-là la problématique psychologique de Brentano, en lui ajoutant simplement de l'extérieur un tel prolongement ontologique ; mais il comprit très vite qu'il fallait inscrire la possibilité originaire de cette divergence d'orientation à l'intérieur des conditions de développement de l'intentionnalité elles-mêmes, telles qu’elles avaient dû s'exercer à partir d'un état où ne s'était encore produite aucune intentionnalisation, les « vécus » ne faisant alors tout au plus que commencer à s'ouvrir sur des « phénomènes ».

12Car Brentano, sans doute, avait déjà indiqué aussi qu'il y a toujours des « phénomènes physiques » à précéder les « phénomènes psychiques », les seuls à pouvoir intentionnellement se rapporter à des « objets » ; mais il n'avait jamais pu cependant pénétrer jusqu'à cette transformation centrale qui a dû provoquer, au milieu même de la fondation accomplie par l'intentionnalité, une pareille dissymétrie entre une ontologie matérielle et une ontologie formelle, à cause précisément de l'absence chez lui de toute prise d'appui initiale sur ces deux références transcendantes, dont la division canonique s'était donc imposée immédiatement à Husserl.

13Quand Husserl s'était donné comme premier problème à résoudre la formation de l'arithmétique comme science, il ne s'était donc pas éloigné des questions qu'avait ouvertes Brentano, sous prétexte qu'il en aurait déplacé, lui, le centre de gravité vers un lieu qui ne pouvait plus coïncider désormais avec celui d'une psychologie intentionnelle, mais il s'y était au contraire trouvé reconduit avec plus d'urgence encore qu'aucun autre élève de Brentano avant lui ; car il fallait qu'il reporte ce genre de questionnement qui était ainsi d'abord spécifiquement le sien et qui portait donc sur la constitution originaire des deux types de structures ontologiques irréductibles en lesquels les objets se partagent, sur un autre, qui concernait une formation assurément corrélative, mais qui ne portait, lui, que sur la série des modifications que l'intentionnalité avait dû commencer par se faire subir à elle-même pour pouvoir s'exercer dans des conditions telles qu'elle ne vise pas seulement en face d'elle des choses en les percevant, mais qu'elle ait aussi les moyens de se déplacer à travers différents réseaux de rapports formels, tels que ceux qu'entretiennent, par exemple, les nombres les uns avec les autres, et cela, en les signifiant.

14Telle fut en effet la situation paradoxale du premier Husserl, alors qu'il avait encore par conséquent à se former lui-même et à former en même temps cette phénoménologie dont il avait aussitôt hérité, au moins virtuellement, de Brentano, beaucoup plus encore que de sa psychologie ; car Brentano avait eu aussi le mérite l'indiscutable de comprendre de façon nette qu'il faut toujours remonter jusqu'à cet état primordial où les « étants » ne font encore qu'apparaître à l'intentionnalité naissante. Mais là où son maître n'avait pu encore que rester en retrait par rapport à cette double interrogation, menée donc à la fois par rapport à une ontologie qui soit dédoublée et par rapport à une phénoménologie qui soit elle aussi différenciée sans doute, mais selon un régime tout autre, puisqu'il était difficile d'admettre au départ que la série de ces modifications qui ont dû d'abord conduire la conscience intentionnelle de sa modalité perceptive à sa modalité signitive à travers les dimensions de son développement propre puisse relever d'un modèle en tout point identique à celui qui doit s'appliquer à l'opposition entre les deux ontologies, Husserl sut faire ainsi porter, lui, au contraire, et sans plus attendre, son interrogation sur le secteur qui est en fait de loin, et même de très loin, pour l'intentionnalité, par rapport à tous les autres, le plus complexe.

15Car, avec ces recherches sur l'origine des concepts de nombre, il n'y avait pas seulement à prendre en compte deux dispositifs différents, et chacun échelonnés selon une orientation verticale, sur le versant objectif de la corrélation et sur son versant subjectif ; mais ils étaient également aussitôt rejoints, l'un et l'autre, à leurs degrés de complexité maximale, là où en effet la divergence entre leurs extrémités est la plus grande, c'est-à-dire là où il y a thématiquement le plus d'efforts à faire à la fois pour maintenir l'écart entre les lois matérielles et les lois formelles dans le traitement du domaine général de l'objectivité et pour préserver la distance entre la modalité perceptive et la modalité signitive dans la description du milieu où a donc dû commencer par s'accomplir la fondation intentionnelle elle-même.

16Il était donc inévitable qu'en choisissant un tel champ thématique, déjà double en lui-même, et ensuite, sur chacun de ses deux versants, dédoublé deux fois encore, où il pût appliquer à nouveau la théorie de l'intentionnalité de Brentano, mais en ayant donc à en élargir considérablement les dimensions, Husserl se soit trouvé affronté au maximum de difficultés possible, puisqu'il devait décrire, d'une part, le franchissement des différents seuils par lesquels les vécus, pour s'intentionnaliser davantage, avaient dû nécessairement aussi, et même d'abord, se modaliser, car ce n'est qu'ainsi que l'opposition établie par Brentano d'une manière trop brutale entre les « phénomènes physiques » et les « phénomènes psychiques » pourrait gagner phénoménologiquement en précision, et puisqu'il devait s'efforcer, d'autre part, de faire réapparaître également les conditions dans lesquelles s'était accomplie, mais sur un tout autre milieu, et donc dans des conditions très différentes, la séparation entre un genre d'objectivité matérielle et un genre d'objectivité formelle, et sans qu'il soit alors possible évidemment d'admettre que, pendant les mises en place respectives de ces deux dispositifs verticaux, aucune communication transversale n'ait pu s'établir entre eux, sous prétexte qu'ils auraient été différents, puisque ce devait être bien plutôt la fonction primordiale même de l'intentionnalité d'assurer la transition continuelle de l'un à l'autre, le premier mode fondateur du dispositif subjectif, c'est-à-dire le mode perceptif, ayant dû avoir une affinité intrinsèque avec ces touts synthétiques que sont les choses en bas du dispositif objectif, et le dernier mode fondé, c'est-à-dire le mode signitif ayant bien dû en avoir aussi une, lui, en haut, avec les rapports analytiques entre des idées.

17II n'y a donc rien d'excessif à soutenir que le mouvement par lequel Husserl a fondé la phénoménologie, au cours de cette très longue période qui a précédé 1913, a coïncidé très exactement avec la formation même de sa théorie de la signification, ces deux mouvements s'étant trouvés emmêlés constamment l'un à l'autre, et en ne pouvant avoir ainsi, évidemment, comme unique archétype commun, que cet autre mouvement fondateur, beaucoup plus ancien, par lequel l'intentionnalité a dû commencer par assurer, sur le registre spontané qui était alors le sien, les formations conjointes de ce dispositif subjectif et de ce dispositif objectif, en en mettant en effet peu à peu en place, selon leurs styles spéciaux, les divers éléments constitutifs.

18Car ce n'est assurément rien d'autre que ce processus spontané lui-même, tel qu'il s'est déjà accompli et tel qu'il est donc aussi déjà parvenu à son terme, qui doit être ainsi reproduit maintenant, mais dans des conditions qui ne devront plus être les mêmes, certes, que celles qui furent les siennes à cette époque-là, dans la mesure où désormais elles devront être rendues explicitement thématiques à la différence de ce qui s'est passé jusqu'ici, s'il est vrai en effet que ce qui a immanquablement défini alors ce fonctionnement spontané de l'intentionnalité, c'est d'avoir été beaucoup trop absorbé par l'immensité même de la tâche qu'il avait à remplir en se projetant sur tout ce qui lui apparaissait et dont il avait à constituer ontologiquement le sens pour qu'il ait pu procéder en même temps à son propre traitement thématique phénoménologiquement.

19C'est donc encore, assurément, un certain genre de fonctionnement intentionnel qui doit intervenir dans cette orientation nouvelle qu'a à prendre l'intentionnalité si elle veut parvenir à reconstituer enfin les différentes étapes de cet immense itinéraire qu'il a fallu qu'elle commence par suivre avant d'en arriver à la situation qu'elle occupe maintenant ; car il n'y a pas d'autre instance que l'intentionnalité elle-même qui puisse rendre compte de ce qui s'est ainsi produit au long de ce développement qui a été le sien, et elle n'aura donc, pour accomplir cette seconde tâche, qu'à retourner sur lui-même le sens de cette corrélation qui l'a déjà traversée de part en part, en se projetant dans la direction inverse de celle qu'elle a suivie jusqu'ici, et c'est pourquoi Husserl a eu raison plus tard de parler d'une intentionnalité phénoménologisante.

20Mais la conséquence même, toutefois, qui ne peut manquer de découler aussitôt d'un tel changement de direction, c'est qu'il oblige précisément l'intentionnalité à ne plus s'exercer désormais que sur un registre réflexif car, si c'est bien, effectivement, cette trajectoire qui a été la sienne, quand elle fonctionnait comme intentionnalité onticisante et ontologicisante, qu'il faut qu'elle prenne pour thème central de toutes ses séries de descriptions, elle ne peut partir désormais cependant que d'une situation où ces deux mêmes dispositifs à partir desquels ont été établis les résultats qu'elle a fini par atteindre ne se présentent plus du tout à elle dans des conditions aussi largement ouvertes que c'était le cas plus tôt, quand ils ne faisaient encore précisément que se former, puisqu'ils n'ont pas pu ensuite ne pas se refermer sur eux-mêmes, une fois qu'ils ont pu prendre appui instantanément et en toutes circonstances sur l'ensemble des éléments qu'ils avaient commencé par mettre en place médiatement sur chacun des deux versants de la corrélation.

21Car, si le passage du premier de ces régimes de fonctionnement au second doit avoir un sens, ce ne peut être, de toute évidence, que de chercher à faire apparaître pour la première fois dans des conditions de thématisation explicite tous ces seuils que l'intentionnalité a donc déjà franchis au cours de ses déplacements spontanés, mais dont elle n'a pas pu alors apercevoir elle-même en toute clarté les différents modes d'exercice, même si elle en avait un sentiment confus, tant le mouvement par lequel elle se projetait sur ce qui lui apparaissait ne pouvait que détourner son attention de ces opérations subjectives qu'elle était pourtant en train d'accomplir et qui se sont alors accomplies dans des conditions tout à fait différentes de celles où elles le font maintenant, puisqu'elles se contentent désormais de répéter sous une forme incroyablement raccourcie ce qui avait dû exiger d'abord une très longue série d'efforts largement étalés.

22Aussi est-ce à l'écart entre ces deux régimes de fonctionnement, l'un qui s'est exercé en refermant systématiquement derrière lui toute la série des intervalles qu'il avait dû d'abord traverser pour ne conserver que les résultats auxquels il avait abouti, et l'autre qui doit chercher à l'inverse à les rouvrir méthodiquement pour qu'ils reprennent ce sens primitif qui fut le leur, mais qu'ils ont perdu depuis, qu'il faut imputer ce genre de démarche si tâtonnant du premier Husserl, avec ses continuelles discontinuités et ces multiples zigzags ; car c'est bien parce qu'il n'a pas hésité à se placer d'emblée sur le secteur le plus périlleux de ce dispositif jumelé, et donc doublement reserré, qu'il a été conduit à commettre autant de maladresses, en proposant des solutions qui lui ont vite paru ensuite intenables, tout en pouvant néanmoins s'en servir aussi, à chaque fois, pour mieux rebondir ailleurs, sans avoir à s'arrêter, plus longtemps qu'il ne fallait, sur ce que d'autres auraient considéré, eux, comme une contradiction.

23Car, à mesure qu'il avançait, et fût-ce en retournant sur lui-même à plusieurs reprises le sens du dernier déplacement qu'il venait d'opérer, il rétablissait aussi peu à peu, et dans des conditions évidemment à chaque fois beaucoup plus complexes encore, toute la série des épisodes intermédiaires qui ont dû relier également entre eux, mais là dans un sens transversal, ces deux dispositifs verticaux.

24Si Brentano les avait en effet déjà souvent évoqués lui-même en parlant de l'« inexistence intentionnelle », il n'avait jamais paru cependant bien savoir quel usage il devait en faire ensuite, alors que cette instance allait se révéler, elle, au contraire, décisive pour le Husserl de 1913 ; et c'est pourquoi il a voulu la placer alors au centre de sa problématique de l'intentionnalité avec sa théorie des « noèmes » comme uniques corrélats possibles des « noèses », là où avaient donc dû venir s'articuler, aux limites supérieures du dispositif subjectif et du dispositif objectif, d'un côté, les modalités fondées, et non plus seulement fondatrices, du développement intentionnel, et, de l'autre, ce qui allait devenir les ontologies du second ordre, résultant d'un processus de formalisation, et non plus seulement celles qui ne pouvaient que relever du premier ordre.

25Mais il est certain que ce Husserl de 1913 restait très redevable en cela aux épisodes de son évolution qui en avait précédé l'émergence, en tant que ces différents revirements n'avaient jamais fait que correspondre en effet à autant d'efforts de sa part pour rouvrir chacune de ces étapes médiatrices du développement intentionnel dans ce qu'elles avaient eu à la fois ontologiquement et phénoménologiquement de plus caractéristique, puisque c'étaient bien différents types de couplages formés par des groupes d'éléments provenant des deux versants de la corrélation qui s'étaient formés ainsi et qu'il fallait donc ne pas voir seulement, dans chacune de ces associations, ces deux aspects, mais aussi leurs différences par rapport aux autres couplages, situés, eux, soit en amont, soit en aval.

26Il y aura donc trois étapes à distinguer dans cet itinéraire au tracé si sinueux ; et, pour cela, il ne faudra sans doute jamais cesser d'être attentif à ce qu'elles ont eu de très profondément différent, puisque ce n'est qu'en soulignant ce que chaque seuil franchi à ses débuts par l'intentionnalité phénoménologisante a introduit de nouveau par rapport aux précédents, dans sa représentation du développement de l'intentionnalité onticisante et ontologisante, qu'il sera possible de lui redonner toute sa spécificité, telle qu'elle est apparue à Husserl lui-même quand il l'a franchi, mais telle aussi qu'en franchissant ce seuil, soit pour la première fois, soit, mais dans des conditions devenues alors différentes, d'autres fois fois encore, il est parvenu, de proche en proche, à redesserrer par là tous les autres intervalles de sa problématique, qu'ils fussent verticaux ou transversaux, puisqu'ils s'y trouvaient eux aussi, directement ou indirectement, concernés.

27Mais il ne faudra jamais oublier non plus de faire réapparaître en même temps le mouvement complémentaire par lequel, en voulant d'abord renforcer de cette manière leurs différences mutuelles, il a réussi néanmoins, malgré les apparences, à faire converger secrètement de mieux en mieux ces séries démultipliées de descriptions, qui lui étaient d'abord apparues à lui-même si discontinues, pour les réordonner par paliers successifs dans un ensemble qui gagnait paradoxalement en cohérence, de façon au moins virtuelle, à chaque fois qu'il s'étendait davantage, puisqu'il parvenait à recouvrir de mieux en mieux tous les secteurs qui devaient être tour à tour distingués sur les deux versants de la corrélation, mais qui jusqu'ici, à cause de leur trop grande proximité, n'avaient pu que rester confondus.

28Car l'excédent de distinctions qui se trouvait ainsi surajouté à un tel ensemble après chaque nouveau virage, en conduisant à y réinsérer de l'intérieur un autre seuil, pour l'arracher à la position plus ou moins occulte où il avait été tenu jusque-là, mais dont l'absence de traitement avait fini pourtant par rendre intenables les positions soutenues plus tôt, pouvait commencer par sembler rendre désormais plus indéchiffrable encore, sans doute, toute ordonnance générale ; car il ne pouvait que faire entrer en superposition, sur un seul et même lieu, plusieurs strates de thématisations discordantes, comme si leurs écritures respectives, en ayant été chacune interrompue brutalement, devaient donc leur interdire toute conclusion qui pût jamais leur devenir commune.

29Mais, loin qu'il n'y ait eu là toutefois qu'un entassement désordonné d'éléments disparates qui ne serait parvenu à résorber à aucun moment le caractère hétérogène de ses apports successifs, c'est le modèle de plus en plus net, au contraire, d'une double organisation que Husserl a réussi ainsi à mettre graduellement en place sur chacun des différents secteurs où devait se faire l'articulation entre la phénoménologie et l'ontologie, quelle qu'ait été la démultiplication des perspectives à travers lesquelles elle a pu sembler se profiler, tantôt en paraissant basculer toute entière du côté des « vécus » comme s'il n'y avait qu'un seul versant de la corrélation, et tantôt en se déséquilibrant de l'autre côté vers les « objets » ; mais il est certain qu'il reste beaucoup à faire aujourd'hui encore pour extraire de cette énorme gangue de textes enchevêtrés où il est toujours pris ce modèle unificateur dont la plus grande force fut d'être orienté transversalement sans doute, même si son seul sens possible était de relier entre eux deux dispositifs verticaux, et même s'il a toujours semblé avoir à la fois plusieurs significations, alors que c'est pourtant autour de la signification, idéalement une, qu'il paraissait devoir finir par s'ordonner.

I

30La première étape de cette longue évolution au cours de laquelle Husserl a formé ainsi peu à peu sa théorie de la signification, en oscillant entre les deux pôles extrêmes articulés par la corrélation intentionnelle, fut donc marquée, en 1891, par la publication du Tome I de sa Philosophie de l'arithmétique ; mais ce qui prouve bien toutefois qu'il n'y a eu là en fait, et pour lui-même le premier, qu'un moment provisoire de son développement, certaines des positions qu'il y avait adoptées lui ayant paru en effet très vite insoutenables ensuite, même s'il considérait déjà en même temps qu'il aurait de toute manière à conserver plus tard, sous une forme ou sous une autre, le cadre général de sa problématique qu'il y avait pour la première fois tracé et sur lequel il ne s'était donc pas trompé fondamentalement, c'est qu'il dut faire l'aveu public de son propre échec, en se montrant incapable de mener à terme la rédaction du Tome II qu'il avait pourtant prévu de faire paraître très peu de temps après (PA, Avant-propos, p. [VI] et pp. [VIII-IX], pp. 4-7, et Introduction, p. [6], p. 14), et alors qu'il en avait déjà composé, depuis 1890, sinon même 1889, d'assez longs passages (cf. les Textes 1-10, avec les Appendices I-V, publiés sous le titre : Essais sur la philosophie du calcul, in Hua XXI, Etudes sur l'arithmétique et la géométrie, où ont été regroupés les inédits de cette période).

31Car l'obstacle sur lequel il est venu buter ainsi très rapidement, et qui l'a empêché de continuer à se déplacer dans la direction qu'il avait commencé par suivre, mais sans qu'il ait voulu renoncer pourtant, dès lors, une fois pour toutes, à la réemprunter, quoiqu'à l'époque suivante il ait pu si souvent en donner l'impression, n'a pas été imputable à la rencontre imprévue d'un motif qui serait venu s'ajouter, assez tard et de l'extérieur, aux analyses qu'il avait présentées dans le Tome I et qui s'étaient définies d'emblée par le privilège qu'elles avaient accordé au traitement du versant subjectif sur celui du versant objectif, mais il n'a fait bien plutôt que résulter directement d'un certain dédoublement d'orientation qui s'y était manifesté très tôt et qui l'avait placé dans une situation thématique qui ne pouvait être que paradoxale, puisqu'il n'avait pas voulu y suivre une seule voie, mais deux, de sorte que ce fut là en fait le premier zigzag où Husserl s'est engagé, dans la mesure où il dut faire coexister alors, dans ces séries de descriptions qui portaient donc à peu près exclusivement sur le fonctionnement du dispositif subjectif, deux directions divergentes, très longtemps avant que n'intervienne donc le zigzag des Prolégomènes, qui devait, lui, se déséquilibrer du côté du dispositif objectif, mais dont le sens risquerait toutefois de rester mal compris s'il n'était pas rapporté précisément à l'effort qu'a dû y mener Husserl pour sortir de la situation bloquée où l'avait mis cette mauvaise approche dans la manière de traiter ce qui devait concerner le versant subjectif.

32Ce sont bien en effet deux conceptions très différentes de la signification qui se sont trouvées exposées dans l'ouvrage de 1891, mais dont la tension, toutefois, devait réintervenir constamment par la suite dans des phases alternées, non pas du tout parce que, tout au long de son développement ultérieur, Husserl n'aurait pas réussi d'une certaine façon à la résoudre, ou, en tout cas, à l'atténuer, mais parce qu'il n'avait jamais déjà fait avec elles que chercher à réinsérer, dans les dimensions d'une même cadre très vaste qui ne pouvait que demeurer ensuite invariable parce qu'il correspondait, par essence, au partage de la problématique de la corrélation intentionnelle en un ontologie et une phénoménologie, toute un série de médiations qui devaient permettre de relier entre elles deux situations extrêmes, et ce sont donc elles que la Philosophie de l'arithmétique eut ainsi aussitôt le mérite de reconnaître, en tentant d'en assurer pour la première fois l'articulation, et pour définir de cette manière, par une anticipation assez prodigieuse, ce qui allait demeurer jusqu'à la fin, comme La Crise des Sciences européennes devait assez le montrer encore en 1936, la question la plus centrale qu'il savait qu'il aurait de toute manière toujours à résoudre, même si les solutions qu'il y a apportées n'ont pu être que successivement décalées les unes par rapport aux autres, et même simultanément à une même période, ainsi que ce fut en effet déjà le cas en 1891, mais sans que cet inconvénient, si c'en était un, pût de toute façon être évité, puisqu'une telle démultiplication des perspectives ne faisait que résulter des distances qui sépareront toujours entre eux les deux dispositifs de la corrélation.

33C'est qu'en effet la problématique de la signification s'est tout de suite partagée chez Husserl entre un orientation relevant de la Bedeutung, et qui en faisait donc par là le mode canonique supérieur du fonctionnement de l'intentionnalité, en le rattachant, au moyen d'un « processus abstractif », au double décalage vertical entre les concreta et les abstracta et entre les abstracta matériels et les abstracta formels, pour tout rééquilibrer ainsi vers la haut et plus du côté de l'ontologie analytique que de l'ontologie synthétique, et une autre, relevant, elle, de la Bezeichnung, et qui, tout au contraire, semblait devoir condamner ces mêmes activités analytiques formelles auxquelles avait pu procéder d'abord l'intentionnalité à un statut peu enviable, sinon même désespéré, du moins au-delà d'un certain seuil, celui de l'« impropriété ».

34Car, quelles que soient les distances que l'intentionnalité ait pu ainsi parvenir à intercaler entre ce qui s'était d'abord présenté à elle d'une manière immédiatement concrète et ce qu'elle avait pu réussir ensuite à abstraire médiatement à l'aide d'un désenveloppement vertical, elle continuait toutefois à rester soumise, dans l'autre sens, par le maintien de son adhérence à ses niveaux de développement inférieurs, à l'écart transversal qui devait séparer ce qui lui apparaissait intuitivement de façon propre et ce qui ne pouvait lui apparaître que de façon impropre ; et c'est pourquoi elle devait nécessairement s'engager aussi dans un certain « processus signitif » qui, à défaut de l'amener à rejoindre jamais effectivement, sur toute l'étendue qu'ils recouvraient, ces abstracta formels auxquels elle avait pu déjà commencé à se rapporter au moyen du premier processus, devait lui permettre en tout cas de s'en donner indirectement des « représentations » (cf. Remarques sur la traduction de certains termes, PA, pp. 412-413) grâce à l'emploi de certains systèmes de moyens substitutifs ; mais elle ne pouvait le faire alors, évidemment, que si elle intercalait, entre elle et ces abstracta formels, tels qu'elle devait supposer qu'ils existaient « en soi », des types de désignation dont elle ne pouvait emprunter les divers facteurs constitutifs qu'à ce mode anticanonique de la signification, définie comme mode supérieur, qu'était son mode de la perception, définie comme mode inférieur, en faisant donc appel aux rapports qui s'étaient d'abord s'établis entre elle et ses concreta matériels.

35Or c'est cette ambiguïté même qui caractérise, d'un bout à l'autre, la Philosophie de l'arithmétique, et qui interdit, sans aucun doute, de ne lui donner qu'une interprétation psychologiste, comme on a voulu le faire à tort trop souvent, puisque sa Première Partie tend bien à montrer au contraire essentiellement que l'intentionnalité n'a pas pu avoir d'autre axe central de développement que celui qui lui a ouvert, avec les nombres, l'accès à une région formelle, au-delà de l'adhérence qu'elle a pu commencer par entretenir avec les régions matérielles où se situent les choses, mais où aucun genre d'activité analogue à celui de la signification, prise au sens de la Bedeutung, ne pouvait encore directement intervenir ; et, dans cette mesure, il y avait donc déjà là aussi, sans plus attendre, une « introduction de l'idée d'ontologie formelle », comme Husserl devait plus tard lui-même le déclarer au § 27 de Logique formelle et logique transcendantale (trad. S. Bachelard, pp. 119-120), en revenant alors longuement sur sa première oeuvre et en n'hésitant pas alors à soutenir, ce qui relativise d'autant la portée des critiques qu'il avait pourtant commencé par lui adresser en 1900 dans les Prolégomènes (PA, p. 455), qu'elle contenait ses « premières recherches constitutives des objectités catégoriales », puisque les nombres y étaient en effet déjà représentés donnés « d'une manière originellement productrice », par conséquent comme des résultats d'« effectuations » d'un certain genre d'« activité constituante », celle qui s'était exercée en prenant pour base « la région du vide », « la région du quelque chose en général », et pour en faire donc dériver ensuite certaines « formations syntaxiques » (LFLT, pp. 118-122).

36Mais c'était même, en fait, beaucoup plus loin encore en-deçà de la situation où avait dû s'opérer primitivement une telle séparation entre une ontologie matérielle et une ontologie formelle, que Husserl, dès 1891, avait voulu remonter, puisqu'il avait cherché à y rejoindre la Bedeutung à son état naissant, sans s'arrêter aux prolongements où elle avait pu conduire ; car s'il semble dater seulement des Prolégomènes, dans ce §27 de Logique formelle et logique transcendantale, la découverte du « chemin » qui l'avait conduit « de l'apophantique formelle à l'ontologie formelle » avec l'opposition entre les « catégories de signification » et les « catégories formelles d'objets », c'est bien pourtant à la Philosophie de l'arithmétique qu'il faut en attribuer la première ébauche, et pour y trouver même déjà esquissé l'immense programme qui sera formulé à nouveau encore en 1929, avec l'ensemble des analyses devant en effet permettre de passer d'une esthétique transcendantale à une logique transcendantale.

37Car ce n'est pas seulement d'un point de vue ontologique qu'une pareille bifurcation, à l'intérieur des dimensions d'une problématique générale de l'intentionnalité, était censée devoir s'exercer en 1891, comme si rien ne l'avait préparée plus tôt dans le développement lui-même des vécus ; mais c'était bien aussi déjà, sinon même d'abord, d'un point de vue strictement subjectif, avec le changement d'orientation central que les vécus intentionnels ont dû commencer en effet par provoquer dans leurs propres conditions d'exercice, ainsi que l'avaient vite montré les analyses du Chapitre II de la Philosophie de l'arithmétique, auxquelles le § 124 des Idées, qui à son tour réamorcera la description de « la couche noético-noématique du logos » et celle des rapports entre le « signifier » et la « signification », avait déjà renvoyé en 1913 en des termes exprès (trad. Ricoeur, p. 419), là donc où, contre toute tentation psychologiste, et cela dès 1887, puisque le texte de 1891 ne faisait déjà que reproduire celui de la Thèse d'habilitation, Husserl avait voulu établir aussitôt une distinction très claire entre « la description psychologique du phénomène » d'une part, et, d'autre part, « l'indication de sa signification » (PA, p. [28], pp. 38-39).

38C'était bien en effet comme un changement de visée par rapport à la situation initiale qu'elle occupait qu'était alors défini par Husserl ce passage de l'intentionnalité à la Bedeutung, quand elle s'arrachait à toutes les déterminations temporelles et spatiales où elle avait pu d'abord se trouver prise, et en tant qu'il avait fallu qu'elle commence par s'exercer à ces stades-là sur un mode perceptif, car, dès lors qu'au lieu de continuer à s'intéresser à ce que ces déterminations avaient pu lui faire apparaître immédiatement en fait d'objets, elle intercalait, entre elle et ce à quoi elle voulait devenir désormais exclusivement attentive, les résultats de ce processus abstractif par lequel elle n'avait retenu de tout ce qui avait pu se présenter à elle que le fait d'être un simple « quelque chose », elle opérait en elle-même, à la fois dans son genre d'exercice et dans le genre de corrélais auquel celui-ci la conduisait ainsi à se rapporter intentionnellement, une transformation fondamentale, dont tout ce qui allait se passer ensuite ontologiquement, lorsqu'elle aurait à déboucher au-delà sur un autre milieu, ne pourrait donc que continuer à dépendre d'une manière extrêmement étroite.

39Or, loin que Husserl eût cherché, dans cette Première Partie de la Philosophie de l'arithmétique, à limiter la portée d'une telle modification centrale dans l'ensemble du développement de l'intentionnalité, c'était elle qui avait bien plutôt focalisé toute son attention, non pas parce qu'il se serait désintéressé de ce qui l'avait précédée, car il n'aurait plus eu alors les moyens de montrer en quoi elle s'était différenciée de ce qui avait pu se passer aux stades antérieurs, mais parce que ces stades n'avaient encore délimité pour lui qu'un immense arrière-fond, assez vague, qu'il s'était contenté de mentionner rapidement (cf. au début du Chapitre II l'analyse de la Gesammtbewusstsein, pp. 26-28), pour ne s'intéresser qu'à ce qui avait fait qu'ensuite cette situation initiale avait été profondément transformée, les déterminations esthétiques du temps et de l'espace ne devant plus y jouer dorénavant aucun rôle (pp. 29-60).

40L'extrémité inférieure d'une telle problématique était donc déjà pleinement reconnue, et identifiée aux premières apparitions, encore indifférenciées, de la vie même de la conscience, quand l'intentionnalité n'avait donc pas encore les moyens d'opérer des « distinctions » (pp. 60-75) ; mais ce n'était pas pourtant sa description qui avait alors, en tant que telle, vraiment préoccupé Husserl, c'était seulement le fait qu'elle avait permis ensuite toute une série de déplacements par lesquels, en différenciant de plus en plus son rapport à ce qui lui était apparu, l'intentionnalité avait pu réussir à ne plus retenir de chaque chose, en faisant abstraction de tous ses autres caractères possibles, que le simple fait d'être un « un quelconque », ne se distinguant de tous les autres « quelque chose » analogues que d'une façon exclusivement formelle, au-delà par conséquent de toutes les différences matérielles que le temps ou l'espace avaient pu leur imposer auparavant, mais dont l'intentionnalité pouvait maintenant ne plus tenir aucun compte.

41L'extrémité supérieure du dispositif subjectif avec la signification définie comme Bedeutung se trouvait donc déjà définitivement mise en place en 1891, sans que Husserl ait ainsi commis à cet égard aucun écrasement de perspective qui lui aurait interdit de dissocier cette modalité canonique la plus haute du fonctionnement intentionnel des deux autres modalités qui ont dû la précéder, c'est-à-dire la modalité perceptive et la modalité imaginaire ; et c'est pourquoi Husserl a pu considérer plus tard qu'il avait déjà tracé là l'immense programme à l'intérieur duquel ses analyses n'avaient plus eu ensuite qu'à se réinsérer, puisque, dès ce moment-là, il ne s'était nullement trompé sur la fonction de limite téléologique ultime qu'il fallait lui attribuer, en ce qui concernait le versant subjectif en tout cas de la corrélation, de sorte qu'aucune remise en cause n'allait pouvoir porter atteinte d'une façon radicale, dans les années suivantes, à ce premier groupe de résultats déjà établis, sinon pour les affiner, en y réintercalant, de l'intérieur, d'autres séries de distinctions qui avaient été seulement entrevues en 1891, et qui étaient donc restées encore trop peu étudiées.

42S'il y a une ambiguïté de la Philosophie de l'arithmétique, elle n'est donc pas certainement pas là, mais seulement dans la méthode paradoxale que, dès le début, Husserl y avait suivie dans la définition même de ce programme général qui devait nécessairement recouvrir les deux côtés de la corrélation intentionnelle. Car, au lieu de commencer par prendre appui également sur l'autre extrémité symétrique du dispositif objectif, donc sur l'ontologie formelle, et en tant qu'il ne pouvait ainsi plus s'agir là de prendre appui uniquement sur le groupe des corrélats du genre de visée intentionnelle le plus élevé, obtenus par la transformation des corrélats correspondants des deux modalités inférieures, en continuant par conséquent à se placer sur le versant subjectif, mais en tant qu'il devait s'agir de faire intervenir aussi les résultats les plus indiscutables d'une science déjà fondée depuis longtemps, tels qu'ils ne peuvent donc être que sous-tendus par la validité intrinsèque d'une organisation logique, indépendant des vécus intentionnels, Husserl avait cru bon de faire aussitôt toute une série de déclarations incroyablement abruptes sur l'absence totale d'un tel fondement logique susceptible d'être actuellement reconnu dans des conditions universellement satisfaisantes, comme si donc aucune science positive n'avait jamais encore été formée sous le nom même d'arithmétique, sous prétexte que c'était précisément à cause d'une telle carence que le retour à l'étude de l'« origine psychologique » des concepts de nombres devait s'imposer aujourd'hui comme une tâche prioritaire, sans avoir besoin de s'accompagner d'aucun autre préalable méthodologique.

43Tout s'était donc immédiatement passé comme si, au moment même où il avait voulu s'engager dans cet immense effort qui visait à dégager déjà ce que Logique formelle et logique transcendantale devait appeler les structures d'une « apophantique formelle », et qui devait déjà réussir aussi en très grande partie, du moins de ce seul point de vue, il avait voulu nier en même temps, par un paradoxe difficilement soutenable, mais dont il ne semblait pas être alors bien conscient lui-même, qu'il puisse y avoir à faire face aux vécus intentionnels qui s'exercent sur le mode de la signification une véritable « ontologie formelle », au sens où cette ontologie aurait déjà possédé, en elle-même et par elle-même, ses propres règles d'ordonnance, fondées sur des exigences exclusivement transcendantes, et qui n'auraient donc pu que relever, par là même aussi, d'un ensemble spécial de lois d'essence, rigoureusement introuvables sur le seul côté subjectif, avant en tout cas que l'intentionnalité ne franchisse la frontière qui doit inévitablement, à terme, la faire basculer du côté objectif.

44Quand Husserl en effet, dans l'Avant-Propos et dans l'Introduction de la Première Partie, avait indiqué à ses lecteurs, « mathématiciens », mais également « philosophes », quel était le sens qu'ils devaient donner à son projet, il avait fondé le motif de son intervention sur l'absence de clarté dont souffraient actuellement, mais probablement même depuis toujours, les « fondements » d'une telle science, comme si elle ne reposait sur aucune base sûre qui puisse assurer un véritable consensus : « Il n'y a pas une seule question d'importance que je puisse nommer, qui, de la part des savants qui s'en sont occupés, ait trouvé des réponses s'accordant entre elles avec ne serait-ce qu'un minimum d'harmonie » (PA, p. 3). Aussi n'y avait-il pour lui à peu près rien à retenir des conditions mêmes dans lesquelles se présentait l'arithmétique, au sens où, par exemple, elle aurait pu imposer aussitôt un certain modèle formel, de sorte que ce n'est donc qu'en commettant un véritable anachronisme qu'il serait possible d'attribuer, en fait, au Husserl des années 1886-1891 l'intention d'introduire une telle « ontologie formelle » puisque non seulement il n'en parlait pas, mais qu'il se situait même très en retrait d'une telle reconnaissance, ne fût-ce que par présupposition tacite, dans la mesure où tout ce qui relevait d'une orientation formelle ne prenait de valeur, à ses yeux, qu'à l'intérieur des dimensions mêmes du milieu où se développaient, comme il disait alors, les « vécus psychiques », sans que rien ne vienne donc rééquilibrer à l'avance ce que l'orientation de ses « recherches » pouvait avoir d'excessif dans un certain sens, en mentionnant au moins qu'il y aurait à tenir compte aussi, quand bien même cette direction ne serait pas pour le moment empruntée, de certains facteurs « logiques », rigoureusement inéliminables à leur tour.

45Et, implicitement, le Husserl de 1929, au § 27 de Logique formelle et logique transcendantale, était bien lui-même obligé de l'admettre, quelque désir qu'il pût avoir alors de réhabiliter sa Philosophie de l'arithmétique ; car, s'il disait qu'il y avait amorcé ses « premières recherches constitutives des objectivités catégoriales », il réservait néanmoins aux Prolégomènes le mérite d'avoir ouvert le chemin qui devait conduire « de l'apophantique formelle à l'ontologie formelle », puisque, s'il est vrai certes que « l'a priori relevant de l'ontologie formelle se donne comme un a priori lié d'une manière inséparable de l'a priori apophantique (celui des significations des énoncés) » (LFLT, pp. 118-119), il est vrai aussi que « cette impossibilité de séparation » doit être pensée également dans l'autre sens, et c'était dans ce sens-là que, dès le début de la Philosophie de l'arithmétique, elle avait été niée, non pas sans doute de manière absolue, puisque la suite de l'ouvrage ne devait pas hésiter à introduire une référence fondamentale à « l'empire des nombres en soi », mais dans des conditions qui ne devaient pas tarder toutefois en même temps à se montrer alors suffisamment restrictives pour que Husserl se trouve amené à modifier cette première conception qu'il s'était faite de la signification comme Bedeutung, et à la réaligner peu à peu sur celle, toute différente, d'une simple Bezeichnung, dans la mesure où en effet, aussitôt après avoir assigné ainsi aux concepts primitifs de l'arithmétique un tel fondement transcendant, il avait cru bon d'ajouter, en contrepoint, que ces « nombres effectifs » devaient être considérés de toute manière comme « inaccessibles pour nous en général » (PA, p. 321).

46Faute donc d'un tel relais de l'apophantique formelle par une ontologie formelle, tel qu'il aurait dû être instantanément indiqué, dès le début de l'ouvrage, pour donner à l'immense problématique ainsi tracée ses deux degrés d'ouverture maximale sans risquer de privilégier l'un au détriment de l'autre, Husserl ne pouvait plus avoir encore ouvert devant lui aucun « chemin » au sommet du dispositif subjectif, quelle qu'ait pu être l'importance des séries d'analyses qu'il avait consacrées à cette fonction téléologique qu'il fallait attribuer à la Bedeutung dans l'ensemble du fonctionnement de la vie intentionnelle. Car les descriptions qui avaient porté dans la Première Partie de l'ouvrage sur les conditions d'exercice du processus abstractif n'avaient pu que souffrir déjà très gravement d'un certain manque de radicalité dans la détermination du statut qu'il fallait d'abord conférer, avant même tout franchissement de frontière vers une ontologie formelle, aux corrélais de cette modalité supérieure, puisqu'elles avaient aussitôt présupposé à leur tour, et comme sous l'effet indirect de cette absence de référence préliminaire à toute ontologie formelle, qu'ils ne pourraient jamais être rencontrés de toute façon par l'intentionnalité qui les aurait produits autrement que sur le modèle de ceux qui, au début de son développement, avaient correspondu à sa modalité perceptive, donc sur un modèle où ce qui est perçu d'une manière « propre » est l'unique garant possible d'une légimité, ce qui n'est représenté que de façon « impropre » ne pouvant exercer au mieux qu'une fonction substitutive.

47C'est en effet à cette double insuffisance, à la fois par le haut, et dans le sens donc d'une direction conduisant à l'ontologie prise à ses niveaux de développement supérieurs, et par le bas, et là dans le sens d'une direction conduisant à une phénoménologie prise à ses niveaux d'analyse inférieurs, qu'il faut imputer la responsabilité de l'échec de cette première étape au cours de laquelle Husserl a formé sa théorie de la signification.

48Car ces deux limitations ont bien joué alors pour lui le rôle de verrous, en interdisant à cette partie centrale, qu'occupait pourtant déjà sa description de l'émergence verticale de la Bedeutung, de déployer, comme elle aurait pourtant déjà pu le faire, tous ses effets, aussi bien en s'affranchissant donc de ses conditions de formation, par son accès à un certain régime de fonctionnement spécifique, sans plus avoir à dépendre de celui suivant lequel la modalité perceptive avait pu s'exercer plus tôt en devant se soumettre à des conditions intuitives restreintes du fait de son ouverture immédiate même sur ce qui lui apparaissait, qu'en se donnant les moyens de déboucher ensuite sur un genre tout autre d'« apparaissants », dans la mesure où elle n'aurait pas eu ainsi seulement le pouvoir d'établir un type de corrélat fondamentalement nouveau, mais celui de s'ouvrir aussi, au-delà, sur des objets transcendants, tout à fait différents des « touts » synthétiques matériels qu'elle avait pu percevoir jusque-là, et qui auraient donc porté sur eux les marques d'une organisation irréductiblement formelle.

49Il serait sans doute en effet injuste de prétendre que la Philosophie de l'arithmétique n'aurait pas déjà réussi à réintercaler ses descriptions du développement intentionnel, rééchelonné selon ses trois modes, entre une certaine adhérence originaire fondatrice des vécus, par le bas, aux objets de l'apriorité synthétique matérielle, et une certaine ouverture fondée, par le haut, sur ceux de l'apriorité analytique formelle, puisque tel est bien plutôt l'axe central autour duquel s'étaient ordonnés alors toutes les séries d'analyses de sa Première Partie.

50Mais si le projet de Husserl a pourtant fini par échouer, c'est parce que ces deux insuffisances, aux extrémités mêmes du dispositif subjectif tel qu'il se le représentait alors, ont tendu à combiner leurs effets respectifs, pour déposséder la partie centrale qui s'y trouvait encadrée de son pouvoir fondateur même. Car le motif qui a conduit Husserl dans la Deuxième Partie à ramener sa problématique de la Bedeutung à celle d'une simple Bezeichnung, c'est qu'il a fini par faire entrer dans un mélange assez curieux deux thèses qui n'avaient pourtant rien à voir l'une avec l'autre, ce qui l'a mis dans l'impossibilité de sortir ensuite des limites du versant subjectif ; et c'est pourquoi il a fini par croire, dans les années qui ont suivi, qu'il ne pourrait échapper à ce blocage qu'en refusant en bloc cette double limitation, de sorte qu'il a fait soudain subir à ses séries d'analyses un changement d'orientation radical, comme s'il n'avait plus désormais à s'occuper que du seul versant objectif ; mais c'est bien pourtant seul ce zigzag interne de la Philosophie de l'arithmétique, lors de la première étape, qui peut expliquer cet autre zigzag externe, lui, qui sera celui des Prolégomènes, à la seconde étape, mais où les traces du premier ne seront pas néanmoins complètement effacées, puisqu'elles finiront même par y réapparaître très nettement (§ 54, p. 223, note 1).

51La première de ces deux thèses, en effet, et c'est là qu'il faut placer la pointe extrême de ce premier zigzag, c'est qu'il n'y avait pas de toute façon d'autre structure analytique sur laquelle puisse déboucher la Bedeutung qui résultait d'une liaison collective que celle de la simple additivité, telle qu'elle apparaît dans les entiers naturels (c'est-à-dire les « numérations »). Car Husserl avait d'emblée exclu, sans qu'il crût même nécessaire d'avoir à s'en expliquer, toute possibilité pour la Bedeutung d'entrer en composition avec elle-même pour poursuivre dans cette même direction d'une abstraction formelle, en découvrant d'autres types plus complexes d'organisation logique, sans doute tout d'abord inapparents, mais accessibles néanmoins ensuite, et cela non pas au sens où il se serait agi là d'une sorte de jeu, plus ou moins gratuit, par lequel l'intentionnalité n'aurait cherché qu'à faire varier ses corrélats, mais bien plutôt au sens où la reconnaissance d'une telle démultiplication de possibilités toujours plus compliquées aurait dû signifier précisément l'entrée de ces vécus subjectifs, pris donc aux niveaux les plus élévés de leur développement téléologique vertical, à l'intérieur même des dimensions d'une ontologie formelle, investie d'un indéniable caractère transcendant, comme aurait dû vite le prouver ici l'intervention de certaines lois de composition internes d'ordre supérieur qui correspondent aux différents genres de « nombres » ayant résulté de l'introduction, dans le calcul, des « opérations inverses », comme la soustraction ou la division (PA, pp. 333-337), et qui sont en soi complètement indifférentes aux conditions subjectives selon lesquelles l'intentionnalité a dû d'abord apprendre à s'y rapporter.

52Car Husserl ne pouvait évidemment pas retrouver, à la sortie de la description qu'il avait esquissée de cet axe téléologique suivant lequel le dispositif subjectif s'ordonnait en s'orientant vers la Bedeutung, ce qu'il avait refusé d'y admettre à l'entrée. Ce n'est pas, certes, qu'une réarticulation n'y serait déjà apparue entre l'extrémité supérieure du milieu des vécus intentionnels et celle du dispositif objectif, puisque c'étaient des « concepts en soi » qu'il fallait finir par faire correspondre à de telles activités téléologiques d'ordre supérieur. Mais tout se passait, cependant, comme si le processus abstractif d'où avait résulté la Bedeutung s'était trouvé très vite affecté ensuite par une sorte d'exténuation interne, et cela se comprend, puisque, même lorsqu'il s'engageait dans la voie de la bifurcation formelle, il semblait ne pouvoir continuer à se définir que par opposition à des concreta, ceux-là mêmes que seuls avaient pu d'abord fournir les objets de l'a priori synthétique matériel. Ce qui explique que Husserl se soit contenté de faire intervenir alors, en tout et pour tout, la simple forme de liaison logique et (PA., p. 93). Car c'était bien elle, et elle seule, qui était supposée devoir réintervenir toujours par la suite, comme si, en dehors donc des modifications apportées à l'apparition originaire des objets matériels dans l'espace et dans le temps et à leur appréhension selon un réseau de distinctions marquées par les abstracta matériels, il n'y avait toujours rien d'autre à faire que de recommencer à procéder sur eux à l'établissement d'un « collectivum », car aucune autre ordonnance catégoriale qui eût le mérite d'être un peu plus complexe ne semblait pouvoir se manifester à l'avenir de ce développement.

53Or, ce manque frappant d'investissement en organisation catégoriale ne pouvait conduire dès lors, pour remédier à une pareille vacuité quant aux fondements logiques mêmes de l'arithmétique, qu'à la refermeture de toute cette problématique, à moins qu'il ne lui fût trouvé une motivation tout autre, qui n'aurait pas été pris en compte jusque-là, et qu'il fallait donc désormais faire intervenir, mais seulement comme une compensation à cette déficience de l'axe téléologique suivant lequel l'intentionnalité se développait. Et c'est bien là effectivement ce qui s'est produit, car Husserl fut alors inévitablement conduit à énoncer la problématique centrale de la formation de la signification non plus en des termes qui eussent continué à être ceux de la Bedeutung, même si ceux-ci y étaient toujours supposés, mais en des termes qui ne faisaient, eux, que reconduire à l'axe généalogique suivant lequel l'intentionnalité aussi se développait, et en tant qu'elle devait donc simplement continuer à adhérer aux conditions dans lesquelles sa modalité perceptive s'exerçait, quels qu'aient été les seuils qu'elle avait pu franchir verticalement pour s'élever à sa modalité signitive.

54La seconde thèse que soutenait en effet alors Husserl, c'est que, quels qu'aient pu être les écarts marqués par le passage des concreta aux abstracta et par celui des abstracta matériels aux abstracta formels, ils ne pouvaient pas échapper néanmoins pour cela aux exigences d'un tout autre genre de partage qui, lui, ne devait rien à quelque processus abstractif que ce soit, ni donc à l'intervention de certaines activités que pouvait exercer l'intentionnalité, puisqu'il opposait, lui, ce qui se présentait dans des conditions perceptives comme quelque chose de donné en propre dans une intuition effective à ce qui ne s'y présentait que de façon impropre ; et si l'intentionnalité avait donc dû franchir un obstacle au moment de la formation de l'arithmétique, celui-ci avait uniquement consisté pour elle à savoir comment elle allait pouvoir dépasser la limite qui l'avait obligée depuis toujours à ne remplir ses visées qu'avec ce qui se donnait d'abord à elle d'une façon propre, puisque tout ce qui se situait au-delà ne pouvait alors être pour elle qu'irreprésentable, et puisque cette situation, où elle avait donc commencé à être prise dans l'exercice de sa modalité perceptive, se retrouvait de façon tout à fait comparable dans celui de sa modalité signitive, quand elle devait distinguer ses ensembles collectifs les uns des autres selon qu'il y figurait plus ou moins d'éléments (PA, pp. 108-114).

55Autant ainsi l'échelonnement téléologique vertical du développement intentionnel, pris selon l'ordre du processus abstractif, tendait à conférer à la signification, dans les analyses de la Première Partie de la Philosophie de l'arithmétique, une fonction où les niveaux supérieurs alors atteints apparaissaient comme irréductibles aux niveaux inférieurs, puisqu'ils avaient permis à l'intentionnalité de viser des types d'objets qui lui étaient restés jusque-là inaccessibles, autant ce rééchelonnement transversal entre deux domaines d'exercice intentionnel, l'un propre et l'autre impropre, tel qu'il était supposé s'être donc aussitôt imposé aux niveaux inférieurs, et tel qu'il était supposé devoir aussi se réimposer ensuite indéfiniment à tous les niveaux supérieurs, tendait à introduire, dans la Deuxième Partie, une tout autre définition de la signification, puisque, si la fonction canonique de la Bedeutung se trouvait très vite épuisée ainsi ontologiquement sans plus devoir faire encore l'objet d'un renouvellement, l'unique difficulté qu'il y avait donc eu à résoudre était celle qui avait consisté à savoir quels avaient pu être les moyens auxquels l'intentionnalité avait eu recours pour faire que les innombrables concepts formels de nombre qu'il lui était impossible de se représenter à l'origine d'une manière propre au delà de la limite de la « distinguabilité » qui était inhérente aux conditions mêmes d'exercice de sa modalité perceptive aient pu néanmoins lui devenir représentables grâce à l'emploi de certains moyens artificiels, qui avaient réussi à contourner ainsi l'obstacle suscité par le report d'un découpage d'ordre inférieur, et qui n'affectait donc d'abord que les concreta, à la hauteur même de ces niveaux supérieurs qui avaient été peu à peu rejoints par la formation des abstrata formels aux ultimes stades accessibles au développement téléologique de l'intentionnalité.

56Husserl était donc amené à soutenir finalement que « l'arithmétique n'opère pas sur les concepts de nombre “propres” » (PA, pp. 232-235) ; et sa théorie de la signification devenait ainsi, immanquablement, une simple théorie de la symbolisation au sens du « remplacement » ou de la « substitution », par l'impuissance où se trouvait l'intentionnalité, même lorsqu'elle était parvenue aux stades les plus élevés de son développement, à s'arracher à une condition qui lui était imposée par le type de structuration inhérent à chacun de ses champs perceptifs, comme si tout ce qu'elle avait pu introduire plus tard en fait de modifications dans son propre régime de fonctionnement avec le dédoublement de ses genres de visée entre des objets matériels et des objets formels devait par conséquent se montrer de peu d'importance en face de cette situation initiale, puisqu'elle devait de toute manière la voir réapparaître indéfiniment devant elle comme un obstacle qui n'était sans doute pas tel qu'elle ne puisse pas latéralement le déborder par des moyens appropriés, mais sans jamais pouvoir toutefois le faire entièrement disparaître.

57Or ces conditions d'exercice de la modalité perceptive allaient sans doute pouvoir fournir, grâce aux multiples genres de « moments figuraux » qui y intervenaient immédiatement comme autant de « signes indicatifs » (PA, pp. 249-258), l'ensemble des moyens par lesquels l'intentionnalité parviendrait à se donner « les représentations symboliques de la quantité » qui lui étaient nécessaires pour déborder cette limite de la « distinction » qu'elle n'avait donc nullement franchie une fois pour toutes en opérant une abstraction formelle, mais à laquelle elle s'était trouvée ainsi bien plutôt reconduite circulairement, puisque son découpage transversal, d'origine généalogique, finissait toujours par rattraper son découpage vertical, d'origine téléologique ; et un processus signitif allait donc sans doute aussi pouvoir s'échelonner en hauteur, pour faire repasser, à l'intérieur des dimensions où il se déployait, toutes les différences déjà obtenues par le processus abstractif quant aux déterminations formelles des nombres, sans en perdre aucune.

58Aussi la référence fondamentale à l'orientation téléologique suivie par le développement intentionnel était-elle donc maintenue, sans sombrer dans un mouvement inversé qui en aurait totalement aboli les effets : le zigzag ne reconduisait pas au point de départ pour invalider tous les résultats déjà établis par le processus abstractif avant qu'il ne rebrousse son chemin et ne redescende vers les niveaux inférieurs pour réexaminer de plus près leur genre spécial d'organisation là où il se manifestait dans les concreta, en y inscrivant aussitôt la possibilité d'un processus signitif.

59Mais ce n'était plus du tout, cependant, de signification au sens de la Bedeutung que désormais il devait s'agir : c'était de la signification au sens de la Bezeichnung, puisque ce qu'il fallait décrire, c'était l'ensemble des étapes au cours desquelles l'intentionnalité avait peu à peu réussi à comprendre comment les modes de désignation instantanés que lui offraient, avec les « moments figuraux », les divers genres de « fusionnement » entre parties et touts dans la manifestation même des « phénomènes », tels qu'ils sont donc offerts par la modalité perceptive, pouvaient faire ensuite de sa part l'objet d'un réemploi pour lui fournir des modes de désignation artificiels de tous ces concepts de nombre impropres qu'autrement elle n'aurait pas pu se représenter ; et cet effort pour interroger la multiplicité si complexe des effets d'interférence qu'entretiennent tous les éléments constitutifs d'un champ de perception en se présentant aussitôt ensemble paraissait ainsi la seule compensation possible, par l'étonnance richesse qui de toute part s'y montrait, à l'exténuation que l'intentionnalité avait paru ressentir au contraire, plus tôt, en face de cet autre débouché, situé, lui, à l'extrémité de la diagonale tracée dans la Première Partie, là où le processus abstractif n'avait plus semblé être capable en effet de découvrir, dans les dimensions de ce qui aurait dû devenir, sinon, une ontologie formelle, autre chose que la répétition indéfinie du même schème de l'additivité (PA, pp. 278-281).

60Il n'y avait donc pas d'élimination de l'ontologie formelle au profit de l'ontologie matérielle, puisque les algorithmes qui avaient été établis pour remédier à cette déficience intuitive de la saisie immédiate des distinctions qui séparent les concepts de nombres les uns des autres ne faisaient que reproduire la voie conceptuelle du processus abstractif par des moyens symboliques, qu'ils avaient dû commencer par emprunter à la modalité perceptive, mais auxquels ils avaient réussi toutefois à conférer une efficacité étonnante, par la simplicité même des éléments qu'ils avaient choisi d'adopter, comme dans le cas des chiffres hindous (PA, pp. 337).

61Mais ce qui définissait bien essentiellement désormais, toutefois, ce genre de fonctionnement des « systèmes de signes de nombres », c'est qu'il était à peu près exclusivement substitutif, en détournant l'intentionnalité de tout intérêt qu'elle aurait pu porter directement aux rapports entre les concepts ; et peu à peu, ce n'était donc plus du tout ce désenveloppement téléologique de l'intentionnalité en direction de termes objectifs pour elle fondamentalement nouveaux par comparaison avec les choses qu'elle avait pu commencer par percevoir qui suscitait l'admiration de Husserl, mais c'était bien plutôt l'incroyable puissance dont avait su faire preuve le réenveloppement de ce mouvement téléologique à l'intérieur d'un dispositif inhérent au mouvement généalogique, et dont il imputait la responsabilité à ce qu'il appelait « la pensée naturelle » ; et donc l'affinité quasi-instantanée, et non pas instantanée, puisqu'un processus signifitif avait dû tout de même entre-temps réussir à s'y intercaler, entre les vécus subjectifs et les objets matériels sur lesquels ils débouchaient aussitôt, devait être considérée maintenant comme l'axe le plus important du développement intentionnel, dans la mesure où la voie longue de la représentation des concepts eux-mêmes à travers une appréhension directe et propre n'aurait rien fait gagner, en réalité, par rapport à cette voie courte de la substitution, ainsi que le thème en est abondamment développé dans le texte de 1890 intitulé Sur la logique des signes (sémiotique) (AL, pp. 415-447), qui ne fait que prolonger les chapitres X et XI de la Philosophie de l'arithmétique, et où Husserl a sans aucun doute exprimé le mieux cette théorie de la signification, définie ainsi désormais beaucoup plus comme Bezeichnung que comme Bedeutung.

II

62Or, si Husserl a pu parvenir ensuite, au cours d'une seconde étape, à s'arracher aux présuppositions qui avaient limité jusque-là la conception qu'il s'était faite de la signification et qui n'avaient pas tardé à l'empêcher d'en poursuivre la description, une fois qu'elle avait été formée comme Bedeutung à partir de certains vécus intentionnels d'ordre supérieur, puisque, dès lors qu'elle était rabaissée à l'état de simple Bezeichnung, elle ne semblait guère pouvoir pénétrer dans les dimensions d'une ontologie formelle, de l'autre côté donc de la ligne médiane qui sépare en deux versants la corrélation, c'est bien parce qu'il a compris, à partir des années 1893-1894, qu'il fallait qu'il se déporte brusquement sur cet autre versant dont il avait refusé depuis le début de s'occuper, dans la mesure où il avait considéré que l'état actuel où se présentait l'arithmétique ne pouvait lui fournir aucun appui solide d'où il puisse partir ; et c'est ce saut même qui a marqué son passage à une autre étape, apparemment très différente de la première, et qui a tant frappé les contemporains, en leur faisant croire qu'il y avait là une rupture totale par rapport aux thèses que jusqu'alors il avait soutenues, sans qu'ils parviennent donc à voir en quoi celles des Prolégomènes ne faisaient que les corriger pour y introduire des compléments nécessaires, mais en les rapportant déjà, cependant, à un même arrière-fond commun.

63Car le refus implicite qu'il avait commencé par exprimer envers la possibilité d'un tel soutien initial n'avait nullement été équivalente pour lui, bien au contraire, à une dénégation quelconque de l'écart qu'il fallait établir verticalement entre les deux types d'objets qui devaient être placés aux extrémités inférieure et supérieure du développement intentionnel, avec ceux qui sont matériels et avec ceux qui sont formels, comme si, durant toute cette période, il en avait exclu le principe des dimensions de sa problématique pour ne le découvrir qu'ensuite.

64C'était bien plutôt en effet le constat d'un pareil décalage qui lui avait aussitôt servi de motif pour se justifier d'avoir à intervenir, mais à ceci près seulement qu'il n'avait pas pensé devoir y associer en même temps une justification qui, elle, aurait été alors fondée sur la reconnaissance d'une dissymétrie, déjà entièrement inscrite dans les organisations respectives de deux ontologies, et qui se serait donc imposée par là plus ou moins d'elle-même, puisqu'il s'était simplement contenté d'admettre que les différents genres de concepts de nombre que proposait l'arithmétique délimitaient, sur un domaine particulier, autant d'éléments spécifiques, rigoureusement introuvables ailleurs, et dont il devait donc expliquer la formation, mais en refusant, par hypothèse, de la découvrir autre part que dans les vécus qui avaient dû primitivement les produire, en modifiant le rapport qu'ils avaient commencé par entretenir avec leurs objets matériels concrets.

65Aussi ne faut-il pas se tromper sur le véritable rapport qui s'est établi entre cette seconde étape et la première, et qui fut, à sa manière, un rapport de fondation positive, et non pas de dénégation réciproque ; car, même si Husserl avait pu sembler, au cours de la première étape, ne jamais vouloir conférer dans des conditions explicites un statut qui soit véritablement transcendant à ce qui aurait donc formé une « ontologie formelle » au sens où plus tard il en parlera si souvent, il n'y avait pourtant jamais rien eu là qui s'y oppose de manière radicale dans l'ordre des présuppositions qui avaient continuellement sous-tendu alors ses analyses, qu'elles aient concerné la Bedeutung ou même seulement la Bezeichnung.

66Car tout y avait reposé bien plutôt sur le constat de la dissymétrie de l'organisation analytique des concepts de nombres par rapport à toute ontologie matérielle, même si la solution qu'il avait proposée pour rendre compte de la présence d'un tel genre d'éléments formels avait été de revenir en arrière par rapport à ce milieu même où aujourd'hui ils se présentaient dans un état aussi incertain, pour repasser donc du côté des vécus qui en avaient opéré primitivement l'élaboration dans les dimensions du dispositif subjectif : même en se plaçant dans une telle hypothèse, il fallait déjà tenir en effet la validité intrinsèque de l'organisation logique où ces concepts s'intégraient pour irréductiblement distincte, par son analyticité formelle, de celle qui se rencontrait dans les rapports existant entre les éléments de la synthéticité matérielle.

67Si la première théorie de la signification proposée par Husserl de 1887 à 1891, et exposée dans la Philosophie de l'arithmétique, avait donc souffert d'une grave insuffisance, c'était donc sans aucun doute à cause de cette absence de toute garantie ontologique qui aurait été aussitôt fournie par la référence à un pôle objectif véritablement transcendant, car un tel manque d'assise au départ ne pouvait que répercuter ensuite ses effets négatifs là où le zigzag était venu réenrouler circulairement son point d'arrivée sur son point de départ, mais ce n'était certainement pas à cause de la prise en compte elle-même de tous ces différents types de facteurs situés dans les dimensions du dispositif subjectif qui étaient supposés avoir dû coopérer, sinon à l'établissement même d'une telle garantie, du moins à l'émergence de la dissymétrie qui devait en assurer la reconnaissance primitive en se plaçant au centre de tout le développement intentionnel, par la divergence qui devait commencer par s'y manifester médiatement entre une orientation objective, liée à son mode d'exercice inférieur avec la perception, et une autre, liée, elle, à son mode d'exercice supérieur avec la signification.

68Et c'est bien pour cela que, contrairement aux apparences, mais aussi à ce qu'il allait chercher lui-même à plusieurs reprises ensuite à faire croire, Husserl ne renoncera pas à faire intervenir, dans ce qui va devenir par conséquent la seconde étape de sa théorie de la signification, tout un ensemble d'éléments qui continueront à ressembler de très près à ce qu'il avait commencé par dire à la première étape, ne serait-ce que parce qu'il faudra bien qu'il se préoccupe maintenant encore de respecter les deux séries d'exigences spécifiques, respectivement inhérentes aux dispositifs subjectif et objectif, qui interviennent de toute manière ensemble dans le fonctionnement de la corrélation, et quelle qu'ait donc été l'importance, dans la traversée de ce nouveau zigzag, du complément apporté par l'attribution d'une charge de validité transcendante à l'ontologie formelle, opérée dans des conditions explicites et non plus seulement implicites.

69Mais s'il va sembler toutefois se manifester ici surtout une rupture, c'est bien, également, parce que le déplacement que Husserl va faire subir dans les Prolégomènes à sa perspective centrale, pour ne plus donner désormais comme fondement à la signification que son appartenance au milieu d'une « logique pure », va déséquilibrer aussitôt l'ensemble de sa problématique pour le placer dans une situation qui ne pourra se révéler, à son tour, très vite, qu'au moins aussi excessive qu'à l'étape précente ; car, comme pour mieux souligner la différence des positions qu'il prenait maintenant par rapport à celles qu'il avait soutenues plus tôt, il a voulu commencer par introduire ici une discussion méthodologique ; et il est certain qu'il avait eu tort au départ de ne pas vouloir le faire, quand il s'était donc mis à écrire la Philosophie de l'arithmétique, puisque c'était incontestablement l'absence de toute réflexion de ce genre qui l'avait conduit à ne pas vouloir attribuer ensuite explicitement à l'ontologie formelle un statut qui soit rigoureusement objectif, en y séparant, par principe, ce qui devait relever d'une logique de tout ce qui ne pouvait mis au compte, au contraire, que d'une psychologie ; mais il ne va toutefois le faire qu'en semblant vouloir mettre délibérément contre lui toutes les apparences, comme pour mieux dissimuler ainsi la continuité latente qui va pourtant toujours relier, en fait, à l'arrière-fond, cette seconde étape à la première, et comme s'il voulait donc alors faire croire qu'il avait changé radicalement de théorie, mais sans qu'il ne puisse néanmoins donner durablement le change à cet égard ; car il va se trouver bien plutôt obligé rapidement de reconnaître qu'il ne faisait là que poursuivre un même type de solution général, devant tour à tour recouvrir chacun des deux versants de la corrélation, même si ce ne pouvait plus être désormais dans les mêmes conditions que plus tôt, puisqu'elles avaient dû être, entre-temps, très profondément corrigées et surtout considérablement élargies.

70Car en instruisant, pendant la plus grande partie des Prolégomènes, le procès du psychologisme, c'est-à-dire en voulant réfuter la théorie qui s'était efforcée de montrer qu'il était impossible de faire intervenir une « logique pure » parce que tout ce qui serait supposé en relever devrait se ramener en fait à un simple conditionnement psychologique, Husserl se donnait sans aucun doute par là un moyen très efficace de se dédouaner par rapport aux objections qui avaient été soulevées contre la théorie de la signification qu'il avait soutenue à l'étape précédente, et en particulier par Frege dans sa recension de la Philosophie de l'arithmétique ; mais cette attitude ne pouvait que contribuer très fortement aussi à fausser le sens qu'il fallait donner à l'entreprise qui était maintenant devenue la sienne ; car, pas plus qu'il n'avait commencé par nier toute possibilité d'ouverture de la modalité « significative » (ou plutôt « significationnelle », pour éviter tout malentendu, et donc non pas seulement « signitive ») sur les dimensions d'un domaine de « concepts en soi », cette ouverture n'ayant eu que le tort de se présenter à ce moment-là dans des conditions trop étroites, il n'avait nullement en fait l'intention de nier maintenant qu'il fallait faire aussi intervenir, au moins à jeu égal, comme n'allaient pas tarder à le montrer les six recherches du tome II dont les Prolégomènes ne pouvaient de toute manière constituer, selon leur titre même, qu'une introduction, d'autres séries encore d'analyses, qui, elles, auraient à s'orienter, comme l'avaient déjà fait celles de la Philosophie de l'arithmétique, vers le milieu des vécus, puisqu'il devait s'agir là encore de respecter, secrètement et malgré les apparences, un certain équilibre entre les deux dispositifs, quel que puisse être le privilège alternativement conféré, pendant un certain temps du moins, à l'un ou à l'autre, dans la mesure en effet où, comme l'indiquera très vite le § 2 de l'Introduction à ce Tome II, quelques pages avant que l'Appendice 2 du § 6 ne parle de « zigzag », il n'est pas seulement possible de parler ici de « vécus logiques », mais il est même nécessaire d'en établir une véritable « phénoménologie » (RL II*, p. 9).

71Cette seconde étape de la théorie de la signification où Husserl s'est engagée, de 1896 jusqu'en 1901, sinon même depuis 1894, ne pouvait donc être marquée elle aussi que par un zigzag, mais par un zigzag qui ne s'est pas contenté toutefois de reproduire le premier à l'envers ; car il n'est pas parti de l'ontologie formelle pour revenir aux niveaux les plus élevés du dispositif subjectif et pour repartir en sens inverse ensuite vers l'ontologie formelle, comme le premier avait commencé, lui, par partir de l'affinité originaire entre les vécus inférieurs et l'ontologie matérielle pour s'élever ensuite jusqu'aux vécus supérieurs et l'ontologie formelle et pour redescendre à nouveau vers les niveaux du bas, mais en conservant néanmoins, par certains moyens substitutifs appropriés, les résultats établis par le processus abstractif avant le premier virage, puisqu'ils se trouvaient conservés sur une voie parallèle, celle qu'empruntait le processus signitif.

72En voulant en effet intercaler d'abord, entre toute référence à des « vécus psychiques » et l'affirmation de l'existence en soi d'une « logique pure », une discussion méthodologique qui vise avant tout à montrer qu'il allait falloir exclure définitivement désormais tout conditionnement des vérités idéales par des facteurs différents de ceux d'une ontologie formelle, ce second zigzag paraissait s'interdire aussi toute possibilité ultérieure de changement radical de direction, du moins aussi longtemps que ces « vécus psychiques » dont il s'était agi dans l'attaque contre le psychologisme continueraient à être considérés simplement comme tels, sans précision supplémentaire ; et c'est pourquoi le passage cité de l'Introduction au Tome II devait parler non plus d'une « psychologie », au sens habituel du mot, mais bien déjà, au sens propre, d'une « phénoménologie », comme l'avaient même annoncé, dès 1891, tant d'expressions de la Philosophie de l'arithmétique, dispersées ici et là (cf. PA, Index rerum, p. 442), mais sans pouvoir évidemment en évaluer encore la portée de façon exacte.

73Si en effet ce second zigzag où vont s'engager, l'un après l'autre, les deux tomes des Recherches logiques a eu un sens, ce n'a pas été seulement de corriger ce qu'il y avait eu encore de beaucoup trop restrictif dans le premier, suivi dans la Philosophie de l'arithmétique, en ce qui concernait donc les conditions d'ouverture de la signification, décrite pourtant déjà implicitement comme la modalité canonique supérieure de l'ensemble du dispositif subjectif, sur les dimensions d'une ontologie formelle, mais sans ce complément essentiel que devait apporter la reconnaissance du rôle fondamental que devrait jouer, désormais, une logique pure ; ce n'a pas été non plus seulement de mieux distribuer, de part et d'autre, les fonctions qui doivent incomber respectivement à la « psychologie », sur le versant subjectif, et à cette « logique », sur le versant objectif, en montrant donc déjà implicitement, et en sens inverse, comment les thèses antipsychologistes, soutenues dans les Prolégomènes, ne devaient pas être interprétées trop simplement comme des thèses antisubjectivistes en général, en dehors de tout contexte, et pour bloquer par là de façon définitive toute possibilité de progression ultérieure, ce à quoi évidemment s'est aussitôt refusé Husserl, puisqu'il n'aurait alors plus rien subsisté de sa Philosophie de l'arithmétique et puisque la valeur même qu'il venait d'attribuer ainsi à l'élargissement de l'ouverture de la signification, définie comme modalité subjective, sur une ontologie formelle n'aurait plus pu avoir, par principe, aucune espèce d'importance.

74Mais si ce second zigzag a eu véritablement un sens fondamental dans l'évolution d'ensemble suivie par Husserl avant qu'il n'en vienne à fonder explicitement la phénoménologie comme telle, c'est bien à cause du genre d'emplacement qu'il est venu y occuper, en se situant désormais en effet dans l'intervalle qui subsistait précisément entre ces deux compléments, eux-mêmes réciproquement complémentaires l'un de l'autre, et même si ce troisième type de complément, qui devait donc assurer leur liaison mutuelle, ne pouvait être introduit encore à cette étape que dans une certaine confusion, une menace de blocage dans les deux sens continuant plus ou moins à y planer toujours ; car il a réussi en tout cas à amorcer un tel réétalement de toutes les étapes intermédiaires qu'a dû parcourir le fonctionnement primitif de l'intentionnalité dans le mouvement qui l'a conduit, selon une direction transversale, de son ouverture originaire sur des phénomènes au stade de la différenciation ultime entre les deux genres dissymétriques d'ontologie, que le traitement en excédent qui a été ainsi apporté alors à la problématique de signification a pu enfin commencer à en faire apparaître toute la complexité, au-delà même de la division entre la Bedeutung et la Bezeichnung, et pour annoncer par là ce qui allait devenir la tâche qu'aurait à traiter la troisième étape en 1908.

75Il a pu en effet parvenir à la réélargir sur ses deux bords, du côté du dispositif subjectif comme du côté du dispositif objectif, et pour ouvrir par là aussi, pour la première fois, un certain milieu intercalaire qui lui est irréductiblement inhérent, avec la fonction qui était désormais attribuée à une grammaire, distinguée de la logique, quoiqu'il soit certain que le déplacement du centre même de gravité de toute cette nouvelle problématique dans les Prolégomènes en direction de l'ontologie formelle n'ait pu encore que lui interdire, par le caractère trop unilatéral de son orientation, toute solution qui pût valoir de façon définitive ; car, à la déperdition de sens dont avait souffert la Philosophie de l'arithmétique, en déséquilibrant presque complètement la Bedeutung du côté d'un certain genre d'activité subjective, sans se préoccuper de savoir quel relais cette activité allait donc devoir trouver ensuite dans les dimensions d'une ontologie formelle, ce qui avait tout fait rebasculer vers le bas dans la simple Bezeichnung, correspondait maintenant, une déperdition symétrique, même si elle était inversée, à cause de l'importance beaucoup trop faible accordée à la fonction dont se trouvaient alors investis, pour parler le langage de la Première Recherche, les « actes conférant la signification », puisqu'ils ne semblaient plus du tout capables, comme en 1891, de la fonder.

76A la transitivité raréfiée, pour ne pas dire même très vite exténuée, ayant marqué, dans la Philosophie de l'arithmétique, le mouvement qui avait pourtant si bien commencé à déporter déjà la signification comme modalité subjective supérieure vers les niveaux supérieurs du dispositif objectif, en montrant que le caractère intrinsèquement formel des types d'objets qui s'y rencontraient ne pourrait jamais s'expliquer sans faire intervenir une série de transformations opérées d'abord dans les dimensions du dispositif subjectif avec le processus de modalisation même de l'intentionnalité et donc son changement de registre par rapport à la perception et à l'imagination, ce que si souvent la Première Recherche ne fera d'une certaine façon à son tour que redire, succédait donc ainsi une transitivité sans doute extraordinairement enrichie, puisque ce n'était plus seulement les « concepts de nombre » qui servaient de thème directeur aux séries d'analyses descriptives, mais aussi tout ce qui relevait du langage en général, et puisque c'était également, peu à peu, par une extension caractéristique qui devait trouver son aboutissement dans la Sixième Recherche, tous les genres possibles d'« actes intentionnels » qui faisaient l'objet d'un traitement thématique enfin explicite dans le rapport qu'ils entretenaient avec la signification.

77Mais, paradoxalement, cette transitivité était toutefois tenue, en même temps, pour quelque chose d'inessentiel, puisque, même dans le Tome II, après le virage qui avait par conséquent reconduit, dans le second zigzag, de l'ontologie formelle à ce qui était annoncé comme devant désormais définir une « phénoménologie des vécus logiques », les lois de la « logique pure », telles qu'elles avaient été catégoriquement établies au dernier chapitre des Prolégomènes, et même si elles devaient se doubler maintenant, depuis la Quatrième Recherche, de celles d'une « grammaire pure », paraissaient bien rester toujours en fin de compte l'unique instance vraiment décisive, sans qu'aucun rééquilibrage ne vienne leur faire contrepoids en sens inverse, en décrivant par exemple du côté de la subjectivité intentionnelle les différentes étapes d'un mouvement qui eût été effectivement productif ; et c'est ce qui explique que, même si la signification avait été nettement séparée, dans la Première Recherche, de la perception et de l'imagination, ce décalage vertical dont elle avait bénéficié à l'intérieur des dimensions du dispositif subjectif semblait ensuite ne pouvoir lui servir à rien, en ce qui concernait du moins la prétention qu'elle aurait pu avoir de jouer tout de même un certain rôle dans la détermination de ces lois, qu'elles fussent grammaticales ou logiques, à l'intérieur du dispositif objectif, puisqu'elle avait uniquement à s'y soumettre.

78Il est vrai, certes, que Husserl avait eu d'abord beaucoup à faire, pendant de longues années, pour s'arracher au déséquilibre où l'avait aussitôt conduit, sans même qu'il ait semblé en avoir pris conscience, ce refus de partir d'une thématisation explicite des exigences inhérentes à toute région appartenant à l'ontologie formelle, et donc à l'arithmétique, avant qu'il ne s'engage dans un mouvement quelconque pour décrire les conditions subjectives à partir desquelles, primitivement, elles ont pu commencer à s'imposer. Mais qu'il se soit pourtant vite aperçu des effets nocifs que ne pouvait manquer d'induire à terme un tel déséquilibre, et cela déjà, tout aussi bien, à l'intérieur même des dimensions de la problématique du second processus, c'est-à-dire celle du processus signitif et de la Bezeichnung, avec les différents algorithmes fondés sur l'emploi de représentations qui ne sont qu'« impropres » du point de vue de la problématique du premier processus, c'est-à-dire celle du second abstractif et de la Bedeutung, c'est ce qui ressort d'une lecture attentive des textes qu'il avait déjà commencé à écrire en vue du Tome II de la Philosophie de l'arithmétique, avant qu'il ne finisse par renoncer à le faire paraître ; car, en réduisant l'arithmétique à n'être ainsi qu'un « art » consistant à faciliter psychologiquement, selon un certain « principe d'économie », les diverses opérations effectuables, et notamment les opérations inverses, sur de simples signes de nombres, substitués aux concepts, il ne tarda pas à comprendre qu'il ne faisait par là que déboucher tout aussi bien sur un ensemble d'exigences purement logiques, indifférent en soi au fait qu'il soit atteint par des signes de concepts ou par les concepts eux-mêmes, comme le montre par exemple un texte datant de 1889 ou 1990, assez bref, mais tout à fait pertinent à cet égard, qui a pour titre : Arithmétique formelle, (Hua XXI, No 4, pp. 24-27), et dont beaucoup de textes postérieurs ne feront que confirmer l'orientation.

79Les structures catégoriales de l'ontologie formelle, telles qu'elles sont inscrites dans celles des opérations sur les nombres, réapparaissaient donc analytiquement là même où elles étaient le moins attendues, c'est-à-dire dans les dimensions de ce que Husserl appelait une « arithmétique générale » ; car, pour pouvoir s'assurer un développement, celle-ci devait commencer par faire une place extrêmement large, et même une place tout à fait essentielle, à un ensemble de termes définissables seulement d'une façon logique, et dont rien, absolument rien d'analogue ne pouvait donc être découvert dans les « qualités de formes » ou dans les « moments figuraux » qui avaient pu structurer d'abord esthétiquement les divers champs d'objets sur lesquels l'intentionnalité avait commencé par déboucher lorsqu'elle s'était exercée sur son mode perceptif.

80Car ce fut bien là ce qui amena Husserl à renverser complètement son centre de perspective, pour passer à la seconde étape de la formation de sa théorie de la signification, dans un mouvement qui a donc constitué ainsi beaucoup moins une rupture totale par rapport à ce qui l'avait précédé qu'il n'a tendu à compléter ce qu'il y avait eu également de très déficient dans la description même du fonctionnement de ce processus signitif, tel qu'il avait été supposé devoir se substituer entièrement, dans la Deuxième Partie de la Philosophie de l'arithmétique, au processus abstractif, puisque Husserl y voyait réapparaître maintenant, comme malgré lui et à sa plus grande surprise, toutes ces formes renouvelées d'organisation logique qu'il n'avait pas cru devoir attribuer, dans la Première Partie, à l'abstraction formelle. Car, en continuant à se déplacer dans cette même direction, exclusivement signitive, du moins en apparence, il n'avait pas pu rapidement ne pas voir réintervenir aussi devant lui des ensembles de structures catégoriales de plus en plus complexes, à l'intérieur même de toutes les opérations du calcul ayant rendu possible cette « arithmétique générale », de sorte qu'il avait eu tort d'affirmer qu'elle ne faisait entrer en ligne de compte qu'une « activité mécanique » (PA, p. 336) qui pouvait tout aussi bien ne jamais « recourir à la signification des signes [die Bedeutung des Zeichen] » (p. 347).

81Aussi n'y-t-il rien de surprenant à voir à de nombreuses reprises Husserl, en 1900, dans les Prolégomènes, corriger ce qu'avaient eu d'excessif les affirmations de cette Deuxième Partie de sa Philosophie de l'arithmétique en ce qui concernait le processus signitif, en tant que, par hypothèse, celui-ci avait été supposé capable de se substituer au processus abstractif, supposé lui-même aussi à son tour, par hypothèse, incapable de tout prolongement au-delà d'une certaine limite, ce qui interdisait à l'arithmétique d'être une « science » qui pût porter directement sur de purs concepts formels et sur les rapports purement analytiques que pouvaient entretenir entre eux ces concepts. Car Husserl, à la fin du premier zigzag qu'il avait suivi, avait pu donner sans doute l'impression de vouloir abandonner complètement le résultat pourtant le plus essentiel de ce qu'il avait commencé par établir dans la Première Partie. Mais, si cela avait été effectivement le cas, c'eût été alors cette double hypothèse même de la substitution du second processus au premier qui serait devenue absurde, puisque son intervention n'aurait plus pu avoir aucun sens.

82La Bezeichnung n'avait donc rien pu faire d'autre, en réalité, que prendre la suite de la Bedeutung, non pas cependant pour en effacer toute trace, mais pour en poursuivre la lancée par d'autres moyens ; et, quand bien même il y aurait eu, par conséquent, dans cette Première Partie de la Philosophie de l’arithmétique, une thématisation trop peu poussée encore du caractère théorique du domaine des relations où, selon sa structure essentiellement logique, l'arithmétique doit venir ensuite prendre place, une fois formée subjectivement par l'intentionnalité, il n'en demeurait pas moins qu'une réarticulation restait toujours possible par principe entre ce que le processus abstractif de 1891, en dégageant le caractère formel de la Bedeutung associée à la « liaison collective », avait eu déjà d'indiscutablement valable, et cette réextension des dimensions de la problématique de la signification, accomplie maintenant en direction de la reconnaissance des droits imprescriptibles d'une ontologie formelle, à laquelle va procéder le Husserl de 1900, surtout si ce processus signitif apparaissait désormais lui-même, à son tour, bien moins comme un substitut déficitaire du processus abstractif que comme son double exact, c'est-à-dire comme le lieu précis de l'application même de toutes ces structures catégoriales purement formelles que, réciproquement et de son côté, le processus abstractif apparaissait maintenant avoir été tout à fait capable de dégager ensuite, sans être obligé de se contenter de répéter, toujours dans les mêmes conditions, un simple et.

83Aussi, à l'inverse, un tel correctif ne pouvait-il pas disqualifier, en son entier, le processus signitif, au sens où il n'aurait rien fallu conserver de la définition de la signification comme Bezeichnung, sous prétexte qu'elle ne devait relever que de la Bedeutung, et même d'une Bedeutung uniquement rattachée à des « catégories formelles », ayant en elles-mêmes leur sens en dehors des « opérations intentionnelles » qui pourraient les faire intervenir subjectivement. Et c'est ce qui explique que, pour indiquer ainsi en filigrane à ses anciens lecteurs de la Philosophie de l'arithmétique qu'il ne renonçait nullement à cette problématique du développement de l'intentionnalité qu'il y avait suivie, Husserl ait voulu consacrer, à la fin des Prolégomènes, tout un chapitre, le Chapitre IX, intitulé d'une manière caractéristique Le principe d'économie de la pensée et la logique, à revenir sans doute sur ce que ses affirmations de 1891 avaient pu avoir d'insatisfaisant à cet égard, mais pas cependant au point de se renier lui-même sur ce qui avait constitué alors une composante fondamentale de sa théorie de la signification, prise au sens d'une théorie des signes comme moyens matériels de désignation ; car il n'entendait pas du tout l'éliminer, et il ne cessera même jamais plus tard de la faire réintervenir comme un support qu'il tiendra pour indispensable, ce qui permettait donc déjà d'entrevoir qu'il faudrait compenser aussi plus tard, en se réorientant dans l'autre direction, les excès mêmes qui risquaient d'être induits par ce déplacement trop fortement marqué du centre de problématique de la signification du côté de la seule ontologie formelle, sous prétexte que seul ce moyen avait pu se montrer efficace pour lutter victorieusement contre le psychologisme.

84Deux notes successives du § 54 l'attestent assez, en reproduisant les deux processus de 1891, mais à l'envers, ou, pour être plus exact, comme s'ils devaient être considérés désormais comme indissociablement unis l'un à l'autre. Une première note (RL I, p. 220) commence en effet par montrer comment un passage peut toujours s'opérer en arithmétique entre les « formes extrinsèques » des « opérations » et leurs « formes intrinsèques », sans que l'unité formelle fondamentale qui leur permet d'entrer en correspondance sur des registres différents n'en soit pour autant affectée, puisque la procédure qui se fonde sur un pareil dédoublement doit être considérée bien plutôt comme le meilleur moyen qu'il pourra jamais y avoir d'assurer en toute certitude une « généralisation “formelle” des disciplines originaires ». Et une seconde note renvoie ensuite, en termes exprès, quelques pages plus loin (RL I, p. 223), au Chapitre XII de la Philosophie de l'arithmétique, intitulé, lui, Les représentations symboliques de nombre, en indiquant qu'il y a là un ensemble de « buts justifiés » qu'il faut donc que l'intentionnalité atteigne, sous peine autrement de ne jamais pouvoir maîtriser ces « véritables échafaudages d'idées et d'association d'idées s'engrenant des milliers de fois les unes dans les autres », et s'engageant dans « une complication sans cesse croissante », sur lesquels toute science doit ainsi s'établir ; et Husserl avait même été jusqu'à soutenir, un peu plus haut (RL I, p. 221), que « l'analyse de ces types de méthodes et des types analogues et l'explication pleinement valable de leurs fonctions constituent le champ peut-être le plus beau et en tout cas le moins exploité d'une théorie de la science ».

85Mais il faut bien aussi reconnaître, toutefois, aussi que de telle déclarations restent comme autant de contrepoints, assez secondaires, par rapport au changement fondamental d'orientation où s'engagaient les Prolégomènes par rapport à la Philosophie de l'arithmétique, puisque, même s'il allait falloir conserver quelque chose d'essentiel et de ce processus abstractif et de ce processus signitif, il ne pourrait, en tout état de cause, s'agir là que d'espèces de zones résiduelles en face de la fonction désormais attribuée à un fondement théorique, défini comme radicalement indépendant de tout conditionnement psychique, de quelque façon que celui-ci puisse être représenté, c'est-à-dire conformément ou non aux présuppositions du psychologisme.

86Car il est certain que la Philosophie de l'arithmétique n'avait jamais partagé, tels quels, les « préjugés psychogistes » dénoncés au Chapitre VIII des Prolégomènes, pour adopter une attitude qui aurait donc correspondu au « relativisme sceptique ». Les « recherches psychologiques » exposées en 1891 s'étaient en effet situées dans le cadre très général d'une problématique intentionnelle qui échappait, par définition, à l'absurdité de principe du « naturalisme », dans la mesure où elles s'étaient tout au contraire efforcées de reconstituer les étapes primitives du processus de formalisation de la connaissance, ce qui impliquait donc qu'elles admettaient un genre d'existence spécifique des concepts formels, et pour y associer même de très près, en lui attribuant une spécificité non moins irréductible, le mode d'exercice par lequel l'intentionnalité s'y rapportait, en se mettant alors à signifier et en cessant donc de percevoir ou d'imaginer.

87Mais si elles n'avaient pas réussi cependant à assurer ensuite leur relève par des « recherches logiques », c'est bien aussi, effectivement, parce qu'elles s'étaient vite montrées incapables, après, de décrire d'une manière qui soit véritablement satisfaisante les conditions dans lesquelles s'était opéré le franchissement de la frontière qui avait conduit le mouvement fondateur de l'intentionnalité à déboucher sur un ensemble de structures logiques, en soi indifférentes aux opérations subjectives qui avaient pourtant dû permettre d'abord de les atteindre ; et, parmi elles, comme facteurs qui étaient donc plus ou moins inessentiels, il fallait ranger aussi bien le processus abstractif que le processus signitif, dès lors que la question considérée comme la plus importante, et de loin, était devenue celle-ci : « Les anges, s'ils faisaient des mathématiques, pourraient bien avoir d'autre méthode de calcul que nous — mais auraient-il aussi d'autres principes et d'autres théorèmes ? » (RL I, p. 164).

88C'est bien en ce sens en effet qu'il faut comprendre la condamnation que porte maintenant Husserl dans une courte note du § 45 (RL I, p. 187) contre la condamnation sans appel qu'il avait commencé par porter lui-même, à la fin du Chapitre VII de la Philosophie de l'arithmétique, intitulé Les définitions des nombres par l'équivalence, contre ce qu'il avait alors appelé « la tentative de Frege » (PA, pp. 144-148). Car, en ne voulant, lui, définir les concepts de numération que par des relations de « classe d'équivalence », Frege était bien celui qui, par excellence, avait cherché à se faire le défenseur des droits irréductibles de la logique, dans l'intention de fonder sur elle, et sur elle uniquement, l'arithmétique, et fallût-il pour cela, par voie de conséquence, couper tout lien entre elle et la psychologie, puisque, pour en préserver la spécificité, il fallait bien finir par admettre qu'il y avait là un domaine de significations objectives qui n'entretenait plus aucune sorte de cohérence intrinsèque avec le « processus abstractif » qui, primitivement, avait pu y conduire les vécus subjectifs.

89Husserl avait tenu en effet à citer Frege à cet endroit et à dégager ainsi clairement les principes qui avaient défini le programme qu'il avait voulu se donner : « Plus les mathématiques doivent refuser tout concours de la psychologie, moins elles peuvent nier leur rapport à la logique » ; et s'il y avait voulu lui opposer alors une fin de non-recevoir, c'est parce qu'il avait considéré que cette problématique du processus abstractif où lui-même s'était engagé depuis le début de son ouvrage, et qui avait été la seule qu'il avait cherché à résoudre, devait pouvoir se suffire à elle-même, sans être obligée, plus tard, de recourir à quoi que ce soit d'autre ; car, « dès lors que nous rencontrons les concepts ultimes, élémentaires, toute activité de définition prend fin », ainsi que c'est le cas, notamment, pour « des concepts comme la qualité, l'intensité, le lieu, le temps », mais de même aussi pour « les relations élémentaires et les concepts qui se fondent sur elles », comme « l'égalité, l'analogie, la gradation, le tout et la partie, la quantité et l'unité », de sorte que « ce que l'on peut faire dans de tels cas, c'est seulement ceci : montrer les phénomènes concrets à partir ou au milieu desquels ils sont abstraits et tirer au clair le genre de ce processus abstractif ».

90Or, quand Husserl déclare en 1900, mais avec bien moins de précisions qu'il ne l'avait fait en 1891, et pour prendre donc maintenant une attitude opposée, qu'il avait « à peine besoin de dire » qu'il ne défendait plus « la critique de principe » qu'il avait cru devoir adresser à cette date à « la position antipsychologiste de Frege », c'est assurément parce qu'il reconnaît désormais sans aucune restriction qu'à l'autre extrémité de ce mouvement fondateur, par rapport à celle qu'occupent ces « phénomènes » auxquels il avait voulu, lui, commencer par revenir, il faut admettre qu'il existe un milieu auquel il est impossible de donner un autre nom que celui d'une « logique pure », parce que c'est bien là qu'il faut situer, au-delà de tous les épisodes du processus intentionnel, peu importe qu'ils soient abstractifs ou signitifs, le seul fondement sur lequel puisse reposer en soi « l'unité de la théorie » sans laquelle aucune science ne pourrait valoir.

91Et il est certain qu'il ne peut manquer de se produire, dès lors, dans la délimitation de sa problématique de la signification, un bouleversement considérable, puisque son orientation formelle se trouvait donc désormais totalement déconditionnée par rapport à tout ce qui avait pu se passer sur le versant subjectif de la corrélation, contrairement à ce qu'avait pu dire la Philosophie de l'arithmétique ; car c'était certes à des représentations falsifiées du fonctionnement de la subjectivité, et non pas du tout à des séries de descriptions qui en eussent proposé un traitement effectif comme avaient pu être les siennes en 1891, que Husserl avait voulu s'en prendre quand il avait critiqué avec autant de virulence les thèses du psychologisme ; mais il n'avait pas paru tenir alors néanmoins à faire, entre les unes et les autres, tellement de différence, comme si sa condamnation valait pour elles toutes dans des conditions équivalentes, de sorte qu'il pouvait bien donner ainsi l'impression d'avoir adopté désormais un point de vue exclusivement antisubjectiviste, dans la mesure où il pensait sans doute que c'était la moins mauvaise façon encore de faire comprendre que, sans un tel rééquilibrage autour d'un centre de gravité défini en termes de fondement ontologique transcendant, jamais un complément suffisant ne pourrait être apporté à ce que le point de départ de sa première théorie de la signification avait eu, par son caractère si restrictif, d'inadmissible.

92Mais ce serait toutefois en rester encore à un présentation beaucoup trop simple de cette seconde étape où s'est engagée Husserl que de croire qu'il se serait contenté d'y opérer ce déplacement, pour rejoindre par exemple la position de Frege dans sa condamnation sans appel de la psychologie, en ne se préoccupant donc plus du tout de savoir comment il devait, lui, réarticuler, à terme, ces nouveaux résultats qu'il venait d'obtenir sur ceux de l'étape précédente, maintenant qu'il leur avait apporté un tel prolongement sur le versant objectif, sinon ils n'auraient plus dû avoir pour lui aucun sens ; mais, en fait, jamais sa position n'a été telle, là où il a voulu la résumer de la façon la plus topique dans le dernier chapitre de ce Tome I des Recherches logiques : L'idée de la logique pure, puisqu'il n'y prend plus parti encore une fois de façon négative contre toutes les variétés possibles de psychologisme, mais qu'il tente d'y esquisser la seule solution positive intégrale qu'une telle problématique, nécessairement double, puisse finir par recevoir, sans donc exclure la possibilité d'un rajustement sur le versant subjectif.

93Car, s'il est vrai qu'il y pousse à son terme extrême ce mouvement de rééquilibrage qu'il avait voulu maintenant accomplir en prenant le sens opposé à celui par lequel il avait voulu revenir d'abord aux phénomènes, il y opère bien déjà aussi, à mots couverts sans doute, mais par toute une série d'aveux trop parlants cependant, à leur manière, pour qu'un lecteur attentif puisse s'y tromper, un véritable changement de direction, et sans qu'il y ait là seulement un épisode passager de son évolution, puisque c'est bien plutôt celui-là même où aussitôt ensuite, et donc très longuement, les Six Recherches du Tome II vont s'engager à leur tour.

94Et c'est pourquoi il serait absurde de ne voir là qu'une nouvelle infidélité que commettrait Husserl envers ses propres thèses, comme s'il ne faisait donc que transgresser soudain les interdits mêmes qu'il venait pourtant de brandir contre le recours à toute méthode psychologique ; car il va certes s'y produire de nombreuses tentatives pour réarticuler la « logique pure » des Prolégomènes sur les résultats déjà établis par les « recherches psychologiques » de la Philosophie de l'arithmétique ; mais si ces tentatives vont cependant finir par avorter, sans donc parvenir à présenter une théorie de la signification qui soit pleinement équilibrée, c'est bien aussi parce que ce prétendu mouvement de bascule en direction du versant subjectif va rester beaucoup trop marqué encore précisément par les Prolégomènes, même s'il aura certes l'avantage indéniable de réélargir dans des proportions infiniment plus satisfaisantes la série des épisodes intermédiaires par où l'intentionnalité a dû passer quand les différents éléments de son dispositif subjectif, avec la modalité signitive, se sont le plus ouverts téléologiquement, et quand ceux du dispositif objectif, symétriques, mais non similaires, ont donc pu aussi manifester le mieux leur spécificité, avec non seulement une logique, mais d'abord avec une grammaire.

95C'est bien en effet ainsi qu'il faut comprendre le véritable sens de ce nouveau tournant où s'engage Husserl dès la fin des Prolégomènes sans même attendre l'Introduction du Tome II. Car il ne cherche assurément pas à minimiser l'importance du rééquilibrage qu'il vient ainsi d'opérer, puisqu'il réaffirme avec éclat, au cours du § 65, sans que son langage prête à équivoque, qu'« il s'agit manifestement ici de conditions a priori d'une connaissance qui peuvent être considérées et étudiées en dehors de toute relation avec le sujet pensant et avec l'idée de la subjectivité en général » (RL I, p. 263). Mais la reconnaissance d'une telle indépendance ne l'empêche toutefois nullement de se référer aussi ici, et même bien plutôt d'abord, à une distinction qu'il considère comme essentielle, et qui doit être établie non seulement entre, d'une part, des conditions qu'il appelle « réelles », et dont il précise vite qu'elles sont « psychologiques », et, d'autre part, des conditions « idéales », ce qui prouve bien déjà que toute référence à la psychologie ne saurait être abandonnée aussi vite qu'avait pu le faire croire la critique du psychologisme, mais également, en plus, et cette fois à l'intérieur de ces « conditions idéales », entre certaines d'entre elles qui seraient « noétiques », parce qu'elles se fonderaient sur « l'idée de la connaissance comme telle, et cela a priori », en dehors par conséquent de tout renvoi à « la singularité de la connaissance humaine dans ses modes psychologiques », et d'autres, qui seraient, elles, « purement logiques », parce qu'elles ne se fonderaient au contraire que sur « le “contenu” de la connaissance » (RL I, pp. 262).

96Or ce qui montre bien à quel point Husserl n'a pas renoncé à faire intervenir, dans cette nouvelle théorie de la signification qu'il cherche ici à mettre en place, tout un ensemble d'éléments qui devraient lui permettre de continuer paradoxalement à se rapporter à l'extrémité de la diagonale opposée à celle qu'il occupe maintenant avec la « logique pure », et qui était celle d'où il avait voulu partir dans sa Philosophie de l'arithmétique en la faisant entrer alors en liaison très étroite avec les premiers stades du développement esthétique de l'intentionnalité, c'est qu'il semble difficile de ne pas reporter cette distinction du § 65 sur une autre qu'il n'introduit sans doute qu'au § 67, mais qui réinterviendra pourtant sans cesse par la suite comme un leitmotiv fondamental à chaque fois, ou à peu près, qu'il écrira plus tard sur la logique, c'est-à-dire la distinction qu'il faut faire entre, d'une part, les « catégories de la signification », avec notamment le concept de « proposition », et, d'autre part, les « catégories objectives formelles », comme « état de chose, unité, pluralité, nombre, relation, enchaînement » ; car, s'il s'agit là, « d'un côté comme de l'autre, de concepts qui, comme leur fonction, à elle seule, suffit à nous l'expliquer, sont indépendants de la particularité d'une matière de connaissance quelconque », il n'en demeure pas moins qu'ils ne peuvent être fondés concrètement que dans des actes de pensée possibles en tant que tels ou dans les corrélats que l'on peut appréhender en eux »(RL I, p. 269) ; et ces « actes de pensée » ne peuvent donc alors que renvoyer eux-mêmes, à leur tour, aux modifications qui ont dû affecter les différents éléments originaires du dispositif subjectif à l'intérieur duquel seul ils ont pu apparaître, de même aussi qu'aux modifications des « corrélats » dont ces éléments devaient nécessairement, de toute évidence, s'accompagner, même si au départ Husserl n'avait pas pu encore clairement s'en apercevoir.

97Il est vrai que l'édition de 1901 précisait, dans l'alinéa qui suivait, qu'il ne fallait penser ici qu'à une « origine logique », sans s'occuper de « la question psychologique de la génèse des représentations conceptuelles qui s'y rapportent » ; mais si la réédition de 1913 n'a pas hésité à transformer cette origine « logique » (RL I, p. 287) en une origine « phénoménologique », c'est bien qu'il y a, dans la question que peut se poser ainsi un lecteur attentif de la Philosophie de l'arithmétique sur le statut qu'il doit donner, dans le dernier chapitre des Prolégomènes, à ces « actes de pensée » qui y sont expressément évoqués, non pas du tout un délire interprétatif de sa part, sous prétexte qu'il chercherait à tout prix à raccorder entre eux les différents types de parcours que Husserl a décrits en des sens opposés en 1891 et en 1900 alors qu'ils n'auraient formé, en fait, que des tronçons discontinus, mais bien plutôt l'intention, parfaitement justifiée, de découvrir une réponse générale à une seule et même question, qui n'avait donc jamais cessé de le préoccuper dans l'intégralité des dimensions qu'elle ne pouvait pas ne pas ouvrir, et qui traçait donc déjà aussi, par là même, un cadre en soi cohérent où toutes les solutions partielles qu'il avait pu successivement fournir en des sens en apparence inversés allaient pouvoir enfin peu à peu prendre place.

III

98C'est en effet ce que confirment les deux première Recherches du Tome II, qui jusqu'ici n'ont été mises que trop rarement en rapport, comme elles auraient pourtant dû l'être, avec les descriptions des deux processus de la Philosophie de l'arithmétique, puisqu'elles n'ont fait que les réécrire pour les corriger, comme si Husserl voulait ainsi renouer explicitement avec ses séries d'analyses antérieures pour montrer qu'il ne les avait nullement perdues de vue et qu'elles continuaient même à faire partie intégrante de sa problématique. Mais il ne va pouvoir le faire aussi, toutefois, qu'en les réorientant dans le sens de la découverte centrale des Prolégomènes, celui d'une totale indépendance de l’ontologie formelle aussi bien, du côté objectif de la corrélation, par rapport à l’ontologie matérielle, que, de l'autre côté, par rapport aux conditions phénoménales à partir desquelles elles ont pu l'une et l'autre avoir été subjectivement formées, de sorte que si l'orientation ainsi suivie peut commencer par sembler très proche de celle de 1891, puisque, dans les deux cas, il s'agit de décrire ce qui s'est passé quand l'intentionnalité, en se développant, s'est élevée de ses concreta vers des abstracta, et des abstracta matériels vers des abstracta formels, il est vrai aussi qu'elles paraissent s'y opposer à chaque instant du tout au tout.

99Car autant tout était centré, en 1891, sur la présupposition que les éléments les plus essentiels devaient être découverts dans les modifications que l'intentionnalité avait réussi à faire elle-même subir à son propre genre d'ouverture originaire sur ce qui lui apparaissait, les modifications de ses différents types d'objets n'en ayant donc jamais été corrélativement que des conséquences, autant tout paraît se fonder au contraire, maintenant, sur la présupposition que les facteurs déterminants se trouvent ailleurs que là.

100Non pas qu'il ne faudrait tenir aucun compte des conditions dans lesquelles les vécus subjectifs ont à intervenir de leur côté, puisqu'elles sont bien plutôt décrites à nouveau, et même avec beaucoup plus de détails que ce n'avait été le cas dans la Philosophie de l'arithmétique quand il s'était agi du processus abstractif et du processus signitif, mais parce que le supplément d'attention qui est ainsi porté aux transformations par où ont dû passer les vécus tend paradoxalement à les déposséder toujours en même temps de leur pouvoir fondateur, pour ne les considérer qu'en fonction d'une instance tenue pour la seule véritablement décivise, et qui est formée justement par les lois de la « logique pure ».

101Ce qui va définir en effet essentiellement les résultats établis par Husserl sur la seconde moitié de ce nouveau zigzag qui l'a donc reconduit aux phénomènes, et pour les rendre par là très insuffisants encore, ainsi qu'il devait lui-même en convenir ensuite si souvent, et en particulier déjà dans la Présentation qu'il fit, en 1901, de ce Tome II des Recherches logiques (Articles sur la logique, pp. 204-210), c'est que, si la continuité va pouvoir être rétablie avec le premier dispositif vertical d'où est parti le développement intentionnel, une telle reprise va aussi reconduire constamment à ce même pôle objectif supérieur formé par l'ontologie formelle, comme si, de toute manière, il avait valu depuis toujours en lui-même et par lui-même en dehors de tout conditionnement « noétique », sans qu'il ait eu d'abord à s'insérer dans une problématique d'ensemble qui, pour pouvoir se partager précisément en deux côtés irréductibles, aurait donc dû commencer par introduire dans sa partie centrale tout un groupe de systèmes intermédiaires, afin de permettre que la transition de l'un à l'autre se fasse ainsi progressivement, et non pas brutalement par un unique renversement de perspective.

102Il est vrai que plus ces six Recherches vont se développer et plus le recours à ces épisodes médians du fonctionnement intentionnel va aussi apparaître comme le seul genre de solution qui soit possible désormais ; et la signification, avec ses deux faces, constituées par les « objets idéaux » qui sont les siens, d'un côté, et, de l'autre, par les « actes logiques » à partir desquels ces objets doivent être visés, va donc jouer évidemment encore un rôle majeur, puisque tout transite d'une certaine façon par eux, là où se rejoignent à lafois le sommet du dispositif phénoménal et le sommet du dispositif ontologique, d'autant plus même qu'il va commencer maintenant à s'y rattacher, à mi-distance de l'un et de l'autre, un immense réseau de « catégories », pour assurer ainsi un rééchelonnement très large de toutes ces étapes centrales du développement de l'intentionnalité qui n'avaient pu recevoir jusque-là qu'un traitement beaucoup trop resserré, alors que la question du statut à attribuer à leurs corrélais avait été pourtant déjà très nettement mise en relief par Brentano lorsqu'il avait parlé, à leur propos, d'« inexistence intentionnelle ». Toutefois, la réponse apportée en 1901 à cette question ne va rester que grossièrement ébauchée, même si, avec l'idée d'une « grammaire pure », dissociable de la « logique pure », la Quatrième Recherche va donner à la théorie de la signification présentée désormais par Husserl un caractère très nouveau qui va en modifier profondément, de l'intérieur, l'ordonnance, en l'amenant à se représenter beaucoup mieux comment s'est accompli ce passage, nécessairement graduel, entre la phénoménologie des vécus et les deux genres extrêmes d'ontologie.

103Mais c'est bien tout d'abord le processus signitif que la Philosophie de l'arithmétique, dans sa Deuxième Partie, s'était déjà efforcée de décrire, mais si maladroitement encore, en déséquilibrant toute sa théorie de la signification du côté de la Bezeichnung, que Husserl, dans la Première Recherche, cherche à corriger, parce que c'était là en effet, sans aucun doute, ce que son ouvrage de 1891 avait eu de plus faible ; et, pour cela, il commence aussi par élargir considérablement les dimensions de sa problématique, qu'il avait commencé par restreindre aux seuls « concepts de nombre » et à leurs « désignations », puisqu'il les étend maintenant à l'ensemble du domaine du langage, délimité précisément par le seul terme générique de Bedeutung.

104Car, s'il est certain qu'il avait consacré alors, ici et là, mais à d'assez nombreuses reprises toutefois, ce qui était donc déjà assez révélateur, des développement particuliers à certaines « significations de mots » à cause des « équivoques » ou des « malentendus » qui pouvaient s'y attacher, comme dans le cas du « nom unité » (PA, pp. 187-198), il ne s'y était toujours intéressé cependant que de biais, sans prendre en considération de façon directe le sens qu'il fallait donner en général à un « énoncé », comme par exemple notamment au Chapitre IX, qui avait sans doute pour titre : Le sens de l'énoncé de nombres, mais où toutes les « expressions du langage » qui étaient étudiées ne visaient qu'à mieux faire apparaître une nouvelle fois la différence entre ce qu'il faut se représenter « d'une manière collective » et ce qu'il faut se représenter seulement « d'une manière distributive », selon un partage qui ne faisait donc que reproduire celui de la bifurcation même entre « l'abstraction formelle » et « l'abstraction matérielle », sans rien y ajouter, sinon différentes tournures empruntées aux « usages de la langue », qui en illustraient ainsi une fois encore la pertinence, en confirmant ce qu'avait déjà enseigné le renvoi direct à l'analyse descriptive des phénomènes (PA, p. [182], note a, pp. 201 - 202, p. [186] note a, p. 207, p. [187] note a, p. 209).

105Or, cette extension du champ thématique sur lequel vont désormais se déployer les analyses portant sur la signification, et où l'arithmétique ne peut donc que perdre la position prééminente qui lui avait été attribuée jusque-là, implique déjà aussi, en soi, une transformation considérable des termes mêmes suivant lesquels Husserl va formuler, à partir de cette époque, sa problématique, puisqu'elle va avoir d'abord pour conséquence de ne plus faire dorénavant de la Bedeutung et de la Bezeichnung deux instances qui devraient se développer dans des processus disjoints, avec, donc, deux couples d'opposition non superposables, celui séparant les concreta des abstracta et celui séparant les représentations propres de celles qui ne sont qu'impropres : il ne va plus y avoir là que deux couches qui doivent être tour à tour traversées, selon son axe d'orientation téléologique, par le développement de l'intentionnalité, et ce sont celles-là mêmes qui donnent leur titre à cette Première Recherche, Expression et signification, ce qui explique qu'il se produise une inversion dans l'ordre d'intervention des deux instances de 1891 auxquelles elles avaient pu déjà dans une certaine mesure correspondre par anticipation, mais ce qui explique aussi la continuité extrêmement étroite qui relie cette nouvelle série d'analyses aux deux autres qui l'avaient précédée, puisqu'elle n'en constitue jamais qu'une réécriture.

106C'est en effet l'existence matérielle du mot, dans sa liaison directe à l'« apparition physique de l'expression » (§ 9, RL II**, p. 44), qui va servir de point de départ à ce nouveau groupe d'analyses présenté par Husserl, et elle est définie d'emblée par le terme même déjà employé au Chapitre XI de la Philosophie de l'arithmétique : Les représentations symboliques de la quantité, c'est-à-dire celui d'Anzeichen, donc de « signe indicatif », mais à ceci près qu'un tel genre de signe n'apparaît plus cependant lié désormais en quoi que ce soit à la découverte artificielle d'une voie substitutive, afin de remédier à un déficit en saisie intuitive qui affecterait la Bedeutung, puisqu'il ne s'agit plus là que d'une condition phénoménale préalable à laquelle il faut simplement satisfaire pour que les niveaux de la signification qui se situent plus haut et qui ont, eux, un sens logique puissent être atteints.

107Les deux processus de 1891 viennent donc désormais se fondre dans l'unité de ce que Husserl n'appellera assurément que beaucoup plus tard une « fondation transcendantale », mais dont les structures spécifiques sont bien déjà cependant exposées ici, avec plusieurs niveaux échelonnés les uns par rapport aux autres verticalement ; mais si toutefois les « actes » situés sur le versant subjectif de la corrélation sont supposés pouvoir tout au plus « conférer la signification », selon le programme tracé au dernier chapitre des Prolégomènes, et non pas la fonder, c'est bien parce que cette reprise de la description de l'ensemble des épisodes du développement au cours duquel l'intentionnalité s'est frayée peu à peu une voie vers ce palier supérieur de l'ontologie formelle demeure toujours fondamentalement tributaire d'un conditionnement qui lui est extérieur, en continuant ainsi à dépendre unilatéralement d'une instance que le dernier chapitre de cette Première Recherche finira par appeler un « contenu idéal » par opposition à ce qui ne peut donc être, restrictivement, et même déficitairement, qu'un simple « contenu phénoménologique ».

108Husserl parcourt donc ici à nouveau le même itinéraire que celui dont il avait déjà cherché à reconstituer les étapes dans la Deuxième Partie de la Philosophie de l'arithmétique, mais c'est maintenant pour tout ordonner par rapport à un critère de référence qui est supposé provenir exclusivement d'en haut, comme si rien qui émerge du bas ne pouvait en contrebalancer les effets ; car, si caractéristiques que puissent être les couches inférieures qu'il faut faire correspondre à l'« expression », et si nombreuses que soient les « distinctions » qu'il faut chercher aussi à établir entre elles pour ne pas les confondre, elles paraissent devoir néanmoins être toujours essentiellement subordonnées à ce qui seul peut leur permettre de rejoindre quelque chose qu'elles puissent signifier ; et ce qui le prouve bien, c'est que cette jonction ne peut nullement s'effectuer à l'intérieur de l'acte intentionnel lui-même, dans le mesure où il se montrerait capable de faire apparaître la signification en la produisant, car c'est tout à fait en dehors de lui qu'elle s'accomplit, une fois donc qu'il a réussi à se déporter suffisamment en avant de lui-même pour pouvoir rejoindre la « signification idéalement une » qui préexistait ainsi objectivement « “en soi” » (§ 53, RL II*, pp. 122-123) aux relations par lesquelles il a pu, lui, entrer éventuellement en contact avec elle, mais sans qu'elle doive, elle, pour autant apparaître et disparaître avec lui, comme si leurs formes d'existence se trouvaient ainsi inextricablement associées l'une à l'autre : « En soi, il n'y a pas de relation nécessaire entre les unités idéales qui exercent en fait la fonction de signification et les signes auxquels elles sont liées, c'est-à-dire au moyen desquels elles se réalisent dans la vie psychique des hommes ».

109Il est vrai que, dans l'effort qui est alors mené pour procéder à un tel rééchelonnement des différentes étapes par lesquelles l'intentionnalité a dû passer pour s'élever ainsi peu à peu jusqu'à ces « significations “en soi” » qui correspondent à des « unités idéales purement logiques » en s'intégrant dans une « totalité formée d'objets généraux », et qui seront toujours infiniment plus nombreuses que celles qui pourront « jamais parvenir à l'expression », il semble se produire quelque chose d'assez paradoxal, puisque c'est à la série même des étapes ainsi traversées bien avant qu'elles ne rejoignent un tel fondement transcendant, et quand il ne peut donc s'agir encore que de « la simple démarche de la recherche et de la fondation subjective » et non de ce qui permettrait à des « théories systématiques » de faire définitivement admettre leur validité intrinsèque (§ 29, p. 109), que s'attache de façon presque exclusive cette Première Recherche, pour en établir des descriptions extrêmement minutieuses.

110Et c'est bien pourquoi aucun remède véritable ne peut être apporté encore au fameux « malaise » suscité par les Prolégomènes dont devait parler Natorp dans sa Recension·, car ici il se trouve bien plutôt redoublé avec la réinsertion de ce pan immense que forment les interventions inéliminables d'une telle instance, irréductiblement autre qu'objective, et qui n'existe sans doute que « dispersée » dans une « multiplicité de vécus réels ou possibles de sujets parlants et pensants » (§ 30, p. 113), mais dont il semble bien pourtant aussi qu'il serait absurde de ne pas vouloir tenir compte, sous prétexte qu'il n'y aurait à y intervenir que des « différences psychologiques considérables » (p. 115) ; car le problème de loin le plus fondamental qui se pose ici, c'est de parvenir à expliquer, à la jonction de ces deux dispositifs, comment, en fait, « des vécus d'expression qui diffèrent si fortement dans leur contenu psychologique » ont pu devenir néanmoins « des vécus de la même signification », la modification essentielle se produisant donc d'abord sur le côté subjectif de la corrélation avant de se redoubler au-delà d'elle-même dans les dimensions d'un milieu purement objectif.

111Or c'est sans doute ce même rééchelonnement des différents genres successifs de « vécus », inférieurs et supérieurs, ayant eu à intervenir sur le versant subjectif, qui va servir aussi de fil conducteur aux séries d'analyses de la Deuxième Recherche, et en suivant toujours la même orientation, afin de privilégier maintenant de façon systématique l'orientation téléologique qui les dirige vers le haut sur celle qui commence par les diriger vers le bas, généalogiquement, ce qui permet donc ainsi de renouer là encore avec la problématique essentiellement intentionnelle de 1891, située en retrait par rapport à celle des Prolégomènes. Mais, cette fois, ce n'est plus du processus signitif qu'il va s'agir, mais du processus abstractif pour ne plus corriger seulement, par conséquent, ce qu'il y avait eu de très gravement erroné la Deuxième Partie de la Philosophie de l'arithmétique, mais pour compléter aussi ce que la description de sa Première Partie avait eu aussi elle-même de très incomplet, puisqu'elle n'avait pas été manifestement assez loin dans la reconnaissance, pour la Bedeutung, une fois formée subjectivement, d'un statut objectif qui devienne entièrement détachable de ces conditions subjectives à partir desquelles elle avait dû se former, au sens où cela avait été une erreur de vouloir l'y restreindre, sans considérer qu'elle devait valoir « en soi », quelle que soit la façon dont elle pouvait être désignée. C'est donc dans la problématique de la Bedeutung que celle de la Bezeichnung doit ainsi se réenvelopper, et non l'inverse, de sorte que toute tentative de résorption de la première dans la seconde, comme en 1891, se trouve désormais radicalement exclue, et cela ne pouvait certes se faire que si un tel support transcendant, précisément, avait été redonné au préalable à la Bedeutung.

112Mais est-ce à dire, pour autant, que Husserl corrigerait, dans cette Deuxième Recherche, ce que la Première avait eu encore à son tour, mais en sens inverse, d'insuffisant, en se réengageant dans des séries d'analyses portant sur les épisodes traversés par le développement intentionnel sur le versant subjectif de la corrélation, à cause du grave déséquilibre qui y avait été maintenu, sinon même renforcé, en faveur du versant objectif, comme s'il ne devait donc s'agir que de confirmer, encore une fois, la thèse centrale des Prolégomènes ? Certainement pas, et c'est là ce qu'il y a, dans ce nouveau méandre où s'engage Husserl, de plus surprenant ; car il va faire sans doute partir ses descriptions de beaucoup plus bas encore que dans la Première Recherche : il ne va pas en effet se contenter de signaler l'existence de certains « signes indicatifs » à des niveaux inférieurs, il va vouloir revenir directement aux concreta eux-mêmes et aux « objets individuels » qui « se présentent à notre conscience » (§ 1, RL II*, p. 131), ce qui se comprend, sans doute, puisqu'il ne pourrait pas montrer, autrement, ce en quoi consistent par opposition des abstracta, et ce qui ne peut donc que le ramener aussi très loin en arrière, jusqu'à ces stades primitifs de l'« attention » qu'il avait commencé à étudier au début du Chapitre 11 de la Philosophie de l'arithmétique, et dont il affine ici le traitement, en distinguant beaucoup mieux qu'alors il ne l'avait fait une visée qui porte seulement sur un « moment dépendant de l'objet intuitionné » et une autre qui porte, elle, à un niveau supérieur, sur « l'attribut correspondant “in specie” » (§ 21, RL II*, pp. 188-191).

113Mais cette réorientation de sa problématique ne va tendre toutefois, elle aussi, malgré la profusion des détails qu'elle va consacrer à des séries de distinctions qui ne peuvent avoir manifestement qu'un sens subjectif, qu'à réaffirmer la prééminence, sur tous les « actes » qui s'échelonnent dans le développement généalogique et téléologique de l'intentionnalité, de cette même « unité idéale de l'espèce » qui avait déjà formé, à la fin de la Première Recherche, le seul contenu sur lequel la Bedeutung puisse vraiment s'appuyer à la différence de quoi que ce soit qui ne pourrait être qu'un « contenu phénoménologique ». Car s'il faut précisément dénoncer les « insuffisances fondamentales » dont a souffert « l'analyse phénoménologique de l'attention » (§ 22, pp. 191-194), c'est bien parce que la valeur qu'il faut attribuer à la distinction entre « objets individuels » et « objets généraux », à laquelle ne fait que reconduire celle entre abstracta et concreta, est une valeur « ontologique », dans la mesure même en effet où « rien ne s'oppose à ce qu'il y ait des objets qui se trouvent au-delà du domaine phénoménal accessible à toute conscience en général » (§ 41, p. 256). Et ce qui apparaît ainsi, avec l'abstraction, mais plus encore avec l'abstraction formelle qu'avec celle qui n'est matérielle, c'est bien un genre d'« objet » totalement nouveau, avec ses différentes « espèces » particulières, comme le montre par exemple en termes assez clairs, au dernier paragraphe de cette Deuxième Recherche (RL II*, § 42, pp. 258-261), le partage à établir entre deux sortes de « noms », suivant les types mêmes de « significations » qui leur correspondent, et qui resteront toujours irréductibles entre eux.

114Aussi Husserl ne peut-il qu'être tenté, avec la Troisième Recherche, de se déporter à nouveau dans l'autre sens, donc du côté du dédoublement des ontologies, puisque, malgré les apparences, ces deux détours qu'il venait de faire par le processus signitif et le processus abstractif avaient moins tendu à les réinvestir d'une fonction fondatrice que leur avaient de toute façon déniée à l'avance les Prolégomènes qu'à montrer avec la plus grande précision, et cela par l'analyse minutieuse des vécus intentionnels eux-mêmes, pourquoi un tel réinvestissement était en effet impossible, de sorte que ce n'était qu'en prenant appui sur une « théorie des touts et des parties », supposée inévitablement située alors « au-delà de la sphère des contenus de conscience » (Introduction, RL II**, p. 5), que pourrait être mené un effort pour mettre en place les éléments sur lesquels puisse s'établir une théorie générale de la signification.

115Ce dont il va falloir tenir compte maintenant, c'est donc, avant tout, de la différence qu'il y a entre les « objets indépendants » et les « objets dépendants », en fonction des « concepts de loi pure et de genre pur » qui doivent en sous-tendre l'ordonnance selon une « nécessité idéale » (§ 7, pp. 21-22), comme si le double correctif qui venait d'être apporté dans les Première et Deuxième Recherches aux descriptions du développement de l'intentionnalité exposées en 1891 avait déjà suffi à lui seul, par conséquent, à les arracher à tout ce qui pourrait rappeler encore un conditionnement phénoménal qui serait trop fortement marqué pour avoir une chance quelconque ensuite de rejoindre, sans se perdre en route, ainsi que cela avait pu sembler être le cas dans la Philosophie de l'arithmétique, les deux modèles d'organisation transcendants, sur lesquels il avait donc ainsi bien plutôt à venir unilatéralement s'aligner. Et c'est bien là en effet ce qui peut sembler tout d'abord se passer, dans cette Troisième Recherche, avec le traitement thématique auquel elle soumet enfin de façon explicite les deux genres de rapports pouvant exister entre les touts et les parties, selon que celles-ci sont « autosubsistantes » ou « non-autosubsistants » et selon qu'il s'agit donc là de rapports qui se trouvent régis ontologiquement soit par des « lois matérielles » soit par des « lois formelles » (§ 11, pp. 35-38).

116Mais ce qui prouve vite, cependant, qu'il s'agit moins là d'un saut brutal qui ferait basculer à nouveau le centre de toute cette problématique du côté du dispositif objectif que de la reprise d'une certain thème descriptif, lié aux vécus, et qui avait donc préexisté depuis très longtemps, en fait, aux Prolégomènes, puisqu'il avait déjà occupé la première des deux Etudes psychologiques pour la logique élémentaire (Articles sur la logique, pp. 123-134), qui elle-même, en 1894, n'avait fait que reprendre plusieurs passages de la Philosophie de l'arithmétique où cette même opposition entre deux genres de parties et de touts avait commencé à être traitée (pp. [177-179], pp. 196-198), c'est que l'opposition entre le « concret » et l'« abstrait », qui ne peut correspondre en réalité qu'à un échelonnement vertical sur le versant subjectif, va être précisément encore omniprésente dans cette Troisième Recherche, sans qu'il ait donc pu suffire de réaligner les vécus sur ces deux séries d'exigences d'ordre, du moins en apparence, exclusivement ontologique pour que les problèmes de « fondation » qu'ils posaient, eux, selon l'échelonnement des différents modes de visée par lesquels ils devaient intentionnellement les rejoindre aient pu être du même coup entièrement résolus.

117Car il peut sans doute sembler par exemple que, quand Husserl se met à parler au § 21 d'une telle « fondation », il ne s'agisse encore que d'une fondation objective ; mais le relais pris toutefois par la Quatrième Recherche ne va pas tarder à prouver que, loin de raccourcir par là les dimensions de la trajectoire que l'intentionnalité a dû parcourir, en la déphénoménalisant et donc en l'ontologicisant, cette nouvelle série d'analyses thématiques va au contraire la redistendre très largement de l'intérieur, pour permettre ainsi de donner une place plus centrale que jamais au couple formé par ['« acte » qui signifie et par les « corrélais » tout à fait spéciaux qui lui correspondent, sur un certain emplacement médian qui va coïncider avec un lieu occupé par une « grammaire », où Husserl délimite alors avec beaucoup plus de précision ce qui va devenir désormais son véritable théorie de la signification.

118Cette Quatrième Recherche commence, certes, par se présenter comme une simple manière d'illustrer la théorie des touts et des parties exposée dans la Troisième, telle qu'elle était donc alors supposée ainsi devoir prendre effet avant tout objectivement, soit dans les « touts sensibles » (§ 22, pp. 63-68), soit au moyen d'une « unité catégoriale » (§ 23, pp. 68-71), comme dans le cas de l'« ensemble », que Husserl ne manque pas de citer ici, en renvoyant à sa Philosophie de l'arithmétique. Et pourtant ce n'est pas seulement d'un tel genre de problème qu'il va être alors question, comme s'il ne s'agissait là que d'un appendice à la Troisième Recherche, qui n'aurait d'autre rôle que de montrer, sur un cas précis, ce en quoi peut consister « une théorie a priori » déjà entièrement établie (§ 24, pp. 71-75). Car les séries d'analyses qui s'y trouvent entamées ne se situent, en fait, ni sur un lieu qui serait celui de l'a priori synthétique matériel ni sur un autre qui serait celui de l'a priori analytique formel, même si c'est avec celui-là qu'elles semblent avoir le plus d'affinité, puisque Husserl entend bien plutôt soutenir maintenant une thèse essentiellement nouvelle par rapport à tout ce qu'il avait pu dire jusque-là lorsqu'il avait été amené à parler de la signification : celle suivant laquelle il faudrait admettre l'existence d'une « grammaire pure », qui, tout en relevant d'une certaine organisation « logique », devrait toutefois se distinguer assez nettement de la simple « logique pure », puisqu'elle ne correspondrait, elle, qu'aux « lois » qui régissent les « catégories de la signification » dont avaient déjà parlé les Prolégomènes et qui permettent en effet, pour commencer, d'éviter les « non-sens », là où aucun fondement purement transcendant n'a pu être encore rejoint, et sans qu'elles aient donc à s'occuper de ces autres « lois » qui concerneraient par opposition les « objets » avec les diverses « catégories » y correspondant et qui viseraient à éliminer, mais seulement ensuite, les « contre-sens » (§ 12, RL II**, pp. 120-122).

119Il s'agit là par conséquent d'un décalage interne, puisqu'il ne porte plus sur la délimitation des extrémités de l'ensemble du développement intentionnel, mais sur celle d'un certain système médiateur central par lequel il a fallu qu'il commence par passer pour déployer jusqu'à son terme l'axe téléologique qui le traversait de part en part ; et il ne peut évidemment se comprendre que de la manière suivante : c'est qu'au lieu de continuer à ne se rapporter qu'à deux dispositifs opposés, celui donc des « vécus » et celui des « objets », sans se préoccuper de décrire le groupe même des transformations par lesquelles l'intentionnalité a dû peu à peu, en se développant, modifier non seulement son rapport à ses premières « apparitions », mais aussi, corrélativement, son rapport à ses « apparaissants », au travers sans doute de ces « apparitions » elles-mêmes, mais en avançant cependant au-delà, et sans qu'il puisse s'agir là toutefois aussitôt des deux a priori objectifs, cette nouvelle série d'analyses commence précisément à porter à la fois sur le changement de visée par lequel l'intentionnalité ne perçoit plus et n'imagine plus, mais signifie, comme s'étaient déjà efforcées si souvent de le faire comprendre la Première et la Deuxième Recherches, et sur le changement corrélatif des « termes » que ces « vécus de signification » visent en face d'eux, et qui ne sont pas alors exclusivement des « objets », puisqu'ils peuvent être tout aussi bien de simples « contenus » au sens de « contenus de représentation », comme déjà l'avait continuellement laissé entendre la Troisième Recherche, en ne cessant en effet de se déplacer sur un milieu ambigu où la différence entre ces deux stades successifs de positionnement était donc supposée établie, mais sans avoir été expliquée, ainsi que l'indiquait assez la parenthèse figurant dans le titre du § 2 : Introduction de la distinction entre les objets (contenus) dépendants et indépendants (RL II**, p. 9).

120Bref, pour la première fois enfin, avec cette Quatrième Recherche, Husserl tente de présenter une théorie de la signification qui ne soit plus externe, comme elle l'avait été toujours été plus ou moins jusqu'ici, au sens où il avait commencé par supposer qu'il n'y avait, de toute façon, pas d'autre moyen de comprendre ce en quoi pouvait consister la Bedeutung, sur le lieu spécifique qui est le sien, qu'en la rapportant, par comparaison, aux autres lieux qu'elle n'occupe pas ; car c'est maintenant, bien plutôt, une théorie essentiellement interne dont il cherche à mettre en place les divers éléments constitutifs, au sens où c'est le genre de visée irréductiblement propre à l'acte de signifier, en tant que tel, qui est supposé devoir être pris directement en considération, pour en exclure par conséquent tout ce qui peut sans doute le border de part et d'autre, mais sans pouvoir néanmoins s'y substituer en le dépossédant du régime tout à fait spécial de fonctionnement selon lequel il s'exerce et qui se manifeste donc aussi bien par les relations d'ordre syncatégorématique qui unissent entre eux les différents catégorèmes qu'il doit d'abord faire intervenir (§ 13, RL II**, pp. 123-129) que, plus profondément encore, par les multiples « modifications » qu'il permet, à l'intérieur de ses dimensions mêmes et qu'il serait par conséquent absurde de chercher à découvrir ailleurs.

121Ce qui définit alors en effet la loi d'essence très certainement la plus fondamentale qui s'exerce sur ce secteur du fonctionnement intentionnel, c'est la possibilité canonique de transformer certaines significations en d'autres, nouvelles, par un processus approprié de « nominalisation », possédant donc par là un avenir de développement illimité, sans qu'il ait à se réaligner simplement sur des séries d'exigences que lui imposeraient les objets de l'a priori synthétique matériel ou ceux de l'a priori analytique formel, car c'est un tout autre genre de « lois a priori » qui s'y exprime (§ 11, RL II**, pp. 118), en faisant alors « abstraction de toute objectivité » (Introduction, p. 86) ; et c'est pourquoi Husserl a voulu faire comprendre, dès le début, comme si c'était bien là ce qui devait permettre d'expliquer ce qui allait suivre, que la « complexité des significations ne peut nullement être tenue pour un simple reflet de la complexité des objets » (§ 2, pp. 87-88).

122Il est vrai qu'ici Husserl paraît ne s'intéresser presque exclusivement qu'à ces termes catégorématiques et syncatégorématiques, considérés dans les relations de dépendance qu'ils peuvent mutuellement entretenir, non pas que toute référence à certains « actes » soit absente des analyses de cette Quatrième Recherche, mais parce que ce qui fait cependant que de tels « actes » sont fondamentalement différents de tous les autres est attribué davantage à ce sur quoi ils portent intentionnellement qu'à ce qu'ils pourraient accomplir par eux-mêmes à partir de leurs ressources subjectives propres ; et il va falloir attendre la Cinquième Recherche pour que réapparaisse, dans des conditions tout à fait explicites, un intérêt porté aux « vécus » en tant que tels, avec un changement de direction très fortement marqué vers le côté subjectif de la corrélation, et pour revenir alors aussi de cette théorie interne, mais locale, de la signification, qui venait d'être esquissée sur un secteur rigoureusement spécifique, à une autre, elle aussi certes interne, mais aux dimensions considérablement élargies, puisque ce sont bien tous les différents genres possibles d'attitudes dont dispose, dans l'ensemble de son développement, la conscience intentionnelle que Husserl va chercher alors à y examiner, pour traiter, comme il le dit dans le titre, « des vécus intentionnels et de leurs “contenus” ».

123Mais ce qui montre bien alors, toutefois, que c'est l'ensemble même des présuppositions sur lesquelles avait reposé jusque-là le traitement apporté à cette problématique, locale ou générale, des « vécus intentionnels » qui a subi une série de modifications très profondes par rapport aux conditions où elles étaient intervenues dans la Première et la Deuxième Recherches, c'est qu'avec ces termes catégorématiques et syncatégorématiques, il ne va plus pouvoir s'agir désormais d'autre chose que de « contenus » (et non pas d'« objets »), Husserl ne cessant en effet de le dire lui-même, et même de « contenus » au sens plus précis encore des « contenus phénoménologiques » qu'il avait voulu opposer alors aux « contenus idéaux », qui étaient eux-mêmes, à leur tour, supposés ne faire jamais que correspondre, à la fin de l'ititinéraire suivi par l'intentionnalité, aux « significations en soi » : or, cela ne peut qu'impliquer, même si Husserl semble ne pas vouloir y insister davantage, un mouvement de recul vers les « actes », et il est certain qu'un tel mouvement ne peut que paraître pour le moins inattendu, puisque ce n'était en effet, depuis le début de la Troisième Recherche, que des genres de rapports entre touts et parties qu'il devait être question.

124Husserl y avait bien mis en effet en place, et là également aussitôt, un certain modèle général d'ordonnance fondé sur l'opposition entre ce qui est composé et ce qui est simple (RL II**, § 1, pp. 8-9) ; mais s'il dit toutefois précisément désormais, au début de la Quatrième Recherche, qu'il y a là à intervenir un autre genre d'opposition entre le simple et le composé que celui dont il avait fait état auparavant, à quelle instance attribuer cette modification centrale, sinon justement à celle qui est la seule capable de se donner à elle-même des « contenus de représentation », et même si ces « contenus » doivent se soumettre eux aussi, nécessairement, à des lois de composition proches, par leur apriorité, de celles, « idéales », qui régissent les rapports entre « objets composés » et « objets simples », puisqu'en fait c'est moins la symétrie même qui relie ces deux modèles l'un à l'autre qui doit retenir l'attention que leur dissymétrie et puisque cette dissymétrie ne peut nullement s'inscrire dans le fondement transcendant lui-même, mais seulement s'insérer à l'intérieur d'une fondation que l'intentionnalité a pu seule accomplir, primitivement, en se mettant à signifier ?

125Et la Quatrième Recherche ne cesse pas de témoigner à sa façon en effet d'un tel mouvement de rétrogradation vers un stade de développement de l'intentionnalité antérieur à tout positionnement transcendant, à la fois par les modifications que les « vécus » peuvent se faire subir à eux-mêmes, en transformant leurs conditions de fonctionnement pour s'exercer sur le mode du signifier, et en substituant aux rapports entre les éléments, simples et complexes, qui avaient commencé par leur apparaître, d'autres rapports, dissymétriques. Car le centre des analyses que Husserl y développe alors se situe là même où il décrit ce qu'il appelle, au § 11 (RL II**, pp. 115-120), « l'analogon de la suppositio materialis », c'est-à-dire là où a dû intervenir le processus par lequel la conscience a accompli toutes ces « modifications de significations », sans qu'il soit possible d'admettre que « leur racine » se trouve ailleurs que « dans l'essence des expressions et des significations », ce qui rappelle donc les séries d'analyses de la Première Recherche, mais à cette différence près toutefois que Husserl ne parle plus alors d'« actes » qui ne feraient que « conférer la signification », mais de « modifications du signifier verbal ».

126Car, s'il prétend bien mettre à part, dans le groupe des exemples qu'il a étudiés et où figurait la phrase : « le centaure est la fiction des poètes », « ceux dans lesquels la représentation modificatrice est subjective » (la seconde édition ajoutera même, comme pour mieux souligner encore : « ou, pour parler plus exactement, où elle est une représentation psychologique ou phénoménologique »), il ne peut s'agir là en fait que d'une précaution passablement inutile, puisque, quand bien même il faudrait admettre que la subjectivité ne peut pas procéder dans n'importe quelles conditions à des transformations comme celle du syncatégorème et en le sujet d'une phrase : « “et” est une signification dépendante », mais qu'elle doit encore continuer à y tenir compte des lois aprioriques d'une grammaire pure, il n'en reste pas moins pourtant que, si, à l'inverse, toute référence à une quelconque intervention d'activités de signification que seul un sujet peut accomplir se trouvait systématiquement éliminée, au sens où elle ne pourrait que perturber l'analyse en y introduisant des facteurs qui n'aurait pas le droit d'y figurer, c'est tout ce double dispositif lui-même qui s'effondrerait, puisque ce qui est clair maintenant, c'est qu'il y a là, au sommet de la vie intentionnelle, entre les facteurs subjectifs qui relèvent du « signifier », et les facteurs objectifs, eux, que forment les « significations » avec tous les rapports modifiables où elles peuvent entrer, pourvu qu'elles respectent des règles de composition très strictes sans lesquelles, de toute façon, elles cesseraient aussitôt de signifier, une espèce d'aller et retour perpétuel, dont l'étude devrait donc constituer désormais, et selon un régime de conditionnement bilatéral, s'exerçant sur une zone mixte, « fondée » des deux côtés, le centre même de toute théorie possible de la signification.

127Or l'immense problématique descriptive qui se trouve aussitôt réamorcée ensuite dans la Cinquième Recherche, c'est bien celle aussi de toutes les transformations transversales qui ont donc dû relier l'un à l'autre les deux dispositifs verticaux extrêmes de la corrélation, puisque Husserl va essayer d'y rééchelonner les différents genres de formation respectifs de leurs éléments constitutifs mêmes, en les réespaçant sur toute une série de zones mixtes qui ne relèvent, à proprement parler, ni des seuls « phénomènes », ni des seuls « jugements », mais, plus précisément, des « représentations », c'est-à-dire des diverses sortes de visée intentionnelle qui portent en elles le contenu même qu'elles se représentent, si bien que la question capitale de l'« inexistence intentionnelle », peut être aussi maintenant abordée de front, et non plus seulement de biais, comme cela s'était toujours produit depuis qu'elle était apparue au Chapitre III de la Philosophie de l'arithmétique (PA, p. [72], note a, p. 84) avec le problème du statut à attribuer alors à la « liaison collective » et donc, par là également, à la conjonction et (p. 93).

128Mais qu'à l'intérieur de cette énorme masse de « vécus représentatifs » et de leurs « corrélats », l'intention qui consiste à signifier, même si elle peut sembler un peu s'y noyer aux côtés de l'intention qui perçoit et de l'intention qui imagine, doive toutefois jouer un rôle primordial, c'est bien également ce que Husserl ne manque jamais une occasion de bien faire remarquer dans ce nouveau zigzag même où il revient sur les soubassements d'où étaient parties la Première et la Deuxième Recherches, mais en les ayant laissés alors ininterrogés derrière elles, à cause de leur réalignement beaucoup trop marqué encore sur la perspective des Prolégomènes et donc à cause de leur désintérêt pour ce qui aurait dû correspondre alors non plus du tout simplement à des Recherches logiques, mais à des Recherches esthétiques, en remontant jusqu'à l'origine du temps et celle de l'espace, comme la tentative en avait été amorcée dès le début de la Philosophie de l'arithmétique, au Chapitre II.

129Car c'est sans doute à tout ce groupe indifférencié des « phénomènes psychiques », tel qu'il avait été déjà défini par Brentano (§ 9, RL II**, pp. 165-167), que Husserl entend consacrer maintenant ses analyses pour y montrer les multiples « variétés spécifiques essentielles » en lesquelles se partage « la relation intentionnelle », puisqu'il y a là partout à intervenir « des espèces et des sous-espèces essentiellement diverses de l'intention » (§ 10, pp. 169-170), et puisque, si elles n'étaient jamais directement thématisées, il serait impossible de comprendre l'unité même du mouvement généalogique et téléologique par lequel primitivement elles se sont différenciées les unes des autres, en se fondant à partir des vécus qui ne sont pas intentionnels, tels que les sensations, par une double série de variations qui a porté à la fois sur leur « qualité » et sur leur « matière », pour affecter ainsi indistinctement ces trois modes, perceptif, imaginaire et significatif (§ 14, pp. 188-189), en les lovant dans un sorte d'immense espace creux que le développement intentionel a donc dû ouvrir devant lui à mesure qu'il s'y est déployé. Or cela n'a pu se passer que bien avant qu'il ne finisse par venir buter sur des termes transcendants, en ne s'y rapportant plus alors en effet par des « représentations », mais par des « jugements », mais après avoir dû commencer ainsi par traverser longtemps un milieu qui ne pourra donc jamais recevoir, en tout état de cause, qu'une « interprétation purement phénoménologique », comme la seconde édition le soulignera en 1913 dans une phrase ajoutée au texte de 1901, puisqu'il excluait bien effectivement alors « toute position de transcendances ».

130Mais Husserl ne manque pas de réinsérer à de nombreuses reprises, dans cette étude aux dimensions extraordinairement vastes puisqu'elle enveloppe à la fois les « actes fondateurs » et les « actes fondés » (§ 18, RL II**, pp. 208-210), des analyses spéciales portant sur cette intention même de signification à laquelle s'était restreinte la Quatrième Recherche, comme c'est par exemple le cas, dès le Chapitre II, au § 19, où « le rapport phénoménologique entre le mot et le sens » fait l'objet d'une assez longue description (RL II**, pp. 210-217), avant d'être repris d'abord brièvement au Chapitre III, au § 30, où c'est « la compréhension identique des mots et des propositions » qui est étudiée, puis, d'une manière beaucoup plus étendue, au Chapitre IV, depuis le § 33 jusqu'au § 36 (RL II**, pp. 268-288), où ce sont tour à tour l'acte même qui consiste à « nommer » et la fonction exercée par les « noms positionnels » et « non positionnels » dans les « énoncés », qui commencent alors a être systématiquement questionnés, et pour approfondir par conséquent les simples indications qui avaient déjà données à leur propos dans la Quatrième Recherche, mais qui se trouvent ici désormais relayées, sur leurs arrières, par une prise en considération enfin explicite des conditions essentiellement phénoménales où ils apparaissent.

131Mais ce n'est pas pour cela cependant que Husserl renoncerait ici à vouloir attribuer à cette modalité significative toute valeur canonique qui la rendrait supérieure, fonctionnellement, aux deux autres : il continue à lui réserver ici, bien plutôt, la même position téléologique privilégiée que celle qu'elle avait déjà occupée dans la Première Recherche, en se plaçant donc au sommet du dispositif que forment par tous les différents genres de relation intentionnelle possibles. La thématisation explicite des exigences qui émanent des séries de transformations par lesquelles l'intentionnalité a dû ainsi d'abord passer phénoménalement au cours de son propre développement n'entame en effet en rien, dans ces nouvelles séries de description qui portent donc alors, plus spécifiquement, sur les conditions d'exercice du mode significatif, le rôle prééminent qu'il avait été supposé jusque-là être le seul à pouvoir jouer, parce qu'il n'y avait que lui à s'être montré capable de permettre à l'intentionnalité de rejoindre certains « contenus idéaux », situés au delà de tout « contenu phénoménologique ».

132S'il y a un changement de perspective dans la manière dont Husserl présente maintenant sa théorie de la signification, il n'est assurément pas là. Husserl demeure au contraire, sur ce point, tout à fait fidèle à ses prises de position antérieures, depuis qu'il avait investi la Bedeutung, en 1887, d'un tel pouvoir fondateur de sens, en la considérant en effet comme seule capable de s'émanciper de tout conditionnement phénoménal antérieur, non pas que celui-ci ne dût pas la précéder, selon l'ordre du moins des exigences inhérentes au dispositif subjectif, mais parce qu'elle avait suffisamment de ressources en elle-même pour pouvoir leur faire subir des modifications telles qu'elle ne se rapporte plus du tout désormais à ce qui avait commencé à lui apparaître ; et c'est bien plutôt alors là, justement, qu'apparaît une nouvelle difficulté, plus centrale encore, au terme donc de ces deux séries de correctifs apportés aux descriptions antérieures des deux versants de la corrélation intentionnelle, et même s'il était déjà possible, dans cette Cinquième Recherche, de tirer toutes les conséquences qui devaient s'imposer de la reconnaissance des droits d'une « grammaire » à intervenir antérieurement à toute « logique ».

133Car comment penser d'une manière précise l'articulation entre les « lois purement aprioriques » que prescrit donc une telle grammaire, telles qu'elles venaient d'être ainsi établies définitivement dans la Quatrième Recherche, et ces possibilités incessantes de « modification » dont l'intentionnalité elle-même se trouve investie, à quelque niveau modal qu'elle s'exerce, s'il est vrai que ses « actes objectivants » ne peuvent d'abord se différencier les uns des autres que « par la qualité et la matière » et qu'il s'agit donc là de deux séries de variables qui dépendent fonctionnellement des multiples orientations que l'intentionnalité, à son gré, peut prendre ou ne pas prendre (§§ 38-40, pp. 292-308) ? Car c'est bien ce même analogon de la suppositio materialis qu'avait déjà décrit la Quatrième Recherche dont l'étude est reprise ici, avec le réexamen de la « nominalisation », mais en le considérant maintenant par rapport aux phases alternées de la démultiplication ou de la réunification des « rayons » qui proviennent de l'activité intentionnelle, et qui paraissent donc avoir eux aussi leur mode propre d'articulation (p. 295).

134Et si la théorie de la signification doit donc trouver désormais son centre de gravité, ce ne peut être que sur la zone médiane même où doivent venir interférer ces deux séries dissymétriques de variations, les unes offertes par cet énorme pouvoir de modification dont l'intentionnalité se trouve investie subjectivement, en ayant toujours les moyens de changer ses genres de rapports aux « objets » qu'elle peut viser au-delà d'elle-même selon les différents « actes » par lesquels elle décide de les rejoindre, et les autres qui sont fournies, elles, par toutes les possibilités de combinaisons inhérentes aus structures essentiellement syncatégorématiques du langage avec les lois de transformation grammaticales qui leur sont propres.

135Aussi peut-il sembler désormais extrêmement difficile de continuer à s'appuyer, pour résoudre cette immense problématique, sur un simple déplacement que l'intentionnalité aurait opéré, ainsi que l'avaient cru encore si naïvement la Première et la Seconde Recherches, en direction des « concepts qui se groupent autour du concept d'espèce » (Recherche II, § 42, RL II*, pp. 258-261), dans un cadre qui resterait donc toujours celui de « l'ontologie formelle a priori » (§ 41, p. 256), et en soutenant par conséquent toujours aussi la thèse même suivant laquelle « les significations « en soi » sont des unités spécifiques, quelle que soit la manière dont varie l'acte de signifier » (Recherche I, § 32, p. 119).

136Car vouloir en demeurer à un point de vue aussi unilatéral, ce serait précisément ne pas prendre en compte les « principes fondamentaux » de ces « actes complexes » qui peuvent faire varier dans des « synthèses libres » les différents matériaux dont ils doivent assurer l'« articulation », de sorte que la perspective s'est bien déjà ici retournée sur elle-même, mais sans faire pour autant subir de préjudice aux résultats établis dans la Troisième et dans la Quatrième Recherches, puisque Husserl, par exemple, finit bien par déclarer textuellement qu'« il est de l'essence de toutes les formes catégoriales de se constituer dans des actes fondés », la fondation subjective apparaissant ainsi, avec son jeu si riche de variations généalogiques et téléologiques, comme une condition conjointe de l'exercice même des effets de la « grammaire pure » (Recherche V, § 42, RL II**, pp. 309-312).

137Or c'est aussi, en une certaine mesure, et donc à nouveau comme dans la Cinquième Recherche, cette même problématique centrale, immense, liée aux conditions du développement de l'intentionnalité, que va aborder la Sixième Recherche, mais à partir toutefois d'une perspective très nettement différente, mieux centrée, elle, sur l'intentionnalité, et donc aussi sur ce que le § 10 de la Cinquième Recherche avait déjà appelé, dès le début, d'une manière si caractéristique, les diverses « variétés spécifiques essentielles de la relation intentionnelle » (RL II**, p. 169), même s'il n'y avait été surtout question que de la différence entre les « représentations » et les « jugements ».

138Car, ici, ce n'est plus directement ce vieil héritage de Brentano qui va être repris par Husserl à son compte, ce qui explique l'effacement relatif qu'y subit, en apparence du moins, sa théorie de la signification, puisqu'elle va se trouver à nouveau réimmergée dans une problématique aux dimensions beaucoup plus étendues ; mais, loin qu'elle perde par là cependant quoi que ce soit de sa spécificité, elle va y gagner au contraire énormément, puisqu'elle va pouvoir ainsi s'arracher enfin explicitement, pour la première fois, à la limitation si abusive qu'elle n'avait cessé de subir depuis l'époque de la Philosophie de l'arithmétique, dans la mesure où la fondation de la Bedeutung portait en effet toujours sur elle les marques d'une « impropriété » qui venait de son couplage avec la fondation d'une Bezeichnung, ce qui ne pouvait que la déstabiliser, en l'obligeant à se trouver toujours plus ou moins une doublure qui, de toute façon, ne pouvait pas intrinsèquement lui convenir.

139En reprenant ici une réinterprétation qu'il avait déjà commencé à donner, dès 1892 ou 1893, à la distinction fondamentale qu'il avait fait intervenir tout au long de la Philosophie de l'arithmétique entre les représentations qui sont « propres » et celles qui, au contraire, ne le sont pas, Husserl va pouvoir parvenir en effet maintenant, au terme de cette seconde étape, à se débarrasser de toute une série de présuppositions, extrêmement nocives, qui avaient donc lourdement grevé, lors de la première étape, sa théorie de la signification, puisque c'est bien à un changement profond de la façon même dont il s'était représenté jusqu'alors les relations qui avaient dû s'établir, dans le développement de l'intentionnalité, entre son mode fondateur, qu'était la perception, et ses modes fondés, qu'étaient l'imagination et la signification, qu'il va procéder ici.

140Car il ne va plus considérer qu'il y a, dans la distance qui sépare ainsi le « propre » de l'« impropre », un caractère distinctif qui ne devrait avoir de sens que verticalement, puisque désormais il va vouloir le faire intervenir d'abord transversalement pour tous les niveaux du développement modal à la fois, dans la mesure où il s'agit là maintenant pour lui d'un décalage qu'il faut établir entre un stade initial, propre à tous les « modes », quels qu'ils soient, quand la visée intentionnelle ne fait que s'ouvrir sur ce qui lui apparaît, mais en ne s'y rapportant, en tout cas en grande partie, qu'« à vide », sans donc déjà pouvoir rejoindre toutes les déterminations de l'objet, et un stade terminal où ces diverses déterminations viennent peu à peu « remplir » ensemble cette même visée intentionnelle, pour s'offrir à elle intuitivement.

141Le mode perceptif se trouvait dès lors en effet dépossédé de cette sorte de suprématie excessive qu'il avait paru devoir exercer si longtemps sur les deux autres, en semblant les condamner à n'être plus ou moins, malgré leur supériorité verticale, qu'autant de doubles insatisfaisants d'une présentation parfaitement pleine qu'il aurait déjà réussi, lui, à assurer à lui seul. Husserl comprenait désormais qu'en fait, transversalement, dans le développement de l'intentionnalité, il avait dû s'intercaler toute une série d'intervalles entre le moment où quelque chose lui était apparu et la synthèse ultime où les divers éléments constitutifs de ce quelque chose qui s'étaient simplement d'abord esquissés avaient pu tour à tour recevoir d'elle un traitement thématique qui les explicite ; et c'est pourquoi ils avaient dû alors s'enchaîner comme autant de « vécus de transition » (§ 13, RL II***, pp. 66-67), en tendant tous, à travers leurs renvois continuels, vers une seule et même « unité de connaissance », mais en contenant tous aussi cependant à tout instant, et à supposer qu'une telle unité puisse être jamais définitivement achevée, des composantes purement « signitives », sans qu'il ait donc fallu attendre pour cela, avec la seconde et surtout avec la troisième modalisations, l'émergence, au sens strict, d'une Bedeutung et d'une Bezeichnung (§ 14, pp. 71-78).

142Il se produisait donc ainsi, dans l'attitude que prenait Husserl par rapport à l'ensemble du dispositif subjectif de la corrélation intentionnelle et de la fondation des trois modes canoniques dont il se compose, un très curieux renversement, mais pour faire apparaître toutefois, et c'était bien là le paradoxe, moins une discontinuité radicale par rapport aux séries d'analyses de la Philosophie de l'arithmétique qu'un effort pour réapprofondir les conditions d'intervention d'un groupe d'éléments qu'elle avait eu bien plutôt déjà le grand mérite de mettre en place lorsqu'elle avait introduit, au Chapitre XI, les « signes indicatifs » et les « moments figuraux ».

143Aussi Husserl ne manquait-il pas ici de renvoyer lui-même implicitement, dans les exemples qu'il donnait au § 15 de cette Sixième Recherche, à ces textes datant maintenant de dix ans, pour montrer qu'il se produit bien, au centre donc du fonctionnement intentionnel, une sorte de distanciation interne qui le traverse de part en part, quelle que soit la modalité sur laquelle il s'exerce, et qui apparaît ainsi dès ses niveaux de développement les plus bas, comme par exemple dans le cas insigne du « déroulement perceptif ou imaginaire d'une mélodie » (RL II***, p. 81), puisque c'était effectivement un des exemples qu'il avait cités en 1891, en disant que « la configuration temporelle » devait être considérée comme « l'analogue exact de la configuration spatiale » (PA, p. 236), mais sans qu'il s'y soit cependant arrêté alors plus longtemps, et puisque c'était ce même exemple encore qu'il avait voulu reprendre en 1893 dans une longue analyse où ce réespacement entre une signitivité initiale et une intuitivité finale avait été pour la première fois substitué à l'opposition beaucoup trop simple entre la « propriété » totale du mode perceptif et ('« impropriété », elle aussi complète, des deux autres modes (Sur les objets intentionnels, pp. 215-222, et p. [272], b, p. 219).

144Mais si toutefois le mode sur lequel l'intentionnalité signifie n'est pas étudié séparément, dans la Première Section de cette Sixième Recherche, par opposition à celui sur lequel elle perçoit et par opposition à celui sur lequel elle imagine, ce n'est pas pour cela que ses différences spécifiques s'y trouveraient estompées, car il tend à y prendre, bien plutôt, une valeur téléologique exemplaire, qui doit servir à juger ces autres modes qui lui sont inférieurs. Et, en ce sens, toutes les analyses descriptives de Husserl, ici, semblent sans doute vouloir réintégrer l'intervention de ce mode, dont il faut donc dire désormais, pour en préserver la spécificité, qu'il est moins signitif que significationnel, à l'intérieur d'un milieu extrêmement vaste qui concerne l'ensemble du dispositif formé par les vécus, au lieu de pousser plus loin la caractérisation intrinsèque qu'en avait amorcée la Quatrième Recherche. Mais ce qui ressort le plus cependant de la nouvelle perspective qui se trouve ainsi adoptée en sens transversal et qui finit, du § 26 au § 29, par se réencastrer très exactement, même si c'est avec d'autres moyens, dans les décalages de la double variation de la « qualité » et de la « matière » de l'« acte » introduits, eux, au centre de la Cinquième Recherche, c'est bien le rôle toujours prééminent, et même plus fondamental que jamais, qui se trouve attribué à cette troisième modalité, puisqu'en effet toute cette Sixième Recherche renoue directement avec le thème directeur de la Première, en s'ordonnant autour de la question de savoir « si toutes les espèces d'actes, ou certaines seulement, peuvent remplir la fonction de porteurs de signification » (§ 1, RL II***, pp. 22-23), de même qu'elle ne tarde pas non plus à réentrecroiser ses propres séries d'analyses avec celles de la Deuxième, dans la mesure où le « caractère d'acte » qui définit « le connaître » conduit vite à nouveau à la question du sens de « la "généralité du mot” » (§ 7, RL II***, pp. 41-47).

145Mais le problème crucial qui va finir par se poser en 1901 dans cette nouvelle théorie de la signification qui n'est exposée que par fragments sans l'être jamais d'une manière continue, même si ces fragments renvoient tous circulairement les uns aux autres, c'est le statut qu'il va falloir finir par donner à la « grammaire pure » que la Quatrième Recherche avait cherché à dégager au centre de cette immense problématique de l'intentionnalité, en commençant à tirer, elle, toutes les conséquences qui devaient découler de la distinction qu'avaient introduite les Prolégomènes entre les deux sortes de catégories, les « catégories de la signification » et les « catégories objectives formelles » (RL I, § 67, p. 269).

146Est-ce qu'en effet cette grammaire doit être considérée comme une sorte d'instance tierce, qui s'imposerait donc aux actes consistant à signifier en leur prescrivant les « lois » auxquelles ils auraient à se soumettre, tout en étant néanmoins suffisamment séparée de la « logique pure » pour qu'elle n'en partage plus la transcendance nue, de sorte qu'elle viendrait bien plutôt habiter de l'intérieur ce mode même d'activité intentionnelle d'ordre téléologique supérieur, sans pouvoir s'en dissocier ? Ou bien est-ce qu'il ne s'agirait là que d'une tentative pour replacer l'intentionnalité sous l'emprise d'exigences qui lui seraient fondamentalement extérieures, en allant donc toujours dans le même sens que la Première Recherche, alors que pourtant, dans cette Première Section de la Sixième Recherche, les différents épisodes intermédiaires du développement intentionnel viennent de se trouver très largement réespacés, non seulement dans une direction transversale, avec l'opposition entre les visées vides et les remplissements intuititifs, mais aussi dans une direction verticale, avec le rééchelonnement des trois modalités, depuis la « présentation de la chose elle-même », en passant par l'« image », et pour aboutir au « signe » (§ 14, a), RL III, p. 71) ?

147Or c'est bien dans cette seconde hypothèse que Husserl va sembler vouloir finalement se placer, au dernier chapitre de la Deuxième Section, notamment au § 64, puisqu'il va y reprendre presque mot pour mot, sinon même en les renforçant encore, les thèses qu'il avait soutenues dans les Prolégomènes, sans que les « catégories de la signification » ne paraissent donc pouvoir bénéficier, sous prétexte qu'elles ont un caractère noétique, d'un quelconque privilège sur les « catégories d'objet », car « les lois de la grammaire pure logique » vont à nouveau y être considérées bien plutôt comme des « lois de tout entendement et non pas seulement de l'entendement humain en général » (RL II***, p. 235).

148Et c'est pourquoi un ultime déséquilibre va reconduire circulairement ce Tome II des Recherches logiques au Tome I, non pas sans doute comme si rien ne s'était produit entre-temps, car toutes ces séries d'analyses qui portent sur le développement central de l'intentionnalité, avec les deux genres de modifications qui l'ont l'affecté, vont être mises soigneusement en réserve par Husserl pour une troisième étape où il ne tardera pas à s'engager dans les années qui vont suivre, mais parce que ces efforts mêmes pour rouvrir de l'intérieur les « actes intentionnels » par lesquels le niveau téléologique supérieur de la signification est atteint, en les différenciant de ceux qui se situent à des niveaux inférieurs, n'ont précisément pas été encore décrits dans des conditions suffisamment précises pour qu'en corrélation, un régime de coconditionnement réversible s'établisse définitivement entre eux, en tant qu'attitudes subjectives, et les exigences qui proviennent, elles, des types d'« objectivités » sur lequel ils portent. Car il n'eût été possible d'obtenir un tel résultat qu'à partir de l'hypothèse opposée, où ce sont les « actes », et eux seuls, qui auraient pu produire de pareilles « objectivités », en passant par le stade intermédiaire de la formation de certains « contenus », et même si, en les produisant, ils avaient dû commencer aussi par respecter un ensemble de règles très strictes en dehors lesquelles, de toute façon, leur activité eût été impossible.

149Or, dans la Sixième Recherche, Husserl ne parvient manifestement pas encore à trouver un tel équilibre ; car, quels qu'aient été ses efforts, il n'a toujours pas poussé assez loin la tentative qu'il a amorcée pour redifférencier verticalement les uns des autres les multiples types différents de facteurs constitutifs de l'intentionnalité sur son versant subjectif, ce qui ne pouvait donc que l'empêcher de rééchelonner, corollairement, dans des conditions satisfaisantes, les écarts transversaux par lesquels a dû passer en même temps l'intentionnalité, en formant alors autour d'elle des couches d'objectivités intentionnelles grâce auxquelles seulement elle a pu réussir, ensuite, à différencier verticalement, et de façon définitive, son ontologie analytique formelle de son ontologie synthétique matérielle.

150Il n'y avait en effet qu'un tel système de strates intermédiaires, orientées dans un sens transversal, mais participant à la fois, selon un régime mixte, de l'une et de l'autre de ces deux échelles verticales, disposées sur le versant subjectif et sur le versant objectif, qui aurait pu conduire à une solution générale permettant de penser l'ensemble triple de ces rapports, sans tomber dans aucun déséquilibre, et en assurant au contraire entre eux, et dans les deux sens, par un va-et-vient incessant, une continuelle transitivité.

151Mais avant de retomber dans ce déséquilibre, la Deuxième Section avait eu du moins le mérite de lever une fois pour toutes l'hypothèque qui avait si lourdement grevé la Philosophie de l'arithmétique, en répercutant les effets de la limitation intuitive de la distinguabilité, valable d'abord pour les objets qui correspondent au mode perceptif, sur tous les autres types d'objets possibles de l'intentionnalité, et, en particulier, ceux qui, par leur ordonnance formelle, relèvent du mode significatif, comme les « concepts de nombre », au sens où l'impropriété des premiers, avec le caractère de « signitivité » qui devait s'y joindre, une fois franchi un certain seuil, serait ce que les seconds auraient donc dû avoir eux aussi, à leur tour, avant tout à surmonter, en s'aidant des moyens aussitôt perceptibles d'un algorithme.

152C'est en effet la Sixième Recherche qui, en introduisant pour la première fois dans la description d'ensemble des facteurs du dispositif subjectif une séparation absolument essentielle entre ce qui doit relever de l'« intuition sensible » et ce qui ne peut correspondre au contraire qu'à une « intuition catégoriale » (Chapitre VI, §§ 45-46, RL III, pp. 174-180), évacue enfin, par là même aussi, toute trace du modèle de développement qui avait été adopté à la première étape, dans la mesure où l'intentionnalité s'y était alors montrée incapable de modifier de façon suffisamment efficace ses propres conditions d'exercice initiales dans son ouverture sur ce qui lui apparaissait aussitôt, et cela, malgré la distance verticale qu'elle avait réussi à creuser par son « processus abstractif », pour qu'elle eût jamais ensuite une chance quelconque d'échapper, ne fût-ce que sur un seul secteur, à cette structuration originaire de son mode perceptif.

153« Les actes catégoriaux » doivent toujours certes se définir comme des « actes fondés » (§ 48, RL II***, pp. 186-190), et non comme des actes qui seraient immédiatement fondateurs, ainsi que l'est, elle, « la perception sensible », comme « “simple” perception » (§ 47, pp. 180-186) ; mais ce n'est pas pour cela qu'ils n'auraient pas les moyens de constituer, à leur tour, de « nouvelles objectivités », c'est-à-dire des « objets de degré supérieur », comme ceux précisément que la Philosophie de l'arithmétique avait su déjà faire intervenir avec la « liaison collective » ou l'« acte de conjonction » (§ 46, pp. 177-180), de même que ce n'est pas non plus pour cela qu'il faudrait confondre « les perceptions pures et simples de quantité, douées d'unité sensible, avec les perceptions conjonctives par lesquelles seules se constitue, à proprement parler, la conscience de la multiplicité elle-même » (§51, pp. 194-195), confusion qu'assurément, dans sa Première Partie, la Philosophie de l'arithmétique n'avait pas commise, mais qui toutefois, dans la Seconde, avait tendu à s'imposer de plus en plus, dès lors que l'établissement d'un régime d'équivalence entre les unes et les autres avait paru devoir définir, en effet, l'unique but que l'arithmétique, comme art, puisse se proposer.

154Or, si Husserl veut faire expressément référence ici à sa Philosophie de l'arithmétique, c'est sans doute pour se disculper d'avoir jamais confondu ces deux niveaux, puisqu'il n'y avait évidemment douté à aucun moment, même dans la Seconde Partie, que les « moments figuraux » auxquels il faisait jouer le rôle de « signes indicatifs » pour expliquer selon quelle économie fonctionnaient les systèmes algorithmiques, pussent être identifiés, sans plus, aux « actes articulés », qui étaient donc seuls supposés pouvoir produire une véritable « numération » ; mais c'est bien aussi, toutefois, parce qu'il a désormais compris définitivement, même s'il ne veut pas ici en faire l'aveu direct, qu'il ne fallait plus assujettir, ainsi qu'il l'avait manifestement fait plus tôt, les « formes de connexion catégoriales ou idéales » aux « formes de connexion sensibles ou réelles », car celles-là ont elles aussi leur genre de donation intuitif spécifique, celui des « intuitions générales » (§ 52, pp. 196-199), notion dont Husserl reconnaît qu'elle pourra sans doute sembler « à bien des lecteurs tout aussi insolite que celle de fer en bois », mais qui n'en redistribue pas moins, dans des conditions entièrement différentes de celles où il s'y était rapporté jusque-là, l'ensemble des éléments qui ont à intervenir dans le régime de fonctionnement particulier à la signification sur ce seul niveau supérieur qui doit lui correspondre modalement, et quelles que soient donc les relations qu'elle peut entretenir aussi, à des niveaux qui lui sont inférieurs, avec les deux autres modalités.

155Jamais plus désormais la Bezeichnung ne pourra venir empiéter encore sur les dimensions d'un domaine qui doit relever exclusivement de la Bedeutung ; et Husserl n'hésite pas à consacrer tout un chapitre (Chapitre VIII) à mettre une fois pour toutes au clair la situation sur ce point tout à fait capital de l'indépendance irréductible du mode significatif par rapport au mode perceptif et au mode imaginaire·, car il veut tirer maintenant toutes les conséquences qui s'imposent de cette différence qu'il vient d'établir entre les deux genres extrêmes d'intuitions, en soulignant que si, dans les « actes catégoriaux », il peut certes y avoir des « contenus sensibles » à être « présents en tant que représentants » et à appartenir donc eux aussi à ces actes, il n'en demeure pas moins qu'« ils ne constituent pas l'essence caractéristique de ces actes », dans la mesure où ils peuvent exister aussi « sans l'appréhension qui seule en fait des représentants », et donc sans qu'avec eux rien ne nous apparaisse alors « qui puisse être saisi sur le mode catégorial » (§ 56, p. 211).

156Car, quand bien même il ne faudrait pas non plus oublier d'ajouter, à la double variabilité verticale de la « qualité » et de la « matière », introduite dans la Cinquième Recherche, et à titre, là, d'ingrédients de « tout acte catégorial d'intuition », un certain groupe de facteurs qui doivent correspondre, eux, à « ses représentations », ce qui réhabilite, au moins en partie, le type de question que s'était longuement efforcée de résoudre la Seconde Partie de la Philosophie de l'arithmétique et qui n'était donc nullement illégitime (§ 53, p. 201), ainsi que les Prolégomènes n'avaient pas déjà manqué de l'indiquer tout au long d'un chapitre spécial (Chapitre IX, RL I, pp. 212-233) auquel celui-ci, dans la Sixième Recherche, fait manifestement écho, mais en dehors maintenant de toute polémique inutile avec le psychologisme, ce qu'il faut toutefois en conclure, c'est bien que « le concept de catégorie », qui est placé dorénavant au fondement même de toute signification, « comprend toutes les formes objectives qui sont issues des formes de l'appréhension, et non pas les matériaux de l'appréhension » (§ 58, p. 217).

157Or, ce n'est qu'à ceux-là, et nullement à celles-ci, qu'appartiennent ces facteurs qui ne sont précisément que « représentatifs », en se trouvant liés plus ou moins toujours à des éléments d'ordre perceptif ou imaginaire, comme l'avait déjà souligné le début du § 54 où, reprenant de près ses analyses de la Première Partie de la Philosophie de l'arithmétique, mais en les formulant plus nettement en termes de franchissements de seuils qui conduisent d'une des trois modalités à l'autre, Husserl avait tenu à déclarer que ce serait une « chose manifestement inconcevable et même inintelligible » que d'admettre que ce serait « la forme de la collection (exprimée par la particule et) qui, dans son mode d'apparition, se différencierait comme perception ou comme imagination » (pp. 202-203).

158Est-ce à dire toutefois que cette Bedeutung aurait acquis désormais suffisamment d'indépendance pour délimiter un certain secteur central où les « corrélats » que l'intentionnalité pourrait alors viser en face d'elle et atteindre jouiraient d'une autonomie complète, sans plus avoir encore, en tant que « matière intentionnelle » précisément, à être subordonnés à un milieu qui leur serait extérieur, sous prétexte que c'est ontologiquement qu'il s'imposerait à eux et donc aux vécus d'où ils proviendraient eux-mêmes, que les vécus le veuillent ou non ?

159Si en effet « l'acte fondé apporte une matière propre » (§ 53, p. 202), et Husserl insiste assez lui-même sur cet adjectif pour l'écrire alors en italiques, ne faut-il pas alors y voir la preuve que la signification qu'il confère à cette « matière », par la « qualité » même de l'opération intentionnelle qu'il exerce sur elle, en la transformant par rapport à toutes ses données antérieures, perceptives ou imaginaires, résulte beaucoup moins en fait d'un emprunt à une instance qui serait purement transcendante qu'elle ne provient de cette transformation ultime que l'intentionnalité est parvenue à se faire subir à elle-même en se modalisant, et même s'il a donc fallu que simultanément, ou corrélativement, elle associe cette transformation de ses conditions d'exercice subjectives à une transformation portant sur quelque chose qui a dû alors se distinguer d'elle, et qui pourrait justement s'appeler pour cela un « état-de-chose », au sens où il n'y a rien là en effet qui devrait se situer « dans la sphère des objets réels » ? Car c'est « en vain » que nous chercherions à découvrir, par exemple, les « corrélats objectifs » auxquels devrait correspondre cet et de la liaison collective, mais aussi bien « le un et le le, le si et le alors, le tous et le aucun, le quelque chose et le rien, les formes de la quantité et les déterminations numériques », même si ces « éléments propositionnels » sont aussi « des objets d'une perception sensible possible » (§ 43, p. 171).

160Ce n'est pas en effet parce que Husserl tient à montrer ici combien il serait absurde de recourir à la « perception interne » pour chercher à expliquer la formation de ces « formes catégoriales » qu'il cesserait maintenant de se rapporter, ainsi qu'il l'avait fait depuis la Philosophie de l'arithmétique, à un processus abstractif comme à l'unique instance qui permette de comprendre ce qui s'est si profondément transformé pendant le développement même de l'intentionnalité : c'est bien plutôt l'inverse qui se produit, puisque Husserl tend à dédoubler les effets de cette modification qui a fait passer du « concret » à l'« abstrait » en les distribuant sur chacun des deux versants de la corrélation et en veillant donc toujours avec beaucoup de soin à maintenir un écart transversal irréductible entre l'un et l'autre, mais sans pour autant chercher à les redistendre au point qu'il ne pourrait pas se produire d'interférence entre ces deux séries de transformations, et surtout pas dans le sens où celles qui relèvent de l'ordre subjectif des « visées » auraient tendu à se répercuter projectivement sur celles de l'autre côté, afin d'en constituer, à leur tour, mais à l'extérieur, autant de témoignages.

161Il serait difficile en effet d'avoir un doute sur l'attitude que prend à cet égard Husserl, puisqu'il écrit en termes extrêmement nets, et en recourant à nouveau aux italiques, toujours dans ce même Chapitre VI où il procède au rééchelonnage entre les « intuitions sensibles » et les « intuitions catégoriales » à l'intérieur de cet immense dispositif à la fois vertical et transversal dont l'intentionnalité a donc dû parcourir, en zigzaguant, tous les secteurs : « Ce n'est pas dans la RÉFLEXION sur des jugements ou plutôt sur des remplissements de jugements, mais dans les REMPLISSEMENTS DE JUGEMENTS EUX-MÊMES que réside véritablement l'origine des concepts d'état-de-chose et d'être (au sens de la copule) ; ce n'est pas dans ces actes en tant qu'objets, mais dans les objets de ces actes que nous trouvons le fondement de l'abstraction pour la réalisation des dits concepts ; et, naturellement, un fondement tout aussi valable nous est fourni par les modifications conformes de ces actes » (§ 44, pp. 173-174).

162Et cependant, autant la Première Section de cette Sixième Recherche, et d'autres passages encore de la Deuxième, avaient pu sembler conduire à cette solution, en s'engageant sur la voie d'un conditionnement réciproque entre les « actes » et leurs « contenus » ou leurs « matières », autant aussi la Deuxième Section va finir par apporter un démenti cinglant à une telle hypothèse, mais en retournant toutefois trop vite sur elle-même l'opposition entre le « propre » et l'« impropre », qui avait joué un rôle si important dans la Philosophie de l'arithmétique à côté de celle qui avait séparé le « concret« de l'abstrait », pour qu'en réapparaissant de cette façon à l'envers, elle ne fasse pas peser une doute sur la possibilité où va se trouver Husserl de maintenir longtemps encore un tel genre de réponse, qui privilégie à nouveau, et même, paradoxalement, plus que jamais, le « processus signitif » sur le « processus abstractif » ; car une pareille prise de position est due assurément beaucoup plus à son intention de se dédouaner une fois encore de l'erreur qu'il avait commise en 1891 qu'à celle d'approfondir les découvertes qu'il venait de faire dans ces nouvelles séries d'analyses.

163Celles-ci en effet ne pouvaient nullement se ramener ainsi, sans qu'il leur fût fait violence, aux positions si abruptes des Prolégomènes, surtout s'il allait falloir chercher très vite, également, à remonter à nouveau, pour en tirer les implications, jusqu'à cette « origine » dont les Prolégomènes avaient aussi déjà parlé, en la qualifiant de « logique » (RL I, § 67, p. 269 et p. 287), mais dont, sans même attendre la rectification de 1913, le dernier paragraphe du dernier chapitre de cette Deuxième Section n'hésite pas dès maintenant à affirmer de façon explicite le caractère « phénoménologique », dans une critique que Husserl paraît sans doute adresser à Kant, mais qu'il s'adresse peut-être d'abord bien plutôt à lui-même, fût-ce par personne interposée (RL II***, p. 243).

164Car ce qui paraît ressortir nettement de ce réemploi que Husserl fait du « processus abstractif » de 1891, c'est certes qu'il serait absurde de vouloir éliminer de la problématique où il prend place toute référence à l'intervention de certains « actes intentionnels », car eux et eux seuls, assurément, peuvent l'accomplir, mais c'est surtout, et même bien plus encore, que ces « actes« semblent devoir éliminer ensuite eux-mêmes nécessairement à leur tour, au terme de leur intervention, tout ce qui pourrait rappeler les conditions où ils ont dû commencer par intervenir, car ils devaient finir précisément par s'en abstraire ; et c'est pourquoi, par un mouvement de bascule assez incroyable, Husserl finit par faire repasser ici, dans les dimensions mêmes du processus abstractif, mais au détriment de la fonction éminemment fondatrice qu'il lui avait pourtant attribuée en 1891, le décalage qui lui avait servi à définir le processus signitif, mais sans toutefois dans des conditions alors très limitées, puisque ce n'était qu'en second qu'il l'avait fait intervenir pour doubler le processus abstractif, et non pour le traverser de part en part, ainsi qu'il lui en confère pourtant le pouvoir ici, en devant intercaler deux « degrés », comme si c'était donc lui qui devait désormais servir d'ultime critère de référence sur tout le versant subjectif.

165C'est bien là, en effet, ce qui est supposé maintenant devoir se passer, d'abord au Chapitre VII, qui, sous la dénomination de « re-présentation » (cf. Remarques particulières, Articles sur la logique, pp. 166-167, et Philosophie de l'arithmétique, pp. 412-413), tend à affubler la « catégorie », tenue pour l'unique élément constitutif primordial de la signification, d'une sorte de double subjectif qui paraît donc lui être entièrement extérieur, et ensuite au Chapitre VIII, qui va porter au paroxysme, lui, ce mouvement même de dépossession du processus abstractif au profit du processus signitif, pour le réduire à l'état de « pensée au sens impropre », alors qu'il n'y aurait à relever du domaine de « la pensée proprement dite » que les seules lois a priori de la grammaire logique pure » (§ 64, RL III, pp. 235-238).

166Husserl ne manque pas sans doute de conserver la différence qu'il avait établie entre l'abstraction matérielle et l'abstraction formelle en 1891 ; et même il la fait réintervenir ici dans des conditions beaucoup plus complexes, qui semblent donc renforcer la supériorité de l'« acte » sur le « contenu », ou encore celle de la « qualité » sur la « matière », puisque la bifurcation qui doit permettre à l'intentionnalité de s'élever de la première de ces deux abstractions à l'autre est supposée désormais devoir passer explicitement par une phase de réflexion en zigzag, l'« acte » devant ainsi se prendre alors lui-même pour « matière », ce qui paraît donc réinvestir le versant subjectif d'un pouvoir fondateur extrêmement fort, en en faisant un passage obligé sans lequel ne pourrait se présenter aucune « catégorie », dans la mesure où c'est en effet entre le « sens externe » et le « sens interne » que son émergence paraît devoir venir désormais phénoménologiquement s'intercaler, au milieu par conséquent du développement de la vie intentionnelle (§ 58, pp. 213-217).

167Husserl prend même soin ici de renvoyer au § 43, où ce thème donc du déplacement en zigzag de l'ensemble du fonctionnement intentionnel avait commencé à s'esquisser ; car il avait alors indiqué qu'il fallait ouvrir au maximum les dimensions d'une telle problématique, celle, évidemment, de la formation phénoménologique de la signification, en la faisant partir, certes, du rapport qu'il y a au départ entre « perception et objet », mais pour l'élargir toutefois ensuite « dans un sens beaucoup plus large, qui embrasse l'appréhension d'états-de-chose tout entiers et finalement même l'évidence apriorique des lois (en tant que visionner) », de sorte qu'en revenant ainsi sur les conditions mêmes de l'accomplissement primitif de l'abstraction à partir du « concept de perception sensible« , il fallait veiller « à ce qu'il embrasse également toutes les perceptions “internes”, et, sous le qualificatif d'objets sensibles, la sphère corrélative des objets internes — donc le moi et ses vécus internes » (RL III, p. 171).

168Le § 46 auquel renvoie aussi, au début, ce § 58, avait même été encore, à cet égard, plus explicite ; car, en procédant à ce qu'il avait appelé l'« analyse phénoménologique de la différence entre perception sensible et perception catégoriale », il n'avait pas hésité à faire des « actes » qui sont « fondés » la seule instance qui doive être considérée comme véritablement déterminante pour la production de toutes ces « nouvelles objectivités » que sont « les objets catégoriaux ou idéaux », ce qu'assurément ni la Première Recherche ni la Deuxième n'avaient prétendu, alors qu'une telle thèse se trouve soutenue maintenant en termes exprès, et qu'elle paraît donc devoir entraîner, immanquablement, un renversement de perspective qui déplace le centre de gravité de toute cette problématique de l'ontologie vers la phénoménologie, comme l'indique par exemple le passage suivant, où il est difficile d'aller plus loin dans cet effort pour réinvestir de l'intérieur les « actes fondés » de leur pouvoir fondateur même, exercé médiatement, mais phénoménalement, à des niveaux supérieurs, et par opposition aux niveaux fondateurs du bas : « Avec le surgissement de nouveaux actes de conjonction, de disjonction, d'appréhension de l'indifividuel, déterminée ou indéterminée (le — quelque chose), de généralisation, de connaissance simple, relationnelle et associative... il se produit des actes dans lesquels quelque chose apparaît comme effectif et comme donné soi-même, de telle sorte que cela même, tel qu'il apparaît ici, n'était et ne pouvait encore être donné dans les actes fondateurs seuls » (p. 179).

169Et pourtant, ce n'est nullement dans ce sens que va sembler conclure la Sixième Recherche, puisque, s'il est indiscutable qu'elle insiste ainsi sur la prise en considération explicite d'un certain ensemble déteminé de conditions subjectives sans lesquelles, intentionnellement, aucune signification ne pourrait se former parce qu'il lui serait impossible d'« apparaître », ce qui suffit à attester l'orientation essentiellement phénoménologique d'un tel genre d'analyses, Husserl n'en manifeste pas moins encore, ici, une très grande répugnance à admettre, une fois pour toutes, qu'il faille accorder à ce type de conditions un droit égal à intervenir par rapport à celles qui relèvent, elles, sur l'autre versant, de lois intrinsèquement objectives.

170Car s'il entend bien préserver, et même avec plus de netteté encore qu'il ne l'avait fait dans le chapitre final des Prolégomènes lorsqu'il avait parlé des « conditions noétiques » de la connaissance (RL I, p. 262), le rôle tout à fait spécifique des « actes », en montrant que non seulement une « réflexion » est possible sur eux, ainsi que la Philosophie de l'arithmétique l'avait déjà admis (PA, Index rerum, p. 445), mais même aussi une « abstraction », ce à quoi la Philosophie de l'arithmétique n'avait pas pensé, et pour mieux assurer ainsi la supériorité de l'abstraction formelle qui s'exerce donc deux fois, sur chacun des deux versants, et à deux degrés, sur l'abstraction matérielle qui, elle, ne s'exerce qu'une fois, et à un seul degré, et uniquement sur le versant objectif, il paraît toutefois surtout soucieux ici de ne plus retomber dans l'erreur que la Philosophie de l'arithmétique avait commise, en paraissant subordonner entièrement le « contenu » du concept formel, ainsi abstrait, à cette simple « réflexion » sur l'« acte« qui a accompli l'abstraction, non pas parce que l'« objet » qui en avait résulté par correspondance n'en aurait pas été affecté également à son tour dans ce qui faisait sa signification formelle, mais parce qu'une telle provenance phénoménologique paraissait bien devoir lui interdire de posséder jamais une valeur ontologique qui soit vraiment transcendante, même si, à l'époque déjà, Husserl n'avait pas hésité à parler, à un certain moment, de « nombres en soi » (PA, p. 321).

171Tout se passe donc de plus en plus, à la fin de cette Seconde Section de la Sixième Recherche, comme si Husserl cherchait à réinscrire la différence entre ce qui est « propre » et ce qui est « impropre » à l'envers de ce qu'elle avait été dix ans plus tôt dans la Philosophie de l'arithmétique, puisque c'est bien ce qui est supposé devoir se situer « en soi » au-delà des conditions subjectives mêmes de ce double processus abstractif qui se trouve maintenant investi du caractère de la « propriété », pour correspondre, par les significations qui s'y manifestent en tant qu'« unités catégoriales » (§ 59, p. 218), à un ensemble de « lois« qui sont celles de la « grammaire pure », et puisque tout ce qui relève au contraire des seules opérations subjectives que l'intentionnalité a pu primitivement exercer et peut exercer encore sur ces « unités », fût-ce pour les faire entrer dans « de nouveaux actes de connexion, de relation et d'idéation », ne mérite d'être considéré, au mieux, que comme un domaine de « pensée impropre ».

172Car, s'il y a bien en effet ici à se manifester une « morphologie pure des significations » (p. 219), ce qui en constitue toutefois le fondement, et qui peut seul lui conférer une « validité », n'a nullement à être découvert, en fait, dans les épisodes alternés de ce double processus abstractif, quelles que soient les distances qu'il a pu franchir par rapport à la situation qu'il occupait au départ, lorsqu'il se trouvait au contact direct des « concreta« ou « contenus primaires » (§ 58, p. 216) qu'il rencontrait dans ses « perceptions sensibles », puisque, même s'il a fallu qu'il commence par s'élever au niveau d'une certaine « perception catégoriale », c'est bien lui qui a dû, en fin de compte, venir s'aligner sur les exigences qu'une telle « morphologie » lui imposait, comme le montre de façon exemplaire le cas de l'« identité ».

173Il faut bien commencer en effet par admettre qu'il doit toujours y avoir là d'abord « un acte intuitif d'identification », puis un mouvement par lequel « nous abstrayons » ce qui doit correspondre au « moment » lui-même de cet « acte d'identification », de manière à franchir un premier seuil, celui d'« une abstraction sensible » ; et il faut bien commencer par admettre alors aussi, nécessairement, par voie de conséquence, que, « quand, en vivant dans l'identification, nous considérons l'identité objective et que nous en faisons le fondement d'une abstraction, nous avons affectué une abstraction catégoriale » (p. 215).

174Mais ce doit être toutefois pour ajouter aussitôt après que nous devons absolument chercher à nous prémunir contre toute tentation que nous pourrions avoir de tirer argument du franchissement même de ces deux seuils pour prétendre qu'il s'agirait là d'un processus dont l'instance décisive, dans ces conditions, ne pourrait être alors que la subjectivité qui en aurait assuré intentionnellement l'opération ; car ce qu'il faut affirmer bien plutôt, c'est que « le moment “objectif” n'est pas un acte ni une forme d'acte, mais une forme catégoriale objective » ; et c'est pourquoi il serait inutile de chercher à faire apparaître, sur le versant subjectif de la corrélation, autre chose qu'un simple ensemble de « re-présentants » de la « pensée proprement dite », qui lui sont donc tout aussi extérieurs, à leur manière, que les systèmes de désignations de concepts de nombre avaient pu l'être dans la Philosophie de l'arithmétique par rapport aux concepts de nombre « en soi ».

175Il est vrai que l'écart maintenant peut sembler moindre, parce que ces « représentations catégoriales » ne sont plus des éléments qui auraient dû d'abord se faire extraire d'un milieu entièrement différent de celui dont elles devraient assurer la « re-présentation », dans la mesure où « les actes fondés » qui les font intervenir, et qui avaient été étudiés de près dans la Première Section, comme Husserl tient à le rappeler ici (§ 53, p. 201), se situaient, par définition même et de toute évidence, très nettement au-dessus de tout ce qui aurait pu rappeler encore, de quelque façon que ce soit, les niveaux inférieurs des remplissements d'intuitions sensibles ; et c'est pourquoi Husserl semblait n'éprouver aucune gêne à les désigner tout aussi bien, ce qui était tout de même, de sa part, extrêmement révélateur, comme des « actes catégoriaux« (p. 202).

176Il est bien certain en effet que la catégorialité n'est pas un caractère extrinsèque que ces actes, de toute façon déjà essentiellement « nouveaux« par rapport à ceux, « fondateurs », d'où ils sont issus, devraient chercher à obtenir seulement ensuite, une fois qu'ils auraient donc définitivement accompli leur « fondation », et en ayant alors à se déplacer ailleurs que là même où ils auraient commencé à s'exercer, pour en être redevables à une instance qui à aucun moment jusque-là ne les aurait traversés de part en part : elle est bien plutôt cela même qui n'a jamais cessé de les animer, en les faisant participer, sans plus attendre, à telles, telles ou telles « formes d'appréhension », fondamentalement distinctes, par leur modèle même d'organisation, de tous les « phénomènes perceptifs » auxquels, après, sans doute, il leur sera possible de venir se réappliquer, mais sans qu'elles doivent entretenir alors avec eux un lien qui soit véritablement nécessaire, et sans qu'ils ne puissent donc non plus, de leur côté, en épuiser le sens.

177Mais la question la plus essentielle ici, cependant, est bien celle de savoir si ce que Husserl appelle « le lien psychique qui produit la synthèse », et qui « est donc une intention » (§ 56, p. 209), doit être vraiment considéré, dans un tel contexte, comme l'instance axiale qui produirait la signification, et sur laquelle par conséquent tout reposerait, dût-elle agir en conformité étroite avec les exigences inhérentes au genre, fondamentalement nouveau, de « matière » sur lequel elle s'exercerait, ou si au contraire un tel « lien », en devant alors partager des « différences de plénitude », de par son caractère intentionnel même, comme n'importe quel autre type de « visée« , pour ne rejoindre par conséquent qu'à partir de ses conditions d'exercice ce qui devrait être attribué, par opposition, à « l'unité catégoriale des objets correspondants » (p. 208), ne pourrait remplir ainsi, tout au plus, qu'une « fonction d'une re-présentation », qu'il ne ferait donc que partager indifféremment avec tous les autres cas possédant eux aussi ce même « caractère commun ».

178Or c'est bien pour cette seconde hypothèse que Husserl va prendre très nettement parti ; car il va soutenir en toutes lettres que, du moment que « la forme phénoménologique de l'identification est essentiellement fondée dans les actes fondateurs comme tels« et qu'« elle est donc fondée dans ce qu'ils sont et contiennent par delà leurs contenus re-présentatifs » (§ 57, p. 210), elle a certes les moyens de rejoindre un tel au-delà pour entrer en rapport avec « les lois de la pensée propre », mais en devant toujours continuer néanmoins à adhérer, par les « contenus sensibles » sur lesquels les « actes fondateurs » ont dû d'abord venir prendre appui, et même si elle n'a pourtant plus désormais avec eux de « lien immédiat », à un régime de fonctionnement « impropre », puisqu'il ne peut être au mieux, à son tour, que re-présentatif », relativement à ce milieu même d'« objets » sur lequel il débouche (p. 211).

179Il est caractéristique que Husserl cite ici la Troisième Recherche·, car il est bien obligé de replacer une telle série d'analyses d'ordre essentiellement phénoménologique, puisqu'elle porte en effet sur les épisodes par lesquels l'intentionnalité s'est élevée d'abord de la perception à l'imagination, puis de l'imagination à la signification en apprenant à substituer peu à peu des « intuitions catégoriales » à ses « intuitions sensibles », entre les deux seules limites d'ordre ontologique qu'elles puissent avoir, c'est-à-dire les deux a priori objectifs : l'a priori synthétique matériel et l'a priori analytique formel.

180Et il est certain que, conformément toujours au sens suivi depuis les Prolégomènes, c'est encore une fois, ici, le second de ces deux a priori qui possède un privilège sur le premier ; car il apparaît bien comme le terme téléologique normal de cette longue « fondation » que l'intentionnalité, en se développant, doit accomplir, dans la mesure où celle-ci est supposée pouvoir disposer désormais, subjectivement, à la différence de ce qui s'était passé en 1891, de tous les moyens qui lui sont alors modalement nécessaires pour accomplir une telle jonction avec l'a priori analytique formel, après avoir dû partir des concreta qui lui apparaissaient dans ses « intuitions sensibles » ; car ce n'est pas seulement aux moyens d'un processus abstractif qu'elle peut recourir, mais aussi à une véritable « perception catégoriale », une fois qu'elle est parvenue, en tout cas, à ses niveaux de développement les plus élevés, en franchissant le seuil modal qui l'amène à se transformer en intention de signification.

181Et pourtant ce n'est pas cette augmentation considérable des distances que l'intentionnalité est désormais supposée capable d'avoir franchies en un sens vertical que Husserl va vouloir avant tout souligner ici, même s'il y insiste constamment, mais c'est le maintien même d'une déficience qui continue à affecter ce « processus abstract if », si redistendu soit-il par rapport à ce qu'il avait pu être jusque-là, puisqu'elle va le condamner à partager à nouveau le sort d'un « processus signitif », sur le caractère spécifique duquel Husserl ne cesse pas non plus ici d'insister, en l'associant étroitement à ce qu'il appelle les « lois de la pensée impropre » (§ 63, p. 229), et par conséquent aussi pour y restreindre, mais dans un sens transversal cette fois, le champ d'application de l'intentionnalité sur les « objets« qui doivent lui correspondre, et qu'elle ne va donc pouvoir, dans ses « vécus », que se « re-présenter ».

182Or le fait même de maintenir un pareil écart ne va pas tarder non plus, par contrecoup, à conduire Husserl, sous prétexte que les « remplissements » des intuitions de significations restent toujours marqués par un certain caractère d'« intuitivité », indissociable subjectivement de son envers, la « signitivité », à réélargir le fossé qui avait pu pourtant sembler comblé désormais entre « le domaine de la signification » et « celui de l'intuition », c'est-à-dire « le domaine total des remplissements possibles », parce que le premier serait « beaucoup plus vaste » que le second ; et Husserl ne va donc ici avoir aucune hésitation à finir par soutenir la thèse suivante, qui découpe à nouveau, d'une manière extrêmement tranchée, le partage entre les deux versants de la corrélation, comme si toute transitivité de l'un à l'autre était inessentielle : celle suivant laquelle « il n'y a, en conséquence, aucun parallélisme complet entre les types catégoriaux, ou les types d'intuition catégoriale, et les types de la signification » (§ 63, p. 230).

183Ce n'est pas sans doute, que nous n'aurions pas « la liberté d'unir ou de ne pas unir », car nous pouvons bien prendre alors « les contenus dans leur pleine réalité à laquelle appartiennent aussi, bien entendu, les déterminations spatio-temporelles » (§ 62, p. 225), ainsi que l'avait déjà si bien montré le début du chapitre II de la Philosophie de l'arithmétique. Mais c'est que tout semble se passer maintenant comme si la modalité significative se trouvait prise en porte-à-faux entre deux manques d'intuitivité, puisqu'elle ne peut plus disposer des « intuitions sensibles », et puisque la marge même de variation qu'elle a dû introduire dans les conditions de son propre développement modal paraît devoir lui interdire aussi de s'assurer, en toutes circonstances, d'une garantie de validité transcendante qui la ferait entrer en correspondance avec des objectivités ontologiquement indiscutables.

184Aussi la condamnation portée contre le droit de l'intention de signification à revendiquer pour elle-même un lieu où il s'agirait d'une « pensée » qui serait « propre » parait-elle devoir être sans appel, puisqu'elle semble tirée de ses conditions mêmes d'émergence intentionnelle, à cause de son investissement excessif dans un certain régime de production qui ne pourrait être que phénoménologique et qui s'accompagnerait donc ontologiquement d'un défaut irremédiable : « Du côté des significations, s'ajoute encore cette multiplicité illimitée de significations complexes auxquelles manque la “réalité” ou la “possibilité” ; ce sont des formations de significations qui se réunissent sans doute en significations unitaires, mais telles qu'il ne puisse leur correspondre aucun corrélat unitaire possible du côté du remplissement » (§ 63, p. 230).

185Faute donc d'avoir les moyens de produire des types d'objets qui puissent se suffire à eux-mêmes en dehors de tout appui qui pourrait être fourni par ceux qui disposent d'une assise solide soit dans l'a priori synthétique matériel, soit dans l'a priori analytique formel, la modalité significative se trouvait ainsi comme évidée de l'intérieur, alors même qu'elle semblait pourtant disposer du maximum de ressources propres, puisqu'en tout état de cause, il ne pouvait s'agir là que d'une double impropriété, dès lors que seule était prise comme critère de validité, « la possibilité de l'adéquation » de ces « significations complexes » à trouver « une intuition qui les remplisse en tant qu'unités dans leur totalité » (p. 233).

186Et l'immense élargissement des possibilités de combinaison dont avait semblé pouvoir bénéficier, dans la Quatrième Recherche, l'intention de signification paraît donc devoir désormais se retourner contre elle, ainsi que Husserl, là aussi, ne manque pas paradoxalement de le souligner, puisque si les « lois de la grammaire pure logique » délimitent « les sphères du sens et du non-sens », elles ne nous permettent pas encore d'éviter « la contradiction formelle ou réelle », de sorte qu'elles ne peuvent délimiter par là que la « sphère de la pensée au sens impropre » et que cette sphère « si large » doit « se rétrécir singulièrement » dès l'instant où il doit s'agir de veiller en fait à ce que les « significations complexes » qu'elle permet de former trouvent une « possibilité objective ».

IV

187Husserl ne pouvait donc pas en rester à cette seconde étape, puisque tous les nouveaux résultats qu'il avait pu y introduire pour corriger ceux qu'il avait établis lors de la première, à cause de l'insuffisance même qu'ils avaient très vite manifestée, laissaient à leur tour inachevée la description de ce double ensemble systématique où ils devaient venir prendre place à l'intérieur d'une théorie générale de l'intentionnalité : ils s'étaient montrés en effet incapables de redesserrer suffisamment toute la série centrale des épisodes transversaux du développement intentionnel pour qu'il n'y ait plus dès lors aucune confusion possible entre l'échelonnement vertical des « vécus« , du côté du dispositif subjectif, et l'échelonnement vertical des deux modèles distincts d'ordonnance ontologique, du côté du dispositif objectif.

188Dès 1901, ces épisodes avaient sans doute commencé, avec le Tome II des Recherches logiques, à recevoir un traitement de plus en plus explicite, comme l'attestaient, à la suite de la Quatrième Recherche où avait été déjà délimité médiatement un secteur que seule l'intention de signification pouvait occuper, la Cinquième et la Sixième Recherches, où cette même forme d'intentionnalité s'était trouvée réinvestie d'un pouvoir fondateur de sens tout à fait spécial par rapport aux autres modalités, parce qu'elle seule avait dû aussi permettre primitivement à tous les « vécus« de substituer à leur ouverture sur les touts synthétiques matériels que forment les choses avec les « intuitions sensibles », différents réseaux de relations analytiques entre des objectivités idéales, et même purement formelles, avec les « intuititons catégoriales ».

189Mais les effets nocifs induits par le déséquilibre dont avait d'abord souffert le type de solution qui avait été formulé lors de la première étape, dans la Philosophie de l'arithmétique, n'avaient pas cessé toutefois de s'exercer indirectement là encore, malgré les correctifs qui y avaient été apportés, puisque le retour à la prise en considération explicite des vécus qui avait marqué le changement d'orientation de ces six recherches par rapport à celui des Prolégomènes était néanmoins resté marqué constamment, et jusqu'à la fin, par une importance excessive accordée au combat contre le psychologisme, avec la volonté sans cesse réaffirmée de veiller avec soin à ce que les lois de la « logique pure » soient mises à jamais hors de portée de tout ce qui pourrait ressembler à un conditionnement quelconque exercé par une « fondation subjective ».

190Aussi Husserl n'avait-il pas tort sept ans plus tard, en 1908, quand il disait, au début de ses Leçons sur la théorie de la signification, que, dans ses Recherches logiques, il avait vu seulement émerger devant lui « un monde entier de problèmes », « un continent obscur », dont il avait pu alors « à peine explorer les côtes », de sorte que les « domaines » qui y avaient été traités restaient maintenant encore, pour lui, « tout aussi peu ouverts » qu'ils l'avaient été à cette époque-là : non pas que, dans l'« exploration » qui y avait été menée, tout n'y eût pas été « fidèle » dans la description de ce qui y avait été vu, mais parce que « de nouveaux voyages de découverte font connaître de nouvelles connexions », tout en faisant « aussi apparaître ce qui était ancien à la lumière nouvelle« , dans la mesure où « ce qui a été tenu et prétendu vu pour quelque chose d'un, se décompose en une multiplicité » (TS, pp. 25-27).

191Telle est bien en effet la fonction que va exercer cette étape, la troisième où Husserl s'est donc s'engagé ; car il est indiscutable qu'elle va maintenir l'ensemble des distinctions déjà mises en place au cours de deux premières, et qui vont être ainsi confirmées ; mais elle ne va pas se contenter toutefois de les « répéter simplement » : elle va bien plutôt les soumettre à toute une série de réélargissements caractéristiques, où il s'agira précisément beaucoup moins alors de tout ce qui pourrait encore concerner les deux réespacements verticaux correspondant aux dispositifs qui se situent, eux, aux extrémités opposées de cet immense milieu double que forme la corrélation intentionnelle, dans la mesure où le repérage des échelons les plus essentiels de chacune de ces deux structures orientées du bas vers le haut a déjà été opéré, que de tout ce qui doit désormais concerner le franchissement des différents stades intermédiaires au cours desquels s'est effectuée la jonction entre les niveaux supérieurs de l'une et ceux de l'autre, et dans le seul sens qu'ait pu évidemment commencer par suivre à travers son développement, l'intentionnalité, c'est-à-dire celui par où elle est passée de sa propre fondation subjective à cette autre fondation, objective, sur lequel elle devait finir par se projeter ; car ce n'est qu'en se plaçant dans cette hypothèse qu'il pouvait devenir possible de combler les très graves lacunes dont avaient dû souffrir immanquablement toutes les autres séries d'analyses antérieures, dans la mesure où il était en effet encore trop tôt pour qu'elles puissent reconstituer de manière satisfaisante les épisodes de ce passage en biais que seule pouvait assurer l'intention de signifier, parce qu'elle et elle seule se trouvait située aux sommets de ces deux dispositifs.

192Avec ces Leçons sur la théorie de la signification de 1908, Husserl va donc pouvoir mettre fin à tous ces déséquilibres en cascade qui avaient marqué les différents zigzags qu'il avait suivis, mais où jamais encore il n'avait pu satisfaire à la fois aux exigences respectives des deux milieux mis en relation par l'intentionnalité, et qui ne pouvaient donc qu'interférer à terme l'un avec l'autre, en s'ouvrant chacun de plus en plus, mais sans qu'ils doivent pour autant se confondre, leur différence étant irréductible, même s'ils ne peuvent être que complémentaires.

193Et c'est pourquoi seule une double redifférenciation, au préalable, des deux types d'organisation objective et des trois modalités subjectives, malgré les effets de bascule qu'elle ne pouvait pas ne pas manquer d'entraîner par les choix successifs des orientations thématiques où elle devait s'engager tour à tour, afin de compenser ainsi les excès mêmes de la dernière qu'elle venait de suivre, pouvait finir par ouvrir aussi une voie d'accès au traitement du régime d'articulation, essentiellement mixte, où, à l'apogée de son développement, l'intentionnalité s'élève quand elle se met à signifier.

194Car c'est bien là d'abord, sans doute, qu'il y a, et de loin, le plus de difficultés à résoudre, dans la mesure où il faut avoir commencé par tout rééchelonner verticalement, sur chacun des deux versants, pour pouvoir éviter toute équivoque ; mais car c'est là aussi, et là seulement, qu'une réponse peut y être enfin apportée dans des conditions qui soient complètes, dès lors en effet que sont introduits, comme ils vont l'être en 1908, tous ces épisodes au cours desquels sont venus s'emboîter les uns dans les autres tous les différents genres possibles d'éléments attribuables à chacune des deux fondations, et sans se porter alors, en quoi que ce soit, réciproquement préjudice ; car, là encore, il faut faire intervenir toute une série médiate de rééchelonnements, et non pas un épisode unique qui épuiserait très vite son efficience, en les résinsérant donc dans une succession de zigzags qui correspondent cette fois à ce qu'a eu de plus puissamment fondateur le fonctionnement lui-même de l'intentionnalité, puisque c'est là qu'il atteint son degré d'ouverture maximal, et puisque les pouvoirs dont il y dispose sont également ceux qui peuvent le mieux propager leurs effets sur toute l'étendue qui s'ouvre sur le versant opposé.

195Il ne faut donc pas s'étonner de voir Husserl reprendre, en 1908, tous les thèmes qu'il avait déjà longuement développés plus tôt, car il n'y avait qu'eux qui pouvaient le conduire à faire réapparaître maintenant, dans les séries des différents d'intervalles qu'il n'avait pas encore jusque-là réussi complètement à rouvrir, ces nouvelles séries de « distinctions », pourtant fondamentales, sans lesquelles jamais sa théorie de la signification n'aurait pu aboutir ; et ce n'est donc pas un hasard si le premier exemple en est donné, dès le début, par le réexamen du rapport de fondation entre les « signes indicatifs », dont la Philosophie de l'arithmétique avait eu le tort de parler exclusivement, et les « signes significatifs », que la Première Recherche avait voulu rétablir dans leurs droits, mais à ceci près toutefois que Husserl peut cumuler aussitôt maintenant, dans cette nouvelle suite d'analyses, les bénéfices respectifs du « processus abstractif » et du « processus signitif », sans qu'il ait même à en réexposer les différentes étapes, et pour mieux réétager par là aussi sa description de l'ensemble du développement des vécus sur le versant subjectif, en leur donnant enfin à tous, pour la première fois, et surtout à ceux qui relèvent du niveau modal supérieur de la signification, un style résolument phénoménologique.

196Ce qui fait que ce nouveau Husserl de 1908 ne retombe pas en effet dans le déséquilibre où était tombé le Husserl de 1887, c'est que la conversion qu'il opère en direction du traitement des vécus se garantit d'elle-même contre tout excès qu'elle pourrait commettre à l'égard des éléments du versant objectif, en ouvrant suffisamment d'emblée les écarts verticaux pour ne pas risquer de réduire, de façon abusive, les objets visés sur le mode significatif à ceux qui sont visés sur le mode perceptif ; car, en pratiquant dès l'Introduction, non plus implicitement et sans méthode, mais de façon explicite, une réduction phénoménologique (p. 25), Husserl se hisse aussitôt à la hauteur requise pour que tout reproche de confusion, d'un côté comme de l'autre, se trouve court-circuité.

197Ce que la Première Recherche avait en effet « oublié de voir », en en restant donc phénoménologiquement à une de ces « demi-attitudes timides » que le Husserl de 1908 condamnait donc maintenant, c'est qu'il faut d'abord chercher à rendre compte de l'« apparition » même de la signification, sans partir de la présupposition de l'existence « en soi » d'un « contenu idéal » auquel il conviendrait seulement de réajuster ensuite, d'une manière ou d'une autre, un « contenu phénoménologique », ainsi que l'avait fait le Husserl de 1901, demeurant trop fidèle encore en cela au Husserl de 1896 qui avait prononcé les Leçons qui allaient servir de support, un peu plus tard, à la rédaction des Prolégomènes.

198Car il ne doit nullement s'agir, certes, de nier, aux niveaux les plus bas, l'intervention d'un « côté physique de l'expression » avec le « son de mot ». Mais ce qui définit toutefois le sens même de ce qui y apparaît, c'est que justement la conscience doit y viser tout autre chose que ce qui s'y trouve immédiatement présenté dans des « intuitions sensibles », pour tendre, au travers de « simples représentations vides », vers des « objectivités signifiées », qui ne peuvent donc être encore, à ce moment-là, que « constituées conscientiellement », sans qu'y soit repérable une quelconque « prise de position existentielle » (p. 33). Aussi ne subsistait-il plus désormais aucun parallélisme entre une première voie, qu'aurait suivie le processus de formation de la Bedeutung, et une autre, où se serait engagé le mouvement de constitution de la Bezeichnung, ainsi que Husserl l'avait supposé au départ, et pour faire alors dépendre de ce dédoublement même toute l'économie de sa Philosophie de l'arithmétique.

199Il n'y avait plus là que deux genres de « conscience », qui étaient sans doute fondées l'une sur l'autre de sorte qu'elles ne pouvaient certainement pas s'identifier à cause des écarts verticaux qui les séparaient, mais qui s'intégraient cependant dans l'unité d'une fondation qui, loin de n'avoir à son point de départ qu'un seul type possible d'ouverture sur ce qui lui apparaissait, se trouvait précisément investie du pouvoir de faire varier sa relation à ce qui ne se présentait d'abord à elle qu'à travers des « intuitions sensibles », comme le prouve assez l'attention qu'elle peut porter à ce qui lui est communiqué par ce « son de mot » lui-même, puisqu'elle doit, pour en saisir le sens, « faire attention » à quelque chose qui n'apparaît pas de façon directe dans cet « apparaître », mais qui doit y être visé thématiquement, et qui se situe donc ailleurs, au-delà de toute perception, mais au-delà aussi de toute « représentation imaginaire », sur un lieu qui se trouve ainsi articulé sur ces deux premières modalités sans lesquelles il ne pourrait avoir aucun « support » à partir duquel il surgisse, mais sans qu'il doive pour autant en dépendre : car il ne se manifeste qu'à travers le « flottement » même par lequel la conscience s'ouvre un accès vers lui, en devant donc dépasser les limites de son « monde effectif » et y creuser un décalage suffisamment marqué pour qu'elle puisse accomplir, en fonction de ce qui lui a été ainsi indiqué d'abord, un « acte » qui soit véritablement « donateur de signification ».

200A la réarticulation si brutale qui n'avait pu être opérée qu'in extremis, dans la Première Recherche, entre ce qui était d'abord à mettre au compte d'un simple conditionnement « phénoménal », passablement extérieur, et ce qui était supposé devoir constituer au contraire le seul centre de gravité possible de la problématique de la signification avec l'affirmation du caractère « en soi » des objectivités purement idéales, se trouve donc désormais substitué un mouvement qui se réengage carrément dans l'autre sens, c'est-à-dire vers les niveaux inférieurs, pour repasser ainsi à travers les premières étapes du développement de l'intentionnalité, celles qu'avait déjà commencé à décrire la Philosophie de l'arithmétique.

201Mais ce n'est nullement pour en partager à nouveau les confusions : c'est bien plutôt pour réétaler enfin dans des conditions qui conviennent les séries d'intervalles qui y avaient été alors traversées beaucoup trop rapidement, sans qu'aient donc pu y être faites toutes les « distinctions » pourtant nécessaires. Et c'est pourquoi, si Husserl va chercher ici, dans une certaine mesure, à la fois à conserver tout un groupe de références à ses séries d'analyses de 1891 et à maintenir la thèse essentielle qu'il avait soutenue avec tellement de vigueur en 1900 dans les Prolégomènes, quelques pages plus loin il ne va pas manquer l'occasion de réaffirmer catégoriquement son opposition à toute interprétation « psychologiste« de la signification » (§ 5, pp. 47-48), ce sont aussi ces deux pôles d'orientation thématique, jusque-là disjoints, et même extrêmement éloignés l'un de l'autre, qui vont se retrouver profondément modifiés de l'intérieur : car le réélargissement considérable des dimensions verticales du premier secteur, sur lequel l'intentionnalité doit donc modifier son rapport à ce qui lui apparaît, peut désormais bénéficier aussitôt, et sans risque de dérive, au réélargissement corrélatif des dimensions transversales d'un second secteur sur lequel l'intentionnalité doit nécessairement imposer aussi sa marque, avant de pouvoir rejoindre, plus loin, quelque secteur transcendant que ce soit.

202Ce n'est pourtant pas pour cela que Husserl, ici, aurait dû entièrement innover, car il ne va faire que réexploiter toute une série de possibilités, en ce qui concerne le double rééchelonnement des étapes intermédiaires par où l'intentionnalité primitive a dû passer, qu'il avait déjà évoquées en 1901. Mais si les diverses séries d'analyses descriptives qu'il présente ici prennent néanmoins un sens si différent malgré ce faisceau de ressemblances, c'est bien parce qu'elles se montrent désormais en état d'assurer dans des conditions continues toutes les transitions qui, jusque-là, avaient été laissées sans traitement thématique, et d'abord celles qui auraient dû permettre non seulement de ne plus séparer deux processus, mais aussi et surtout de ne pas rompre le lien des niveaux supérieurs où l'intentionnalité peut s'élever, en se modalisant, avec les niveaux inférieurs où avaient surgi les premières « apparitions », sous prétexte que la signification ne pourrait plus y entretenir de rapport fondamental avec ce surgissement lui-même, parce que la conscience intentionnelle y viserait des « objets » appartenant à un genre d'organisation ontologique tout autre que ceux qu'elle avait pu percevoir.

203L'émergence de la Bedeutung, telle qu'elle avait été décrite au début de la Philosophie de l'arithmétique, n'est donc assurément pas remise en cause radicalement : c'est bien encore à des changements d'orientation successifs du Bemerken et de l'Aufmerken (cf. § 4, a, note a, p. [18], pp. 40-41) qu'elle est imputée, en redonnant donc à l'intentionnalité un pouvoir de fondation de sens essentiel contre tout ce qu'avait cru bon de soutenir, unilatéralement, l'antipsychologisme indifférencié des Prolégomènes.

204Mais ce n'est plus directement de quelque chose comme une signification déjà entièrement idéale, telle celle qui semblait devoir s'attacher à l'activité consistant à établir une « liaison collective entre des éléments quelconques », qu'il s'agit ici, en sautant, pour ainsi dire, d'un des deux a priori objectifs à l'autre : c'est de la gradation des différents types successifs d'attention portés aux divers éléments entrant dans la composition du signe, ce qui réhabilite donc l'intérêt qu'y avait déjà porté la Deuxième Partie de la Philosophie de l'arithmétique, mais beaucoup trop tard alors toutefois, puisqu'au lieu d'être des parties constituantes des « signes significatifs » au sens de la Bedeutung, les « signes indicatifs » au sens de la Bezeichnung n'avaient pu en être que des doubles insuffisants, auxquels il n'aurait fallu recourir ainsi que faute de mieux, et comme s'ils pouvaient donc être dispensés, sous prétexte qu'ils seraient plus ou moins reconnaissables aussitôt, de tout traitement thématique approprié qui concernait, lui, ce rapport de fondation où il avait bien fallu pourtant qu'ils entrent, mais qui n'aurait pu être mené alors dans le cadre d'une réflexion beaucoup plus large, s'intéressant à l'ensemble des signes du langage, et non pas à ceux, uniquement, qui se rattacheraient à la constitution d'un algorithme.

205Or, dès qu'est opérée cette réouverture maximale des distances franchies par une intentionnalité fondatrice le long de cette échelle de ses propres modalisations, et pour maintenir à la fois une certaine continuité de la fondation de ses modes fondés par rapport à ses modes fondateurs, puisque ces modes fondés doivent commencer par s'exercer eux aussi à leur tour dans le milieu d'un « apparaître », et une certaine discontinuité, puisque ce qui y apparaît n'a nullement le même sens que ce qui avait pu apparaître jusque-là, ce qui se trouve aussi opéré du même coup, c'est une réouverture maximale des distances franchies par l'intentionnalité dans le sens qui a dû l'amener cette fois corrélativement à se frayer une certaine voie vers ce nouveau genre d'« apparaissants« sur lequel elle devait déboucher, puisqu'ils ne pouvaient plus avoir aucun rapport avec ceux qu'elle avait pu rencontrer plus bas, ce qui reprenait donc l'orientation suivie aussi bien dans la Première Partie de la Philosophie de l'arithmétique que dans la Deuxième Recherche, mais sans qu'il soit possible toutefois de croire encore qu'une jonction ferait aussitôt déboucher l'intentionnalité sur la simple saisie d'un « objet idéal » au-delà des « moments » qu'elle avait dû d'abord abstraire à partir des différentes choses concrètes singulières et qu'elle avait dû alors « remarquer », chacun à part, pour lui-même.

206Si c'est en effet l'économie tout entière de la problématique de la signification, telle qu'elle avait été exposée, fragment par fragment, dans le Tome II des Recherches logiques, qui va se trouver très profondément transformée ici, de sorte même que Husserl n'y verra plus qu'un simple « point de départ » (cf. § 3, a, note a, p. [9], pp. 29-30), c'est bien parce qu'il commence par vouloir se replacer, comme en 1891, dans la perspective de la fondation des modalités supérieures sur les modalités inférieures, mais sans que la modalité signitive puisse prendre pourtant prétexte, désormais, de cet emplacement même, plus élevé, qu'elle occupe dans un tel dispositif pour se dispenser de se reconnaître d'abord tributaire de cette fondation, ce que n'avait pas su admettre, elle, certes, la Philosophie de l'arithmétique, à cause de l'insuffisance des moyens techniques par lesquels elle avait procédé à cette « réduction », en ne réservant aux « signes sensibles » aucune fonction spécifique d'« apparition » pour ne leur accorder, avec les « moments figuraux » que le pouvoir de fournir aussitôt un « fusionnement » entre de multiples éléments.

207Et c'est pourquoi Husserl va pouvoir déplacer complètement, en 1908, les limites de son interrogation, en les plaçant beaucoup plus loin que là où il avait cru pouvoir, en 1901, les rejoindre et donc y borner ses questions, dans la mesure où il va s'interdire en effet de prendre encore appui, aussi vite et avec une telle naïveté, sur une prétendue « unité idéale de l'espèce » ; car ce questionnement, beaucoup plus poussé donc sur les signes, sur leur mode d'apparition, oral ou écrit, et sur le redoublement même, à l'intérieur de ce premier « apparaître« où ils surgissent, d'un genre d'« apparaître » tout autre, qui se fonde sur eux, mais qui est seul à être visé en fait vraiment par la conscience, ne peut que l'obliger à s'en tenir aussi aux seuls corrélais qui peuvent, dans ces conditions, y faire effectivement figure d'« apparaissants », et qui ne peuvent être, comme Husserl va l'indiquer un peu plus loin, que des « signifiés propositionnels« en tant qu'« objectivités catégoriales », en deçà par conséquent de toute garantie transcendante que pourraient fournir aussitôt les « objectivités signifiées » elles-mêmes (§ 8, b, pp. 59-60).

208Il n'y a donc pas lieu de s'étonner si Husserl ne tarde pas ici à retomber sur le fameux problème des « représentations sans objet », hérité de Bolzano, et sur la distinction non moins fameuse que Twardowski avait cherché à établir en 1894 entre « objet » et « contenu », et que Husserl, lui, avait jusque-là si violemment refusée, croyant qu'elle ne pouvait que porter atteinte à la reconnaissance du caractère essentiellement transcendant des significations idéales, alors que, par un paradoxe criant, c'est le fait même qu'il soit devenu désormais pleinement conscient de l'amplitude des dimensions où ces significations doivent commencer par apparaître qui l'y reconduit. Car il s'est enfin aperçu maintenant qu'il fallait faire correspondre à chaque mode de l'intentionnalité, apparu au cours de cette fondation, un type spécial de corrélat, tout genre d'« apparition » devant immanquablement se doubler d'un certain genre d‘« apparaissant », lequel fait donc déboucher à chaque fois l'intentionnalité sur les dimensions transversales d'un milieu qui est autre qu'elle, mais où aussi, cependant, tout ce qu'elle découvre reste encore lié de très près à ces conditions subjectives elles-mêmes à travers lesquelles elle le rencontre, en fonction des exigences inhérentes à la spécification de ses trois modalités, sans qu'elle puisse prendre appui par conséquent, pour en établir la valeur, sur un ensemble de critères purement objectifs ; car elle n'aurait pu alors s'en ouvrir l'accès qu'en sortant des limites de son propre développement modal, ce qui lui était, à ce moment-là, rigoureusement impossible.

209Ce double excédent, que Husserl ne va pas hésiter dès lors à qualifier de « phénologique » et de « phénoménologique » (§ 8, b, pp. 61-62), comme pour mieux marquer ainsi la dette qu'il avait contractée envers un emploi de la « réduction » enfin pleinement satisfaisant sous l'effet même de son ultime radicalisation, mais sans qu'elle doive entraîner pour autant un déséquilibre entre les deux versants de la corrélation intentionnelle, élève donc ces nouvelles séries d'analyses à un niveau d'approndissement très supérieur à celui que la Première et la Deuxième Recherches avaient pu atteindre.

210Car désormais les différents intervalles traversés par l'intentionnalité au cours de son développement se trouvent suffisamment rouverts pour que puissent, elles aussi, y être introduites, à leur tour, toutes les séries de médiations exposées dans la Cinquième, mais sans que pour autant aucune infidélité ne soit commise envers la thèse majeure qui avait été avancée dans la Quatrième, pour ne pas même parler de celle si puissamment défendue dans les Prolégomènes, puisque Husserl n'a nullement renoncé, en fait, à soutenir à nouveau ici que « les actes psychiques sont à chaque fois des apparitions fluides et fugitives », tandis que « les significations sont au contraire, par opposition à ces multiplicités, des unités identiques » (§ 5, p. 47).

211Car Husserl tient évidemment à bien montrer ici encore que, malgré la réinvolution de sa nouvelle série de descriptions vers un lieu plus central du fonctionnement intentionnel, où n'est encore rejointe aucune « logique pure », puisque tout continue à y dépendre des conditions où s'exerce cette activité subjective qu'est le « signifier », il ne continue pas moins à satisfaire toujours « aux exigences que Bolzano a élevées avec ses conceptions fondamentales de “proposition en soi” par différence avec la proposition pensée, saisie dans des mots, accomplie dans le représenter et le juger actuel » (§ 8, a, p. 56), dans la mesure où il a pu reporter en effet, à l'intérieur de ce couplage modal plus étroit entre le « signifier » et la « signification », l'écart beaucoup plus large, et sur lequel il avait tant insisté en 1900 et en 1901, entre ce qui ne peut relever que de facteurs « psychiques » et ce qui est au contraire du ressort exclusif d'un fondement « logique », si bien donc qu'il s'agit là d'un champ de relations intentionnelles ordonnées transversalement dans des conditions tout à fait différentes de celles, essentiellement verticales, étudiées dans la Troisième Recherche, et qui exigent ainsi, pour être décrites correctement, qu'une nouvelle distinction importante soit introduite entre deux genres irréductibles de « remplissement », là où la Sixième Recherche n'avait su en fait encore intervenir, elle, qu'un seul.

212Pour préserver l'écart que la Quatrième Recherche avait commencé à réinsérer, dans le développement intentionnel, entre les deux stades distincts qui consistaient, pour le premier, à éviter les non-sens et, pour le second, à éviter les contre-sens, mais qui avaient continué toutefois à être rapportées alors indifféremment l'un comme l'autre aux seules exigences supposées transcendantes de « lois pures », la « grammaire » n'apparaissant que comme le premier étage de la « logique pure », il est devenu possible en effet maintenant de tracer une ligne de démarcation très nette qui reproduit assurément à sa manière ce même partage, mais pour en placer cependant le centre de gravité du côté de ce qui se passe dans l'ordre des « vécus » eux-mêmes, donc, pour parler comme la Deuxième Section de la Sixième Recherche, du côté de la « pensée impropre ».

213Et c'est pourquoi il n'est plus possible de tirer argument du fait que la signification qu'a « en soi » une phrase échappe donc par là même à celui qui vient de la « prononcer », si du moins où elle a été formée conformément aux règles de la grammaire, pour en conclure aussitôt qu'il n'y aurait qu'une seule sorte de « remplissement » qui puisse correspondre à ce qui aurait été ainsi d'abord « visé » par ce sujet lorsqu'il a donc « voulu dire » ce qu'il a dit (cf. Remarques particulières, pp. 293-295) ; car cela conduisait à supposer qu'elle affecterait à la fois la compréhension du sens unitaire des mots liés dans cette phrase et la confirmation qui en serait fournie par les objets qui y seraient énoncés, pour laisser croire qu'« en soi », ces objets ne pourraient être que fondamentalement différents des multiples « manières » dont il est possible de les « signifier », suivant toutes les combinaisons où peuvent en effet entrer, catégorématiquement et syncatégorématiquent, les mots mêmes qui forment l'immense milieu intercalaire du langage.

214Et donc, à travers cette redifférenciée échelonnée d'un premier genre de « remplissement », qui ne porte plus que sur ce qui est « visé » par les mots de la proposition, indépendammant du reste, et cet autre, qui concerne, lui, le rapport de correspondance à établir ensuite avec les « objets » dont parle cette proposition, en tant qu'ils peuvent, eux, en confirmer ou en infirmer le sens (§ 3, c, p. [16], note a, pp. 37-38) c'est toute la perspective adoptée au cours de la seconde étape sur la fonction à attribuer à la signification qui se trouve déplacée ; car, désormais, elle ne peut plus s'ordonner qu'autour d'un couple qui, pour déborder déjà, par son second facteur constitutif, les limites du milieu où se développent les vécus, est supposé cependant, par définition même, dépourvu de tout moyen de se donner immédiatement l'assurance d'être ou « vrai » ou « faux », puisque ce qui s'y passe ne peut relever d'abord que de certaines « représentations », et donc des « contenus » qui y sont associés, non pas qu’elles ne disposeraient pas déjà aussi virtuellement des moyens de se redoubler en des « jugements », mais parce que cela leur retire a priori — et il ne peut donc évidemment s'agir là que d'une apriorité subjective — toute possibilité de prendre appui soit sur les lois d'un a priori synthétique matériel, soit sur celles d'un a priori analytique formel.

215S'il est vrai en effet que des éléments empruntés à l'un et à l'autre de ces deux a priori objectifs ne cessent d'y intervenir pour y être « signifiés », ils ne peuvent le faire aussi, toutefois, que s'ils apparaissent au travers de ces éléments, tout autres, qui précisément les signifient, et qui ont donc d'abord leur propre genre d'apparaître, pour reculer ainsi d'autant le moment décisif où ils auront à être jugés, et non plus seulement représentés, puisqu'à la limite, ce moment pourra même, du moins dans certains cas, ne jamais effectivement intervenir.

216Il est donc dès lors facile d'expliquer pourquoi Husserl a voulu si vite exprimer le souhait d'« effacer maintenant le mot intention de la plupart des passages de [ses] Recherches logiques » (§ 3, c, p. 37), à cause de cette ambivalence où il y avait laissé constamment en effet la « relation actuelle entre nom et nommé », en courant ainsi le risque de « trop y mettre », alors qu'il faut bien plutôt, ici, procéder à une délimitation « plus étroite », qui ne peut elle-même se comprendre à son tour que si c'est le côté considéré jusque-là comme « objectif » de la corrélation intentionnelle qui se trouve soumis lui aussi à une « réduction », en étant purement et simplement ramené à un état « phénoménologique », et pour exclure donc par là tout recours possible à une véritable objectivité transcendante qui serait déjà entièrement constituée, ainsi que Husserl n'avait été jusqu'alors que trop porté à le croire.

217Car s'il est vrai que la définition fondamentale de l'intentionnalité comme ouverture des vécus sur ce qui leur apparaît ne va pas cesser d'être respectée avec le décalage transversal qui place à distance les unes des autres les pures conditions subjectives d'« apparition » qui sont désignées par les adjectifs « phénologique » et « phansique » et ce qui au-delà leur fait face en tant qu'il ne peut donc s'agir que d'« apparaissants », il n'en reste pas moins que la mise en rapport beaucoup plus étroite qui est ainsi désormais opérée de cette notion d'intentionnalité, autrement si générale, et de celle de phénomène, qui n'aurait jamais dû en être séparée, tend à redistribuer tout autrement les fonctions attribuées jusqu'alors au mouvement projectif par lequel les vécus étaient supposés devoir finir par juger ces « apparaissants » comme autant d'« étants » ; car désormais, quand l'un d'eux signifie, il n'est plus possible de considérer l'« état-de-chose » qui forme le corrélât « phénoménologique » de la proposition qu'il énonce comme un « objet » véritable qui aurait déjà pleinement préxisté en tant que tel à ce que lui aurait pu en dire ensuite et qui aurait donc constitué ainsi, pour lui, un référent absolument certain et entièrement déterminé, puisqu'en fait il ne pouvait y avoir là encore devant lui que le « vis-à-vis » de son « signifier », et rigoureusement rien d'autre.

218La manière dont Husserl avoue ici en termes exprès vouloir remettre en cause désormais le sens qu'il avait donné dans la Première Recherche à cette notion d'« état-de-chose » est en effet tout à fait révélatrice de l'ensemble des transformations qu'il a donc réussi à introduire, depuis, à l'intérieur de sa problématique, même si « la manière de prendre en vue les distinctions » est demeurée assurément, comme il le dit et comme il a tout à fait raison de le dire, « semblable » (§ 7, p. 52).

219Car, là où seuls les deux a priori objectifs avaient alors semblé pouvoir imposer partout et toujours leurs genres spécifiques de partage entre « touts » et « parties », ainsi que l'avait montré la Troisième Recherche, de sorte que l'« état-de-chose » qui correspondait à ce qui était « visé » dans la phrase ne pouvait être que tributaire d'une situation fondée sur ces rapports eux-mêmes entre éléments objectifs tels qu'ils étaient supposés avoir déjà existé avant qu'aucune vie intentionnelle n'en parle, il semble maintenant ne plus y avoir rien d'autre que des actes du « signifier » se déportant sans doute à chaque fois vers telles et telles « significations » en avant d'eux-mêmes, mais sans qu'ils puissent se défaire cependant, dans cet itinéraire où ils doivent peu à peu rejoindre un fondement transcendant, des conditions mêmes où ils ont fait entrer ainsi en rapport les unes avec les autres les diverses significations élémentaires dont est composée la signification globale des phrases qu'ils prononcent.

220Aussi n'est-il plus possible d'en rester à cette seule notion d'« état-de-chose », puisqu'elle est inévitablement contaminée par le mouvement qui a différencié, en les produisant, les multiples complexes où ont pu entrer les significations, et qui a dû dépendre primitivement des actes du signifier selon les orientations qu'ils ont pu vouloir lui donner, en l'absence donc de toute garantie de validité transcendante qui eût été univoque. Dès lors en effet que se trouve accompli ce retour vers les « actes » de l'intentionnalité qui ne peuvent se situer qu'en retrait de tout a priori objectif, surtout s'il a pu parvenir à remonter jusqu'à leurs stades de formation les plus originaires, là où il ne pouvait y avoir encore en face d'eux que des « apparaissants », il serait sans doute faux de prétendre qu'aucune ouverture sur des « étants » ne se creusait déjà, car elle a fonctionné immédiatement, mais elle était déjà traversée alors nécessairement aussi par la variabilité incessante de toutes ces multiples modifications que l'intentionnalité devait commencer par se faire subir à elle-même pour réussir à rejoindre ensuite, au-delà de tout ce qu'elle avait pu d'abord « se représenter », l'ensemble global des déterminations ontiques et ontologiques qui devaient lui permettre de remplir effectivement ses « visées » à terme, mais où il sera cependant toujours possible de déchiffrer les traces de l'intervention de tels ou tels investissements en sens et en sens d'être dont l'origine n'a pas pu se situer ailleurs que dans le déployement de toutes ces modes suivant lesquels l'intentionnalité aura dû s'ouvrir l'accès au seul genre de « fondation » qui pût au préalable lui convenir, c'est-à-dire l'ensemble de tous ces types de « visée », d'ordre généalogique et téléologique, que seule pouvait surplomber à son sommet, et avec une marge de variation maximale, sa modalité significationnelle.

221Or il peut sans aucun doute y avoir, comme la Première Recherche l'avait déjà admis, des équivalences entre plusieurs « états-de-chose », ce qui atteste qu'ils ne sont pas manipulables à volonté, au sens où ils ne contiendraient encore aucune espèce de détermination intrinsèque qui soit valable « en soi » ; et c'est pourquoi il faut se garder de n'imputer qu'aux « actes du signifier » la démultiplication de ces « manières de signifier » qui ne correspondant qu'à une seule et même « objectivité », au sens où ces actes auraient pu tout aussi ne tenir aucun compte de ce sur quoi ils débouchaient, sous prétexte qu'eux seuls auraient été au fondement de ces « apparitions catégoriales » en en provoquant l'émergence, et comme s'ils avaient donc pu décider arbitrairement aussi des déterminations ne pouvant manquer d'entrer dans la composition des « objectivités catégoriales » qui doivent leur correspondre.

222Une telle supposition reviendrait en effet à ramener tout ce qui pourrait être d'ordre « phénoménologique » à ce qui ne serait simplement que d'ordre « phénologique », pour déséquilibrer une nouvelle fois le tableau qu'il faut dresser de l'ensemble des facteurs entrant dans la composition de la corrélation intentionnelle ; et ce n'est certainement pas là l'hypothèse où Husserl entend se placer, puisqu'il veut bien plutôt faire bénéficier désormais tout le groupe des éléments qui apparaissent sur le versant de l'intentionnalité situé au-delà des « actes » eux-mêmes de cet apport, pour lui maintenant fondamental, que constitue leur prise en considération à titre d'« apparaissants« précisément, et non pas d'« apparitions » ; car, sous l'effet de ce nouveau déséquilibre, il n'y aurait plus rien à apparaître, faute d'un dédoublement quelconque.

223C'est donc ce dédoublement qui doit nécessairement repasser à l'intérieur même de la description de chacun des divers modes fondés à partir des modes fondateurs, par un réinvestissement qui ne peut prendre sans doute appui d'abord que sur l'intervention d'un nouveau genre d'« actes« , en liaison avec un type de « visée » qui n'avait pas été encore emprunté jusque-là par la vie intentionnelle, mais en suscitant par là également un renouvellement qui a affecté ce qui a surgi en face de l'exercice de ce nouveau « mode » même, en se montrant alors à l'intentionnalité pour la première fois de façon « nette », même s'il s'agissait là de facteurs qui se trouvaient déjà enveloppés dans ce qui lui apparaissait à ses modes de développement inférieurs (cf. Remarques particulières sur deutlich, net, verdeutlichen, rendre net, pp. 282-283).

224Mais il n'en reste pas moins que, comme l'écart qui s'était creusé aussitôt entre l'intentionnalité et ce qui lui apparaissait d'abord n'a pu que s'élargir ensuite davantage à mesure même qu'elle se modalisait, et que, comme elle devait nécessairement s'engager dans cette démultiplication de ses modalités pour élargir aussi ses champs d'« apparaissants », elle n'a donc pas pu commencer par se rapporter directement à des « étants », au sens où elle leur aurait déjà attribué toutes les déterminations qui devaient leur convenir pour ne se mettre à signifier que plus tard : il a bien fallu aussi nécessairement qu'elle s'y rapporte à travers la démultiplication préalable des significations suivant lesquelles elle pouvait les appréhender. Or cela ne lui interdisait pas, certes, de découvrir déjà, entre les « états-de-chose » suivant lesquels elle se les représentait ainsi sur le mode ultime de la signification, tel ou tel rapport d'équivalence. Mais elle n'avait pas cependant d'autre moyen de s'ouvrir un accès effectif à l'« objectivité signifiée » qu'en allant à sa rencontre par telle ou telle « objectivité catégoriale », en s'y rapportant par conséquent comme à une certaine « situation-de-chose » dont il lui était sans doute possible de présumer qu'elle était finalement identique « en soi » à ces multiples « états-de-chose » différents qui correspondaient, eux, aux propositions qu'elle pouvait à son propros énoncer, mais sans qu'elle ait pu néanmoins permuter alors les extrémités de ce parcours, en substituant à sa différenciation initiale son régime d'unification final, si tant est même qu'elle puisse jamais y parvenir.

225Car, pour cela, il faudrait qu'elle soit devenue capable d'effacer derrière elle toutes les traces de ces multiples différenciations successives qui sont d'ordre « phénoménologique », en réussissant à les comparer au pur « en soi » de l'« objet », tel qu'elle le rencontrerait désormais, ce qui reviendrait donc, pour elle, à se placer entièrement à l'extérieur d'elle-même pour juger du degré d'adéquation qu'elle serait parvenue à établir entre elle et ce qui ne serait pas elle, hypothèse aussi absurde que celle qui cherchait à réduire à l'inverse le « phénologique » au « phénoménologique ». Il peut bien y avoir toujours, à l'arrière-fond, une seule et même « situation-de-chose », qui permette donc de penser l'identité qui a effectivement existé entre « le vainqueur d'Iéna » et « le vaincu de Waterloo » ; mais, cependant, tout autre genre de signification qui essayerait de se rapporter à cette identité autrement qu'en la présumant, et pour prétendre la déterminer ainsi d'une façon définitivement univoque, ne pourrait que ramener en deçà, là où il n'y a toujours à nouveau qu'un « état-de-chose », car « c'est dans la pensée elle-même, et ce n'est que dans la pensée, qu'il est possible a priori d'opérer la séparation entre l'objet lui-même et la pensée de l'objet », cet objet lui-même ne pouvant donc renvoyer au mieux, finalement, qu'« à certaines unités de l'identification qui doivent être accomplies dans la pensée qui unifie » (§ 10, p. 71).

226L'a priori subjectif est donc rétabli dans la plénitude de ses droits par rapport aux deux a priori objectifs. Non pas qu'il aurait à lui seul les moyens de procéder, dans des conditions quelconques, soit à l'unification de toutes les parties dont chaque proposition doit se composer, comme si les lois de la grammaire pure, établies dans la Quatrième Recherche, avaient donc cessé de valoir, soit à l'unification des diverses parties dont se compose le tout objectif qui est « signifié » par les parties de cette proposition, mais qui est signifiable par d'autres propositions aussi, et qui correspond donc à un « en soi », muni de ses lois de composition propres, ainsi que l'avait montré la Troisième Recherche, et cela prouve bien que ce qui avait été affirmé en 1901 doit toujours être tenu pour valable. Mais parce que vouloir se rapporter à ces deux groupes de lois en refusant par principe de les rapporter aux conditions mêmes où l'intentionnalité les découvre, en s'y soumettant certes, mais en s'en servant aussi pour les orienter dans différents sens possibles qui, dans une certaine mesure, ne dépendent que d'elle, comme Husserl n'avait pas cessé de le présupposer depuis les Prolégomènes, tout en ne voulant pas encore reconnaître pleinement les droits de ces « conditions noétiques » auxquelles il s'était pourtant alors référé explicitement, ce ne pouvait être que refuser de prendre conscience de l'extraordinaire complexité de cette problématique de la signification, située au sommet de toutes les autres problématiques modales similaires, liées, elles, à la perception et à l'imagination, et donc là même aussi où doivent commencer à interférer un traitement phénoménologique et un traitement ontologique.

227Car, loin de mieux garantir par là le statut purement « objectif » de la signification, prise toutefois désormais dans le sens d'une « objectivité » qui ne peut plus rester univoque, mais qui doit se démultiplier en fonction des différents stades de modalisation par lesquels l'intentionnalité a dû passer au cours de son développement, une telle dénégation des droits de l'a priori subjectif à intervenir eux aussi, et même d'abord, ne pourrait que rendre incompréhensible l'intervention de ce secteur central que doit venir occuper l'« objectivité catégoriale » au cours de cette transformation modale, avant donc de déboucher sur l'« objectivité signifiée », dont Husserl ne veut pas manquer ici l'occasion de rappeler, pour répondre d'avance à quiconque chercherait à faire maintenant prévaloir contre lui la thèse fondamentale qu'il avait soutenue dans ses Prolégomènes, que ce n'est en effet et que ce ne peut être ni « un vécu ni un morceau de vécu » ni par conséquent non plus « rien qui soit phénologiquement montrable » (p. 71).

228Ce nouveau zigzag qui s'intercale entre les extrémités beaucoup plus fines qui sont formées ainsi maintenant par le « signifier », d'une part, et par la « signification », d'autre part, permet donc à Husserl de combler l'immense écart entre ces deux « mondes inconcevablement étrangers » qu'avaient toujours été pour lui jusque-là, depuis qu'il s'était mis à philosopher, « le monde du logique pur et le monde de la conscience actuelle », puisqu'il avait même été jusqu'à dire, deux ans plus tôt, qu'ils l'avaient « mis à la torture » quand il avait commencé à réfléchir à l'époque de la Philosophie de l'arithmétique, parce qu'il ne savait pas en effet encore « les poser en quelque chose de un », alors qu'« ils devaient pourtant avoir, l'un avec l'autre, une relation, et former une unité interne » (Notes personnelles du 25.9.1906, Hua XXIV, pp. 442-443).

229Car un système entier de médiations pouvait se profiler désormais, qui montrait que, malgré les différences qui séparent verticalement les régimes d'exercice qui sont propres à la perception et à la signification aux deux extrémités de la vie intentionnelle, ils ont pourtant aussi quelque chose d'essentiellement semblable en ceci qu'ils doivent s'orienter, l'un comme l'autre, dans le sens d'une « synthèse d'identification », synthèse qui est certes continue quand il s'agit de la perception, alors qu'elle est au contraire discontinue quand il s'agit de la signification (cf. Appendice XIII, pp. 223-235), mais sans que ce changement de rythme, cependant, dans leurs fonctionnements respectifs, en ce qui concerne en tout cas les genres d'éléments entrant dans la composition des « objectivités » sur lesquelles ils portent, ne puisse interdire de comprendre l'unité de la fondation où ils s'intègrent, et à laquelle leur traitement doit donc toujours finir tôt ou tard par reconduire, si du moins il veut se donner la peine de rejoindre le seul milieu qui puisse véritablement lui correspondre.

230C'est dans ce sens nouveau, en effet, qu'il faut comprendre ce qui pourrait sans doute apparaître d'abord, dans ces Leçons de 1908, comme un effacement relatif du rôle si important qui avait été pourtant attribué un peu plus tôt à la grammaire dans la Quatrième Recherche. Car Husserl ne renonce nullement, en fait, à s'y référer comme au seul modèle d'organisation qu'il soit possible de faire intervenir sur ce secteur modal de la signification, ne serait-ce que par la fonction prééminente qu'il y accorde au nom et à la nominalisation (§§ 18-19, pp. 91-98), comme, à des niveaux de complexité supérieurs, au « signifié propositionnel » (§ 30, b, pp. 126-131). Mais s'il ne semble plus cependant aussi soucieux qu'il l'avait été en 1901 d'affirmer qu'il y a là un groupe de lois auxquelles l'intentionnalité doit se soumettre, c'est parce que ce qui lui semble le plus essentiel maintenant, et de très loin, c'est de montrer qu'en réalité c'est la démultiplication elle-même de toutes les « visées » qui s'offrent à la perception aux niveaux généalogiques inférieurs du développement intentionnel, avec le changement de « regard » (cf. Index rerum, pp. 337-338, et aussi les Remarques particulières sur Setzung = position, Stellung = positionnement, pp. 295-296), qui constitue primitivement le motif qui doit permettre d'expliquer la démultiplication similaire, mais certes non identique, des « objectivités catégoriales » suivant lesquelles peut tour à tour être appréhendée la même « situation-de-chose », en tant qu'elle serait l'« objectivité signifiée » qui y correspondrait.

231Car, dès lors que tous les éléments de cette problématique sont reconduits aux conditions mêmes dans lesquelles ils apparaissent, fût-ce, pour ceux qui relèvent de la « sphère de la prédication », à travers seulement des apparitions secondes, et non plus des apparitions premières, comme c'était le cas pour ceux de la « sphère de l'intuition », il n'y a plus aucun paradoxe à admettre qu'il faille procéder ainsi à un dédoublement des « objectivités » dans leur traitement, là où, pour les vécus spontanés eux-mêmes, tels qu'ils se sont exercés effectivement, il n'y a eu pourtant en fait qu'une orientation objective unique, puisqu'il ne peut y avoir là que le contre-effet de la position de recul où doit être replacé alors méthodologiquement le milieu subjectif, même s'il faut supposer qu'il se projetait déjà par ses « actes objectivants » au-delà de lui-même ; car aucun raccord ne pouvait alors le faire coïncider directement néanmoins avec un troisième et avec un quatrième secteurs, ontique et ontologique, sans qu'il ait d'abord à transiter par un second secteur où, à partir de ses conditions d'exercice « phénologiques », il devait commencer par former ainsi des synthèses de tous les éléments « phénoménologiques » qui pouvaient lui apparaître.

232Aussi l'intégration de toutes les significations partielles des différents mots dont se compose une phrase dans l'unité d'un seul et même « signifié propositionnel » semble-t-elle devoir moins dépendre, désormais, de façon unilatérale, d'une instance extérieure à l'intentionnalité qu'exprimer une exigence qui, tout en s'exerçant dans la discursivité des prédications, n'en continue pas moins à communiquer en profondeur avec le déployement même des visées perceptives et de leurs remplissements progressifs, en évoluant donc dans les très vastes dimensions de cette marge qui leur était offerte par toutes les possibilités dont elles disposaient de faire varier leur « thème » en déplaçant leur attention. Et c'est pourquoi Husserl n'hésite pas à introduire ici un nouveau genre d'« objectivité », situé plus loin encore en arrière par rapport à ceux qu'il avait pourtant déjà distingués dans ce même mouvement de rétroflexion : à savoir « l'objet-sur-quoi ».

233Car il ne peut manifestement plus lui suffire d'arracher à l'emprise prétendument univoque d'une pure transcendance objective ce qui ne peut relever que du rééchelonnement de plusieurs significations, marquées par autant d'« objectivités catégoriales » : il faut qu'il remonte jusqu'à ces stades les plus originaires de la formation de toute « objectivité », qu'il n'avait pu qu'évoquer au début du Chapitre II de la Philosophie de l'arithmétique, et dont il reprend donc ici l'étude, mais en s'efforçant maintenant de montrer qu'ils préfiguraient, à leur façon, ce qui s'est passé ensuite dans les « connexions prédicatives », dans la mesure en effet où cette « prédication d'identité » que seules peuvent établir plusieurs significations liées les unes aux autres selon les lois de la grammaire ne fait jamais en réalité qu'« amener le sens de la relation objective à sa première prononciation » (§ 15, pp. 83-86), laquelle a ainsi hérité de toute une série d'étapes par où avait dû passer auparavant le développement intentionnel, et sans lesquelles elle resterait inexplicable.

234Quand Husserl affirme ici par exemple : « La relation à l'objectivité, conférée aux actes intuitifs, est elle aussi quelque chose qui n'est pas immédiatement compréhensible par soi-même ; elle conduit elle aussi, en passant par dessus l'acte singulier, à certaines connexions catégoriales d'intuitions qui sont exactement parallèles aux connexions prédicatives. Avoir une intuition, ce n'est pas encore avoir un objet ; et l'objet est ici l'identique des repésentations. Ici aussi, nous avons des différences entre des modes multiples du représenter ; et les différentes représentations qui entrent dans la synthèse de l'identification se relient, en tant que représentations différentes avec un sens différent, au même objectif. Et ce sens est l'analogue de la signification dans la sphère prédicative », c'est bien à ces premiers stades mêmes du développement intentionnel auxquels il cherche à faire appel pour résoudre la difficulté que lui avait posée la question de savoir comment des « objectivités catégoriales » différentes pouvaient pourtant se rapporter à la même « objectivité signifiée ».

235Car, au lieu qu'il n'y ait là qu'un dédoublement propre à la modalité significative, et donc introuvable ailleurs, il n'y a rien d'autre, en fait, qu'une situation commune à toutes les modalités intentionnelles, quelles qu'elles soient, à commencer par la première, la modalité perceptive, puisque, dès lors que tout est ainsi méthodiquement reconduit jusqu'à ce couple primitif des « apparitions » et des « apparaissants », la distance est alors telle, entre ces « apparaissants » et le « sens objectif » qu'ils finiront par recevoir, qu'il est tout au plus possible de faire intervenir, comme terme médiateur entre ces deux extrémités, le corrélat formé par le « thème » que l'intentionnalité peut se donner dans chacune de ses différentes visées et qui forme donc l'« objet-sur-quoi » elle exerce son attention, au sens non pas seulement du Bemerken, mais bien aussi de l'Aufmerken, comme Husserl l'avait entrevu dès 1891 (cf. Index Rerum de la Philosophie de l'arithmétique, p. 446), mais en manquant trop de méthode encore pour savoir quelle fonction centrale il devait ainsi lui attribuer.

236S'il faut donc toujours faire intervenir une grammaire pour rendre compte des innombrables genres d'articulations possibles entre les différentes significations qui peuvent entrer dans la composition d'une phrase, il faut le faire désormais en se préoccupant avant tout de décrire les conditions dans lesquelles l'intentionnalité rassemble alors dans l'unité d'un même tout des éléments qu'elle surplombe en les visant catégorialement à travers un seul « thème » (cf. Remarques particulières sur Übergreifen, pp. 298-299), ainsi lorsqu'elle dit : « le, vainqueur, de, Iéna », mais comme elle le faisait plus ou moins cependant d'une certaine façon auparavant déjà, même si c'était alors en s'exerçant sur des « apparaissants » qui n'étaient pas des mots, mais des parties d'une chose réelle.

237Cela prouve donc bien que toute référence à l'organisation de l'a priori synthétique matériel, tel qu'il avait été décrit longuement à plusieurs reprises au cours de la Troisième Recherche, n'est pas suspendue. Mais cela prouve beaucoup plus encore qu'il n'est plus possible d'opposer d'une manière aussi brutale cette organisation à celle de l'a priori analytique formel, car il faudrait chercher maintenant bien plutôt à réengager toutes ces descriptions dans le sens d'un telle direction transversale, en s'y aidant, comme d'un pivot, de cet « objet-sur-quoi » qui seul a pu transformer en effet peu à peu l'« apparaissant » en un « étant » véritable, et en les faisant repasser ainsi par tous les stades intermédiaires au cours desquels ont été accomplies ces « synthèses d'identité en surplomb » qui ont réussi à unifier « les représentations concernées » (§11, p. 75). Or, cela reviendrait bien à se situer à mi-course entre, d'une part, le flux originaire qui fait déborder continuellement les impressions les unes dans les autres (§ 22, p. 106) et, d'autre part, l'accès à ce régime spécifique de l'articulation prédicative, marqué, lui, par des « formes catégoriales », mais qui doivent toujours cependant « se refléter dans le caractère grammatical de l'expression », sans qu'il ne puisse plus suffire désormais, par conséquent, de distinguer, autant que s'y était efforcée la Première Recherche, entre le seul niveau supérieur essentiel de la Bedeutung, avec les « contenus idéaux » qui étaient supposés alors devoir y correspondre, et celui, situé bien au-dessous, de l'Ausdruck, où seuls auraient été concernés, au contraire, des « contenus phénoménologiques ».

238Husserl opère même ici un renversement caractéristique, qui, certes, ne remet nullement en cause l'ensemble des résultats qu'il avait établis en 1901, puisqu'ils sont bien maintenus dans leur intégralité, mais qui va pourtant réinscrire le rôle qu'il avait alors dévolu aux « signes indicatifs » à un niveau auquel ils n'avaient pas été supposés pouvoir s'élever à ce moment-là, et qui va lui permettre de combler cette trop grande distance verticale qu'il avait creusée entre eux, depuis l'époque de la Philosophie de l'arithmétique, et les « signes significatifs », car il va falloir maintenant se contenter de suivre simplement l'intentionnalité dans ce fonctionnement transversal qui entre en coin entre ce qui avait été défini jusqu'alors comme deux a priori objectifs, mais qui paraissent devoir être désormais associés intimement l'un à l'autre dans tous les épisodes communs de leurs constitutions propres, si différentes qu'elles doivent paraître ensuite.

239Dès le début de ces Leçons de 1908, Husserl n'hésite pas en effet à réinterpéter paradoxalement sa théorie de la « grammaire pure » de 1901 selon les termes de sa théorie des « moments figuraux » de 1891, non pas pour réécraser les écarts qu'il avait voulu y marquer alors de bas en haut, au sens où il ne les tiendrait donc plus pour valables, mais parce que les niveaux supérieurs qu'il y avait si fortement placés au-dessus de tout ce qui aurait pu rappeler ce qui se passait dans l'ordonnance des « intuitions sensibles » en rapport avec le temps et l'espace se trouvent eux-mêmes réinsérés maintenant à l'intérieur d'un dispositif qui paraît pouvoir bénéficier, tout autant que les « qualités de forme » qui sont aussitôt repérables dans les « multiplicités » sur lesquelles débouche la modalité perceptive, de ce même caractère de reconnaissance immédiate.

240Sans doute ne s'agit-il là que d'une remarque que Husserl a faite « en passant », et c'est ce qui explique qu'il n'ait voulu la consigner qu'à l'intérieur d'une parenthèse (§ 6, pp. 49-50) ; mais elle porte tout de même sur un point trop important pour qu'elle puisse n'être qu'anodine ; car ce qui s'y trouve par là mis en cause, c'est bel et bien la conception même du « rapport » « entre significations autonomes et significations non-autonomes » qui avait formé le thème central de la Quatrième Recherche, puisque la Bedeutung qui leur avait été alors attribuée paraît devoir s'accompagner maintenant plus ou moins toujours d'une Andeutung, qui reproduit donc ici, à sa manière, la « fonction de renvoi » qui avait été d'emblée reconnue aux seuls anzeigende Zeichen, aux « signes indicatifs », par opposition aux bedeutsame Zeichen, aux « signes significatifs » (§ 3, pp. 28-32), selon le point de vue nouveau adopté dans la Première Recherche, et à la différence donc du point de vue plus ancien de la Philosophie de l'arithmétique.

241C'est en effet sans doute que, maintenant, ces « signes significatifs » ne paraissent plus devoir être menacés de quelque confusion que ce soit avec cet autre genre de signes auxquels ils avaient dû être opposés jusque-là, dans la mesure où leur spécificité a été soulignée avec assez d'insistance depuis trop longtemps pour qu'elle puisse courir encore un risque de dénégation, ne fût-il qu'oblique, par simple prétérition, comme cela avait été le cas au départ précisément dans la Philosophie de l'arithmétique.

242Et c'est pourquoi, en réintroduisant alors ainsi entre la Bedeutung et l'Andeutung un rapport de transitivité quasi-immédiat, Husserl sait très bien qu'il ne fait peser aucun danger sur les résultats qu'il avait voulu établir en 1901 pour corriger ce qu'avaient eu d'incomplet ceux de 1891. Car il procède en fait ici à une correction très exactement inverse, mais sans pour autant se contredire, dans la mesure où tout ce qui avait concerné la Bedeutung en 1901 est conservé, avec même toutes les adjonctions essentielles de la Quatrième Recherche par rapport à la Première, mais en rectifiant cette fois ce que l'insistance mise alors à affirmer le caractère purement apriorique des lois qui s'exercent lors de la formation de n'importe quel « complexe de significations », défini comme « système de structures formelles » (RL II**, pp. 110-115), avait eu indiscutablement d'excessif, en rendant difficilement compréhensible la possibilité même d'un fonctionnement intentionnel, où « l'entrelacement de matières et de formes » était certes déjà reconnu, mais en paraissant devoir néanmoins s'exercer d'une façon discontinue, en se trouvant placé en porte-à-faux sur deux niveaux, et non de façon continue, comme il semble bien plutôt devoir le faire maintenant.

243En interprétant l'intervention des différentes « formes » de mot dont se compose grammaticalement le langage comme autant d'« appels » qui nous sont lancés pour éveiller en nous une certaine « conscience de signification », Husserl ne retombe en effet dans aucun « psychologisme » ; mais il ne fait bien plutôt que se servir, dans des conditions différentes, d'un genre de signes auquel il avait eu déjà recours une première fois, pour régler un type de problématique similaire, celui de la formation des algorithmes, ainsi qu'il avait voulu s'en justifier au Chapitre IX des Prolégomènes, donc à un endroit où déjà les niveaux supérieurs et les niveaux inférieurs avaient dû venir se réarticuler les uns sur les autres, mais pour s'appliquer maintenant toutefois au domaine de la signification dans toute sa généralité, là où n'importe quelle phrase doit se former à l'intérieur d'un langage donné.

244Car, même s'il ne peut s'agir là que de « renvois secondaires » qui n'ont donc nullement à remettre en cause le rôle prééminent que doit jouer la Bedeutung, il n'en reste pas moins qu'il y a là aussi, maintenant, de quoi combler enfin les effets du décalage vertical, incommensurable même à la limite, qui s'était creusé entre la registration d'un a priori objectif purement formel, dont in fine la Quatrième Recherche avait elle-même reconnu qu'il ne pouvait constituer que « l'un des fondements » seulement qu'il fallait faire intervenir ici (Remarque 1 dans la Première édition, devenue la Remarque 2 dans la Seconde, RL II**, pp. 136-137), et une autre registration, associée alors peut-être un peu trop rapidement à de simples « recherches empiriques » qui n'auraient mérité que de relever d'une « psychologie du langage », alors qu'il aurait bien plutôt fallu les intégrer elles aussi dans une théorie générale de la signification, mais à l'intérieur d'une problématique de l'intentionnalité entièrement développée, comme Husserl semble bien maintenant vouloir l'admettre en 1908.

245Car, bordée sur ses extrémités, inférieure et supérieure, par des « signes indicatifs » qui ne portent nullement atteinte à sa spécificité, mais doivent lui permettre au contraire de parvenir à un degré d'efficience maximal, la Bedeutung ainsi décrite peut s'insérer transversalement dans l'ensemble du fonctionnement intentionnel, en en absorbant tous les écarts verticaux, mais sans en abolir les effets, et pour rendre en fin de compte compréhensible l'absence de tout sentiment de dédoublement entre « objectivité catégoriale » et « objectivité signifiée » chez le sujet parlant lui-même, entièrement absorbé en effet par l'« objet-sur-quoi » qui définit le thème qui retient alors presque exclusivement son attention, même si ce ne doit être pas là un motif pour que les séries de « distinctions » qui leur correspondent ne soient pas systématiquement établies dans le cadre d'un projet visant à écrire précisément une phénoménologie de la signification qui soit complète.

246Aussi Husserl, dans cette même Remarque 1 qu'il avait placée à la fin de la Quatrième Recherche dans la Première édition, n'avait-il pas manqué alors d'indiquer qu'il était tout à fait conscient de l'insuffisance de la solution qu'il venait d'y proposer, puisqu'il avait voulu la conclure sur la phrase suivante, qu'il a supprimée dans la Seconde édition, peut-être parce qu'elle exprimait d'une façon un peu trop crue le sentiment qu'il avait de n'en être encore qu'à un simple point de départ : « Il conviendrait de songer qu'une théorie des formes, même satisfaisante seulement grosso modo, fait défaut jusqu'à ce jour ; pour parler plus exactement, que personne n'a jusqu'ici réussi à établir une distinction scientifique rigoureuse et élucider, du point de vue phénoménologique, des éléments de signification primitifs, ni à donner une vue d'ensemble scientifique de la diversité des formes dérivées, dans leur connexion et leur transformation, ce qui montre en tout cas qu'il s'agit d'une tâche peu commode » (RL II**, p. 343).

247Or, si cette troisième étape peut manifester sur les deux premières une telle supériorité, c'est bien parce qu'elle est devenue, elle, capable de décrire systématiquement toutes ces séries de transformations par où a dû passer la notion d'« objectivité », trop facilement tenue pour indivise, en remontant donc jusqu'à l'origine où elle n'était nullement constituée encore comme telle. Et cela exigeait évidemment d'abord qu'un statut spécifique soit enfin reconnu à l'« objet intentionnel », par opposition à l'« objet réel » ou à l'« objet vrai », comme premier stade à travers lequel avait dû transiter l'« apparaissant », à l'encontre ainsi de toutes les objections qu'avait pu adresser jusque-là Husserl à Twardowski depuis 1894, sans paraître avoir beaucoup changé d'attitude dans les Recherches logiques (cf. la liste des passages concernés, Sur les objets intentionnels, pp. 417-421).

248Mais cela ne pouvait pas toutefois suffire encore pleinement, car il fallait aussi s'engager dans la reconstitution minutieuse de tous ces genres de changements successifs qui, au cours du développement d'ensemble de l'intentionnalité, fonctionnent dans les deux sens, et non pas uniquement dans un sens projectif direct, comme Husserl, pour résoudre le « paradoxe des représentations sans objet », l'avait si bien entrevu précisément dès 1894, en faisant intervenir le thème des modifications par « assomption » ; mais il n'avait pas bien su alors comment s'en servir, puisqu'il aurait fallu pour cela qu'il admette justement la distinction de Twardowski, alors que maintenant il va enfin pouvoir pouvoir le faire, en faisant alterner sans cesse en effet, dans ses nouvelles séries dédoublées de descriptions de 1908, celles qui, et là selon ce que montrent toutes les « visées » de la conscience intentionnelle qui sont spontanées, s'orientent vers quelque chose qui ne peut pas déjà ne pas commencer à posséder une certaine valeur objective de par la direction transversale qui est alors la leur, et celles qui, à l'opposé, et là selon ce que peuvent seules montrer des attitudes réfléchies qui, ayant donc mis à distance l'apparence d'univocité qui est propre à la transcendance objective, se sont orientées bien plutôt, elles, dans un sens qui a reconduit, pour parler comme Brentano, des « jugements » aux « représentations », c'est-à-dire encore, pour être plus précis, qui a reconduit du premier stade projectif où intervenait l'exercice de la modalité perceptive, à une série ultérieure de stades inversés, et donc, eux, simplement « assomptifs », produits par des « modifications » qui ne pouvaient être qu'intentionnelles suivant certes une direction verticale, mais nettement incurvée en retrait par rapport à la direction transversale dont elle prenait la suite ; et c'est cette direction, évidemment, que devait alors prendre l'intentionnalité pour pouvoir s'élever au registre de sa modalité imaginaire, comme l'avaient montré déjà en 1904 les Leçons sur l'imagination, puis au registre de sa modalité significative, comme le font maintenant ces Leçons de 1908, et comme les Idées en reformuleront à nouveau la théorie en 1913, en introduisant ce qu'elles appelleront les « contre-noèses » et les « contre-noèmes ».

249Car tel est bien l'axe directeur, mais orientable dans ses deux sens, autour duquel peuvent s'ordonner maintenant sans discontinuité toutes les séries de 1901, apparemment si disparates alors les unes par rapport aux autres, depuis qu'à la seconde étape, elles avaient divergé pour corriger, chacune d'un point de vue distinct, ce qu'il y avait eu d'incomplet dans la série des descriptions proposées lors de la première étape. Car ce sont bien elles encore qui réinterviennent partout ici maintenant ; mais, au lieu de paraître s'engager vers des thématiques différentes, ou décalées en tout cas, comme si ce n'était que par hasard qu'elles pouvaient se recouper, elles commencent bien à s'unifier déjà en vue de la réalisation d'un certain projet qui leur est commun : celui d'une dérivation universelle des différentes formes que peut prendre l'intentionnalité en signifiant, depuis l'état primitif d'où elle a dû partir, ainsi qu'en avait donc émis le souhait la Remarque 1 de la fin de la Quatrième Recherche, puisqu'en effet un tel projet désormais était devenu possible, dès lors que ce n'était plus du tout de façon contradictoire qu'étaient pris en considération ces deux orientations que l'intentionnalité a suivies, comme si elles devaient nécessairement s'exclure, mais pour entrer dans un rapport d'entrelacement constant qui devait faire ainsi du zigzag le modèle canonique même du type le plus général de démarche suivi par l'intentionnalité.

250Aussi faut-il placer désormais au centre de toutes les analyses ces deux genres d'inflexion, rigoureusement complémentaires, que sont celle qui peut à tout moment conduire l'intentionnalité à faire rebasculer dans un genre de traitement « phénologique », modifié toutefois maintenant par l'apport d'un nouvel « acte » et donc aussi d'un nouveau genre de « visée », ce à quoi jusque-là elle s'était rapporté « phénoménologiquement », et celle qui peut la conduire à faire rebasculer aussi, en sens inverse, dans un genre de traitement à nouveau « phénoménologique » dont Husserl ne va même pas tarder à affirmer qu'il faut aller jusqu'à lui attribuer une « signification ontique » (§ 29, pp. 119-121, Appendice III, pp. 176-177), ce qui n'avait d'abord constitué tout au plus qu'une « viséité », c'est-à-dire que le corrélat d'un certain changement de visée où l'intentionnalité avait donc pu s'engager de par sa propre intiative, en redesserrant alors ses liens avec ses termes objectifs transcendants (ou qui du moins commençaient peu à peu à lui apparaître tels).

251C'est bien en effet autour de ce que Husserl appelle maintenant le « tirer deictique » que s'ordonnent à la fois ses séries de descriptions qui portent sur les transformations qui ont conduit l'intentionnalité à s'élever jusqu'au niveau modal supérieur de la signification, en recourant au « ceci nominalisateur », et celles qui portent, elles, sur les transformations par lesquelles ensuite, à l'intérieur de ce domaine de la signification, mais sans changer pourtant tout à fait de régime de fonctionnement, elle a pu continuer à s'élever plus haut encore à l'aide de la « tournure assomptive ».

252Car c'est une même forme générale de « réflexion catégoriale » qui s'est exercée aussi bien avant qu'après son entrée dans ce secteur où s'exerce sa modalité significative d'une manière toute spécifique puisqu'il s'agit là d'une possibilité, ou plutôt d'une contre-possibilité, qui lui était offerte depuis qu'elle a commencé à se développer, et sans laquelle il serait donc impossible d'exposer de façon satisfaisante une théorie de la signification dans le cadre général d'une théorie de l'intentionnalité, ainsi que n'avait donc pu que s'y condamner Husserl en 1891, mais encore en 1900 et en 1901, faute de se référer alors à ce modèle canonique central que forme ce double dispositif généalogique et téléologique, fonctionnant par réinvolutions successives autour de lui-même, sans jamais interrompre, pour autant, son mouvement projectif au-delà de ses propres limites.

253Et si ces Leçons de 1908 peuvent apparaître aussi touffues, c'est bien parce qu'elles débordent de loin, de très loin même, les dimensions de ce qui n'aurait été, sinon, qu'une théorie restreinte de la signification, dans la mesure où le genre de solution qu'elles proposent pour résoudre enfin toutes les difficultés locales rencontrées ici et là consiste à faire appel à un schème très général du développement intentionnel qui attribue précisément pour spécificité à la modalité signitive, significative ou significationnelle, comme on voudra dire, puisque ces dénominations ne font que renvoyer à un même registre, de former l'unique aboutissement téléologique possible des deux modalités antérieures, apparues donc d'abord généalogiquement au cours de ce développement, mais en ne pouvant pas encore y disposer pleinement de ce pouvoir de « rendre net » tout ce qui jusque-là avait pu apparaître de façon plus ou moins implicite ; car c'est bien cette ultime modalité, et elle seule, qui peut parvenir, par ses moyens propres, à en expliciter tous les éléments constitutifs, en les « montrant » et en en assurant donc, comme le dira plus tard Logique formelle et logique transcendantale, une analyse « apophantique ».

254Si tout risque en effet de retombée dans le « psychologisme » peut être considéré désormais comme définitivement exorcisé, c'est bien parce que ce retour vers le couple originaire des « apparitions » et des « apparaissants » n'est nullement pour Husserl un moyen de réécraser ses analyses vers le bas, car il lui permet au contraire de les rouvrir plus que jamais dans un sens vertical, en les alignant ainsi sur le mouvement fondateur de l'intentionnalité elle-même qui, en s'engageant dans toutes ces séries intercalaires de transformations, n'a pas du tout risqué par là d'épuiser peu à peu les multiples possibilités qui s'offraient d'abord à elle quand elle n'y avait encore rien changé : en procédant à leur actualisation, en les « explicitant », c'est-à-dire en les thématisant les unes séparément des autres, elle s'est en effet donné aussi par là même des possibilités infinies de développement ultérieur.

255Et cela non pas parce qu'elle aurait voulu déborder immédiatement les limites de ce qui avait commencé à lui apparaître aux niveaux les plus bas de sa généalogie initiale, mais parce qu'elle a bien plutôt cherché à actualiser ainsi toutes les possibilités encore inexploitées que ces « données » mêmes contenaient, mais que jusqu'ici elle n'avait pas su voir avec suffisamment de netteté ; et c'est ce qui explique pourquoi il lui restait toujours à en « tirer » quelque chose pour mieux le « voir », en l'énonçant à travers des « noms » ou des « propositions » qui n'ont donc jamais cessé de pouvoir se rattacher transversalement à ce qui est et à ce qui a un sens d'être, même s'il a fallu que toutes ces séries de transformations portant sur le couplage originaire de ses facteurs phénologiques et phénoménologiques, qu'elle seule, dans une fondation subjective, pouvait accomplir verticalement, commencent par s'introduire également en tiers dans les dimensions de ce mouvement projectif direct pour s'intercaler entre elle et son fondement transcendant sous forme d'abord d'« objets-sur-quoi », avant que ne soient franchis les deux seuils de l'imagination et de la signification, puis d'« objets intentionnels », après.

256Or, ce « tirer deictique » de 1908 ressemble sans doute étrangement au mouvement vertical, décrit en 1891, pour reconstituer les différentes étapes de la formation de la Bedeutung. Mais, si Husserl va considérer ici encore qu'il faut distinguer deux orientations à l'intérieur même d'un tel mouvement et si ces deux orientations vont bien reproduire également, à leur manière, les processus « abstractif » et « signitif » de la Philosophie de l'arithmétique, elles vont pouvoir toujours aussi désormais entrer dans un rapport d'entrelacement continuel, et sans perdre pour cela leurs différences respectives, puisque c'est bien à leur dédoublement même qu'il va falloir attribuer la distinction qu'il faut faire entre l'« objectivité catégoriale » et l'« objectivité signifiée », mais en tant qu'elle ne fait elle-même que résulter de celle qui avait eu lieu plus tôt encore entre « objet-sur-quoi » et « objet pur et simple », à supposer qu'une telle objectivité, qui serait donc, par hypothèse, parfaitement neutre du point de vue de toute signification intentionnelle différenciable, puisse avoir encore un sens quelconque, s'il est vrai que les facteurs phénoménologiques qui ont dû d'abord y surgir étaient justement dépourvus, à ce moment-là, de toute valeur véritablement objective.

257Derrière le changement de vocabulaire si frappant de ces Leçons de 1908, non seulement par rapport à la Philosophie de l'arithmétique, mais aussi, sinon même plus encore, par rapport aux six Recherches logiques, il faut donc saisir, en fait, l'extraordinaire fidélité de Husserl à tout ce qu'il avait voulu dire déjà plus tôt, mais à condition de découvrir toutefois le réseau des multiples relations souterraines par laquelle elles n'avaient jamais cessé de communiquer entre elles dans l'approfondissement des rapports selon lesquels les trois modalités de la fondation subjective se sont à la fois désenveloppées obliquement de bas en haut les unes des autres, mais selon lesquels elles ont toujours conservé aussi les moyens de se réenvelopper en sens inverse, de manière à ne pas jamais interrompre définitivement ce mouvement projectif axial vers l'« objectivité » où, depuis le début, elles se trouvaient prises, puisque, même quand elles revenaient ainsi en arrière de tout positionnement transcendant, pour réinvestir, par un contre-mouvement réflexif, chaque nouveau mode fondé d'un pouvoir de fondation de sens auquel le mode fondateur situé immédiatement au-dessous n'avait pas pu encore accéder, ce genre primordial d'ouverture sur ce qui apparaissait au-delà de toute apparition continuait à définir l'horizon même sur lequel devait venir immanquablement se profiler ce changement d'orientation momentané, qui s'insérait donc à l'intérieur du fonctionnement intentionnel.

258Ce que Husserl désigne comme un « tirer deictique » correspond en effet très précisément au franchissement même du seuil qui conduit de la modalité perceptive inférieure à la modalité signitive supérieure en tant que celle-ci est une désimplication, inévitablement analytique, des multiples éléments complexes présentés aussitôt synthétiquement par celle-là, ce qui permet donc de comprendre à la fois pourquoi il y a entre ces deux modalités extrêmes une continuité fondamentale en dehors de laquelle le passage à la signification resterait purement et simplement inexplicable et pourquoi ce qui « apparaît » néanmoins au terme de ce long mouvement par lequel il a d'abord fallu que l'intentionnalité commence par prélever sur tout ce qui présentait à elle tel ou tel « thème » nettement déterminé a pu en même temps lui révéler quelque chose d'essentiellement neuf à quoi jusque-là elle n'avait pas su se rapporter en le visant, puisqu'il fallait qu'elle commence par le détacher, puis qu'elle s'en serve comme d'une nouvelle « matière », pour parler, là, comme la Cinquième Recherche, afin de se le représenter à part, en tant que cela constituait donc désormais le « corrélat » de cette nouvelle « qualité d'acte » qu'elle venait ainsi d'accomplir, en se déplaçant avec une marge de variation de plus en plus marquée sur l'échelle de ses modalisations.

259Il n'y a donc plus là, comme dans la Philosophie de l'arithmétique et comme encore dans la Première et dans la Deuxième Recherches, deux fonctions intentionnelles radicalement différentes, que seuls auraient donc pu réunir, dans un même développement, des motifs extrinsèques, mais deux fonctions concourantes, inextricablement associées l'une à l'autre, même si ce n'est pas sur le même registre qu'elles doivent s'exercer chacune ; car elles ne peuvent être, en réalité, que rigoureusement inséparables, puisque l'orientation téléologique que doit suivre l'intentionnalité en se désenveloppant vers le haut est inséparable de l'orientation généalogique qui ne cesse de l'obliger à continuer à venir se réenvelopper vers le bas, et non pas assurément alors pour perdre le bénéfice de cet accès même qu'elle vient de s'ouvrir à ces niveaux supérieurs, mais pour pouvoir en maintenir bien plutôt les effets, dût-elle pour cela réinsérer, à l'intérieur des dimensions de cette fondation subjective que peu à peu elle élève ainsi en se généalogisant et en se téléologisant, des couches d'objectivité intermédiaires de plus en plus épaisses, puisque c'est là de toute façon le seul moyen qu'elle puisse avoir de pénétrer dans les dimensions de la fondation objective qui lui fait face, en découvrant de mieux en mieux les lois d'essence invariantes des deux a priori dont ce milieu transcendant se compose.

260L'« acte nominal » ne peut en effet se comprendre, à l'intérieur de cet immense mouvement fondateur de sens, et même de sens d'être, que forme l'ensemble des déplacements à la fois généalogiques et téléologiques par où doit sans cesse passer et repasser toute vie intentionnelle, que comme la résultante ultime de ce prélèvement d'un certain « objet-sur-quoi », à titre de « thème » sur lequel a porté momentanément Inattention », puisque tel est désormais le « ceci« à quoi l'intentionnalité s'intéresse pour en faire « l'objet-sujet » dont elle va pouvoir prédiquer telle ou telle détermination dans telle ou telle phrase qu'elle prononcera, et qui ne tardera donc pas à devenir pour elle un « signifié propositionnel ».

261Et c'est précisément à cause de cette situation nécessairement double, à la fois ainsi directe et indirecte, projective et réflexive, orientée toujours généalogiquement par exemple vers l'« arbre » qui apparaît, mais orientée téléologiquement aussi vers telle ou telle détermination « conceptuelle » de cet arbre que seul peut détacher un nouveau genre de « visée » d'ordre « catégorial » (pour ne plus dire, comme en 1891 et même encore en 1901, « abstraire »), qu'il faut continuer à zigzaguer ici à travers tous ces tours et tous ces détours de la vie intentionnelle, dont, aux niveaux les plus élevés, la « tournure assomptive » n'est jamais que le prolongement, puisque, quand elle applique la nominalisation à des propositions entières, elle ne peut le faire qu'en s'engageant très exactement dans le même genre d'écart.

262Ainsi peuvent se résoudre à la fois le problème de la coexistence des deux processus de 1891 et celui du statut des représentations sans objet de 1894, à l'intérieur d'une théorie générale de l'intentionnalité, devenue depuis beaucoup plus ample d'abord par l'étendue de ses dimensions, puisque toutes les modalités désormais y interviennent constamment en alternance, mais aussi et surtout beaucoup plus fine, beaucoup plus aiguë, par toutes ses séries de distinctions entrecroisées, et élevées comme en échafaudage les unes sur les autres.

263Car, par exemple, quand Husserl, au § 18, explique comment il faut comprendre la possibilité de la nominalisation et qu'il se sert pour cela de ce même terme ancien, apparemment indifférencié, de « représentation », il ne le fait plus du tout, comme à la fin de la Cinquième Recherche (Chapitre VI, RL II**, pp. 314-323), pour n'en énumérer que les « équivoques les plus importantes » et pour dénoncer ceux qui, tel Twardowski, en avaient abusé, mais il se trouve bien alors obligé lui-même de sacrifier, malgré tout ce qu'il avait pu écrire, à une pareille ambivalence, puisqu'il doit admettre qu'elle est inscrite dans les lois d'essence selon lesquelles doit nécessairement s'exercer tout fonctionnement intentionnel, sans donc pouvoir éviter de procéder constamment à des dédoublements entre « contenus » et « objets », puisque ceux-ci ne font que résulter du désentrecroisement entre une telle orientation téléologique, inscrite en creux, en arrière de tout positionnement ontique et ontologique direct, et une telle orientation généalogique, relançant en avant chaque vécu intentionnel du fait même de son intentionnalité, et pour l'obliger ainsi à tenir toujours compte du fait qu'il doit aussi se représenter autre chose que ce qu'il peut atteindre de cette façon par le seul détour de ces transformations fondées.

264L'arbre qui avait servi d'exemple à Husserl, dans une longue note de sa recension de 1896, pour rejeter la distinction de Twardowski (Sur les objets intentionnels, pp. 349-351) en croyant pouvoir s'en tenir à une discontinuité entre une « teneur psychologique » et une autre, « logique », est bien plutôt réintroduit ici comme quelque chose qui simplement apparaît, et qui semble donc devoir entrer par là dans un processus par lequel il aura à ternie à se faire « représenter », mais sans que cela doive nuire pour autant en quoi que ce soit à l'affirmation de sa transcendance, comme l'avait objecté si souvent Husserl à cette époque-là à Twardowski.

265Car il semble bien plutôt maintenant que ce soit d'une certaine carence en représentativité que souffre à l'origine un tel « apparaissant », faute d'avoir reçu de l'intentionnalité une constitution de sens et de sens d'être assez poussée ; et l'intentionnalité ne peut donc y parvenir que si elle exerce cette « fonction représentative prégnante », pour faire passer cet « apparaissant » à l'état d'un « objet-sur-quoi », mais sans qu'un tel mouvement, cependant, ne puisse en rester là, car il doit s'accompagner de « représentations attributives », comme celle de ce qui deviendra, une fois franchi le seuil modal de la signification, le prédicat adjectif « vert », en correspondant, au niveau modal inférieur de la perception, à une couleur, qui apparaissait assurément elle aussi à l'origine en formant avec l'arbre une structure binaire qui ne peut que se retrouver au niveau supérieur, mais en étant alors soumise toutefois à une distorsion ; car « deux représenter » s'y attachent qui « veulent dire quelque chose d'entièrement différent », quoiqu'il y ait entre eux une « connexion » suffisamment forte pour que « la relation à un seul objectif » soit maintenue (pp. 91-92)

266Il faut en effet ici bien distinguer entre le « représenter » qui consiste à « concevoir » le rapport où se combinent la forme de sujet qu'est l'arbre et la forme de prédicat qu'est le fait d'être vert, en tant qu'il s'agit de deux termes qui peuvent déjà entrer dans une unité de prédication munie d'un régime de fonctionnement propre à l'intérieur des diverses identifications spécifiques pouvant les relier comme dans : « l'arbre est vert », et cet autre « représenter », qui porte, lui, sur quelque chose qui passe « à l'état d'objet au sens prégnant », en tant que, même si désormais ce qui est ainsi visé alors par la conscience intentionnelle ne peut être appréhendé qu'à travers la composition de ce deux significations partielles réunies en une signification globale, il n'en reste pas moins que c'est là un seul et même quelque chose qui est amené « dans la conscience d'unité à la synthèse », comme si le rapport de recouvrement entre ces deux significations ne faisait donc que coïncider avec l'objet unique qu'ensemble elles représentent, et comme si donc aussi l'éloignement qu'avait pu entraîner, par rapport au complexe initial, l'analyse de toutes ses parties constitutives, du fait de cette distanciation verticale provoquée par le changement de registre modal sur lequel s'est mis alors à s'exercer le fonctionnement intentionnel en conceptualisant et en même temps aussi en désignant les concepts mêmes qu'il devait employer pour cela, pouvait être presque immédiatement compensé par un rapprochement avec le « thème » d'abord fourni par le complexe indifférencié avant qu'il ne soit soumis à une pareille analyse, dans la mesure où cette visée, en effet, ne pouvait pas ne pas finir par tendre à se remplir en repartant dans le sens direct de son mouvement projectif.

267Or il est certain qu'au début, cette orientation téléologisante vers l'explicitation des différents facteurs constitutifs entrant dans le complexe intuitif originaire peut sembler s'articuler dans la continuité sur le simple déployement généalogique de ce qui se manifestait aussitôt, simplement en apparaissant, comme c'est le cas dans l'exemple de l'arbre ; mais comme il doit s'intercaler cependant, dans cette direction, des « actes catégoriaux vides » pour que les vécus sortent de la sphère de l'intuition et entrent dans celle de la prédication, et comme cette vacuité est caractéristique de la modification centrale qui doit affecter le régime du fonctionnement de l'intentionnalité pour qu'elle se représente au sens fort, donc pour qu'elle signifie, il ne peut pas non plus ne pas se produire là une déperdition considérable en investissement objectif, si l'« objectivité » dont il s'agit ici est prise du moins dans le sens d'une donation originaire, restant donc toujours rattachée aux premiers « apparaissants » eux-mêmes, c'est-à-dire aux facteurs phénoménologiques de la modalité perceptive ; mais ce ne doit pas être là toutefois, malgré tout ce que Husserl avait pu affirmer jusqu'ici, une situation canonique hors de laquelle il serait impossible de trouver une vraie signification à ce qui se trouvait, à un premier degré, nommé et, à un second, énoncé, parce que tout ce qui serait posé de cette façon comme un objet ne pourrait prendre au mieux un tel sens que dans des conditions qui seraient « impropres » : c'est là bien plutôt, pour l'intentionnalité, une situation qui doit être considérée comme éminemment normale.

268Les « objets » des prétendues « représentations sans objet » de 1894 se trouvent donc maintenant si bien réhabilités par Husserl qu'il ne va même plus hésiter ici à établir carrément une équivalence entre ce qu'il avait d'abord qualifié de « phénoménologique » et ce qu'il considère devoir se définir, en fin de compte, comme « ontique » ; car, même si cette équivalence, quand elle apparaît pour la première fois au dernier alinéa du Chapitre 2, suivant le découpage de l'éditeur, n'est en fait qu'un complément apporté plus tard par Husserl lorsqu'il s'est relu (Hua XXVI, p. [38] et Remarques critiques sur le texte, p. [232], TS, p. 62), il n'en reste pas moins qu'elle correspond parfaitement au changement complet de point de vue adopté désormais par l'auteur des Recherches logiques en face de la difficulté que lui avait posée la détermination même du statut qu'il fallait attribuer à ce qu'il avait défini comme des « objets immanents » (OI, pp. 288-290), pour conclure alors, et comme il devait si souvent le redire en 1901, que « parler d'objets simplement intentionnels, d'“objets représentés en tant que tels”, est, dans le sens et dans le contexte en question ici, à rejeter » (p. 312).

269Le « contexte« avait certes pour lui considérablement changé depuis lors, c'est incontestable, puisque son renversement d'attitude venait de ce qu'il avait désormais cessé de croire que le fait de soutenir la thèse d'une « activité représentative se mouvant dans une double direction », l'une qui porterait sur des « objets immanents », d'abord, et l'autre, ensuite, sur des « objets transcendants », comme avait pu le faire, lui avait-il semblé depuis 1894, Twardowski, ne pouvait conduire par là qu'à « méconnaître totalement la signification au sens idéal » (RL II**, p. 323). Mais dès lors toutefois que c'était bien plutôt pour mieux comprendre encore ce en quoi devait consister précisément une telle « idéalité » que Husserl voulait maintenant revenir sur cette même difficulté, parce que cette « idéalité » devait bien elle-même résulter aussi d'une activité consistant à « idéer », comme ici, dès le début, il n'hésitait pas à le dire (§3, c, p. 34), et en en associant l'emploi à l'intervention de cet « apparaissant » que le mot lui aussi était devenu pour lui, alors qu'il avait préféré parler, en 1901, d'une « abstraction idéatrice » sans chercher à préciser davantage la fonction à attribuer à l'instance qui doit d'abord se charger de l'accomplissement même d'une telle « idéation », il était donc inévitable qu'il en vînt également à poser la question de savoir, mais dans un sens devenu dès lors par là même aussi inverse de celui qu'il avait suivi jusqu'ici, quel genre d'« objectivité » l'intentionnalité pourrait jamais parvenir à rejoindre dans cet effort téléologique qu'elle a dû accomplir pour substituer à ces premiers « apparaissants» que sont pour elle les corrélais primitifs de sa modalité perceptive ces autres « apparaissants » que sont les « mots » qu'elle peut viser en s'élevant jusqu'à sa modalité signitive, parce qu'il semble bien qu'elle n'ait pas pu alors sortir des dimensions mêmes d'une fondation réduite à de tels couplages entre des facteurs phénologiques et des facteurs phénoménologiques, dont tout conduit donc à croire qu'elle seule a pu assumer la responsabilité et certainement pas, en tout état de cause, une instance « objective ».

270Car ce n'était pas là un changement de « contexte » où Husserl n'aurait été pour rien qui l'amenait ainsi à revenir sur ce qu'il avait soutenu avec une telle virulence et par des moyens qu'il jugeait maintenant lui-même passablement grossiers : ce n'était là que la conséquence où devait le conduire l'emploi même de cette nouvelle méthode de la réduction qu'il voulait appliquer désormais systématiquement, car elle ne pouvait pas ne pas l'inciter à faire alors rebasculer du côté des corrélats des différents genres d'« apparitions » que l'intentionnalité avait dû d'abord apprendre à se donner à elle-même en se développant ce que cette même intentionnalité, jusque-là, avait considéré comme de simples « objectivités transcendantes », aussi longtemps du moins qu'elle avait continué à s'exercer spontanément sans amorcer vers elle-même le moindre mouvement de réflexion thématique.

271Et, de ce retour en arrière vers les « vécus », qui remettait donc en cause les présuppositions sur lesquelles s'étaient fondées la Première et la Deuxième Recherches, le meilleur témoignage était évidemment donné par la mise en place de tous les éléments de cette nouvelle problématique qui conservait sans doute le principe d'une dénivellation verticale, mais pour n'en faire bénéficier d'abord que les éléments du premier secteur, c'est-à-dire celui des « actes », et pour s'interdire par là même de recourir, en empiétant déjà sur un troisième et sur un quatrième secteurs, à quoi que ce soit qui pourrait relever de l'intervention ontique et ontologique des deux genres dissymétriques d'« objectivités transcendantes ».

272Or cela ne pouvait que creuser entre les deux extrémités elles-mêmes de la corrélation intentionnelle un vide énorme qu'il allait donc bien falloir finir par combler, d'une manière ou d'une autre, en amorçant, ou en réamorçant, le traitement de ce qui avait dû se produire sur un second secteur tout au long d'une série transversale d'épisodes intermédiaires : « Le mot représenté, disons, pour la commodité, intuitionné, apparaissant, idéé, vise quelque chose, signifie quelque chose ; et cela consiste en ceci qu'il se relie à une objectivité visée, signifiée ; nous disons pour les mots de la classe des noms : objectivité nommée » (p. 34).

273Et laisser donc supposer qu'il doive y avoir une équivalence entre ce qui ne peut être encore que « phénoménologique » sur ce second secteur et ce qui serait pourtant tout aussi bien « ontique » sur un troisième au-delà de toute « visée » intentionnelle, comme à plusieurs reprises Husserl va le faire ici, sans se préoccuper de prendre aucune précaution supplémentaire pour cela, et en donnant même quelquefois, sans le vouloir, l'impression de considérer qu'il n'y aurait là, après tout, que le constat d'un régime de transitivité communément admis, c'est bien provoquer, cependant, dans l'économie générale de la corrélation, telle que jusque-là elle avait été décrite, un véritable bouleversement, car c'est commencer à retirer à ce troisième secteur ce qui avait paru pourtant devoir en être le privilège exclusif, à savoir un caractère absolument transcendant, pour le faire repasser à travers le couplage autour duquel s'organisent les rapports entre le premier secteur et le second, donc là où il ne devrait s'agir normalement que du versant subjectif de la corrélation et de rien d'autre.

274Car, quand Husserl se met à employer régulièrement ici le terme de « viséité » pour définir ce qui n'est que le corrélat de la « visée », mais à quoi l'intentionnalité attache bien pourtant déjà une valeur transcendante, de sorte que c'est en se réalignant sur ce qu'il considère comme le point de vue même auquel se sont placées les attitudes spontanées qu'il se justifie de rester toujours fidèle à Bolzano et à sa thèse de la « proposition en soi » (Appendice VII, qui date probablement de 1907, TS, pp. 193), dont il ne s'était servi dans les Prolégomènes que pour combattre le psychologisme (RL I, § 12, p. 30 et pp. 249-250), il fait alors subir par là, de toute évidence, au second secteur, un changement d'affectation extrêmement profond.

275Ce second secteur continue en effet sans doute toujours à commencer par prendre un aspect caricatural, puisque c'est bien le lieu où l'on rencontre par exemple le « carré rond », comme au premier alinéa de l'article de 1894 (01, p. 280) ; mais, paradoxalement, il peut être aussi considéré, à la différence de ce qu'avait dit Bolzano, cité déjà en fait quelques lignes plus haut (p. 279), comme le lieu par excellence de l'« objet intentionnel en tant que tel », sans que cela paraisse donc devoir entamer en rien « l'essence logique » ou « le simple sens, qui est ce qu'il y a de commun dans les représentations intuitives et dans les représentations vides » (TS, p. 193), dans la mesure où, dans le couple qui est ainsi formé, le « représenté » semble déjà posséder en soi une « matière », comme l'avait dit également Bolzano (p. 194), qui n'est pas réductible à l'« acte » qui consiste simplement à se la « représenter ».

276L'interdit opposé depuis 1894 à la possibilité même de l'existence des « objets intentionnels », sous prétexte qu'elle serait incompatible avec la reconnaissance d'un statut purement transcendant pour les « objectivités idéales », se trouve donc désormais non seulement entièrement transgressé, mais comme retourné sur lui-même, puisqu'il semble bien que Husserl s'interdise maintenant, par principe, de faire état de cette indifférence du « représenté en tant que tel » par rapport à l'« acte » subjectif qui s'en donne une « représentation » pour se donner un motif de sauter aussitôt plus loin, en prenant pied sur des secteurs qui n'ont strictement rien à voir ni avec des « vécus » ni avec des « contenus de représentation ».

277Ce n'est pas sur l'affirmation même d'une pareille transcendance, en effet, que le décentrage de la problématique de Husserl a porté : ce n'est que sur la délimitation du secteur qui doit lui être attribué ; car ce lieu qu'il faut assigner à l'onticité pourra certes toujours être placé encore là où il serait absurde de chercher à faire du « représenté » le simple résultat d'une production subjective, de sorte qu'une démarcation devra être maintenue entre « l'objet présumé » et « l'objet effectif », comme le montre assez un complément de 1911 au § 27 (Appendice XI, pp. 206-210) ; mais ce lieu peut être aussi repéré beaucoup plus tôt dans le développement intentionnel, car l'« acte » même consistant à se représenter semble pouvoir se prévaloir également du droit à revendiquer un genre d'« être » pour ce qu'il a « visé » à partir de l'« apparaissant » qui se présentait à lui, dans la mesure où il n'a fait qu'en accentuer le caractère déjà transcendant en le rendant « objectif » par l'ensemble des déterminations qu'il a réussi peu à peu à lui donner.

278Et là où cette réorientation fondamentale de toute la problématique portant sur l'intentionnalité quant à la définition du premier genre de lieu sur lequel il est possible de répérer quelque chose qui peut être considéré comme ayant une « signification ontique » est assurément la plus flagrante parce qu'elle prend un aspect plus paradoxal que là où il ne s'agit que d'un certain « représenté » sans précision supplémentaire, c'est bien sûr quand Husserl parle de la « tournure assomptive » qui délimite l'autre extrémité du mouvement marqué par le formation d'un « ceci nominalisateur ».

279Car il ne s'agit plus là seulement, pour l'intentionnalité, de délimiter les contours du « thème » sur lequel a commencé à porter son attention, en en rassemblant les différents éléments dans l'unité d'une seule et même visée qui peut encore être « vide » de toute signification plus déterminée puisqu'elle se réduit à la simple désignation d'un « renvoi », même si elle ne va pas tarder à se remplir peu à peu de toutes les significations partielles qui pourront être ensuite explicitées à l'intérieur de ce même « thème ». Mais l'intentionnalité peut prendre alors telle ou telle proposition déjà formée, unissant ces diverses significations partielles, et peut-être même déjà réorientée aussi dans le sens du mouvement projectif visant à savoir si elle est vraie ou non afin que ce qui est énoncé sur le second secteur se trouve confirmé ou infirmé par ce qui ne peut être donné, au-delà, que sur le troisième et sur le quatrième, et elle peut soudain la retourner en sens opposé et lui faire subir à son gré une modification qui ne peut donc concerner que l'attitude même prise par la subjectivité qui se la représente à nouveau, mais précisément d'une façon tout autre que jusque-là.

280Aussi ne peut-il plus suffire de dire que « la possibilité de la tournure assomptive se trouve dans l'essence de tout acte catégorial » (§ 28, pp. 117-119), puisque le détour purement subjectif par lequel l'attention avait par exemple transformé tel « apparaissant » en thème pour en faire un « objet-sur-quoi » et cet « objet-sur-quoi » ensuite en « objet nommé » peut ici encore intervenir en se transposant, même si c'est à un niveau modal supérieur qu'il s'exerce, opérant désormais à l'intérieur même du domaine de la signification.

281Car comme la possibilité de la reprise d'un investissement de sens n'a pas d'autre provenance que subjective, elle doit être considérée comme un privilège inépuisable des vécus eux-mêmes, étant donné l'ensemble des ressources généalogiques et téléologiques dont ils disposent dans le milieu de cette fondation qui restera toujours irréductiblement dissymétrique, par ses lois d'organisation propres, en face des découpages de l'onticité et de l'ontologicité du troisième et du quatrième secteurs.

282Aucun mouvement projectif de l'intentionnalité sur eux pour remplir la « visée » des significations qu'elle a pu unir dans une phrase ne pourra arrêter en effet le « flux » qui la traverse en la faisant sans cesse déboucher sur des nouveaux « apparaissants », et pour lui permettre alors d'y entrelacer les « apparitions nouvelles », qu'elle doit à ses déplacements généalogiques qui se poursuivent, aux « apparitions supérieures », dues à ses seuls déplacements téléologiques, ainsi que le montre l'Appendice XIII (pp. 231-232).

283Il est vrai qu'ici le changement d'attitude de Husserl par rapport à la position qu'il avait cru devoir prendre en 1894, dans son projet d'article en réponse à Twardowski, à propos de cette possibilité de renversement de l'orientation de l'intentionnalité dans un sens où c'est elle qui déstabilise, par les modifications purement subjectives qu'elle peut leur faire subir, les déterminations qu'elle tendait jusque-là à attribuer aux objets tels qu'ils lui étaient aussitôt apparus, est déjà extrêmement frappant ; car il ne s'agit plus, pour le Husserl de 1908, de faire de l'« assomption », comme il disait alors en 1894, une sorte de possibilité plus ou moins artificielle qui ne se révélait en réalité profitable à la pensée « logique » que dans la mesure où celle-ci aurait besoin de prendre appui sur des moyens « psychologiques » très puissants pour parvenir à doubler son « processus abstractif » par un « processus signitif ».

284Car en 1894, Husserl continuait à maintenir un tel dédoublement, sans avoir encore changé véritablement de théorie de la signification, le passage de la première étape à la seconde n'ayant vraiment eu lieu qu'en 1896 ; et c'est pourquoi l'assez long passage sur les « énoncés d'existence » dans leur relation à l'« “assomption générale” dans le cas de l'axiomatique mathématique » (OI, pp. 301-306) s'ordonnait autour du thème, alors crucial, de la commodité des moyens que pouvait choisir l'intentionnalité pour que les « représentations impropres » dont elle devait se servir pour ne pas être gênée par la complexité de ses opérations lui apparaissent néanmoins comme des « représentations propres », grâce à un subterfuge qui ne se recommandait donc qu'en raison de son efficacité « psychologique », du moment qu'il n'oubliait jamais de faire dépendre les « jugements » qui se tenaient sous cette « assomption » de « lois purement logiques ».

285Sans doute Husserl touchait-il là aussi à des questions déjà beaucoup plus fondamentales que celles qui semblaient ne devoir se ranger ainsi que sous la rubrique des « moyens psychologiques », et pour tomber donc vite sous le coup, dès 1896, de la dénonciation du « psychologisme » honteux qui avait pu en entacher si gravement le sens. Car c'était déjà par là non seulement le problème du passage d'un monde « réel« à un monde « idéal », donc du premier a priori objectif au second, qui se trouvait posé, mais aussi celui du passage non plus ontologique, mais phénoménologique, de la modalité primitive qu'était la perception à ces deux autres modalités fondées que formaient l'imagination et la signification, qui était dès à présent rejoint par derrière, en liaison étroite donc avec les thèmes directeurs de deux Etudes psychologiques pour la logique élémentaire qui dataient de l'année précédente, mais où ce rôle central joué par l'assomption n'était à aucun moment apparu, puisque c'était à Twardowski que Husserl devait en effet en être redevable l'année qui avait suivi, et, plus même encore qu'à Twardowski, à Brentano et à Bolzano, puisque c'est en les lisant que Twardowski y avait lui-même découvert la distinction capitale entre ces deux genres de déterminations que sont les « déterminations attributives » et les « déterminations modificatrices » (OI, pp. 97-104) et puisque Husserl dût bien alors à son tour les lire ou les relire.

286Or, au cours de la seconde étape, cette orientation « assomptive » où l'intentionnalité peut s'engager n'avait certainement pas été perdue de vue ; car elle avait été présente de biais dans tous les passages caractéristiques de la Cinquième Recherche où il avait été question de la « modification qualitative » de « la représentation au sens d'acte objectivant », et donc, d'abord, de la « modification imaginative » (§§ 39-40, RL II**, pp. 298-308), en liaison avec le premier seuil par lequel l'intentionnalité doit alors passer, mais aussi, puisque c'était même par là en fait que Husserl avait commencé, de la « modification » qui permet de passer d'un « énoncé » à un « nom complet », une fois franchi le second seuil qui a conduit, lui, à la modalité signitive ou significationnelle, mais pour y produire un changement comparable pourtant à celui de la première, dans la mesure où il est en effet possible de parler de « représentations attributives non positionnelles » qui « exigent des actes phénomélogiques prédicatifs d'une espèce qualitativement modifiée » en tant que s'établit là une « conscience synthétique d'un nouveau genre qui s'oppose simplement, dans une thèse formant un rayon unique, à l'état de chose déjà constitué plus tôt dans une synthèse formant une pluralité de rayons, et qui a par conséquent l'état de chose pour objet dans un tout autre sens que ne l'a le jugement » (§§ 35-36, pp. 277-288).

287Mais si Husserl admettait bien déjà, en 1901, que « l'acte objectivant » pouvait seul jouer ainsi le rôle de « support primaire de la matière », là où commence donc à se creuser l'écart « entre intentions primaires et intentions secondaires », de sorte qu'un vide pouvait toujours se creuser à nouveau derrière tout mouvement d'objectivation où pouvait s'engager l'intentionnalité du seul fait qu'elle pouvait vouloir par exemple y réinscrire sa « joie » ou sa « tristesse », un « souhait » ou un « sentiment esthétique » (§41, pp. 308-309), il n'osait pas cependant s'aventurer davantage sur ce terrain, même s'il reconnaissait qu'il aurait bien, tôt ou tard, à l'explorer.

288Car il savait qu'il avait ainsi montré qu'il y avait là quelque chose qui débordait les limites strictes de la problématique qu'il avait voulu se fixer avec la « logique pure », mais qui s'y trouvait pourtant lié intimement, quand, à la dernière phrase du paragraphe précédent, il avait dit : « Mais il est sûr, en tout cas, que toutes les distinctions utiles ou indispensables à l'élucidation phénoménologique des concepts logiques, n'entrent pas pour autant déjà dans le cadre de la logique elle-même en tant que doctrine apriorique » (p. 367), phrase qu'il changera dans la seconde édition en celle-ci : « ce sont là des questions difficiles et qui, en tout cas, n'ont pas à être résolues à cette place » (p. 308) ; et ce renvoi à plus tard, avec l'aveu très net d'impuissance dont il s'accompagnait, était compréhensible, puisqu'il s'agissait bien là de savoir quel statut il allait falloir donner à la « représentation » au sens fort, donc à « l'ensemble du contenu de tout acte qui demeure lorsqu'on fait abstraction de la qualité et qui, par conséquent, de l'essence intentionnelle, ne renferme plus en lui-même que la matière », donc encore, pour parler d'une manière plus directe, à l'« inexistence intentionnelle ».

289Or, quand Husserl va placer en 1908 la « réflexion catégoriale » au centre même du dispositif suivant lequel désormais il veut s'attaquer précisément à tous ces problèmes qui avaient été laissés en suspens en 1901, et pour en faire dès lors un caractère fondamental de l'intentionnalité, au moins au même titre que celui par lequel elle doit toujours se projeter sur ce qui lui apparaît, il ne va plus du tout hésiter cette fois : il va vouloir associer carrément à cette orientation réflexive une valeur « ontique », comme si le second secteur pouvait donc se prévaloir du même privilège que celui qui avait semblé devoir être réservé jusque-là au troisième et au quatrième, non pas sans doute parce qu'il aurait le pouvoir de se substituer à eux purement et simplement, puisqu'une telle hypothèse reviendrait à nier le maintien d'une ouverture sur des « apparaissants » transcendants qui ne pourront jamais venir se résorber en tant que tels dans quelque modification que l'intentionnalité chercherait, en se développant téléologiquement, à leur faire subir, mais parce qu'il serait bien absurde cependant de continuer à croire que, sous prétexte que l'intentionnalité s'engagerait dans la voie d'une « réflexion » où elle essayerait d'expliciter analytiquement à l'aide de catégories formelles les divers éléments fusionnant aussitôt dans chacun de ses « apparaissants » en tant que ce sont des touts composés de parties, elle cesserait par là même de se rapporter à ce qu'elle devrait apprendre de plus en plus à poser comme de l'« étant ».

290Car les deux mouvements qu'elle doit faire alterner à l'intérieur même de l'unité de son développement ne sont pas antithétiques l'un de l'autre au sens où, s'orientant dans des directions qui sont apparemment opposées, il leur serait par là absolument impossible de collaborer à une seule et même fondation, mais ils s'entrelacent bien plutôt d'une façon rigoureusement complémentaire, dans la mesure où c'est la série même des modifications que l'intentionnalité doit faire subir à son propre régime d'exercice qui peut seule assurer le passage qui doit la conduire peu à peu à transformer tous ces « apparaissants », tels qu'ils lui étaient donnés au départ de sa généalogie, en de véritables « étants », et même si, sur cette route, ont pu s'intercaler certains genres plus ou moins bizarres d'« étants », qui, au sens strict, n'en étaient pas vraiment, parce qu'ils ne faisaient que réfléchir en eux les résultats mêmes de ces transformations par où l'intentionnalité a dû faire transiter ses types téléologiques successifs de « corrélats », là où le second secteur commençait à empiéter sur les deux derniers, ou, tout aussi bien encore, à l'inverse, là où les deux derniers faisaient déjà beaucoup plus que se profiler à travers tout ce qui pouvait être posé « assomptivement« dans le second.

291Or Husserl exprime alors ce nouveau point de vue par un vocabulaire qui, comparé à celui des Recherches logiques, est lui aussi tout à fait nouveau, même s'il ne provient que d'un montage entre celui de 1901 et celui, soudain resurgi, de 1894, à défaut de s'énoncer déjà à travers celui qui apparaîtra en 1913 avec le couple des « noèses » et des « noèmes », mais qui sera alors aussi certainement beaucoup moins éclairant que celui de 1908, quels que soient les flottements qui pouvaient affecter celui-ci et qui montrent bien quelles transformations Husserl avait conscience de faire subir alors à sa théorie de la signification, en élaborant ce qui était en fait une nouvelle théorie générale de tout le développement intentionnel, restant encore en très grande partie à établir, ainsi que l'attestent les deux grandes esquisses qui ont précisément jalonné encore son itinéraire au cours de cette période, et qui sont, en 1909, l'Appendice XIII et, en 1911, l'Appendice XIX, où la « présomption » et l'« assomption » semblent être de plus en plus, en liaison avec ce qu'il désigne maintenant du nom de « viséité », autant des points de passage obligés dans le mouvement qui a dû conduire l'intentionnalité, dans son mouvement projectif même, à établir des règles de reconversion entre ses « apparaissants » et les deux genres extrêmes d'a priori objectifs.

292Car seul ce qui relevait du statut de l'« inexistence intentionnelle » pouvait lui fournir, sous la forme de tous les types différenciés de « corrélais » qui correspondaient à ses modalités fondées, mais évidemment plus encore à la signification qu'à l'imagination, la série complète des médiations qui devaient lui permettre de combler en face d'elle cette espèce de vide immense qui commençait par la tenir à distance d'un fondement qui ait pour elle à la fois un sens et un sens d'être qui soient véritablement transcendants et qu'elle avait donc à connaître aussi en tant que tel dans l'ensemble de ses différents genres de déterminations.

293Ce n'est pas certes que Husserl n'ait pas alors compris quelles énormes difficultés il soulevait par là, puisque leurs formulations parsèment, à intervalles réguliers, le texte de ses Leçons de 1908, pour être souvent reprises, sinon même poussées plus loin encore, dans les Appendices qu'il y a ajoutés lorsque, dans les années qui ont suivi, il les a relues.

294Car parler d'un « catégorial assomptif » qui ne peut constituer que le corrélat d'un changement de « visée » opéré par l'intentionnalité, mais qui, à titre de « viséité » néanamoins, c'est-à-dire de terme objectif, fait sens en face de cette nouvelle attitude subjective comme quelque chose dont elle ne va pas pouvoir faire ensuite n'importe quoi, et qui, dans cette mesure, « existe » donc, ayant une valeur « ontique », et cela non plus au sens d'un simple bestehen, comme en 1894, mais d'un véritable existieren (cf. Remarques particulières sur la traduction des certains termes : sur les verbes désignant l'existence, Sur les objets intentionnels, pp. 201-205), c'est évidemment se placer déjà sous le coup d'objections qui seront celles si souvent adressées, depuis 1913, au « noème », mais à ceci près qu'en 1908 et dans les années qui devaient suivre, Husserl prenait soin de les énoncer lui-même avec assez d'acuité pour que la solution qu'il tentait d'apporter n'apparaisse pas plaquée en faisant de ce « noème » un double inutile de « l'étant », et dont rien ne pourrait justifier l'intervention par rapport à ce qu'il avait donc dit plus tôt, sinon une volonté excessive de préserver les droits du premier secteur ; car ce sont bien toutes ces objections qui, en 1908, forment la trame même du questionnement soulevé par Husserl, en tant qu'elle résulte directement de cet intérêt nouveau qu'il porte à l'intentionnalité, définie d'abord en fonction du rapport par lequel elle débouche sur ce qui lui apparaît aussitôt comme transcendant et dont il lui sera toujours impossible de se défaire.

295Dire en effet qu'il s'attache au « catégorial assomptif » quelque chose comme une valeur « ontique », alors que l'intentionnalité ne semble plus pourtant à ce moment-là s'intéresser à ce qui lui apparaît immédiatement, mais seulement aux séries de transformations qu'elle peut y introduire comme pour en faire autant de contre-épreuves où viennent se réfléchir, en s'y imprimant, ses propres transformations à elle, c'est assurément adopter une attitude qui peut sembler pour le moins paradoxale, et Husserl en a sans doute nettement conscience, puisqu'il ne cesse de se poser la question de savoir comment il peut prendre maintenant une telle position, alors qu'il avait toujours paru jusque-là se ranger dans le camp adverse ; mais, s'il ne se laisse pas détourner par cette contradiction, au point même de condamner bien plutôt en termes exprès la grossièreté de ses attaques antérieures contre un dédoublement possible des orientations suivies par l'intentionnalité, c'est parce qu'il a très bien compris désormais que, faute d'une solide prise d'appui sur ces différents stades du développement modal par où l'intentionnalité a dû généalogiquement et téléologiquement passer et au cours desquels elle ne s'est nullement détournée de la tâche qui lui incombait de procéder à la formation du sens et du sens d'être de tout ce qui lui apparaissait en l'absence alors de tout ce qui aurait pu déjà constituer pour elle un fondement transcendant, la transcendance des « apparaissants » ne pouvant certainement pas équivaloir aussitôt à celle des « étants », il ne parviendrait jamais à compenser le déficit dont avaient souffert, plus tôt, toutes ses séries d'analyses descriptives, notamment celles qui avaient porté sur la signification ; car aucun système articulé ne lui permettrait d'assurer, dans des conditions qui soient continues, le passage qui a dû conduire les « vécus » à substituer à leur régime d'ouverture sur ce qui leur apparaissait, tel qu'il ne pouvait être au départ que dépourvu de toute mise en rapport directe avec des déterminations « objectives », un régime au contraire pleinement normalisé, pouvant bénéficier aussitôt, partout et toujours, d'un double système d'équivalences, avec à la fois l'ensemble des lois qui régissent la projection de l'intentionnalité sur les dimensions d'un a priori matériel et avec celui des lois où c'est de l'a priori analytique formel qu'il s'agit.

296C'est de cette manière en effet qu'il faut comprendre le véritable sens des réponses que Husserl se fait ici à lui-même, après avoir objecté à sa propre théorie qu'elle ne faisait que ressusciter par là le vieux découpage entre « objets vrais » et « objets intentionnels » que, depuis 1894, il avait pourtant si longtemps rejeté (OI, pp. 284-286). Car, lorsqu'il réintercale ainsi, à l'intérieur du développement de l'intentionnalité, toute cette série d'épisodes qui ne peuvent donc relever à ses niveaux supérieurs (c'est-à-dire à ceux de la modalité significative au-delà des modalités perceptive et imaginaire) que d'une « réflexion catégoriale », « nominale » d'abord, puis « propositionnelle », mais qui peut toujours se rouvrir ensuite à des stades plus élevés encore, il sait bien que toutes les apparences jouent contre lui, puisqu'il semble que l'intentionnalité, telle qu'il la décrit, tourne le dos à son seul critère possible d'évaluation, c'est-à-dire celui de l'opposition entre la vérité et la fausseté, en tant qu'elles-mêmes devraient être tenues pour respectivement équilaventes à l'existence et à la non-existence ; mais il sait aussi très bien que si jamais il renonçait à réinsérer ainsi, entre les phases successives du développement projectif direct de l'intentionnalité sur ses « apparaissants », toute une série de phases intercalaires de « visée » portant, elles, sur les modifications auxquelles cette même intentionnalité a dû procéder sur ces mêmes « apparaissants », mais en se changeant elle-même tout en les changeant en même temps eux aussi, et en paraissant donc par là s'éloigner de ce qu'ils avaient pu être d'abord pour elle, puisqu'elle ne peut alors que se réorienter par rapport à un ensemble d'exigences qui sont fondamentalement les siennes, même si elles n'interrompent en rien son ouverture sur ce qu'au-delà d'elle-même elle peut déjà viser et même rejoindre, il ne parviendrait jamais non plus à remplir ce vide immense qui s'était creusé entre les deux versants de la corrélation à l'époque des Recherches logiques.

297Et même, en faisant de cette « viséité » un genre d'« objectivité » qui, en soi, est indifférent à l'opposition du vrai et du faux, conservant son sens, dans ce qu'il a de spécifique, par sa seule ordonnance interne, telle qu'elle est exprimée catégorialement, Husserl ne faisait par là en fin de compte que rendre fonctionnellement compréhensible l'opposition entre non-sens et contre-sens qu'il avait donc établie dans la Quatrième Recherche, mais dont il lui avait été impossible alors d'expliquer pourquoi elle pouvait à la fois relever de lois situées au-delà de toute initiative individuelle et conditionner néanmoins la formation de n'importe quelle proposition énoncée par tel ou tel sujet ; car maintenant, et sans retomber pour cela sous l'emprise d'une quelconque variabilité qui n'aurait été imputable qu'à des motifs psychologiques, puisque son caractère eidétique se trouvait alors entièrement maintenu (§ 22, p. 105), il était devenu possible de comprendre cette position intercalaire, si curieuse, qu'occupent les corrélais de toutes ces « visées » que sont les « viséités » correspondantes, en retrait certes par rapport à tout positionnement qui peut porter, lui, au moyen de « jugements », sur l'existence ou la non-existence des « objets » et de leurs déterminations, mais situées pourtant déjà aussi au-delà des « vécus » eux-mêmes, puisqu'ils occupent une espèce de no man's land dont n'importe qui, en fait, peut tout aussi bien se réapproprier le sens, en tant que ce sens est seulement « représentable », à titre justement de simple « contenu de représentation » (Cf. Sur les objets intentionnels. Remarques particulières sur la traduction de certains termes : vorstellig machen (sich) = rendre représenté (se), pp. 296-298).

298C'est bien cette identification de niveau, tout à fait surprenante pour qui a lu, du moins, le Husserl d'avant 1908, celui de 1894, mais celui encore de 1901, entre le statut éminemment positif qu'il faut désormais attribuer aux « objets intentionnels » et le maintien toutefois du caractère transcendant des lois catégoriales qui régissent les rapports entre les significations partielles entrant dans la composition d'une « proposition » suivant les différentes fonctions qu'elles y exercent grammaticalement, qui seule peut conduire en effet le lecteur à disculper ici Husserl de la prétendue contradiction qu'il commettrait, en n'hésitant donc pas à faire bénéficier d'une valeur « ontique » cette « réflexion catégoriale » où l'intentionnalité a dû alors inverser sur lui-même le sens du mouvement transversal par lequel elle se projetait d'abord sur ce qui lui apparaissait ; car, en fait, ce mouvement n'aurait certainement pas abouti s'il en était resté à des niveaux d'adhérence inférieurs qui n'auraient jamais été soumis à aucune « explicitation », puisqu'il n'aurait pu découvrir aucun motif de fonder ensuite une différence verticale entre deux a priori objectifs.

299Ce n'est bien qu'en renversant sur lui-même le sens de son orientation transversale que l'intentionnalité peut réussir, en zigzaguant, à creuser des écarts entre ses niveaux de développement verticaux, en desserrant donc ses phases d'enchaînements généalogiques, liées par fusionnement les unes aux autres, par des phases de décrochages téléologiques, séparées entre elles par des distorsions, et pour s'éloigner apparemment du fondement ontique en lequel les « apparaissants » doivent être reconvertis, mais pour mieux assurer par là leur double constitution ontologique, car seule cette réinvolution sur elle-même de la fondation intentionnelle peut permettre d'introduire, par le dénivellement de ses trois modalités, le motif de la bifurcation entre ce qui va devenir ensuite une ontologie matérielle et ce qui va devenir une ontologie formelle.

300Husserl définit en effet très bien ici la situation paradoxale où se trouvent placés les objets qui relèvent de l'« inexistence intentionnelle », et, avant tout, ceux qui correspondent donc à la modalité significative, lorsqu'il écrit par exemple :

« Que visons-nous ? Maintenant ceci : que l'or est jaune, que deux fois deux font quatre, etc. ; de même dans le jugement faux : que toutes les équations peuvent se résoudre algébriquement. Ce qui est visé, c'est le catégorial. Mais précisément il n'existe pas. Comment en venons-nous à parler du visé en tant que tel, qui n'existe pas du tout, ou qui, alors que pendant ce temps-là nous jugeons, n'est pas à la vérité ? A cela, nous pouvons encore donner la même réponse que plus haut. Pour l'essentiel, la conscience de représentation, cela ne fait qu'un, qu'elle puisse être ou non amenée à l'évidence. La conscience de jugement, la conscience de signification, la conscience de représentation en tout sens, est toujours, pour l'essentiel, quelque chose qui est le même, qu'elle puisse ou non être fondée. Comment pouvons-nous juger sur des objets, alors que ces objets, à la vérité, ne sont pas du tout ? Comment pouvons-nous, en jugeant, présumer une vérité, alors que la vérité n'est pas ? Or, juger et juger sur des objets, juger et présumer une vérité, cela ne faut qu'un, de même que représenter et représenter des objets... Mais que nous puissions dire pourtant, même dans les cas où nous sommes convaincus qu'un A n'est pas, que nous n'avons pas seulement la représentation “un A”, mais que celui-ci représente un certain objet, un objet qui peut être décrit de telle ou telle façon, qu'il se distingue de manière déterminée, avec plus ou moins de pertinence, des objets d'autres représentations, cela tient à une possibilité qui se trouve dans l'essence de toute représentation et de tout acte objectivant, celle de pouvoir être, tout en conservant sa signification phansique, tourné assomptivement et de fonctionner alors dans le juger assomptif » (§ 28, p. 118).

301Ce qu'il y a ici de plus étonnant, c'est bien en effet que le « jugement » semble alors pouvoir repasser, en sens indirect, du troisième et du quatrième secteurs, où jusque-là il s'était exercé normalement, dans les dimensions du second, celui de la « représentation », et sans cesser pour cela de s'exercer effectivement comme un « jugement », en mettant donc ainsi en rapport des déterminations attribuables à des objets et en en excluant d'autres, de sorte que les lignes de démarcation entre ces différents secteurs peuvent sembler devoir, à terme, s'effacer aussi, plus ou moins, et finir par conduire à une situation quelque peu confuse.

302Mais une telle confusion ne semble plus mériter toutefois maintenant d'être dénoncée, ainsi qu'elle l'était encore en 1901 au dernier chapitre de la Cinquième Recherche, car elle apparaît désormais comme inhérente à un des deux orientations canoniques que l'intentionnalité doit suivre pour se développer, et qui est même sans doute plus fondamentale que celle, plus facile à appréhender, qui s'exerce, elle, en sens direct : car ce n'est qu'en soumettant à une série de transformations, par voie de décomposition et de recomposition, tout ce qui pouvait d'abord se présenter immédiatement à elle, que l'intentionnalité a pu s'engager dans cette immense démarche d'explicitation où viennent ainsi maintenant converger, en 1908, les deux processus de 1891, le processus abstractif et le processus signitif, mais sans qu'à aucun moment pourtant l'ouverture sur quelque chose d'objectif ou du moins, plus tard, d'objectivisable ne s'en trouve par là obstruée.

303Or c'est bien là ce qui justifie le recours au vocabulaire de l'onticité, puisqu'une réapplication à nouveau au troisième secteur de cet « objet » dont la formation du sens est consécutive à la modification intentionnelle qui vient d'être accomplie n'est jamais une possibilité éloignée, même si elle n'est qu'une possibilité, et puisque cette transitivité réinversée, par opposition à celle qui a conduit l'intentionnalité à se mouvoir dans un milieu où elle a procédé sur elle-même à des modifications qui, en droit strict, ne pouvaient porter par conséquent tout au plus que sur des « contenus de représentation », pourra néanmoins bénéficier du report sur elle de tous les effets qu'aura réussi à établir dans l'intervalle ce mouvement même de réinvolution dont elle prendra la suite, mais dont elle devra donc toujours rester toutefois fondamentalement tributaire.

304Seule donc une référence constante à ce rythme alternatif entre les deux orientations que doit prendre l'intentionnalité pour se développer, en sens direct et en sens indirect, permet ainsi au Husserl de 1908 de résoudre les multiples difficultés qu'il avait rencontrées jusque-là quand il avait voulu se déplacer sur les secteurs centraux de ce développement intentionnel ; car elles provenaient de ce qu'il avait cru encore, assez naïvement, qu'elles étaient incompatibles, alors qu'il savait bien maintenant qu'elles doivent être tenues pour rigoureusement complémentaires ; mais évidemment un tel changement de perspective n'avait pu se produire que parce que les variations de ce que la Cinquième Recherche avait appelé la « qualité de l'acte » étaient également privilégiées désormais sur celles qui ne devaient porter que sur sa « matière », de façon même à aller jusqu'à admettre, ce à quoi Husserl semble prêt ici, puisqu'il n'éprouve envers un pareil renversement de perspective aucune répugnance, bien au contraire, que ce serait en rester à un conception toujours trop simple de la fonction qu'il faut attribuer au partage entre le vrai et le faux que de continuer à croire qu'elle n'aurait aucun autre lieu d'exercice possible que le troisième et le quatrième secteurs, dans la mesure où, en fait, elle peut repasser à l'intérieur même des jugements qui se placent sous « assomption », comme il l'avait déjà admis plus ou moins implicitement dès 1894 quand il avait parlé des « énoncés d'existence » qui interviennent dans l'axiomatique mathématique (OI, pp. 301-306), et même s'il avait déjà aussi très bien entrevu dès 1898, dans un texte complémentaire, portant précisément sur la vérité, quelles difficultés ne manquait pas de soulever une telle conception (pp. 316-326).

305C'est bien en effet cette « métabasis fautive », dont il déjà évoqué la présence plus ou moins menaçante en 1898, mais sans qu'elle lui fît peur pour autant, puisqu'il avait ajouté aussitôt après qu'en réalité ce n'en était pas une, qui réapparaît maintenant, mais en prenant des proportions alors considérablement plus étendues, puisque, d'une certaine manière, c'est bien tout le développement de l'intentionnalité qui doit désormais y passer, dans la mesure où, avec le décalage transversal qui se creuse entre les représentations et les jugements, c'est bien moins d'une opposition totale, et définitivement tranchée, entre ce qui aurait à intervenir sur le seul versant subjectif de la corrélation et ce qui devrait se situer de façon exclusive sur son versant objectif, qu'il doit s'agir, comme s'il se produisait donc entre le second secteur et le troisième un changement de style complet, que d'une série de modifications relatives qui peuvent toujours transiter entre ces deux secteurs indifféremment dans les deux sens, mais en rendant toutefois alors leurs « contenus » beaucoup plus complexes, avec la marge de variation que leur permet d'ouvrir, comme en arrière d'elles-mêmes, le passage médiat par les représentations, que quand elles se contentent de se rabattre au-delà sur des groupes de termes transcendants pour prendre la forme d'une simple attitude positionnelle directe.

306Là où Twardowski était resté définitivement bloqué dans cette vieille opposition qu'il avait reçue en héritage de Brentano, puisque, dès le début de son opuscule, il avait voulu la maintenir telle quelle, dans des termes assez simplistes, sans rien y ajouter qui en rende le fonctionnement tout de même un peu plus ambigu : « Ce qui sépare les représentations et les jugements les uns des autres, et les constitue comme des classes nettement tranchées de phénomènes psychiques, c'est le genre particulier de la relation intentionnelle à l'objet... Car il ne demeure caché à personne que c'est, selon le cas, une relation différente, si quelqu'un se représente simplement quelque chose, ou s'il le reconnaît, le rejette. Entre ces deux genres de relation intentionnelle, il n'y a pas de passages, ni graduels, ni discontinus. C'est exprimer une méconnaissance de l'état de fait que de croire qu'il y aurait par exemple, entre se représenter et juger, de quelconques formes de passage qui se tiendraient au milieu entre les deux » (OI, p. 89), Husserl s'engageait, lui, précisément au contraire dans une voie doublement ouverte, avec cette série de transitions alternées conduisant, dans des conditions toujours réversibles, d'un de ces genres à l'autre, et même s'il était conscient qu'il ne pourrait, en le faisant, que susciter, ainsi qu'il disait, un « choc » chez ses lecteurs, surtout s'ils avaient été formés, comme Twardowski et lui-même, à l'école de Brentano.

307En donnant à la question suivante une réponse positive, malgré toutes les apparences qui pouvaient aller en sens contraire : « Devons-nous, pour fonder les propriétés du domaine de la représentation, recourir à l'évidence, qui est pourtant, d'après la conviction générale, une simple propriété des jugements ? », il savait bien en effet dès 1898, et même s'il n'allait pouvoir en tirer toutes les conséquences que dix ans plus tard, que ce serait dès lors cette autre orientation, dissimulée le plus souvent sous le mouvement projectif même de l'intentionnalité, à qui devrait être accordée la véritable priorité, puisqu'elle seule allait pouvoir justifier toutes ces séries mêmes de transformations modales dont le passage à la signification n'est jamais que celle qui est téléologiquement la plus achevée. Car c'était effectivement plus avec la représentation, et toutes les types de modifications possibles qui lui sont inhérents par essence, qu'avec le jugement que la signification a à faire, s'il est vrai, comme le remarquait ici encore Husserl et pour anticiper par là sur ce qu'il allait redire dans la Cinquième Recherche, que, « si différents que soient la représentation et le jugement, il se trouve pourtant au fondement de tout jugement, une représentation, de telle sorte que sa teneur en signification est la matière du jugement, son quoi identique », si bien que « dès que nous avons une représentation donnée avec une relation actuelle à l'intuition correspondante, elle n'est plus une simple représentation, mais elle est vécue en simultanéité et en unité avec son jugement correspondant » (OI, p. 324).

308Et en allant même jusqu'à parler, dans le cas d'une telle reprise du mouvement projectif de l'intentionnalité vers les « intuitions », seules capables en effet de conférer une justification reposant sur une existence, d'une « jonction légale », mais qui « ne doit pas toutefois nous déranger », même si certaines des représentations qui ont fondé cette « teneur de signification identique » ont manqué alors de « jugements correspondants », Husserl se disculpait bien à l'avance de la position paradoxale qu'il devait adopter en 1908, si du moins elle continuait à n'être jugée que d'après le critère introduit dans la Quatrième Recherche avec la distinction entre « non-sens » et « contre-sens », qui paraissait alors recouvrir celle entre un secteur où il n'y aurait ni vérité ni fausseté, mais seulement ou bien une signification complète formée selon les règles de la grammaire ou bien un simple amas de significations partielles ne s'intégrant dans aucune unité d'ordre supérieur, et un secteur où il devrait s'agir cette fois de fonder une équivalence entre ce qui serait énoncé comme une proposition vraie et ce qui devrait être tenu pour un état de chose existant effectivement.

309Car, quand Husserl déclare en 1908 à propos de ce même passage d'un genre de distinction à l'autre, mais en l'envisageant à nouveau, comme en 1894, dans ses deux sens possibles, et non plus d'une manière unilatérale : « Mais là où la prédication est incapable, pour des raisons d'essence, du remplissement par intuition, là il peut être dit, d'une part, qu'elle croit à l'objectivité, qu'elle présume que ce sont tels et tels objets avec telles et telles propriétés ; et, d'autre part, il peut être dit vraiment que les objets ont été mis sous une assomption correspondante ; car, même quand il s'agit d'un jugement faux, un jugement vrai peut en être extrait assomptivement, et les représentations non-intuitives, ou incomplètement intuitives, peuvent fonctionner, en vertu de la légalité logique, en tant que parties constitutives d'identifications vraies, quoiqu'elles ne soient vraies que sous assomption », il est bien certain qu'il fait subir aux fonctions qui avaient été successivement attribuées dans les Recherches logiques au registre de l'évacuation du non-sens et à celui de l'élimination du contre-sens une permutation complète.

310Ou, pour être exact, il ne tient plus compte de façon aussi rigoureuse des impératifs qui devraient provenir du respect du critère de l'existence fourni par les intuitions, en tant qu'ils interdiraient à l'intentionnalité de former des énoncés prédicatifs qui, si corrects soient-ils relativement au critère de l'organisation grammaticale des significations, ne pourraient correspondre cependant à rien de réel ; car il lui semble maintenant y avoir au contraire pour l'intentionnalité un avantage beaucoup plus grand à s'engager dans la voie où elle suppose donc une telle existence possible, même si elle ne peut encore lui fournir aucune garantie qui soit effectivement transcendante, dans la mesure où les énoncés dont une telle existence avait pu faire l'objet jusque-là, en unissant plusieurs significations, ne pouvaient qu'en dissimuler de très nombreux autres qui étaient pourtant eux aussi possibles, mais qui ne pouvaient accéder à un début d'actualisation que si d'abord un complément de « valeur ontique » leur était ainsi attribué plus ou moins arbitrairement par l'intentionnalité, pour voir quelles conséquences logiques elle allait pouvoir en tirer (§ 21, p. 102).

311Il est vrai qu'à de nombreuses reprises, Husserl n'était pas loin d'en arriver là dans la Cinquième Recherche ; sinon la question par exemple de savoir « si en général des jugements peuvent devenir des parties d'actes nominaux » (§ 35, RL II**, pp. 277-283) n'aurait eu guère d'intérêt ; car il aurait alors été difficile de comprendre quel bénéfice l'intentionnalité pouvait avoir à entrer dans des pareilles séries de modifications s'il ne s'était agi là que d'opérations purement significatives, sans que rien d'« ontique », pour parler comme les Leçons de 1908, n'y eût été en jeu ; et donc tout ce qui y avait trait déjà, depuis l'analogon de la suppositio materialis de la Quatrième Recherche, à ces descriptions qui privilégiaient, à l'évidence, la voie du développement indirect de l'intentionnalité sur sa voie directe, n'aurait pu constituer qu'un jeu passablement vide de sens si quelque chose n'y avait pas concerné également dès ce moment-là le passage qui a conduit l'intentionnalité de la constitution du sens de son premier a priori objectif à celle du second, puisque ce n'était certainement pas en ne faisant que continuer à se projeter unilatéralement sur ce qui lui apparaissait qu'elle pouvait alors avoir une chance quelconque de l'accomplir.

312Et c'est pourquoi le passage qui conduit des « intentions primaires » aux « intentions secondaires », tel qu'il est décrit un peu plus loin (§ 41, p. 308-309) et tel qu'il oblige donc à formuler de façon plus précise que jusque-là les « principes fondamentaux des actes complexes » (§ 42, pp. 309-313) fait sans doute toujours appel à des « actes objectivants », mais en tant que ce qui a fondé la nouveauté de ceux qui sont fondés par rapport à ceux qui ont été seulement fondateurs provient de ce qu'ils ont eu d'abord un caractère « qualitativement multiforme » où étaient donc alors possibles toutes les modifications sous la forme de « synthèses libres », comme les appellera la seconde édition (p. 311 et p. 367) ; et Husserl a eu ainsi une nouvelle fois l'occasion de renvoyer à ces « formes de liaison » comme le « et » (p. 311) dont il avait commencé à parler dès la Philosophie de l'arithmétique, mais pour assurer alors peut-être un peu trop vite la transition d'un des deux a priori objectifs à l'autre, alors qu'elles paraissent pouvoir transformer maintenant avec suffisamment de force la composition même des éléments entrant dans la « matière » de l'acte, à la suite de l'intervention de la série de changements qui ont dû commencer par porter sur sa « qualité », pour que le seul modèle possible désormais soit donc celui d'un enchaînement de zigzags délivrés de toute exigence d'une mise en correspondance directe avec des « intuitions » qui devraient les justifier à chacune de leurs démarches, en attestant la présence d'une caution qui, par rapport à toutes les initiatives que pourrait prendre du dedans l'intentionnalité, ne pourrait être découverte, elle, qu'au dehors.

313Ce va-et-vient entre la « multiformité », qui résulte de la diversité de la « qualité » des actes, et l'« uniformité » de la « matière », qui, à l'inverse, en résulte à terme à chaque fois, puisque ces actes ne sont « complets » que s'ils unissent leurs différents éléments constitutifs en les faisant passer à un niveau supérieur, posait donc implicitement déjà, dans tous ces passages des Recherches logiques, la question de savoir s'il y avait quelque chose ou non qui puisse être considéré comme « étant« dans la zone qui vient s'intercaler ainsi entre les matières respectives de ces « intentions premières » et de ces « intentions secondes ». Et il est certain que Husserl ne manquait pas d'insister avant tout alors sur le fait que seule la reprise du mouvement objectivant en sens direct pouvait permettre à l'intentionnalité d'assurer la résorption de la diversité de ses matériaux dans l'unité d'un seul « quoi », formant une totalité. Mais l'inverse était néanmoins considéré par Husserl comme aussi important, même si sa reconnaissance explicite semblait lui causer, à cette époque-là, une certaine gêne, puisqu'il tenait toujours à conclure en disant que le passage à l'uniformité de la matière exigeait un passage similaire pour la qualité, dans la mesure où il avait dû bien y avoir, dans l'intervalle, une multiformité à intervenir, elle seule ayant pu d'abord produire une telle « complexité », et dans la mesure où il avait donc bien fallu qu'il s'opère ensuite pour elle aussi un passage à l'uniformité.

314Mais là où le Husserl de 1901 ne voulait voir dans la démultiplication des modes de formation de la matière de ces actes complexes que l'effet « des qualités d'actes d'espèce non objectivante » (p. 312), le Husserl de 1908 y voit au contraire quelque chose qui tient à ce pouvoir lui-même dont est investie l'intentionnalité de s'ouvrir des accès différents à ses « apparitions secondes », mais sans que cela doive alors pour autant la détourner de l'explicitation des multiples « complexes » qui n'avaient relevé jusque-là que de ses « apparitions premières », au sens où elle serait obligée de se désintéresser de ce qui y aurait appartenu à titre de « valeur ontique » ; car le chemin qui doit la conduire de ses niveaux de « jugement » inférieurs à ceux qui sont supérieurs passe par là, sans donc pouvoir se dissocier de toutes ces séries mêmes de tranformations qui pouvaient bien sembler, au départ, ne porter que sur des « contenus de représentation ».

315Ce qui le montre bien en effet, c'est que Husserl veille soigneusement en 1908, dans un chapitre final intitulé judicieusement par l'éditeur : Les distinctions essentielles des jugements, à réinsérer cette sorte d'ascension de l'intentionnalité vers ses « objets intentionnels », qui n'ont donc pas eu encore d'existence « véritable » à proprement parler, mais auxquels il faut déjà pourtant reconnaître une certaine fonction d'ordre « ontique », à l'intérieur de la très longue trajectoire qui a fini par la conduire à différencier ses deux modèles ontologiques extrêmes, en se polarisant autour d'un modèle fourni par la « donnée de l'état-d'être-là » ou autour d'un modèle imposé par la « donnée de l'état-d'essence » ; et ainsi, toutes les différences d'ordre aussi bien transversal que vertical se trouvent replacées les unes à côté des autres dans une sorte de tableau unique où tous les stades successivement parcourus par l'intentionnalité ont donc laissé des traces ; mais toutefois l'impression générale que l'on ressent en face de ces ultimes conclusions des Leçons de 1908 sur la théorie de la signification est moins beaucoup moins celle de la présentation définitive d'une somme de résultats qui pourrait désormais se suffire à elle-même, au sens où toutes les séries de descriptions antérieures viendraient y converger, qu'elle ne paraît devoir relancer les analyses qui y ont été amorcées en direction d'un meilleur éclaircissement encore des épisodes qui se sont primitivement produits dans le développement lui-même de l'intentionnalité, parce qu'ils semblent toujours très obscurs, comme l'atteste assez, par exemple, un texte capital écrit un peu plus tard en 1911, et qui semble marquer l'ultime aboutissement de ces Leçons (Appendice XIX). Husserl a voulu en effet y revenir sur la série même des transitions qui se sont intercalées entre les niveaux du bas du fonctionnement intentionnel, où il ne pouvait donc encore s'agir que de « significations empiriques », et ceux du haut, où c'est donc de significations purement idéales qu'il devait être alors question ; mais ce qui prouve bien qu'il comprenait qu'il ne pourrait montrer la continuité de ce mouvement fondateur de la signification à partir de stades inférieurs où elle n'avait jamais été tout à fait absente que s'il reconstituait l'ensemble des modifications que l'intentionnalité a dû alors se faire subir à elle-même, c'est qu'il a dû y réintercaler des développements portant sur la modalité imaginaire.

***

316Il y aurait donc assurément quelque chose d'excessif à prétendre que la troisième étape atteinte par Husserl en 1908 ne se soit pas caractérisée par la mise en place d'un dispositif considérablement affiné par rapport à ceux qui avait été établis en 1891 et en 1901, et ordonné surtout autour d'un modèle très puissamment convergent, puisque, là où jusqu'alors les deux sortes d'écarts qui avaient séparé les séries d'extrémités opposées servant de limites à ce dispositif rapporté à chacun de ces versants n'avaient pas pu recevoir encore les genres de remplissements corrélatifs qui leur devaient leur convenir avec des groupes de descriptions appropriées portant sur la série des transformations qui ont dû d'abord affecter sur un premier secteur les « vécus« eux-mêmes, et sur celle qui ont dû affecter les « objets« auxquels ces « vécus« se rapportaient sur un second secteur avant qu'aucun véritable fondement transcendant ne puisse être rejoint, Husserl a pu déjà commencer à résinsérer, dans ce quadrillage, grâce à l'aide essentielle que lui a fourni sa formulation explicite de la méthode de la réduction à partir de 1905, des séries de plus en plus précises de distinctions, sinon auparavant tout à fait défaillantes, du moins trop peu interrogées encore, et dont il ne pouvait donc pas tirer tout le bénéfice possible.

317Mais ce serait adopter toutefois, en face de cette masse de textes qui restent tout de même le plus souvent interrogatifs, voire dubitatifs, quelle que soit la force qu'ils peuvent aussi manifester en démultipliant les lignes de démarcation, que de croire qu'il y aurait là quoi que ce soit qui pourrait ressembler à l'ultime prise de position de Husserl sur le statut à donner à la signification à l'intérieur d'une théorie générale de l'intentionnalité ; car toutes ces analyses demeurent pour lui, en 1908, essentiellement ouvertes ; et s'il est vrai que les partages de niveaux et de secteurs qu'il y trace ne subiront plus ensuite de sa part de bouleversement, puisqu'ils ne feront que réapparaître dans tous les textes où il reviendra sur cette problématique, que ce soit dans les Leçons de 1917-1918 sur la logique et la théorie générale de la science qui offrent un télescopage saisissant des résultats des trois étapes de son évolution, mais comme l'avaient déjà fait les Leçons de 1906-07, en cherchant à les réencastrer les uns dans les autres, ou que ce soit même plus tard encore dans Logique formelle et logique transcendantale, en 1929, il n'en reste pas moins qu'ils renvoient plus, sous la forme de programme, à un avenir où ils pourront éventuellement atteindre un type d'exposition qui soit pleinement convergent qu'ils ne se montrent définitivement capables d'établir un système qui se suffirait une fois pour toutes à lui-même.

318Il faut attribuer cependant, sans aucun doute, cette série perpétuelle de déplacements en zigzags non pas tant au caractère spécifique de la démarche où doit s'engager l'intentionnalité phénoménologisante, et qui ne peut être au départ que plus ou moins désordonnée, à cause de la masse des relations déjà tissées entre tous ces niveaux et tous ces secteurs avant qu'elle ne puisse intervenir, qu'aux conditions primitives du fonctionnement lui-même de l'intentionnalité spontanée, parce qu'elle n'a pas pu alors ne pas entrelacer aussitôt tous les épisodes de son développement généalogique et téléologique, sans donc avoir le temps de chercher à établir thématiquement entre eux de distinctions, dans la mesure où, pendant toute cette période-là, elle devait seulement se préoccuper de réduire le plus possible la distance entre ce qui surgissait en face d'elle comme autant d'unités de sens objectivisables, mais non encore objectivisées, et les deux modèles d'ordonnance ontologique où elle allait devoir les réintégrer à terme.

319Or, comme c'était évidemment au sommet de cet immense dispositif qu'elle avait à ouvrir devant elle, en démultipliant à la fois ses niveaux de développement propres, selon l'ordre de ses trois modalités et les secteurs corrélatifs de termes en lesquels devaient être reconvertis eux aussi à leur tour ces « apparaissants », qu'il fallait placer tout ce qui relève de ce qu'on appelle communément signification, qu'il s'agisse soit des « actes » conférant la signification, soit des « signifiés propositionnels » qui sont nécessairement produits par ces « actes », il n'y a rien d'étonnant à ce que ce fût là aussi qu'il ait dû y avoir le maximum de difficultés, puisque, simultanément, c'était là où les écarts étaient les plus largement tracés, sous l'effet même de la plus forte amplitude atteinte par l'ouverture de la fondation ainsi accomplie par l'intentionnalité dans les dimensions de son propre milieu, et c'était là où ils se trouvaient le plus surchargés d'effets d'interférences, issus aussi bien des niveaux inférieurs de tout ce développement intentionnel lui-même avec sa modalité perceptive et sa modalité imaginaire, avant donc que la modalité signitive ne commence spécifiquement à intervenir, que de ces deux secteurs où devaient se produire la réarticulation d'une telle fondation intentionnelle sur un fondement transcendant, marqués d'abord par l'onticité, puis par la bifurcation qui doit s'introduire entre l'ontologicité synthétique matérielle et l'ontologicité analytique formelle.

320Husserl ne pouvait donc s'engager dans cet effort pour procéder à une redifférenciation systématique de tous les épisodes intermédiaires que l'intentionnalité a dû primitivement traverser avant de se trouver dans la situation qui est maintenant la sienne et où elle peut faire immédiatement intervenir tous ses niveaux d'exercice et tous ses secteurs d'application que s'il commençait par prendre appui sur les garanties que lui offraient les deux genres d'extrémités entre lesquels ce dispositif était échelonné, parce que c'était là où les éléments sur lesquels il pouvait commencer à faire porter ses analyses étaient les moins contaminés par tous ces effets d'entrelacement qu'avait immanquablement provoqués la suite même d'un tel développement ; et c'est pourquoi il ne pouvait suivre qu'une méthode de zigzags abrupts, pour ne jamais risquer de s'enfermer trop longtemps dans une seule perspective, mais pour confronter bien plutôt très vite celle-là même qu'il venait de prendre à celle qui lui semblait être la plus opposée, encore qu'à mesure que ces enchaînements de virage se succédaient les uns aux autres, ils redistendaient par là même aussi, dans des conditions de plus en plus explicites, les zones les plus centrales, parcourues pendant ce développement, en les rendant donc de moins en moins incompatibles entre elles, puisqu'elles paraissaient bien pouvoir s'inscrire de mieux en mieux dans la réalisation d'un seul et même projet, si complexe fût-il, du fait de cette ambivalence même qu'il devait à son chevauchement entre deux milieux, irréductiblement dissymétriques, et pourtant reliés chacun de l'intérieur à l'autre comme sous l'effet d'une double pénétration.

321Si cependant même en 1908 où un pareil affinage dans les traitements respectifs des deux genres de parties composantes de la signification a été poussé le plus loin par Husserl grâce au report du couple d'opposition entre « apparitions » et « apparaissants », supposé déjà valable pour les modalités inférieures, sur l'ultime niveau canonique supérieur que puisse atteindre le développement intentionnel, il a pu sembler n'y avoir encore qu'une solution en grande partie improvisée, ou du moins à peine découverte, et devant donc servir de support plus tard à de nouvelles séries d'analyses descriptives, c'est bien parce qu'à partir de cette réexploration des zones les plus médianes du fonctionnement généalogique et téléologique de l'intentionnalité, il aurait fallu procéder à une réexposition inverse de celle qui avait été suivie par Husserl depuis sa thèse d'habilitation Sur le concept de nombre, pour qu'en effet toute cette enfilade de perspectives soit aperçue cette fois du dedans, et non plus du dehors, ainsi que cela avait été jusqu'alors inévitablement le cas, puisque la phénoménologie, par définition même, ne pouvait pas être encore fondée d'un strict point de vue méthodologique.

322Or, elle ne devait l'être, en termes exprès, qu'en 1913, et ainsi, dans cette nouvelle phase de son évolution, celle donc d'après la fondation de la phénoménologie, et non plus plus celle d'avant à l'intérieur de laquelle ont dû prendre place les trois étapes reconstituées ici, il était inévitable aussi que Husserl se préoccupe avant tout d'assurer cette double méthode marquée par la réduction et la constitution, mais d'un point de vue qui, même s'il marquait l'entrée dans les dimensions de la phénoménologie, lui restait néanmoins toujours extérieur par son point de départ, de sorte que les considérations proprement thématiques ne retransparaissaient qu'à l'arrière-plan, ainsi qu'on le voit assez quand on lit les quelques passages précis consacrés justement, par exemple, à la signification, à la Troisième Section de ce Tome I des Idées, et où tous les problèmes posés en 1908 (§§ 124-127) paraissent le plus souvent noyés à l'intérieur d'une masse de difficultés où, de toute manière, c'est moins la thématique directe de l'ensemble des modifications où devait s'engager l'intentionnalité si elle voulait aller jusqu'au terme de son développement téléologique qui intéresse alors principalement Husserl que la méthodologie redoublée qui doit donc correspondre, elle, à une phénoménologie de la phénoménologie, parce que l'intentionnalité réfléchissante doit commencer par savoir si elle a les moyens d'assurer la description des conditions dans lesquelles l'intentionnalité spontanée s'est développée (§§ 109-111).

323Or, plus tard, quand il a repris cette problématique locale du signifier et de la signification, mais qui, en fait, mettait en jeu toute sa théorie même de l'intentionnalité, Husserl ne l'a toujours fait paradoxalement qu'en continuant à se rapporter à un programme plus méthodologique que thématique, en fonction donc d'une sorte d'initiation perpétuellement recommencée à la phénoménologie, comme s'il voulait différer encore le moment où une telle théorie serait systématiquement exposée pour elle-même à partir d'un point de vue qui eût été exclusivement interne ; et il est facile de le voir dans l'oeuvre même où Husserl devait marquer, sur le tard, le maintien de cette référence, pour lui toujours fondamentale, à la problématique qu'il avait héritée de la première période de son évolution, celle donc d'avant la fondation de la phénoménologie, c'est-à-dire en 1929 dans Logique formelle et logique transcendantale ; car il n'y aurait rien d'exagéré à soutenir que, si fortement marquées que soient les distinctions qui y sont introduites, et qui proviennent toutes des trois étapes de la formation de sa théorie de la signification datant de cette période, elles enveloppent en elles beaucoup moins de contenu précis cependant en fait d'analyses descriptives que les séries de distinctions de 1908, puisqu'elles débordent sans cesse cette problématique du logos dans ce qu'elle devrait avoir pourtant de plus irréductiblement spécifique, en la réenveloppant dans un ensemble de considérations extrêmement vastes où il s'agit en fin de compte tout autant de problèmes d'esthétique transcendantale qui ne peuvent donc être résolus qu'à la condition de remonter en-deçà des « présuppositions idéalisantes » sur lesquelles une logique, ensuite, a pu se fonder.

324Ce n'est pas sans doute qu'il faudrait exclure toute prise en compte du fonctionnement esthétique de l'intentionnalité, donc de tout ce qui pourrait concerner les conditions suivant lesquelles elle doit s'exercer d'abord sur son mode perceptif, à l'intérieur de ce qui devrait définir par conséquent une théorie systématique du fonctionnement intentionnel ; et, dans cette mesure, il serait absurde de croire qu'il serait possible de formuler une théorie de la signification entièrement à part, puisqu'elle ne peut s'établir que si c'est bien l'ensemble même des trois modalités intentionnelles qui y est traité, la modalité signitive ne pouvant faire reconnaître cette fonction téléologique suprême dont elle est investie que par contraste avec les deux autres modalités qui l'ont précédé dans ce très vaste ensemble de déplacements, à la fois généalogiques et téléologiques, que sont la modalité perceptive et la modalité imaginaire ; et c'est pourquoi Husserl avait des motifs tout à fait valables quand il voulait toujours finir par renvoyer à ce programme comme au seul qui pût effectivement correspondre de l'intérieur à ce que la phénoménologie transcendantale, pour lui, devait devenir, une fois ses conditions d'accès débloquées par rapport à l'attitude naturelle qui est prise immanquablement par l'intentionnalité spontanée lorsqu'elle finit par se projeter, au-delà d'elle-même, sur les seules dimensions d'un milieu transcendant auquel elle croit qu'elle n'aurait jamais fait jusque-là qu'appartenir.

325Mais si toutefois la réduction, comme méthode, a un sens, c'est bien de devoir enfin conduire précisément à une prise en considération explicite de l'ensemble même de ces transformations modales de l'intentionnalité dans les dimensions de la généalogie et de la téléologie qui sont les siennes, et non pas uniquement dans le rapport qui doit sans doute aussi les unir, mais sans pouvoir cependant se suffire à lui-même, à la constitution des deux a priori objectifs, puisqu'autrement cette problématique, qui est celle de l'a priori subjectif, ne serait jamais directement traitée pour elle-même, n'intervenant qu'en complément d'une autre qui resterait donc ainsi prédominante, comme elle l'était déjà avant que la réduction n'ait pu commencer à intervenir, c'est-à-dire la problématique du fondement ontique et ontologique transcendant.

326Or, curieusement, pendant toute la période d'après 1913, Husserl sera beaucoup moins prodigue en séries d'analyses qui portent directement sur le fonctionnement de l'intentionnalité, considéré donc selon le modèle de la trimodalisation suivant lequel transcendantalement il s'ordonne, qu'il ne l'avait été plus tôt lorsqu'il ne faisait qu'en former la théorie et qu'il avait donc dû plusieurs fois en inverser ou du moins en incurver le sens, pour rouvrir toujours plus largement les dimensions internes même d'une telle problématique, inévitablement méconnue avant la réduction, et à laquelle il avait été ainsi étrangement plus attentif quand il semblait ne pas savoir encore quelle méthode il devait employer pour la résoudre, alors que pourtant, en fait, il la pratiquait très bien déjà. Et ce n'est donc pas un hasard si le texte le plus complet qu'il nous ait laissé sur la signification date de l'époque précisément où s'est opérée cette articulation entre une méthode pratiquée, mais non formulée, où les différences modales entre les vécus commençaient à apparaître pleinement comme le seul thème fondamental autour duquel puisse s'établir une phénoménologie du fonctionnement de l'intentionnalité qui soit complète, et cette même méthode enfin formulée, mais dont la pratique semblait tellement conduire à devoir élargir les horizons de cette phénoménologie future dont il fallait de toute manière continuer à assurer la fondation qu'elle paraissait devoir envelopper également dans ses dimensions celles d'une ontologie, cette ontologie devant elle-même se dédoubler à son tour en une ontologie matérielle et une ontologie formelle.

327Aussi n'y a-t-il rien d'étonnant si Husserl en est toujours resté, et cela de son propre aveu, en ce qui concernait donc une telle théorie générale de l'intentionnalité à laquelle la phénoménologie transcendantale devait bien finir ainsi en un certain sens par s'identifier, au commencement, comme le fait voir assez, par exemple, l'Appendice II de Logique formelle et logique transcendantale, qui porte le titre significatif : Remarque sur la constitution phénoménologique du jugement. Le juger dans l'activité originelle et ses modifications secondaires ; car y réapparaît d'une manière caractéristique la très vieille différence de la Philosophie de l'arithmétique entre le « propre » et l'« impropre », sous la dénomination nouvelle des « modes originaux » et des « modes non originaux » (§ 3), et sans nuire en rien pour autant à la prise en considération de l'« évidence catégoriale », liée à l'intervention active du langage contre toute « passivité associative » (§ 6), comme pour rééquilibrer ainsi une nouvelle fois le « processus signitif » de 1891 par quelque chose qui ressemble à un « processus abstractif », et pour redécouvrir par conséquent la question du passage de ce qui ne peut concerner encore qu'une « configuration sensible », analogue aux « moments figuraux » de 1891, ou bien une « unité de l'indication », très proche de l'Anzeichen de 1901, à « la constitution » de ces « formations catégoriales » que les Prolégomènes avaient su si nettement mettre en valeur en 1900, mais sans oublier qu'un tel passage est justifiable téléologiquement, en plus de cette fonction généalogique qu'il exerce dans ce qui « forme » une « action de fondation première », par ce véritable effort d'« explicitation » contre ce qui est « confus » que les Leçons de 1908 avaient eu le mérite de mettre pleinement en lumière (trad. Bachelard, pp. 419-421).

328Il faut donc croire qu'à la manière même de l'intentionnalité, telle qu'elle fonctionne spontanément par sédimentations successives sous la forme d'« évidences primaires » et d'« évidences secondaires » entassées les unes sur les autres, comme cet Appendice le disait aussi, Husserl gardait des trois étapes qu'il avait traversées, quand il avait fondé sa théorie de la signification, des souvenirs suffisamment vivaces pour pouvoir les faire ainsi tous réapparaître mélangés entre eux, comme s'ils n'en faisaient plus qu'un, quoique chacun d'eux ait toujours conservé sur lui la trace de sa provenance, et comme s'il était donc inutile de chercher encore désormais, à supposer que cela fût possible, de les intégrer dans un ensemble qui serait parfaitement unifié, puisque cela laisserait croire naïvement que ce ne serait pas ici encore à l'intentionnalité d'avoir à procéder à la description de ses variations, en devant pour cela varier, aucune orientation thématique définitivement simple ne pouvant être suivie ici, même une fois mieux définie la méthode à appliquer à ce qui ne doit relever que de la seule phénoménologie par opposition à tout ce qui peut concerner l'ontologie.

329Et c'est sans doute à cause de cet inévitable report des conditions du fonctionnement primitif de l'intentionnalité phénoménologisante sur celles de son fonctionnement ultérieur que Husserl dut s'engager plus tard encore, après 1913, même s'ils furent moins apparents, dans d'autres zigzags aussi, qui paraissaient privilégier soit les niveaux les plus élevés du fonctionnement intentionnel, comme cela pouvait sembler être le cas avec Logique formelle et logique transcendantale, soit ses niveaux les plus bas, comme avec La crise des sciences européennes, mais sans que ces lectures unilatérales ne puissent faire oublier pourtant l'obligation d'avoir à faire aussi intervenir la direction ou plutôt la polarisation opposée ; car il est assurément possible de regretter que cette théorie complète des séries de transformations modales de l'intentionnalité n'ait jamais été écrite par Husserl, n'étant restée toujours de sa part qu'un projet, alors que ce n'est que s'il avait commencé par se replacer à son intérieur qu'il aurait pu finir par présenter une théorie de la signification pleinement unifiée. Mais la masse même des textes où il a voulu s'exprimer à son propros ne permet-elle pas, après tout, de faire mieux comprendre encore, par les divergences qui se sont manifestées entre eux, le sens de son effort pour recreuser tous ces écarts transcendantaux liés au fonctionnement même de l'intentionnalité et sans lesquels elle ne s'exercerait pas, là donc où elle ne cesse de sa déplacer et de déplacer en même temps toutes les limites qu'elle peut atteindre ?

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, est maître de conférences à l’Université de Rennes I.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search